Indianagilles et les chroniques d'un gamer ni trop jeune, ni trop vieux

Indianagilles et les chroniques d'un gamer ni trop jeune, ni trop vieux

Par Indianagilles Blog créé le 05/01/11 Mis à jour le 04/04/17 à 11h33

Ajouter aux favoris
Signaler
Chronique (Jeu vidéo)

 

Dans les années 90, les joueurs comme moi n'avait qu'un rêve : de pouvoir jouer de chez soit avec n'importe qui dans le monde. Rendez-vous compte, nous étions si forts qu'il ne faisait nul doute qu'aucun adversaire dans le monde ne pourrait nous arriver à la cheville ! On se serait bien casser du Jap, histoire de montrer qui était le boss des jeux vidéo ! AHAHHAAHAHAH ! Seulement voilà, à l'époque c'était encore une utopie et il fallait se contenter de jouer avec nos potes, côtes à côtes. Les nazes...

Évidement, c'est le PC qui a d'abord montré la voie du jeu en ligne. Avec un modèle 56k bien lent, on parvenait malgré tout à s'amuser entre potes. Même si on avait parfois tendance à avancer plus vite que nos balles de sniper, on s'éclatait tout de même bien, chacun dans son coin de la maison. Pour ma part, j'ai surtout commencer à jouer en ligne avec mon pote Fabien. Nous avions chacun acheté un modem 56k et il fallait qu'on s'appelle directement pour jouer ensemble. Point d'Internet alors, c'était loin d'être démocratisé, mais une liaison directe qui nous permettait de jouer à 1 contre 1 en payant la communication locale tout le long de la partie. D'accord, on avait parfois tendance à s'ennuyer sur les grandes cartes du premier Jedi Knight mais qu'importe, chaque rencontre après des minutes d’errements était une extase aussi pure que les produits laitiers. Sans oublier mes parties avec Fabien à Warcraft 2, Age of Empire ou Starcraft. J'étais mauvais à ce genre de jeu, il était à peine meilleur mais on s'amusait beaucoup. Il n'empêche que si j'étais un Jedi hors paire, j'étais un stratège bien nul et il pouvait ainsi se venger de moi, le fumier.

Ensuite, Internet a commencé à se démocratiser et certains, les ordures, avaient même des connexions "hyper rapides". Comme nos amis n'avaient pas tous un PC et encore moins Internet, nous avons commencé à fréquenter régulièrement les cyber-cafés. C'était génial de jouer entre nous mais aussi avec quelques inconnus du cyber. On jouait beaucoup à Quake 2 et c'était la première fois qu'on se rendait compte que jouer au clavier et la souris était terriblement efficace sur un FPS. A cette époque, 1997 ou 1998, j'arrivais régulièrement dans les 2 premiers de chaque session. Ça confirmait bien ce que je pensais : j'étais un bon de chez bon ! Donnez-moi du jap ou du ricain que je l’étripe !

Les années passent, le jeu en ligne s'est développé à une allure hallucinante. J'étais là lors de la naissance de Counter-strike, un mod génial et gratuit pour le fabuleux jeu Half-Life. On aimait bien y jouer à ce petit jeu sans grande envergure. Quand on voit ce que c'est devenu aujourd'hui, c'est juste hallucinant. Déjà qu'on le trouvait laid à l'époque... Mais bon, on s'y amusait. Même qu'il y avait plein de cartes, c'était cool. Et pourtant aujourd'hui encore, les gens se contentent de squatter encore et toujours les mêmes maps. Même pas drôle, je ne comprendrais jamais l'être humain.

Côté console, c'est Sega qui a tenté de s'y mettre en premier. Et ils se sont bien ramassés. Comme d'hab, Sega essuyait les plâtres pour ses concurrents un peu couard, comme d'hab Sega était trop en avance sur son temps. Le jeu en ligne a longtemps été réservé aux seuls PCiste puisque c'était tellement plus pratique, tellement plus diffusé...

C'est au début des années 2000 que j'ai commencé à lâcher le jeu en ligne. Je me suis rendu compte de quelques petites choses importantes : déjà, j'étais loin d'être aussi fort que ce que je le pensais. Au lieu de jouer les 2 premières places comme il y a quelques années, je jouais plutôt les 2 dernières. Sauf si je continuais de jouer avec mes potes. Eux aussi n'avaient peut-être pas tout à fait le niveau. Il y avait sur terre des gens qui passaient tout leur temps libre devant un jeu et le maîtrisait jusqu'au bout des doigts et de la souris ! Pire, pour certains ce n'était plus un amusement mais un métier !

En ce qui me concerne, ce n'était pas si grave puisque je jouais surtout pour m'amuser. Je crois même que jouer veut dire ça à la base. Malheureusement je me rendis compte que j'étais l'un des rares joueurs du net à penser de la sorte. Les internautes jouaient avant tout pour la gagne quand ce n'était pas pour humilier leurs adversaires... Ils perdaient ? Ils vous insultaient. Ils gagnaient ? Ils vous insultaient aussi ! Ils jouaient dans votre équipe ? Ils vous insultaient encore et toujours ! Cherchez pas, 95% des joueurs du nets me paraissaient être de gros frustrés de la vie dont la seule chose qui les faisait rêver était d'insulter les autres derrière leur petit écran. Horrible. Le pire c'est que ça n'a pas changé. J'ai définitivement cerné l'esprit du joueur du net le soir où je jouais en ligne au premier Medal of Honor sur PC. J'étais dans une partie plutôt peuplée, je m'amusais plutôt bien en végétant au milieu de tableau et c'est alors que j'ai remarqué qu'un des joueurs était hyper fort. Un monstre. Il semblait impossible de le prendre par surprise. Plutôt admiratif du bonhomme, je décidais de le traquer exclusivement. Si j'arrivais à me le faire quelque fois, j'aurai de grande chance de m'améliorer. Il remarqua cette chasse à l'homme assez vite et s'amusa avec moi. Mais il le prit plutôt bien. Il me massacra ! Je réussi à l'avoir quelques fois en le prenant totalement à revers mais quelle raclée mes aïeux ! A la fin, il ne restait plus que nous deux dans la partie et je lui confis être vraiment admiratif de son niveau d'excellence. "Je suis assez nul" me dit-il. "Non, franchement t'es hyper balèze !" lui retorquais-je. "Je n'ai aucun mérite, j'ai mis un logiciel qui me permet de voir au travers des murs. Impossible de me surprendre sauf dans le dos". Je tombais de haut. Je ne savais même pas que ce genre de chose existait. Lorsque je lui demandais pourquoi il faisait ça il me répondit sans honte "comme ça je gagne". Quelle tristesse ! Quel mérite y-avait-t-il de remporter des victoires faussées ? Dès lors, on en devient presque un peu parano. Et si le mec en face me battait parce qu'il trichait ? C'est rarement le cas mais c'est devenu la bonne excuse pour la frustration du joueur. Très malsain quoi !

S'il m'arrive aujourd'hui encore de jouer en ligne, je préfère de très loin les jeux en coopération avec mes amis. Pas de compétition débile, juste de l'amusement entre nous. Pour tout ce qui est mode compétitif, sans mes amis, je n'ai pratiquement plus aucun plaisir à pratiquer. Je remarque d'ailleurs que mes meilleurs souvenirs en ligne sont souvent des défaites, lorsqu'il m'arrivait de faire des parties superbes contre des adversaires fair-play et plutôt forts. Je ne me réjouirais jamais d'une victoire face à un débutant ou parce qu'il s'est subitement déconnecté. Peut-être un peu plus contre un abruti qui m'insulte...

 

Suis-je un cas rare ? Peut-être pas, les joueurs fair-play ayant probablement déserté le net comme moi. Il n'empêche qu'il y a bien trop de boutonneux frustrés doublés d''abrutis congénitaux. Il y a vraiment quelque chose de malsain et je le déplore. Cette haine idiote, cette frustration débile s'est même étallée sur d'autres domaines de la vie. La vie derrière les écrans a rendu les gens vraiment désagréable et désolé si je parle comme un vieux con. L'idée de jouer avec n'importe qui dans le monde était vraiment alléchante. Malheureusement, les instincts les plus primaires de l'homme vinrent tout gâcher. Comme d'hab, un formidable outil a été perverti. Parfois, il vaut mieux continuer de rêver plutôt que de voir la réalité nous rattraper.

 

Et vive les Noobs !

 

 

 

Ajouter à mes favoris Commenter (0)

Commentaires

Édito

 

Archives

Favoris