Intrigue

Intrigue

Par Snake_in_a_box Blog créé le 14/12/10 Mis à jour le 18/10/16 à 17h43

Look up at The Sky...
There must be a fantasy.

Ajouter aux favoris
Signaler
Geek
Puisque ici nous sommes sur "le site du jeu vidéo autrement", on va parler d'autres jeux vidéos qui n'étaient pas concernés par le duel Nintendo/Sega. (oui, on est au début des années 90, je ne vous l'ai pas dit?).
 
Quoiqu'on en dise, Nintendo avait beau réduire le coup de ses machines au maximum, il n'en reste pas moins que se payer une bécane à l'époque était un investissement.
 
J'ai donc souffert très longtemps du syndrome de "la génération de retard". Syndrome qui se résume simplement: quand avez une Nes tout le monde à la Super Nes, et quand vous arriver enfin aux 16 bits, tous vos potes sont passés à 32...
 
J'ai réussi à limiter la casse avec la PS1, et avec la PS2 j'ai réussi à rejoindre le peloton (bien travailler à l'école pour avoir des sous, ça marche).
 
Quand au début des 90' la Game Boy était dans toutes les mimines pleines de Nutella des enfants de bourgeois, l'enfant malingre aux genoux cagneux que j'étais était obligé de fantasmer ses jeux vidéos devant Microkids ou Télévisator 2, tel un Rémi sans famille regardant avec une larme la vitrine d'un boulanger en plein hiver (oula, Victor Hugo, on se calme).
 
Tout ce lyrisme pour dire que le seul plaisir de gamer accessible était les jeux électroniques. Ils reprennaient la même technologie de cristaux liquides des Games & Watch, et proposaient en conséquence des gameplay simple d'évitement et/ou de tir.
 
Une marque qui se détachait du lot était la marque "Tiger". Cette derniére proposait des jeux électroniques à l'apparence très jouet: du plastique blanc épais pour la machine avec des boutons proéminents et colorés (et 2 piles LR6). La marque a rencontré un certain succès ('me semble qu'il y avait des pubs télés), notamment par le fait que la société qui les produisait sortait ses jeux sous des licenses prestigieuses, comme Street Fighter et Sonic.
 
J'étais l'heureux possesseur de deux jeux (de fameuses licenses là encore), à savoir After Burner et Batman.
 
Avec en prime des photos de ces bêtes de concours.
 
After Burner a un gameplay très Game & Watch: on dirige un F-14 que l'on peut déplacer sur trois positions (gauche-milieu-droite), des avions ennemis (russes sans nul doute) nous accablent en se jetant en file indienne dans le viseur de notre mitrailleuse. Certains avions plus retors viennent sur le coté et il faudra délaisser la Vulcan au profit de quelques missiles à tête chercheuse bien senti. Un gameplay tout bête à quatre boutons, qui devient vite addictif car le rythme soutenu et les bruitages (qui devaient exaspérer mes parents) étaient largement suffisant pour m'imaginer au cockpit d'un avion de chasse.
 
Batman était un poil plus complexe, car il possédait une vrai croix de direction et deux boutons d'action. Les sbires du Joker accablaient notre vengeur masqué en file indienne là encore. Cependant ils se déployaient sur deux niveaux en simultané, il fallait donc jongler entre le haut et le bas, et alterner intelligemment avec les poings et le batarang pour faire face aux voyous que Batman adore tatanner.
Il est cependant aussi important de progresser ver la droite afin de poutrer le Joker et de revenir vers son point de départ pour opérer une retraite stratégique sur des positions assurées et prévues à l'avance (généralement avant un game over).
Le jeu devenait rapide avec la montée de niveau, tant et si bien que je ne pense pas en avoir vu le bout...
 
Tout ce que je vous raconte là est ecrit de mémoire (et n'hésiter pas à me corriger si je me plante), car je n'ai malheureusement plus ces jeux en ma possession. Le collectionneur que je suis aurait sans nul doute donner une place de choix à ces pavés du jeu vidéos.
Mais un méchant garnement a trouvé mes jeux à son gout, et alors que j'avais le dos tourné, mes jeux chéris avaient disparus...
 
J'ai eu beau pleurer (j'étais môme et on m'avait piqué mes seuls jeux vidéos), puis désigner un coupable en pointant un index accusateur, je n'avais malheureusement comme preuve que ma seule tristesse...
 
Ces jeux doivent sans doute avoir été incinérés après avoir fini à la poubelle, ou peut-être croupissent-t-ils dans quelque carton humide dans la cave du coupable.
 
Depuis, je m'interdis tout prêt de jeu vidéo (si je vous prete un jeu ou une BD, vous pouvez être certain que je vous considère comme un excellent ami), et quand il m'arrive de trainer dans un vide-grenier, je regarde toujours, entre un PES 2005 crade et un Ratchet & Clank sans boite, si il n'y pas un After Burner qui attend ses deux piles pour refaire du bruit...
Ajouter à mes favoris Commenter (0)

Commentaires

Édito

L'actualité trépidante du jeu vidéo oblige à la plus grande prudence.
Le but de ce blog est donc de proposer à tous les joueurs en quête de la vérité des news de qualité, vérifiées et objectives.
Mais la rigueur de ces articles n'empêche pas néanmoins d'exposer des avis affutés et des critiques constructives qui ne manqueront pas d'élargir l'esprit des gameblogueurs ouverts aux thèses le splus audacieuses.

Si ce blog reste un oasis d'où jailli une source intarrissable de savoir, il n'en reste pas moins un havre accueillant où les sens seront nourris d'illustrations de qualité, bien que portés plutôt sur un look en particulier.

Quand l'actualité (toujours trépidante, rappelons-le) me laissera quelque latitude, je parlerai aussi d'animation et de sujets autrement plus graves comme... Euh... Le jeu vidéo, tiens. Ou les mechas.... (c'est important les mechas, vu les  films de merde qui sortent en ce moment...)

Sur ce...

Il faut pardonner à ses ennemis mais pas avant de les avoir vu pendus. (Heinrich Heine)

Archives

Favoris