Manarrak

Manarrak

Par Manarak Blog créé le 12/03/11 Mis à jour le 30/03/14 à 17h04

Comme toute vérité, ma vérité est la bonne. Alors ouvrez grand vos gueules et mangez ma vérité.
Amour. Bisous.

Ajouter aux favoris
Signaler

Cette nouvelle a déjà quelques temps, le sujet est une petite "vision" (même si le mot est mal choisi) du cinéma. Bonne lecture :) Donnez vos avis et n'héisitez pas à regarder mes autres nouvelles ou mes vidéos :)

27 Mars

Chacun d'entre vous a un film qui tient une place toute particulière pour vous, une place tellement importante que vous le regardez encore et encore sans jamais vous en lasser. Duquel vous êtes sorti la première fois troublée ou émerveillée avec une seule pensée en tête : « Il faut que je le revois...»

Les acteurs sont immédiatement passés dans la liste très restreinte de ceux que vous suivez, ainsi que le scénariste dont vous connaissez maintenant l'ensemble de la filmographie, tout comme, bien évidemment, le réalisateur dont vous n'avez jamais cessé de glorifié le nom. On se souvient assez précisément tous de la première où l'on a vue ce film, il arrive que cette première fois ait eu lieu à un moment important de votre vie, votre ressenti n'en a été donc que plus grand. Le second souvenir le plus important dans votre esprit est, en cas général, celui où vous avez essayé de faire naître chez l'un ou plusieurs de vos proches l'amour que vous portez pour ce film. Et enfin bien évidemment le souvenir suivant est votre dernier visionnage qui s'effacera bien vite pour laisser place au suivant.

Mais bien sûr il existe mainte et mainte autres façons de rencontrer ou de se souvenir de son film adoré. Votre première rencontre a pus se finir sur une bonne impression  mais pas au point de crier au génie sur la place publique. Mais après quelques semaines une envie se fait ressentir de le revoir et à nouveau et ainsi de suite sans vous en rendre vraiment compte ce film devient votre bien aimé. Votre film adoré a aussi pus bouleversé une époque de votre vie par son ambiance, son scénario ou je ne sais quoi et quand vous le revoyez il vous rappelle tant de souvenir et sensation qu'il vous est très chère. Ou bien vous n'en avez pas et alors à mon grand regret, ma phrase d'introduction s'avère fausse...

La première fois que je l'ai vu remonte à 3 ans, j'avais donc 18 ans et des poussières. Mais je suis sûr qu'une question brûle sur chacune de vos lèvres : « Mais quelle est donc cette période de votre vie si importante pour vous ? (cette question étant bien évident dite avec les points fermés sur hanches avec le ton légèrement condescendant que connaisse si bien toute les personnes qui ont ,au moins une fois, zieuté sur cette émission , maintenant culte qu'C'est pas sorcier) ». Et bien je m'excuse d'avance pour le manque d'originalité certain de ce qui va suivre mais c'est la vie qui veut ça, c'était pendant le début de ma relation avec la personne que, pour son plus malheur, je n'ai toujours pas lâché : ma chère et tendre qui est aujourd'hui ma femme, Julia. C'était dans le cinéma « Les Studios » de Tours où je possède de très nombreux souvenir. Je me souviens encore très bien de ma peur étant enfant de ces  quatre fantômes roses du plafond de l'entrée, ils n'ont pas une apparence terrifiante mais je me rappelle qu'ils me terrifiaient. Leurs visages sans vies, leur parfaite symétries et s'en suit l'immense halo qui les entoure accompagné de ses sortes de cercles et tout cela perdu au milieu d'un ciel bleu éclatant de pureté, cette atmosphère étrange entre pureté et monstruosité me terrifiait.

 C'est sûrement le cinéma où je suis le plus allé dans ma courte vie de cinéphile dans ma tendre jeunesse par contrainte parental, dans ma vie étudiante par contrainte encore une fois mais budgétaire et à présent par contrainte de vouloir savourer un film dans sa version originale plutôt qu'en français. Il faut quand même avouer que notre beau pays c'est quand même fais une spécialité de massacrer des films en les doublant avec un talent mitigé...

Mes souvenirs de cette première fois sont encore assez importants,  je n'avais pas une immense envie d'aller voir ce film dont je ne connaissais rien. C'était encore une de ces magnifiques soirées pluvieuse dans notre belle région de Touraine, un samedi soir si mes souvenirs d'une certaine attente sous la pluie sont les bons. Ce retournant vers moi et voyant mon air grognon Julia s'était empressé de me dire les mêmes banalités que l'on vous dit pour vous motivé de voir un film « Mais tu vas voir tout le monde dis que c'est un très bon film » « Tout le monde va le voir », comme si les films les plus vus étaient aussi les plus réussis il n'y a qu'à regarder les box offices et les audiences pour se rendre compte que c'est peu ou pas souvent le cas. Connaissant mon humeur par temps de pluie, j'ai du lui répondre mon fameux « Mouais... » une « expression » qu'il m'arrivait de dire à longueur de journée pour le bonheur des personnes qui était avec moi. Et comme chacune de mes venues aux Studios, j'ai regardé en l'aire quand je suis rentré dan le hall et tout en essayant comme à mon habitude de comprendre pourquoi il avait choisi ça comme plafond, je souriais. Cette première fois était dans l'ancienne salle 3 qui a été détruite depuis quelques années maintenant et j'étais d'ailleurs un peu triste quand ils l'ont détruit, c'était au fond de moi une partie de mon souvenir qu'ils détruisaient. Oui je sais je suis trop sensible mais bon c'est la vie comme on dit.

A la sortie du film, je suis resté muet tout le long du trajet, ne sachant que dire ni trop quoi penser hormis que j'avais passé 2h de pur délice. Je précise cela parce qu'à cette époque et encore aujourd'hui, je ne peux m'empêcher à la sortie du film de ne parler que de ça pendant tout le trajet et le reste de la soirée et c'est assez rare qu'un film arrive à me faire taire à sa sortie. Ça ne m'est arrivé que trois fois, en contant celle la, une fois avec un autre film qui m'est très cher et la dernière fois avec un film qui était tellement mauvais que je n'ai pas su quoi en dire tellement que j'étais dépité. Nous n'avons reparlé du film que le lendemain et je n'étais apparemment pas le sensé à avoir particulièrement apprécié ce film. Et là j'ai eu cet étrange reflexe de regarder les critiques, un reflexe assez commun si j'en crois mon entourage, je parle d'une minorité comme toujours je ne tiens pas à effleurer la sensibilité titilleuse de certain. Et il arrive que, et ne venez pas me dire que ça ne vous est jamais arrivé, votre bien aimé est été saccagé par certaines critiques après avoir hurlé contre cette insulte envers votre dulcinée, il arrive souvent que votre amour envers ce film n'en a été que plus grande.

Mon souvenir le plus important où j'ai essayé de faire ressentir les mêmes sentiments que j'éprouve pour ce film à d'autres c'est passé un an après ma première fois, c'était le jour de ma crémaillère avec Julia et je cherchais un film pas très compliqué pour finir la soirée à l'Instant Ciné qui avait ouvert il y a peu. J'aime beaucoup cette petite boutique de location de film du centre de Tours, j'aime toutes les petites boutiques en général d'ailleurs, on y trouve toujours des passionnés et dès que quelqu'un est passionné : il me passionne.  Bref, je cherchais un film comique et en toute logique quand on est dans un magasin de location je cherchais dans la partie vente et c'est la que j'ai retrouvé mon bien aimé. Je ne l'avais pas vu depuis cette première fois et j'avais une folle envie de le revoir, j'avais déjà parlé de ce film avec un petit paquet de monde et peu de mes connaissances l'avaient vu. Comme vous l'avez surement déjà compris au lieu de prendre un bon vieux film comique pour finir la crémaillère sobrement, j'ai pris mon bien aimé à la place. Je me souviens très bien du mélange d'inquiétude et d'incompréhension qui c'était affiché sur leurs visages quand je l'ai sorti, tout fier de ma trouvaille et le petit groupe est passée en une dizaine de minute du brouhaha habituelle des soirées d'étudiants à un silence presque religieux devant mon film adoré et même si quelques un en sont sorti dubitatif, comme je le dis souvent « Il faut toujours des gens pour être en désaccord avec nous sinon le monde serait plus ennuyant qu'il ne l'est déjà » et oui j'aime bien cité ma propre personne. Malgré quelques personnes disais-je, la plus grande majorité à plutôt apprécié le film à ma grande joie.

Mon dernier revisionnage remonte à un peu plus d'une heure et revoir ces images que je connais tant, qui m'ont transporté déjà à de nombreuses reprises, m'a fait comme toujours un bien fou. Et j'ai déjà une légère envie de retourné le voir.

En me relisant je me suis aperçus que je n'ai pas fais mention du titre de mon bien aimé mais en n'y réfléchissant ce qui importe ce n'est pas que pour moi se soit un tel ou un autre, ce qui importe c'est d'avoir lesien.

 
 
Ajouter à mes favoris Commenter (0)

Commentaires

Édito

 

« C’est drôle comme les gens qui se croient instruits éprouvent le besoin de faire chier le monde.  »

 Boris Vian

Je suis quelqu'un d'innovent, j'ai une chaine Youtube. Venez me voir...je fais de la merde :D

J'ai un twitter que j'utilise pas aussi. Voilà bonne journée.

Bisous. Bonheur.

Archives

Favoris