The Brainwasher

The Brainwasher

Par in_amber_clad Blog créé le 15/11/11 Mis à jour le 15/03/13 à 14h18

Marine UNSC :"Ennemi à douze heure ! Non une ! Quelqu'un a une montre ?"

Shepard : "Ils ne sont pas nés de la dernière pluie, c'est sûr. Mais les Turiens non plus et on leur a mis une déculottée"
Alenko : "Cette fois-ci, j'imagine pas la taille du slibard, commandant"

Ajouter aux favoris

Catégorie : Souvenirs retro

Signaler
Souvenirs retro

Une seule enfance est supportable : la nôtre. 

Louise Maheux-Forcier

 

 

 

 

Pour ceux qui viennent souvent sur mon blog, vous avez peut-être remarqué dans l'édito comment s'est passée ma rencontre avec le jeu vidéo. C'était sur la NES et c'était magique. A ce moment-là, je ne réalisais pas encore que cet univers allait me suivre toute ma vie, que je jouerais encore à l'âge de 25 ans et que je tiendrais un blog sur un site de jeu vidéo. A cette époque, j'étais juste ébahi avec mes yeux d'enfants devant cette possibilité de jouer autrement.

Bercé par le merveilleux Club Dorothée qui résume à peu près à lui seul le bonheur de mes jeunes années, je ne manquais également aucun épisode de Dragon Ball Z. J'empilais les VHS d'enregistrement de Sangoku et ses compagnons pour me les regarder en boucle quand j'étais en manque.

Cette époque est pour moi une époque bénie. Une époque d'insouciance où rien du monde extérieur ne pouvait m'atteindre. Depuis la réalité m'a rattrappé mais l'émotion reste intacte.

Alors quand je suis tombé sur le tumblr de gugogif, c'est un upercut nostalgique que j'ai pris en pleine face ... Un uppercut que je vous laisse savourer également. Tendez votre menton, ça va vous faire du bien.

 

 

 

 

Avouez on l'a tous fait un jour

 

 

 

Ah Mario Bros ...

 

 

Dans le noir et avec la console ...

 

 

 

Ajouter à mes favoris Commenter (11)

Signaler
Souvenirs retro

La pensée d'un homme est avant tout sa nostalgie. 

Albert Camus

 

 

 

Raahhh la Super NES. J'ai passé un nombre incalculable d'heures dessus. C'est peut-être bien ma console préférée de tous les temps tant elle m'a envoûtée et fait aimer le jeu vidéo dans ma jeunesse. Depuis je suis drogué aux pixels pilotables ...

C'est véritablement cette console qui m'a offerte mes premières grosses émotions de gamer sur des jeux cultes comme A Link To The Past ou encore Secret Of Evermore le mal aimé. Aujourd'hui, je rejoue parfois avec nostalgie à ma fidèle vieille SNES comme beaucoup de vieux gamers j'en suis sûr. 

Alors quand la passion pour cette console est plus forte que tout, certaines personnes peuvent en faire de véritables chefs d'oeuvres. Le travail que vous allez voir juste ci-dessous est le fruit de l'amour d'une personne (dont je ne connais pas le nom mais merci de le mettre en commentaire si vous savez) pour la SNES combiné à sa volonté de pouvoir la transporter partout. Mais il ne s'est pas contenté d'en faire une vulgaire console portable. Non, il en a fait quelque chose de stylé et de monstrueusement classe.

Mes respects éternels à cette déclaration d'amour qui en ferait rougir notre bonne vieille Peach.

 

 

 

  

  

  

  

 

 

 

Ajouter à mes favoris Commenter (4)

Signaler
Souvenirs retro

 Que le roi seulement soupire et tout le royaume gémit. 

William Shakespeare

 

 

Tout autant que Mario, The Legend Of Zelda fait aujourd'hui partie de ces mythes vidéoludiques contemporrains. A chaque annonce d'un nouvel opus, ce sont tous les gamers qui tendent l'oreille et qui trépignent d'impatience. Malgré certaines critiques négatives sur les passages controversés en cel-shadding, cette saga a toujours su envoûter le joueur.

Personnellement, l'épisode qui m'a le plus marqué est A Link To The Past. A cette époque, la SNES m'avait mis une méga claque. Entre une histoire trépidante, le système de l'univers parallèle, des graphismes à tomber par terre et une musique charmeuse, ce Zelda m'avait totalement fait rugir de plaisir.

Bien que je n'ai plus jamais acheté de console de salon Nintendo depuis, l'arrivée d'un nouveau Zelda pourrait me faire acheter une Wii U. Oui Link me manque. Et même si les opus sur DS ont comblé ce vide depuis, j'ai hâte de revivre une grande aventure sur une télévision.

En attendant ce moment, je vous propose de revivre les 25 ans de la saga avec ces sublimes bannières / bandeaux qui retracent tellement bien l'évolution du héros à la tunique verte.

 

 

 

 

Ajouter à mes favoris Commenter (9)

Signaler
Souvenirs retro

Le butin proclame la victoire. 

 François Cavanna

 

 

 

 

Pour ceux du fond qui dormaient ces dernières semaines, mon blog The Brainwasher a récemment soufflé sa première bougie sur Gameblog. C'était beau, c'était grand, c'était émouvant à souhait. Bref, la méga fiesta organisée avec tout le gratin du showbiz sur les Champs Elysées fut un succès ... Oh wait, mon délirium recommence !

 

Mais comme toute célébration célesto-cosmique qui se respecte, un butin d'une valeur inestimable était mis en jeu à travers le jeu concours proposé dans le post relatant cet anniversaire. Et avant de dévoiler le nom du vainqueur, regardons tout d'abord les réponses au concours.

 

 

 

Sur cette série d'images, beaucoup ont buté sur Amped et Darksiders.

 

 

 

Ici, c'est l'arrivée de Shepard sur Feros dans Mass Effect qui vous a plus posé problème.

 

 

  

Ces images étaient faciles. A condition d'avoir deviné que c'était l'infâme Tartarus de dos sur la numéro 10.


 

 

Seul Rallisport Challenge vous a fait déraper ici.




Ca y est, tout s'éclaire ? Le concours était largement moins dur que certains qu'on a déjà pu voir sur Gameblog mais j'avoue que certaines n'étaient vraiment pas évidentes. Mais s'il fallait désigner un gagnant d'un point de vue culture vidéoludique, nous arriverions à ex-aequo entre Subby-kun, Dranzer1984 et Sombre Plume. Bravo à eux !

 

Le point pour avoir écrit "je participe" en commentaire est comptabilisé ici.

 

 

 

Mais seulement voilà. Le vainqueur n'est pas celui qui a le plus de bonnes réponses. Le vainqueur est celui qui est tiré au sort parmi tous les participants. Obtenir des bonnes réponses ne faisait qu'augmenter les chances, pas d'assurer la victoire.

Et voici donc, mesdames et messieurs, sous vos yeux ébahis, le grand vainqueur du concours de cette première année de The Brainwasher.

 

 

ROULEMENTS DE TAMBOUR 

...

...

...

 

 

 

 

Félicitations à Sombre Plume donc. Le hasard,enfin le simulateur de courte-paille.fr, a décidé du vainqueur. Sombre Plume, je te contacte sous peu par MP pour la suite des événements.

Encore merci à tous à d'avoir participé à ce concours. Et rendez-vous dans un an pour le second anniversaire !

 

 

Ajouter à mes favoris Commenter (9)

Signaler
Souvenirs retro

 Se souvenir ranime.  Vouloir se souvenir détruit. 

Claire France

 

 

 

 

Si je devais ne retenir qu'un seul dessin animé qui symboliserait parfaitement mon enfance, ce serait sans hésitation Dragon Ball Z. Je me souviens de ces heures passées à regarder ce manga de fou furieux.

Il faut se rappeler le contexte. C'était l'âge d'or du mythique Club Dorothée. Tous les meilleurs mangas passaient sur ce programme : les Chevaliers du Zodiaque, Nicky Larsson, Cats Eyes ... Bref, c'était un rendez-vous hebdomadaire abosulement génial pour les jeunes de mon époque. Mais s'il y a bien une série que j'attendais comme un fou, c'était Dragon Ball Z

Avec un peu de recul, on se demande comment ce manga à rencontrer autant de succès. Des gens venus de l'espace, qui peuvent avoir les cheveux blonds, qui ont des queues de singe, qui se battent contre des gars à la peau verte et des antennes, qui ont pour ami un cochon qui se transforme en n'importe qui, qui ont un mentor de 90 piges obsédé sexuel ... Le paradis quoi ! 

Mais surtout moi ce que je retiens de Dragon Ball Z, ce sont ces duels de géants auxquels étaient souvent confrontés les héros. Et ce post rend hommage à ces instants d'émerveillement. Ca y est, me revoilà en enfance !

 

 

 

 

Ajouter à mes favoris Commenter (10)

Signaler
Souvenirs retro

L'univers est un immense livre. 

Mohyddin Inb Arabi

 

 

 

Ah Star Wars. Quelle saga ! Elle fait partie de ces monuments cinématographiques qui ont émoustillé ma vie. Avec Le Seigneur Des Anneaux et Harry Potter, c'est mon summum d'oeuvre conçue en plusieurs parties. George Lucas m'a fait voyagé dans une galaxie très lointaine au sein de mon imaginaire. Au point même de rêver du futur et de me prendre pour un défenseur de la République.

Qu'on aime ou pas, qu'on ait été déçu par la prélogie ou la trilogie, qu'on soit irrités par la puissance désormais marketing de la saga, je vous propose de revoir en quelques dates clés l'histoire de cette grande saga.

 

 

Nombre de visiteurs pour cet article

compteur gratuit

Ajouter à mes favoris Commenter (1)

Signaler
Souvenirs retro

 La science a fait de grands progrès. Elle n'a plus qu'une cinquantaine d'années de retard sur les dessins de science-fiction.

Anonyme

 

 

 

Après Star Wars Episode IV résumé en une image, voici Star Wars Episode V résumé en 2 images. Et ouais, une de plus. Comme ça, gratuite, cadeau, pour vous.

L'épisode V est, pour beaucoup de fans, l'épisode le plus important et le plus abouti de l'univers de George Lucas. Plus sombre que le premier film, révèlant de nouveaux protagonistes clés de la saga tels que Yoda ou Lando Calrissian, il propose une intrigue plus ficelé et moins chevaleresque.

Qui ne souvient pas de l'ouverture avec la bataille de Hoth ? Qui ne se rappelle pas de la forêt de Dagobah ? Qui a (osé) oublier la phrase la plus mythique du cinéma entre Darth Vader et Luke Skywalker

Un episode qui ne sera jamais égalé à mon sens et qui reste aujourd'hui une référence inter-générationnelle dans le monde entier. A voir et surtout à revoir !

 

 

 

 

 

Nombre de visiteurs pour cet article

compteur gratuit

Ajouter à mes favoris Commenter (2)

Signaler
Souvenirs retro

Du chaos naît une étoile. 

Charlie Chaplin

 

 

 

S'il y a bien un univers connu dans le monde entier et qui arrive à rassembler des fans de tous les horizons, c'est bien celui de Star Wars. La saga de George Lucas, qu'on aime ou qu'on n'aime pas, a déchaîné les passions, suscité des émotions, donné des frissons à tous les aventuriers de l'espace que nous sommes.

Certains disent que la première trilogie restera la meilleure et que la seconde n'est qu'une vaste fumisterie, d'autres diront que l'avènement des effets spéciaux auront donné les plus belles lettres de noblesse à la saga avec les épisodes I, II et III. Pour moi, tous ont un sens, une histoire propre, une continuité ...

Néanmoins, je serais éternellement reconnaissant envers Monsieur Lucas d'être allé au boût de son rêve en 1977 alors que personne ne voulait de son Star Wars : Un Nouvel Espoir. Personne n'y croyait, personne ne voulait lui accorder le budget nécessaire, même les acteurs étaient extrêmement dubitatifs sur ce qu'ils jouaient ... Et pourtant, ce visionnaire aura ouvert un véritable boulevard aux films de SF que nous connaissons désormais.

Ainsi, voici un véritable hommage de Wayne Dorrington à ce film qui a bouleversé le paysage cinématographique un beau jour de 1977 ...

 

 

 

 

 

Nombre de visiteurs pour cet article

 compteur gratuit

Ajouter à mes favoris Commenter (7)

Signaler
Souvenirs retro

Aujourd'hui marque la naissance d'une nouvelle rubrique sur mon blog intitulée "Ma déclaration à ..." qui a pour but de vous livrer mes coups de coeurs personnels, qu'ils soient nostalgiques ou d'actualité.

J'ai toujours senti et aspiré à "vivre" au sein de cette communauté en pensant que l'échange entre Gameblogueurs est primordial. Qu'il ne se résume pas à un concours de blogs d'informations ou de fanboy. La raison pour laquelle je suis sur Gameblog, outre l'aspect rédactionnelle du site en lui-même, vient de sa communauté et les concours, rencontres IRL (bien que je n'en ai faites aucune), amitiés qui se créent, ne font que renforcer cette impression de partage et d'amicalité qui règnent ici. 

Ainsi, voici ma façon à moi de communautariser mon blog, et pour ça je vous livre une partie de moi à travers cette rubrique.

 

Voilà, l'introduction pompeuse étant faîte, on peut passer au sujet principal :)

 

 

 

Parlons maintenant d'un véritable ovni vidéoludique : Salut Les Musclés. Je suis sûr que certains d'entre vous se demandent pourquoi j'ai choisi ce sujet pour commencer cette nouvelle rubrique mais il y a plusieurs raisons à cela.

Tout d'abord, je suis un fan inconditionnel des années Club Dorothée. Elles m'ont tellement apporté en étant enfant. Du bonheur à l'état pur et je regrette que mes futurs enfants ne pourront pas vivre cela. Le Club Dorothée c'était la jeunesse, l'insouciance et la découverte de mangas qui n'étaient pas encore un phénomène de mode, donc moins aseptisés à mon goût. On se retrouvait dans une sorte de bulle où rien ne pouvait nous atteindre, on était rivés devant notre écran à regarder des émissions plus ou moins bonnes, tellement irréelles qu'elles nous donnaient l'impression d'appartenir à un autre monde.

Salut Les Musclés c'est exactement la même chose sans l'aspect manga. Mais je vais y revenir en détail.

 

 

 

 

Salut Les Musclés : kézako ?

Pour ceux du fond qui n'ont rien suivi étant petit, pour ceux qui ont eu une jeunesse de m***e à regarder Antenne 2, pour ceux qui sont nés bien trop tard pour être heureux, voici un bref aperçu du synopsis de cette Sitcom.

"Eric, Framboisier, Minet, Rémy et René forment un groupe de musique appelé Les Musclés. Ils habitent sous le même toit et hébergent une belle extraterrestre, Hilguegue. Eternels célibataires, les Musclés vivent des aventures farfelues avec des personnages hauts en couleur qui bousculent leur quotidien : quiproquos, malentendus, jalousie, romances... Les Musclés voient leur existence bousculée par des personnages récurrents comme Justine, la nièce de Framboisier, ou Hilguegue, l'extraterrestre venant de la planète Vega, P'tit Gus, enfant extraterrestre turbulent, sans oublier Valériane de la Motte-Piquet, la petite amie hystérique et jalouse de Minet, qu'elle martyrise à grands coups de claques."

Ouais en fait avec du recul c'est vraiment un PITCH DE MERDE ! Mais pourtant qu'est-ce que ce fut bon.

 

 

Avant de vous narrer pourquoi j'ai beaucoup aimé cette sitcom (et pourquoi je la regarde encore sur AB1 ...), il est important de rappeller que Les Musclés ne sont pas arrivés là par hasard et surtout pas directement avec cette série.

"Les Musclés étaient avant tout des musiciens avant de fonder le groupe. Framboisier a entre autres travaillé avec Fleetwood Mac et était en 1998 le producteur de Matmatah ; Éric a été guitariste pour Johnny Hallyday et Michel Sardou ; René en a été saxophoniste de Michel Sardou ; Rémy a étudié le violon au Conservatoire avant qu'un accident ne l'oblige à se tourner vers la basse. Il a accompagné Sheila, Gilbert Montagné, Alain Chamfort et Jacques Higelin. Bernard Minet a reçu en 1974 le premier prix de percussions au Conservatoire national, il a accompagné Charles Aznavour."

Déjà là, ça impose le respect sur le CV des bonhommes ... Pourtant leurs chansons n'entreront sûrement pas au Conservatoire.

 

Pour autant, les Musclés n'ont donc pas commencé sur TF1 avec leur sitcom mais véritablement en tant que musiciens sous le nom de Les Musclés lors des émissions du Club Dorothée. De petites interventions poncutelles au début, ils deviendront ensuite des "piliers" de l'émission en assurant le show entre deux dessins animés avec une côte de popularité grandissante. Jean-Luc Azoulay, grand maître d'AB Productions de l'époque, décida de leur donner plus de visibilité en leur offrant une sitcom au nom très recherché de Salut Les Musclés.

C'est ainsi que tout a commencé ...

 

 

 

Les personnages

Salut Les Musclés est donc une sitcom française composée de 263 épisodes de 26 minutes, diffusée entre le 22 décembre 1989 et 1994 sur TF1, dans le cadre du Club Dorothée. A titre de comparaison, Premiers Baisers offrait 318 épisodes, Le Miel et les Abeilles avait 200 épisodes et le très connu Hélène et les Garçons eut 280 épisodes à proposer aux jeunes filles en fleur.

 

263 épisodes donc, et 5 ans d'antenne qui montrent bien que Salut Les Musclés était arrivé à s'imposer dans le paysage vidéoludique français. 

Les Musclés ce sont avant tout 5 garçons. 5 garçons qui n'ont pas de vrais problèmes dans la vie si ce n'est savoir comment se répartir les filles qu'ils croisent et dont ils tombent tous amoureux en deux temps trois mouvements. Parmi ces 5 protagonistes principaux, on retrouve : 

 

 

Framboisier (de son vrai nom Claude Chamboisier)

Il est le chanteur du groupe et joue du clavier. Dans la sitcom, il a un peu ce rôle du leader du groupe. C'est également le grand dragueur de la bande bien que tous soient de la même trampe au final. Framboisier c'est surtout un nom venu de nul part et à ne surtout pas donner à ses enfants. Framboisier c'est également un jeu d'acteur digne des premiers épisodes de Plus Belle La Vie, à savoir le néant total mais qui joue beaucoup dans l'atmosphère de la sitcom.

 

 

Rémy (Rémy Sarrazin)

C'est le bassiste du groupe. L'autre grand dragueur de la bande mais qui a du mal à éclore devant la mise en avant de Framboisier. L'acteur déclara avoir de plus en plus de mal devant cette situation en fin de série et quelques tensions apparurent.

 

 

Éric (Éric Bouad)

C'est le guitariste du groupe et surtout leur cuisinier. Qui ne souvient pas de cette phrase culte ? "Je vous ai fait un petit cassoulet maison, vous m'en direz des nouvelles". Toulousain de coeur, il avait également un style bien à lui grâce à son interpétation du "lalalaïtou" . On le retrouve 50 fois dans La Merguez partie, 33 fois dans Le Rap des Musclés, voire jusque dans le titre d'une chanson On va faire lalalaïtou ce soir.

 

 

René (René Morizur)

Probablement le musicien le plus doué du groupe, il est l'accordéoniste et le saxophoniste du groupe.Il avait toujours des chemises horriblement kitsch et portait toujours ses grandes lunettes. Malgré un style non avenant, il n'emballait pas moins de filles que ses compères. René est décédé en 2009 et avait suscité une émotion particulière chez les anciens fans et membres du Club Dorothée.

 

 

Minet (Bernard Minet)

Sûrement le membre le plus connu du groupe. Non pas pour ses talents à la batterie mais pour ses interprétations de génériques de dessins animés que TOUT LE MONDE connaît : Bioman, le Collège Fou Fou Fou, Goldorak, Dragon Ball, l'Ecole des Champions ... Le rôle de Minet se distingue particulièrement comme étant le souffre-douleur de Valériane de La Motte Piquet, sa fiancée hystérique à la gifle facile. Ce rôle du « faible », du « sentimental », du « petit » lui est alors toujours associé, que ce soit dans les albums du groupe ou leurs prestations avec Dorothée.

 

Parmi les autres personnages, on citera également Hilguegue l'extra-terrestre (WTF !!!), Valériane, Mademoiselle Catherine la gérante du bar à côté de chez les Musclés qui était plus que nunuche, et des personnages de passage incarnés par de futures "stars (Ingrid Chauvin, Ophélie Winter ...).

 

 

 

 

 

Pourquoi j'ai aimé et pourquoi j'aime encore regarder 

Alors voilà pour ceux qui ne connaissaient pas Salut Les Musclés, vous devez sûrement vous dire qu'il faut être un gros naze pour regarder ça, l'aimer et surtout oser le dire. A y regarder de plus près, les choses sont un peu différentes.

 

En réalité, comme toutes les sitcoms d'AB Productions, Salut Les Musclés avait le mérite d'être une série ultra légère mais qui arrivait à faire passer des messages aux enfants que nous étions. Il fallait que la série soit abordable pour des gamins mais avec une pensée au fond. Pour Salut Les Musclés, les thèmes récurrents étaient l'entraide entre colocataires, la gestion amoureuse et l'acceptation d'une extra-terrestre à la maison. Souvent, Les Musclés dénigraient Hilguegue sans le savoir (bien qu'ils l'appréciaient énormément) et, étant vexée, celle-ci cherchait toujours à leur faire comprendre leurs mauvais comportements en leur montant un scénario qui les faisait tourner en bourrique.

Evidemment, on peut pas mettre cet argument comme son principal atout mais je suis quasiment sûr qu'il a joué dans notre inconscient.

 

Non le vrai atout majeur de cette série est sa légèreté et sa relative faculté à vous isoler dans un autre monde. En regardant Salut Les Musclés, on pose le cerveau et on ne pense à rien d'autre. C'est comme regarder un bon vieux Judge Dredd ou un bon vieux Chuck Norris, c'est kitchissime mais on regarde bien souvent parce qu'on se dit "putain mais c'est trop nul" !! Pourtant votre cerveau est bien sagement assis à côté de vous, et vous laisse le temps d'un instant la joie de ne pas penser au quotidien, à des choses déplaisantes, à des problèmes ...

 

Oui je regarde certaines rediffusions sur AB1, j'en enregistre même. La fibre nostalgique joue sûrement à plein dans cela car nous sommes tous d'éternels grands enfants au fond. Comme quand notre père ou notre mère vous montre avec des yeux brillants la peluche avec laquelle ils dormaient étant petits. Ici c'est pareil et c'est encore plus marqué chez nous car lorsque nous étions enfants le Club Dorothée était un véritable phénomène générationnelle.

 

 

 

 

 

 

Morceaux choisis

 

Le générique culte de la sitcom





La Fête au Village






Merguez Partie






Episode 72 - Machine Arrière






 

 

 

A savoir

Le générique est la musique de la chanson Salut Les Musclés du premier album des Musclés, qui a été chantée au Zénith de Paris en 1988 lors des concerts de Dorothée.

Salut Les Musclés a donné lieu à plusieurs séries dérivées : Les Musclés reprendront leurs rôles de célibataires endurcis dans La Croisière foll'amour, dont l'action se déroule sur un bateau de croisière, tandis que le personnage de Justine sera l'héroïne de Premiers Baisers (où réapparaît également le personnage de Jérôme, son petit ami). A son tour, Premiers Baisers donnera naissance à plusieurs séries dérivées, dont la plus célèbre est Hélène et les Garçons. Les Musclés apparaîtront tout naturellement dans Famille fou rire, un téléfilm diffusé sur TF1 le 1er janvier 1993, réunissant les personnages de plusieurs séries d'AB Productions et les animateurs du Club Dorothée.

Salut Les Musclés se déroulait quasi exclusivement dans le même décor : le salon et la cuisine de l'appartement des Musclés, mais aussi dans la cafétéria de mademoiselle Catherine. Quatre épisodes ont été tournés en extérieur (juste à côté des plateaux AB), ce sont les épisodes 21 (Changement de décor), 33 (L'Auto-stoppeuse), 46 et 47 (Le Fils du cheik 1 et 2).

Richard Lornac, musicien ayant travaillé avec les Musclés, apparaît dans quelques épisodes de la série, dans le rôle de Bob Lornac. Mathilde Seigner et Véronika Loubry ont fait une apparition dans la série, la première dans l'épisode 162 intitulé Julien, la seconde dans l'épisode 197 intitulé Les Rollers maids. Ingrid Chauvin a fait deux apparitions dans la série : dans l'épisode 250 intitulé Quand les filles s'en mêlent et dans l'épisode 257 intitulé Gilda. Dorothée, Isabelle Bouysse, Ophélie Winter, Alexandra Vandernoot, Laurence Badie et Danièle Evenou ont également joué des rôles éclairs dans la série.

 

 

 

Nombre de visiteurs pour cet article

compteur gratuit

Ajouter à mes favoris Commenter (17)

Signaler
Souvenirs retro

Souvenez-vous, petits et grands, il fut une époque où Nintendo s'imposait dans la galaxie vidéoludique. Cette époque, beaucoup d'entre nous s'en rappellent et participe, 20 ans après, à ce vaste mouvement rétro-nostalgique qui envahit la Toile. Ce même mouvement retrogaming qui démocratise l'image du geek et ne le stigmatise plus.

 

Retour 20 ans en arrière. A cette époque, le marketing en était à ses balbutiements dans le monde du jeu vidéo et la guerre entre MegaDrive et Super Nintendo faisait rage. Chacun défendait son camp et cherchait mille et un arguments pour démolir le fanboy d'en face.

 

J'ai trouvé cette photo sur Internet et je me suis rappellé à quel point j'étais fier de dire que j'avais la Super Nintendo à la maison. Je pouvais parler de A Link To The Past pendant des heures à mes copains ...

 

Ya pas à dire, quand nous étions des enfants, Nintendo c'était vraiment la classe quand même. N'en déplaise aux fans de Sega !

 

 

 

 

... ou pas !

 

 

 

Nombre de visiteurs pour cet article

compteur gratuit

Ajouter à mes favoris Commenter (2)

Édito

 

Tombé dans le chaudron du jeu vidéo étant petit, j'ai commencé à découvrir mes premières émotions de gamer avec une NES sur le jeu Nintendo World Cup. Puis, les Mario Bros, Zelda, Secret Of Evermore et les jeux Atari ont pris le relai sur la fantastique Super NES.

 

Aujourd'hui, toujours un brin retro nostalgique, je m'évade dans des univers plus riches. Mass Effect, Halo, Darksiders sont désormais mes références sur cette génération mais il ne faut pas oublier que l'essentiel est de jouer.

 

Sur ce blog, vous ne trouverez rien de sérieux. Ou quasiment pas. Car pour moi, jeu vidéo rime avec plaisir, sans prise de tête. Ici rien de sérieux. Que de la bonne humeur.

 

Bienvenue chez The Brainwasher !

 

 

 

 

 

Les principales rubriques en un clic

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

              

 

 

 

    

 

 

Archives

Favoris