Premium
Lands of the Geek

Lands of the Geek

Par Waylander&Kevane Blog créé le 02/01/12 Mis à jour le 09/02/14 à 19h12

Bienvenue à tous sur notre blog, nous sommes Waylander&Kevane. Deux geeks qui ont en commun une passion : les Jeux Vidéo. Ici vous trouverez tout ce qui composent nos univers, jeux, films, mangas, musiques, objets collectors ou non. Enjoy the ride ! Peace.

Ajouter aux favoris

Édito

 
 
Rejoignez nous sur Facebook
 
________________________________
 
    
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 

Image IPB

 
 
 
___________________________________
 
 
 
 
 

 
___________________________________
 
 
Nos machines de Geek :
 
 
Master System
MegaDrive
3DO
 
N64
Playstation
 
Playstation 2
 
Playstation 3
Xbox 360
 
PS Vita
Nintendo 3DS
 
Wii U
Playstation 4
 
 
 
___________________________________
 

Archives

Favoris

Signaler
Divers (Jeu vidéo)

Aujourd'hui, un sujet sensible va être abordé. D’ailleurs, je n'y survivrai peut-être pas puisque la lapidation est monnaie courante sur internet.

J'aimerais vous parler des contenus téléchargeables : downloadable content ou encore DLC. Nous savons que beaucoup n'aiment pas, mais si le modèle existe et perdure, c'est qu'il y a bon nombre de joueurs qui achètent ces DLC. Alors DLC est-il égal à DTC (Dans Ton Cul) ?

 

Avant d’aborder directement les DLC, je pense qu'il faudrait revenir à leurs origines. En effet, je pense que les DLC ne sont qu'une évolution des extensions que nous connaissions tous sur PC. Initialement, ces extensions pouvaient être considérées comme des jeux à part entière tant leur contenu pouvait être conséquent : ajout d'une nouvelle histoire, de nouvelles zones de jeu, nouveaux éléments de gameplay, etc. Avec l'arrivée d'internet sur nos consoles de salons, les éditeurs ont trouvé avec les DLC un moyen de rentabiliser leurs investissements en proposant du contenu supplémentaire payant, parfois gratuit, mais cela reste plus rare. Certains DLC ont repris le même modèle des extensions sur PC. Par exemple, certains DLC d'Oblivion (L'ile de la folie), ou de Skyrim (Dragonborn). Les DLC peuvent également être considérés comme un moyen d'entretenir l'intérêt du jeu pour sa communauté ; parfois, en attendant un nouvel épisode.

Un des principaux problèmes des DLC, selon moi, est son rapport qualité-prix. En effet, quand un éditeur propose un DLC à un prix avoisinant les 10 ou 15 euro, pour un temps de jeu d'une heure ou une heure et demi, il y a de quoi grincer des dents. D’autant plus que, dans bon nombre de cas, la qualité du DLC n'est pas à la hauteur (sans tenir compte de sa durée).

Certains éditeurs usent et abusent du DLC pour réaliser des pratiques que je décrierais comme très douteuses, par exemple les DLC dispos dès la sortie du jeu. Pourquoi ne pas les inclure dans le jeu final ? Pour illustrer notre propos, nous pouvons dire que lorsque vous achetiez Mass Effect 3 en version collector, on vous fournissait un code pour télécharger un DLC dès la sortie du jeu. Ce contenu ajoutait un membre à votre équipe, et pas n'importe quel membre. Je suis intimement convaincu que ce personnage faisait partie de l'expérience solo initiale et qu’Electronic Arts a pris la décision d'en faire un DLC. Je trouve également que privilégier l'expérience d’un joueur qui a acheté son jeu en version collector est une forme d'abus. Très souvent un joueur qui acquiert son jeu en version améliorée se retrouvera avec des bonus sous forme de DLC - en général sous la forme de nouveaux objets/armes à utiliser pendant le jeu. D’après moi, ce genre de contenus devrait être gratuitement à la disposition de tous. Un élément à craindre concernant les DLC est l'envie de l'éditeur de retirer intentionnellement une partie du jeu pour le proposer en DLC. Concrètement, lorsque vous téléchargez un DLC qui vous ajoute un nouveau mode de jeu et que vous voyez que le téléchargement ne pèse que 100 et quelques Ko, c'est que ce que vous achetez est déjà présent sur votre disque. Evidemment, certains sont plus malins et retirent le contenu du disque pour plus de discrétion. Par exemple, les chapitres manquant dans Assassin's Creed II. On se souvient également de la fin du dernier Prince of Persia qui a été proposée en téléchargement. Les exemples sont malheureusement trop nombreux.

 

Une dérive de cette pratique de DLC sont les micro-transactions, surtout présentes dans les MMO ou les free-to-play sur Facebook, mais que l'on voit débarquer sur nos consoles depuis quelques temps. Le principe est simple : vous accédez à un jeu auquel vous pouvez jouer gratuitement, mais l'éditeur vous incite de manière indirecte à réaliser des micro-transactions afin d'acquérir de nouveaux outils, des équipements, ou que sais-je encore, et ce afin d'améliorer votre expérience de jeu, ou de progresser plus vite. Dorian l'avait très bien expliqué dans une de ces émissions "Merci Dorian" (je vous invite d'ailleurs à y jeter un ½il), sur Facebook le principe est de vous montrer tout ce que pouvez faire dans le jeu, généralement sous la forme d'un tutoriel, et une fois que le jeu commence, une partie des options vous est retirée. C’est à ce moment-là qu'il faudra dépenser de l'argent si vous voulez retrouver la même expérience que vous aviez eu lors du tutoriel. Mais ces micro-transactions peuvent aussi être présentes dans des jeux que vous avez déjà payés ! Un exemple tout à fait récent, sur NBA2K14 vous pouvez acheter des points d'amélioration pour votre joueur et ainsi, moyennant finance, commencer le mode carrière avec un joueur over 9000 alors qu'il n'est un rookie. Le dernier Forza sur Xbox One proposait également un système de micro-transactions. Ce que je pense de cette pratique ? En apparence elle semble juste être un plus : après tout, rien ne nous oblige à y céder. En revanche dans la pratique, tout est fait pour nous tenter et faire en sorte que nous passions à la caisse. Comme souvent, le principe en lui-même n'est peut-être pas condamnable (quoi que ?) mais sa mise en oeuvre l'est assurément.

 

Néanmoins, tout n'est pas à jeter dans les DLC. Certains éditeurs/développeurs réalisent du contenu de qualité à des prix tout à fait juste. Je pense notamment à toutes les extensions de Borderlands 1 et 2 qui sont dans cette catégorie, chacun avec leur ambiance propre qui ajoute de nouvelles zones aux jeux, de nouveaux ennemis à combattre, etc. Mass Effect 3 a également profité de DLC de très bonne qualité, Leviathan et Citadel pour les citer. RockStar s'est également fait une habitude de proposer de grosses extensions renouvelant complètement l'intérêt du jeu (ex : GTA IV, Red Dead Redemption et bientôt GTA V). Je n'ai, pour ma part, aucun mal à mettre la main au porte-monnaie si les DLC proposés offrent un contenu de qualité, à un prix juste par rapport à ce qu'ils apportent. C'est, comme je l'ai déjà dit, une façon de maintenir l'intérêt d'un jeu, une façon de le relancer et ce genre de DLC peut donner envie de relancer le jeu une nouvelle fois. Le season pass peut-être un excellent moyen de profiter de tous les DLC d'un jeu à un prix inférieur. Le principe ? Vous achetez un passe à une certaine somme qui, une fois achetez, vous donnera accès à tous les DLC prévus par ce passe. Au final, ce passe vous reviendra moins cher que si vous aviez acheté tous les contenus séparément. Le season pass peut donc être un bon moyen de faire des économies tout en profitant du futur contenu d'un jeu, si toutefois l'ensemble du contenu vous intéresse... De mon point de vue, les DLC qui fournissent de nouvelles armes, des tenues, ou tout autre élément n'entraînement peu ou pas d'ajout majeur, devraient être gratuits. Les contenus multi-joueurs (pack de cartes, d'armes, etc.) à proposer sous forme de pack à un prix raisonnable (Killzone SF propose quatre packs multi-joueurs pour 20 euro avec son season pass par exemple), ce qui est déjà le cas pour bon nombre de jeux, du moins au niveau de la forme, pas forcément du prix. Enfin, les contenus solos devraient être proposés à des prix justes en rapport avec leur contenu.

 

Finalement, je ne pense pas que les DLC soient une mauvaise chose en soi, bien au contraire, je pense qu’il s’agit d’une bonne manière d'entretenir un jeu, de continuer à le faire vivre même un an après sa sortie. Rien ne nous oblige à acheter un DLC après tout, c'est aussi aux consommateurs de faire un choix dans leurs achats de DLC, ce qui est le meilleur moyen d'envoyer un message à l'éditeur afin de lui dire ce qu'ils veulent ou ne veulent pas. Malheureusement, ces contenus sont souvent synonymes d'abus et une partie des joueurs ne responsabilise pas leurs achats, l'éditeur voit donc que ce système est rentable, donc il continue de proposer des DLC douteux à des prix abusifs. Tout est une question d'équilibre. Pour ma part, j'achète régulièrement des DLC quand ils m'intéressent et que je trouve leur prix justifié. Est-ce que cette nouvelle génération verra le DLC disparaître ? Rien n'est moins sûr tant ce principe est devenu une composante à part entière du marché. Ainsi, tant qu’il sera rentable, il ne disparaîtra pas, c'est donc aux joueurs de prendre leurs responsabilités et d'effectuer ou non leurs achats de DLC en accord avec leur vision des choses et, de cette manière, de montrer à l'éditeur quel type de DLC ils désirent.

 

Waylander

 

Ajouter à mes favoris Commenter (7)

Signaler
Critiques

Réaliser une critique n’est pas un exercice aisé. Outre la qualité de notre étude, il faut se demander comment évaluer une oeuvre. Doit-on la critiquer pour ce qu’elle est, ou en lien avec d’autres ½uvres qui lui sont affiliées ? Je choisis la première méthode. 

Une partie des joueurs ont été déçus par Bioshock Infinite car son gameplay était trop différent du premier Bioshock, moins complet, plus classique, plus linéaire. Tel ne fut pas mon cas.

 

Bioshock Infinite est un FPS (un jeu de tir en vue subjective) dans lequel nous incarnons Booker Dewitt, un privé, envoyé dans la cité volante de Columbia à la recherche d'une jeune fille nommée Elizabeth. "Ramenez la fille et nous effacerons la dette", telle est la mission. Le jeu propose un gameplay FPS classique : Booker peut s'équiper d’une arme dans une main et, dans l’autre, il peut choisir de s'équiper d’un tonique, une sorte de pouvoir. L’arsenal est assez varié mais classique, l’originalité réside dans le fait de chercher du côté des toniques. Par exemple : les éclairs, le feu, la lévitation, etc. Les choix sont nombreux. Vous devrez vous frayer un chemin à travers la ville en tirant sur une multitude d’ennemis venus vous empêcher de mener à bien votre contrat. Les sensations de jeu m'ont rappelé positivement celles des FPS classiques. Afin de vaincre vos ennemis, il vous faudra jouer entre vos différentes armes et pouvoirs, tous pouvant être améliorés. De cet aspect, vient le plaisir de jeu, selon moi : tester différentes combinaisons de pouvoirs et les mélanger avec les armes. Nous sommes face à un FPS nerveux et bien calibré, car chaque arme possède ses points forts et ses points faibles. Bioshock Infinite n'est, en réalité, qu'un long couloir parsemé de zones plus grandes à explorer ; l’ensemble vous offre suffisamment de marge de man½uvre pour mener les affrontements comme à votre gré. L’intelligence artificielle des ennemis est loin d'être satisfaisante, elle manque au jeu pour parvenir à un très bon game design malheureusement. Ils ne planifieront guère de tactiques pour vous débusquer, ils ne chercheront pas à vous contourner, etc. Cela est regrettable, d'autant plus que le reste des mécaniques de jeu fonctionne. 

 

Bioshock Infinite comporte néanmoins deux originalités de gameplay. La première, mineure, est la possibilité de s'agripper et de glisser sur des rails qui parcourent la ville, ce qui vous permet donc de vous déplacer rapidement dans certaines zones de combats. La plus importante subtilité du système de jeu est la présence d'Elizabeth. La jeune femme vous accompagnera et pourra se servir de failles afin de faire apparaître des éléments qui pourront avantager votre périple (des munitions, des tourelles automatiques, de nouveaux éléments de décors). Elle pourra également vous prodiguer des munitions, des objets de soins en nombre limité pour ne pas trop faciliter l'expérience. Elizabeth ne sera pas un simple acolyte : elle réagira aux évènements et elle n'hésitera pas à vous donner son point de vue. Elle pourra flâner lorsque vous stopperez votre progression, tout est fait pour qu'elle paraisse la plus autonome et humaine possible.

Graphiquement, sur consoles, le jeu se situe dans la bonne moyenne. Il est beau mais la qualité des textures et des modèles 3D n'est pas ce qui se fait de mieux en matière de FPS. La jouabilité est tout ce qu’il y a de plus classique et de bien calibrée pour jouer avec une manette. Le level design est bien moins tortueux que Bioshock mais il reste en adéquation avec l’orientation du jeu. La partie sonore du titre n’est pas en reste : elle est vraiment d’une grande qualité. Les musiques sont très belles et certaines d’entre elles m'ont réellement marqué, si bien que je peux toujours les entendre résonner dans ma tête. Mais ce qui a transcendé mon expérience, c'est le doublage du jeu, et notamment celui de Booker et d'Elizabeth. Les deux doubleurs nous livrent d'excellentes prestations et pour peu que vous soyez fans de la voix de Booker comme moi... Un réel plaisir !

 

L'histoire se déroule en 1912, à Columbia. Cité utopique créée avec l'aide du gouvernement américain, elle a, cependant, échappé à son contrôle. Désavouée, la localisation de cette cité fut perdue. Columbia est gangrénée de l'intérieur, reflet d'une Amérique idéalisée par son gourou Comstock qui souhaite purifier la sodome inférieure. Booker est engagé par de mystérieux employeurs afin de libérer une jeune fille, Elizabeth, contre l’effacement de ses dettes. D'apparence utopique, Columbia vous révèlera peu à peu son vrai visage après un prologue très immersif et toujours aussi soigné. Les thématiques du jeu sont nombreuses et elles prennent place dans un contexte historique mouvementé : sectes, conséquences de la guerre de Sécession, ou encore racisme. Le jeu construit en partie son scénario sur la relation que Booker va entretenir avec Elizabeth, relation qui évoluera au fil de l'aventure, entraînant par la même occasion des moments forts en émotions. Je ne rentrerai pas plus dans les détails du scénario de Bioshock Infinite. Néanmoins pour ceux qui se le demandent, oui, Bioshock Infinite est lié, dans une certaine mesure, à Bioshock.

Bioshock Infinite représente également une direction artistique vertigineuse, c'est le cas de le dire ! Columbia est un personnage à part entière. Contrairement au premier Bioshock, Infinite est très coloré, très aérien : nous sommes loin de l'ambiance angoissante et claustrophobique de Rapture. Dès les premières minutes du jeu, on remarque que le souci du détail est toujours aussi important et cet ensemble de détails permet de créer un monde vivant et crédible.

 

L'univers de Columbia rappelle évidemment Rapture tout en étant différent. Du côté des ennemis, on ne retrouve pas les « chrosomes », individus dégénérés de Rapture. Vous serez ici confrontés aux forces de l'ordre de Columbia. Certains ennemis rappellent les fameux Big Daddy du premier opus. Infinite propose lui aussi son ennemi emblématique sous la forme de Songbird, mais je n'en dirai pas plus. Pour conclure sur l'univers, les fameux toniques rappellent évidemment les plasmides de Bioshock mais, malheureusement, leur existence dans le monde de Columbia n'est pas clairement expliquée.

 

Le dernier point que j'aimerais aborder au sujet de Bioshock Infinite est la façon dont je vois son game design par rapport à son histoire. Comme je l'ai dit précédemment, beaucoup de joueurs ont été déçus par l'orientation du jeu vis-à-vis de son aîné. D’après moi, la comparaison n'a pas lieu d'être. Dans Bioshock nous incarnons un personnage inconnu dont l'avion s'écrase près d'un phare au milieu de l'océan. Il se retrouve alors piégé malgré lui dans la cité sous-marine de Rapture, au milieu de ces anciens habitants dégénérés. Il va donc explorer cette cité afin de trouver un moyen de s'échapper, mais il va aussi partir à la recherche de réponses sur les origines de la décadence de cette cité utopique. Dans Bioshock Infinite, Booker se rend à Columbia parce qu'il a une mission à accomplir : il connaît son objectif et il en connaît la nature. Son but n'est pas de trouver des réponses et ça ne l’intéresse même pas. Il retrouve rapidement Elizabeth et par la même occasion un moyen de quitter la ville volante. Le rapport au personnage n'est pas le même. Dans Bioshock, le protagoniste ne parle pas et l’on ne connaît pas son apparence. Il s’agit d’un procédé qui nous plonge dans sa peau, nous sommes le personnage. Dans Infinite, Booker possède une voix et un visage, on le dirige mais nous ne sommes pas lui. Au final, s’il y a peu d'exploration dans cet épisode c'est aussi parce qu’il ne s’agit pas du but de Booker. Il veut seulement remplir son contrat et effacer ses dettes. Dans Bioshock, nous sommes en focalisation interne, donc libres de fouiller Rapture afin de trouver les réponses à nos interrogations. Il faut également souligner le fait que Bioshock est un périple solitaire tandis que, dans Infinite, nous serons suivis par Elizabeth dans la quasi totalité du jeu. Le game design de Bioshock Infinite est en adéquation avec son propos. Jusque dans la justification de l'action. Booker devient la cible de toute la ville car il est le faux berger que tout Columbia redoute, il s’agit d’une démonstration du pouvoir que peut avoir un prophète sur un groupe d'individus qui n’est plus capable de réfléchir par lui-même.

 

Si l’on compare Bioshock à Infinite, on peut être déçu par ce dernier à cause d’un level design moins travaillé et d’un gameplay moins complet. Néanmoins, les comparer n’a pas d’intérêt, selon moi, tant les deux sont différents. Bioshock Infinite fut l'un de mes jeux favoris de l’année 2013, j'ai pris un plaisir non dissimulé à arpenter les rues de Columbia, tout en tirant sur cette bande de fanatiques prêt à tout pour éliminer Booker, trop aveugle pour voir qu'ils subissent les rêves démesurés d'un prophète qui se prend pour Noé, dont l’arche est Columbia. L'histoire, ainsi que la relation qu'entretiennent Booker et Elizabeth, m'auront également laissé une trace. C’est le genre d'histoire que l’on n’oublie pas.

 

Waylander

Ajouter à mes favoris Commenter (4)

Signaler
Nice Pics (Sport)

 

Waylander

 

Ajouter à mes favoris Commenter (5)

Signaler
Critiques

Beaux ! Forts ! Vêtus de pyjamas moulants ! Tels sont les Wonderfuls 101 !

Selon moi, The Wonderful 101 représente la crème de la crème sur console en 2013. Il est ce qui se fait de plus complet en matière de jeu vidéo. Pourtant, il a fait un flop commercial incroyable et certains diront : « Il est sorti sur la mauvaise console ! » Mais je dirais, au contraire, qu'il ne pouvait sortir que sur la Wii U. 

The Wonderful 101 (TW101) est le dernier né d'Hideki Kamiya. Il appartient au genre des Beat Them All (BTA) ou en français "Battez-les tous". Pour résumer, vous incarnerez un groupe de héros dont le nombre pourra s’élever jusque 101 simplement pour botter le cul des méchants envahisseurs venus de l'espace. Parmi ces 101 héros, il en existe 7 qui sont les protagonistes de l’histoire. Chacun d’eux possède une arme spécifique : le poing, l’épée, le fouet, le marteau, la griffe, le pistolet et la bombe. Pour l’utiliser, il vous suffira de dessiner son symbole sur l'écran du gamepad. La subtilité réside dans le fait que nos héros utilisent l'uniformisation afin de créer leurs armes en version géante. Ils s'assemblent pour les former : plus vous aurez de héros, plus vous créerez de grandes et de puissantes armes. Contrairement à ce que l’on pourrait penser, à cause de son apparence, TW101 est un jeu très technique et très exigeant, surtout en mode normal. Il vous faudra apprendre à bien jongler entre les différentes armes et techniques de chaque héros, si vous souhaitez obtenir le meilleur score mission après mission. A l’opposé des autres jeux du genre, TW101 ne fonde pas son gameplay sur les combos mais sur l'alternance entre ces différentes armes. Il vous faudra certainement du temps pour saisir toutes les subtilités de ce système. D'ailleurs, toute cette subtilité sera encore plus apparente lorsque vous recommencerez le jeu.

TW101 sait également varier les phases de jeu. Il ne sera pas rare de prendre le contrôle d'un vaisseau et de passer en mode Shoot them up pendant quelques périodes du jeu. Il se prend même, par moment, pour un simulateur de boxe ! Pour ce qui est du level design, TW101 s'en sort bien. Les niveaux sont bien conçus, plutôt variés et ils se développent aussi bien à l'horizontale qu'à la verticale ; je n'ai donc pas eu l'impression d'arpenter un long couloir ennuyeux. De plus, ils sont remplis de bonus à trouver (des nouveaux héros, des dossiers à collectionner, des figurines, etc.). La diversité des décors et des situations immergent le joueur dans ce jeu atypique. Malheureusement, la caméra se montre parfois capricieuse et sera sûrement une source de frustration pour les joueurs les moins expérimentés, mais globalement je n'ai pas trop eu à m'en plaindre, rien de rageant ou de très handicapant. Qui dit Wii U, dit gamepad - la fameuse manette/tablette. Ici, elle est bien utilisée. Evidemment, vous pouvez jouer uniquement sur le gamepad. Sinon, elle sert à afficher des menus et elle sera mise à profit lors de certaines séquences : lorsque l’on entre dans un bâtiment, par exemple, il faudra regarder le gamepad pour suivre nos héros en collants. Une utilisation plutôt bonne et bien pensée en termes de game design mais qui peut dérouter. TW101 est très agréable à l'½il pour peu qu'on aime sa direction artistique ! Techniquement il est loin d'être impressionnant mais j'ai beaucoup aimé le rendu visuel global : le jeu est très coloré et il ne souffre que très rarement - pour ainsi dire jamais - de ralentissements, malgré le nombre de personnages à l'écran. Pour arriver à ce résultat, des concessions ont dû être faites. Ainsi, en pleine action la modélisation des personnages laisse un goût amer alors que, lors des cinématiques, la modélisation est déjà plus flatteuse pour nos rétines. Malgré tout, ce n’est pas trop handicapant grâce à l’angle de caméra utilisé dans le jeu.

Coloré, assumé et déjanté sont les termes qui conviennent pour parler de la direction artistique de TW101. La principale influence est bien évidemment les Super Sentaï, très populaires au Japon, leurs versions occidentales étant les Power Rangers. Mais, l’on peut aussi citer les mangas et Viewtiful Joe, un autre jeu de Kamiya-San. La mise en scène est très convaincante et celle des phases de dialogues rappelle les mangas alors que les scènes cinématiques possède ce cachet typique de Platinium Games et de Kamiya-San : dynamique, ultra stylisé et drôle ! Un des éléments forts de l’ambiance de TW101 est l’humour ! Chaque héros répond à un archétype précis : le chef charismatique, la jolie fille très caractérielle, le ténébreux et sa grosse épée, le gros balèze timide et bien d’autres. Ces archétypes sont utilisés pour le plus grand plaisir de nos effusions jubilatoires et ils ne sont pas ressentis comme des clichés. Ils sont au service de l’humour et participent pleinement de cette ambiance particulière en totale adéquation avec le visuel coloré. En somme, du bonheur en barre ! Nous avons également un héros français – cocorico – qui se fait souvent appeler – ô originalité – « baguette », « béret » ou encore, pour les fêtes de Noël, « foie gras » ! Passeront un excellent moment, ceux qui aiment ce genre d’ambiance, mais si ce n’est pas votre tasse de thé, puisse le gameplay du jeu compenser cela ! En ce qui concerne la bande son, j’ai trouvé celle de TW101 de qualité sans être exceptionnel : la musique fait son office en étant entrainante durant les combats et voluptueux le reste du temps. Le doublage anglais est vraiment réussi et il renforce d’autant plus l’immersion : rien ne serait pire que d’entendre des doubleurs peu convaincants pour un jeu si atypique !

Dernier aspect du jeu qu’il fallait traiter : le scénario. Eh bien, non ! le scénario de TW101 est loin d’être exceptionnel. Nous sommes dans le très classique et très cliché : des extraterrestres viennent envahir la Terre et les Wonderful 101 devront lutter contre cette invasion, ce qui est la partie visible de l’iceberg. Ce qui est à souligner est le fait que le scénario soit construit : on trouve une introduction, un élément perturbateur, des péripéties, des rebondissements, des révélations et une conclusion. Cela paraît logique mais les BTA n’ont pas toujours été dotés d’une construction scénaristique aussi solide. L’histoire est plaisante et j’ai eu le sentiment qu’elle n’avait pas été faite à la hâte et, bien que décalée, elle existe.

TW101 fut un échec commercial et un semi-échec critique. Beaucoup de testeurs ont jugé le jeu trop difficile à manier, à cause des problèmes de caméra par exemple. Je pense qu’ils sont passés à côté de l’intérêt du jeu. TW101 n’a pas été réalisé avec les normes de l’époque : le jeu est exigeant, difficile, et il ne se laisse pleinement maîtriser qu’après une première partie. Véritable OVNI, il est l’exemple du jeu complet et aucun de ses aspects ne semble avoir été délaissé jusqu’aux bonus à collectionner (artworks, musiques, modèles 3D, etc.).

Plusieurs mois après l’avoir terminé, voici ce que je retiens de TW101 : un jeu vidéo complet, un modèle d’équilibre entre tous ses aspects et, bien qu’il ne soit pas parfait, il est atypique et généreux. Ainsi, je le considère comme l’un des meilleurs jeux de l’année 2013.

 

Waylander

Ajouter à mes favoris Commenter (22)

Signaler
Dossiers (Jeu vidéo)

Bon allez je post mes plus grandes attentes JV pour 2014,  parce que sinon à tout les coups je vais les poster en décembre 2014 ! Alors évidemment je ne vais parler que des jeux annoncés et dont on est sûr, à une exception près, qu'ils sortiront en 2014. Je vais commencer par le jeu que j'attends le plus pour finir par le jeu que j'attends le moins, mais bon je l'attends quand même parce qu'il fait partis des jeux que j'attends le plus ! Enfin vous m'avez compris ! Let's begin !

 

Metal Gear Solid V : Ground Zeroes (PS4)

Ceux qui me connaissent savent que je suis fan de l'immense série d'Hideo Kojima, une des séries les plus cultes de notre média favoris ! Même si je sais que Ground Zeroes ne sera qu'un prologue à The Phantom Pain, ça ne m'empêche pas de l'attendre avec impatience, j'espère qu'Hideo Kojima nous livrera un jeu avec un contenu assez étoffé et pourquoi pas avec des DLC gratuit pour prolonger l'expérience. Pour cet épisode j'imagine une mission principale d'une durée un peu supérieure au prologue de MGS 2 (le tanker) et MGS 3 (la mission vertueuse) avec tout un tas de mission annexe à la Peace Walker. J'ai hâte de découvrir toutes les nouvelles trouvailles de gameplay d'Hideo Kojima et de son équipe mais également la nouvelle narration qu'Hideo Kojima va mettre en place avec ces deux épisodes, narration qui n'est plus à base de cinématiques intérminable comme diront certains. Enfin j'ai envie de découvrir quelle thématique Hideo Kojima va aborder et surtout de quelle manière il va le faire. Le rendez-vous est donc pris pour le 20/03/14.

cliquez pour regarder l'openning de Ground Zeroes

________________________________

 

X (Wii U)

Voici l'exception à la règle, en effet on ne sait pas encore quand le prochain jeu de Monolith Soft débarquera chez nous sur la Wii U. On ne sait pas grand chose sur le jeu si ce n'est qu'il est au moins la suite spirituelle du cultissime Xenoblade Chronicles, même si quelque chose me dit que se sera bel et bien sa suite (voir la fin du premier trailer). Pour moi la PS3 et le 360 n'ont pas réussis à m'apporter un grand J-RPG, le J-RPG qui marque une génération. J'attends donc cet épisode comme le messie du J-RPG HD.  L'univers me plait déjà, le système promets d'être au moins aussi complet, graphiquement le jeu est magnifique et je trouve qu'il renvoie déjà au placard FF XIII et ces jolies couloirs. Vivement une date de sortie !

Cliquez pour regarder le trailer de "X"

________________________________

 

The Order 1886 (PS4)

Avec The Order 1886, Ready At Dawn veut rentrer dans la cours des grands et va essayer d'imposer son jeu et son univers en tant que nouvelle référence pour les fans de Playstation. The Order 1886 est pensé comme le premier épisode d'une série qui s'étendra au dela du Jeu Vidéo. Le jeu est clairement ambitieux sur son univers, artistiquement travaillé et avec une cohérence visuelle qui m'impressionne déjà, sur le papier il a tout pour devenir une de mes nouvelles références. Je suis vraiment curieux de voir comment Ready At Dawn va intégrer les éléments historiques, comme Arthur et les chevaliers de la Table Ronde, à la mythologie de son jeu. Au niveau du gameplay on sait que le jeu aura plusieurs compostantes dont une partie TPS. Le jeu est prévu pour automne 2014 et j'ai déjà hâte d'y être.

cliquez pour regarder le trailer de The Order 1886

________________________________

 

Castlevania Lords of Shadow 2 (PS3)

Le seul jeu current gen du top ! Mais quel jeu... Lords of Shadow 2 s'annonce comme la conclusion magistral d'une série qui a commencé il y a trois ans. Cette série est une superbe réinterprétation de Castlevania et du mythe de Dracula, ponctué de référence à la Bible. Comme je l'ai déjà dis cette série transpire la classe. J'attends de cet épisode une conclusion poétique, macabre et j'attends évidemment d'expérimenté des phases de gameplay toujours aussi exigeante et technique. Est-ce que cet épisode réussira à surpasser le premier et sa fin surprenante ? Réponse en Février.

cliquez pour regarder le trailer de Castlevania Lords of Shadow 2

 ________________________________

 

The Witcher 3 : Wild Hunt (PS4)

The Witcher 2 a fait partis de mes claques de la génaration, alors dire que j'attends la conclusion des aventures de Geralt est un bel euphémisme ! Ayant lu les livres de la saga du Sorceleur (enfin il me reste le dernier à lire je crois) c'est un univers avec lequel je suis familier et que j'apprécie particulièrement. Pour cet épisode CD PROJEKT RED s'attaque à l'open world et j'ai bien envie de voir comment ils vont s'en sortir face à des studios comme Bethesda. En tout cas graphiquement cet épisode promets déjà d'être une claque graphique comme l'étais déjà The Witcher 2. En 2014 on tuera des monstres, et parfois les pires sont humains.

cliquez pour regarder le trailer de The Witcher 3 Wild Hunt

________________________________

 

Watch Dogs (PS4)

Qu'est ce que j'aurai aimé y jouer cette année ! Mais finalement se sera au Printemps 2014 que je pourrai poser mes mains sur le dernier né d'Ubisoft ! J'attends de Watch Dogs qu'il propose un gameplay open world encore plus maitrisé que celui d'Assassin's Creed IV avec des mécaniques de jeu qui lui seront propres, j'attends également beaucoup de l'histoire et de l'univers du jeu, j'apprécie particulièrement ce genre d'univers, bien plus que celui d'un GTA V par exemple. Graphiquement on sait déjà que le jeu est très jolie, évidemment c'est l'un des premiers jeu next-gen et il sera dépassé au final, mais un jeu ce n'est pas que des graphismes et je pense que Watch Dogs peut nous surprendre. Le silence autour du jeu depuis son report est d'ailleurs assez rassurant je trouve, les équipes d'Ubisoft doivent plancher à fond sur leur petit bébé.

cliquez pour regarder le trailer de Watch Dogs

________________________________

 

Don't Starve (PS4)

La première chose qui m'a attiré chez Don't Starve c'est la façon dont RaHan en parlait lors d'un des podcasts de GB. J'ai commencé alors à me renseigner sur le jeu et j'ai trouvé le principe intéressant avec son esthétique Tim Burtonesque. Mais vu que je n'aime pas spécialement jouer sur PC je n'y ai pas touché jusqu'à présent. J'étais donc content quand Sony a annoncé que Don't Starve débarque sur la PS4, je vais donc me ruer dessus le 08/01 avec le PS Plus. Je pense que c'est le genre de jeu qu'il est difficile de lacher une fois qu'on a mis la main à la patte !

cliquez pour regarder le trailer de Don't Starve

________________________________

 

Thief (PS4)

Etant fan d'infiltration j'attends l'arrivée de Thief avec une certaine curiosité, je n'ai jamais joué à un épisode de la série, à part Dark Project que j'ai lancé quelques minutes. J'aime beaucoup la direction artistique et le partie pris vraiment infiltration. Je ne me suis pas trop renseigné sur le jeu pour ne pas me spoiler mais j'espère vraiment qu'il sera à la hauteur de la série. Etant donné qu'Eidos Montreal se charge du jeu je ne me fais pas trop de soucis, surtout que le studio a déjà fais quelques modifications suites aux retours des joueurs, preuve que le studio veut tout faire pour satisfaire les amateurs d'infiltration. Je pense d'ailleurs réaliser un test du jeu sur mon blog une fois que je l'aurai terminé.

cliquez pour regarder le trailer de Thief

________________________________

 

inFamous Second Son (PS4)

inFamous 2 m'avait vraiment beaucoup plu, plus que le premier même si j'avais passé un bon moment. Cet épisode va surement être la prochaine claque graphique que Sony va nous apporter sur PS4, je dois dire que j'ai un peu de réserve sur le gameplay, j'ai peur d'avoir un copier/coller du second épisode. Mais je préfère laisser le bénéfice du doute à Sucker Punch. J'attends de cet épisode plus de variété, que le sentiment de puissance lié aux pouvoirs soit toujours aussi présent, et des nouveautés de gameplay. Côté scénario j'aimerai une hisoire plus sombre et peut-être moins manichéenne. Il va falloir que je patiente jusqu'au mois de mars.

cliquez pour regarder le trailer de inFamous Second Son

________________________________

 

Hotline Miami 2 (PS Vita)

Une de mes surprises de l'année sur PS Vita, j'ai trouvé le premier épisode vraiment addictif ! L'ambiance est vraiment unique et le pixel art donne cet aspect si spécial et unique au jeu. Pour Hotline Miami 2 je n'attends pas de changements fondammental, juste plus d'armes, plus de masques, une histoire toujours aussi étrange, une bande son inspiré, je ne suis pas difficile concernant mes attentes ! Allez pour chipotter je dirai un épisode plus long.

cliquez pour regarder le trailer de Hotline Miami 2

________________________________

 

Transistor (PS4)

Ca ne fait pas longtemps que je me suis intéressé à Transistor et n'étant pas fan de Bastion (faudra vraiment que j'essaye de le faire un jour) je ne me suis pas renseigné sur le jeu. Et puis la curiosité m'a poussé à jeter un oeil. J'aime beaucoup la direction arstique du jeu, graphiquement très jolie, le gameplay est assez original je trouve, j'aime beaucoup cette idée de figer le temps pouvoir planifier ses actions et les exécuter rapidement, ça donne un réel aspect stratégique au jeu. La narration à l'air plutôt bien aussi et l'histoire intriguante. Une petite perle indé que j'ai hâte de découvrir sur PS4.

cliquez pour regarder le trailer de Transistor

________________________________

 

Oddworld : New'n'Tasy (PS4/PS Vita)

Alors là c'est la nostalgie qui parle ! J'ai grandis avec l'épisode sortis sur Playstation, quand j'y pense je trouve que le jeu était vraiment en avance sur son temps en terme de maturité d'écriture. Alors j'ai vraiment hâte de me remettre sur cet épisode avec des graphismes remit au gout du jour ! Ce mélange d'aventure, de réflextion, d'énigmes, d'exploration dans cet univers si unique, tout un programme. Et puis après cette nouvelle version peut être que le studio s'attaquera au premier Metal Gear Solid ? Après tout ils ont fait une demande à Hideo Kojima...

cliquez pour regarder le trailer de Oddworld New'N'Tasty

 

Et vous, quels sont les jeux que vous attendez le plus en 2014 ?

 

Waylander

 

Ajouter à mes favoris Commenter (8)

Signaler
Dossiers (Jeu vidéo)

Premier post d'une série qui va regrouper 10 jeux que j'aime particulièrement pour un ou plusieurs aspects. Ils rentrent tous dans ma catégorie de jeux favoris car ils combinent, à mon sens, un bon gameplay, une vrai d.a, un scénario et/ou une bonne narration. Comme j'ai déjà dû l'expliquer dans un de mes post, et sur ce point je rejoins Nico, pou moi un bon jeu doit être un équilibre parfait entre tous ces éléments, l'élément le plus important étant le gameplay car c'est ce qui différencie le Jeu Vidéo des autres médias. Je commence donc cette série de post avec un jeu PS VITA, une des dernières créations de Keji Inafune :

 

Soul Sacrifice

 

Sous son aspect ultra gore, il suffit de regarder l'image juste au dessus pour s'en convaincre, Soul Sacrifice cache l'une des histoires les plus touchantes que j'ai vécu cette année. Contrairement à un Monster Hunter, car c'est bien de ce type de jeu qu'il s'agit, Soul Sacrifice propose un vrai scénario pourvue d'une narration très plaisante, en total adéquation avec son univers.

Mais avant de rentrer plus en avant dans cet univers, parlons du gameplay. Dans Soul Sacrifice votre but sera de vaincre des monstres ou des sorciers dans des arènes plus ou moins grandes. Pas de notion d'exploration ici, bien dommage d'ailleurs mais j'y reviendrai plus tard. Chaque mission vous demandera de tuer un certain nombre d'ennemis ou alors de vaincre un boss titanesque. Pour cela de nombreux pouvoirs sont à votre dispositions, offensifs, défensifs, ou pour améliorer les compétences de votre personnage. Quelques exemples : invoquer une hache, augmenter sa vitesse, sorts de soins, invocation d'armure de pierre, ou encore transformation en boule de pierre enflammé. Et il y a aussi les Rites Obscurs, sortes de sorts ultimes, chacun pouvant vous donner un avantage considérable au cours de la bataille, allant même jusqu'à renverser son cours.

L'originalité de Soul Sacrifice c'est qu'il n'y a pas de mana, tout est à base de sacrifice. A chaque ennemi tué on vous laissera le choix : sacrifier son âme ou la sauver. L'intérêt du sacrifice ? Recharger vos sorts. Chacun de vos sorts à un nombre limité d'utilisation, en sacrifiant une âme vous recharger en partie vos sorts. Si vous arrivez au bout d'un sort, il sera inutilisable et devra être rechargé une fois la bataille terminé. En sacirifant une âme vous augmentez également votre jauge de magie occulte, celle-ci augmente votre puissance et votre capacité à utiliser des runes de magie occulte, j'y reviendrai plus tard. Au contraire en sauvant une âme vous récupérez de la santé et faites augmenter votre magie divine, celle-ci augmente votre résistance et votre jauge de vie. C'est ainsi que votre personnage augmentera de niveau.  Au fur et à mesure que votre personnage progressera, l'apparence de son bras droit changera en fonction de des sacrifices que vous ferez, sacrifier toutes les âmes et votre bras deviendras aussi hideux que possible, au contraire sauver le plus d'âme possible et votre bras gagnera une apparence divine. Equilibrez les deux et il restera "normal". Vous pouvez également graver des runes sur votre bras, celles-ci vous donneront divers bonus/malus. Les sorts ultime eux, vous demanderont de sacrifier une partie de votre corps, votre peau par exemple, vous rendant alors très sensible au feu, ou alors mon favoris, votre oeil, vous cachant une partie de la vue après utilisation. La bataille gagné vous pourrez récupérer cette partie de corps, mais attention, à chaque utilisation le coût devient de plus en plus important.

A chaque fin de misssion on vous accordera un score, plus votre score sera élevé plus vous gagnerez de sorts à la fin. Chaque sort peut être amélioré en le combinant au même sort. Exemple, après 10 heures de jeu j'ai récupéré 20 sorts de trident infernal. Lorsque je combine deux sorts de trident infernal, je gagne un sort de trident infernal +1, pour avoir un +2 il faut que je combine deux sort +1. Et ainsi de suite. Au bout d'un moment le sort évoluera dans une version plus puissante, version que je pourrai à nouveau améliorer. En augmentant ainsi vos sorts vous gagnerez en puissance et en nombre d'utilisation.

Pour terminer avec la partie gameplay voici d'autres éléments importants : Contrairement à un Monster Hunter, ici Soul Sacrifice propose une fonction de lock rendant les combats bien plus agréables. Lors de vos nombreuses missions vous serez souvent accompagné de un ou deux personnages. Chaque arène dispose de sort cachés que vous pouvez activer, en général lié à la faiblesse de votre ennemi, vous pourrez également recharger vos sorts de temps à autres via des partis du décors que vous trouverez grace au troisième d'oeil, sorte de vision vous montrant le niveau de santé des personnages et ennemis à l'écran. Quand vos alliés seront à l'agonie vous pourrez les sauver ou les sacrifier. Le titre propose également un mode multijoueur dont je ne vous parlerai pas vu que je n'y ai pas joué.

Au final j'ai trouvé le gameplay de Soul Sacrifice très accrocheur et carré. Il faut un peu de temps pour bien comprendre toutes les subtilités liés à l'utilisations des sorts mais une fois maitrisé c'est un vrai plaisir et je me suis souvent retrouvé à faire du farming afin de récupérer les sorts dont j'avais besoin pour en créer d'encore plus puissant. La notion de sacrifice est très présente dans le jeu, et j'ai souvent hésité à réaliser un Rite Obscur car je savais que si je me ratais, je serais très désavantagé face au boss. Les missions se font assez rapidements, sauf les boss, et conviennent parfaitement à une utilisation portable et nomade de la machine. Un très bon compagnons de train pour ma part !

 

Rentrons maintenant dans l'univers du jeu ainsi que dans sa structure. Soul Sacrifice vous place dans un monde décadent, vous êtes un simple petit sorcier capturé par le plus puissant des sorciers : immortel et accro au sacrifice. Alors que vous attendez dans votre cage que votre tour vienne, un étrange livre se mets à vous parler : Librom. Celui-ci vous explique qu'il est une sorte de journal intime d'un ancien sorcier, et qu'en lisant les pages de ce livre, vous pourrez revivre les évènements qu'à vécu son auteur, et ainsi acquérir les même pouvoirs. C'est seulement en allant suffisamment loin dans le livre que vous pourrez devenir assez puissants pour vous libérer et vaincre votre bourreau. Le livre est donc divisé en plusieurs parties, celle réservé à l'histoire principale, divisé en chapitre, chacun composé de plusieurs évènements/missions. Une partie est réservé à votre personnage, le livre vous explique qu'en gros vous pouvez choisir d'être n'importe qui physiquement, ça n'a pas d'importance pour l'histoire. Il y a ensuite l'histoire principale, et les chapitres annexes, tous lié à la vie du sorcier mais qui sont en marge de cette histoire principale (j'ai trouvé ceux-ci au moins aussi intéréssant que l'histoire principale). Enfin il y a toute une partie consacré à l'univers du jeu, vous expliquant les orgines de ce monde, d'ou viennent les sorciers, les monstres, etc. Tout est extrèmement détaillé et donne corps et vie à cette univers si sombre.

Je démarre donc cette aventure après avoir choisis les caractéristiques physique de mon personnage. Le prologue commence alors, et à la fin de celui-ci, première claque. Je ne veux pas en parler car cet évènement va conditionner tout le reste de la vie de l'auteur. Sachez simplement que les thèmes centraux de Soul Sacrifice sont le sacrifice bien évidemment,  le remords et le sentiment de culpabilité mais également l'espoir. L'histoire de Soul Sacrifice comporte de nombreuses révélations, de nombreux évènements innatendus, tous lié les uns aux autres et c'est seulement à la fin que tout tombe sous le sens.

La narration du jeu est particulièrement géniale, très proche des passages de lecture de Lost Odyssey. La voie du livre vous lis les paroles qu'à écrit son auteur. Les doublages anglais sont vraiment bon, chaque page est un vrai plaisir à découvrir, il n'y a pas uniquement du texte mais égalemnent des sortes de peintures qui prennent vie devant vos yeux, la musique est également sublime. L'hisoitre de Soul Sacrifice m'a réellement pris aux tripes et c'est le genre d'histoire dont on se souviens longtemps. Le sentiment de culpabilité de l'auteur est présent à chaque chapitre, il règne une atmosphère de mélancolie aboslue. Le thème du sacrifice y est abordé de différente manières. Je ne rentre pas dans les détails de cette notion car elle vous spoilierait une partie de l'histoire et de l'univers du jeu.

Si je devais retenir deux défauts de Soul Sacrifice c'est d'une part son côté répétitifs, les arènes bien qu'assez nombreuses ne le sont pas assez par rapport aux nombres totales de missions. Les ennemis de bases ne sont pas variés également. D'autre part l'aspect graphique n'est pas au mieux des capacités de la PS VITA, le jeu est assez pixélisé mais je le trouve quand même agréable à l'oeil. Passé ces défauts c'est du tout bon, notamment pour les superbes musiques dont voici un extrait :

 


Soul Sacrifice est un des meilleurs jeux de la PS VITA selon moi, un titre au gameplay exigeant et assez répétitifs qui pourra en rebuter certains mais son histoire est réellement profonde, touchante et avec une narration clairement maitrisé. C'est suffisamment rare pour être souligné. C'est de mes coups de coeur de cette année et je le conseils à tous les possesseurs de PS VITA.

 

 

Indice pour le prochain jeu coup de coeur :

 

Waylander

 

Ajouter à mes favoris Commenter (3)

Signaler
La vie du blog
 
Hello à tous. Aujourd'hui je fais un petit article deux en un. Je vais commencer par celui que je dois faire depuis un moment. Le nouveau look du blog, j'espère qu'il plaira. N'hésitez pas à me donner votre avis. Sinon au programme beaucoup moins d'articles qu'avant, la faute à un emploi du temps beaucoup plus chargé. Je vais essayer de privilégié la qualité à la quantité. Proposer des articles plus originaux, en tout cas je vais essayer. Dans les prochaines semaines quelques articles sont prévus, là pas très originaux pour le coup je l'avoue. J'ai dans l'idée de faire un post sur certains jeux plus originaux qui ne sont pas dans mon top de l'année. Un article sur les jeux que j'attends le plus en 2014, j'essayerai de varier les plaisirs entre blockbuster et jeux indépendants. Et j'hésite à faire mon top de l'année comme je l'avais fais l'année dernière. Il sera dans tous les cas dans l'édito à gauche d'ici le 1er janvier. J'aimerai également faire des posts de blog avec la fonction share mais il faut que je vois certains détails, du genre comment je peux récupérer la capture que j'ai faite sur PS4. C'est peut être possible via une clé usb. Il faut que je me penche là dessus. Se sera une nouvelle forme de Nice Pics.
 
Ensuite on prévoit de faire un live twitch Kevane et moi (Waylander pour les deux qui dorment au fond de la salle) pour la fin de l'année. Surement entre le 23/12 et 03/01, oui c'est large comme fourchette mais on a pas encore regardé nos dispos respectives. Se sera surement un live sans prétention, juste pour partager un petit moment avec ceux qu'on apprécie sur Gameblog, et vous pourrez surement voir nos tronches en exclus. Reste à déterminer le jeu, mais on en fera surement plusieurs.
 
Voilà pour les news concernant le blog. Maintenant on passe à la suite.
 
J'ai créer il y a peu une page Facebook. On postera les liens des posts de blogs et on partagera différentes choses, trailers qu'on a aimé, tests, vidéo, musiques. Bref tout plein de trucs.
 
Concernant Twitter il n'y a pas de pages Twitter officiel pour le blog, vous pouvez par contre me suivre ICI.
 
Enfin la chaine Twitch.
 
Sur ce, bonne soirée à tous, on finis en musique !
 
 
 
Waylander
 
 
 
Ajouter à mes favoris Commenter (2)

Signaler
Dossiers

 

Suite et fin de mon top de la génération, de la 10ème à la 1er place, avec une petite surprise en prime. Let's go.

 

10 - GTA V (Playstation 3)
J'hésitais entre GTA IV et V pour cette position, j'ai finalement décidé de mettre le cinquième épisode bien que j'ai préféré l'histoire et l'ambiance du précédent. J'ai adoré le jeu, graphiquement ultra impressionnant, surtout pour sa constance, aucune chute de framerate, très peu de bugs, une distance d'affichage folle, GTA V m'a impressionné sur ce point. L'articulation du gameplay autour des trois personnages est vraiment une bonne idée et chaque personnage apporte quelque chose à l'histoire. Si on veut se la jouer role play on peut même jouer différemment avec chacun des persos. On retrouve bien évidemment la satyre made in RockStar mais moins fine que dans GTA IV je trouve, beaucoup plus rentre dedans, mais c'est peut-être voulu ? Après tout nos sociétés occidentales moderne sont ainsi faite. Je n'irai surement pas jusqu'à dire que GTA V est un jeu next-gen, pour moi c'est exagéré car cet épisode ne révolutionne pas la série, il n'y a rien de très nouveau, mais le degré de finition est tellement élevé que je suis reste bouche bée, c'est pour cela que je le mets juste devant RDR, malgré une histoire moins marquante. Pourquoi ai-je donc choisis de mettre GTA V au lieu de GTA IV ? Car chaque élément de gameplay de cet épisode est au dessus du précédent (sauf la conduite peut-être) et que même si le scénario et l'ambiance sont très important dans un tel jeu, ce qui différencie un jeu, d'un film ou d'un livre, c'est son gameplay, son interactivité. C'est pour ça que j'ai choisis de privilégier GTA V.

 


9 - Batman Arkham City (Xbox 360)
Quasi perfection, voilà ce que je pense de Batman Arkham City, un jeu proche de la perfection. C'est bien simple, je n'ai aucun reproche à lui faire. J'ai adoré cet épisode de bout en bout. Gameplay enrichis, graphiquement toujours aussi beau et avec une superbe D.A, des combats de boss enfin intéressants, et une double histoire que j'ai eu grand plaisir à suivre, c'est la première fois que j'ai eu l'impression d'avoir deux scénarios dans un même jeu. D'un côté l'histoire entre Batman et Strange et de l'autre celle avec le Joker. J'ai passé de nombreuses heures sur Arkham City et malgré tout le temps qui s'est passé depuis sa sortie, rien n'y change, je ne trouve toujours rien à lui reprocher, les défis sont toujours extra et certains demandent de la réflexion pour les résoudre. Faire évoluer Batman dans ce quartier de Gotham a été un réel plaisir. Même si j'ai adoré Arkham Asylum et son level design, j'avoue que se retrouver dans un monde plus ouvert ne fait pas de mal.

 

8 - The Witcher 2 (Xbox 360)
Surement une de mes séries de RPG favorites, je n'ai jamais pu finir le premier épisode (PC pas assez puissant), alors quand j'ai appris que le second épisode allait débarquer sur Xbox 360, j'ai direct réservé le jeu en édition collector ! Résultat, je n'ai absolument pas été déçu ! La première baffe est visuelle, The Witcher 2 est l'un des plus beaux jeu de la génération. Son univers est très fournis, un peu difficile à appréhender si on ne connait pas les livres ou l'épisode précédent. Ayant lu les livres de Sapkowski j'ai pu directement rentré dans cet univers absolument génial. Génial pour plusieurs raisons. Malgré son univers fantasy, les thèmes abordés par la série sont plus qu'actuels, discrimination raciale, terrorisme, ou encore la normalité. Le traitement du jeu est très adulte, les scènes de sexes ressemble à des scènes de sexes et les scènes d'amours ressemblent à des scènes d'amours. Les dialogues sont très bien écrits, joués et mis en scène. L'immersion est beaucoup plus importante que dans un Skyrim, en tout cas du point de vue de l'histoire et des dialogues. J'ai apprécier tous les éléments de gameplay de The Witcher 2, notamment sa partie combats tourné vers l'action, mais avec une pointe de stratégie non négligeable, l'ensemble donne des combats très dynamique et prenant. Le jeu est long puisqu'à partir d'un certain chapitre le jeu part dans deux directions différentes, une très bonne replay value donc. Et c'est d'ailleurs le seul jeu que j'ai terminé en difficulté maximal tant celle-ci a d'intérêt ! Gameplay aux petits oignons, une histoire sombre et non manichéenne. Un must have pour tous les fans de RPG.

 


7 - Dead Space 2 (Xbox 360)
Dead Space 2 est pour moi l'un des jeux les plus efficaces de la génération ! Je l'ai d'ailleurs fais trois fois de suites ! Dead Space 2 à réussis à faire ce que RE5 , RE6 et Dead Space 3 n'ont pas réussis à faire, trouver un équilibre entre Survival Horror et Action. L'ambiance est flippante, on se retrouve pris au piège dans cette station infesté de nos créatures favorites ! Certains passages du jeu sont carrément malsain, je pense en particulier au passage dans la crèche. Et il y a un passage qui a du faire frémir tout les fans du premier Dead Space, en tout cas ce passage est celui qui m'a le plus fais peur je pense ! Dead Space 2 est un exemple de maitrise. Je ne me suis ennuyé à aucun moment, le gameplay est ultra efficace dans chacune de ses composantes, que se soit la partie action comme survival. L'arrivé des passages en apesanteur diversifie encore la formule de Visceral Games tout en restant complètement dans le ton, aucune faute de goût. Visuellement superbe, une pure maitrise du son. En fait il ne manque qu'un vrai scénario pour que Dead Space 2 rejoigne le panthéon des meilleurs Survival Horror, dommage car sur ce point le jeu déçoit vraiment, j'ai eu l'impression de jouer à un copier-coller du premier. Mais Dead Space a réussit son objectif 1er : me faire peur, et c'est bien ça le plus important.

 


6 - Bioshock et Bioshock Infinite (Xbox 360)
Même si les deux épisodes sont assez différents sur certains points, ils ont de nombreux points en commun et pour moi leurs histoires sont liés, c'est pour ça que je les regroupes dans mon top de la gen. Le premier Bioshock a été un dépaysement total, un vrai bol d'air frais pour l'époque, son ambiance Art Deco m'avais conquis. Artistiquement le jeu est une vrai oeuvre d'art. Son gameplay quand à lui est dans dans la droite ligné des titres comme System Shock. L'histoire est captivante et les nombreux enregistrements vocaux dissimilé un peu partout dans Rapture participe à créer une ambiance oppressante, Bioshock n'est pas un survival horror, pourtant il m'aura bien fait flipper ! Bioshock Infinite garde cette même qualité artistique, mais perds beaucoup de ce qui avait fait la force du gameplay du premier épisode. En effet pour le coup Bioshock Infinite est très centré sur le côté FPS, dommage. Néanmoins c'est l'histoire de Bioshock Infinite qui m'a mis une claque aller-retour et c'est pour ça que je le préfère au premier. L'histoire est plus personnel et elle m'a touché en plein coeur. Je me suis beaucoup attaché au personnage d'Elizabeth et Booker au départ vrai enfoiré, trouve peu à peu une forme de rédemption dans cette cité volante de Columbia. Je trouve que Ken Levine a très bien lié les deux jeux. Bien que Bioshock Infinite soit bien moins ambitieux au niveau de son gameplay, je trouve que ce qu'il fait, il le fait bien. 

 

5 - Assassin's Creed (Xbox 360)
Et oui, Assassin's Creed est dans mon top 5 de la génération ! Assassin's Creed et moi c'est une grande histoire, fan de la série jusqu'à l'épisode 3 qui m'aura déçu malgré ces qualités. Beaucoup d'entre vous considère le second épisode comme le meilleur, et bien pour moi, c'est le premier. Assassin's Creed fut l'une de mes premières claques next-gen (de l'époque bien sûr). Graphismes extra, un gameplay vraiment original pour l'époque, cette sensation de liberté quand on se déplace de toit en toit, ce sentiment d'accomplissement quand on réussis à un assassinat à la perfection, et en plus un scénario franchement ambitieux. J'aime beaucoup le système de combats basé sur les contres, malgré les défauts qu'on lui connais. Bien que le jeu soit répétitif j'y trouvais une liberté et un je ne sais quoi que je n'ai pas retrouvé dans les épisodes suivants. Même au niveau de son univers, les assassins y sont plus mystérieux, plus intéressant, plus tout. Cet époque est en quelques sortes l'âge d'or des assassins. J'ai beaucoup apprécié le principe de revivre l'Histoire telle qu'elle c'est vraiment passé, enfin dans l'univers du jeu, n'allez pas croire que... Enfin si ça se trouve... BREF. Ce point est intéressant car comme tout le monde le sait l'Histoire est écrite par les vainqueurs, et peut-être que nous aurions une vision différente de l'Histoire si celle-ci avait été écrite par les vaincus. J'espère que le 4ème épisode va me réconcilier avec la série. En tout cas Assassin's Creed restera une des grosse claque que j'ai pris sur cette génération.

 

4 - Xenoblade Chronicles (Wii)
Le seul jeu Wii de mon top, bien que j'en ai aimé d'autres ! Xenoblade Chronicles est pour moi LE renouveau du J-RPG, à la fois moderne tout en gardant ce qui fait le charme d'un J-RPG. Un gameplay ultra complet, un monde gigantesque, des centaines de choses à faire, un univers, des personnages et une histoire captivante. Ajoutez une bande originale sublime et vous obtenez le meilleur J-RPG depuis des années ! J'ai vraiment plongé dans cet univers et je ne pensais vraiment pas que je retrouverais une telle expérience sur un J-RPG, et encore moins sur Wii ! L'univers du jeu est vraiment original, on n'évolue pas sur un quelconque continent, non, non, on se ballade sur des pu***** de grands titans complètement figés au milieu d'une planète recouverte d'eau ! Graphiquement le jeu est très beau, même sur Wii, je le préfère de loin à un FFXIII très beau mais tellement vide et plat. Je porte beaucoup d'espoir en Monolith Soft et j'espère que X sur Wii U sera encore plus complet que Xenoblade Chronicles, mais est-ce seulement possible ?

 

Passons maintenant au top 3 de la génération ! Allez c'est part...

 

 

 What ?!?

 

Ah oui c'est vrai, avant d'attaquer le top 3 je sors mon joker, et le voici :

 

Joker : Spec Ops The Line
J'ai eu un grand dilemme avec ce jeu, à savoir le mettre dans le classement ou non. Spec Ops est un excellent jeu dans sa globalité, simplement il souffre de certains points qui l'empêche d'être à la hauteur d'autres jeux, au niveau du gameplay tout de moins. Attention, le gameplay de Spec Ops est efficace, il fonctionne bien, je dirai même qu'il est plus réaliste que certains autres jeux du genre. Simplement il n'est pas allé assez loin dans son gameplay ce qui le rends du coup assez classique. Je pense par exemple que le sable aurait pu être encore mieux utilisé. Néanmoins au niveau de l'écriture Spec Ops fait preuve d'une grande maturité. On est en face d'un jeu de guerre moderne, mais dont le propos n'est pas la guerre, l'important ce n'est pas que tel ou tel nation ai attaqué une autre et que les américains doivent aller sauver le monde. Non, on est pas dans ce registre. On suit ici la mission d'une escouade de la Delta Force partit chercher des survivants d'un régiment qui était partis à Dubaï pour aider les habitants suite à des tempêtes de sables ayant coupé du monde la ville et l'ayant ravagé. Cette escouade va devoir faire face à des épreuves morales et psychologiques qu'ils n'étaient pas préparé à endurer pour cette mission, une mission qui va se transformer en une descente aux enfers au coeur de la folie humaine. Je trouve que Spec Ops a atteins une maturité dans son écriture, maturité que très peu de jeu ont réussis à atteindre. C'est pour cela que je l'inclus dans mon top de la génération.

 

Attaquons maintenant le top 3 !

 

3 - The Walking Dead (Xbox 360)
J'attaque le top 3 avec mon jeu de l'année 2012 : The Walking Dead ! Quelle série... J'adore cette série épisodique pour plusieurs raisons. Je trouve le travail de Telltale admirable, ils ont réussis à saisir l'essence du comics et à le retranscrire dans une histoire originale et bouleversante. Tout les éléments présent dans le comics y sont. L'intérêt de TWD ce n'est pas les zombis, loin de la. Le principe de TWD c'est : "Comment vivriez-vous dans un tel monde ?" Car c'est bien de ça dont il s'agit, il s'agit de vivre, de survivre dans un monde qui n'est plus le même et qui ne redeviendra jamais comme avant. Un monde où chaque choix devient absolue, ou chaque choix est crucial. Et là où la série TV TWD c'est un peu planté, celle de Telltale réussit parfaitement son boulot, notamment car il évite de faire une adaptation. On incarne ici des survivants différents du comics au moment où l'épidémie se déclare, on croisera même quelques têtes connus du comics. Mais TWD c'est aussi un jeu il ne faut pas l'oublier, le jeu est une sorte de modernisation du point'n'click couplé avec un gameplay basé sur les choix que le joueur doit prendre rapidement. Pour terminer je trouve que le modèle épisodique est une voie intéressante pour le Jeu Vidéo, je n'aimerai pas qu'il soit systématique mais pour certains types de jeu je le trouve très bien adapté. Dans ce sens TWD est incontournable car il a enfonce des portes pour notre média favoris, il apporte une certaine évolution. Vivement la saison 2 !

 

2 - Metal Gear Solid 4 : Guns Of The Patriots (Playstation 3)
War Has Changed, c'est sur ces mots et cette musique que MGS 4 commence, et avec lui s'amorce la fin de la saga Solid Snake, ou plutôt Old Snake. Cet épisode m'aura fait vivre des moments d'anthologies que j'avais toujours rêvé d'expérimenté dans la saga. Être aux commandes d'un Metal Gear, livrer à nouveau un duel à main nue avec l'ennemi de toujours, etc. Le jeu a divisé les joueurs comme les fans, mais citez moi un autre jeu qui nous permets d'incarner un vieillard ? Il doit pas y en avoir des masses je pense, en tout cas moi c'est le seul auquel j'ai joué. Pour prendre cet argument un peu plus au sérieux, on a rarement le loisir d'incarner un personnage vieux dans un jeu vidéo, le fait que Snake soit vieux permets au personnage de partir sur un développement assez différent. Snake est fatigué, désabusé, certains le prennent pour un héros mais lui se voit comme un vieux tueur qu'on a engagé pour faire le sale boulot. Le jeu est devenue plus souple, des mécaniques de jeux occidentaux sont venues se greffer, sans qu'il perde sa patte Kojimesque. Le jeu est assez diversifié, aussi bien au niveau des environnements que des chapitres, par contre ils sont assez inégaux, c'est dommage. J'aurai aimé que les deux premiers chapitres soient plus longs. Malgré ces imperfections MGS 4 restera pour moi un incontournable. J'ai aimé cette fin, j'ai aimé ces phases de jeux. J'ai eu l'impression de dire au revoir à un vieux copain qui m'aura accompagné pendant plus de 10 ans.

 

1 - La trilogie Mass Effect (Xbox 360)
Et voilà pour moi LA série de la génération, celle qui m'aura fait vibrer pendant toute cette génération: Mass Effect. Je ne dirai pas que cette série est parfaite, mais pour moi BioWare à réussis le tour de force de proposer un jeu avec un gameplay solide, une histoire captivante, un univers foisonnant, des personnages charismatiques et attachants, avec une fin superbe, oui je le dis haut et fort : j'ai adoré la fin de Mass Effect, et celui qui me dis que ce Deus Ex Machina est pourrie je lui fais une nouvelle coupe de cheveux à l'omniblade ! Discutable sur la forme dans sa première version, j'adhère totalement sur le fond. Les trois jeux ne sont pas tous égaux au niveau du gameplay, mais pour moi il est impossible de les séparer tant ils forment un tout. Je ne pense pas qu'une autre série sur cette génération ai réussis à développer un background aussi colossal, la direction artistique de la série est superbe et assez inspiré. Je me souviens avoir attendu fébrilement chaque épisode, je me souviens avoir repassé en boucle le trailer de lancement de Mass Effect 2 la semaine de sa sortie tellement je n'en pouvais plus d'attendre le jeu ! Plus qu'un jeu Mass Effect c'est un univers dans lequel on plonge pour ne pas en ressortir indemne. La série a réussis à aborder un nombre de thématiques assez impressionnant. Au final peu importe les imperfections tant le voyage fut mémorable. Merci BioWare, merci Shepard, et à bientôt pour le prochain Mass Effect sur next-gen !

 

 _________________________________

 

Parce que faire un tel classement ça implique de faire de choix, voici une liste de jeux qui auraient pu être dans ce classement : Hotline Miami, Brothers : A Tale of Two Sons, Uncharted 2 et 3, Catherine, The Legend of Zelda : Twilight Princess, Metroïd : Other M, Halo 4, la trilogie Gears of War, Borderlands.

 

Waylander

 

Ajouter à mes favoris Commenter (6)

Signaler
Dossiers
 
Cela fait maintenant quelques heures que le lancement de la next-gen à commencé en France, même si pour certains, moi compris, la "next-gen" à déjà commencé il y a un an avec la Wii U (je parlerai plus volontiers d'"other-gen"). J'avais donc envie pour l'occasion de partager avec vous mon top 20 de la génération Playstation 3, Xbox 360 et Wii. Avant de démarrer ce TOP j'aimerai préciser que bien évidemment il s'agit de mon TOP, qu'il n'implique que moi, qu'il est purement subjectif et qu'il est basé uniquement sur les jeux auxquels j'ai joué. Je ne vais pas m'amuser à mettre un jeu dans le TOP parce que tout le monde le trouve extra alors que je n'y ai pas joué, ça n'a aucun intérêt. J'aimerai également établir quelques précisions.
 
Ne vous inquiétez pas de ne pas retrouver des jeux comme Mario Galaxy, tout simplement car je n'y ai pas joué. Il n'y aura d'ailleurs qu'un seul jeu sur Wii, puisque pour être tout à fait honnête je n'ai joué qu'à 6 ou 7 jeux Wii, via ma Wii U. Même chose pour les jeux indépendants peu représentés, cela va faire moins d'un an que je joue vraiment aux jeux indés d'ou cette sous-représentation. Et puis je suis plutôt amateur de grosses productions, même si j'aime de plus en plus les jeux indés. Certains n'aiment pas, trouvent que ce n'est pas inventif, que c'est toujours la même chose, etc. Je suis en partie d'accord avec cet état de fait, mais ce n'est pas parce qu'un jeu est un AAA qu'il est forcément mauvais, pas inventif, de moins bonne qualité qu'un jeu indépendant. Je me suis vraiment éclaté sur certains jeux indépendants, mais ce ne sont pas eux qui m'ont le plus marqués, sauf pour un que vous découvrirez dans ce TOP. Un jeu bon, est bon, point, quel que soit son niveau de production.
 
Cette précision faite, je vais donc commencer mon TOP avec la première partie, de la 20ème à la 11ème place du classement. Let's begin.
 
 
20 - Portal 2 (Playstation 3)
Pour ma part j'ai rarement l'occasion de jouer à un jeu drôle, les jeux de rôles alors ça oui, mais les jeux drôles non. Alors quand un jeu me fait rire de bon coeur il mérité bien de se retrouver dans mon top de la gen ! Portal 2 est un vrai coup de maitre de la part de Valve car il réussit à parfaitement combiné énigmes à bases de portails et humour. Je pense d'ailleurs que cet humour est primordial dans la réussite du jeu, pour quelqu'un comme moi qui ne suis pas fan des énigmes, l'humour a été très important car il m'a poussé à continuer le jeu, presque sans interruption, toujours à la recherche du prochain gag. Évidemment l'humour est quelque chose de très subjectif et chacun ne le percevra pas de la même manière. Ce que j'ai beaucoup aimé dans cet humour c'est la capacité de Valve à se tourner lui même en dérision, notamment lors de la première scène, "Allez-y parlez, non non, ça c'est sautez". Le gameplay du jeu est également très efficace, la difficulté augmentant de salle en salle et il faut composer avec de plus en plus d'éléments pour espérer pouvoir sortir de ce centre de test. En plus pour les fans de Half-Life, Portal est intéressant car il est bel et bien connecté avec l'univers de la série phare de Valve, est-ce qu'un jour les deux séries se rejoindront ? Seul Valve le sait, et à mon avis ce n'est pas demain qu'on aura la réponse. "Is HL3 Out Yet ?" "No.".
 
 
19 - Dishonored (Xbox 360)
Il ne manquait pas grand-chose à Dishonored pour se retrouver plus haut dans le top. Son moteur graphique et son univers pas assez exploité (l'Outsider notamment) en sont la cause. Pour le reste j'ai vraiment adoré ce jeu, notamment pour sa direction artistique inspiré, mélange de Steampunk et d'époque Victorienne. Ce que j'ai vraiment apprécier dans Dishonored c'est son architecture, son level design vraiment recherché. Chaque mission comporte plusieurs objectifs et libre à nous de l'atteindre de la manière que l'on préfère, il n'y a jamais une seule voie possible et il m'a suffit de regarder certains walkthrough pour me rendre compte que j'étais passé à côté de pas mal de voies possible. Dans le gameplay tout participe à cette multitude de choix, à commencer par les pouvoirs de Corvo et à son arsenal, il y en a pour tout les goûts. L'autre point qui fait que Dishonored est un jeu pas comme les autres, c'est que le jeu nous laisse la possibilité de ne tuer personne. Je trouve ça vraiment important pour le jeu et la vision que l'on peut en avoir. Dans Dishonored on nous demande d'être un assassin, par vengeance et par justice dans un certain sens. Mais c'est notre volonté de vengeance que l'on cherche à faire ressortir. Mais on peut décider d'emprunter une autre voie, de ne pas être cet assassin. On peut décider de ne pas être le pion de ce groupe de résistant et de tracer notre propre voie. De ne pas s'abaisser à utiliser les même méthodes employés par ceux qui nous ont trahis. C'est en tout cas comme ça que je l'ai vécu. Je pense que c'est important de laisser le choix au joueur de jouer une aventure de la manière dont il veut. J'espère sincèrement que Arkane Studio réalisera d'autres jeux offrant une telle liberté de choix. Et pourquoi pas un Dishonored 2 ?
 
 
18 - God of War 3 (Playstation 3)
God of War 3 est l'un des trois jeux pour lesquels j'ai voulu la PS3 (j'attends toujours le 3ème : FF XV...), après que le deuxième épisode se termine sur le cliffhanger le plus frustrant que je n'ai jamais vu, il me le fallait ! En résulte l'épisode le plus violent de la série, une violence qui peut déranger mais qui sert le scénario, ce n'est pas gratuit. La violence de l'action est un reflet de l'état d'esprit de Kratos, je trouve qu'une image promotionnel du jeu résumé bien sa vie par : Naissance, trahison, vengeance, vengeance, vengeance, etc. De plus je trouve que cet épisode a encore plus affirmé sa patte artistique, les cinématiques imitant les poteries grecque sont de toutes beautés. De même pour la mise en scène assez osé il faut le dire. En plus GoW 3 est une des premières baffes graphiques de la PS3. Côté gameplay GoW 3 est toujours au top, évidemment certains trouvent que si on bourrine le bouton d'attaque on s'en sort sans problème, pour les bas niveaux de difficultés peut-être, mais ce n'est pas parce qu'on s'en sort comme ça qu'il faut se limiter à jouer de cette façon. C'est quand même bien plus gratifiant de maitriser toutes les facettes de BTA, les différents combos, la magie, la parade et l'esquive. Le jeu est un peu court, et il n'y a pas tellement d'énigmes malheureusement c'est le prix à payer pour cet épisode qui ne fait pas dans la dentelle. Après quelques heures de jeu la trilogie de Kratos se termine sur un plan d'une poésie macabre assez unique !
 
 
17 - Nier (Xbox 360)
Un OVNI, voilà ce qu'est Nier, le genre de jeu qui débarque de presque nulle part, tu le tests par curiosité, et tu te prends une baffe aller-retour. Grandiose ! Et dire que je n'ai même pas terminé le jeu avec toutes les fins... La particularité de Nier est que le jeu dispose de 4 fins qui vous font voir le scénario avec un angle différent à chaque fois, pour avoir la vrai fin de Nier il faut donc aller au bout de ses 4 fins. L'histoire de Nier est touchante pour plusieurs raisons, tout d'abord parce qu'il s'agit de l'historie d'un père qui veut sauver sa fille d'une maladie mortelle. C'est typiquement le genre d'histoire qui me touche personnellement Alors soyons clair tout de suite oui, graphiquement c'est pas très beau, mais pour le reste c'est superbe, musique, histoire, ambiance, c'est très spéciale, mais c'est ce qui fait sa personnalité. Le gameplay est assez spéciale également mais il n'est pas mauvais, loin de là. Il est juste, spéciale. On se retrouve face à un A-RPG mélangeant combats au corprs à corps et magie à l'aide d'un Grimoire qui parle, oui Monsieur ! Les livres ça peut parler, la preuve avec Nier et Soul Sacrifice ! Parfois on se retrouve à combattre des boss en mode shoot them up, et à un autre moment à un explorer un donjon à la Zelda, jusqu'à l'ouverture même du coffre ! Pas de plagiat mais plutôt un hommage qui fait sourire. Nier ne cherche pas à rentrer dans un moule mais plutôt à trouver sa propre identité. Assurément l'un des jeux les plus uniques de la génération.
 
 
16 - Dark Souls (Xbox 360)
J'ai hésité entre Demon's Souls et Dark Souls, mais finalement j'ai décidé d'opter pour Dark Souls car je le pense plus aboutit. Dark Souls c'est également un OVNI, un jeu qui a fait son succès sur sa difficulté alors que les jeux ont tendances à devenir plus faciles et plus accessibles. En gros Dark Souls fait un peu l'inverse de tout le monde. Son gameplay repose sur sa difficulté, sur la capacité du joueur à apprendre les patterns des ennemis, pour ça il faut mourir encore et encore jusqu'à devenir assez bon pour se tailler un chemin à travers ce monde tortueux. Mais ce qu'il y a de bien et juste, c'est que si on meurt, c'est forcément de ta faute, ce n'est pas celle du jeu, du coup tu ne rages pas, tu te dis que tu vas faire mieux la prochaine fois. Il y a vraiment beaucoup de choses à prendre en compte pour se faire un personnage qui nous corresponds, pour ma part j'ai voulu avoir un personnage capable de porter des armures lourdes, celle du chevalier noir notamment, tout en étant pas ralentit, ou le moins possible. J'ai donc boosté les caractéristiques nécessaire et je me suis équipé des objets qui m'ont permis d'avoir le personnage voulu. J'adore la D.A du jeu, sombre au possible, son ambiance oppressante et son gameplay sans concession. Dark Souls est le seul jeu auquel j'ai joué en online, du début à la fin car il prend vraiment tout son intérêt de cette manière. Pour moi Demon's Souls et sa suite Dark Souls sont des jeux vraiment novateur de ce point de vue là. J'espère que Dark Souls 2 réussira à corriger les quelques défauts du premier opus, comme son moteur graphique, son animation et son framerate.
 
 
15 - The Last of Us (Playstation 3)
The Last of Us est un jeu qui m'a pris au tripe dès son prologue, du point de vue émotion on commence direct par un évènement très fort, la couleur est donné. Honnêtement après avoir joué à la démo j'avais un peu peur que son gameplay soit trop assisté mais au final je ne trouve pas et j'ai beaucoup aimé ce mélange entre aventure, action, infiltration et survie. Je trouve qu'il y a un bon équilibre. Il y a bien quelques problèmes d'IA mais je comprends les choix qu'ils ont fait et je pense qu'ils ont eu raison. Graphiquement Naughty Dog frappe fort comme toujours et réussis parfaitement à nous immerger dans un monde où l'Homme perds peu à peu son hégémonie et où la nature reprends ses droits. Le scénario et la musique sont également de très bonne facture, et plus que le scénario c'est la narration que je tiens à souligner tant celle-ci est soigné. Le scénario de TLOU est vraiment classique, il n'y a rien de très surprenant ou d'ultra original, mais la façon dont l'histoire est raconté est vraiment bien. De plus je trouve cette historie très humaine, il n'y a ni bien, ni mal dans TLOU, uniquement l'ambivalence de l'esprit humain.
 
 
14 - TES V : Skyrim (Xbox 360)
Skyrim c'est LA grande aventure de cette génération, je me souviens que passé le didacticiel, j'ai passé plusieurs heures à explorer les terres de Bordeciel à la recherche d'aventure. Skyrim est un jeu qui vous laisse libre de choisir la manière dont vous vivez cette aventure, c'est bien simple, je connais quelqu'un qui a passé plus de 140 heures de jeu dessus sans même finir la quête principale ou aucune guilde. Chaque élément de gameplay a été amélioré, et on peut vraiment passé des heures à ne rien faire de spéciale, juste à flâner, je trouve que c'est un des éléments primordiaux des vrai RPG. Et puis les dragons quoi, partir avec son cheval à l'aventure pour tuer du dragon, même votre cheval semble avoir une dent contre eux ! Un peu trop téméraire le cheval d'ailleurs. Dites moi si un jour votre canasson à réussis à tuer un dragon... Bref. J'ai préféré Skyrim à Oblivion pour son identité visuel, au final je trouve Oblivion un peu trop classique et fade. Skyrim garde certains défauts caractéristiques de la série, mais sa richesse est vraiment énorme. Je ne l'ai pas autant retourné qu'Oblivion (seul jeu où j'avais eu les 1000G avec mon premier compte Xboxlive) mais rien ne dit que je ne vais pas le faire bientôt !
 
 
13 - Castlevania Lords of Shadow (Playstation 3)
Classe, c'est le mot qui me vient à l'esprit quand je pense à LoS, ce jeu transpire la classe. De la direction artistique, en passant par l'histoire, le gameplay, les graphismes, la musique, je trouve que tout est épique dans ce reboot de Castlevania. MercurySteam c'est réapproprié la mythique série de Konami et l'a transformé en l'une des sagas les plus classes de la génération. Ils ont été pioché leurs inspirations dans le mythe classique de Dracula, dans la Bible et évidemment dans l'héritage de la série. Ce mélange des genres se retrouve même au coeur du gameplay. LoS est un habille mélange des philosophies de BTA occidentale et Japonaise, on retrouve la technicité d'un BTA japonais, avec son découpage en chapitre, et on a l'histoire et le sens du spectacle à l'occidentale. LoS est réellement très pointus dans son gameplay, il y a une tonne de combos à apprendre, et il faut savoir se battre sans encaisser de coups pour restaurer sa magie, élément primordial du jeu. Alors on ne retrouve pas cet esprit Metroidvania mais après c'est un reboot. Et puis cet épilogue, ultra culte... Je n'ai qu'une hâte, retrouver Gabriel en 2014. Un incontournable de la génération.
 
 
12 - Deus Ex Human Revolution (Xbox 360)
Certainement l'un des jeux que j'ai le plus attendus sur cette génération. Deus Ex Human Revolution est selon moi l'un des plus gros pari de cette génération : faire renaitre la série Deus Ex. Et pour moi c'est réussis, j'ai eu l'impression d'assister à la renaissance d'une légende du Jeu Vidéo. Dire que j'attendais ce jeu c'est peu dire, en tant que fan du premier épisode qui est un de mes jeux références, je misais beaucoup d'espoir en le titre d'Eidos Montreal. Human Revolution est un jeu qui transpire la passion. On sent qu'Eidos Montreal a mis tout son coeur pour construire un futur possible, basé sur de vrai recherches, mais tout en gardant à l'esprit qu'il ne s'agit pas d'un reboot, il fallait donc garder une certaine cohérence avec le Deus Ex originel. J'aime aussi Deus Ex pour les thématiques qu'il aborde, notamment qu'est ce qui fais de nous des humains ? Est-ce que c'est notre corps ? Nos sentiments ? Nos actes ? Ou encore qu'est ce qu'il est le mieux pour la société ? Jusqu'où peut-on aller dans la modification de l'humain ? Autre point fort du jeu, sa direction artistique qui est en fait je trouve l'un des jeux les plus aboutis de cette génération. L'histoire est bien mené. La multitude de gameplay possible est toujours aussi efficace, heureusement c'est la marque de fabrique de Deus Ex. Le jeu n'est pas parfait mais Deus Ex Human Revolution relance la série de bien belle manière et rien que pour ça, merci à Square Enix et à Eidos Montreal.
 
11 - Red Dead Redemption (Xbox 360)
Red Dead Redemption où comment un jeu m'a réconcilié avec les Westerns. Non pas que je n'aimais pas mais je ne m'y intéressais absolument plus. RDR est peut-être un des symbole de cette génération, notamment pour sa maitrise de l'Open World. Le terrain de jeu est vaste, assez "vide" : pas de grandes villes par exemple, mais on ne s'ennuie à aucun moment dans ce jeu ! Vers la fin de RDR j'ai eu sentiment très plaisant, j'ai eu l'impression de jouer à GTA, pourquoi est-ce que c'est plaisant ? Parce que j'ai eu le sentiment d'une cohérence entre RDR et GTA, comme si RockStar me permettait d'aborder leur vision de l'histoire des États-Unis à travers différentes époques. RDR pour la fin de la conquête de l'ouest et GTA IV et V pour une vision plus contemporaine des Etats-Unis.   Rockstar a encore frappé très fort. Un jeu dépaysant, une invitation à la découverte de l'ouest, doté d'une histoire forte, RDR restera l'un des jeux les plus marquant de cette génération.
 
 
Voilà qui conclue la première partie de ce top, n'hésitez pas à commenter, je vous donne rendez-vous prochainement pour la suite et fin de mon top de la génération !
 
 
Waylander
 
Ajouter à mes favoris Commenter (22)

Signaler
Divers

Aujourd'hui nous allons vous présenter un homme qui forge des armes iconiques du Jeu Vidéo, mais pas seulement. Cet homme c'est Tony Swatton, il a travaillé sur de nombreux films comme Pirates des Caraibes, Constantine ou encore Van Helsing, . Chaque semaine Tony Swatton forge des armes iconiques dans ses vidéos Man at Arms. Voici deux épisodes :

 

 

 

 

 Et vous, quelle arme aimeriez-vous que Tony Swatton forge ?

 

 

Une découverte de Kevane

Texte par Waylander

 

 

Ajouter à mes favoris Commenter (2)