Ici ou ailleurs...

Ici ou ailleurs...

Par FuckinGaulois Blog créé le 16/07/10 Mis à jour le 09/06/11 à 21h22

Un blog de plus ou un de moins, qu'il parle de ça ou qu'il parle d'autre chose, une envie de partager ou une envie de dénoncer, que ce soit intéressant ou carrément chiant, venez y jeter un œil.
De toute façon, ici ou ailleurs...

Ajouter aux favoris

Catégorie : "" Vos lecteurs DVD on faim ? C'est par ici la bou

Signaler

Bien le bonjour, espèce d'internaute.

En attendant de faire des articles un peu plus chiadés (j'entends par là autre chose que des critiques), je vais vous mettre un autre lot de trois films que j'ai kiffé et que j'ai vu (ou revu) récemment. Au programme, du drôle, du drôle et du...(roulement de tambour moche et inutile) de l'horreur. Ceci conclut mon intro. Au boulot.

 

TOP SECRET
1984 - Jim Abrahams, David Zucker, Jerry Zucker

Vous aimez les films de ceux que l'on appelle communément les ZAZ (Zucker Abrahams Zucker) ? Des films comme la série des "y'a t-il un flic" avec Leslie Nielsen  *? Bref, vous aimez l'humour débile, avec des gags tous plus cons les uns que les autres toutes les trois secondes ? Ben bougez pas, j'ai un truc pour vous. Voyons ça.

Nick rivers (Val Kilmer) est une star américaine du rock n' roll. C'est en tant qu'ambassadeur qu'il se rend dans une Allemagne nazie ou il découvrira un complot des méchants boches qui veulent conquérir le monde. Mais il rencontrera vite la résistance et fera le choix de combattre à leur côté, pour un monde plus juste ! (musique épique).
Purée, on dirait presque un film dramatique, raconté comme ça. En fait...

Bah en fait, c'est le tout premier film des ZAZ cités plus haut, et bien un des meilleurs, si ce n'est THE film débile, celui qui oserait même surpasser "Y'a-t-il un flic pour sauver la reine". Oui oui, rien que ça. C'est simple, on se marre d'un bout à l'autre, on est surpris de façon continue par la débilité inventive dont ont fait preuve les auteurs du film. Vous raconter les gags serait un peu couillon, même si drôlement tentant. Je n'en ferai donc rien et vous dirai simplement que vous ne pourrez rester de marbre, et aussi que vous ne pourrez vous empêcher de taper du pied pendant les quelques séquences musicales rock n' roll qui parsèment le film, et aussi que c'est un des tous premiers rôles de Val Kilmer et qu'on lui découvre un côté comique qu'on ne lui connaissait guère (même si les gags ne viennent pas des personnages, le plus souvent), et aussi que j'en ai marre de dire "et aussi", et aussi que je vous balance un extrait qui résume bien, et aussi qu'il faut le voir, et aussi qu'on va passer au film suivant.

 

 

* Pour l'anecdote, vous saviez que Leslie Nielse, avait failli jouer à la place de Charlton Heston dans Ben-Hur ? Ça fait bizarre, hein ? Avouez...remarquez que le gars, avant d'être connu pour ses films comiques, a joué dans un tas de films sérieux, comme Poséidon par exemple. Entre autres, bien sûr, mais j'ai pas les titres en tête.

 

LA FOLLE HISTOIRE DE L'ESPACE
1987 - Mel Brooks

Allez, on continue dans le débile profond avec cette parodie de Star Wars, version Mel Brooks aux commandes de l'équipage Bill Pulman/John Candy ainsi que Rick Moranis en méchant demeuré et fendard. Voyons.

Yop Solo est un mercenaire, naviguant dans l'espace avec son fidèle Moa (mi chien mi homme) du doux nom de Burke. Alors qu'ils doivent payer une somme d'un million de dollars cosmique au pas beau Pizza Rico, les deux bougres sont bien dans la mouise. Sauf que, ailleurs dans la galaxie, la princesse Vespa s'enfuit de son mariage avec le prince Valium, et son père, le roi de  la planète Druidia, leur offrira la somme désirée s'ils la retrouvent et la ramènent. Mais les Spaceballs, les m"chants de la galaxie, menés par le redoutable Lord Casque Noir, entendent bien mettre la main sur la princesse avant nos deux héros.

Vous l'aurez compris, je pense, ça fait pas dans le style David Lynch, et c'est très bien parce que David Lynch, c'est peut-être énorme, mais c'est pas drôle**. Et nous, on veut se marrer. Ça tombe bien, ce film est marrant. Vous connaissez Mel Brooks, l'auteur de "Sacré Robin des Bois", entre autres ? Bah c'est un mec qui a le sens de l'humour, croyez-moi. De gags débiles en gags débiles (et oui, encore), vous allez vous poiler et applaudir la prestation inoubliable de Rick Moranis, le méchant. Si vous connaissez l'acteur, la phrase précédente devrait déjà vous faire rire.
Bref, c'est du Brooks, et encore une fois je ne vais pas vous raconter les gags comme la parodie de Yoda, à savoir Maitre Yaourt, ou encore la Shtusse, parodie de la force, ou encore la bande des trous du cul ("première classe Philippe Trou du cul, seigneur !"), ou encore, ou encore...ouais bon, raconté comme ça c'est pas drôle, alors bon le mieux est encore de vous faire péter un extrait qui devrait vous donner envie, ou vous faire fuir. Au choix. Mais moi je dis : Dans l'histoire du cinéma comique style "débile profond", ce film est culte, tout simplement.

 

** Je parle de David Lynch, et ce n'est pas un hasard. Saviez-vous que Mel Brooks, connu pour ses films comiques est à l'origine du projet "Elephant Man", de David Lynch ? Et pourtant, dans le genre pas drôle, on fait pas pire...

 

DEAD SILENCE
2006 - James Wan

Si vous avez aimé le premier Saw, si vous avez trouvé que dans ce film, l'idée originale était mélangée à une bonne dose de talent et une histoire sacrément bien ficelé, le tout malgré quelques défauts de jeunesse, si vous avez pensé des suites que c'étaient des bouses sans nom et donc si vous vous êtes demandés "mais le mec qui a fait Saw il a fait autre chose ?", alors j'ai un truc pour vous. Voyons ça.

C'est l'histoire d'un mec, normal. Il est peinard avec sa femme lorsqu'un soir, il reçoit un colis anonyme contenant une marionnette de ventriloque. Étrange, se dit l'homme. Puis il part acheter a bouffer et sa femme meurt, sauvagement assassinée. Il revient alors dans sa ville natale, d'où venait visiblement le paquet et enquête sur une légende a propos d'une certaine Mary Shaw, marionnettiste et ventriloque, sorte de croquemitaine local depuis sa mystérieuse mort. Mais est-ce vraiment une légende ?

Ben non, c'te question ! Sinon, y'aurait pas de film, hein ? Et ouais. En tout cas James Wan nous livre ici un bon petit film bourré de bonnes idées (comme dans Saw) et malheureusement aussi de quelque petits défauts (comme dans Saw). Mais louons tout d'abord le travail sur l'atmosphère, cette ville presque morte, ce vieux théâtre abandonné (par moments, on se croirait un peut dans Silent Hill, ou d'autres ambiances du même genre), ces poupées glauques et flippantes à souhaits, cette histoire pas si mal raconté,avec un très bon final, et ce malgré un petit passage à vide vers le milieu du film, et cette super musique. De même, les scènes d"horreur sont suffisamment bien faites pour nous scotcher les yeux à l'écran, même si on n'aura pas vraiment peur, du moins si l'on est habitué (et puis j'suis un mec, j'ai peur de rien).
Bref, on regrettera tout de même une baisse de rythme dans la deuxième partie, quelques scènes/persos un peu trop clichés (que côtoient heureusement d'autres scènes/persos vachement mieux), un final un peu trop rapide bien que très surprenant et, surtout, on regrettera ma critique complètement décousue et bancale. Mais bon, l'idée est là. Allez, voici la bande-annonce. C'est vu, aimé et conseillé par FuckinGaulois. Et ça c'est pas rien.

 

Sur ces bonnes choses, je te dis à bientôt, mon ami. Bisous.

Gaulois (qui pense qu'il aurait du bien relire et prendre plus le temps pour ces critiques mais que au final hein bon, merde...)

Ajouter à mes favoris Commenter (13)

Signaler

Bien le bonjour à tous et bienvenue sur mon blog. Aujourd'hui, j'inaugure une nouvelle rubrique dans laquelle je vous parlerai de ciné : La preuve par trois. Comme je l'ai déjà dit dans un article plus bas, je tenterai de vous faire connaître des films peu connus du grand public, ou, du moins, peu connu du grand public actuel. Car oui, les perles cinématographiques (comme les bons nanards) envahissent nos écrans depuis déjà une centaine d'années, et peu d'entre vous (avouez-le) ont le courage, ou l'idée d'aller se mater un film qui a ses trente ans bien tassés. Surtout les pus jeunes. (qui n' a jamais entendu : "ah c'est nul ce film, c'est vieux !", ach !).

Bref, dans cette rubrique vous trouverez à chaque fois trois films, que j'ai particulièrement appréciés pour une raison ou pour une autre (entendez par là : chef d'oeuvre ou nanard), et j'espère bien vous donner envie de les voir. Ou de les revoir. Voici donc ma sélection d'aujourd'hui. Action !


CANDYMAN
1992 - Bernard Rose


Je vous arrête tout de suite, je sais que vous vous dites "bah c'est super connu comme film !". Oui, plutôt, mais je l'ai revu, environ 15 ans après l'avoir découvert et, décidément, je l'adore, ce film. D'abord, un petit récap'.

Les légendes urbaines, on y croit ou y croit pas. Helen (Virginia Madsen) n'y croit pas. Elle ne croit pas que, comme tous le monde le raconte, un "croquemitaine" du nom de Candyman apparaitrait si elle décidait de dire son nom 5 fois en se regardant dans une glace. Oui mais voilà, à force de se réveiller couverte de sang, elle va peut-être revoir son jugement la p'tite.

Bien que vieux (presque 20 ans quand même), Candyman est un de ces films qui ne vieillira jamais vraiment car il possède une force qui peut vaincre les âges sans grande peine : une ambiance ultra travaillée, oppressante, glauque à souhait. Et ceci grâce, en grande partie, à la musique de Philip Glass, prenante, planante, noire, triste. Comme le film, comme l'histoire de ce pauvre homme dont la main a été coupée, dont le corps nu a été jetée aux abeilles, et qui revient se venger de tous sous le nom de Candyman (Tony Todd). En gros, une véritable plongée dans les légendes urbaines les plus glauques, prenant leur essence des quartiers défavorisés les plus pauvres, les plus violents, et n'hésitant pas à faire douter le spectateur de sa propre santé mentale. A voir, et à revoir.

En bonus, j'avais envie de vous mettre la bande-annonce. Mais les bande-annonces en disent toujours trop, ou vous induisent en erreur. J'ai donc décidé de vous faire péter le thème principal. Si vous voulez pas voir le film après ça, je peux plus rien pour vous. Écoutez, et rêvez.

 

 

LES BOUCHERS VERTS
2005 - Anders Thomas Jensen


Ah, les films américains, tout le monde connaît. Les films français, aussi (du moins les français). Les films chinois, japonais, pareil on commence à s'y faire. Mais vous sauriez me citer un seul film danois, vous ? Ben, maintenant, vous pourrez; Et croyez-moi, dans les soirées mondaines, ça fait son petit effet. Récap'.

Svend et Bjarne (rien que les noms, on se croirait dans le grand nord, sur un traineau) sont les deux commis d'un boucher qui les prend un peu pour des cons. Ils en ont marre, donc. Surtout Svend. Alors ils décident de monter leur propre affaire. Surtout Svend. Oui mais voilà, ça ne marche pas du tonnerre, les clients désertent la boutique et Svend et Bjarne sont pas jouasses. Surtout Svend. Donc, après un concours de circonstance dont je vous épargne les détails, les deux gus vont se mettre à vendre  de la viande...humaine. Et vous savez quoi ? Ça marche du feu de dieu !

Vous l'aurez compris, Les Bouchers Verts est une comédie grinçante à l'humour fort noir. Si on ne peut s'empêcher de penser à Delicatessen, notez que le film est radicalement différent. Si on se marre de bon coeur à certains moments, d'autres nous tireraient presque la larme de l'oeil, la faute à deux acteurs absolument géniaux, interprétant des persos des plus attachants. En tête : Mads Mikkelsen (Le Chiffre dans Casino Royale) et son acolyte Nikolaj Lie Kaas, jouant tous deux les doux psychopathes avec une justesse comme on aimerait en voir plus souvent dans nos films. Mention spécial à Nikolas qui se permet de jouer en sus son frère jumeaux attardé. Drôle et émouvant. Ajoutez à cela des scènes cocasses qui découlent forcément d'une boucherie de ce type, et des personnages secondaires tout aussi bons, et vous obtenez un film aux petits oignons, drôle, émouvant, morbide. Bref, un film que je n'aurai pas peur de qualifier de petit chef d'oeuvre.

Et voici en bonus la bande-annonce, qui mise plus sur le côté comique mais ne vous y trompez pas, on ne fait pas que rire dans ce film, on s'émeut ! Oui oui !

 

 

L'ATTAQUE DES CRABES GEANTS
1957 - Roger Corman


Ah, nous attaquons maintenant le Nanard du moment (remarquez la majuscule). Et pour commencer cette rubrique, quoi de mieux que de parler d'un film de Roger Corman, dont la spécialité était le cinéma indépendant fait avec une proportion d'amour inversement équivalente au manque de budget ? Le maestro de l'écurie Corman, dans laquelle les plus grands réalisateurs ont fait leurs armes (James Cameron, Francis Ford Coppola, Martin Scorcese) nous gratifie aujourd'hui (ou plutôt il y a 50 ans) d'une superbe oeuvre d'aventure dans la droite lignée de King Kong. Du pauvre. Récap'.

Le film commence alors qu'un groupe composé principalement de scientifiques arrive sur une île ou plusieurs de leurs amis (scientifiques aussi) ont disparus mystérieusement. Ces bougres vont vite découvrir que non seulement des crabes ont muté au point d'atteindre la taille d'un éléphant et de pouvoir changer à leur guise la topographie de l'île, mais en plus, ils sont doués de télépathie et imitent les voix de leur potes morts pour les attirer à eux ! Mais lol !

Je vous le dis tout de suite : si vous êtes amateurs de nanards, ce film vous aimerez. D'autant qu'il ne dure qu'une heure, alors hein. Je vais pas vous en faire une critique bien détaillée, dans la mesure ou vous savez probablement déjà tout du film rien qu'à voir le titre. On a pas peur, ça non. On rit, ça oui. surtout quand on voit les crabes arriver vers les victimes, en bougeant de façon assez étrange, sans même remuer les pattes. Un peu comme si on faisait bouger une peluche avec deux bouts de ficelles pour la faire avancer en fait, ce qu'il ont sans doute fait. Le film vaut donc surtout pour ses effets spéciaux et ses situations incongrues ("fichtre, un crabe géant doué de télépathie. Que faire ? allons le trouver dans la grotte, et lui prélever un échantillon de chair". Et ils lui prennent carrément une patte entière, qui fait presque deux mètres de long, mais lol !).
Bref, vous voyez un peu le chantier. Néanmoins, je le conseille, car, si vous n'avez pas peur du noir & blanc, vous risquez fort de passer un bon moment devant un de ces films dont le charme rétro/kitch fait mouche à chaque fois. Ne serait-ce que pour découvrir ce qu'étaient les séries B, avant, bien avant...

J'y croyais pas, mais c'était sans doute sous estimer la puissance de youtube : j'ai trouvé la bande-annonce. Voici pour vous, et avec le sourire, s'il vous plait !

 

En espérant que ça vous ait plu, je vous dis à très bientôt pour de nouvelles découvertes ! Bons films.

Gaulois

 

 

 

Ajouter à mes favoris Commenter (5)

Édito

Faut faire un édito en plus ? Bordel, mais ça n'en finit pas...

Ouais, bah pour ça je me lancerai plus tard, parce que là, je vais juste vous dire que ce blog parlera de tout ce dont ma bulle est constituée, a savoir les histoires sous toutes leurs formes : jeux bien sûr, mais aussi les films, la musique, les livres, et, plus précieux que tout autre chose, mon imagination, que je garde fraiche comme celle d'un enfant.

Pour le reste, les articles parleront d'eux-même. Et peut-être que ça ne durera pas plus d'une semaine, mais j'aurai au moins essayé. Wait & see...

Merci.

Gaulois

Archives

Favoris