Intrigue

Par Snake_in_a_box Blog créé le 14/12/10 Mis à jour le 24/11/17 à 15h00

Look up at The Sky...
There must be a fantasy.

Ajouter aux favoris
Signaler
(Jeu vidéo)

Spoiler alert: Cette série d’articles, étalés sur plusieurs semaines, dévoilent la majorité des développements narratifs de Persona 5. Ce post s’adresse donc en priorité à ceux qui ont fini le jeu et qui souhaitent des éclaircissements sur les références mythologiques et tarologique de ce jeu

Pour revenir au sommaire, cliquez ici

XIIII - La Tempérance - Kawakami

La professeur de japonais du Protagoniste incarne dans Persona 5 la Tempérance. Vertu cardinale, elle est la capacité à faire preuve de modération en toute chose et de savoir discipliner ses désirs. Dans le tarot, elle prend la forme d’un ange posé au sol qui déverse le contenu d’un verre dans un autre. Par cette action, elle mélange ou dilue un liquide (qu’on pourrait voir comme du vin par exemple afin de l’adoucir).
L’arcane passe pour être un symbole de paix et d'harmonie, après le passage à l’arcane XIII qui était celui de la transformation et du changement.

Avec la tempérance vient aussi l’idée d’ange gardien. Si au début du jeu Kawakami se révèle assez hostile au Protagoniste à cause de son passé de délinquant, la découverte de sa double-vie va changer la donne et va l’obliger à s’occuper de son élève. Avec son travail de maid à mi-temps, elle va prendre sur elle les tâches ménagères du Protagoniste pour lui laisser plus de temps pour travailler (en théorie). En découvrant son mode de vie (les combles), elle va concevoir le besoin de l’aider, chose qui se développe avec le rang de Confidant, jusqu'à lui ménager des interruptions de cours pour qu’il puisse se reposer.

Sadayo Kawakami et le problème du temps partiel.

Cet envie d’être l’ange gardien de ses élèves va aller très loin puisque le secret de Kawakami est qu’elle est victime d’un maître-chanteur qui lui soutire de l’argent après la mort d’un élève auquel elle faisait suivre des cours particuliers (et de là vient le besoin d'emploi à temps partiel la nuit). Là encore, il sera capital pour Kawakami de prendre conscience que son attitude, si désinteressée à la base, est au final totalement délétère.
C’est ce trait de caractère qui relie Sadayo Kawakami à son arcane. La tempérance est ici celle qui vise à protéger autrui en lui facilitant la vie quitte à s’effacer soi-même, l’ange gardien va diluer, effacer les difficultés pour permettre de retrouver une nouvelle harmonie et par extension une meilleure vie pour le Protagoniste. Sadayo Kawakami y parviendra en instaurant une relation de confiance avec ce dernier permettant ainsi l'accomplissmeent final de cet arcane.

 

Article suivant

Voir aussi

Jeux : 
Persona 5
Ajouter à mes favoris Commenter (5)

Signaler
(Jeu vidéo)

Spoiler alert: Cette série d’articles, étalés sur plusieurs semaines, dévoilent la majorité des développements narratifs de Persona 5. Ce post s’adresse donc en priorité à ceux qui ont fini le jeu et qui souhaitent des éclaircissements sur les références mythologiques et tarologique de ce jeu

Pour revenir au sommaire, cliquez ici

XIII - Tae  (my little guinea pig♥)

En tarot, l’arcane XIII, sans nom, est une représentation allégorique de la mort avec un squelette moissonnant les corps. Si l’imagerie morbide de la lame a tôt fait de la dépeindre en négatif, il est important de ne pas s’attacher à cette idée première et de voir comment Persona 5 va retourner cela à son profit.

Cela passe d’abord par le design de Tae Takemi, l’image “dark” de l’arcane conduit Soejima a lui faire arborer un look résolument punk-goth (rimmel épais, collier à clous, bas déchirées). Mais elle est aussi un médecin à la réputation sulfureuse qui n’hésite pas à jouer les sorcières sur le Protagoniste dans des essais cliniques à la limite de la légalité.

Une fois cette imagerie primaire passée, il est important de garder à l’esprit que la mort dans le tarot est avant tout métaphorique. En alchimie, la couleur noire, qui domine sur le sol de la carte fait écho au principe du nigredo, “l’oeuvre au noir” qui désigne cette phase secrète, occulte (dans le noir, donc) qui traduit le principe de transformation, de gestation avant de parvenir à l’albedo (oeuvre au blanc), où la transformation est accomplie et apparaît en pleine lumière (la pierre philosophale). Cette oeuvre au noir, Tae l’a représente bien par ses essais cliniques. Toujours dans la recherche, l’expérimentation, elle tient absolument à trouver des remèdes nouveaux (elle vend des items en jeu qui s’améliorent au fur et à mesure de la partie) pour retrouver sa crédibilité perdue (elle travaillait en hôpital avant le début du jeu). Hantée par le faux décès d’une jeune patiente (un collègue jaloux lui a fait croire d’un médicament expérimental de sa composition l’avait tuée), elle découvrira la supercherie grâce à l’intervention des Phantom Thieves, lui redonnant ainsi confiance dans son métier et ses choix.

Toute la crise que traverse Tae se base sur cette idée de culpabilité et de deuil vis-à-vis de cette jeune patiente, et l'idée du deuil est prégnante dans l’arcane XIII. Si ce deuil peut être celui d’une personne (on peut poser la question lors du tirage dans une consultation), il peut aussi être celui d’une situation, de son passé. Dans cette gestation vient aussi l’idée de révolution, de bouleversement qui s’annonce, ce que Tae compte bien arriver à faire avec ses traitements et ses expérimentations.

 

Article suivant

Voir aussi

Jeux : 
Persona 5
Ajouter à mes favoris Commenter (3)

Signaler
(Jeu vidéo)

Spoiler alert: Cette série d’articles, étalés sur plusieurs semaines, dévoilent la majorité des développements narratifs de Persona 5. Ce post s’adresse donc en priorité à ceux qui ont fini le jeu et qui souhaitent des éclaircissements sur les références mythologiques et tarologique de ce jeu

Pour revenir au sommaire, cliquez ici

XII -  Le Pendu - Munehisa

Dans la mesure où les personnages de Persona 5 sont des lycéens évoluant dans un Tokyo réaliste, il n’est pas question de les équiper de vrais armes à feu. Nous sommes dans un univers cotemporain et non dans une dystopie. Ils vont cependant rapidement se rendre compte que faire passer une réplique d’Airsoft dans le Métaverse a pour effet de lui donner une réelle efficacité sur les Personas hostiles (du moment que la Persona ignore que c’est une fausse d’ailleurs, le pouvoir de la suggestion...). Aussi, pour trouver cet équipement, le Protagoniste va se rapprocher d’un revendeur de répliques d’Airsoft au passé trouble, Munehisa Iwai.
Ancien yakuza fournissant des armes modifiées, ce dernier va faire du Protagoniste son complice dans des activités à la limite de la légalité. On découvrira assez tardivement que Munehisa a quitté le milieu pour préserver son fils adoptif, qui ignore tout de cette adoption.
Le Pendu est l’arcane du retour sur soi, de la réflexion. La carte montre un homme pendu par un pied au gibet, les mains dans le dos. Dans cette position passive, le Pendu se lance dans une introspection profonde avant d’attaquer les bouleversements de l’arcane XIII. Munehisa, assez passif avec son fils qu’il écarte de la vérité pensant le protéger, va devoir faire ce travail de réflexion sur lui-même pour prendre conscience de son erreur. C’est en quittant cette position passive, après le parcours de Confidant aux côtés du Protagoniste que Munehisa va quitter cette inaction délétère (il risque sa vie et celle de son fils avec les yakusas sur la fin) pour enfin faire éclater la vérité et trouver par la même un équilibre. Le Pendu après un travail d’introspection a quitté son état pour devenir un homme nouveau.

 

Article suivant

Voir aussi

Jeux : 
Persona 5
Ajouter à mes favoris Commenter (1)

Signaler

Oui je sais.
A la base, je m’étais dit qu’il n’était plus possible d’y revenir. Car les Krystawards, c’est une alchimie complexe: il faut une communauté suffisamment soudée pour générer une unité de comportement, il faut suffisamment de polémiques pour alimenter les frictions et les interactions, bref, il faut de la vie sur ce site. Mais soudain, la révélation: Gameblog prend la direction de la Machine du Moulin-Rouge pour une cérémonie en direct. La Communauté™ doit-elle rester inactive? N’est-ce pas là le signal de départ que l’on attendait tous (enfin
presque) pour s’en prendre plein les gencives?

Je pense que si. Car dans la mesure où il convient de battre le fer tant qu’il est chaud, c’est après une prise de note frénétique que s’est enfin tracée devant mes yeux esbaudis une embauche, un canevas qui me glissait à l’oreille “il y a un coup à tenter cette année..."
Aurais-je tort ou raison? C’est à vous de me le dire, mais avant toute chose, toi qui est nouveau sur ce site, voici une petite FAQ légitime qui te dira ce que ton devoir de membre de la Communauté™ t’ordonne.
Bienvenue aux Krystawards 2017.

 Image non contractuelle

Instruis-moi, ô maitre de cérémonie, les Krystawards, qu'est-ce donc?
C’est une remise de prix parodique sur le modèle des Gérards (de la télé/du cinéma) qui vise à récompenser les gentils travers (ou les grosses saloperies) de la Communauté™ ou de la rédaction. Elle fut inventée par Krystalwarrior, un ancien gameblogueur qui n'est plus parmi nous aujourd'hui. (une histoire de statut qui s'est finie en o-soto-mawashi-tétra-ban-guruma. Ça a fait tout un foin à l’époque, j’vous passe l'histoire...) Toujours est-il que son esprit vit encore ici même, dans un esprit de camaraderie retrouvée (pour l’instant) et de franche rigolade, le but premier de cette pseudo-cérémonie

Je viens de lire cela, ô maitre, et je constate que je suis nommé dedans, que dois-je faire?
En être fier ! Être dans les Krystawards, c’est une forme de consécration, c’est la certitude d’avoir été remarqué pour ce que l’on a fait, et c’est déjà pas mal. Et c’est aussi le moment d’avoir un instant de recul et se dire “Tiens c’est peut-être comme ça qu’on voit mon blog/me voit.” Vous allez voir, c’est hyper formateur, vous me remercierez plus tard. (qu’est-ce que j’invente pas pour sauver mon derche... )

Ô maitre, Je ne suis pas nommé et mon désarroi est grand, que dois-je faire?
Patience, jeune et sémillant ami, ça viendra. Continue à faire n'importe quoi et ça finira par payer. Après tu peux m’adresser une réclamation, et en tant que tribunal auto-proclamé, je déciderai ou non de la légitimité de ta requête. Des précédents existent, je ne suis pas sectaire, ni omnipotent, je peux oublier des gens...

Merci maitre pour cette illumination ! Tout cela m’a l’air formidable! Je tiens à participer, si, si c’est moi qui offre...
Mais cet enthousiasme fait plaisir à voir mon ami ! Je comprends ta légitime impatience et réponds à ta question. J’attends bien sûr un vote, pour ce faire, vous pouvez soit me MP, soit remplir le questionnaire ci-après.

Cliquez ici pour voter aux Krystawards

Mais dites-moi maitre, car je suis interrogatif: Et la date des résultats dans tout ça? Une cérémonie de remise de prix ne saurait exister sans cela.
Tu es pertinent élève, sache que je t'aime bien. Toujours est-il que je me réserve le droit exclusif de séparer les égalités, de modifier certains nommés qu’on me fera remonter, bref j’agis dans la dictature la plus totale et en méprisant bien évidemment vos droits les plus fondamentaux. Dans l'absolu, les résultats sortiront en décembre suivant votre participation ou non. le but étant de se caler sur la vraie remise de prix de Gameblog, dans un parallélisme des formes complètement chanmé.

Allez, maintenant on y est. On respire un grand coup et on se lance !

Et une nouvelle fois, bienvenue aux Krystawards 2017

*

Krystaward du meilleur retournement de veste (toujours du bon coté).
ou Prix de l'opportuniste 2017

Ils étaient nos alliés indéfectibles, des exemples... Parfois même les piliers indestructibles d'une confiance pleine et entière. Hélas ! Les masques tombent, Fantomas se révèle, Brutus tire le poignard, Judas vous embrasse. Bref, ils ont trahi leur allégeance.  Est-ce pour le succès, l'argent et la gloire (et encore, tout le monde n'a pas ça)? Toujours est-il que dans la solitude glacée de leurs esprits ténébreux, ils n'ont pas hésité un seul instant à briser les serments de jadis...

  • Dopamine, qui avait la gloire sur les blogs, qui représentait le pinacle du gameblogeur. Maintenant que son objectif est atteint, rejoignant la caste des maîtres, son blog est un désert glacé révélant la duplicité de ce triste personnage qui aura mis 7 ans à mettre son plan à exécution. Le fourbe.
  • Joniwan, On prenait plaisir à prendre de ses nouvelles, à partager un verre ou une manette... Lui aussi avait la gloire sur les blogs (et des exclus à l'import'). Hélas, il a fait le choix de nous quitter... Pourquoi Joniwan? Pourquoi ce couteau planté dans notre dos à tous? Bon ok, c'est sans doute pour tester tous les jeux ecchi de la création. Mais quand même.
  • oliveroidubocal, qui nous a carrément fait un post de blog pour nous rayer de sa vie. Lui qui voulait être le héraut de la Communauté™, qui était toujours là, patient, prêt à arrondir les angles, à relancer la machine grippée de la C&B... Bim ! Il n'aura pas attendu 2017 maintenant qu'il a obtenu ce qu'il désirait, à savoir une place au chaud chez JV.Com et des volants gratos. Ô tempora, ô mores !
  • JulienC, CaroleQ et les autres, parce qu'à force on ne sait même plus s'ils ont vraiment trahi quelque chose, toujours est-il qu'on les voyait couler avec Gameblog et nous avec. Preuve que le meilleur retournement de veste est toujours le plus inattendu.
  • Rahan, parce qu'on était certain qu'il ne reviendrait jamais, ayant acquis la légitimité ultime du journaliste JV, à savoir porter la Sainte Parole de la Critique© directement à la source. Et bim, il revient dans ses charentaises nous porter la Sainte Parole du Gamedesigner© directement à la source (du mal). Il nous aura tous surpris avec son double-retournement de veste toujours du bon côté.

 *

Krystaward du gameblogueur qui est passé de la gloire éternelle à l’anonymat le plus complet.
Prix Anonymous 2017

  • ZigEnfruke, un obscur dessinateur qui a juste réussi à faire 70 likes de façon quasi-quotidienne avant de supprimer tout son contenu sur GB après un commentaire qui allait attirer les foudres de la #MODERATION. Emportant avec lui le secret de sa réussite, il est le modèle parfait de ce que plus personne ne peut faire sur Gameblog.
  • Kaminos, un random péon complètement obscur qui est juste responsable de 90% des achats français de 999 et Virtue Last Reward, qui a tenu sous sa coupe toute la communauté de GB pendant des années, incarnant par son érudition, son compte en banque, sa plume et son départ au Japon le rêve du blogueur de jeu vidéo, et qui aujourd’hui peut se résumer à un no-avatar qui ne dit plus rien à personne.
  • JulienC, Carole Quintaine, Cyril Devret, AHL qui.... ***WARNING***Disclaimer: Le site internet de loisirs vidéoludiques Gameblog nie avoir eu connaissance des agissements des personnes sus-nommées dans ces colonnes.”***WARNING***

  • Le chiffre des dizaines dans les likes de blogs, parce qu’à une époque, je pouvais me dire que j’avais loupé un article en voyant qu’il avait fait 9 likes.

 *

Krystaward de l’auteur d’articles longs, chiants, qui servent à rien, dont personne n’a rien à battre et qui est convaincu d’écrire pour le Technikart des jeux vidéos.
Prix Houellebecq 2017

  • Snake_in_a_box, (oui, ce manque de race est total, je m'ajoute dans ma propre cérémonie) pour avoir tapé un article tellement long et chiant que je suis obligé de l’étaler sur 23 semaines, et que je suis assez débile pour écrire en rouge au début “Ne le lisez pas, ça va vous spoiler”

  • Neves, pour mettre à la torture tout GB dans ses interviews interminables s’étalant sur 54 semaines et 16 542 questions. D'après mes premières recherches, il veut voler votre âme.

  • Liehd, pour nous sortir un article sur Ys. En 2017. AHAHAHAHAHAHAH! Le gars vit en 1991, et ne comprend pas pourquoi il fait 6 likes...

  • Migaru, qui continue encore à faire de montages ultra-chiadés sur FF VIII, un article long comme un roman sur KOTOR (nanni?!) dans le secret le plus total.

  • Noiraude, qui pense VRAIMENT être sur Technikart avec une rétrospective sur Massacre à la Tronçonneuse et des trucs de cinéma sur son blog.

*

Krystaward du blog qui te fait croire que la Communauté™ repartait comme en 40, avec ses likes, ses dramas, ses gifs, ses commentaires, ses insultes pour, au final, se retrouver avec un pseudo article qui renvoi sur un autre site, un blog ou pire, une page Youtube.
Prix <a href= <\a> 2017

Parce qu'on était content de voir de nouvelles têtes (enfin presque), parce que quand tout le monde s'est barré, on y allait de son petit commentaire mignon, "Allez les p'tits jeunes , c'est à vous!", pour au final se retrouver avec des blogs qui posent juste leur truc et qui se barrent.

  • koopaskill, qui a du skill
  • Mr Husotsuki, qui a la passion du Jeu-Vidéo et de l'High Tech.
  • plusgeekquecatuasgameover, avecdesvidéoscommedesplaythroughsentrepotesetdautresconceptsàvenir
  • Captain Sparke, Bon alors toi, tu vas lire ce truc: Bordel, Captain Sparke, quand on a en avatar Yang Wen-Li c'est comme ça qu'on tient son blog? Hum? Avec une présentation copiée-collée et même pas nettoyée de son code? Bordel, quand on connait Ginga Eiyuu Densetsu, on est forcément un mec bien et érudit. C'est la gloire qui t'attend sur GB avec tes dossiers stratégie/histoire, alors tu tiens ton site ailleurs si tu veux mais tu nous mets tout le contenu sur GB ! C'est comme ça qu'on a la home et avec le succès, l'argent, la gloire et la voiture de fonction ! Allez, je compte sur toi bonhomme, t'as le potentiel, champion, j'en suis sûr. Wen-Li n'a pas renoncé devant Iserlohn, tu vas faire pareil devant Gameblog, compris?

*

Krystaward du meilleur commerçant de Gameblog, sur la vie de ma mère, j’te fais 50% et là c'est du suicide avec des prix pareils, allez fais pas ton chien, c’est de la bonne affaire, c’est déjà soldé 
Prix de la Vérité si je mens 2017

  • Allez, allez par ici les bonnes affaires sur le blog de Joniwan ! On trouve de tout ! Oui madame, oui monsieur, du steelbook par dizaines, des collectors tout droit venu des contrées mystérieuses d’Orient, des T-shirts, des statuettes aux formes généreuses! Y’en a pour toutes les bourses, allez madame, approchez approchez, vous trouverez le cadeau idéal pour votre mari sur le blog de Joniwan!

  • Bienvenue sur le blog de ChocoBonPlan ! Alors Maryse, quelle bonne affaire avons-nous aujourd’hui? Eh bien Pierre, aujourd’hui nous avons ce MA-GNI-FI-QUE jeu vidéo The Evil Within 2 qui saura amuser les petits et les grands autour de la console de jeux. Ah mais c’est formidable Maryse ! Mais combien coûte-t-il ce formidable jeu? Eh bien, si vous appelez dès maintenant notre standard, vous aurez ce jeu non pas à 700, ni même à 600, mais bien à 595 FRANCS !! Pour cet exceptionnel jeu familial The Evil Within 2, c’est une occasion à NE-PAS-RATER! (attention ce gag contient une dose d’années 90 qui peut être dangereuse pour les personnes non-averties)

  • Le vicomte Thibault-Amédée-Marie de Mondidier Lavallière Saint-Charles est heureux de vous accueillir ce jour dans son château pour une vente aux enchères exceptionnelle où vous pourrez profiter dans un cadre agréable et en compagnie choisie des meilleures enchères vidéo-ludiques. Autour d’un brunch déjeunatoaAAare, nous commenterons les dernières estimations des plus grands commissaires priseurs de chez Christie’s. Nous terminerons le gala par une rencontre amicale de polo. Bien à vous.

 *

Krystaward du meilleur article de sagesse de gamedesigner canadien revenu parmi sa tribu pour répondre à tous les grands mystères.
Prix du gamedesign farouche 2017

Parce qu'il a tué des grizzlys avec une statuette de Connor comme seule arme, parce qu'il fut initié aux arcanes les plus secrètes du jeu vidéo, il est revenu parmi les ignorants pour les guider, suivant le fameux précepte de Terry Pratchett qui veut que "L'originalité des amateurs de sagesse [est que] où qu'ils se trouvent, ils cherchent toujours la plus éloignée. La sagesse est une de ces curiosités dont l'importance semble s'accroître avec la distance."

 

*

Krystaward du meilleur article de DragonBall Super, oui je sais mais ne te pose pas de question, c’est comme ça maintenant.
Prix Final Flash 2017

Parce qu'un site moderne de jeux vidéo sait être en adéquation avec les goûts de ses lecteurs et surtout être à la pointe des séries des années 90 qui... Pardon? Ah mais c'est un truc récent? Ah bon... Bon bah on va regarder... J'espère qu'on verra des trucs un peu originaux, non parce que c'est un peu toujours pareil DBZ...

Il avait pas été déjà ressuscité Freezer? Puis découpé par Trunks?

Tortue Géniale... Il est pas censé être surclassé par tout le monde maintenant lui? Non parce que c'était déjà le cas dans DBZ donc bon..

Des saiyans ! Ah bien bien bien... Ça change.

Ah C-17 mais il est pas censé être... Enfin, mort quoi... A cause de Cell... Non? Bon après sa soeur est la femme de Krilin, d'accord mais lui...

*

Krystaward du truc qui est ENCORE sur Gameblog mais qui est tellement planqué sous 10 mètres de sédiments que j’ai dû demander une autorisation d'opération archéologique pour aller vérifier.
Prix Triangle des Bermudes 2017.

Pour les 10 ans de Gameblog, il est plus que temps d'ouvrir les nombreuses capsules temporelles qui émaillent ce site. Entre ruines et univers parallèles, bienvenue dans la Quatrième Dimension...

  • Les articles de la Communauté™. Allez voir, y’a encore des gens qui y écrivent. Ou du moins y’a deux gars (barry et terry) qui minent là-bas, un peu comme ces pseudo-chercheurs d’or sur RMC Découverte qui achètent une concession moisie persuadés qu’elle va faire leur fortune.

  • Les tests de la Communauté™, ils sont toujours là. Après, ils sont à zéro likes, zéro commentaires et zéro vues... Regarder la page des tests c’est un peu comme être devant les peintures de la Grotte de Lascaux: c’est étonnamment bien préservé et tu n’oses pas cliquer dessus de peur de tout détruire.

  • La section Gameblag, elle existe toujours dans l’onglet PLUS du site, c’est devenu un genre de repère pirate, où les habitués font des blagues limites en riant très fort, en avalant des grogs et où au moindre pouce vers le bas, on sort le coutelas en hurlant “─Alors, moussaillon? Ma blague ne t’as pas fait rire? Mouahahaha!”

  • Les soluces de la Communauté™, qui furent été lancées en grande pompe à l’époque, mais qui désormais ne donnent plus grand chose...
    Par contre: y’a des gens en galère sur Stranger Things. Vraiment. S’il vous plait, aidez ces personnes. On compte sur vous.

  • Les Pitchs Anxiogènes de Kendy, qui sont toujours là. A ma connaissance, ils sont quasi-inaccessibles en suivant des liens. Mais en tapant “Pitchs anxiogènes” dans la barre de recherche on tombe dessus dans une rubrique “Théma”. Y tomber dessus c’est comme découvrir la Tapisserie de Bayeux du jeu vidéo. Vous ne le regretterez pas.

 

Krystaward du gameblogueur le mieux membré...
─ Qui? Je... Non mais c’est pas ça que je veux dire.
─ Enfin si. Mais oui je sais, aujourd’hui, il ne faut pas...
─ Oui d’accord, mais c’est une tradition. Non mais écoutez, je ne suis pas ce que vous...
─ Ah mais on ne peut plus rigoler sans que... Bon j’ai compris, j’ai compris...
Hrmphf... Donc Krystaward du gameblogueur le mieux membré mais on mettra en place une commission l’année prochaine pour changer le nom de la rubrique.
─ Ça vous va comme ça?
Prix Krystalwarrior 2017

  • Fachewachewa, parce qu’il est désormais acté qu’il est immortel sur ce site. Il a survécu à tout, il survivra à tout. Il s’énèrvera toujours pareil, balancera toujours  les mêmes statuts.

  • Liehd, car il a réussi à se fâcher avec 99,7% du site au dernier comptage. Je lui laisse jusqu’à Final Fantasy XVI pour atteindre les 100%. Et il continue à être présent, c'est tout à son honneur...

  • Romain Mahut, parce qu’il appartient à la caste des maîtres et qu’il a eut le courage (l’inconscience) de descendre dans les statuts au milieu de la fange plébéienne. Tu as le respect de la Communauté™.

  • DranzerG, la tornade mauve, il débarque en cassant tout sur les statuts et repart. Ad lib. (et il pense à vous pour Noël)

  • Donald87. Il est là. Il est toujours là. Indéboulonnable. La section des blogs est à sa merci. Y’a des gars qui essayent de parler JV depuis des années sans arriver au quart de ce que fait Donald87 sans parler de jeux vidéo. Le respect est total.

 

Krystaward du meilleur bug GB pour faire chier sa communauté™ de merde qui l’a bien cherché depuis 2007, ça vous apprendra pour les 10 ans du site, bande de raclures.
Prix HTML5 2017

  • La disparition des images dans tous les posts de blog d’avant novembre 2012, qui rend donc des articles illisibles et qui nécessite de passer par le code HTML de TOUS tes articles pour changer les balises.

  • La limite de caractères, qui nous a habitué à piffer l’écriture de commentaires dans un numéro de fildeferiste digne du Cirque du Soleil.

  • L’impossibilité d’uploader les images dans la section dédiée des blogs, vous obligeant à insérer les images une à une dans le corps de l’article (bonus, la modification de taille qui ne fonctionne que sous Firefox et pas sous Chrome)

  • Le départ de JulienC. Gameblog sans JulienC, sérieusement. Avouez on a tous cru à un bug...

  • La présence de Japman chaque semaine dans le Top 50 des articles les plus consultés alors qu'il a mis tout ses posts en privé.
  • Quand tu désactives Ad Block et qu’aucune pub n'apparaît sur ton écran et ... Ah ah! Je déconne, c’est Liehd qui a eu l’idée, il aime bien la science-fiction...

*

Voilà, c'est tout pour cette année. Comme dit au début, vous pouvez voter en m'inondant de MP, de signalements ou  remplir le questionnaire fait avec amour juste ici. ¨Promis, un jour on essaiera de faire la remise de prix en direct. Vous avez jusqu'au 10 décembre pour voter, mais ce n'est pas gravé dans le marbre, on peut toujours s'arranger, c'est juste pour avoir le temps de publier les résultats.
(Et vous avez quoi? Si on a pu les faire cette année et l'année dernière grâce à Neves, c'est peut-être parce qu'au final, le plus dur est maintenant derrière nous. ;) )
Merci à vous.

Cliquez ici pour accéder à votre bulletin de vote et n'oubliez pas...

 

Ajouter à mes favoris Commenter (23)

Signaler
(Jeu vidéo)

Spoiler alert: Cette série d’articles, étalés sur plusieurs semaines, dévoilent la majorité des développements narratifs de Persona 5. Ce post s’adresse donc en priorité à ceux qui ont fini le jeu et qui souhaitent des éclaircissements sur les références mythologiques et tarologique de ce jeu

Pour revenir au sommaire, cliquez ici

XI -  La Force - Justine & Caroline

Si le duo de jumelles a une importance capitale dans le cadre du scénario, notre analyse restera sur leur lien avec leur arcane du tarot. La Force représente une femme qui soumet un lion en le tenant par la gueule. En XI, la Force est le symbole d’un nouveau départ (il est le I du nouveau cycle), d’une énergie créatrice contenue, d’un élan nouveau. Mais l’arcane est aussi le symbole non pas de la force brute (plutôt pour le Chariot) mais du contrôle, de la domination (la “vraie force”, si on veut.).
Mais se sont les meilleures pour parler d'elles-mêmes au final...

Ce rôle convient à merveille pour nos jumelles, qui avec leur travail de gardiennes de prison, peuvent soumettre et même exécuter (fusionner) les Personas pour le compte du Protagoniste. Leur niveau de Confidant est d’ailleurs lié à cette capacité à soumettre les Personas puisqu’elles demanderont au Protagoniste de trouver des Personas bien spécifiques et de les leur remettre, permettant ainsi de débloquer de nouveaux modes de fusions.
Compléter cette liste ravive progressivement les souvenirs des jumelles et leur fait peu à peu prendre conscience de leur vrai nature, à savoir qu’elles sont la résultante de la division d’une seule et même entité, Lavenza.
Cette prise de conscience interviendra notamment par une remarque de numérologie du tarot, en faisant très justement remarquer que le 11, le numéro de l’arcane est la moitié de 22, soit le nombre d’arcanes majeurs du tarot de Marseille.
Les gardiennes devinant déjà la réalité de leur nature divisée cherchant à retrouver leur être originel et détruit par le faux Igor, le Mat.

 Quand je vous dit qu'elle font tout le boulot pour moi...

Article suivant

 

 

Bonus: quand les jumelles font vraiment le travail à ta place...

 En gros, c'est juste ce qu'il faut retenir...

Voir aussi

Jeux : 
Persona 5
Ajouter à mes favoris Commenter (1)

Signaler
(Jeu vidéo)

Cette réflexion sur The Legend of Zelda: Breath of Wild implique de dévoiler des éléments critiques du scénario. N'allez pas plus loin si vous souhaitez vous garder la surprise du jeu.

Soixante-dix ans après la fin de la Seconde Guerre Mondiale, nous avons largement pu mesurer l’ampleur du traumatisme qu’a représenté les bombardements d’Hiroshima et Nagasaki (6 et 9 août 1945) dans l’imaginaire collectif japonais. Sans polémiquer de notre côté occidental sur la justesse ou non de ces attaques, il n’en reste pas moins qu’une large partie de la production imaginaire japonaise fait écho à cet évènement. Que ce soit la chute d’une colonie spatiale sur Terre dans Gundam, l’explosion nucléaire fondatrice dans Akira ou les conséquences de la radioactivité dans Godzilla, le spectre du nucléaire destructeur rôde, là où au contraire la destruction massive est souvent salutaire du côté américain (je vous passe l’interminable liste où tout faire exploser à la bombe A est la solution à tous les problèmes. Je vous renvoie ici.)

Aujourd’hui, avec le souvenir de la Seconde Guerre Mondiale qui s’estompe, cessant d’être du vécu pour devenir de l’histoire, ce spectre de la catastrophe qui tendait à disparaître, va revenir sur le devant de la scène par le biais du séisme de mars 2011 et de ses deux conséquences directes, le tsunami et l’accident nucléaire de Fukushima Daiichi.
Ces évènements extrêmements traumatisants ont déjà trouvé un écho dans plusieurs productions japonaises récentes. Nommons ici à titre d’exemples, Shin Godzilla d’Hideaki Anno, critique contre un gouvernement décrit comme sclérosé, carriériste et incapable de s’adapter aux circonstances ou de montrer de l’empathie, ou Your Name de Makoto Shinkai dont le météore destructeur (sans bombe atomique américaine pour s’occuper de lui) évoque en tant que métaphore du tsunami (qui a fait 90% des victimes immédiates du séisme), la violence du deuil, la reconstruction (ici, d’un vécu) et à la toute fin, l’espoir.

 Ce que nous allons voir ici, je pense que vous vous en doutez en lisant ce titre, c’est comment The Legend of Zelda: Breath of the Wild s’inscrit dans cette optique, en exprimant à sa manière, avec les codes de l’univers d’Hyrule et le gameplay, le traumatisme du séisme de mars 2011 et de la catastrophe nucléaire qui a suivi.

The Legend of Zelda nous a habitué au réveil de Link comme point de départ de notre aventure.  Ici, c’est sur la vision d’un temple en ruine que notre héros ouvre les yeux après un long sommeil. Des lieux que l’on soupçonnait être pleins de vie il y a des dizaines (centaines?) d’années sont aujourd’hui désertés et laissés à quelques Moblins en maraude. Tout au plus croiserons-nous une piètre cabane au pied des montagnes nous laissant à peine de quoi nous reposer et nous nourrir.
Avant que l’aventure ne commence vraiment (et nous laisse voir plus de monde) Breath of the Wild nous pose en guise d’introduction/tutoriel un fragment d’Hyrule déserté et coupé du reste du monde (la paravoile sert à nous en échapper), dans lequel toutes constructions, toutes traces de civilisation ne sont que ruines abandonnées.

Dans Breath of the Wild, le puissant royaume d’Hyrule est détruit car Ganon a gagné. Alors que dans tous les autres jeux Zelda, il nous appartenait de combattre l’ennemi éternel pour l’empêcher de plonger Hyrule dans le chaos, ici il n’y a pour ainsi dire plus rien à faire.
Comme le tremblement de terre de 2011, l’arrivée de Ganon est une catastrophe (le jeu parle de Fléau) que les habitants vivent comme une fatalité avec laquelle ils doivent désormais s'accommoder. La tempête est passée, brutale, impitoyable, et il s’agit maintenant pour les survivants de reconstruire.

L’Hyrule de Breath of the Wild fait écho au Japon d’après la catastrophe de 2011. Les morts, on les devine nombreux. Il n’y a qu'à s’approcher de la Citadelle pour avoir un aperçu de la gravité des destructions. Nintendo oblige, la violence est somme toute mesurée. Mais mon expérience sur ce jeu est néanmoins marquée par la présence, sans indication écrite de PNJ ou autre, des diligences détruites au bord des routes et surtout par ma première rencontre avec un sorcier équipé d’une baguette de feu, qui dansait autour d’une maison calcinée.
Si le jeu est démonstratif sur la violence du Fléau avec des lieux dédiés (château d’Hyrule, l’Amphithéatre et muraille d’Elimith), il sait aussi distiller des marques à plus petite échelle, au contact du joueur, rappelant là que le tsunami de 2011 n’est pas seulement la destruction d’un réacteur nucléaire (qu’on ne voit qu’aux actualités) mais aussi, à l’échelle de l’individu, le fait de voir une voiture, une maison catapultée à des centaines de mètres de distance par une vague de 15 mètres de haut.
Le jeu s’inscrit dans cette destruction présente partout mais de façon inégalitaire. Comme le séisme et le tsunami n’ont touché que la façade Pacifique (surtout les préfectures de Miyagi, Fukushima et Iwate qui concentrent la majorité des victimes), les PNJ indiquent à Link qu’ “à l’Est, au-delà d’Elimith, le Fléau fut moins violent” En effet, si le centre d’Hyrule concentre la majorité de la corruption, l’est et le village d’Elimith en sont exemptés. S’ils sont conscients de la catastrophe quand on les interroge, il n’en reste pas moins reconnaissants d’avoir été épargnés.
On peut donc voir dans les destructions subies par Hyrule le Japon post-Fukushima. Si Ganon a gagné, sa victoire n’est pas totale, absolue. Le monde n’est pas que pures ténèbres et garde somme toute sa normalité, même si l’épée de Damoclès du Fléau angoisse les gens.

Ganon en tant qu’avatar du séisme, du tsunami et de Fukushima Daiichi, sera abordé plus tard. Nous allons maintenant voir comment Zelda, les sheikah et le roi d’Hyrule vont symboliser les travers d'une trop grande confiance (hubris) dans la crise, et comment les Créatures Divines, les objectifs principaux du jeu, vont eux incarner le rôle de l’énergie nucléaire dont on perd le contrôle pendant la catastrophe.

La particularité de l’univers de Breath of the Wild est que tout Hyrule est au courant de la résurrection prochaine de Ganon. Par chance, les sheikah, peuple ancien à la technologie avancée, ont su il y a 10 000 ans faire face à Ganon en épaulant le Héros de la Triforce et la Princesse de cette lointaine époque.

Pour ce faire, ils ont créé quatre machines surpuissantes pouvant affaiblir Ganon, ainsi qu’une armée de robots autonomes capables de submerger toutes les créatures démoniaques que Ganon pourrait leur envoyer, sans risquer les vies des soldats. De cette façon, Ganon fut banni et scellé pendant des millénaires. Les quatre Créatures Divines furent laissées à la disposition de leurs descendants pour anticiper le retour de Ganon, ainsi que 120 Sanctuaires qui serviront d'entraînement au futur Héros de la Triforce.

En d’autres termes, tout a été tenté pour éviter la catastrophe. Même si 10 000 ans se sont écoulés, les hyliens connaissent les anciennes légendes et partent à la recherche de ces artefacts qu’ils essayent de faire revivre.
Zelda, en tant que princesse héritière, est la dépositaire d’une des trois parties de la Triforce. Son lien privilégié avec Hylia et l’attribut de la Sagesse lui permet avec Link (lié au Courage) de sceller Ganon. Hélas dans Breath of the Wild, il se trouve que Zelda ne parvient pas à être cette élue de la Triforce. Là où sa mère et sa grand-mère avant elle, étaient facilement parvenue à éveiller ce pouvoir, Zelda en est incapable malgré les efforts qu’elle fait pour y parvenir.
La princesse conçoit alors une haine envers cette faiblesse et donc d’elle-même. Surtout que son père, roi obtus et ne montrant que peu de tendresse, la soumet à une pression qui ne l’aide pas à se libérer de ses angoisses.

 

Si elle ne peut devenir ce qu’on exige d’elle, la princesse Zelda va donc aider à sa façon en devenant une scientifique. Alliée avec les sheikah restant, elle va parcourir le monde pour déterrer les reliques du passé, comprendre comment fonctionnent les Créatures Divines, aider les Prodiges (leur pilotes) à s’en servir, bref, organiser la guerre face à Ganon, sans trop savoir ce qu’il va se passer quand elle arrivera vraiment...

 Hélas, lors du réveil du Fléau Ganon, rien ne se passe comme prévu. Les Gardiens (les drones chargés d’encaisser les dégâts) se retournent immédiatement contre les hyliens et ravagent tout le centre d’Hyrule.

De même les Créatures Divines qui auraient dû affaiblir Ganon se retournent contre leurs pilotes et dévorent leurs âmes, devenant à leur tour des catastrophes pour les peuples qui en sont les gardiens (pluies incessantes chez les Zoras, volcan hyperactif chez les Gorons, tempête de Sable permanente chez les Gerudos...). Par miracle, alors que la situation semble perdue, Zelda parvient enfin à éveiller ses pouvoirs, mais il est trop tard. Link est grièvement blessé et ne peut plus jouer son rôle de Héros de la Légende. Zelda prend alors sur elle le rôle de combattre Ganon dans un face-à-face pour gagner du temps. Link mettra 100 ans à se remettre de ses blessures pour revenir dans le combat.
C’est à son réveil que le joueur entre dans Breath of the Wild.

De cette histoire que l’on découvre par le truchement des souvenirs de Link, on note, en se plaçant dans notre problématique, que si Ganon est le symbole du séisme de 2011 et du tsunami, les Créatures Divines sont elles le symbole du réacteur nucléaire de Fukushima Daiichi qui fut détruit.

Comme l’énergie nucléaire, les Créatures Divines sont des artefacts connus, éprouvés, dont l’efficacité ne saurait être mise en doute (cf le combat contre Ganon il y a 10 000 ans). Les hyliens ont toute confiance en elles car ils sont convaincus d'en avoir la maîtrise nécessaire. Mais cette maîtrise dans l’univers du jeu n’est pas parfaite. Plusieurs fois on notera quelques discrètes références au fait que les Prodiges ne sont pas à l’aise ou que leur Créature Divine n’est pas adaptée...

Les hyliens commencent donc à pêcher par orgueil, ils se reposent sur une technologie dont ils sont certain qu’elle va les sauver, notamment Zelda, qui en l’absence de pouvoir propre, les voit comme la seule option viable pour pallier à ce qu’elle pense être sa propre faiblesse. Elle se repose plus sur la technologie que sur ses propres ressources, et c’est ce manque de confiance en elle, renforcé par son père, qui va provoquer l’hubris finale où les peuples d’Hyrule seront incapables de faire face à la catastrophe qu’ils subissent.

Les japonais font confiance à la technologie nucléaire pour leur énergie.
Les hyliens font confiance à des machines vieilles de 10 00 ans pour les sauver.

 Le Ganon de Breath of the Wild est, quand à lui, une métaphore des tremblements de terre au Japon. Les japonais sont parfaitement au courant de la réalité sismique de leur pays: ils se préparent pour (les normes para-sismiques sont très contraignantes, d’ailleurs la plupart des victimes de 2011 le sont par le tsunami et non par le tremblement de terre lui-même alors qu’il était à 9 sur l’échelle de Richter).

Et comme dans Breath of the Wild, malgré les avertissements, les entraînements, les précautions prises, les normes, la catastrophe indicible n’a pu être évitée: des vagues de 30 m par endroit ont fait 15 000 victimes et un réacteur nucléaire a subi le pire accident possible, plongeant des régions entières sous les radio-éléments et condamnant pour de nombreuses années des pans entiers du pays.

Breath of the Wild réécrit dans le monde d’Hyrule la tragédie de 2011. Ganon, le Fléau est une catastrophe prévue, qui est déjà arrivée par le passé (voir parmi les nombreux précédents au Japon, Kobé en 1995 notamment).
Elle est attendue de pied ferme et toutes les énergies sont mobilisées pour la combattre. Mais quand vient l’heure de la bataille, alors que tout semblait prêt ou pas loin de l’être, rien ne se passe comme prévu. Le calcul méticuleux laisse place à la sidération complète. Et comme pour un réacteur nucléaire construit sur une façade océanique et prévu pour supporter ce type de catastrophe, les Créatures Divines de Breath of the Wild furent incapables de jouer leur rôle en se retournant contre ceux qui étaient censés en avoir la maîtrise.

La meilleure des préparations s’est avérée vaine et oblige Link/le joueur à tout reprendre depuis le début. Au final, le joueur a la liberté de décider ou non de refaire confiance aux Créatures Divines. Le jeu est parfaitement faisable sans leur aide, tout au plus le combat de fin verra sa difficulté augmenter. En forçant le trait, on pourrait dire qu’on voit là une adresse directe au joueur, Breath of the Wild lui demandant s’il veut encore faire ou non confiance au nucléaire dans sa vie de tous les jours. Mais dans la mesure où le jeu incite très fortement à s’y intéresser, on peut se demander si les scénaristes ne pardonnent pas, en ayant conscience que ce n’est pas le nucléaire (les Créatures Divines) qui sont en cause, mais bien l’utilisation qui en est faite (mauvaise préparation, Zelda qui se repose trop dessus) et surtout Ganon (le tremblement de terre/fatalité) qui sont les responsables de leurs malheurs.

Cent ans s’écoulent, et dans ce laps de temps, entre les destructions de Ganon et le réveil de Link, le Fléau a eut le temps de faire des ravages. Outre les destructions immédiates provoquées par les Gardiens, ce dernier a laissé des plaques noires et toxiques de corruption qui entravent la liberté de déplacement de Link. Si ludiquement la chose permet de briser la monotonie de l’open world (certaines zones de jeu nécessitent de réfléchir à comment y accéder), il est aussi aisé d’y voir là une référence directe à la contamination radioactive consécutive à l’accident de Fukushima Daiichi. Les divers dégazages et les explosions du réacteur ont provoqué le relâchement dans l’atmosphère de composés radioactifs contaminant pour un bon moment les sols et l’eau. Là encore, c’est Ganon qui reprend à, son compte la symbolique de la contamination par le biais de ces traces de corruption que Link pourra partiellement nettoyer en détruisant certains centres névralgiques la contrôlant (sous la forme d’yeux). Mais ce nettoyage ne pourra jamais être total: là où dans Twilight Princess, il était capable de libérer des régions entières des miasmes du Crépuscule, ici son combat est vain et tout au plus pourra-t-il se ménager des couloirs pour faciliter sa progression. Il est aisé d'y voir une référence au travail de décontamination qui attend les japonais pour espérer retrouver les abords de Fukushima sans y risquer les maladies dues à la radioactivité.

On pourrait tout aussi légitimement s'interroger sur la nature des Gardiens, ces drones qui se rebellent contre ceux qui les réveillent, contaminés qu'ils sont par Ganon, mais ne pêchons pas par excès de zèle. Récemment, la production de Final Fantasy a pu répondre à certaines interrogations de joueurs se demandant si certaines de leurs interprétations étaient correctes. Hélas pour eux, la plupart n’étaient pas fondées et les “preuves” lues entre les lignes n’étaient au final que la projection de ce que les joueurs ont bien voulu y voir.
Cette question m’a poursuivie tout au long de l’écriture de cet article. Ne suis-je pas en train de tout sur-interpréter? Comment puisse-je m’avancer sur pareil sujet, alors que je suis planqué en France loin de toute catastrophe géologique pouvant ravager 1/3 de mon pays? Ne suis-je pas non plus en train de projeter un schéma interprétatif (où tout s'expliquerait par la bombe A) qui a longtemps servi de grille pour donner du sens à telle ou telle oeuvre?
Je n’ai pas la réponse à cette question et peut-être pourrez-vous m’aider par vos commentaires.
Toujours est-il que les oeuvres de l’esprit sont un peu plus que son auteur veut bien y mettre dedans. Que ce soit un ego, une peur, un espoir, toute personne qui se risque à la transmission d’un imaginaire va nécessairement dire plus qu’il ne veut en dire au premier abord et tout lecteur va nécessairement y voir plus qu’il ne souhaitait en trouver de la même façon.
Ce rapport entre BotW et le tsunami de 2011 est-il voulu? Est-il inconscient? Est-il seulement réel? Toujours est-il que la première vidéo datant de 2011 sur “le nouveau Zelda” est bien différente du jeu que nous avons aujourd’hui entre nos mains.
Il n’en reste pas moins que, pour en rester à des aspects purement ludiques, j’ai pris énormément de plaisir à parcourir Hyrule, redécouvrant avec ce jeu la sensation grisante qui m’a accompagnée tout au long de Link’s Awakening, il y a de cela 20 ans. 

Et c’est sans doute là le principal.

Ajouter à mes favoris Commenter (17)

Signaler
(Jeu vidéo)

 Spoiler alert: Cette série d’articles, étalés sur plusieurs semaines, dévoilent la majorité des développements narratifs de Persona 5. Ce post s’adresse donc en priorité à ceux qui ont fini le jeu et qui souhaitent des éclaircissements sur les références mythologiques et tarologique de ce jeu

Pour revenir au sommaire, cliquez ici

X - La Roue de Fortune - Chihaya

On commence cette nouvelle série avec Chihaya Mifune, une voyante que le Protagoniste rencontrera à Shinjuku. Cette dernière nous tirera les cartes avec une certaine réussite et essaiera au passage de nous refourguer une pierre magique visant à éloigner le mauvais oeil qui pèse sur notre personnage.
Si la jeune femme est une escroc en puissance (oui, il faut sortir 100 000Y en début de jeu et ce n’est pas drôle), il se trouve que ses pouvoirs ne sont pas non plus entièrement faux car elle parvient à obtenir des flashs lors des tirages de cartes. Ces flashs seront utilisées en jeu pour augmenter le niveau des Confidants que l’on souhaite favoriser permettant ainsi de combler un retard quelconque.
La Roue de Fortune, en montrant des animaux se déplaçant autour d’une roue symbolise l'éternel recommencement de la vie, le commencement d’un cycle ou la fin d’un autre. En X, il achève le premier cycle d’arcane majeur et donne l’élan pour le suivant (de XI à XXI) ou peut signifier aussi le retour au I, au point de départ si le Bateleur du début ne parvient pas à trouver le chemin de la transcendance (la Force en XI).
C'est la crise que traverse le personnage par la faute de son entourage délétère. Sous l'influence d'un gourou, il appartiendra aux Phantom Thieves de libérer Chihaya de celui-ci pour qu'elle puisse briser ce cycle infernal qui l’a soumettait aux pressions de la secte qui l’entourait. Ici, la Roue de Fortune est détruite pour laisser à Chihaya la possibilité de reprendre une nouvelle vie et donc un nouveau cycle de ce tarot qu’elle aime tirer aux gens.

La bonne fortune et les cartes, ça va cinq minutes...

Avec Chihaya et son look un peu New Age, Persona 5 s’attache aussi à l’aspect diseuse de bonne aventure que renvoi l’arcane avec la présence d'un Sphinx à son sommet, créature qui symbolise le mystère, l'initation. Et comme ce Sphinx, Chihaya nous guidera tout au long du jeu en utilisant des phrases sybillines qui annoncent le destin de notre Protagoniste.

 

Article suivant

Voir aussi

Jeux : 
Persona 5
Ajouter à mes favoris Commenter (1)

Signaler
(Jeu vidéo)

Spoiler alert: Cette série d’articles, étalés sur plusieurs semaines, dévoilent la majorité des développements narratifs de Persona 5. Ce post s’adresse donc en priorité à ceux qui ont fini le jeu et qui souhaitent des éclaircissements sur les références mythologiques et tarologique de ce jeu

Pour revenir au sommaire, cliquez ici

 

IX - L’Hermite - Futaba

Un symbolisme limpide avec Futaba qui, entre ermite et Hermès, nous offre le seul Hermite possible de ce jeu.
L’Hermite, c’est celui vit reclus: vieillard soutenu par une canne, se dissimulant aux yeux du monde derrière un pan de manteau.
Mais c’est aussi celui qui porte haut une lanterne, à moitié dissimulée elle aussi. La lanterne est le symbole de la connaissance qui éclaire le chemin de la vie mais que l’on garde aussi pour soi. C’est le savoir auquel a accès Futaba en tant que hacker grâce au piratage.

Futaba est aussi une hikikomori, ces reclus qui ne sortent jamais de leur chambre par crainte du monde extérieur. Traumatisée par la fausse culpabilité d’avoir tué sa mère, Futaba traverse une crise profonde qui la pousse au repli dans une attitude auto-destructrice (pouvant conduire à son suicide dans le cadre d'une mauvaise fin du jeu). Comme l’Hermite du tarot, elle est à la fois un savoir précieux et une prison (dans le jeu son Palace est un tombeau), deux symboles se rejoignant pour être celui de la crise dont on porte la réponse en soi pour la résoudre.

La culpabilité de Futaba vue à travers d'un puzzle à résoudre.
Au joueur de démêler l'écheveau des souvenirs dévoyés.

Futaba va guider les Phantom Thieves au travers de cette crise dans un donjon qui est plus une psychanalyse qu’une épreuve. D’ailleurs, Futaba n’est pas le boss de son propre donjon: il s’agit d’une image dévoyée de sa mère qui l’accuse d’être responsable de sa mort, c’est cette culpabilité que le joueur devra détruire pour libérer Futaba de ses démons et la sortir de son enfermement.
L’Hermite/Futaba cesse d'être enfermée et devient alors la lanterne qui éclaire les autres protagonistes par son savoir en devenant un personnage de soutien total. Elle trouvera son accomplissement dans ce rôle, puis gagnera en assurance durant son Confidant où elle s’ouvrira au monde extérieur, tuant là sa persona malade pour y gagner une persona saine et épanouie.

 

Les Personas de Futaba

Medjed/Alibaba : N’oubliez pas ce que j’ai indiqué en introduction: la persona est un masque que l’on met par-dessus son vrai Moi pour exister en société et avoir un comportement sociable. En bonne recluse qui ne vit qu’au travers de son avatar Internet, Futaba illustre parfaitement bien le concept de persona au travers de son alter ego numérique, Medjed. Notre Anonymous de fiction fait là référence à une divinité mineure égyptienne que l’on rencontre dans le Livre des Morts, où il est représenté comme une personne cachée sous un drap dont seul ressortent les yeux et les pieds, évoquant au passage notre vision caricaturale des fantômes.
Si Medjed est quasiment oublié des égyptologues, la figure étrange de ce dieu mineur va prendre une toute autre tournure quand les japonais vont la découvrir en 2012 lors d’une exposition du British Museum à Tokyo. Cette tête improbable dans une Egypte qui nous a habitué aux profils élancés a tout de suite eut un écho sur Twitter, puis sur pixv où Medjed est désormais devenu un mème.
La référence devient encore plus criante quand on se souvient que le Palace de Futaba est un tombeau égyptien.

Necronomicon : Livre fictif attribué à Abdul Alhazed poète arabe du VIIIème siècle, le Necronomicon est l’invention de Lovecraft qui l’utilise fréquemment dans ses nouvelles. Ouvrage maudit provoquant malheurs et rendant fous ses lecteurs, il aura réussi, alors que Lovecraft n’a jamais prêté une quelconque réalité au livre, a passer d’élément narratif à canular puis à légende urbaine, pour finir par devenir un élément archétypal du savoir interdit et de l’occultisme au point de le retrouver dans Evil Dead et dans n’importe quelle oeuvre qui a besoin d’un livre/savoir maléfique.
En prenant à bras le corps les mythes modernes et les légendes urbaines comme corpus mythologique, Persona 5 nous montre là que le dépositaire contemporain de la vérité derrière le voile des apparences se place parmi nos légendes, et qui de mieux que Futaba, légende urbaine elle-même au travers de Medjed, d’en être le récipiendaire au travers de sa Persona.

Prometheus: Prométhée, fils de Japet, est dans la mythologie grecque le titan qui a donné naissance aux Hommes en les façonnant à partir d’argile aidé par son frère Epiméthée. Malheureusement ce dernier a donné tous les dons aux animaux, (comme la fourrure, les griffes, etc..). sans rien laisser pour les Hommes qui, nus, se révèlent êtres des créatures incapables d’affronter une nature hostile.  Prométhée les prends alors en pitié et leur offre le feu (le savoir) qu’il vole aux dieux, alors que Zeus avait retiré ce dernier aux Hommes pour éviter qu'ils ne deveniennent leurs égaux.
Il punira le titan en l’enchaînant sur le Caucase, où il sera condamné à voir son foie dévoré chaque jour par un aigle. Héraclès le libérera dans le cadre de ses douze travaux pour découvrir le lieu du jardin des Hespérides. Comme Futaba et l’Hermite de l’arcane IX, Prométhée est un trickster qui a dérobé un savoir occulte, que ce soit le feu divin ou la big data pour le révéler et le donner aux Hommes.

 

Article suivant

Voir aussi

Jeux : 
Persona 5
Ajouter à mes favoris Commenter (2)

Signaler
(Jeu vidéo)

Spoiler alert: Cette série d’articles, étalés sur plusieurs semaines, dévoilent la majorité des développements narratifs de Persona 5. Ce post s’adresse donc en priorité à ceux qui ont fini le jeu et qui souhaitent des éclaircissements sur les références mythologiques et tarologique de ce jeu

Pour revenir au sommaire, cliquez ici

VIII - Goro Akechi - La Justice

L’arcane 8 nous montre une représentation classique de la justice, une femme tenant une épée (symbole de sanction) et une balance (symbole d’équité). De part son nombre, La Justice passe pour l’arcane de la perfection (l’infini est un 8 à l’horizontale) mais aussi de la stabilité (2x4, le quatre était le nombre de l’Empereur, voir supra).

Cette perfection ne sera que de facade pour Akechi, jeune homme brillant qui passe souvent à la télévision. Connu pour être détective-conseil, il aide par son intelligence la police dans certaines affaires délicates. Dans Persona 5, le joueur le croisera souvent comme adversaire infatiguable des Phantom Thieves dont il estime les actions partiales et surtout guidées par l' intérêt personnel et la gloire. L’arcane de Goro Akechi sera donc surtout basé sur la représentation archétypale que nous voyons de la justice.

Mais Akechi est le traître du jeu. Manipulé et croyant manipuler, il utilise sa grande intelligence pour incarner un détective, état qui lui sert de couverture mettant en place un plan ourdi de longue date: se venger d’un père qui ne le reconnait pas.
Convaincu de vivre une situation et des souffrances injustes, il va influencer et manipuler les Phantom Thieves pour parvenir à une vengeance qui se retournera au final contre lui. Akechi incarne deux facettes de la justice. D’un côté, il est détective ayant aidé la police à résoudre de nombreuses affaires, il incarne alors une justice impartiale. Chose qu'il défend philosophiquement dans les cut-scenes de ses interviews télévisés. De l’autre, il cherche à appliquer sa justice.

Le vrai Akechi est retors et se persuade que sa vengeance est juste, quitte à semer les morts sur son passage. Il représente alors tout ce que l’idée de justice peut avoir de subjectif (qu'il reprochait à ses mêmes Phantom Thieves). Chacun voit le bon droit dans la cause qu’il défend et clame à l’injustice quand les choses ne vont pas dans son sens. Cette idée de justice subjective transparaît sur la carte: voyez comment la Justice n’a pas de bandeau sur les yeux. Les allégories de la justice montre généralement celle-ci aveugle, symbole d’équité et d’égalité parfaite entre tous. Celle du tarot voit et juge. Comme Akechi, elle peut discriminer pour frapper ceux qui la gêne et brandir la notion de justice a posteriori pour se justifier, ce que ne manquera pas de faire Akechi lorsque les Phantom Thieves devront l’affronter. La “vrai” justice, se rencontrera elle, à l’arcane XX avec Le Jugement

Tout ça pour chuter à cause de délicieux pancakes...

 

Les Personas d'Akechi

Robin Hood: On ne va pas vous faire l'affront de vous présenter Robin des Bois. Brigand justicier par excellence, Robin des Bois est par son aura le trickster le plus célèbre qui trouve dans le Arsene du Protagoniste son contrepoint parfait. Robin des Bois est d'ailleurs et je parle pour la France, largement plus connu qu’Arsene Lupin, dont les livres sont largement tombés en désuétude, contrairement à Robin des Bois qui a, entre Walt Disney, deux films fameux et une comédie musicale (française, hélas) , réussi à s’implanter durablement dans notre imaginaire collectif. Notez au passage comment cette image de justicier colle bien à l’arcane de La Justice d’Akechi.

Loki: A mon sens, le trickster mythologique ultime, qui démontre une fois de plus qu’Akechi est le “héros manqué” de ce jeu. Fils de géants des glaces, Loki se rendra coupable de toutes les traitrises possibles. Maître en métamorphose et déguisement, il saura être aussi bien allié (il aide Thor à retrouver son marteau) qu’ennemi des dieux (il tuera Baldr en guidant la main de Holder l’aveugle). Il trahira les dieux pour de bon lors du Ragnarok, l’eschatologie de la mythologie nordique. Loki est une divinité archétypale, au très fort pouvoir évocateur (jdr, films Marvel, réattachement aux mythes nordiques et à leur imaginaire) qui fait de Goro Akechi, par son contrôle de deux Personas, un opposant de choix au groupe des PT à la fois, allié, ennemi et à la toute fin, ami.

 

Article suivant

Voir aussi

Jeux : 
Persona 5
Ajouter à mes favoris Commenter (2)

Signaler
(Jeu vidéo)

Spoiler alert: Cette série d’articles, étalés sur plusieurs semaines, dévoilent la majorité des développements narratifs de Persona 5. Ce post s’adresse donc en priorité à ceux qui ont fini le jeu et qui souhaitent des éclaircissements sur les références mythologiques et tarologique de ce jeu

Pour revenir au sommaire, cliquez ici

VII - Le Chariot - Ryuji

Avec son image de prince conduisant un char tiré deux chevaux semblant foncer vers la carte, Le Chariot est très souvent vu comme l’arcane de l’élan, du dynamisme, du triomphe. C’est l’arcane des fonceurs et quoi de mieux pour Ryuji, notre infatigable athlète, qu’un char lancé à vive allure. Si l’élan du Chariot et de Ryuji témoigne d’une volonté de bien faire et un sens aigu de la justice, on peut aussi y voir en négatif une tendance à s’emporter facilement et à réfléchir avant d’agir, ce qui colle bien avec Ryuji qui brille dans le jeu plus par son courage que par ses idées.

Ryuji, prêt à foncer, pour une fois que ça sert à quelque chose...

Karas me faisait d’ailleurs remarquer très justement que Ryuji est le personnage le plus susceptible de basculer du côté Shadow. Toujours prompt à trouver des cibles plus dangereuses pour toujours plus de gloire, il ne réfléchit pas à la responsabilité liée à son pouvoir et cherche avant tout l’argent et le succès. Ce dernier étant par ailleurs l’un des attributs de l’arcane du Chariot.

Arcane qui ne connaît pas le calme et la pondération, il a accueillit Chie dans Persona 4, personnage tout aussi extraverti et dynamique. Le Chariot sert d’ailleurs de réceptacle aux personnages archétypaux de shonen que l’on rencontre souvent dans les RPG japonais.

 

Les Personas de Ryuji

Captain Kidd : William Kidd est un pirate britannique qui a sévit dans les Caraïbes avant de partir dans l’océan indien. D’abord corsaire et chargé d’attaquer les pirates et les flibustiers, il va, sous la pression de son équipage, s’attaquer à tout ce qu’il lui passe sous la main pour finalement devenir pirate. Après quelques attaques et le meurtre son canonnier, il passe en jugement à Londres en 1701, où il est pendu, sa dépouille exposée aux éléments en guise d’exemple. La légende du Captain Kidd naîtra après sa mort. Celui-ci aurait proposé à ses geôliers de les guider à l’endroit où il aurait dissimulé pour 100 000 livres d’or et de cargaison. Ce trésor fabuleux aura inspiré Robert L. Stevenson pour son Ile au Trésor et fait de ce trickster à la recherche de gloire et de fortune une parfaite Persona pour Ryuji

Seiten Taisei: Personnage mythologique chinois que vous connaissez sans doute mieux sous le nom de Sun Wukong, Songoku ou de Roi des Singes, il est le héros d’un des contes chinois les plus connus: Le Voyage en Occident. Recueilli par des singes, il part en voyage afin de découvrir le secret de l’immortalité. Après moults aventures, il obtient du Roi Dragon un bâton magique pouvant changer de taille, ainsi qu’un casque, une cuirasse d’or et des bottes magiques lui permettant de courir sur les nuages (vous pouvez retrouver ses éléments sur le design de Soejima). Mettant le bazar à chacun de ses passages (la liste est longue), il finira par affronter Bouddha et perdra ce dernier défi.

 

 

Article suivant

Voir aussi

Jeux : 
Persona 5
Ajouter à mes favoris Commenter (2)

Édito

L'actualité trépidante du jeu vidéo oblige à la plus grande prudence.
Le but de ce blog est donc de proposer à tous les joueurs en quête de la vérité des news de qualité, vérifiées et objectives.
Mais la rigueur de ces articles n'empêche pas néanmoins d'exposer des avis affutés et des critiques constructives qui ne manqueront pas d'élargir l'esprit des gameblogueurs ouverts aux thèses les plus audacieuses.

Si ce blog reste un oasis d'où jailli une source intarrissable de savoir, il n'en reste pas moins un havre accueillant où les sens seront nourris d'illustrations de qualité, bien que portés plutôt sur un look en particulier.

Quand l'actualité (toujours trépidante, rappelons-le) me laissera quelque latitude, je parlerai aussi d'animation et de sujets autrement plus graves comme... Euh... Le jeu vidéo, tiens. Ou les mechas.... (c'est important les mechas, vu les  films de merde qui sortent en ce moment...)

Sur ce...

Archives

Favoris