Un Chat au Japon.

Un Chat au Japon.

Par Kaminos Blog créé le 09/02/10 Mis à jour le 26/11/15 à 02h54

Blog d'un chat gamer expatrié au Japon, qui bosse dans le jeu vidéo :)
C'était pas facile de faire comprendre aux douanes que je devais pas aller en quarantaine, mais j'ai réussi.

Ajouter aux favoris

Catégorie : JV

Signaler
JV

 

Dhaan a posté l'image en statut hier, mais elle n'a pas eu droit à l'exposition qu'elle mérite (selon moi).

Oui, oui, je l'avoue bien volontiers, je me suis marré comme un abruti devant cette image.

Pour la petite histoire, c'est tiré à la base d'une illustration d'un artiste Japonais (Tomatama). Dans l'illustration originale, en Japonais, ce sont les réactions des différentes Zelda qui nous sont présentées, en réponse à la déclaration d'amour des différents Link. Un petit rigolo Anglophone a fait le reste ... Et ma foi, c'est réussi.

Ajouter à mes favoris Commenter (17)

Signaler
JV

Les jeux vidéo, c'est vraiment un passe-temps d'hiver. Quand j'imagine la session de jeu parfaite, c'est avec de la grosse pluie ou neige dehors, un froid de canard, mais moi, je suis tranquillement à l'intérieur, le chauffage à fond, mon chat sur les genoux, emmitouflé sous une grosse couette. Plus important encore, avec un bon gros chocolat chaud à côté, un casque sur les oreilles, et personne chez moi.

Evidemment, je prends aussi beaucoup de plaisir à jouer en groupe, mais la bonne grosse session de jeu, c'est comme ça que je l'imagine. Et que je continuerai à l'imaginer d'ailleurs.

Depuis quelques jours, il fait très chaud, et mon intérêt pour les jeux vidéo descend proportionnellement à la montée du thermomètre. Non, pas spécialement que j'aie grand-chose d'autre à faire. De la musique, des séries, un peu de lecture, quelques ciné, beaucoup de glandouille. J'allume la console une vingtaine de minutes par jour, tout au plus, alors que je suis en plein dans un jeu que j'adore (Warriors Orochi 3) et que ma pile de jeux à faire continue à augmenter.

 

Pourtant, je préfère ne rien faire plutôt que jouer. Bizarre. Quand j'étais gamin, j'associais souvent l'été avec les vacances, donc forcément, un max de temps pour jouer. J'étais même fan du concept de jeu de l'été : des sous pour un jeu et un seul, et il faut que celui-ci me tienne deux mois. En allant chez mes grands-parents dans le sud, j'amenais souvent tout mon barda, PlayStation / Nintendo 64, puis PS2 / Xbox / Gamecube. Ils m'offraient souvent un jeu quand j'arrivais là-bas, donc je les amenais toutes histoire de ne pas être limité dans le choix du support.

Mais ça, c'était avant. Je ne sais pas si j'entre dans une période de blasitude vidéoludique comme il m'arrive d'avoir de temps en temps, mais en tout cas, il n'y a que mon iPad sur lequel je joue, tranquillement sur le trône. Le reste, niet, même l'excellent Everybody's Golf sur Vita que je me suis juré de terminer avant septembre.

Hiver, reviens vite, tu manques à ma 360.

Ajouter à mes favoris Commenter (12)

Signaler
JV

Ajouter à mes favoris Commenter (7)

  
Signaler
JV

 

Il y a quelques jours, Nintendo présentait la prochaine itération de la 3DS, sa version XL. Personnellement, c'est une nouvelle que j'ai bien accueillie, mais il semblerait que je sois un des seuls. En effet, à cette annonce, trois impressions générales sont ressorties : premièrement, que Nintendo avait démenti les rumeurs propagées par le Nikkei, quelques jours avant, et qu'il était inadmissible qu'ils se contredisent. Deuxièmement, que la console est vendue sans son second stick, achetable à part pour la 3DS première du nom. Enfin, que la console est vendue sans adaptateur secteur.

Je suis en profond désaccord avec les ressentis généraux de ces points. Et je vais essayer de vous expliquer pourquoi je pense que nous sommes face à une réelle injustice pour Nintendo, même si certains points sont bien moins défendables que d'autres. Je ne pense pas être le Nintendo fanboy de base. Au contraire, je suis même souvent très critique face à la firme de Kyôtô. Cependant :

 

- Nintendo a fait trois conférences à cet E3. C'est beaucoup, surtout pour un contenu qui n'a pas semblé incommensurable, pour ne pas dire assez pauvre. On le sait, les constructeurs ont différents plans de conférences, qu'ils mettent en place en fonction des autres. Nintendo a fait fort en s'assurant de placer une conférence 3DS en toute dernière, histoire d'avoir du recul par rapport à ses concurrents. A mon avis, et c'est là de la pure hypothèse, ils avaient prévu, dans un de leurs plans, de présenter la 3DS XL à cette conférence. Est-ce la suite chez Nikkei ou le manque de surprises des autres constructeurs qui les auront poussés à ne pas le faire ? Nous ne le saurons jamais.

Ce qu'on sait en revanche, c'est que la 3DS XL a bien été annoncé deux semaines après, dans un Nintendo Direct. Etait-ce judicieux de la part de Nintendo de démentir puis d'annoncer leur produit dans la foulée ? Sûrement pas. Sont-ce les seuls à le faire. Hell no. Bienvenue dans le monde merveilleux du marketing.

 

- La 3DS XL n'a pas de second stick. AH. Et bien grand bien lui fasse. Remettons les choses dans leur contexte, car la plupart des joueurs sont victimes d'une lourde désinformation sur le sujet. L'expansion slide pad a été présenté lors d'une conférence Nintendo, au même moment que Monster Hunter Tri G. Plus que ça même. En même temps, même seconde. Pendant cette conférence, la Vita n'était pas encore sortie, et dans le coeur des joueurs Japonais, Monster Hunter était encore égal à PSP. Donc, logiquement, un jour ou l'autre, Monster Hunter serait égal à PS Vita. La 3DS ne s'est pas encore (re)levée. Nintendo frappe fort en proposant le jeu de la licence la plus populaire au Japon, tout en permettant d'y jouer bien plus confortablement que sur PSP, grâce au fameux second stick.

De là à dire que le second stick a été conçu pour Monster Hunter, il n'y a qu'un pas. Oui, quelques autres jeux sont compatibles. Dans le tas, une écrasante majorité de jeux CAPCOM et Nintendo. Oups, comme c'est étrange. Ce second stick ne serait donc qu'un ACCESSOIRE ?

Oui, oui, et encore oui. Il n'est obligatoire pour aucun jeu, j'ai fini Resident Evil Revelations sans lui et m'en porte très bien. Mais ça va même plus loin.

L'Expansion Slide Pad n'est pas un accessoire Nintendo. Attendez, je le réécris en majuscules : CE N'EST PAS UN ACCESSOIRE NINTENDO. C'est un produit HORI, accessoiriste Japonais haut de gamme reconnu pour ses produits de qualité. Ils produisent énormément d'accessoires, la plupart du temps sous licence officielle, mais n'en restent pas moins un accessoiriste.

Donc oui, le Slide Pad est sous licence Nintendo. Bien sûr. Au même titre que le volant de Mario Kart Wii, lui aussi construit par HORI. Est-il donc légitime de cracher sur son absence (ou plutôt, sa mise à disposition de manière facultative) dans la 3DS XL ? Non, je ne pense pas. La confusion ici vient sûrement du fait que c'est Nintendo qui distribue l'accessoire en Occident, sous pression de CAPCOM et de son Resident Evil : Revelations (l'accessoire est d'ailleurs apparu en pack avec ce dernier).

 

- La 3DS XL est vendue sans chargeur. Comme je le disais dans les statuts hier avant de me faire allumer, ce n'est pas la première fois, et vous savez quoi, ce n'est certainement pas la dernière. En effet, Nintendo avait vendu la Super Famicom sans câbles, que ce soit la sortie composite ou l'alimentation. Pourquoi ? Parce que TOUT le monde avant déjà une Famicom. Et ceux qui ne l'avaient pas ? Eh bien ils dépensaient 1000 yens (10 euro) de plus, que n'auront pas à payer la majorité du parc installé. Injustice ? Parce qu'il connait infiniment mieux Nintendo que nous tous réunis, je me suis permis de poser la question à Florent Gorges.

En clair, la situation est la même aujourd'hui au Japon. Tout le monde a soit une DSi, soit une DSi LL, soit une 3DS. Et pour ceux qui n'en ont pas, c'est 100 yens dans n'importe quel bouiboui, ou 700 yens (7 euro) pour ceux qui veulent le câble officiel. Clair, c'est la ruine, surtout si ça peut réduire le prix de la console pour une majorité de personnes.

Pour autant, le Japon n'est pas la France, et nous sommes d'accords là-dessus. Et ... Ô surprise, cette annonce ne concerne que le Japon. Mais pourquoi donc annoncer un telle chose aux yeux du monde alors ? Parce que Nintendo Direct est un évènement Japonais, pensé pour le public Japonais (certains jeux présentés aux précédents n'ont même pas de sortie prévue chez nous ...), puis traduit par les différentes antennes. Et que oui, les 3DS XL US (malheureusement, pas pour l'Europe) auront bien le chargeur inclus.  Le chargeur officiel DSi (le même donc) coûte 5 euro en bas de chez moi. Allez voir votre boutique, ça m'étonnerait qu'il soit bien plus cher.

Son hypothétique absence chez nous serait-elle regrettable ? Oui. Doit on annihiler la 3DS XL pour ça ? Non. Allume-t-on Xbox et PS3 parce qu'ils sont vendus sans câble HDMI (situation pas si différente, finalement).

 

 

En clair, je pense que l'annonce de cette console a cristallisé énormément de haine, souvent injustifiée de la part des joueurs. Oui, c'est évident, Nintendo a fait preuve de beaucoup de maladresse dans son annonce. Mais doit-on mettre à mort une console pour si peu ? Doit-on parler de mort prématurée de la 3DS, sortie il y a un an. NON. La 3DS XL n'est pas une 3DS Lite. Ce n'est pas une version 2.0. C'est une autre version de la console, pour une autre utilisation, un autre public, qui est en cohabitation avec la 3DS. Exactement de la même façon que la DSi est encore en cohabitation avec la DSi XL. Est-ce la console parfaite ? Je n'en sais rien.

Ce que je vois cependant, c'est que de bons points de cette dernière (effet 3D amélioré, carte mémoire deux fois plus grosse, etc) sont totalement éclipsés par les trois problèmes sus-cités. Mais en attendant, moi, elle me fait vraiment de l'oeil. Dommage que Nintendo n'ait pas davantage repensé son autonomie, à peine plus élevée que celle d'une 3DS. Bref, personnellement, j'ai hâte que ma copine reçoive son exemplaire Japonais, fraîchement commandé. Je sens que je vais souvent lui voler et prendre un pied dingue dessus, surtout que les premiers retours sont très positifs. Vivement sa sortie.

Voir aussi

Plateformes : 
Nintendo 3DS
Sociétés : 
Nintendo
Ajouter à mes favoris Commenter (32)

Signaler
JV

 

En cette chaude et lourde nuit de juin, petit billet, moitié humeur, moitié jeux vidéo.

 

Gravity Rush est un jeu qui me met en défaut. Vous avez pu le lire dans mon test, je le considère comme une vraie déception, et pourtant, je continue à passer beaucoup de temps dessus. Excellence dans son univers, ses personnages, son gameplay, son côté old-school assumé si désuet et appréciable ... Ses qualités sont extrêmement nombreuses, elles sont palpables et font de lui un très grand jeu vidéo.

Je m'étais donc décidé à prendre les DLC de ce Gravity Rush, alors que cela n'est pas dans mon habitude. Vendus 4 euro sur le Store, ils sont présents dans la cartouche. Mais attention, pas façon CAPCOM. Ils étaient absents de la version japonaise (leur poids sur le PSN Jap est bien plus important), mais Sony a pris l'initiative de les inclure dans la version occidentale, dont la sortie fut retardée. On gagne ainsi de la place sur sa carte mémoire. On en pensera ce qu'on voudra ...

Ce n'est d'ailleurs pas la raison pour laquelle je qualifie ces DLC de « DLC de la honte ». C'est parce qu'ils continuent directement l'histoire, reprennent des personnages (Syd, Alias, la voyante, Yunica, etc.), mais ne font en rien avancer le problème du trou béant qu'est la fin du jeu. C'est un peu comme agiter devant les yeux d'un enfant les jouets de ses rêves, de bien les rapprocher de son nez, puis de les jeter dans les flammes de l'enfer en ricanant, du bon gros black metal par-dessus. Pire encore, un des DLC introduit encore de nouveaux personnages, qui sont, comme d'habitude, super sympathiques. Cool, on les voit pendant 5 minutes.

J'ai énormément de mal à cerner là où veulent en venir les développeurs, d'autant plus que pour le reste, ces DLC sont de belle qualité, et valent amplement leur prix, selon moi. Dans un seul pack, vous aurez droit à deux grosses missions scénarisées (qui durent entre 30 et 50 minutes chacune), des nouveaux challenges, un nouveau costume (le simili Catwoman est magnifique !), et un nouveau niveau d'évolution pour Kat. Pour moins de 4 euro, je trouve ça très honnête. On regrette un peu de ne pas pouvoir recommencer les missions déjà accomplies, mais c'est valable pour le jeu dans son intégralité.

Donc encore une fois, je suis dégouté, car ces DLC sont à l'image du jeu : exceptionnels, mais me prenant un peu pour un demeuré, multipliant le nombre de carottes devant mes yeux, en attendant une vraie suite.

Si vous avez aimé le jeu, n'hésitez pas à prendre les DLC, vous ne le regretterez pas. Mais encore une fois, chère Team Siren, allez crever dans les abysses infernales du forum 15-18 de JVC. Et puis non, merde, puisque de toute façon, vous m'aurez autant de fois que vous le voulez. Je suis consentant, allez-y, faites-vous plaisir, violeurs de mon coeur.

 

Voir aussi

Jeux : 
Gravity Rush
Ajouter à mes favoris Commenter (5)

Signaler
JV

 

Vous devez commencer à le savoir maintenant, je suis un grand fan des créations de la Team NINJA.

Cela fait maintenant des années que je recherche un artbook, appelé "Dead or Alive History - Team NINJA Freaks -", publié chez Famitsu / Enterbrain.

Le toruver complet, avec son CD, sa jaquette et sa spincard tient du miracle, pusiqu'il a été édité à peu d'exemplaires, il y a presque 10 ans de cela. Mais donc, après des années de furetage hebdomadaire sur ebay et mandarake, j'ai finalement trouvé mon bonheur, et en plus, à "pas cher pas cher ma bonne dame".

 

J'ai beau posséder plus ou moins tous les artbooks sur DOA / Ninja Gaiden, je pense vraiment que celui-ci est le seul qu'on se doit de posséder quand on est fan.

Le jeu est pétri d'interviews de folies, sur chaque jeu, chaque build, chaque personnage, est bourré de dessins préliminaires totalement exclusifs (j'ai ainsi appris que dans DOA++, Ayane devait à la base avoir des cheveux longs !), et surtout d'anecdotes de malade.

Petit exemple, quand Itagaki a décider de créer Dead or Alive Xtrem Beach Volleyball, c'était pour lui dans la même optique qu'il envisageait Final Fantasy X-2 par rapport à Final Fantasy X : du fanservice pur et dur, tout en étant un jeu complet.

Je trouve qu'un DOA soit inspiré d'un FF est une idée assez dingue !

On revient aussi sur les jeux qui ont influencé la Team (Itagaki principalement) : en premier lieu, Pikmin !

Bref, tout plein d'infos juteuses pour le fan que je revendique être. Et toutes ces infos vont bien entendu m'être très utiles quand je commencerai à écrire les dossiers de www.TeamNINJA.fr

 

 

Ajouter à mes favoris Commenter (7)

Signaler
JV

 

A la seconde où j'ai fini Gravity Rush, j'avais envie d'écrire dessus. C'est à présent chose fait, avec un test, que je vous invite  à découvrir ici.

Bonne lecture !

Voir aussi

Jeux : 
Gravity Rush
Ajouter à mes favoris Commenter (2)

Signaler
JV

Si vous me lisez un peu sur TeamNINJA.fr, vous savez qu'un tournoi a été organisé par Tecmo Koei et IGN à l'E3, streamé en live.

Le niveau du tournoi était assez faible, puisqu'ouvert à tout le monde et que DOA5 n'est toujours pas sorti. Cependant, plus les poules avançaient, plus on remarquait que les "vieux de la vieille" de DOA avançaient vers les finales.

 

Ce sont ces dernières que je vous propose de découvrir ici, avec de grands noms de la scène DOA comme Master, Vanessa, Kayane, ou encore Swoozie et Black Mamba. Je me rappelle encore des parties endiablées sur le live, au début de DOA4, avec ces deux derniers.

 

Le niveau est très bon même si pas exceptionnel non plus, puisqu'on le rappelle, le jeu n'est pas sorti et n'a donc pas encore été essoré !

 

 

Et la grande finale entre le couple Master / Vanessa. J'en connais un qui va être privé de câlins pendant quelques jours.

Voir aussi

Jeux : 
Dead or Alive 5
Ajouter à mes favoris Commenter (10)

Signaler
JV

A remettre dans le contexte, on venait de nous faire 40 minutes de "The Magic of Kinect" et de "The Amazing Smartglass".

 

Ajouter à mes favoris Commenter (4)

  
Signaler
JV

Cet article a été réalisé en partenariat sonore avec Héritage d'Opeth. 

 

 

Tu viens d'acheter la Vita ? Ou tu hésites encore ? Alors ce petit bout d'article est fait pour toi.

Sous la pressante demande d'un pingouin hésitant, je me permets ces quelques lignes pour bien commencer avec la nouvelle portable de Sony. Ces faits prennent évidemment comme base mon expérience personnelle, exactement comme mon premier bilan sur la console, un mois après sa sortie japonaise.

1- Préférer le modèle Wifi au modèle 3G. Parce que les interactions 3G font tiep de chez tiep. Non, n'espérez pas pouvoir jouer en ligne ou télécharger de nouveaux contenus depuis le PSN, car la 3G est uniquement là pour le chat, le surf sur le net et Google Maps. Donc laissez-la tomber, et économisez 50 euro. Toute façon, un smartphone passé en modem, et vous aurez à bien plus que ce que propose la console de base.

Je conseille de prendre la console toute seule, afin de profiter de l'offre de remboursement des 50 euro.  En chinant bien, on trouve la console à 220 euro sur le net. Avec l'offre, ça nous fait 170 euro, c'est-à-dire grosso-modo le prix d'une 3DS.

 

2- Ne soyez pas radins pour la carte mémoire. Prenez directement une carte 16 Go ou la 32 Go (16 Go pour mon compte principal JP dans mon cas, 8 pour le FR). 8 Go pour un compte principal, c'est bien trop peu. Je ne parle même pas de la 4 Go, qui devrait être offerte avec la console (ce qui commence à être le cas avec le pack Uncharted).

 

3- En fonction de vos besoins et habitudes de déplacements, prenez soit le pack d'accessoires Starter Kit, soit Travel Kit, qui sont des packs d'accessoires officiels pour la console. C'est suffisamment rare pour être signalé, l'écran de protection officiel est incroyablement simple à poser.

 

Maintenant que vous avez une belle console bien  prête à en découdre, faisons le tour des jeux qui valent le détour. Les baisses de prix commencent à poindre le bout de leur museau, et ça tombe bien, parce qu'on vient de faire péter la tirelire.

 

Le must :

Gravity Rush. J'écrirai un test du jeu dans les jours à venir. Mais après une dizaine d'heures, je peux aisément vous promettre qu'il s'agit du premier réel killer-app de la Vita. Parce qu'il est aussi le premier jeu à sortir de la vitrine des premiers jeux de la console, et de se concentrer sur une belle expérience vidéoludique.

On y suit Kat, une jeune gravitéenne ayant perdu la mémoire. Gravitéenne ? Oui, oui, c'est exactement ce que le nom laisse présager : on peut, à volonté, modifier la gravité, ce qui permet une exploration et un gameplay foutrement originaux.

L'ambiance sonore, infiniment jazzy (donc infiniment sexy) ne peut que ravir, le côté retro steampunk de la ville, ses environnements et ses habitants est à en tâcher l'écran de sa console. Le design, à tomber, est quant à lui parfaitement mis en scène dans des bandes dessinées interactives mettant en scène Kat et son chat, Poussière. Pas une petite perle. Une grosse perle.

 

Le trio gagnant :

Wipeout 2048. Je ne vais pas vous présenter Wipeout, série qu'on compare souvent, et pas toujours à juste titre, à F-Zero. C'est bon, c'est beau, c'est dur, c'est long. Un vrai bon jeu, qui possède selon moi le seul vrai mode en ligne intéressant de la console. En effet, en sus de la progression solo, il vous est possible d'accéder à une campagne multi : dans cette dernière, vous avez des défis à relever, tout en vous confrontant à d'autres joueurs sur le net. Assez innovant, et diablement prenant.

Everybody's Golf. Non, ne partez pas. Je vous jure, ce jeu est une tuerie. Et pourtant, le golf, ça me passe au-dessus de la tête de chez au-dessus de la tête. Mais ici, tout est mignon, gentillet, simple, et pourtant profond et bien pensé. Le mode en ligne vaut lui aussi son petit lot de cacahuètes.

Ninja Gaiden Sigma. Clairement, ce jeu ne s'adresse qu'aux personnes n'ayant jamais connu l'aventure Ninja Gaiden, ou tout du moins qui veulent s'y replonger après tant d'années. Le jeu, portage de la version PS3 (qui est elle-même un portage de la version améliorée de la version Xbox, ouf), est parfaitement calibré pour la portable de Sony et assure une excellente durée de vie. Le jeu propose quelques mécaniques arriérées, notamment au niveau des points de sauvegarde, mais cela ne fait qu'ajouter du charme à son ambiance et à son challenge old-school, particulièrement bienvenu en 2012.

 

L'outsider :

Uncharted : Golden Abyss. Proposant un gameplay solide et une réalisation somptueuse, le titre de Bend était une valeur sûre lancement, comme je vous le confirmais dans mon test. Mais aujourd'hui, je ne saurais le conseiller autrement qu'en pack avec la console ou à bas prix. Typiquement le jeu vitrine du lancement, mais qu'on oublie rapidement.

Et puis Reality Fighters. Non, je déconne.

 

Les trucs chelous Japonais :

Dream C Club Zero Portable. C'est, à l'heure actuelle, le jeu sur lequel j'ai passé le plus de temps sur ma Vita. Superbe et proposant une durée de vie monstrueuse, il vise cependant un public bien restreint d'otakus. Une bonne aisance en Japonais  est obligatoire.

Ragnarok Odyssey. Sur le long terme, j'ai été assez déçu par ce titre, dont la sortie aux US et en Europe a récemment été confirmée. A moins que vous soyez fans de l'univers du MMO Ragnarok Online, mieux vaut attendre le vrai prochain Monster Hunter, ou se tenir au courant de l'actu de Soul Sacrifice.

 

Les titres à venir :

Hatsune Miku Project Diva f. Avec une possible sortie en occident, l'égérie de Yamaha et SEGA n'a pas fini de vendre. Mais l'image de marque du titre n'est pas sa seule force, puisqu'il propose un des meilleurs gameplays de tous les temps pour un jeu de rythme portable, et l'ajout de l'écran tactile, permettant des contrôles similaires à ceux de DJ Max Technika, ne viendra pas me contredire. Je le rappelle, la Vita étant dézonée (ou presque), le titre peut de toute façon se faire importer.

Soul Sacrifice. Nouveau projet de Keiji Inafune (Megaman, Dead Rising), Soul Sacrifice pourrait bien, aux côtés de la petite Miku, relancer les ventes de la Vita au Japon. Surfant sur la vague des Monster Hunter-like, tout en apportant sa petite touche d'originalité, en particulier au niveau de son design, le titre de Marvelous a toutes les cartes en mains pour intéresser.

Assassin's Creed III : Libération. Même si je ne suis pas fan de la saga phare d'Ubisoft, je reconnais volontiers ses attraits, et ce nouvel AC, présenté pendant la conférence de Sony à l'E3, promet de bien garder l'ADN de la série. Sera-t-il proche dans son gameplay de l'opus 2012 sur consoles de salon, ou davantage des anciens épisodes ? Seul l'avenir nous le dira.

Persona 4 : The Golden. Portage de l'exceptionnel RPG sur PS2, ses graphismes ont été revus à la hausse, le jeu est intégralement doublé et propose une durée de vie hallucinante. Si vous êtes fan de RPG, n'hésitez pas à découvrir cette incroyable saga, souvent restez dans l'ombre car plus adulte que ses consorts, et pourtant, tellement riche. Sortie US en fin d'année.

Zero Escape : Virtue's Last Reward. Suite d'un des plus grands jeux de tous les temps, Il reprend le principe du jeu à échappatoires, dans un cadre glauque (ici, un gigantesque avion cargo), avec des règles tordues, à la manière d'un Battle Royale. On peut changer switcher à tout moment entre les doublages Anglais ou Japonais.

 

Ajouter à mes favoris Commenter (33)

Édito

 @AxRiff (ou cliquez sur l'icône)

Retrouvez-moi aussi sur :

Gamerside

AVCesar

Project-Imas

Archives

Favoris