Rubric-à-brac

Par KanyeEast Blog créé le 27/10/16 Mis à jour le 03/10/17 à 16h38

Quelqu'un comme vous, mais en moins drôle.
Cookie 2016 /o/

Ajouter aux favoris
Signaler

Partant d’une initiative du prolifique Neves (d'ailleurs, bientôt la saison 3 de Gomorrha), j’ai été mandaté par l'indépendant Fachewachewa (pourquoi je suis la levure officielle ? A cause de mon sang composé à 90% de bière ? :D) pour faire part à la commu de l’album, du livre, du jeu vidéo et du film que j’emmènerais sur une île déserte. 
J'ai légèrement dépassé le temps imparti de 5 jours, parce que j'essayais d'être plus noir que noir au soleil, et que de retour boulot, c'était un peu le foin.


 

Tout d’abord le bouquin. Lui, il m’est venu instinctivement. C’est mon livre de gamin, celui qui m’accompagne depuis que je sais lire, mon livre préféré. Histoires au Téléphone (Favole al telefono dans la langue de Dante) de Gianni Rodari, un recueil de nouvelles que raconte au téléphone chaque soir un père à son enfant pour l’endormir. C’est mignon, drôle, et chaque histoire a le don de me remonter le moral quand j’ai le cafard. Ce qui ne manquerait pas d’arriver à un moment si je me retrouvais seul sur une île déserte.

Aucun livre ne fait le poids, mais en second viendrait sûrement un roman des Annales du Disque-Monde. Parce que Pratchett.

Fun fact pour : au début de ma relation avec ma transalpine moitié, lors d’un passage chez moi, je lui ai montré ce bouquin, le présentant comme mon livre préféré. Comme la vie est bien faite, c’était également le sien. Du coup, nous avons chacun le notre dans notre bibliothèque, chacun dans sa langue maternelle.

 

 

Le film est venu assez rapidement. Je ne suis pas un cinéphile. J’aime beaucoup en regarder, mais je n’éprouve pas le même plaisir qu’en lisant. Le fait est que j’ai du mal à regarder des films plus de 2 fois. Il y a bien les nanars et les films de série B des années 80, qui me font bien rire ou les films d’action de fin 80 / début 90 que je regarde en balançant certaines répliques en même temps que les protagonistes avec toujours autant de délice.
Cependant, le film que je peux regarder encore et encore, et donc que je prendrais avec moi, c’est La Cité de la Peur. Pas très original, j’en conviens. Mais l’amoureux de Les Nuls que je suis serais content de se plonger avec nostalgie dans ce film.


Maintenant, les dilemmes. D’abord la musique.
J’écoute beaucoup de choses, tous styles, et je retiens facilement l’instrumentalisation sur les titres que j’aime. Du coup, je peux me refaire des albums mentalement sans soucis. Du coup, je me suis bien retrouvé emmerdé pour faire ce choix.

Après bien des débats internes, je suis arrivé à Nevermind de Nirvana. En réfléchissant bien, je me suis rendu à l’évidence que je n’aimais pas tous les titres de cet album, et donc que je serais soûlé de me l’écouter.

Je me suis penché sur Amnesiac de Radiohead, parce que Radiohead est mon groupe de l’amour, et que cet album est pour moi leur meilleur (hors A Moon Shaped Pool, mais lui, je n’ai pas encore assez de recul).

Puis deux albums me sont venus en tête. Chacun pour les mêmes raisons. Rage Against The Machine de Rage Against The Machine, et Homework des Daft Punk. Tous les deux ont été un choc dans ma vie.
Quand un gamin de même pas 10 ans vivait dans un milieu très hip-hop, fin 80 / début 90, et surtout là où est né NTM, il ne s’ouvrait pas forcément vers un autre style musical, même s’il y a un lien comme avec RATM. J’ai été fasciné quand j’ai entendu la voix de Zack, et les riffs de Morello. J’ai saigné des K7 à écouter Killing in the Name Of enregistré à l’arrache sur Skyrock en boucle en cachette, pour pas que l’on sache que j’écoutais des chevelus. J’ai énormément écouté l’album téléchargé bien illégalement. J’ai mis 26 ans à acheter cet album, mais le kiff de l’avoir physiquement.

Trajectoire différente pour les Daft. Découverts sur M6 dans le culte Boulevard des Clips, j’ai bougé ma tête cash pistache. C’est le premier album que j’ai acheté. Et même si écouter de la musique de drogués passait mal, j’assumais. C’est ce CD qui m’a définitivement ouvert sur les autres styles musicaux, et à partir de là que j’ai commencé à consommer de tout. En plus cet album est excellent, du début à la fin.

C’est pour ça que je prendrais Homework des Daft Punk.



Autre gros morceau : le jeu vidéo.

J’ai eu du mal à choisir parce que je me suis trompé. J’avais commencé ma réflexion avec les choix du coeur. Du coup, j’ai du Final Fantasy Tactics, du Vagrant Story et du Final Fantasy 12 (Ivalice <3) qui sont montés en tête, mais aussi Super Puzzle Fighter, Fallout 2, Morrowind et le dernier Zelda.

En me calmant un chouïa, je me suis raisonné : la trilogie Ivalice, autant je la porte dans mon coeur (j’ai fini Vagrant Story une vingtaine de fois tant je l’aime), autant je ne pourrais pas y jouer jusqu’à la mort sans m’en lasser.

Qu’est-ce qui aurait un potentiel infini de distraction ? Super Puzzle Fighter ? Non, il faudrait être 2. Zappé.

Zelda BOTW me fera chier un jour, c’est certain.

Un potentiel infini de distraction… Le Démineur. Simple, efficace. Tetris aussi. Non, ils me rendraient fou au bout d’un moment.

J’ai pensé à Shenzen I/O aussi. Mais je ne sais pas si j’aurais la patience de faire fonctionner des choses.

Me restaient Fallout 2 et Morrowind.

Je pourrais m’amuser éternellement avec ces deux-là, tant que mon imagination ne fait pas défaut. J’ai déjà fini Fallout de nombreuses fois en m’imposant diverses conditions sur chaque partie sur la feuille de personnage du héros, puis en lui inventant des traits physiques ou de caractère.

Pareil pour Morrowind, sauf que je n’ai jamais réussi à aller jusqu’au bout d’une partie, parce que je n’avais pas vraiment le temps de jouer quand je l’ai pris, puis un certain World of Warcraft a vampirisé mon attention. Et surtout quand j’y jouais, je passais la majeure partie du temps à glandouiller sur l’île de Vvardenfell.

Je prendrais Morrowind GOTY Edition. Pour la mélancolie du titre. Parce que c’est le premier jeu où je me suis promené dans un monde ouvert, sans but précis. Regarder les lunes, chercher les constellations, lire les livres, observer les PNJ “vivre” leurs vies. En parler me donne envie de m’y remettre.


 

En résumé, je me retrouverais bien sur une île déserte avec Histoires au Téléphone de Gianni Rodari, La Cité de la Peur, Homework des Daft Punk et Morrowind.

 

Je lance cette chaîne du malheur sur Donald87, parce qu'en rentrant chez moi, je vois tous les jours en rentrant chez moi un mec qui a posé un tag pour demander sa copine en mariage, avec des persos Disney.

 

 

Bonus track :

 

S'il m'avait été demandé un(e) BD, comic, manga, ce serait Retour au Collège de Ryad Saatouf.
Une série, The Leftovers, parce que le lâcher prise, et surtout parce que cette série m'aurait aidé à un certain moment dans ma vie.
Un documentaire, Les Yeux dans les Bleus, parce que je suis un beauf qui se le mate à chaque revers de l’EDF en compétition internationale.

Des choix assez nostalgiques et mélancoliques que tout ça !

Ajouter à mes favoris Commenter (8)

Commentaires

KanyeEast
Signaler
KanyeEast
Faut que je rebranche la PS3 é_è
nikolah
Signaler
nikolah
quand tu veux pour un duel de puzzle fighter !
Fachewachewa
Signaler
Fachewachewa
Oh niveau génération la cité de la peur a l'avantage de l'enfance justement, mais j'préfère l'humour de pamela rose quand même (même si dans les deux cas ça reste un registre assez similaire :D)
KanyeEast
Signaler
KanyeEast
Oh merde aha!
Dranzy :wub:
Fache, question de génération pour Pamela Rose.
Dranzer G
Signaler
Dranzer G
La cité de la peur... le film que j'ai vu 905 fois...
Encore un signe que nous sommes faits l'un pour l'autre !!! :wub:
Fachewachewa
Signaler
Fachewachewa
"pourquoi je suis la levure officielle ?"

KanYeeast :ph34r:

"Cependant, le film que je peux regarder encore et encore, et donc que je prendrais avec moi, c’est La Cité de la Peur. Pas très original, j’en conviens. Mais l’amoureux de Les Nuls que je suis serais content de se plonger avec nostalgie dans ce film."
#TeamPamelaRose
KanyeEast
Signaler
KanyeEast
Ouais, j'étais une brute : /
Je m'amusais à faire des speedrun, à maxer les armes et les sorts.
Sur ma sauvegarde principal, je tuais tout le monde jusqu'à Romeo Guildenstern forme finale sans me prendre la tête à faire des combos (bon OK, la plupart mourrait en 1 coup).
Le Gamer aux Mains Carrees
Signaler
Le Gamer aux Mains Carrees
20 fois Vagrant Story ?

RESPECT.

Édito

Archives

Favoris