Le Blog de Hiji

Le Blog de Hiji

Par Blog créé le 28/12/09 Mis à jour le 07/01/14 à 11h54

Un blog sans prétention, traitant des comics et parfois même de jeu-vidéo.

Ajouter aux favoris
Signaler

Diantre, j'en suis déjà à ma troisième affiche minimaliste ! Si ça continue comme ça, je vais ouvrir une galerie d'art !

 

 

Pour une fois, on évite le classique Big Daddy...

Ajouter à mes favoris Commenter (0)

Signaler

Avec un peu d'anticipation, voilà ce qui arrive quand on s'ennuis en stage...

 

 

 

Ajouter à mes favoris Commenter (0)

Signaler

Ce soir, sur les coups de 20 heures, j'ai activé pour une durée de 3 mois mon compte Xbox Live Gold. N'en n'attendant pas grand chose, je me suis lancé dans une horde en ligne. Et là...

 

 

Petit rappel historique : ma première expérience du jeu en ligne date de 2005, avec MOH Débarquement Allié sur PC. Je jouais avec un pote de l'époque, et je ne compte plus le nombre de bonnes soirées passées. Ça, c'était avant l'arrivée en masse des cheaters et autres bots. C'est donc avec une petite crainte que j'ai activé mon Live, même si les statuts de la communauté laissés entendre de franches parties de rigolade !

Ainsi donc, n'ayant aucun ami dans ma liste, j'ai cherché une partie et des compagnons de jeu en mode horde. Après un essai infructueux, je trouve de quoi faire mon bonheur. Premier constat : je n'ai aucun problème de lag, deuxièmement mes équipiers ne sont ni des manches ni des pros, bref à mon niveau quoi.

On joue, on enchaîne, on se balade les cinq premières vagues. Mais arrive un moment où je meurs bêtement, en voulant joué les durs. Arrivé à ce stade, je me dis que les autres vont me laissé tomber, car après tout on ne se connait pas. Je rampe donc, essayant d'échappé à mes ennemis, sans grand espoir. Et là, tel un kamikaze, un type arrive en enchainant les roulades et me sauve ! Quel homme !

Si ce geste parait banal, je le trouve génial. Il refléte bien l'esprit d'une communauté qui ne pense qu'à jouer dans la bonne humeur. Sa fait plaisir de voir que ce genre de joueurs existent encore, au milieu des kéké et autres Kévin. Enfin bref, je ne jouerai pas avant jeudi, mais il me tarde déjà !

Mon Gamertag est "ColvertRequin", il est pourri mais c'est ça quand on appuis trop vite sur A pour cause de pseudo déjà prit ! Ajoutez moi au cas où, je jouerai avec vous avec plaisir. Et non Mikadotwix, je ne t'ai pas oublié, mais je ne savais pas si tu serais connecté.

Ajouter à mes favoris Commenter (4)

Signaler
Comics

Etant donné le flop de ma dernière fanzine, qui fait très "années 80", il est temps de revenir à ce qui a fait le succès de mon blog : les BD. Et ça tombe bien, puisqu'hier je suis passé chez mon marchant de journaux me prendre Deadpool #2.

 

 

Autant être franc : le premier numéro m'avait (vraiment) déçu. Moi qui souhaitais mieux connaitre Deadpool et dévorer ses aventures, je me retrouvais avec une histoire de pirates qui ressemblait plus à un délire de la part des auteurs qu'autre chose. Bon, les dessins étaient pas trop mal, c'était déjà ça, non ? C'est donc avec une certaine crainte que j'ai acheté ce deuxième numéro, mais heureusement une bonne surprise m'attendait.

Le comics débute là où le premier s'était terminé. On retrouve donc notre mercenaire adoré seul en plein milieu de l'océan sur son bâteau de pirate, en plein monologue intérieur. Deadpool philosophe sur le sens de l'amitié et son besoin de reconnaissance, tout en s'ouvrant la jambe pour...répandre son sang dans la mer dans le but de pêcher le requin. Du pur "Deadpool style".

Je ne vais pas tout vous raconter, mais sachez que notre déjanté s'est mit en tête d'intégrer les X-Men. Rien que ça. On assiste donc à son raisonnement (tordu) pour atteindre son objectif. Et vous savez quoi ? L'histoire est bien meilleure que celle du premier volet, dans le sens où on assiste vraiment à un récit et non pas une sorte de délire. Les dessins sont toujours aussi bons, même si les couleurs sont moins flashy. On retrouve également quelques répliques bien savoureuses dont seul Deadpool a le secret, mais je ne vous spoilerai rien.

Conclusion : vous pouvez acheter ce numéro, c'est du tout bon ! On dirait que la série s'est enfin trouvée, même si les épisodes datent de 2009, la raison de ce décallage étant expliquée à la fin par M. Christian Grasse.

Ajouter à mes favoris Commenter (2)

Signaler

Après bien des galères, le voici enfin : le premier numéro d'Omega, ma nouvelle fanzine ! Vous trouverez un fichier zippé de 6 Mo contenant un fichier de...59 Mo. Oui je sais, c'est (très) lourd mais c'est le prix à payer pour conserver la qualité de ma publication. Par contre, la première page de ma rubrique "Let's Geek" est plus petite que l'ensemble, le problème restant inexpliqué à l'heure actuelle.

Bonne lecture !

C'est par ici.

Ajouter à mes favoris Commenter (3)

Signaler

J'ai besoin de votre aide mes amis. Comme vous le savez, sinon vous allez l'apprendre, je bosse sur une nouvelle fanzine dédiée aux jeux-vidéo. Cependant, je rencontre quelques problèmes. Je m'explique : je construit mes pages sous Illustrator (pour raisons graphiques) puis je les exporte sous QuarkX afin de construire mon PDF. Mais hélas, d'affreuses lignes apparaissent sur mes compositions (elles disparaitront à l'impression, je le sais) et pire encore, mes doubles pages s'affichent les unes sous les autres.

Auriez-vous des solutions à mes problèmes ? Dois-je malgrés tout diffuser ma fanzine (Omega) en l'état ?

 

 

Merci d'avance !

Ajouter à mes favoris Commenter (4)

Signaler

Pour ceux qui l'ignorent, il fut un temps où j'écrivais une fanzine nommée "Le dojo", qui était consacrée aux arts-martiaux en général. Après seulement deux numéros, j'ai décidé de l'arrêter par manque de temps. Mais maintenant que je suis en stage, j'ai plus de temps et je dispose d'une version d'Illustrator. Ainsi, je vous propose mon prototype de maquette, afin de recevoir vos critiques constructives.

 

 

 

Alors désolé, mais du blanc sur blanc sa le fait moyen. Je sais déjà ce que je dois changer (à mon avis) :

 

- rajouter le reflet de la sphère bleue

- retrécir le bloc texte de l'introduction afin de ne pas donner cette impression de "texte coupé"

 

Ajouter à mes favoris Commenter (0)

Signaler

Un peu de mon univers en somme. J'espère que vous aimerez.

Ajouter à mes favoris Commenter (0)

Signaler
Comics

On continue notre petit tour d'horizon de l'univers 2099, avec cette fois-ci la présentation d'un grand méchant bien connu des fans de l'univers Marvel : le Docteur Fatalis, ou Docteur Doom pour les puristes.

 

Nouveau look mais même personnalité.

 

Tout d'abord, je tiens à m'excuser pour le manque d'images dont souffre cet article, mais il n'est pas évident d'en trouver de bonne qualité. Mais bon, commençons si vous le voulez bien. Tout comme Spider-Man, Fatalis a également eu droit à son apparition dans l'univers 2099. Cependant, et contrairement à l'Araignée, il ne s'agit pas d'un autre homme sous le costume : c'est LE Fatalis du vingtième siècle.

Comment est-ce possible ? Est-ce un centenaire sous l'armure ? Et bien non, vous n'y êtes pas. D'ailleurs, Marvel ne s'est pas foulé pour l'introduire dans le monde futuriste. Tout commence en Latvérie, lorsqu'une bande de gitans tente d'échapper aux forces de l'ordre (non non, Hortefeux n'a pas participé au scénario). Soudain, un éclair déchire le ciel, et tel Terminator notre bon docteur apparait au milieu de l'action. Surpris et déboussolés, les jeunes gens ne croient pas Fatalis lorsqu'il se présente (après avoir dégommé la patrouille au passage), pensant avoir affaire à un imposteur. Ils le conduisent donc à leur village afin d'en savoir plus.

 

Tous ces crânes, on dirait presque Terminator 2, non ?

Bon, je vous passe le passage des retrouvailles pour me consacré un peu plus au personnage. En premier lieu, Fatalis n'a presque plus aucun souvenir de son passé, ni même comment il s'est débrouillé pour attérir là. Cette amnésie servira donc de trame scénaristique à Marvel, qui décide de faire courir son personnage après sa mémoire au fil des numéros. Fatalis est donc paumé au début du récit. Son pays est dirigé par une corporation, son château est en ruines et par dessus tout il constate que Spider-Man est également là.

En bon ex-despote, Doom décide donc de trouver le dirigeant local afin de lui indiquer la sortie. Sauf que, même s'il représentait une grande menace au vingtième, sa victime n'a nullement peur de lui, puisque n'importe qui à cette époque peut avoir accès aux technologies destructrices. Pensant avoir affaire à un énième imposteur ou robot, il ne fait que s'amusé avec lui. Fatalis prendra cher dans ce combat, son agresseur allant même jusqu'à lui renvoyer l'énergie de sa propre armure en pleine face. Le premier combat est donc un échec, mais Fatalis n'est pas quelqu'un qui abandonne aussi facilement. Cet aspect est finalement assez intéressant : là où au vingtième Fatalis possédait une avance technologique, il se retrouve ici totalement à la masse et le comprendra assez vite.

Il décide donc de s'allier aux gitans, plus particulièrement à deux jeunes gens dont l'une est une voyante et l'autre un pirate informatique hors-pair pouvant voyager dans le cyber-espace sans difficulté. Un de leur première mission sera de partir en Amérique du Sud, afin de trouver une experte en armures qui améliorera celle de Fatalis. Après cette opération, Fatalis pourra lui aussi voyager dans le monde virtuel, au point d'accèder à toutes sortes d'informations. Son savoir est donc, en théorie, sans limites.

 

Une toute nouvelle armure

 

Je ne vais pas tout vous raconter, mais sachez juste que durant les différentes aventures Fatalis adoptera un comportement différent de ce qu'il était autrefois. Il protégera son peuple contre les envahisseurs, fera équipe avec différents héros afin de sauver New-York et...volera une gigantesque ville flottante afin d'en faire son QG. Il révèlera son côté "bon samaritain" au fur et à mesure que la série progresse, notamment en sautant une durite lorsqu'un super-vilain menace de raser N-Y. De là à dire qu'il se transforme en héros il n'y a qu'un pas, et c'est peut-être ça qui fait de "Fatalis 2099" l'une des séries les plus populaire de cet univers...

 

Ajouter à mes favoris Commenter (1)

Signaler
Comics

Enfin l'article sur Venom version 2099 ! Tout d'abord, je tiens à m'excuser si je n'étais plus trop présent ces derniers jours, mais j'ai eu pas mal de boulot d'un coup, et comme je suis quelqu'un de très mal organisé...Bref, passons aux choses sérieuses, si vous le voulez bien.

 

C'est avec ce numéro que tout a commencé.

 

De tous les ennemis de Spider-Man, Venom est sûrement l'un des plus appréciés par le public. Vicieux de nature, doté des même pouvoirs que l'Araignée, il connait sa véritable identité, neutralise son sixième sens, etc...j'en passe et des meilleurs. Marvel n'était pas dupe, il savait que le vilain possédait un important capital de sympathie auprès des fans, et donc qu'une version 2099 ne pouvait que fonctionner.

Pour autant, est-ce toujours notre cher Eddie Brock qui porte le symbiote numéro 998 ? Et bien non. Tout comme pour Spider-Man, le concept est pareil tout en étant différent. Laissez moi vous contez son histoire. Kron Stone, un proche de Miguel O'Hara, est un criminel notoire et avide de violence. Un dangereux psychopathe dont la "passion" est de massacrer des familles, mais en laissant toujours un des membre vivant. Un peu sadique me direz-vous. Un jour, il est arrêté pour ses crimes, mais grâce à sa haute position sociale, il échappe à toute forme de punition. De plus, ses victimes n'ont pas souscris de contrat de protection auprès d'une police privée, donc aucune sanction n'est envisageable et plus aucune prison n'existe dans le futur, tout comme la peine capitale. Sauf qu'un jour, il va massacrer la famille de Jake Gallows, un certain Punisher 2099.

 

Un look "tête-de-mort" assez spécial quand même.

 

Ne supportant pas le fait de voir le criminel qui a tué sa famille en liberté, et n'étant pas un habile diplomate, le Punisher va le retrouver lui ainsi que son gang. Une fois le petit personnel transformé en pâté pour chat, Gallows s'en prend directement à Kron Ston. Mais ce dernier, malin comme un singe, s'est procuré un champs de force qui le protège des attaques rapides du Punisher composées de lasers et de tirs d'armes à feu. Qu'importe, le Punisher va utiliser les bonnes vieilles méthodes, et attaquer le criminel au coûteau. Ce dernier, très gravement blessé, fait une chute dans les égoûts et tombe nez-à-nez avec une étrange boule noire...

 

Peu importe le siècle, Spider-Man l'emporte tourjous !

 

Comme vous vous en doutez, il s'agit du symbiote de Venom qui attend là depuis une centaine d'années, comme quoi ce dernier peut se mettre en état de stase afin de survivre sans hôte. Une fois le duo maléfique formé, c'est un règne de terreur qui se met en marche. Jusqu'au jour où l'ex-fiancé de Miguel est tué par le monstre. Prit d'un excès de vengence, ce dernier met tout en oeuvre afin de le neutraliser. Il finit par le retrouver, et à la vue de la version 2099 de l'Araignée, Venom fait cette étrange déclaration : " Toi ! Les joueurs ont changés mais le jeu reste le même, et cette fois le vainqueur sera Venom !". Bien évidemment, Spider-Man emporte la bataille et découvre avec frayeur que sous le costume il y a bien un être humain. A noter que même si le symbiote est le même, deux nouveaux "pouvoirs" apparaissent. Tout d'abord, le symbiote semble avoir une constitution acide car dès que Miguel le touche, il se brûle (le résultat d'une stase prolongée ?). Ensuite, il semble avoir fusionné à un degré très important avec son hôte, car il est capable de se transformer en "flaque" d'eau, façon T-1000 de Terminator 2.

 

Toujours cette même férocité au combat. Y'a pas de doutes, c'est bien le même symbiote !

 

Voilà, voilà ! J'espère que cet article vous avez pris plaisir à lire mon article, et qu'il a répondu à vos interrogations. Au cas où vous auriez aperçu une erreur dans cette biographie, n'hésitez pas à m'en faire part !

 

Une dernière image pour la route, je la trouve classe celle-là.

 

Ajouter à mes favoris Commenter (7)

Édito

Bonjour à tous et à toutes !

Inutile de tourner autour du pot : nous sommes ici pour parler de Comics. Marvel, DC Comics ou autres, tous m'intéressent ! Je vais essayé de vous retransmettre ma passion du mieux que je peux, par le biais d'articles souvent mal écrits, mais parfois drôles. Bonne lecture !

Archives

Catégories

Favoris