Quotidien d'un joueur

Quotidien d'un joueur

Par Izzi Blog créé le 11/02/10 Mis à jour le 19/05/10 à 08h44

Tout et n'importe quoi du quotidien d'un geek =)

Ajouter aux favoris
Signaler
Musique

La semaine dernière, du 13 au 15 mai, se déroulèrent les Metal Dayz suisses, dans Pratteln (à côté de Bâle). Je n'ai pas pu participer aux trois jours, mais j'y étais le vendredi 14 mai avec deux amis, pour voir entre autres Behemoth, Sepultura et Alestorm.

On était arrivés un peu en retard, du coup on a raté les 2-3 premiers groupes, mais il n'y avait rien de réellement intéressant donc ça ne nous a pas gêné. Avant Manegarn, un groupe de Black Metal assez brutal mais loin d'être génial, on a eu droit à Powerwolf, un groupe de Power Metal plutôt pas mal. Ensuite venait Shining, qu'on est pas allé voir pour avoir des dédicasses du groupa Alestorm (mode fanboy :3 ), pour enchainer sur Decapitated, du bon death qui fait mal :D.

Venait ensuite le clou du spectacle, le groupe qu'on attendait tous le plus : Alestorm, un groupe de Pirate Metal venu d'Ecosse, qui a mis une ambiance de folie! 20 minutes après la fin du départ, le public était encore présent entrain d'en demander plus! Bref, c'était du tout bon, ça allait être dur de faire mieux pour les groupes suivants.

Pendant Death Angel et Six Feet Under, on est allé manger dans un fast-food à l'extérieur du festival, parce qu'en Suisse on vous demande 10€ pour un repas 3 étoiles composé. C'est vraiment pas l'idéal pour un festival de métal!

Sepultura a fait un très bon set, avec beaucoup d'anciens morceaux (Refuse/Resist, Territory, Roots), et le chanteur était très impressionnant (2m de haut, 120Kg de muscles, rastas jusqu'au cul) et très bon au chant. Enfin, Behemoth étaient vraiment énormes, c'était brutal, technique, un très bon show! Mais la fatigue commençait à se sentir, et on décidait de quitter le festival, car Twilight of the Gods ne nous intéressait pas.

En bref, on a passé une très bonne journée en compagnie de très bons groupes, avec une superbe ambiance et pleins de monde bizarre comme moi. A refaire! (Mais le Graspop Metal Meeting en Belgique était quand même mieux :3)

(Photo : Patrick Häberli) Ambiance de folie pendant Alestorm!

Ajouter à mes favoris Commenter (0)

Signaler
Geekeries

Après la NES, la SNES! (logique, nan?)

Alors non, je n'ai pas acheté de console, mais 3 jeux, que voilà :

Super R-Type, The Legend of Zelda A Link to the Past et Starwing. Malheureusement sans boite ni notice... La console devrait suivre dans 2 ou 3 semaines, ainsi que quelques jeux supplémentaires et un test rétro ;) Stay tuned!

Ajouter à mes favoris Commenter (0)

Signaler
Tests

Je préviens de suite, je rédige ce test pour les personnes ayant fini le jeu, il y aura certainement des spoilers, donc ceux qui ne l'ont pas encore fini et qui veulent avoir la surprise, passez votre chemin (mais venez lire mon test plus tard!).

 

Final Fantasy XIII

Rares sont les jeux qui déchainent les passions, que ce soit une profonde haine ou un immense amour. Metal Gear Solid, The Legend of Zelda et Final Fantasy font partie de ces raretés. Le XIIIème volet de la dernière fantaisie de Squaresoft, entre temps devenu Square Enix, est sorti sur le territoire Européen et Américain le 9 mars de cette belle année 2010. Déjà écoulé à 3 millions d'exemplaires, cet épisode aura, une fois de plus, rempli les poches de ses créateurs, mais comment a-t-il rempli le coeur des joueurs? L'attente était-elle vaine, ou au contraire aura-t-elle valu le coup? Réponses dans la suite!

Des destins entremêlés

Le scénario de Final Fantasy XIII gravite autour de 6 personnages, dont les destins vont s'entrechoquer et tout changer d'un moment à l'autre. Je ne vais pas m'étaler sur le début de l'aventure, mais plutôt passer à plus intéressant. Les relations entre les différentes personnes sont retranscrites de manière très réaliste, bien plus réaliste qu'à l'accoutumée dans les RPG. Entre Hope qui ne veut surtout pas rester avec Snow, auquel il reproche d'avoir tué sa mère, Sazh qui veut tuer Vanille pour avoir scellé le destin de son fils, ou encore Lightning qui se la joue solo, puis mère protectrice de Hope, on en verra de toutes les couleurs. Pour une fois, ce n'est pas un seul personnage qui est mis en avant, mais bien toute l'équipe. Chacun est différent et a droit à une personnalité très travaillée, bien plus que Vaan, Selphie ou Tarask (respectivement FFXII, VIII et IX). Ces différents vont d'ailleurs amener les héros de ce volet à se séparer plusieurs fois, et à continuer l'aventure à deux, voire même seul.

Ces relations, heureusement, évoluent au fur et à mesure que les différents protagonistes interagissent, et au final tout le monde se retrouve en plein territoire ennemi, décidant de mettre leurs différents de côté afin de défier leur destin commun, qui est de détruire le fal'Cie (sorte de Dieu) qui nourrit Cocoon (la petite planète) en énergie.

Le scénario est un vrai chef d'oeuvre en la matière. Il fait preuve d'une grande maturité, en traitant des thèmes tels que le pardon, le désespoir et le sacrifice, et a pour thème principal le destin, que chaque être doit pouvoir façonner à sa manière.

Difficile à saisir au départ, il se dévoile au fur et à mesure, et gagne à chaque fois en complexité, le background recherché n'aidant pas à simplifier la chose. Malheureusement, beaucoup de petits détails échappent au joueur, il faudra aller lire les archives in-game afin de comprendre réellement toute l'histoire du jeu.

15 kilomètres à pied, ça use...

La grande polémique autour de ce Final Fantasy était due au choix des producteurs de faire du treizième volet un énorme et éternel couloir, sans villes à visiter, ni PNJ auxquels parler. Comme beaucoup de personnes, j'avais peur que cette décision gâche le tout, et pourtant j'étais plus qu'agréablement surpris apres quelques instants passés dans le jeu! Une fois le soft lancé, tout prend son sens. Le groupe de héros est en réalité un groupe de fugitifs, les 6 l'Cie sont considérés comme ennemis publiques, et doivent donc fuir les autorités. C'est logique, du coup, qu'on ne va pas s'amuser à s'aventurer dans une ville quelconque, à dévaliser les coffres des habitants, ou à acheter de l'équipement chez le prochain forgeron! Ces couloirs permettent au joueur de ressentir le besoin d'avancer, pour ne pas se faire capturer. Ils contribuent grandement à l'ambiance du jeu, qui est tellement prenant qu'en réalité on ne les remarque même pas pendant 20 heures. Cependant, les chapitres 9 et 10 sont si ennuyants qu'on commence à se demander quand est-ce qu'on arrivera enfin sur Gran Pulse.. Malheureusement, ces deux chapitres risquent d'être une sorte de torture pour un bon nombre de joueurs, mais le bon côté est qu'on sentira une réelle liberté, une fois arrivé sur Pulse! La vaste étendue d'herbe est un vrai plaisir à parcourir, que ce soit à pied ou à dos de chocobo, qu'on trouvera après quelques missions annexes. Cette bouffée d'air frais tranche radicalement avec le reste du jeu, et on se surprendra à gambader, à chasser, et surtout à s'extasier devant la beauté de la faune et de la flore locale. D'ailleurs, tout FFXIII est très beau artistiquement, les décors sont juste magnifiques, l'architecture est somptueuse et on n'arrête plus de s'émerveiller devant la beauté du jeu.

La révolution du gameplay

Le système de combat de Final Fantasy XIII est le point le plus réussi du soft. C'est une évolution du système Active Time Battle (FF6-9) qui permet de choisir plusieurs actions qui ont un certain coût ATB. Contrairement aux anciens titres, au lieu d'attendre que sa barre se remplisse pour ensuite choisir une action, on effectue son choix pendant la recharge. La grande nouveauté est qu'on ne choisit plus une unique action, mais plusieurs. Au début de l'aventure on aura surtout des actions qui nécessitent un ou deux segments ATB, mais plus tard les personnages acquièrent des sorts plus puissants qui demandent trois ou quatre segments.

Grâce à ce système, on pourra donc choisir des enchainements spéciaux et varier les assauts. Heureusement, on peut abréger la recharge et partir directement à l'assaut avec la ou les premières actions choisies, sans devoir attendre que la barre soit entièrement remplie. Évidemment, si elle n'était pas remplie entièrement, seules les actions accordées aux segments déjà complets seraient réalisées.

Le système d'évolution ressemble beaucoup au sphérier de Final Fantasy X, la liberté en moins. En effet, on doit « acheter » des compétences et augmentations de caractéristiques en dépensant des points de compétence afin d'augmenter la puissance de notre équipe. Chaque personnage dispose de 6 cristariums, un par rôle, dont 3 cristariums principaux, qu'il vaut mieux augmenter en priorité. Le manque de liberté est ici tout sauf un problème. En effet, le joueur ne passera plus des heures à se demander quoi augmenter en premier, ni quel chemin il devrait prendre. Aucune erreur possible, donc!

Le soft comprend aussi un système d'évolution des armes et accessoires, assez simple à utiliser apres avoir fait quelques essais. Le seul problème est l'argent! En effet, il vous faut plusieurs millions de gils pour avoir un équipement qui pourrait faire mal aux derniers boss optionnels, et cette somme équivaut à des heures et heures de farming contre les ennemis les plus ardus à battre.

De toute façon, FFXIII c'est casualisé à fond!

Ma plus grande peur était que le joueur soit trop pris par la main. Evidemment on ne peut pas se perdre, mais sérieusement, qui a réussi à se perdre dans FFVII-XII, pour peu que ça ne concernait pas un lieu spécifique, dur à trouver, qui renferme un trésor de roxxor? Ensuite, le cristarium ne permet pas de personnaliser ses persos... Mais là aussi, on n'avait guère plus de choix dans les anciens FF, seuls FF X, XII et le VIII dans une moindre mesure le permettaient.

La difficulté du jeu n'a rien de « casual », Final Fantasy XIII est, au contraire, celui dans lequel vous subirez le plus de Game Over. Les combats sont d'une intensité sans précédent, en 5 secondes vous pouvez perdre juste à cause d'un moment d'inattention. Les deux derniers chapitres peuvent se révéler être un réel calvaire pour quiconque n'ayant pas entrainé son équipe correctement sur Pulse. On passera souvent plus de 5 minutes pour un seul combat, sans être sûr de le finir en vie! Heureusement, après un game over, on reprend la partie juste avant le combat, et pas au dernier point de sauvegarde comme dans tout autre RPG.

En parlant de points de sauvegarde, ceux-ci sont disponibles un peu partout, ce qui est très pratique pour des sessions de 20 ou 30 minutes, voire moins! Ce n'est pas rare de voir 2 points de sauvegarde à 10 minutes de jeu l'un de l'autre, combats compris.


Monster Fantasy : Final Hunter

Bon, on parle d'un RPG... donc il y a des quêtes annexes, nan? Évidemment, et elles se comptent sur les doigts de la main d'un mec qui a perdu 3 doigts. Exactement, il n'y a que 2 quêtes annexes! La première consiste à réparer le robot de Vanille, la deuxième à chasser 64 ennemis, de plus en plus coriaces. Bien sûr, cette quête vous prendra plusieurs dizaines d'heures, surtout composées de levelling intensif. Pour la compléter, il vous faudra revisiter certains endroits de Pulse, mais aussi en débloquer de nouveaux, afin de trouver tous les ennemis à abattre. Heureusement, la carte vous guidera vers ceux-ci, même ci elle n'est pas toujours très compréhensible lorsque l'ennemi est dans un endroit éloigné.

Au final, quêtes annexes comprises, il vous faudra entre 60 et 100 heures de jeu pour finir ce nouveau FF à 100%.

Fabula Nova Crystallis

Avant et après la sortie de Final Fantasy XIII, on a eu droit à toutes sortes de déclarations, que c'est un bon jeu mais un mauvais FF, que c'est simplement un mauvais jeu et que SE doit aller crever en enfer, ou encore que c'est le messie du RPG. Mon avis est que FFXIII n'est rien de tout cela. Pour moi, Final Fantasy XIII est un RPG hors normes, un Final Fantasy qui peut porter dignement son titre, et une petite révolution du jeu de rôle. Il fallait oser chambouler toutes les caractéristiques du J-RPG! Square Enix l'a fait, et ce jeu est une merveille, il vous passionne, il vous fait rêver, il transmet sans problème tous les sentiments des protagonistes, et surtout il comble votre coeur de joueur. Je me souviendrais toujours de cette cinématique finale qui dévoile ce que le logo du jeu symbolise, de l'arrivée au Nautilus avec les chèvres rondes totalement kawaii, des scènes à Palumpolum... On avait droit à du grand Square Enix sur ce coup là, et on peut se préparer à FFversusXIII avec une joie certaine !

 

Et voilà, désolé pour le retard, j'avais <insérer une excuse>.

Voir aussi

Jeux : 
Final Fantasy XIII
Ajouter à mes favoris Commenter (2)

Signaler
Jeux Vidéos

Véritable phénomène culturel et vidéo-ludique, l'OVNI (objet vidéoludique non-identifié) Portal est gratuit sur la plateforme Steam, et ceci jusqu'au 24 mai! Alors que ceux qui n'ont pas encore eu leur part du gateau (référence inside) se dépèchement de gouter à cette merveille du jeu vidéo ;)

Pour ceux qui ne conaissent pas le principe (bande d'incultes!), vous jouez un cobaye qui doit tester le portal gun, qui crée des trous, et qui doit passer certaines épreuves. Ca parait bidon, mais ce jeu est une vraie merveille, avec des énigmes reposant sur la physique et la gravité et surtout un background très travaillé, malgré sa légèreté.

Seul hic : Steam. Ce système est vraiment la pire pourriture de toute l'histoire du jeu vidéo u_u

Allez, j'attend que le jeu finisse de télécharger (à 20Ko/s, résultat de Steam + connexion 2Mo), et je vous dis à très bientôt pour un article qui n'aura rien à voir avec le vidéoludisme!

Voir aussi

Jeux : 
Portal
Ajouter à mes favoris Commenter (0)

Signaler
Geekeries

Enfermé chez moi à cause des exams, dossiers à rendre, etc... j'ai une folle envie d'escapades, de grandes randonnées dans la ville ou la nature, bref... bouger, voyager, voir autre chose que mes quatre murs blancs et toutes ces feuilles et données. Du coup, je suis bien heureux que mon semestre se termine le 3 juin, 5 jours après la sortie de Red Dead Redemption (nan mais vous croyiez quand même pas que j'allais réellement me promener?!), le fameux GTA-like dans le far west, développé par les mêmes personnes qui nous ont fait les GTA.

Une carte immense, des prairies à perte de vue, des chevaux, des revolvers et de l'alcool. Qu'est-ce qu'on veut de plus? =) J'avais un peu raté Call of Juarez 2 il y a quelques mois, surtout par manque d'argent, mais l'univers western me botte carrément, surtout s'il est aussi bien recréé comme dans RDR. Ça fait des semaines que je me retiens de me remettre à GTA IV, histoire de pas être saoulé des jeux sandbox, qui sont malheureusement trop vite lassants...

Les quelques notes et previews par ci, par là, me réconfortent dans l'idée que Red Dead Redemption sera un grand jeu, au moins de l'acabit d'un GTA. Vous en attendez quoi, de votre côté?

 

Voir aussi

Jeux : 
Red Dead Redemption
Ajouter à mes favoris Commenter (0)

Signaler
Musique

 

Final Fantasy IX - The Place I'll Return To Someday

Un de mes morceaux préférés de maître Uematsu =) L'atmosphère mélancolique est juste parfaite pour ce jeu aux thèmes si tristes... J'ai vraiment hâte de m'y remettre ! Vivement la sortie PSN ^^

Bonne écoute et à très bientôt!

Voir aussi

Jeux : 
Final Fantasy IX
Ajouter à mes favoris Commenter (0)

Signaler
Geekeries

C'est en me baladant aux Halles de Strasbourg, après avoir (enfin) décroché un stage cool, que j'ai vu FIFA 09 à 5€... FIFA? Il a dit FIFA? Mais c'est un jeu pour kékés qui jouent qu'à ça, et à GTA! Bah nan, y'a beaucoup de monde, même ces fameux "hardcore gamers" (auxquels je pense appartenir, selon certaines "definitions"), qui aiment les jeux de foot.

Bref, cela fait quelques mois que j'avais envie de me lancer dans un jeu de foot, et à 5€ je n'ai plus hésité longtemps! (seulement le temps de voir s'il était pas moins cher chez la concurrence!) Finalement, après avoir lu le premier tome du  Guide du Voyageur Galactique (que je recommande à tout fan de Sci-Fi et d'absurde) et surtout après avoir passé des heures à regarder des dessins animés Marvel, j'ai fini la semaine avec du foot. Mode amateur... u_u

Voilà, article complètement inutile, mais tant que ça m'empêche de réviser, tout est bon à prendre! A bientôt pour de nouvelles aventures =)

 

Marvin

Voir aussi

Jeux : 
FIFA 09
Ajouter à mes favoris Commenter (3)

Signaler
Jeux Vidéos

Bonjour!

Je m'excuse pour cette longue (et certainement pour vous intenable) absence! J'avais énormément de choses à faire, mais me revoilà parmis vous! (Ah, j'entend des cris de joie, ça fait plaisir !)

Pour commencer cet article, j'annonce fièrement l'arrivée prochaine d'un test perso de Final Fantasy XIII, ainsi qu'une présence beaucoup plus régulière, des tests rétros, des articles sur tout et n'importe quoi, et bien plus encore =)

Et maintenant, entrons dans le vif du sujet... Le Playstation Network acceuille bientot deux jeux qui m'intéressent particulièrement (comprenez par là "qui me feront enfin acheter une carte PSN"... foutue Mastercard.), je parle evidemment de Final Fantasy IX et de The Secret of Monkey Island : Special Edition. Ces deux titres, qu'ont peut probablement déjà qualifier de rétro, ont marqué chacun à leur manière une génération de joueurs.

FFIX est le dernier Final Fantasy produit par Sakaguchi, et en même temps un vrai retour aux sources de la série, avec énormément de clins d'oeils aux premiers épisodes. Malgré un habillage assez enfantin, il traite de thèmes très sombres et matures, tels que l'oubli, la vie et la mort, le devoir, et j'en passe. Il eut malheureusement un accueil plutôt mitigé, simplement parce que FFVII était le premier RPG pour beaucoup de joueurs à l'époque, et il marqua donc bien plus les esprits. Du coup, il y a ceux qui détestent le IX et ceux qui le considèrent comme le meilleur RPG au tour par tour de tous les temps (comme moi!). J'ai vraiment hâte qu'il soit enfin disponible sur notre PSN, je l'achèterais sans hésiter dans la seconde qui suit sa mise à disposition =)

Le deuxième jeu, The Secret of Monkey Island, est un point & click classique, sorti à l'époque sur PC et édité par Lucasart, qui est à l'origine, je le rapelle, des meilleurs P&C jamais créés. On suit les aventures de Guybrush, qui veut devenir pirate. Malheureusement, je n'ai jamais pu y jouer plus d'une demie-heure, mais je suis déjà impatient à l'idée de pouvoir diriger ce personnage mythique avec ma dualshock :3

 

Guybrush

Bref, du très lourd va débarquer dans les prochains mois sur le PSN, alors préparez vos cartes de crédit ou cartes PSN ;)

à bientôt pour un nouvel article (promis :p )

Ajouter à mes favoris Commenter (0)

Signaler
Jeux Vidéos

Alors que plusieurs amis sont en ce moment même entrain d'admirer des cracheurs de feu et autres sculpteurs de glace à la FNAC des Champs Elysés (je vous hais!), j'attend avec un grande impatience de pouvoir m'endormir, pour enfin être ce fameux 9 mars 2010, date à laquelle paraîtra Final Fantasy XIII.

Depuis son annonce et les premières infos, je l'attendais. Les news et révélations de cette dernière année auront fait grimper l'envie de jouer à un certain besoin, presque vital... C'est vraiment rare que je suis autant impatient pour quelque chose!

Final Fantasy XIII sera le premier Final Fantasy que j'aurais le jour de sa sortie. Malgré que je suis un très très très grand fan de la série, je ne l'ai que découvert tard, sur PSX, et je n'ai pas eu la chance d'avoir une PS2 pour découvrir les "nouveaux" épisodes. Entre temps, j'ai eu le plaisir de jouer à chaque Final Fantasy de la série principale, malgré que je n'ai que fait quelques heures dans la plupart de ces jeux.

J'attend vraiment beaucoup de ce nouvel opus. FFXII m'avait beaucoup déçu, tant par le fond que la forme. L'univers ne me convenait pas, les personnages étaient insipides, le scénario était aussi développé que celui d'un jeu de foot (oui j'abuse, et alors? C'est mon blog, j'écris ce que je veux!), et seul le système de combat m'avait plus ou moins convaincu. Je n'étais pas sur d'apprécier FFXIII, mais les derniers tests et autres infos m'ont largement rassurés, surtout le test de 14 pages de RolePlayingGame, qui est vraiment très bien fait. Le manque de liberté ne me gène guère (j'aime beaucoup FFX) et le peu que je connais de l'histoire (le point de départ enfait, peut-être à tout casser la première heure de jeu, d'après ce que j'ai compris) me donne vraiment envie d'en savoir plus. Je trouves les personnages intéressants, leur look me plait déjà plus que celui des persos de FFX et XII.

Malgré tout, j'ai peur d'être déçu, d'en attendre simplement de trop... mais en attendant, je continue de rêver, et je me dis que j'ai de très belles heures de jeu devant moi. H - 11, en ce qui me concerne. Bonne nuit, et bonne journée de lancement de FFXIII à tous!

Ajouter à mes favoris Commenter (0)

Signaler
Jeux Vidéos

Après avoir longtemps boudé Bioshock et son univers glauque, j'ai finalement osé faire le pas et me lancer dans l'exploration de Rapture et de son ambiance si spéciale. Après une introduction assez... illogique (quelle idée de rentrer dans cette capsule aussi >_< ), on découvre la beauté de la cité sous-marine, avant d'arriver tout droit en enfer.

C'est avec frayeur qu'on observe un de ses habitants en séquestrer un autre, avant de devoir se lancer dans l'aventure. Qu'est-ce qui va nous arriver? On se le demande et on avance avec précaution... on sait jamais ce qui pourrait arriver! La voix de la radio, un certain Mr. Atlas, ne nous rassure guère, mais c'est le seul signe de vie "normale" pour l'instant, alors on lui fait confiance malgré nous.

La cité est infestée de cadavres, d'ailleurs par chance on récupère une clé à molette sur l'un d'eux, histoire de se défendre un minimum... Jusqu'à trouver une seringue. Intrigué par celle-ci, on se l'injecte (encore un truc illogique!) pour finalement se retrouver un étage plus bas, inconscient. On se réveille tant bien que mal, en évitant de justesse de se faire dépouiller, voire pire, par les habitants inquiétants de Rapture. Mr. Atlas continue de nous guider, et on découvre un Big Daddy, ces créatures imposantes et terrifiantes. Quelle horreur! On espère ne jamais devoir en rencontrer... Mais on sait déjà que ce sera inévitable. Après quelques péripéties dans des décors glauque et une ambiance macabre, on progresse doucement dans le complexe sous-marin et on s'habitue un peu à cet endroit malsain.

Rapture est magnifique et terrifiant en même temps, on à peur quand on s'y trouve, mais on a du mal à quitter le complexe, on n'a aucune envie d'y aller et pourtant on y retourne avec plaisir... La suite pour bientôt!

Voir aussi

Jeux : 
BioShock
Ajouter à mes favoris Commenter (2)

Édito

 

Un blog qui servira à raconter ma vie, ce qui me passione, ce qui me marque, etc... N'attendez pas de pavés philosophiques (quoique...) mais n'hésitez pas à commenter =) Bonne lecture à tous!

---------------------------------------------------

Amis :

Mookie

Paullo'z

Vidar

Neophunk

Archives

Favoris