Le Dojo de Kenji

Le Dojo de Kenji

Par Kenji Seang Blog créé le 20/06/12 Mis à jour le 18/05/16 à 12h01

Neo Geo, Shenmue, Berserk, Ghibli, Tests, Vidéo-tests etc.
Du pixels, du polygones... saupoudrés de tout comme de rien !

Ajouter aux favoris
Signaler
Produits Dérivés

Après mes articles sur la statue de Shishio Makoto et celle de Saito Hajime de la gamme Kenshin G.E.M Series (du fabricant MegaHouse), je termine par un petit aperçu de la pièce maitresse : Himura Kenshin.

Première statue de la série G.E.M à être sortie sur l'oeuvre de Nobuhiro Watsuki (Rurouni Kenshin), histoire de surfer sur la vague des OAV dernièrement produits au Japon, ce Kenshin était très attendu par les fans (rien de disponible à part des gashapons et une statue en résine hors de prix).

Alors je dois vous avouer que dés les premières images publiées du prototype, je n'étais pas très emballé, malgré mon grand attachement à l'oeuvre (papier ou animée). La faute à un visage au design qui s'éloigne de celui du trait de l'auteur. Autant vous le dire tout de suite, je trouve les traits de ce Kenshin trop fins, ou tout du moins, pas assez marqués.

Plus particulièrement, je trouve que le nez ne se détache pas assez et que la bouche est bien trop neutre, pour ne pas dire discrète. S'en suit une impression assez étrange pour le fan habitué au design original.

Cela dit, je ne trouve pas le visage fondamentalement raté : le regard est incroyablement posé et s'accommode parfaitement avec le reste des traits. Cette statue du révolutionnaire repenti dégage bel et bien l'aura dont il dispose dans le support original.

 J'apprécie particulièrement la délicatesse avec laquelle le mouvement de la rousse chevelure semble se mouvoir au gré du souffle éphémère provoqué par le "dégainage".

Pour le reste, la réalisation est (comme d'hab avec MegaHouse) sans faille. Pas la moindre  trace de moulure ni de bavure disgracieuse. Malgré tout, je regrette le manque de texturation de l'ensemble : le kimono/hakama manquent en effet d'un peps de relief (coutures ou autres). C'est lisse, presque trop propre, et c'est fort dommage. Car oui les multiples plis provoqués par le mouvement sont nickels mais mince, un peu de texture n'aurait pas été de refus.

Concernant la mise en peinture, je ferais le même reproche : cela manque de folie, d'audace. Le blanc du hakama est certes teinté d'un jolie reflet mauve, le bleu indigo du kimono propose quelques dégradés mais MINCE quoi, cette peau manque d'ombrage, de nuance ! La couleur est désespérément uniforme, sans relief encore une fois.

Le trio réuni en jette, mais attention à enlever ces foutues bases en plastiques colorés du plus mauvais goût (un simple présentoir est suffisant).

En bref, une statue sans faille technique apparente mais qui manque de détails au niveau des couleurs et de la texturation, dotée d'un design qui lorgne plus du côté de la réinterprétation que de la fidélité (quoique, il penche plus vers certains artworks officiels de la série animée). Mais un Kenshin classe, posé qui dégaine avec majestuosité. Je l'aime bien.

A noter que la statue est livrée avec un second visage : le mouvement de la chevelure ainsi que le regard sont différents. Les sourcils froncés confèrent plus d'intensité mais les traits sont les mêmes. Personnellement, je préfère le Kenshin posé avec la petite mèche qui passe devant le cou du 1er visage mais cela a le mérite de vous laisser le choix selon vos envies / humeurs du moment.

En fait, il s'agit du véritable visage en phase avec le kimono bleu de Kenshin (l'époque où il était révolutionnaire sanguinaire). En témoigne sa cicatrice ne présentant qu'un seul trait alors que sur le 1er visage, sa cicatrice est en croix (Tomoe... snif). La statue est également disponible avec le kimono rose de la série animée (période vagabond) mais j'ai préféré le bleu indigo de la période "assassin" de sa vie.

Ajouter à mes favoris Commenter (0)

Commentaires

Édito


 

Archives