Home City

Home City

Par Elarbol Blog créé le 11/04/10 Mis à jour le 12/07/14 à 19h53

Bienvenue à Home City. Dans sa quête pour retrouver son amour disparu, V rencontre des personnages douteux, affronte des membres de l'organisation criminelle Cobra, redécouvre sa propre identité, croise le chemin de la mystérieuse Sorrow…

Ajouter aux favoris
Signaler
Home City

La nuit a été longue. Impossible de fermer l'oeil. Ton absence et l'inquiétude m'ont torturé. J'ai remué dans mon lit dans un mélange de colère et de tristesse... Tu me manques encore et toujours, mais cette fois, j'ignore où tu es, je crains pour ta sécurité.

H, mon amour, je vais retourner tout Home City pour te sauver. Qu'importe le prix, qu'importe le temps, qu'importe les morts étalés sur ma route... dans mes bras à nouveau tu seras !

Oh putain la gueule !... l'une de tes expressions favorites... Sans sommeil, le miroir ne pardonne pas. Une bonne douche devrait me requinquer. J'hésite à me raser... les obligations du quotidien me donnent l'impression de perdre un temps précieux.


J'ai malgré tout besoin de forces pour tenir cette longue journée. Mon petit déjeuner est comme une prière. Il purifie mon corps et m'apporte un semblant d'humanité. Il sert aussi de rituel pour ouvrir ma pensée, la rende clairvoyante.


Je fixe la photo. Ah...quel gâchis serait d'abattre mon courroux sur cette beauté-là !


J'observe trois détails la concernant : ses cheveux rouges, ses pieds nus, sa tenue.  Il n'est pas rare de croiser des personnes aux cheveux rouges, bleus, verts, ou autres, dans les grandes villes. Home City ne fait pas exception, à ce que j'ai pu observer hier. Ce détail ne servira qu'à la reconnaître au milieu d'une foule. L'indice le plus important est : ses pieds nus ! Sa voûte plantaire est sale, ferme, musclée. Elle marche pieds nus à toutes occasions. Et ça, ce n'est pas quelque chose de commun. A moins que ce soit la mode à Home City... Quant à sa tenue vestimentaire, elle tend à prouver qu'elle s'apprêtait à sortir quelque part, sans doute avec H. Où ?

Bon... photo de l'inconnue en poche, je suis prêt !


L'espace vert au centre du Square m'attire. Il ne m'a pas échappé hier, mais j'ai eu d'autres priorités que d'y trainer comme un retraité.

Un petit ruisseau, juché d'un pont, le sépare en deux. Des poissons ondulent bienheureux, des oiseaux chantent amoureux. Des tables en pierre accueillent des jeux d'échecs ou  de dames. Un tableau charmant, qui ne mérite pas de se peindre en sang.

Pas un chat en cette belle matinée. J'y reviendrais plus tard.


De l'extérieur, le bowling me parait déjà bien agité. Je vais pouvoir commencer mes recherches.


C'est curieusement bondé. Les noctambules ont snobé Morphée, j'imagine. J'apostrophe au hasard, montre la photo de l'inconnue, mes interlocuteurs secouent la tête négativement. Rien ne prouve qu'elle fréquente cet endroit, d'autant plus,  à cette tranche horaire précise.  Une chance infime donc de trouver un individu qui même sans la connaître l'aurait remarqué. Elle peut être connue n'importe où, voire nulle part. C'est comme chercher un fantôme...Pourtant, j'ai ce pouvoir de sentir si la personne que je recherche est passé récemment à tel endroit. Pouvoir, don, capacité...Je n'ai jamais su comment le nommer. Cette faculté de sentir, fait de moi ce que je suis.


Depuis que je me suis rapproché des pistes, je ressens quelque chose... A l'extrémité gauche, un effluve d'aura de l'inconnue subsiste. Il me faut confondre ça avec plus de précisions. Les joueurs en place me dérangent.  Pas le temps d'attendre qu'ils finissent leur partie.


Je fais place net, impoliment. Sans violence physique. Je suis très persuasif par de simples mots sur les esprits les plus faibles. Ils l'étaient.


Je me  concentre sur les énergies qui entourent les banquettes. De son corps sur la photo émane la même aura que je perçois ici. Malgré la multitude des flux des autres personnes, pas de doute, l'inconnue était là. Ça date d'un moment, plus d'une semaine au minimum d'après l'intensité restante. Je ne peux ressentir une aura sur une période trop longue.

Je sais au moins qu'elle fréquente ce lieu. J'espère ne pas avoir à y rester enchainer des strike en attendant chaque jour son retour.

Je me dirige vers les tables de billards. J'interroge les joueurs.


Elle ne doit pas aimer le billard.

Un demi-succès en poche, je sors prendre l'air. Cette fois, du monde occupe l'espace nature du Square. Les gens s'affairent à flâner ou jouer. Je fais un tour de table, sans me préoccuper de les déranger.

Elle ne doit pas aimer les espaces verts.


Alors que je m'apprête à porter mon ombre ailleurs, je ressens quelque chose émanant d'un grand chauve rondouillard. Mon don a aussi cette faculté de me faire ressentir les individus qui ont côtoyé, un tant soit peu, la personne recherchée. L'empreinte de l'aura de l'inconnue ressort à travers ce type. Je dois découvrir le lien.


- Vous êtes ? je demande.

- Le jardinier, dit-il d'une voix grave.

- Ok peu importe. Vous connaissez cette fille ?

Je lui montre la photo.

- ...Non !

- Je crois que je me suis mal exprimé. Je sais que vous connaissez cette fille, je veux que vous me parliez d'elle !

 Il rit à gorge déployée. Les regards se tournent vers nous. Je l'empoigne, énervé !


- Ecoute-moi bien tête d'oeuf !  Ne m'oblige pas à répéter deux fois, ou ton sang va recouvrir le vert feuillage.

Il tente de se dégager, mais je le maitrise d'une force qui le surprend. Les badauds commencent à affluer vers nous, j'entends des « lâchez-le ! » ou «Eh, je crois qu'y'a une bagarre là-bas ! »

- Ok, ok, je vais parler !

Je le relâche.

- Je me rappelle d'elle. On a juste joué au bowling ensemble, y'a quelque temps... je n'ai pas couché avec ta femme !

- Ce n'est pas ma femme. T'as une date ?

- Pffft, je sais plus exactement, peut-être plus d'une semaine....Oui, c'est ça !

- Vous étiez que tous les deux ?

- Oui... Ah non ! Je me rappelle, y'avait un autre gars, un étranger, il a joué avec nous, mais on lui parlait pas, faute de compréhension.

- Ok, elle ne t'aurait pas donné d'information sur elle, un détail qui permettrait de la retrouver ?

- Non...on a parlé de la pluie et du beau temps, rien de personnel...

- Ne m'oblige pas à te faire chier l'info !

- Non, j'te jure, vraiment y'a rien qui...Ah si ! Elle va souvent danser à Singstar.

- C'est quoi ?

- Une discothèque.

 

Pour me faire un peu oublié dans le coin, je me réfugie au cinéma.


Petite salle de cinéma couleur vermeille, au confort évident. 

Je descends vers les premiers rangs, m'arrête, me retourne... Merde, c'est qui ce... clone ?!

Les lumières s'éteignent sans me laisser le temps de réagir. L'obscurité ne dure que trois secondes, mais il a déjà filé.

Je retourne dans le hall, trop tard. Une dame noire à la coupe afro me fixe.  Je l'ignore,  retourne à l'appartement.

La nuit risque d'être longue. Je vais me reposer avant le rendez-vous de ce soir.

A la discothèque Singstar depuis un moment, j'observe la piste de danse du balcon. De temps en temps, je quitte ma position, fais le tour de la salle, dévisage les danseuses, porte également mon intention sur leurs pieds. Sur ma gauche, le couple enlacé me fait remonter des souvenirs heureux avec toi...

Au fond, la fille habillée de jaune qui me tourne le dos danse pieds nus, il me semble, je suis trop loin pour être sûr. Il faut que je m'en approche.


Tiens, elle s'est retournée. Elle ne danse plus. J'ai l'impression qu'elle me regarde.


Merde, elle se casse !!!


Elle a pris beaucoup d'avances, mais j'arrive à la courser  sans la perdre de vue, jusqu'au moment où elle s'engouffre dans les profondeurs du métro. Un labyrinthe de couloirs, une multitude de direction possible s'offrent à moi.  L'influence ne m'aide pas à isoler la seule trace de son aura. D'autant plus, qu'elle est passée en coup de vent. Malgré tout, l'infime ressenti me suffit à choisir une direction. Je descends des marches, arrivent sur le quai, un métro est prêt à partir. Je m'engouffre dans la rame.

Je vais bientôt savoir si la chance est avec moi. A chaque arrêt, je vérifie si elle descend. Au cinquième, elle s'échappe de la rame de tête en courant sans se retourner. Soit, elle sait que je la poursuis encore, soit elle joue la sécurité jusqu'au bout.

Je perds sa trace dans ce parc de loisirs futuriste, SODIUM.


Je fais le tour, les sens aux aguets, mais rien de probant. J'arrive devant un bar. Cette chasse m'a donné soif. Je m'y installe.


Pourquoi avait-elle si peur ? Elle ne me connait pas encore.

« Garçon, un dernier pour la route ! »

Merde, je me sens mal... Je n'arrive pas à marcher droit...mon esprit se trouble...je tiens l'alcool pourtant...


Putain, j'hallucine...des scorpions !


Le gros rouge m'a piqué et se barre victorieux.


Ma vision est troublée, je chancelle...Je ne marche plus, me traine... Là, un rocher où m'appuyer.


... Je crache du sang...


Je meurs...


 

A suivre...


Remerciements à :

Les noms sont partiellement modifiés, mais ils se reconnaitront.

 

SORROW, encore une fois, merci de ta disponibilité et de ta patience.

Figurants de passage immortalisés sur les photos, et plus particulièrement au gros chauve rondouillard.

 

Note :

Le titre du jour 2 est la traduction de la chanson How To Save a Life, par The Fray. Chanson que j'écoute pas mal en ce moment... Un court extrait du clip est d'ailleurs visible dans l'espace Singstar.

 

Ajouter à mes favoris Commenter (4)

Commentaires

tetsuostar
Signaler
tetsuostar
c'est une super idée quand meme ca.. ca me donne envie de faire pareil.. mais je peux pas pomper ton idée...
grr lol
tetsuostar
Signaler
tetsuostar
ha ouais pas mal.. bien fait.
il va flasher le rondouillard si il voit ca :)
"hey mais mais.. mais c'est moi ca.. mais qu'est ce que je fais la???"
SORROW-83
Signaler
SORROW-83
au fait! Ma voute plantaire sale, ferme et musclee a deux mots a dire a tes petites fesses!!!! LOL...
SORROW-83
Signaler
SORROW-83
Chouette! t'es en avance! j'attendais la suite pour jeudi...
l'histoire prends une chouette tournure shinningesque! du mystere,des touches d'humour,des courses poursuites.whaow! ( et une actrice tres douee! ) je reste scotchee...
bisous l' ecrivain !

Édito

Octobre 2012: Désolé de me manifester aussi tardivement, mais vous l'avez compris, le projet Home City est arrêté. Il n'y aura pas de suite à Home City et Home City 2. Je tiens à remercier tout ceux qui m'ont soutenu dans cette aventure qui m'a fait vivre une expérience incroyable , et que vous garderez, je le souhaite, comme un bon souvenir.

La vie a ses priorités. Je n'ai pourtant pas renoncé à vouloir raconté une histoire qui me tient à coeur, dont Home City en fut un vaste terrain d'expérimentation, dans cet univers virtuel restreint et peu commode qu'est le Playstation Home (sur PS3).

Alors, peut-être un jour, vous tomberez sur une histoire qui ne sera pas sans vous rappeler un peu Home City, mais en plus ambitieux et abouti. J'en serais sans doute le responsable...

VengeanceFR/elarbol

La création d'Home City est d'abord née d'une idée, puis de rencontres et de circonstances.

VengeanceFR (ID psn)

Pour m'envoyer un petit email, ici.

L'équipe Home City:

VengeanceFR: Créateur, scénariste, photographe, acteur.

Sorrow83: Assistante, photographe, retouche photos, actrice.

K-rolyne72: Actrice "caméléone", traductrice US.

Skywat: Figurant/acteur.

Et tous ceux qui aident occasionnellement...

Archives

Favoris