Intrigue

Intrigue

Par Snake_in_a_box Blog créé le 14/12/10 Mis à jour le 18/10/16 à 17h43

Look up at The Sky...
There must be a fantasy.

Ajouter aux favoris
Signaler

1980 !

Dans vingt ans, l'an 2000 amènera avec lui, comme nous le voyons tous,  son lot de voitures volantes, de cinéma holographique, de néons blafards dans des ruelles sombres et d'écrans cathodiques dans les téléphones...

C'est sur une décennie à la fois pleine d'espoirs et de craintes que s'ouvre le Concours de l'Eurovision. Et c'est à travers la Belgique que ces questionnements millénaristes trouveront leur plus juste expression.

 

Le groupe belge Télex, fondé par Marc Moulin, Dan Lacksman et Michel Moers, va lancer au sein de cette institution indéboulonnable qu'est l'Eurovision un appel déchirant à notre vénérable continent en usant de la musique pour toucher le coeur de tous les européens.

Epaulé par une musique totalement électronique qui interpelle par ses sonorités nouvelles, le groupe Télex s'attache d'abord à décrire le comportement de ses collègues chanteurs lors de ce concours.
Par cette mise en abime osée de sa propre condition, le lead vocal  explique en filigrane l'essor de la musique électronique et annonce la fin des orchestres de chambre à l'orée de ces années 80.
Véritable pionnier du synthétiseur, Télex anticipe en prophète l'arrivée du dubstep, du grindcore et du gabber.

Militant activement pour le développement et l'essor technologique de l'Europe, Télex cherche en fait à sensibiliser les politiques par le truchement de la chanson sur la nécessité grandissante, à vingt ans de l'an 2000, de se lancer dans ces domaines d'avenir que sont l'électronique et le software, pressentant par la même le futur succès fulgurant des Personal Computer  et de MS-DOS.
Dans un dernier geste inspiré, le chanteur lancera des paillettes comme  symbole et promesse d'un avenir radieux à la croissance retrouvée laissant libre cours à des lendemains en silicium qui chantent.

La chanson Euro-vision  de Télex sera totalement incomprise.
Voyant une insulte à la vénérable institution gaulliste, Télex passera pour une Cassandre moqueuse et élitiste en finissant dans le fond du tableau.

L'avertissement de Télex restera donc lettre morte et l'Europe s'enfoncera un peu plus dans le marasme économique que nous lui connaissons aujourd'hui. La France tentera plus tard de se rattraper de façon un peu ridicule avec des Thomson MO-5 à crayon optique tout moisis.

Le Vieux Continent rate une nouvelle fois le train du progrès, plongeant notre génération encore à naître dans les erreurs du passé.

Télex, tu resteras incompris. Pardon.

Ajouter à mes favoris Commenter (2)

Commentaires

Waldotarie
Signaler
Waldotarie
:lol:

Rappelons au passage que Robert Hossein, qui fut le créateur de génie de toute la mise en scène de ce show à la Belge, considère encore aujourd'hui ce moment comme le plus grand accomplissement de sa carrière.
Nate Fisher
Signaler
Nate Fisher
Excellent. :lol:

J'invite tout le monde (sans la moindre ironie) à faire un tour du côté de la discographie du défunt Marc Moulin. ;)

Édito

L'actualité trépidante du jeu vidéo oblige à la plus grande prudence.
Le but de ce blog est donc de proposer à tous les joueurs en quête de la vérité des news de qualité, vérifiées et objectives.
Mais la rigueur de ces articles n'empêche pas néanmoins d'exposer des avis affutés et des critiques constructives qui ne manqueront pas d'élargir l'esprit des gameblogueurs ouverts aux thèses le splus audacieuses.

Si ce blog reste un oasis d'où jailli une source intarrissable de savoir, il n'en reste pas moins un havre accueillant où les sens seront nourris d'illustrations de qualité, bien que portés plutôt sur un look en particulier.

Quand l'actualité (toujours trépidante, rappelons-le) me laissera quelque latitude, je parlerai aussi d'animation et de sujets autrement plus graves comme... Euh... Le jeu vidéo, tiens. Ou les mechas.... (c'est important les mechas, vu les  films de merde qui sortent en ce moment...)

Sur ce...

Il faut pardonner à ses ennemis mais pas avant de les avoir vu pendus. (Heinrich Heine)

Archives

Favoris