Home City

Home City

Par Elarbol Blog créé le 11/04/10 Mis à jour le 12/07/14 à 19h53

Bienvenue à Home City. Dans sa quête pour retrouver son amour disparu, V rencontre des personnages douteux, affronte des membres de l'organisation criminelle Cobra, redécouvre sa propre identité, croise le chemin de la mystérieuse Sorrow…

Ajouter aux favoris
Signaler
Spin-off

Ce spin-off (série dérivée) d'Home City est une transition avant le très attendu épisode 9...

Cliquez sur les images pour les voir en haute définition:

English version here















Suite et fin, prochainement...

Ajouter à mes favoris Commenter (0)

Signaler
Spin-off

Ce spin-off (série dérivée) d'Home City est une transition avant le très attendu épisode 9...

Cliquez sur les images pour les voir en haute définition:

English version here

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Pour cette première partie, remercions:


Ajouter à mes favoris Commenter (2)

Signaler
Making Of

Entre chaque épisode d'Home City, vous découvrirez une sorte de coulisse de tournages, avec : anecdotes, rushs inédits de scènes coupées ou de photos ratées,  des à côtés, des interviews...


Souvent, les choses arrivent quand on ne les attend pas. Ces dernières semaines, Home City s'est retrouvé sous les feux des projecteurs.

La reconnaissance

Je l'avoue, lorsque j'ai écrit à Yukishiro, rédacteur du célèbre site Gamekult, je ne m'attendais pas à une mise en avant d'Home City dans l'une de leur émission hebdomadaire.


 

La partie concernant Home City est à partir de 15 minutes 10.

D'autant plus, qu'il ne m'avait pas prévenu, alors imaginez la surprise.

Je le remercie très sincèrement d'avoir salué le travail fait sur Home City. Et cela, malgré qu'il soit totalement distant du Playstation Home.

Car, à travers Home City, c'est aussi le Home, souvent  décrié, voire ignoré, qui est apparut sous un jour plus valorisant.

Mon interview

De cette publicité sur Gamekult, a découlé une invitation pour un Podcast, dans l'émission hebdomadaire « Le jeudi, je vis des hauts et des bas », présenté par rabesandratan sur le site elive.pro.

Dans cette interview, vous entendrez mes raisons de la création d'Home City, un résumé de l'histoire, des anecdotes...Ainsi qu'une intervention furtive de mon assistante Sorrow.

Pour entendre directement l'interview:


Pour l'émission entière:


 

C'est donc avec grand plaisir que j'ai participé à cette interview. Je remercie sincèrement rabesandratan et les chroniqueurs présents.

 

Et alors, le jour 9 ?

C'est la question que j'entends souvent.

La nouvelle bannière, créée par Sorrow, en haut du blog donne le ton de la suite.

Pour l'heure, nous travaillons sur un spin-off, avant de reprendre et terminer le travail sur le jour 9. Ce spin-off devrait être publié fin juin, au mieux.

Merci pour votre intérêt et votre patience.

V.


Ajouter à mes favoris Commenter (0)

Signaler

Vous pouvez lire là vidéo en HD (720p).

 

Merci à Sorrow pour le montage.

Merci à Seb, Kro, et Jason, pour leurs participations.

Ajouter à mes favoris Commenter (0)

Signaler
Making Of

Entre chaque épisode d'Home City, vous découvrirez une sorte de coulisse de tournages, avec : anecdotes, rushs inédits de scènes coupées ou de photos ratées,  des à côtés, des interviews...

A propos du jour 8 :

Il a mis un peu plus de deux mois à être publié.

La raison principale : les retouches d'images liées à la nudité et la scène d'amour. Je tiens à remercier encore et toujours, SORROW pour ce long et fastidieux travail, ton temps et tes sacrifices, qui ont permis à ce jour 8 d'être si profond...

Les tournages n'ont pas été si simples non plus.

La scène des docks.

J'avais photographié Sorrow qui partait en courant suite à sa conversation avec Edgar Punish. Je me suis rendu compte à l'écriture, que c'était mieux sans. De plus, elles ne sont pas réussies, et sans aucune envie de les refaire, surtout que le tournage de cette scène datait.



Là, le cas typique d'un gars qui passe quand il ne faut pas. Problème récurent.


La scène de l'infirmière.

Un problème se posait. Je ne pouvais photographier la scène assis sur le lit. Pour les néophytes, ça veut dire que mon personnage ne peut pas se servir de son appareil photo. Cela est récurrent sur des sièges immobiles du décor. Les concepteurs du HOME mériteraient une torture par le maitre en la matière : Jigsaw. C'est donc Sorrow qui m'a fait les prises de vue avec l'infirmière Adonis. Contrairement à ce que vous voyez dans l'épisode, il existe des photos où nous sommes debout. Une alternative. Photos rejetées dans l'épisode.



Les photos ci-dessus sont d'origines, donc sans retouches.

Des prises de vues où Adonis est à genoux, comme ici :


Elle m'avait prévu du genre: « Un commentaire, et je me tire ! »

Non mais, comme si j'allais faire une réflexion déplacée...

Cette photo...


...se déroule juste après le tournage et le départ d'Ado. Une erreur s'est glissée dans le tournage, vous avez remarqué ?

Cette photo illustre ma prise de conscience et le débat avec So pour savoir si, je recommence toute la scène et rappelle Ado. Le problème tient en la couleur de peau de V. Habituellement blanc, il se trouvait dans la scène plus mate qu'à l'origine. Je l'avais assombri pour une raison quelconque, puis omis  de la lui remettre clair pour Home City. Vous l'ignorez, mais nous souhaitons apporter une certaine perfection, alors nous essayons de ne pas négliger les détails, quitte parfois à perdre beaucoup de temps pour pas grand-chose ou que personne ne verra. La preuve, je suppose que vous n'aviez pas remarqué...

Version longue de l'arrivée de So.

Cette scène est de l'initiative de So, ainsi que sa conception. Elle me l'a apportée sur un plateau. Toutefois, je ne pouvais me permettre de la montrer en entier dans l'épisode, puisque trop long et certaines étapes de son arrivée n'ont pas d'intérêt dans le récit. Un peu déçue de cette réalité, je suis heureux de pouvoir la montrer dans ce making of sans coupure et de rendre hommage à son travail.









Voici les vêtements que portait So lors de la première version.


Il s'avère que cette tenue du HOME US, n'existe pas sur le HOME EU. Cela posait un problème pour la suite des scènes. Donc, le plus simple fut qu'elle adopte une tenue valable pour les deux HOME.

La douche.

Nous avons fait de nombreux essais de positionnements, d'angles. J'vous raconte pas les litres d'eau gâchés...

Alors, pour la petite histoire, mon idée de romance d'origine, le baiser, devait se passer dans la chambre d'hôpital, pas sous la douche pour des raisons pratiques et techniques. Sauf que, sans connaître mon scénario, So me fit part d'une idée de romance sous la douche. Envie à laquelle j'adhérais, mais je restais sur mes limites de faisabilité et facilité à la réalisation. Puisqu'elle m'assurait être capable de mener à bien les retouches, la scène de douche devenait la plus importante de l'épisode. Sachez qu'à l'origine, le baiser devait conclure l'épisode. Et que l'épisode suivant devait commencer à la sortie de l'hôpital avec la rencontre d'Edgar Punish. Donc, la scène à l'hôtel Loot n'existait pas. J'y reviendrais.

Pour en finir avec la douche, nous avions dans l'idée de taper fort, d'en faire un moment romantique. Pour cela, nous voulions la faire en diaporama vidéo, musique d'ambiance comprise. So voulait se charger du montage vidéo. Sauf que, il aurait fallu des dizaines de photos retouchées, un travail titanesque. L'idée a été abandonnée, en même temps que je voulais rajouter quelque chose dans l'épisode.

Scoop : les filles vont aux toilettes !


Sans doute pour cela que se sont des chieuses...

Alors que je chante sous la douche en gesticulant, So se moque ...


...je me retourne, glisse sur le savon, coup de boule!


Arcade sourcilière ouverte, sang coule. Chirurgien appelé. Interruption de tournage.

Avertissement : Nous vous rappelons que frapper une femme, c'est honteux, lâche, indigne d'un homme digne de ce nom. Alors, si le besoin est trop fort, faites-le par accident. Avoir toujours sur soi un savon qu'on glisse sous le pied au moment opportun...

La revoici, suturées, maquillage à l'oeil prononcé. Vous remarquez comme elle est sage maintenant et prête à retravailler? Comme nous étions dans un hopital, ce fut rapide pour la remettre en état.


Vous remarquez l'araignée au niveau de sa cuisse ?

Pour ne pas qu'elle bondisse à sa découverte, se cogne au risque de pisser le sang à nouveau, pour  éviter d'être accusé de violences, je la décale délicatement.


Je précise, mais c'est évident, les photos ci-dessus sont sans retouches, d'où l'absence de nudités.

L'hôtel Loot.

C'est au moment du redécoupage de l'épisode, dû à la problématique de la scène de douche, que j'ai voulu rajouter une scène. Très vite, le fait de placer So et V à l'hôtel, a fait germer la nuit d'amour. Qui devenait donc encore plus fou que la douche. Pour la douche, nous en étions rendus à une situation raisonnable (abandon du diaporama vidéo) pour mettre toute l'énergie pour la scène d'amour.

Aussi magnifique et réussie que soit cette scène, le travail en prise de photos a été énorme, le travail de retouches gigantesque.

Pour la scène d'amour, au-delà de l'énorme travail de retouches, il fallait à SORROW une base qui servirait et l'aiderait, afin de minimiser le maximum de trucages déjà nécessairement important. Son ingéniosité a permis de créer l'impossible, de part les animations limitées des avatars. C'est ma génie^^.

AAaaaaaaaa...


...tchoummmmm !!!


A tes souhaits So. Oui, il y avait pas mal de courant d'air à l'hôtel Loot, qui est en fait un studio de tournage, avec des caméras qui filment mais n'enregistrent pas...Jigsaw, j'ai encore besoin de toi !

La salle de bain n'existe pas. Comme vous le voyez à l'entrebâillement de la porte, c'est juste l'arrière du décor.


J'aurais voulu avoir une salle de bain, pour y  faire quelques photos. Mais, cela demandait trop d'astuces et de trucages pour la créer.

L'envers du décor. J'suis en prise de vue pour la partie : « So cuisine ».


J'ai pas « So fait la vaisselle » ou « So fait le ménage »...Peut-être pour un prochain épisode.

Vue en plongé de l'appartement.


On voit les projecteurs de lumières. Trop génial à manipuler ça !

So la magnifique, So dans toute sa splendeur. Sa fameuse coupe en bol rouge rendue célèbre par son rôle dans Home City. Bien que, croiser une adepte de cette chevelure sur Home, est une gageure.


A noter, sa condition pour jouer le rôle dans mon histoire, stipulait qu'elle garde son visage d'origine. Donc, j'ai fait avec ! Mais, aucun regret.

V. Bon, il existe des visages d'avatars plus beaux sur Home, mais celui-ci, ressemblait plus ou moins, à mon réel visage. Donc, je m'en suis contenté.


Certains me (nous) reconnaissent sur Home, et viennent témoigner de leur sympathie pour Home City. Merci à vous.

- So...

- V...


- Coucou !


Bon, l'intruse qui a interrompu notre baiser en approche, c'est Alinea. Elle est venue faire les photos en gros plan. Chose impossible à faire nous-mêmes, de part notre position, et les limites en prise de vue de l'appareil photo qui équipe l'avatar. Merci à Adonis également, pour la prise de photos.

 - Stop V ! Tu dépasses la frontière...


- J'en prends le risque. Qu'importe ce qui m'attend, j'aurais l'impression de vivre ce qui doit être vécu. Rester derrière la frontière, c'est s'éloigner et mourir de chagrin.

PUB

Home City a son FaceBook !  Fan que vous êtes, vous ne pouvez passer à côté.


A quand la suite ?

Mon emploi du temps et celui de So se sont chargés par nos activités réelles respectives. En clair, cela nous laisse moins de temps pour Home City, ce qui va allonger l'arrivé des épisodes. Alors, ne vous étonnez pas, si  le nouvel épisode ne pointe son nez rapidement. Garder le lien en favoris, passer de temps en temps. Les épisodes arriveront, faut juste être patient. J'vous fais la promesse que si ça devait s'arrêter avant la fin, il y aurait un message l'indiquant.


Alors, pour les lettres H, E, T, c'est moi. Pour les lettres O, C, Y, c'est K-rolyne72, et So pour les lettres M et I, ainsi que le montage photo.

Ajouter à mes favoris Commenter (0)

Signaler
Home City

En cette nuit de pleine lune, qui fait suite au duel, nous retrouvons Sorrow, pensive, quelque part sur des docks...


« Déjà deux nuits que je n'ai plus de nouvelles de toi V..., depuis ta poursuite du prêtre. Tu ne l'as pas raté, il fait la une des journaux ...Idiot, tu as encore manqué de discrétion...Mais, j'ai l'intuition que ce n'est pas la raison de ton absence. Ce pourrait-il que les Cobras t'aient eu...ou que tu me fuis en juste connaissance de cause ? Ah, ne rien savoir m'agace ! Zut, pourquoi cela me préoccupe autant... D'où me vient cette sensibilité exacerbée... »


- Enfin je te retrouve, Sorrow La Sournoise !


- Edgar Punish ! Ne t'approche surtout pas !

- Du calme Sorrow, j'suis pas là pour régler mes comptes avec toi. Mais, tu devrais faire attention à tes arrières ... J'comprends pas pourquoi tu traines sur ces docks, comme au bon vieux temps, depuis longtemps révolu d'ailleurs... La nostalgie ? Ou toujours cette envie de fuir Home City ? J'ai toujours pensé que tu bluffais à ce sujet afin de tester ma loyauté... Pauvre V, prit dans les méandres de ta sournoiserie.


- Je t'interdis de me faire une leçon de morale Edgar Punish ! Tu es loin d'être un saint. Tu t'es foutu dans la merde tout seul ! Tu savais les risques encourus à tout plaquer. Si tu es devant moi aujourd'hui, c'est parce que cet imbécile de V t'a épargné, ça ne sera pas mon cas !

- J'ai peut-être perdu contre V, et obtenu sa grâce pour une raison qui m'échappe encore, mais tu ne fais pas le poids Sorrow ! J'te rassure, j'suis pas venu pour me battre. J'ai besoin de votre aide, c'est tout !

- De quoi tu parles ? Je ne suis pas en situation pour t'aider ! En plus, j'ignore où se trouve V depuis deux jours...

- Moi je le sais !


- Quoi ? Parle empoté !

- Avant, je veux ta promesse qu'une fois  V  sur pieds, tu le convaincras.

- Sur pieds ? Qu'est-ce qui s'est passé ?

- Ta promesse d'abord, même si je sais que les promesses de Sorrow La Sournoise, valent ce qu'elles valent...

- Bon, t'as gagné Edgar, je te promets qu'on viendra à ta petite fête... dont je devine très bien le thème, bien que ça risque de me compliquer la tâche auprès de V...

- Je prends acte de ta promesse... L'adversaire de V était un membre de l'Elite Cobra !  

- Merde...qui ?

- Moïse  Jason !

- Griffes acérées...Obsédé par le combat, assoiffé de sang. A côté, tu es un petit joueur, Edgar !

- Je ne suis pas le seul à paraître faible face à Moïse Jason, ton protégé, enfin si je peux le dire ainsi, serait mort si je n'étais pas intervenu.

- Tu as battu Moïse Jason ?

- Oui...enfin, je l'ai pris par surprise sans lui laisser le temps de réagir...alors qu'il était sur le point d'achever V.

- Quel est l'état de V ? Et, où est-il ?

- Il a été pas mal...charcuté ! Malgré tout, il paraissait moins mourant que ces blessures pouvaient laisser paraître. Ce gars a quelque chose de spécial que je n'explique pas... cela se confirme depuis notre combat. Tu le trouveras à l'hôpital et laboratoire d'Abstergo, situé à des kilomètres de la gare Far Cry...


... pourquoi tu es encore là ? Pour une fois dans ta vie Sorrow, sors de ton rôle, arrête de tromper les autres et surtout toi-même, suis juste ton coeur !


Au réveil, je me découvre pansé et bandé. Mon adversaire n'a pas fait dans la dentelle... Il devait faire partie d'un groupe spécial des Cobras...Comme l'homme au masque qui m'a sauvé... ? Ils deviennent de plus en plus forts, alors que je me sens de plus en plus faible...

« Bonjour, commence l'infirmière, je viens changer vos pansements. Asseyez-vous sur le bord du lit...


... Je viens de prendre ma garde, on m'a dit qu'un charmant jeune homme était arrivé hier en fin d'après-midi dans un piteux état. A voir vos bandages, l'agression a dû être violente. Je vous recommande de consulter un psy, le traumatisme pourrait gâcher vos nuits. Ah lala, on n'est plus tranquille dans les rues maintenant, les mômes sont devenus des petits sauvages, tout ça à cause du manque d'éducation des parents...Enfin, c'est ce que je pense. Vous devriez faire comme moi, je ne sors plus sans mon pistolet, enfin pas là, ça se verrait sous ma blouse, le premier petit con qui vient, une balle dans la tête. Y'a tellement de cadavres à Home City, qu'un de plus ou un de moins...La faute aux Cobras faut dire...


...Etonnant, pourquoi ils vous ont bandé la tête, je ne vois aucune plaie...


... C'est une blague ou quoi ? Bon, j'en étais où, ah oui les Cobras ! Y'a des rumeurs qui circulent, comme quoi y'aurait quelques pertes dans les rangs...Certains disent qu'une sorte de justicier en serait l'origine, non mais vous imaginez un justicier à Home City ? Le pauvre, il aurait du boulot ! Enfin, tout ça, c'est une rumeur... Moi, tant que ça passe pas à la télévision, j'y crois pas plus que ça... Il paraitrait même que le justicier ferait ça par amour...C'est beau ça, non ? Trop beau pour être vrai  oui ! Ah...c'est pas pour moi qu'un homme ferait ça...j'ai rencontré que des lâches, qui fuient sans me donner d'explication, vous imaginez ? C'est pourtant pas dur d'ouvrir la bouche pour parler... Au fait, ça vous dit qu'on se voit après votre rétablissement ? Ah mais, pourquoi vous avez un bandage sur le ventre si vous n'avez pas de blessures... J'comprends rien ! Bon voyons voir votre cuisse...


... Moi je cherche juste un homme qui sache m'écouter, je lui demande pas de me répondre à chaque fois... Vous en connaissez-vous des hommes qui ont quelque chose d'intéressant à dire, moi pas !...J'hallucine, votre cuisse est intact...Vous vous moquez de moi c'est ça ? Ah, je crois avoir compris... Vous cherchiez un lit pour dormir cette nuit, alors vous avez prétendu jouer les blessés...Allez, je vous en veux pas, prenez votre douche et filez en douce... je sais me montrer généreuse et aider les personnes dans le besoin...Ah oui, j'oubliais... Oubliez ma proposition, les hommes pauvres, ça me déprime. Bon, je vous laisse, faites vite... au revoir ! »

Je cicatrice peut-être vite, mais ne suis pas immunisé contre les pipelettes... J'ai mal à la tête, je me dirige vers la salle de bain.


J'avale un cachet, en profite pour me brosser les dents...


...avant d'aller prendre ma douche. Il me tarde de rentrer à la maison... revoir So.













 

Rhabillé, avec les affaires de rechange que So m'a apporté, c'est  l'esprit confus, dans un silence pesant, que nous marchons dans le couloir de l'hôpital qui mène à la sortie...


... lorsque nous sommes interrompus par une hostile connaissance.


- Toi, tu as deux secondes pour dégager !


- Calme-toi V ! S'il voulait nous tuer, il aurait déjà sorti les armes.

- ... Bon, j't'écoute !

- Merci de ton obligeance... Je me présente, Edgar Punish... Je suis venu  demander ton aide V.


- Mon aide ? Mais nous sommes quittes, je te dois plus rien !

- J'ai dû louper un épisode...

- So, c'est une histoire entre mecs.

- Ma femme est retenue par les Cobras dans un village qu'ils occupent. Sous la menace de lui faire du mal, ils m'ont forcé à t'attaquer. Puisque j'ai échoué, je n'ai que la manière forte comme solution pour la récupérer. J'ai besoin d'alliés, de vous deux !

- Ok... mais, ce n'est pas mon problème !

- V, ne sois pas aussi...tranché ! Tu ne comprends pas ? Il veut récupérer sa femme, par tous les moyens possibles, c'est ce que toi tu fais pour Hermeline, non ?

- Pas faux...Une chose m'échappe, Punish...En quoi Sorrow, frêle et supposée étudiante, a les aptitudes pour nous aider ?

- Ça, c'est à elle de te l'expliquer.

- So, je t'écoute !

- V...je...

Elle m'explique avec une assurance troublante, une histoire sur son père militaire, le fait qu'il lui a appris à se défendre, à se servir d'armes... Elle prétend qu'Edgar Punish aurait été sous les ordres de son père, Punish confirme d'un hochement de tête. Elle assure connaître Edgar de vue, et jamais sans son masque... Elle rajoute des détails en tout genre, pour finir sur son désir de reprendre des études, d'où son statut d'étudiante actuel.  Histoire cousue de fils blancs...


- Merci pour ta jolie histoire So, elle est d'une crédibilité et d'une précision déconcertante. Je devrais te raconter hier, déjà, je serais obligé de te mentir sur certains points sans parvenir à mettre autant d'aplomb. De plus, j'omettrais des détails véridiques par étourderie, ou tout simplement parce que je suis un mauvais conteur. Tout ça pour dire, qu'il émane de vous une rencontre récente, ne me demandez pas comment je le sens, sans doute la raison qui fait que nous sommes tous les trois réunis ici. Concernant ton problème, Edgar Punish, je ne peux refuser un peu d'action, surtout pour une cause qui me touche personnellement. Mais, je vous préviens vous deux, à la moindre entourloupe, s'abattra le courroux de ma vengeance ! Ma messe étant dite, Punish, j'écoute les détails de la mission.

Il m'explique que le village nommé Resident Evil se situe à environ cinquante kilomètres entre ici et la gare Far Cry,  ensuite il m'expose sa stratégie d'attaque détaillée.

- Par quel miracle tu cicatrices et guéris aussi vite ? il demande. Après notre combat, il m'a fallut plusieurs jours pour refaire surface.

Je le laisse sans réponse, sachant que moi-même je ne la possède pas..., quelques bribes de rêves me traversent l'esprit...la dame noire.

 

Après son départ, So et moi avons retrouvé notre silence malaisé, l'amertume en plus.

Nous ne pouvions retourner à la planque, trop éloigné du village Resident Evil vers lequel demain nous rejoindrons Edgar Punish.

 

L'hôtel résidence Loot nous accueille pour la nuit.


Nous y pénétrons sans s'échanger le moindre regard...



...en prenons possessions chacun de notre côté.


Je me pose devant la télévision.


Je suis captivé par le film qui se présente devant moi. Un tueur solitaire accueille une fillette de l'appartement voisin qui a échappé au massacre de sa famille par une bande de flics corrompus pour une histoire de drogue.


J'entends So qui s'active dans la cuisine.


Je profite de la publicité pour aller me changer.





Mince, le film a repris. Tiens, So m'a servi sur la table basse, pendant qu'elle reste manger sur le comptoir.


Tout ceci est stupide. Nous agissons comme des divorcés encore coincés dans le même appartement, aveuglés par la rancoeur, les mensonges, la haine... comme si, les bons moments passés ensembles n'avaient été que des rêves. 


Elle n'a pas mis de poison...C'est délicieux ! Le seul moyen de lui faire comprendre, à défaut de lui dire, c'est de ne laisser aucunes miettes.

Après avoir tout rangés, elle s'est installée sur le canapé pour lire.

Le générique de fin défile... Je frissonne encore du spectacle qui m'a été offert.


Ce film m'a pris aux tripes, sa musique m'a envouté. J'en ai les larmes aux yeux... aussi, parce qu'à quelques centimètres de moi, se tient la cause de mon trouble. Pourquoi s'enfermer dans nos rôles respectifs ? Le film vient de me prouver que les sentiments étaient ce qu'il faut vivre à fond, que le reste comme les barrières qu'on se met n'ont pas lieu d'être, puisque seul être ensemble compte.

Je suis parti m'assoir sur le bord du lit.


A la dérive dans mes pensées, dans la confusion de mon coeur, s'envole mon envie de vengeance noyée par un simple désir d'amour...

Il n'existe presque rien de plus tortueux que d'avoir devant soi, un fruit défendu en petite tenue.


- V...

- So... Je ne sais plus qui tu es...


- Ne commence pas à tout gâcher V, ne sois pas envahi par le doute...car en ce qui me concerne, le baiser sous la douche émane d'un profond désir et non d'une manipulation. Le reste, tu le découvriras bien assez tôt, avec les conséquences de ton choix. Pour l'instant, profite de ce qui est, au lieu de t'inquiéter de ce qui sera.


- So...



... j'y pense, c'est toi qui as attrapé le bouquet de la mariée ?

- Tais-toi, idiot !










A suivre...


Les noms suivants sont des ID PSN (identifiant du PlayStation Network sur PS3)

Idée originale/scénario/ mise en scène: VengeanceFR

Prise de vue/photographie : VengeanceFR, Sorrow-83

Retouches photos : Sorrow-83

Dans les rôles de :

V : VengeanceFR

Sorrow : Sorrow-83

Edgar Punish : sennaprost (dock)/moi-jason (couloir hôpital)

L'infirmière : Adonis_ia

Merci à : Sorrow, pour ce long et fastidieux travail de retouches dans cet épisode, sans qui rien n'aurait pu être si réaliste...grand merci ! Adonis_ia et Alinea3 pour des prises de photos d'appoints. Sennaprost, toujours aussi serviable. Moi-jason, ta participation sans faille, et autres astuces.

Merci à tous mes lecteurs, à ceux qui me soutiennent, m'encouragent, m'aident d'une façon ou d'une autre.

 

Ajouter à mes favoris Commenter (0)

Signaler
Making Of

Entre chaque épisode d'Home City, vous découvrirez une sorte de coulisse de tournages, avec : anecdotes, rushs inédits de scènes coupées ou de photos ratées,  des à côtés, des interviews...

 

De la réalité d'un tournage.

Voici le thème que je vais aborder dans ce making of, afin de faire comprendre à certains, suite à certains incidents et aux difficultés rencontrées lors des tournages, et plus particulièrement sur « l'ambitieux » jour 9 en cours, que faire Home City est un travail de longue haleine.

Pour cela, je vais me servir du jour 7 comme référent.

Les chiffres et notes du jour 7 :

Scène avec Marilya (id psn) : 94 photos prises. 12 photos publiées. 3 lieux de tournages. 3 tenues vestimentaires différentes.

 

Note :

Les lieux sont deux espaces privés (hôtel, et pique-nique), un espace public  (la gare). L'hôtel m'a pris du temps (et de l'argent, sachant que rien ou presque n'est gratuit sur le PlayStation Home) à meubler. Quant au pique-nique, Marilya possédait déjà cet endroit (Motorstorm) aménagé, dont elle m'avait fait part. Séduis, j'ai décidé d'y tourner. Il a juste fallut qu'elle retire certains éléments de la nappe. La gare étant un espace public, on ne peut rien y ajouter. Noter sur cette dernière la présence de moi-jason (id psn) en tant que guichetier, puis touriste assit sur le banc.

Le fait qu'elle porte 3 tenues vestimentaires, fait qu'on a passé 3 fois du temps sur l'essayage de vêtements...

 

Cumulez tout ça, et vous n'aurez qu'une vague idée du temps réel que ça prend, écriture comprise.

 

Quelques photos non publiées :

 

A cause de la modélisation de ses jambes, imparfaite, j'ai renoncé à choisir cette photo.


Quel idiot de regarder la cheminée plutôt que Marilya...


Gueule de bois...


L'espace Litte Big Planet de Marilya où nous faisions les séances d'essayages. J'avoue, pour cette tenue, j'ai pas hésité.


Sans le flash, photo trop sombre. Je reviendrai sur ces problèmes de flashs...


Marilya avait attrapé le syndrome : tête capricieuse.


Regardez bien en haut à gauche de la photo. Ce sont les objets que Marilya a déplacé, qui se trouvaient à l'origine sur la nappe, lors de mon arrivé. Oui, y'avait de quoi ripailler à plusieurs...


 

Scène du duel avec moi-jason (id psn) : 550 photos prises. 35 photos publiées. 1 lieu de tournage. 1 tenue vestimentaire. 18 photos retouchées.

Note : La transformation de son avatar a pris plus d'heure, sachant que SORROW-83 (id psn) peaufinait également le moindre détail à mes côtés, jusqu'à ce que... : C'est bon, on le tient ! Le tournage était dans un lieu public (Far Cry), qui ne demandait pas de figurants... Vous ne pouvez pas imaginer le temps que je perds à attendre ou convaincre les intrus, de nous laisser tourner tranquille. C'est ce qu'il y a de plus énervant lors des tournages. Perdre cinq, dix, vingt minutes et plus, avant de pouvoir reprendre le travail, jusqu'au prochain abruti qui viendra nous faire chier. Et encore, Far Cry n'est pas très fréquenté... Ce n'est pas toujours simple de planifier un tournage du soir jusqu'à minuit et plus, avec les emplois du temps de chacun, alors un peu de respect pour ceux qui bossent, merci !

Je ne peux pas quantifier le temps réellement passé sur cette scène... à cela rajouter le temps des 18 photos retouchées de SORROW-83 (id psn) que je ne remercierai jamais assez...

 

Quelques photos non publiées :

Encore le syndrome : tête capricieuse ou tête qui n'en fait qu'à sa tête...Vous remarquerez un intrus au fond, dont je ne peux pas reprocher de se promener ici, ma gueulante est pour ceux qui viennent gêner, coller exprès...


La classe, non ? Oui, je sais, pas crédible comme mouvement d'attaque, mais il fait parti des nombreux essais pas concluants. Vous remarquerez  l'épée laser... transformée en pied de biche dans la version finale, par ma magicienne adorée SORROW-83 (id psn).


Tentative de Dragon Punch à la Ryu de Street Fighter (le jeu vidéo), dans ma recherche du meilleur moyen pour l'achever...La version finale montrera tout autre chose...





...de même pour cette scène, où il devait me griffer/défoncer la tête.


Non, So et V ne se défient pas, elle prend en photo mon visage en gros plan...


... comme cet exemple ci-dessous, étant donné que l'appareil photo ne me permet pas de le faire moi-même.


Et en parlant d'appareil photo...

 

Les détails qui ne facilitent pas la vie :

L'appareil photo :

Caractéristiques de l'appareil photo des avatars:

- Temps d'enregistrement d'une photo après déclenchement : environ 5 secondes, très variable selon influence, etc. Pendant ce temps d'enregistrement, rien à faire, sauf attendre.

- Un flash est intégré, pratique pour éclaircir les lieux sombres, sauf que, pour déclencher ce flash, il faut maintenir un bouton. Il est alors très difficile de saisir un mouvement avec l'option flash, si ce n'est en anticipant le mouvement... C'est l'enfer ! Beaucoup de photos ratées, et de la chance pour avoir la prise de vue recherchée. Pourquoi ne pas faire un simple bouton à appuyer (plutôt qu'à maintenir) pour le flash ?

- Angle de vue limité à derrière le dos, et à travers les yeux avec possibilité de zoomer.

- Impossible de se servir de l'appareil, lorsqu'on est assit sur certains éléments fixe d'un espace.

Pour ces détails handicapants...Pas merci Sony !

 

Problèmes de textures :

En clair, le lissage des avatars déconne. Très récurrent, surtout avec du monde à l'écran. Dans ces conditions, photos ratées, les avatars étant trop moche.

Pour ces détails gênants...Pas merci Sony !

 

Comportements :

J'ai déjà évoqué les parasites « extérieurs » qui viennent embêter le tournage d'une scène, que se soit par accident (désolé, je vous laisse travailler) ou volontairement (oui ma vie est pourrie, je pourris celle des autres, même sur le Home et j'en suis fier !). Mais il y a aussi les parasites intérieurs : certaines personnes qui partent d'une bonne volonté de m'aider, mais qui lors d'un tournage, ou autre, ne présente pas le professionnalisme nécessaires. Il me faut patience, écoute, discipline. C'est déjà assez compliqué de tourner une scène, comme je viens de vous l'exposer, si en plus je dois perdre mon temps à faire la police avec mes acteurs...

Toutes ces contraintes n'éclipsent pas mon plaisir, mon envie, de porter le plus loin possible Home City. Les nombreux témoignages de sympathie, les aides spontanées, m'aident beaucoup, merci !!

 

Alors que le travail sur les jours 8 et 9 n'avancent pas aussi vite qu'escompté, je rêve de vacances...


...Bon, assez rêvé, au boulot !...heu So ? J'ai besoin que tu me fasses ça, ça et encore ça, ok ? Là, je l'entends maugréer : esclavagiste ! (private joke)


Ajouter à mes favoris Commenter (4)

Signaler
Home City

L'hôtel a un charme vénitien qui invite à la romance. L'âtre est magnifique, les peintures fidèles, le mobilier d'inspiration Renaissance, le tapis épais et soyeux, les chandeliers lustrés... Ce luxe doit se payer cher !

Cette nuit, nous avons partagé la même couche... J'ai ouvert les yeux sur sa tête posée sur mon torse, son corps en sous-vêtement contre le mien, son parfum envahissait mes narines avec ravissement... mais lorsqu'elle a ouvert la bouche, les relents d'alcools m'ont vite fait bondir hors du lit !

Je viens de sortir de la douche. Je vois Marilya assise sur la couverture.


Elle se lève et dévoile tout ce charme, qu'hier je n'ai pu observer l'esprit clair.


- J' te plais pas Victor ? J'ai pourtant bien senti ton désir tout à l'heure, mais tu as fuis à la salle de bain comme envahi par une envie pressante,  dit-elle peinée.


- Marilya, un homme ne peut cacher son désir, mais il a parfois des raisons qui sont supérieures à son envie. Je suis un homme, mais je dois posséder des manières d'anges pour ne pas profiter de la situation... Il y a quelqu'un dans mon coeur, Marilya. Tu condamnes l'attitude de ton chéri, mais ne condamnerais pas la mienne ? Avoue que c'est contradictoire. Si ça peut te rassurer, dans d'autres circonstances, j'enlèverais tes adorables sous-vêtements roses, te ferais l'amour aux crépitements du feu, sur ce tapis que je sais moins doux que ta peau, posséderais ton joli corps comme un diable enfiévré jusqu'à épuisement total dans nos cris de jouissances...


- Oooh, Victor !

- Va vite te refroidir sous la douche, Jolie !

Alors que j'entends l'eau ruisseler, j'ai dans l'idée de l'abandonner comme un mauvais amant. Mais, j'ai tellement dû supporter des épreuves difficiles ces derniers temps, qu'elle m'apporte une certaine paix,  une évasion aux déchirures et tourments qui m'habitent, alors je reste, et m'impatiente de la voir sortir de la douche.

Son sourire ne trompe pas, elle est ravie de me trouver encore devant la cheminée. Habillée avec élégance, elle m'informe avec un certain enthousiasme : « Victor, mon train ne part qu'en début d'après-midi, je te propose un pique-nique dans un endroit agréable, pour passer le temps. »

J'ai l'impression d'être dans un doux rêve... Quel cadre enchanteur !


Je m'abandonne... le temps s'est arrêté sur mes problèmes, pour me laisser vivre ce tendre présent ; des vacances improvisées, une générosité divine dans mon existence infernale. Ce moment improbable, je le partage avec la jolie Marilya...

- Allez Victor, tu me racontes les mystères qui t'entourent ?

- Non !

- Hein ? Pas gentil ça ! Je t'ai parlé de ma vie moi.

- Le résumé de ta vie Jolie, tient sur une ligne... Ce que tu as omis, je le devine. Tes parents doivent te payer ton hôtel de luxe, comme l'élégance de ta garde robe. Tu as juste à te préoccuper de tes cours, tu t'es juste donnée un peu d'aventure avec un chéri pas à la hauteur et lointain, histoire qu'il ne te fasse pas trop d'ombrage. Cela te donne une belle histoire à raconter à tes copines, pour te faire plaindre. D'ailleurs, je me demande comment tu vas leur parler de son infidélité.

- Eh ! je te permets pas de me juger ! Ok, j'ai le confort, mais je suis une fille simple, ouverte aux autres. Mes copines ? J'suis pas toujours d'accord avec leurs manières. Je vis en marge de mon statut de privilégié. Et si tu savais ce que j'ai fait à la connasse qui a couché avec mon chéri, tu me jugerais autrement !

- Du calme ! Je voulais juste savoir ce que tu avais dans le ventre en te provocant un peu. Je te jugeais pas à l'emporte-pièce, je voulais te tester pour une raison simple : je ne parle pas de moi à n'importe qui ! Mais au fait, tu as fait quoi à la fille ?


- Âme sensible s'abstenir. Elle rit.

Nous prenons le temps d'engloutir davantage notre repas acheté sur le chemin, avant de reprendre la conversation.

- Bon, tu me racontes ? dis-je.

- Hum...parle-moi de toi d'abord, enfin d'elle...enfin je veux dire, celle dans ton coeur.

- ...Rencontre fortuite...amour interdit... souffrance continue...


- T'aime le mélo, Victor. Pourquoi elle n'est pas avec toi, qui l'empêche, pourquoi, pourquoi pourquoi ? Elle rit.

- Le problème Marilya est que pour te parler d'elle, faut que je te parle de moi...C'est trop  embrouillé dans ma tête pour te répondre, mais je sais très bien ce que je fais !

 -Tu fais quoi au juste ?

- Disons que j'utilise tous les moyens pour la retrouver.

- Elle a été kidnappée ?

- C'est ce que j'ai cru au début, mais en fait, on me la cache. Bref, c'est compliqué... Je ne sais même pas si je fais bien de m'obstiner, j'ai l'impression que tout me fait signe du contraire. Mais, je suis un homme de principes. La revoir devient mon devoir, même si entre-temps, des éléments font que mes choix ne se limitent plus à cette quête.

- ... je comprends...presque. Bon, tu as gagné le droit de savoir, comment j'ai puni la connasse !

 

J'ai fui une fois de plus la réalité de ma vie, en prenant le train avec elle. Surprise, mais ravie. Nous parlons de choses agréables, sa tête posée sur mon épaule, en sécurité, ambiance zen.

Le train s'est arrêté, dans une gare mal entretenue, pour les correspondances. Au guichet, j'achète mon billet : « Retour dans la réalité d'Home City ». Je pense à l'inquiétude que So peut avoir de mon absence prolongée.

« V...Victor... je veux pas que tu partes... », elle dit.


 « Jolie Marilya, désolé, j'ai pas le choix...

Je lui prends la main.


... je te trouve agréable, adorable... des choses en toi me rappellent... ma chérie, et c'est sans doute, de retrouver, et pour garder ces sensations qui explique que je suis encore avec toi, alors que j'aurais dû te quitter bien avant ... mais, je ne suis pas le caprice d'une riche, j'ai des sentiments...je ne mérite pas ça...encore...de m'attacher à quelqu'un pour le perdre...et de passer ces entre-deux dans la solitude, meurtri. »

Elle se brusque, s'éloigne du guichet.

- Alors, c'est comme ça que ça fini ? elle s'énerve. On s'attache à toi, tu nous séduits, nous charmes, par ta présence, ta prestance naturelle, ton côté mi dur mi ange, et après tu nous rejettes, en prétextant que c'est toi qui va souffrir le plus ?


- C'est pas tout à fait juste, Marilya. Je te protège juste d'une relation qui n'a pas d'avenir, tu viens d'en sortir d'une, tu sais au fond de toi que j'en suis une autre. De l'amour, je connais la souffrance, jamais la récompense...L'amour est interdit pour moi, comme une fatalité.  Je ne veux pas te faire souffrir, m'aimer ne mène qu'à ça !

- V...Je suis désolée...

Elle se jette dans mes bras, pleure...



« Jolie Marilya, merci pour l'oxygène et la paix que tu m'as apportées ces dernières heures...Tu es une fille exceptionnelle...Chanceux est le garçon qui se couchera dans ton lit, se blottira dans tes bras... File vite, tu vas louper le départ de ton train!»

En partant, elle dit : « J'espère que tu retrouveras ta chérie, sinon c'est moi qui te retrouverais... et tu m'empêcheras pas de te faire l'amour ! »

Une demi-heure à attendre le train du retour. J'en profite pour me balader autour de la gare.


Le patelin ne donne pas l'envie d'y passer la nuit. C'est délabré, dégradé, désert.

Je sens une présence hostile dans mon dos.


Mon destin me rattrape plus vite que prévu, je n'aurais sans doute pas l'occasion d'attraper ce train...

Sur la place inondée par le soleil brûlant, les corps s'échauffent, les peaux suent, les mains moites se crispent. Le vent étouffant du sud serre les gorges. L'atmosphère dégage une odeur de sang. Une grande tension se dégage de ces hommes, pour qui la lutte à mort n'est qu'une fatalité...



































... qui ne conduit qu'à une fin macabre.

A suivre...

 

Les noms suivants sont des ID PSN (identifiant du PlayStation Network sur PS3)

Idée originale/scénario/ mise en scène: VengeanceFR

Prise de vue/photographie : VengeanceFR, Sorrow-83

Retouches photos : Sorrow-83

Dans les rôles de :

V : VengeanceFR

Jolie/ Marilya : Marilya

Cobra griffu : moi-jason

L'homme au masque: sennaprost

Merci à : So, pour le travail magnifique sur les retouches photos, et son soutient inconditionnel et tant de choses..., à Marilya pour sa gentillesse et sa disponibilité, à moi-jason, pour son dévouement, sa patience, sa disponibilité, à sennaprost pour toujours répondre présent, et se changer selon mes demandes.

Merci à tous mes lecteurs, à ceux qui me soutiennent, m'encouragent, m'aident d'une façon ou d'une autre.

Ajouter à mes favoris Commenter (4)

Signaler
Making Of

Entre chaque épisode d'Home City, vous découvrirez une sorte de coulisse de tournages, avec : anecdotes, rushs inédits de scènes coupées ou de photos ratées,  des à côtés, des interviews...

Scène coupée :

La salle de sport.

Elle a été coupée à la publication du jour 6. V passe devant, mais j'ai des dizaines de photos où on le voit s'entrainer. Cette scène n'apportait pas d'éléments utiles à l'histoire, elle aurait cassé le rythme du jour 6, déjà assez long. Heureusement, ce making of va permettre de ne pas jeter mon travaille à la corbeille, de vous en faire profiter.

Avant de commencer toute activité physique, un échauffement est nécessaire.

V le sait, V le fait.




Sans oublier les étirements.


Regardez les marques au sol, V a réussi à pousser le mur de quelques centimètres.

Echauffements terminés, V passe aux exercices de :

Cardio-training.


Cours V ! Le marathon d'Home City tient son vainqueur...

Poire de vitesse.


V est tellement rapide, la poire ne semble pas bouger à nos yeux !

Soudain, l'entrainement est interrompu par une beauté abyssale : Adonis !


« Le Home est petit », elle dit. Effectivement ! Sa tenue ? Elle vient d'affronter un requin, l'a fait fuir par un coup de poing sur le museau comme Lara Croft dans le premier film de Tomb Raider... Comme quoi, c'est crédible les films...parfois.

Sac de frappe.




Oui, on peut dire que V mélange boxe et kung fu. Mais bon, l'important, c'est la force et la précision du coup de rein, euh...poing !

So vient me saluer, m'éponger le dos (dans mes rêves), m'étant fin au tournage de cette scène.


 

Bonus :

Le tapis nous a inspiré...

Salutation d'usage.


Konnichiw...aïe, ma tête !

So me lance un défi de force... Ne riez pas !


Epaule contre épaule, elle doit réussir à me faire vaciller.




Sérieusement, vous avez cru en ses chances ? J'ai gagné !

Un peu vexée, elle teste mes abdos.


Même pas mal ! Simple piqûre de moustique.

Je suis le plus fort, me vante.


Là, tu sens fort ! elle dit.

Puis, l'essence du désir nous dévore. Nous faisons l'amour...


...comme des Martiens...Autant dire, qu'on est resté sur notre faim!

Bref, tout ça pour dire que V est prêt pour son prochain combat...


... face à un adversaire qui ne lui laissera aucune chance...Mais chut ! Ne loupez surtout pas le Jour 7 !

Ajouter à mes favoris Commenter (3)

Signaler
Home City

Où suis-je ?

Dans ta conscience tourmentée.


C'est quoi ces ectoplasmes...

Des âmes punies par ta vengeance aveugle qui picorent les restes de ton angélisme.

...qui trainent comme des sales rats.

Ils sont tes erreurs, V.


Je me rappelle être retourné à la planque après la punition du petit jeune ...So me faisait la gueule...s'installa entre nous un silence de mort qu'aurait apprécié un gardien de cimetière. Nous nous sommes couchés comme deux étrangers...C'est ça, je dors...Quel rêve de merde ! Depuis quand je ne rêve plus de nous, mon amour ?

Tu continues à ignorer les questions que tu dois te poser. .. Tu as oublié qui tu es vraiment.

Putain, qui est l'impoli qui s'invite dans mes pensées sans ma permission ? Attends que je te trouve, ça va barder !


C'est ça V, cours me rejoindre, tu as tant de choses à comprendre.

Toi, tu n'as pas compris que je ne voulais pas t'entendre !

*Bruit de fracas de porte*


Eh, je te connais toi ! Pas la première fois que je te croise.


Nous te surveillons V !


Nous ? Qui nous? Qui es-tu ?

Tu es en mission V, mais pas celle que tu crois, pas ta vengeance personnelle. Tu es en mission pour le Seigneur.

Je ris. Ah non pitié, pas de ça ici !

Ris autant que tu veux, mais n'as-tu pas remarqué que tu « t'humainisais » ?

Humai... quoi ?

Tu ne peux nier devenir de plus en plus faible, saigner, cicatriser moins vite, souffrir plus, accentuer ton émotivité, perte de ton passé...


Euh...

... tout ça, tu le dois à ton amour pour Hermeline.

L'amour me ferait du mal ?

L'amour n'est qu'un fardeau d'humain. Là-haut, la conception de ce que tu appelles l'amour est une ivresse spirituelle, une harmonie des âmes. Pour les humains, l'amour a ses limites. Il est galvaudé, ce n'est même plus une croyance forte, juste des maux qui les persécutent, des mots qui s'envolent, des actes vite oubliés. Ils disent aimer, mais ne font pas le sacrifice nécessaire de le mener à son paroxysme... par peur !

Eh ! Ne me mets pas dans le même sac que les autres. Mon amour pour Hermeline, est un sacrifice quotidien, un châtiment suprême.

Ton baratin ne convainc que toi. Tu ne sais déjà plus à quel saint te vouer...Tu es dans un tourment d'homme.

Ne me juge pas, coupe affreuse ! Dis-moi, de quelle mission tu parlais tout à l'heure ?

Tu fais partie des Anges Vengeurs, armée secrète du Seigneur pour exécuter son courroux. Dans les croyances, les religions des hommes, vos actes peuvent passer pour ceux du Malin. La Vengeance n'est pas bonne V, mais le Seigneur vous utilise pour faire un mal pour un bien, comme dit l'expression.  

Je commence à me souvenir...

En t'amourachant d'une humaine, tu as perdu petit à petit les souvenirs et pouvoirs de ton statut d'Ange, mais tu as encore des restes...cependant, aucune excuse ! Tu as tué encore un innocent !

Les cobras sont innocents ?

Tu es un exécuteur V, soumis à des ordres. Ta vengeance pour ta quête personnelle doit cesser !

Rien ne me fera renoncer à Hermeline, tu m'entends !


Alors, prépare-toi à voir le ciel tomber sur ta tête.


Elle a disparu, sans dire au revoir, qu'elle impolitesse !

Je me précipite vers mon...collègue ?


Toi là-haut, arrête de m'observer comme un paparazzi !


... et affranchi moi davantage !

Cette manie de disparaître...


...en pleine conversation, m'énerve. Allez au diable !


Aaaaah... j'ai chaud ! Je respire fort. Les douleurs de mon corps résonnent dans ma chair. Mes mains tremblent.  Je me sens...épuisé !

Des bribes de rêves se confondent dans mon esprit... Impossible d'en faire le tri, de trouver une logique... la femme noire... « Humainiser »...Ange Vengeur...des  innocents...


Tout se confond... qui suis-je vraiment ?

Je me calme avant d'aller rejoindre So, assise sur le canapé. Elle fixe la télévision d'un air sévère, sans détourner son regard à mon approche.


« Bravo V, ta bêtise fait la une du journal ! » dit-elle irascible.

- Tu t'énerves à cause de lui ? Merde, il nous a balancé, je n'allais pas lui serrer la main !



- Tu n'as aucune preuve V !

- Des deux appartements où il est entré, j'ai dû m'enfuir. Appelle ça une coïncidence si tu veux, mais c'est du concret pour moi !

- Tu sous-estimes les moyens des Cobras pour remonter jusqu'à toi,  V.

- Moué... enfin, tout ça n'explique pas pourquoi tu le défends !

- Je défends son innocence...me dit-elle, toujours sans me regarder.


- J'ai jamais dit que j'étais un ange... l'erreur est humaine !

Pourquoi ai-je l'impression de mentir...

- V, il n'y a pas que ça, tu vas avoir la police sur le dos.

- La police ? Je croyais qu'à Home City, la police ne servait à rien ?

- Contre les Cobras, oui ! Surtout que les Cobras cachent leurs cadavres. Mais, la police va devoir rendre des comptes pour l'opinion publique. Ils chercheront un coupable. J'espère que tu as été discret.

- So, je n'ai peur que d'une chose...

-  Que le ciel te tombe sur la tête ?

Cette phrase... me dit quelque chose... la femme noire a formulé un laïus dans le genre...

-... Non, de perdre celle que j'aime !

« Je vais prendre ma douche. » dis-je


Dix minutes plus tard, j'en sors frais comme un gardon.


Je préviens So, qui n'a pas bougé d'un iota, que je sors faire du sport.


Elle m'ignore totalement. Ah , les femmes...


La salle de sport. Un endroit où les mecs se défoulent,  sans enquiquineuses.

Deux heures plus tard...

- Te voilà enfin ! J'étais sur le point de partir au mariage sans toi...Je vois que tu étais sérieux, tu vas habiller à un mariage, comme à tes vengeances.


- J'y vais ni pour me marier, ni pour draguer les filles célibataires, So.

Le mariage se passe dans une petite église moderne. Tout ce que je déteste.  Pas de pierres millénaires imprégnées de lamentations et de prières, absences de vitraux, de froideur lugubre, d'écho persistant.

Je me suis placé au fond, pour mieux observer. So est assise devant moi. Un membre du Cobra est aussi du mariage, il regarde So.


Tant qu'il ne fait que la contempler, ce que je peux comprendre, je ne vais pas réagir.


Il semble envoyer un message à quelqu'un... Je souhaite que cela ne nous concerne pas. C'est pas le moment pour les complications. J'ai beau ne pas avoir de remords quand j'ôte une vie, gâcher un mariage, c'est sacrilège !

Les amoureux viennent de se dire oui, pour la vie ou six mois!


Les félicitations fussent de toutes parts, même So joue le jeu. J'observe amusé, sans perdre de vue l'homme debout sur l'estrade, derrière le pupitre : le prêtre William.

La sono a démarré. Invités et mariés se lâchent sans vergogne sur la piste. Je rejoins So, qui s'y meut, avant qu'un célibataire en chasse ne vienne s'en approcher. Le Cobra a mis les voiles, je remarque.


- Alors So, émue par ce mariage ?

- Oui...

- Heureux d'avoir pu assister à ce mariage avec toi So...

- Ne me fais pas assister à ton enterrement V.

- Ni au tien So.

- Faut bien que je te quitte un jour...

- Dis pas de bêtise !

- Quand tu auras retrouvé Hermeline, c''est ce destin qui m'attend.

C'est à ce moment précis que choisit le prêtre pour s'éclipser.


- Désolé So, le devoir m'appelle !

- Ok...

Je suis le prêtre William jusqu'au cimetière. La nuit a jeté son voile lugubre. Tapis dans l'ombre comme La Mort, j'attends l'heure arriver.


Je le tiens !


Il ne m'a opposé aucune résistance. Je le soumets à mon interrogatoire.


- Mon Père, les voies du seigneur m'ont mené jusqu'à toi.

- Mon fils, il existe d'autres moyens pour s'entretenir en privé avec un serviteur de Dieu, que la violence.

- Sans doute mon Père, mais je suis un homme de principe, pas de protocole.

- Tu parais égaré mon fils, je pardonne tes manières, et je suis prêt à entendre ton coeur.

- J'suis pas là pour une confession mon Père, quant à mon coeur, sa peine porte le nom d'Hermeline... l'objet de notre entretien.

- Hermeline... Maréchaux ? Quelle folie vous pousse à la rechercher ? Il y a une fille à Home City dont il ne faut pas s'éprendre, c'est justement elle.

- Je veux juste savoir où elle est.

- Mon fils, il serait plus raisonnable que vous compreniez d'abord qui elle est.

- Je crois avoir passé assez de temps avec elle, pour le savoir mon Père.

- Ah,  c'est vous le... Je connais Hermeline depuis sa plus tendre enfance, je l'ai baptisée... je célébrerai son mariage un jour... Vous ignorez tout de sa famille, pour ne pas la craindre. Nous la craignons tous.

Alors, Hermeline aurait vécu son enfance à Home City ... ça explique sa réticence à y retourner, suite à notre séparation.

- Qui sont ces terribles Maréchaux, qui font trembler un homme de foi ?

- Si les hommes et tout ce qui nous entourent sont à Dieu, Home City est à ces diables de Maréchaux.

 La tête des Cobras a un nom... Quel nom aurait pu être pire que celui de mon amour...

- Pardonnez-moi mon Père, parce que je vais pécher. Amen.


Innocent, résonne dans mon esprit.

Après toutes ces révélations, j'ai besoin de me retrouver avec la seule chose qui peut me consoler : une bière !

Au bar Sully, où So et moi étions allés quelques jours plus tôt, j'étais tranquille, j'étais pénard, accoudé au comptoir...


... à siffler une bonne bière, en noyant mon désespoir...


...quand une jolie fille s'approche de moi, les yeux rougis par les larmes, et me dit : « T'es mignon ! »

Ainsi débute notre conversation, où elle m'explique qu'elle a fait six heures de train pour revoir son chéri. Mais ce salaud, je la cite, « se tapait une connasse quand elle est arrivée par surprise à son studio. »

- Bienvenue au club des mauvaises surprises, jolie ! dis-je. Mais, désolé, je ne suis pas une épaule où te lamenter.

- Je peux boire avec toi ? elle insiste.

C'est ainsi, l'alcool aidant, que j'en apprends plus sur son histoire. Etudiante en communication, elle avait rencontré son mec par internet, y'a deux ans. A cause de la distance,  ils ne se voyaient que pendant les vacances. Une relation difficile, mais elle l'aimait, tenait le coup. Dans un an, fin de leurs études, ils prévoyaient de s'installer ensemble. « Mais ce connard a tout gâché ! » je la cite, sans les pleures.

-A ce demander, si l'amour peut survivre aux manques, dis-je.

- Tu y connais quelque chose à l'amour, toi ?

- Disons qu'on croit savoir à quoi s'en tenir, qu'on se sent protégé et invincible sous le bouclier de l'amour, mais un rien peut faire voler en éclat notre coeur.

- Oui...Je le hais maintenant !

- C'est peut-être un peu extrême comme sentiment, non ?

- Moins que ma réaction !

- Ah ?

- Faut que je te raconte, elle dit euphorique. Mais, une information au journal télévisé l'interpelle.


Sujet sur le petit jeune assassiné... Décidément, ça me poursuit toute la journée.


-  C'est pas possible ! elle s'écrie.

- Hein ? Ne me dis pas que c'est ton chéri ?

- Non, tsst, juste que ça me révolte qu'on puisse tuer les gens comme ça, gratuitement.


- C'est peut-être pas gratuitement, comme tu le penses, jolie.

-  Arrête avec tes jolies, je m'appelle Marilya, et toi d'ailleurs ? Et puis, franchement, le type qui a fait ça, quelque soit sa motivation, c'est un lâche...non ?

- Euh... il ne faut pas juger une histoire sans la connaître dans son ensemble, jol...Marylia. Je m'appelle V.

- V ? C'est nul comme nom...ah je comprends, c'est le diminutif de...Victor ?

- Euh...oué, si tu veux !

J'en ris comme un damné, ça l'entraine.

Les heures ont passé comme les verres se sont vidés, nous étions éméchés...Je suis pas du tout capable de faire une longue route pour rentrer. C'est alors qu'elle me dit : « V... Victor, je suis descendu à l'hôtel tout près, tu viens ? »


Euh... 

A suivre...


Idée originale/scénario/ mise en scène: VengeanceFR

Prise de vue/photographie : VengeanceFR, Sorrow

Retouches photos : Sorrow

Dans les rôles de :

V : VengeanceFR

So : Sorrow

Femme noire : Sennaprost

Ange Vengeur du rêve : Punisher

Image de la TV: Dje

Les mariés : Jeronimo et Vanille

Le prêtre William : Espace

Jolie/ Marilya : Marilya

 

 

Merci à tous pour votre participation, aux figurants du mariage qui se découvriront sur Home City.

Merci à tous mes lecteurs, à ceux qui me soutiennent, m'encouragent, m'aident d'une façon ou d'une autre.

Ajouter à mes favoris Commenter (4)

Édito

Octobre 2012: Désolé de me manifester aussi tardivement, mais vous l'avez compris, le projet Home City est arrêté. Il n'y aura pas de suite à Home City et Home City 2. Je tiens à remercier tout ceux qui m'ont soutenu dans cette aventure qui m'a fait vivre une expérience incroyable , et que vous garderez, je le souhaite, comme un bon souvenir.

La vie a ses priorités. Je n'ai pourtant pas renoncé à vouloir raconté une histoire qui me tient à coeur, dont Home City en fut un vaste terrain d'expérimentation, dans cet univers virtuel restreint et peu commode qu'est le Playstation Home (sur PS3).

Alors, peut-être un jour, vous tomberez sur une histoire qui ne sera pas sans vous rappeler un peu Home City, mais en plus ambitieux et abouti. J'en serais sans doute le responsable...

VengeanceFR/elarbol

La création d'Home City est d'abord née d'une idée, puis de rencontres et de circonstances.

VengeanceFR (ID psn)

Pour m'envoyer un petit email, ici.

L'équipe Home City:

VengeanceFR: Créateur, scénariste, photographe, acteur.

Sorrow83: Assistante, photographe, retouche photos, actrice.

K-rolyne72: Actrice "caméléone", traductrice US.

Skywat: Figurant/acteur.

Et tous ceux qui aident occasionnellement...

Archives

Favoris