Le Blog de Shauni et Myster Mask

Le Blog de Shauni et Myster Mask

Par Shauni & Myster Mask Blog créé le 25/01/11 Mis à jour le 26/10/11 à 19h37

Shauni et Myster Mask, les testeurs de l'extrême !

Ajouter aux favoris
Signaler
Jeux à oublier

Honnêtement, je me spécialise dans les mauvais jeux video et j'adore ça. Pourquoi ? Tout simplement parce que les limites sont sans cesse repoussées et ainsi parce qu'on est toujours surpris. Quand on se dit qu'il ne pourra jamais y'avoir pire, une boîte tombe du ciel et nous démontre que l'on peut toujours faire pire.

Dans notre cas la boîte est bleu, bleu PS2. Mais d'abord, racontons la magnifique histoire de notre soft. Mes recherches sont très sélectives :

"_Salut El Gringo.

_Salut tu me propose quoi aujourd'hui ?

_De la première qualité ! Regarde par toi même.

_Non ! Pas assez bon pour le Shame Center et notre Gameblog."

Après de longues journées, je commençais à désespérer, et c'est là que j'eus une vision, au détour d'un rayon de Cash Express. Il était là, il brillait de milles feux avec sa pochette volée à un film de Kung Fu thaïlandais des années 70. Yakuza Fury était là. J'ai du me mettre plusieurs coups de poing pour être sûr de ne pas rêver, mais il était bien là. Un passage en caisse, et 6€ plus tard le jeu était dans ma poche, puis dans ma PS2.

 

(bon que ça soit clair : on ne sait pas d'où elle sort)

 

Parfois la simple vue de la pochette arrive à nous convaincre que l'on est devant un grand cru. Parfois les apparences sont trompeuses, mais malheureusement (ou heureusement) pas dans ce cas.

Yakuza Fury est un Beat 'em all, où l'on incarne Asuka Kyou (y'a quelque chose de bizarre non ?) un Yakuza en costume blanc et chemise rouge (y'a vraiment quelque chose de bizarre mais j'arrive pas à mettre le doigt dessus) qui, après avoir secouru une jeune fille, se retrouve dans la panade et doit combattre les membres d'une famille rivale, et même celui qu'il appelle son"frère"(il y'a vraiment quelque chose de bizarre...).

Le premier contact avec le jeu est assez étrange, il me dit que ma télé ne supporte pas le 60Hz alors que je joue toujours en 60Hz. De cette divergence d'opinion naîtra une dispute jusqu'à que Shauni arrive et me demande :

"_Mais à qui tu parles ?

_Heu...

_Ne me dis pas que tu te disputes avec Yakuza Fury !

_C'est lui qui a commencé..."

Bien. Une fois cette épreuve passée, nous pouvons passer aux choses sérieuses. Nous voyons donc Asuka marcher dans les rues de...sa ville... Ben il faut dire qu'on ne sait pas vraiment où se passe l'histoire (mais en tout cas, c'estau Japon).

 

"Banzaïïïïïï !!!"

 

Donc Asuka marche dans les rues du Japon... Non c'est ridicule.

Asuka marche, et là nous pouvons faire notre premier constat, c'est très laid, avant Yakuza Fury, j'ai joué à Clock Tower et ce qui est incroyable c'est que Clock Tower est plus beau ! Sachant qu'en plus on est sur PS2, l'exploit est quand même notable. Pendant sa ballade, Asuka tombe sur trois gars en train d'agresser une femme, évidemment il s'interpose et là un autre constat, tous les personnages sont muets... Il n'y aura aucune voix durant tout le jeu, seulement des sous titres anglais.

Après avoir assisté à une cinématique sans intérêt, nous voici lâchés dans la rue, combattant tout ce qui bouge. On s'aperçoit que le héros ne touche pas le sol, que les ennemis ont tous la même tête et surtout qu'on les combat alors qu'ils veulent seulement jouer à chat. Un ennemi arrive vers vous, il vous met un coup et ensuite il s'enfuit en courant pour ne pas se faire rattraper. Globalement les combats sont très faciles et nous mettons nos adversaires KO en trois coups de poing. On peut détruire les élèments du décor, mais seulement ceux placés en plein milieu de notre chemin. C'est donc sans mal que nous arrivons au boss de fin de niveau qui en fait s'avère être...

Mathias des Beehive... Oui cette figure emblématique de "Lucile amour et rock n'roll" n'a pas mis assez d'argent de côté et aujourd'hui le voilà contraint de faire des apparitions un peu partout pour boucler ses fins de mois. Le pouvoir de ce premier boss est qu'il peut aller très vite derrière vous. Et comme Asuka a un problème, il n'arrive pas à se retourner sans que ça prenne 3h, cela s'avère être un pouvoir très efficace. Heureusement, notre héros a aussi un pouvoir : il balaie tout ce qui se trouve autour de lui... D'ailleurs, l'execution de ce pouvoir sera le seul moment où vous entendrez une voix, celle de Asuka (déjà entendue quelque part il me semble...).

 

"C'est toi le chat !"

Après ce combat acharné - pas très compliqué vu que l'intelligence artificielle frôle le néant absolu, surgit de nulle part un Turk de Final Fantasy VII qui vous annonce que votre initiation est terminée et que vous faîtes maintenant parti de la famile.

Donc pour résumer, si vous voulez être Yakuza un jour, il suffit de tabasser tous les gars de la famille.
Après celà on est libre dans la ville, enfin dans les trois rues la composant. Mais il y'a un petit problème : Asuka est apparemment l'homme le plus détesté de tout le Japon. Tout le monde l'attaque. Donc vous enchaînez les combats de rue, ce qui vous rapporte de l'argent pour aller dans une boutique dans le but de customiser votre petit Yakuza. Que ça soit clair, ça ne sert absolument à rien. De plus, si vous achetez une arme toute difficulté est enlevée (alors qu'à l'origine elle n'était déjà pas très présente...)

Les autres niveaux sont exactement les même que le premier, seul le décor change. Si vous avez une arme vous les passerez tous très très rapidement. Même si votre arme est une épée en bois. Dans le dernier niveau, tous vos ennemis possèdent des pistolets mais vous ne craignez rien : vous avez une épée en bois. Un dernier boss et c'est terminé, vous avez fini Yakuza Fury en... 30 minutes. Et oui, en plus d'avoir des graphismes plutôt laids et une maniabilité plus que poussive Yakuza Fury possède en plus une durée de vie ridicule (trois niveaux).

Mais je dois avouer quelque chose, Yakuza Fury a des qualités. D'abord si vous voulez savoir tout ce qu'il ne faut pas faire dans un jeu vidéo, achetez le. Si vous voulez passer une demi heure de franche rigolade du genre qui vous donne les larmes aux yeux, achetez le aussi.

Le prix maximum auquel vous le trouverez est 6€,  c'est moins cher que le cinéma et beaucoup plus efficace (surtout comparé à toutes les comédies sentimentales niaises qui sortent en ce moment.)

Yakuza Fury est un recueil de tous les défauts du monde mais il parvient à nous changer les idées tellement il est ridicule. C'est pour celà que je lui porte un toast !!!

 

"Quelles chaussures vais-je acheter aujourd'hui ?"


(Je viens de m'apercevoir que je suis debout devant mon écran et en train de lever un verre de coca chaud.)
Bien, après ce petit entracte, je retourne jouer à Yakuza 4... Mais ! Ca y'est je suis arrivé à trouver le truc bizarre qui me travaillait tant !!! Yakuza Fury n'est rien d'autre qu'une contrefaçon de la série Yakuza !!! Alors c'était la stratégie commerciale ? Prier pour que l'acheteur confonde ce jeu avec un Yakuza ? Ah ben bravo !

Myster Mask

Ajouter à mes favoris Commenter (0)

Commentaires

Édito

Bonjour, bonsoir. Bienvenue dans l'antre des jeux moisis et/ou rétros !


 

Shauni, 21 ans. Pigiste jeux vidéo. Geekette, otaku. Collectionneuse de vieilles consoles. Eternelle nostalgique des vieux Sonic ou Donkey Kong. Spécialiste des oldies.

 

Myster Mask, 22 ans. Venant d'ouvrir une maison d'édition. Fan des point & click. Collectionneur de vieilles consoles. Geek. Testeur de l'extrême. Spécialiste des mauvais jeux.

 

 

Shauni & Myster Mask

Archives