I-FRIQIYA un studio franco-japonais à Tokyo

I-FRIQIYA un studio franco-japonais à Tokyo

Par I-FRIQIYA Blog créé le 16/09/10 Mis à jour le 09/03/13 à 19h50

Ajouter aux favoris
     
Signaler
Le jeu vidéo dématérialisé

 

On  a vu arriver il y a quelques semaine sur PSN et XBLA 2 produits qui sortent un peu de l'ordinaire. Je dis « produits » parce qu'à mi-chemin entre des démos et des jeux complets, j'ai du mal à les qualifier. Je veux parler de MotorStorm 3D Rift (13€), une version allégée et 3D de l'excellent MotorStorm Pacific et de Dead Rising Case Zero (400 MP) une sorte de préquelle/démo de Dead Rising 2.

La distribution dématérialisée présente un gros avantage par rapport à la distribution physique, c'est de pouvoir proposer dans un seul et même rayon plein de produits très hétérogènes. En supposant que vous soyiez convaincu du bien-fondé d'une telle opération, essayez de convaincre la Fnac de mettre en rayon votre jeu PS3 à 3 euros qui se finit en 3 heures. La distribution dématérialisée n'a pas d'espaces physiques à rentabiliser avec des produits tous alignés au même prix qui doivent rapporter tant au mettre carré. C'est pourquoi on trouve aujourd'hui un peu de tout en matière de jeux sur le PSN et le XBLA :

- Des jeux originaux, originaux dans le sens où ils n'existent pas dans une forme matérialisée. C'est le cas de Flower sur PSN.

- Des démos de jeux.

- Des jeux qui se vendent par épisodes.

- Des jeux originaux basés sur un business model freemium. Freemimum c'est lorsque le produit ou service de base est gratuit et que les options sont payantes. C'est le cas de Joyride sur Xbla.

- Des jeux originaux complètement gratuits et qui sont financés par la pub. Comme dirait Patrick Le Lay, on vous offre un jeu, et en échange vous offrez du temps de cerveau disponible. C'est le cas de Dorito's Dash of Destruction sur Xbla.

- Des jeux matérialisés reconditionnés en dématérialisés. Pour relancer les ventes d'Assassin's Creed et Burnout Paradise sont ainsi dispo en téléchargement.

- Des jeux originaux pas chers du tout et qui tentent de déclencher des achats d'impulsion. C'est le canal Indies du Xbox Live.

MotorStorm Pacific et Dead Rising Case Zero n'entrent dans aucune de ces catégories. En fait ils présentent des caractéristiques de certaines d'entre elles :

- Disponible uniquement en téléchargement ce sont des jeux originaux

- Ils renvoient à un autre jeu plus cher et qui propose plus de contenus et jouent ainsi le rôle de démos.

- Ils sont également des formes reconditionnées du jeu de référence auquel ils doivent leur existence.

- Dans l'esprit du joueur ils font écho au jeu de référence mais étant beaucoup moins chers ils peuvent susciter un achat impulsif.

 

Ces formes de jeux que l'on peut qualifier d'hybrides suscitent beaucoup de polémiques. Il y a quelques mois Electronic Arts avait clairement annoncé son intention de lancer des démos payantes, ce qui avait entrainé pas mal de réactions de la part des joueurs. Personnellement j'accueille plutôt positivement ces produits hybrides pour plusieurs raisons.

Je possède Motorstom Pacific que j'avais acheté à 30 euros. Si la version light aujourd'hui dispo sur PSN était disponible à l'époque j'aurais eu à choisir entre les 3 options suivantes :

- Acheter le jeu à 30 euros tout en sachant que ce serait un achat peu rentable car je finis rarement les jeux que j'achète surtout lorqu'il s'agit de jeux pour lesquels j'éprouve un intérêt moyen comme Motorstorm

- Ne rien acheter. Dommage je serais passé à côté d'un bon jeu.

- Acheter la version light. C'est sans doute ce que j'aurais fait. Et en y jouant j'aurais peut-être été tenté d'acheter la version complète par la suite

Là où je veux en venir c'est que je suis favorable à l'émergence de ces jeux hybrides car ils permettent d'une part de contenter un joueur qui, a priori, éprouve un intérêt moyen pour le produit et d'autre part d'avoir un point de référence supplémentaire dans le processus d'achat qui vient compléter les démos qui sont trop courtes.

En allant plus loin dans la réflexion on peut imaginer un système dans lequel on nous proposerait une démo gratuite, une version light payante plus consistante et le jeu complet, et idéalement pour le consommateur il faudrait que l'on n'ait pas à payer plusieurs fois pour un même contenu et donc que celui qui aura acheté la version light ne paie pas sa version complète plein pot.

Maintenant est ce que le système est forcément tout bénef pour l'éditeur et qu'il a donc intérêt à proposer systématiquement une version light pour tous ses jeux ? Non. Je vois mal par exemple Rockstar qui arrive à faire monter le buzz sur ses produits comme personne sur consoles, aller ensuite proposer une version light de GTA 5 alors qu'ils peuvent vendre des versions complètes. Enfin, je m'avance sans doute trop car en matière de contenu tout est envisageable à partir du moment où l'éditeur et le constructeur sont d'accord. Tout est une question de comportements de consommation des différentes populations ciblées par les différents produits (light et complet) d'une même gamme.

 

Le point positif dans tout ça, c'est que c'est le joueur qui décide à la fin. Si vous trouvez scandaleux que Dead Rising 2 ne propose pas démo gratuite, dites vous bien que c'est aussi un risque qu'ils prennent de passer à côté de tout un tas d'acheteurs potentiels. Moi aussi je trouve dommage qu'a priori il n'y ait pas de démo gratuite pour ce jeu, j'aurais peut-être eu une bonne surprise en essayant la démo.

Maintenant j'aimerais bien savoir ce que vous pensez de ces produits light. Est-ce que vous trouvez que c'est de l'arnaque ? Est-ce vous pensez que ce système ce prête plus à certains genres ?

 

Skander Djerbi

Skander Djerbi est un producteur de jeux vidéo. Après quelques années en France et eu Japon au sein de gros éditeurs à travailler sur des AAA,  il co-fonde I-FRIQIYA une nouvelle société basée à Tokyo et Dubaï et spécialisée sur le développement et l'édition de jeux vidéo destinés aux canaux de distribution dématérialisés. 

 

 

Ajouter à mes favoris Commenter (3)

Commentaires

upselo
Signaler
upselo
Je suis d'accord avec Enimal et BlackLabel : je ne veux pas que les éditeurs utilisent ces démos payantes pour orienter le gros produit.
Mais à l'inverse, je suis favorable aux démos payantes si elles peuvent justement permettre de financer plus d'idées saugrenues.
Et comme tu le dis, avoir le choix c'est bien. Ça fait longtemps que les joueurs demandent plus de modularité dans l'offre (payer tous les jeux 60 ou 70 euros quels qu'ils soient c'est pas logique), donc ça rentre tout à fait dans ce cadre.
Faut juste pas que ça vienne remplacer les démos gratuites.
BlackLabel
Signaler
BlackLabel
Assez d'accord avec Enimal. D'ailleurs, en allant un peu plus loin, on peut même imaginer EA récoltant l'avis des joueurs sur la version light de Mirror's Edge, et sortir au final un jeu fan-service. L'horreur, quoi. Déjà que l'industrie cherche trop à plaire aux joueurs, ce qui pour moi brise tout potentiel créatif, alors si les versions light servent d'évaluation, j'imagine le désastre.

J'ai du mal avec les jeux PSN/XboxLive. On se dit que ce sont des petits jeux, donc que la dématérialisation est une bonne idée. Sauf que sur consoles portables, ce sont de petits jeux aussi, et qu'ils sont vendus en version boîte. Alors oui ils coûtent plus chers, mais il y a le marché de l'occasion, la baisse de prix, puis la possible revente si le titre ne nous plaît pas.

J'ai quelques jeux issus du PSN, et après les avoir terminés je n'y suis jamais revenu. Maintenant je n'en achète plus. La dématérialisation, d'après moi, c'est surtout une aubaine pour l'industrie, et ça ne leur fera pas vendre les jeux moins chers.
Enimal
Signaler
Enimal
Il existe une demo de dead rising 2, c'est la version d'essai de dead rising case zero.

Sinon en ce qui concerne les versions light, le problème c'est leur utilisation :
Voila, j'ai adoré Mirror's Edge, mais il a fait un vrai four, si une version light du jeu était sortie 6 mois ou un an avant la sortie du jeu complet (c'est ce que veut faire electronic arts), et si cette version light n'avait pas beaucoup vendu, EA aurait dit : Stop on arrête tout, ça se vendra pas, on abandonne le jeu. Et moi je me serai retrouvé avec une version light d'un jeu qui ne sortira jamais.
Le problème, c'est que les éditeurs font tout pour diminuer les risques, quitte a perdre tout originalité.
Il suffit de penser a tout les jeux originaux qui n'ont pas rencontrer leur public, et qui n'auraient pas pu exister, si une version light était sortie avant.

Édito

Basé à Tokyo et Dubai, I-FRIQIYA est un nouvel éditeur et développeur de jeux dédiés aux canaux dématérialisés. L’équipe de development franco-japonaise dont les membres ont travaillé sur des franchises telles que Splinter Cell, Need for Speed ou encore WWE travaille actuellement sur Fuel Overdose.

Archives

Favoris