Un Chat au Japon.

Un Chat au Japon.

Par Kaminos Blog créé le 09/02/10 Mis à jour le 26/11/15 à 02h54

Blog d'un chat gamer expatrié au Japon, qui bosse dans le jeu vidéo :)
C'était pas facile de faire comprendre aux douanes que je devais pas aller en quarantaine, mais j'ai réussi.

Ajouter aux favoris
Signaler
CINE

A la base, cette critique devait être publiée sur le site pour lequel je bosse. Mais finalement, seule une partie a été retenue, puisque je me suis un peu embrouillé les pinceaux, et qu'en principe, je n'étais pas sensé l'écrire.

Je vous fais donc partager mon billet ici, en sachant que je respecte le format de mon site. Voilà voilà, je vous copie le tout. A noter que je le note 4/6, avec 5/6 en son, en image et en bonus.

 

 

Tout premier univers original de l'ami Zack Snyder (L'armée des Morts, 300, Watchmen, le Royaume de Ga'Hoole), Sucker Punch nous raconte l'histoire d'une jeune femme, Babydoll, enfermée dans un asile psychiatrique par un beau-père peu scrupuleux, suite à la mort de sa mère et au meurtre involontaire de sa soeur.

Coincée dans cet asile pour femmes, situé dans un Vermont des années 1960, elle n'a que cinq jours pour s'échapper avant sa lobotomie, pratique encore courante à l'époque.

Mais elle se rend rapidement compte que son seul échappatoire est son imagination : avec d'autres internées, elle rêve d'autres vies, où elle peut atteindre la liberté. Les plaçant dans un bordel, dans les tranchées d'une première guerre mondiale « vidéoludisée » ou même d'un ersatz du Gouffre de Helm, leurs pérégrinations oniriques permettent aux différents plans narratifs, dont Snyder raffole, de s'imbriquer afin de créer une seule et même histoire : celle de cinq « bouts de femmes » prêtes à tout pour lutter dans un monde machiste et hiérarchisé, où différence rime avec persécution.

Incorporant des anachronismes assez déroutants (du Björk sortant d'un magnétophone, des fusils mitrailleurs high-tech dans un monde médiéval, des écouteurs d'iPod dans un asile des années 1960 ...), Sucker Punch est un film intemporel, un trip psycho-fantastique qu'on pourrait trop vite ranger, à tort, dans la case du porno geek.

Et même si là réside le public visé par Snyder, qui revendique en être un, le réalisateur a avant tout voulu faire de Sucker Punch un film « cool ». Cool ne veut pas dire creux, mais rares sont ceux qui iront au-delà de l'aspect vidéo-clip du film. Et là réside finalement le plus gros défaut de Sucker Punch : son manque d'accessibilité.

Une volonté de Zack Snyder d'inscrire son film dans le cross-media et le web 2.0 ? Certainement, mais encore faut-il que le spectateur prenne la peine de décortiquer chaque plan, chaque réplique, chaque inscription, chaque référence. Rien n'est laissé au hasard dans Sucker Punch, mais le tout représente un investissement que seuls les plus grands aficionados se permettront.

Les autres trouveront simplement dans le film la plus grosse claque graphique depuis Avatar, et le tout en IMAX, s'il vous plait. On adule ou on déteste. Chez AVcesar.com, vous aurez compris de quel côté on se situe.

Un film unique et indispensable, tout simplement.

 

Bonus

Clairement, Warner Bros n'a pas pris les amateurs de Snyder pour des bourriques, notamment grâce au « mode d'interactivité avancée », proposé sur le bluray de la version longue. Le film se déroule sous nos yeux, des cadres « picture in picture » apparaissent çà et là, où des membres de l'équipe reviennent sur des points du tournage ou enchaînent les anecdotes croustillantes. Mais ce n'est pas tout, car il est possible de stopper la lecture pour accéder à des photos du tournage, des ébauches de décors ou de somptueux storyboards. A d'autres moments, c'est carrément le film qui s'arrête, et Snyder vient sur un plateau nous expliquer des choix dans le tournage, nous permettant de prolonger l'expérience.

Le deuxième bluray permet de voir ou revoir dans courts métrages d'animation de qualité servant de préquelles aux mondes imaginés par Snyder. Ces derniers sont disponibles sur Youtube et ont fait partie de la promotion du film, les retrouver dans l'édition bluray est donc logique.

Enfin, un court documentaire revient sur la bande originale du film : la musique joue un rôle important dans Sucker Punch, on aurait donc apprécié que le making-of de la BO soit un peu plus consistant. Dommage.

 

Image

Intégralement filmé un IMAX, Sucker Punch est une petite bombe visuelle. Usant et abusant des effets de postproduction, le dernier film de Snyder est un régal pour les yeux. Possédant une véritable identité graphique, en dépit des nombreux mondes dépeints, impossible de prendre le film en défaut, si ce n'est dans l'abus d'effets de ralentis, pouvant énerver certains.

On apprécie la palanquée de références visuelles totalement revendiquées : du Seigneur des Anneaux de Jackson aux jeux-vidéo Final Fantasy XIII et Killzone, en passant L'Etoffe des Héros de Philip Kaufman ou l'Excalibur de John Boorman, elles sont nombreuses et viennent toutes s'imbriquer pour donner une patte inimitable au film de Snyder.

Du grain de peau des acteurs aux différents jeux de couleurs des costumes, tout est maîtrisé et réfléchi de bout en bout. Du grand art.

 

Son

La version longue du film n'est proposée qu'en VO (Anglais), dans un DTS-HS 5.1 imprenable. Il est assez regrettable qu'on n'ait pas plus de choix, même si la qualité de cette piste n'est jamais à remettre en question.

La version cinéma, présente sur le second bluray, propose quant à elle du Dolby 5.1 dans diverses langues. Si techniquement on n'a pas grand-chose à y redire (on note cependant une saturation des basses plus présente qu'en DTS-HD), impossible de recommander la version française. Cette dernière se permet non seulement de changer le sens de certaines scènes, mais vulgarise souvent le discours des personnages. Impardonnable, même s'il faut de toute façon profiter de Sucker Punch dans sa version longue, supérieure en tout point.

Ajouter à mes favoris Commenter (8)

Commentaires

Joniwan
Signaler
Joniwan
même dans de "bonnes conditions" j'y crois pas trop xD m'enfin, je me rachette une play et je matte la version longue en blu ray ^^
Kaminos
Signaler
Kaminos
En même temps Jo, v'la la VF pourrie, en DVD, et la version longue enterre le cut ciné.

On en reparle quand tu l'auras vu dans de bonnes conditions :P
Joniwan
Signaler
Joniwan
on l'a maté enssemble le week end dernier, je vais ré écrire ce que je t'ai dit : oui c'est beau, oui c'est geek, oui le scenar est torturé, mais au final, si t'enlève les tenues d'écolière, on passe d'une impression "moyenne" à une impréssion "euh, c'est très bof"

n'est pas david lynch qui veut, et lynch lui même, parfois, on a du mal à suivre...
Snake_in_a_box
Signaler
Snake_in_a_box
Ok! Exact, je n'avais plus cette scène en mémoire. Maintenant tout devient limpide merci! :)
Karas
Signaler
Karas
@Snake_in_a_box : Il s'agit de la scène d'intro avec la bataille dans le train
Kelun
Signaler
Kelun
Amber <3
Karas
Signaler
Karas
Je l'ai vu cette semaine (en VOD et en VF), car je voulais me faire une idée sur le film avant de craquer pour le Blu-Ray. Pour faire bref, je dirais que ce qui a gâché mon plaisir est la trop grande linéarité du film qui va respecter jusqu'à la fin le process : un objet, un "stage", un objet, un "stage". C'est vraiment dommage, car Snyder aurait pu tourner briser ce flou entre le monde fantasmé de Baby Doll (le cabaret), la réalité (l'asile) et l'imaginaire (ces "stages" issus directement du jeu vidéo), pour finalement mieux amener le twist de fin. En effet, on est dans le doute et j'aurais aimé avoir un peu plus de certitudes quant à mon interprétation si justement on avait eu un peu plus d'exposition entre les différents univers et les autres protagonistes.
Par contre, j'ai eu une grosse claque en écoutant la reprise de "Where's is my Mind" qui était vraiment de circonstance dans cet univers :D
Snake_in_a_box
Signaler
Snake_in_a_box
Je suis d'accord avec ton avis sur le film. Outre cette "claque visuelle", j'en ai tiré une réflexion personnelle qui le rend unique à mes yeux.
Par contre, tu peux me dire où tu vois des références visuelles à FF XIII? LOTR: ok - Killzone: check - Excalibur et L'Etoffe des héros check aussi. Mais FF 13 je vois pas.

Édito

 @AxRiff (ou cliquez sur l'icône)

Retrouvez-moi aussi sur :

Gamerside

AVCesar

Project-Imas

Archives

Favoris