Le Dojo de Kenji

Le Dojo de Kenji

Par Kenji Seang Blog créé le 20/06/12 Mis à jour le 18/05/16 à 12h01

Neo Geo, Shenmue, Berserk, Ghibli, Tests, Vidéo-tests etc.
Du pixels, du polygones... saupoudrés de tout comme de rien !

Ajouter aux favoris
Signaler
Produits Dérivés

Après mon petit billet (très enthousiaste) sur la statue de Makoto Shishio, attardons-nous sur un autre personnage emblématique de la série Rurouni Kenshin, j'ai nommé Saito Hajime.

Ancien membre du Shinsengumi (police d'élite de l'ancien gouvernement), Saito Hajime s'est reconverti dans la police de l'ère Meiji afin d'étancher son intarissable soif de justice.

Personnage froid, psychorigide, antipathique, mais profondément juste et régulier moralement, Saito Hajime est un personnage qui ne laisse pas indifférent. Surtout qu'il n'aura de cesse de croiser le chemin (et le fer) de Kenshin (bin oui : Shinsengumi et Ishin Shishi sont des ennemis historiques par nature). 

Entre complicité et rivalité, Saito ponctue le récit centré sur Kenshin d'une très forte et appréciable manière !

Qu'en est-il de la statue ?

Je pense que ce qui marque le plus dés le premier regard, c'est cette pose étrange, majestueuse et menaçante à la fois. Les fans de la série auront très aisément reconnu le fameux GATOSTU de Hajime Saito. Une technique d'attaque en deux temps, reconnaissable entre mille. Le placement est en effet particulier : une jambe tendue, l'autre fléchie, sabre tenu d'une seule main du bout du kashira/tsuka (le pommeau de la poignée), la main de l'autre bras qui effleure le long du mune (dos de la lame), kissaki (pointe) du sabre minutieusement positionnée en direction de la cible à pourfendre. Une position offensive redoutable, prémices inéluctables d'un assaut effroyable.

Le fabriquant MegaHouse a parfaitement restitué le degré de tension qui émane de la technique fétiche de Saito Hajime. Le positionnement des membres est délicat, crédible et surtout morphologiquement réaliste. Une franche réussite. 

En terme de spatialité, la statue est assez intéressante : elle s'étend en profondeur du fait de la jambe fléchie et du bras tendu mais casse la monotonie de côtés vides par l'élancement d'un saya (fourreau) laqué du plus bel effet.

Niveau mise en peinture, deux teintes principales sont prédominantes : le violet/mauve et le noir. Violet pour tout ce qui est du vêtement, et noir pour les cheveux/chaussures/ceintures/fourreau/sabre. La couleur peau du visage et le blanc immaculé des gants passent presque inaperçus.

D'une apparente uniformité morose, la conformité aux couleurs originales (décidées par l'auteur du manga Nobuhiro Watsuki) est implacable. Cela dit, on ne peut que saluer l'effort du fabriquant à conférer un ensemble de teintes finalement très riche. En effet, les ombrages et autres variations des dégradés de mauve sur le tissu sont très satisfaisants. A l'instar des chaussures qui luisent d'une remarquable manière, le tout a fait l'objet d'un soin particulièrement volontaire. La très fine nuance d'un reflet violacé dans la chevelure est le plus représentatif.

Au niveau du design, le trait de l'auteur du manga est plutôt respecté. Je lui trouve cependant une plus grande ressemblance avec le design original de l'anime de 1996-98. En tout cas, le visage est extrêmement réussi, le regard est saisissant (le Loup du Mibu dans toute sa splendeur), et les petites mèches tombantes très bien foutues.

Niveau sculpt, on ne peut pas dire que ce soit la foire aux détails. Faute à un costume d'officier qui se veut désespérément lisse par nature, il n'y pas de place pour la protubérance sur cette statue. Pas de drapé clinquant au vent ni de texturations pimpantes, juste le strict minimum (mais comment peut-il en être autrement ?).

Pas de trace de moulure à déplorer, un excellent point !

Fidélité au design oblige, les membres du personnage sont extrêmement fins. Et en plus d'être plutôt mince, Saito Hajime est très élancé, ce qui peut paraitre "bizarre" aux premiers abords pour les fans de testostérone et de muscles sculptés. J'ai comme l'impression que MegaHouse a vraiment insisté sur l'élancement du personnage (un peu plus en chair, me semble-t-il, à certains moments du manga / de l'anime).

Dernière chose : je ne suis pas fan de la base sur laquelle repose le personnage. Une sorte de croissant de lune grisâtre métallique qui n'a aucune espèce de rapport, de prés ou de loin, avec le personnage. Fort heureusement, nul besoin de cette base pour faire tenir Saito Hajime debout. Sans elle, il demeure d'une stabilité étonnante. A vous de voir quoi.

Pour conclure, je trouve cette statue vraiment intéressante. La pose renvoie à une technique monstrueusement classe, le positionnement est superbement fin et réaliste, le design original est respecté et la réalisation est de très bonne facture malgré un manque de détails (imposé par nature). 

Une très bonne addition au déjà fort réussi Makoto Shishio, qui n'attend plus que le Kenshin réalisé dans la même gamme (G.E.M. Series). Mais ce sera pour un autre billet ;)

Ajouter à mes favoris Commenter (0)

Commentaires

Édito


 

Archives