Le Blog de Hiji

Le Blog de Hiji

Par Blog créé le 28/12/09 Mis à jour le 07/01/14 à 11h54

Un blog sans prétention, traitant des comics et parfois même de jeu-vidéo.

Ajouter aux favoris
Signaler

Communauté de Gameblog, bonsoir ! J'ai besoin de vous, oui VOUS qui êtes derrière votre écran, une main dans le slip et l'autre sur la souris. Vos avis de possesseurs de Nintendo 3DS vont pouvoir m'éclairer, en cette sombre période que je traverse. Bon, si vous avez une PS Vita et surtout de solides arguments, vous êtes également les bienvenus.

 

L'objet de mon incertitude

 

Voilà le topo : je suis un gamer passionné depuis...oulà, très longtemps. Je ne vous détaillerai pas mon CV de joueur à la loupe, c'est non seulement inutile mais aussi totalement idiot. Il se trouve que depuis un moment j'ai un peu moins de temps devant moi pour jouer, les obligations professionnelles et le sport n'y étant pas étrangers, sans oublier Madame qui me squatte la 360 mais ça c'est une autre histoire. Bref, il me vaut un nouveau jouet pour pouvoir assouvir ma passion dans d'excellentes conditions.

C'est pourquoi j'ai pensé à acquérir une console portable. Facile à transporter, adaptée pour les petites sessions de jeu comme pour les grandes, et surtout un prix d'achat plus faible qu'une console de salon. Mon choix s'est porté sur la 3DS de Nintendo, mais j'ai encore quelques réticences (notamment la peur d'une éventuelle 3DSi). En effet, peu de softs m'intéressent à l'heure actuelle à part Mario Land et Mario Kart 7, j'attends surtout Luigi's Mansion 2 et Paper Mario. Seulement...je ne connais pas le comportement de la console en situation.

Est-elle confortable durant les longues heures de jeu ? La 3D est-elle réellement un plus, mise-à-part pour Mario Land ? Quid de l'autonomie ? Que me conseillez-vous comme jeux ?

Question bonus : sans partir en troll, que vaut la 3DS face à la Vita ?

Ajouter à mes favoris Commenter (19)

Signaler

 

Je suis un grand fan de Nintendo. Pas un fanboy, non, juste un fan. J'aime l'univers que le constructeur Nippon a su développer, ainsi que ses personnages aux profils différents. Mais depuis quelque temps, j'enrage. Non pas que les productions mettant en scène mes héros favoris déclinent sur le plan de la qualité (quoique...), mais parce que Big N n'est pas un père parfait, et préfèrent certains de ses enfants à d'autres ! En gros, je n'ai pas aimé, mais alors pas du tout, qu'il passe sous silence les 25 ans de Metroïd et en tant que fan, je vais réparer cette erreur (SFX : début du thème de Terminator).

 

 

Comme vous vous en doutez bien, il est impossible de résumer une saga en un seul article, ou alors ce dernier sera comprimé au maximum, chose que je ne veux pas faire et je ne tiens pas non plus à écrire un pavé de trois kilomètres de long. Ainsi, afin de partager ma passion et d'être le plus clair possible, j'adopterai une démarche scolaire en commençant par le début (original, non ?) avec les origines de notre héroïne du jour.

 

  1. Samus, de l'enfant à la chasseur de primes :

Au début, rien ne semble distinguer la jeune Samus Aran des autres petites filles de son âge. Habitant la colonnie terrienne K-2L, l'enfant à la chevelure dorée coulait des jours heureux avec ses parents, jusqu'au jour funeste où les Pirates de l'Espace décidèrent de faire un petit massacre avant l'apéro'. Menées par le sinistre Ridley, les troupes éradiquèrent toutes formes de vie, à l'exception de Samus Aran qui réussit à se cacher durant l'assaut. Plus tard, les Chozos, peuple mi-homme mi-oiseau à la sagesse exceptionnelle, trouvèrent l'enfant et la prirent sous leur aile (excusez le mauvais jeu de mots).

Entrainée par leurs soins, et équipée du Costume de Puissance, don ultime des Chozos envers l'enfant, Samus pu enfin se mettre en route dans la réalisation de son objectif : venger ses parents. S'attaquer seule aux Pirates de l'espace peut sembler suicidaire, mais c'est sans compter sur la merveilleuse puissance de l'armure dorée. Possédant une grande puissance de feu et une capacité d'intégrer de nouveaux modules, la combinaison est particulièrement adaptée aux milieux hostiles et offre de grandes chances de survie. Voici comment Samus Aran se retrouva chasseuse de prime redoutée, surnommée "Le Chasseur".

Arrivé à ce stade de l'article, il me semble nécessaire de rappler une chose. Si le grand public n'a commencé à réellement connaître Samus Aran qu'à partir de SSBM et SSBB, ce dernier doit à tout prix garder en tête que notre héroïne est quelqun ayant un sang froid et un courage hors du commun. Je tiens à préciser cela surtout pour ceux qui ont fait Metroïd Other M : non Samus n'est pas une pleurnicheuse, ni elle ne passe pas son temps à raconter sa vie et non elle ne doute jamais. C'est un fan de la première heure qui vous parle, et qui a transformé son CD de jeu M.O.M en dessous de verre.

 

 

       2.  Les Pirates de l'Espace : moches, méchants mais surtout pas bêtes :

Ennemis jurés de Samus Aran, le joueur aurait fort tort de les considérer uniquement comme des monstres quelconques. Non mes amis, les Pirates de l'Espace représentent bien une menace réelle, pour toutes formes de vie dans la galaxie. Conquérants sanguinaires, avides de technologies et possédant une excellente géographie de l'univers, les Pirates sont un ordre extrêmement bien organisé, avec une hiérarchie bien spécifique et un sens de l'obéissance exemplaire. Dirigés depuis son bocal à poisson sur Zebes par le mystérieux Mother Brain ainsi que ses lieutenants Kraid et Ridley, ils sont au fil des épisodes de plus en plus obsédés par Samus. De la haine envers cette dernière, ils feront également preuve de fascination envers son Costume de Puissance, en tentant même de reproduire certaines de ses armes sans succès.

Au fil de la progression dans le jeu, le joueur est amené à découvrir différentes espèces de Pirates. Si seule leur couleur change dans les épisodes 16-bits, nous voyons apparaître depuis les opus en 3D des individus différents, à l'équipement et à l'armement singuliers. Ainsi, les Pirates volants, équipés de camouflage optiques ou encore de lance-grenades viendront rapidement donner du fil à retordre au gamer perdu dans une environnement hostile. Mais rien de bien méchant avec les bons modules intégrés au costume Varia !

 

 

 

Bon et bien voilà, la première pierre de mon dossier est posée. Il ne me reste plus qu'à finir de lire Green Lantern (Oxydam va me tuer sinon) et à réfléchir pour la suite.

 

 

Ajouter à mes favoris Commenter (3)

Signaler
Comics

Tiens, c'est poussièreux par ici, on voit bien que je ne suis pas venu depuis un moment. Bon bref, comment ça va ? Prêts pour l'été, magnifique saison exclusivement dédiée aux plaisirs vidéoludiques ? Moi oui en tout cas. En même temps, comment pourrait-il en être autrement avec cette pile de jeux qui s'agrandit chaque jour un peu plus ? Mais ceci n'est pas notre sujet d'aujourd'hui (et ça me permet de caser une intro' foireuse).

 

Comme vous le savez sans doute, mon blog est plus ou moins spécialisé dans la critique de comics. Des fois en VO, des fois en VF, parfois du DC Comics mais souvent du Marvel. Force est de constater que ce genre de sujets à le vent en poupe, notamment grâce aux nombreuses adaptations cinématographiques et autre relaunch. Mais le problème quand on possède un certain nombre de comics, voyez-vous, c'est de partager sa passion sans gaver son auditoire. Ainsi, alors que je ne savais pas quelle BD critiquer, il m'est venu une idée inspirée d'émissions telle que la Star Academy, référence douteuse, nous en conviendrons. D'ailleurs, pour m'excuser d'avoir ainsi exposé cette insulte à la chanson à vos petits yeux fragiles, voici une artwork d'une blonde à gros seins.

 

Matte moi autant que tu veux, mais reste sur ce blog.


Bon alors voilà le topo : choisir un sujet d'article est difficile, surtout quand on manque de temps. Alors, en grosse feignasse que je suis, il m'est venu une idée lumineuse : et si, pour fêter l'arrivée de ma nouvelle banière totalement moche, j'écrivais une critique de comics que le public aurait choisi ? En gros, je poste le nom de deux BD, et vous décidez laquelle mérite un billet. Oui, c'est totalement idiot et c'est fait pour générer un grand nombre de commentaires. J'assume. On commence donc tout de suite avec deux super-héros made in DC Comics.

 

Batman : la Nouvelle Aube - Pour ceux qui en ont


Green Lantern : Sans peur - Pour ceux qui prennent soin de leur brushing.

 

A vos SMS ! Euh non, votes !

 

Ajouter à mes favoris Commenter (5)

Signaler

Amateurs de comics, bonsoir ! Après m'être attaqué hier soir au Green Lantern Hal Jordan, c'est avec une joie non dissimulée que je vous propose ce soir une petite critique du Batman Showcase de ce mois. Alors débranchez le téléphone, préparez la limonade, virez le chat (ou le chien) et installez-vous confortablement !

 

"Alors comme ça on préfère Marvel, hein ?"

 

Édité tout comme son confrère chez Urban Comics pour le même prix de 5.60€, ce Batman Showcase #2 est lui-aussi une agréable surprise. D'un point de vue visuel tout d'abord, avec sa couverture cartonnée qui tue méchamment la gueule et qui ne passe pas inaperçue au milieu des autres comics du kiosque. Le choix d'un plan en contre-plongée est tout-à-fait pertinent, et renforce le côté menaçant de nos deux héros, enfin surtout celui de Batman. N'allez pas pour autant croire que Robin est ici relégué au rôle de second couteau, loin de là, mais nous y reviendrons plus tard.

Intéressons nous tout d'abord à l'histoire proposée. Loin d'atteindre le niveau d'un Sombre Reflet (dont les deux tomes sont disponibles à ce jour) ou d'un Knightfall, cette dernière n'est pas désagréable pour autant et se laisse parcourir avec plaisir. Mêlant habilement phases d'action et phase d'enquête, elle nous permet de découvrir nos héros en prise avec un mystérieux vilain, bien décidé à supprimer la famille de certains patients d'Arkham. Les dessins sont propres, les couleurs relativement sombres et l'on se dit que l'on n'a pas dépensé notre argent pour rien.

 

 

Concernant les personnages, les efforts des auteurs semblent s'être particulièrement concentrés sur Robin. Élèment central des différents dialogues, on suit avec intérêt ses péripéties et son côté impétueux transpire un peu plus à chaque dialogue, chaque dessin. Damian révèle toujours plus son caractère rebelle, allant même jusqu'à tester les limites de Gordan qui ne se privera pas pour lui rappeler qui est le chef. Pour autant, le jeune homme fait preuve de qualités de détective évidentes, nous prouvant ainsi qu'il est le digne héritier de Bruce Wayne. D'ailleurs, le playboy milliardaire n'apparaîtra qu'à très peu de reprises, laissant le rôle emblématique à Dick Grayson, décidément bien à l'aise dans son costume.

 

Je pourrais vous parler durant des heures de ce Showcase #2 tant ses qualités sont nombreuses, hélas je n'ai pas que ça à faire. Pour faire court, sachez que l'histoire est, contrairement à Green Lantern, tout à fait accessible, que vous soyez ou non  un lecteur du premier numéro (l'histoire étant indépendante). Je tiens juste à saluer une nouvelle fois Urban Comics, qui a eu l'idée ingénieuse d'intégrer des résumés concernant tous les Robin ayant apparu jusqu'à présent. Courez l'acheter !

 

Ajouter à mes favoris Commenter (1)

Signaler

Alors que le monde entier est en extase devant le film The Avengers, c'est avec une joie non dissimulée que je me suis mis à lire du comics made in DC Comics. Et oui, je suis ainsi, toujours prêt à me faire remarquer. Bon alors, au menu du jour nous trouvons...du Green Lantern. Non, ne partez pas, je ne parle pas du film !

 

Pour la majorité d'entre vous, et même pour moi il y a encore peu de temps, Green Lantern était avant tout une torture de près de deux heures datant de 2011. Mais si en plus vous faites partie des rares personnes de bon goût lisant des comics en VO, et que vous avez surtout eu la chance de lire All Star Batman, alors pour vous Green Lantern n'est rien d'autre qu'une andouille dotée de peu d'imagination ("He's got the imagination of a goddamn potato" dixit Batman) manquant de se faire tuer par un Robin survolté. Mais souhaitant dépasser ces clichés, c'est avec toute la bonne volonté du monde que j'ai acheté les deux numéros de cette série intitulée Showcase. Alors, bonne pioche ?

 

Volume 1

 

Proposé par Urban Comics, qui édite les titres DC depuis le mois de Janvier au détriment de l'italien Panini Comics, ce premier volume peut choquer certains amateurs. Non pas que les dessins soient particulièrement laids, mais la dite revue est vendue à un prix assez élevé : 5.60€. Je vous rassure tout de suite, pour ce tarif l'éditeur ne se moque pas du client, avec 122 pages, des planches agréables à l'oeil et une belle couverture cartonnée. Bref, le comics en jette. Mais l'apparence ne fait pas tout, encore faut-il que l'histoire suive derrière. Et là je vais être direct : si tout comme moi vous êtes novices dans l'univers de monsieur Jordan (non pas le basketteur), alors vos débuts seront assez difficiles. Heureusement, Urban Comics a pensé à tout.

En effet, avant et pendant le récit, l'éditeur a eu la très bonne idée d'intégrer des résumés et des biographies des différents protagonistes. Certes cela ne rattrape pas plus de 40 ans de continuité, mais au moins les petits nouveaux dont je fais partie se sentent un peu moins largués, et l'on sent la volonté d'Urban Comics d'accueillir un nouveau lectorat. Pour autant, quelques points resteront obscurs, mais le récit n'est pas incompréhensible pour autant.

D'ailleurs, quel est le thème de ce dernier ? Sans vous spoiler, nous assistons à la libération du grand méchant Parallax, qui réinvestit la lanterne centrale sur la planète Oa et de ce fait arrive à corrompre les anneaux des Green Lantern. S'ensuit une guerre entre les membres de la police galactique, mais comme vous vous en doutez, certaines personnes dont Hal Jordan échappent à son influence et parviennent à monter un plan de secours. C'est simple mais néanmoins efficace.

 

 

Bon, par contre si vous êtes fans de psychologie très dévelopée, de dialogues où plane une profonde réflexion, alors passez votre chemin. Ici, l'aventure avance plutôt rapidement, et l'action prime sur tout autre chose. Les planches sont cependant surperbes, les dessins fins et détaillés mais l'ensemble n'agresse pas pour autant nos rétines à chaque page. Bref, on passe un bon moment, même s'il n'est pas rare de revenir en arrière pour bien comprendre un passage, tant les noms ou certains élèments peuvent paraître obscurs pour un lecteur non-averti. Hélas, le comics se termine en pleine scène d'action, ce quit provoque pas mal de frustration mais booste aussi l'attente du prochain numéro.

Alors, on achète ou pas ? Je serai tenté de vous dire oui, et pour deux raisons. Tout d'abord grâce à la bonne qualité générale de la revue, même si le tarif est plus élevé que chez Marvel par exemple. Ensuite, parce qu'il s'agit d'une bonne occasion de faire connaissance avec l'univers de DC Comics, avant le relaunch du mois de Mai. Sachez enfin que Urban Comics sortira ce même mois pour le prix de 15€ un album dédié au héros tout vert.

A paraître : Green Lantern Showcase 2

Ajouter à mes favoris Commenter (8)

Signaler

 

 

Miles Morales, futur nouveau Ultimate Spider-Man, est sans aucun doute l'un des évènement majeur de l'année 2012. Il faut dire que la Maison des Idées frappe fort avec ce nouveau personnage ayant la lourde tâche de remplacer un Peter Parker mort au combat, autant dire que la tâche ne sera pas aisée. Cependant, se serait mal connaitre Marvel que de prédire un futur bide.

Et oui, il serait bien trop facile de doter un autre adolescent des mêmes pouvoirs que l'Araignée, or chez Marvel on aime les défis. C'est ainsi que nous apprenons que notre jeune Miles sera doté d'aptitudes que son prédécesseur n'avait pas, telle que la possibilité de paralyser un ennemis par simple contact (peu pratique dans la vie privée) ou encore la capacité de se rendre invisible (nous ignorons encore pour combien de temps). Bien sûr, il n'est pas exclu que d'autres feront leur apparition.

 

 

Il est bon de rappeler que notre jeune hispano-afro-américain n'est pas le premier à endosser le costume de Spider-man, et que d'autres avant lui l'ont fait et ont connu une belle carrière. Je pense notamment à Miguel O'Hara, de père irlandais et de mère mexicaine. Il introduisait lui aussi de nouveaux pouvoirs, telle qu'une morsure paralysante, une vision accrue dans l'obscurité ou encore des griffes retractibles aux pieds et aux mains. Bien que la série 2099 essuya de vives critiques, je trouvais le personnage très intéressant, et la vision de ce future apocalyptique où les méga-corporations sévissent l'était également.

Ajouter à mes favoris Commenter (4)

Signaler


Avec presque 8 mois d'existence au compteur, le célèbre mercenaire totalement barré de chez Marvel semble bien parti sur sa lancée pour connaitre un beau succès. Mieux encore, la série est passée à une parution mensuel dès le numéro 4. Focus sur cette série à l'humour bien particulier.



 

Si la situation actuelle de Deadpool semble stabilisée, il faut dire qu'au commencement en Mars 2011 rien n'était gagné d'avance. Après un premier numéro des plus étrange, avec une histoire de pirates totalement idiote mais nénmoins un humour déjà présent, les fans dont je fais partie craignaient le pire pour la suite. Heureusement, par la suite les récits se sont vraiment améliorés, je pense notamment à l'histoire où notre héros décide d'intégrer les X-Men, avec une fin des plus surprenantes. Et que dire, pour un fan de l'Araignée comme moi, de l'aventure qui vient de se clore mettant en scène Spider-man et Deadpool face à...un singe tueur en série du nom de Hit-Monkey.

 

 

Alors que retenir ? Et bien que la série semble avoir trouvé son petit bonhomme de chemin, avec un graphisme coloré et soigné, des tirades toujours aussi succulentes mais surtout un humour omniprésent. Et pour ceux qui en redemandent encore, vous pouvez toujours acheter la série Deadpool Corps.

À la prochaine !

Ajouter à mes favoris Commenter (0)

Signaler

 

 

Tuer Spider-Man (tout de même l'un des personnage les plus emblématique de la compagnie) de l'univers Ultimate était une décision assez difficile à annoncer aux fans, mais le remplacer par un jeune homme de couleur est un acte des plus audacieux ! Miles Morales, mi-black mi-hispanic, est donc l'heureux élu. Je ne dévoilerai pas le pourquoi du comment, afin d'éviter tout spoiler, mais il est certain que c'est un changement à surveiller de près. Une question reste cependant en suspens : Peter Parker est-il réellement mort, ou connaitra-t-il le même destin que d'autres héros, c'est-à-dire revenir d'entre les morts tout comme son homologue "classique" ?

Ajouter à mes favoris Commenter (2)

Signaler

 

«L'enfant qui passe une heure, deux heures, à jouer à ces jeux vidéo violents, va devenir accro et en sortir plus bête qu'il y est entré !»

 

 

Magnifique citation, pleine de bon sens et mûrement réfléchie, n'est-ce-pas ? C'est à Familles de France que nous la devons, vous savez cette "organisation" dont le but est de protéger nos chères têtes blondes. Si la phrase prête à sourire dans un contexte d'actualité normale, elle l'est beaucoup moins suite à la récente tuerie en Norvège, et encore moins lorsque l'on sait que cette déclaration est issue d'un rapport déposé au Parlement français le 30 Juin 2011.

Alors, simple provocation ou véritable preuve de mauvaise foi ? Car ne l'oublions, alors que de grands quotidiens tels que Le Monde ont pris la défense du jeu-vidéo dernièrement, cette bande de grenouilles de bénitier continue leur déclaration toutes aussi stupide les unes que les autres. Mais intéressons-nous à leurs arguments.

Selon eux, toute personne passant du bon temps devant sa console ou des jeux violents s'abrutirait et deviendrait un serial killer en puissance. Pire encore, l'association souhaiterait donner aux jeux violents une dimension éducative. Alors je ne sais pas pour vous, mais de pareilles déclarations en 2011 ça me fait mal au cul (excusez du peu). Surtout qu'une étude issue d'une université au Texas, et citée dans Le Monde, prouve exactement le contraire. D'autant plus que le meurtrier norvégien disculpe lui-même les JV dans son action. Et pour exemple personnel, j'ai beau avoir fait tous les GTA, cela ne m'a pas empêché de réussir mes études sans tuer la moindre personne.

Alors s'il vous plaît Familles de France, laissez nous jouer en paix et le monde ira mieux sans vos déclarations dépourvues de sens.

Source

Ajouter à mes favoris Commenter (5)

Signaler

 

Il y a bien longtemps, à vrai dire juste un mois, que je n'ai rien publié sur ce blog. Et PAF ! Voilà qu'aujourd'hui, après l'un de mes nombreux achats du mois, je me suis rappelé que je critiquais des comics sur mon blog. Chassez le naturel...vous connaissez la suite. Bref, me revoilà avec dans ma besace un certain Deadpool #3. A table !

 

Oh la belle paire de...héros !

 

Après un premier numéro franchement décevant, et un deuxième qui avait eu le mérite de redresser la barre tout en amorçant une histoire intéressante, c'est toujours avec une légère appréhension que j'ai sorti mes 3,90€ pour ces 48 pages. Alors, qu'avons nous de beau pour ce prix-là ? Et bien tout d'abord, la suite et fin de l'aventure ayant commencé deux mois auparavant, à savoir l'avenir professionnel de notre cher mercenaire.

Sa carrière étant au plus mal, Deadpool se retrouve à San Francisco où une révélation l'attend : incorporer les rangs des X-Men. Alors je ne sais pas si vous vous rendez compte, mais avoir un cinglé à la gâchette facile dans une équipe bourrée de principes et adepte de la non-violence, il y a de quoi craindre le pire. Cyclope lui propose donc un deal : faire ses preuves dans un premier temps, et ensuite peut-être devenir un X-Man. Je ne ferai pas de spoiler, mais vous vous doutez bien que Deadpool a une conception toute particulère du conseil "faire ses preuves". Voilà en peu de mots le programme de ce #2.

Alors, ça vaut le coup ou non ? Je vais répondre par un grand OUI. Les dessins sont toujours aussi agréables à l'oeil et colorés, l'humour est omniprésent et l'histoire prend souvent des tournures inattendues.  On ne s'ennui pas une seule seconde. C'est du grand Deadpool que nous avons là, et j'espère vraiment que la série va continuer ainsi. Et cerise sur le gâteau, Spider-man interviendra dans le #4...Enjoy !

Ajouter à mes favoris Commenter (0)

Édito

Bonjour à tous et à toutes !

Inutile de tourner autour du pot : nous sommes ici pour parler de Comics. Marvel, DC Comics ou autres, tous m'intéressent ! Je vais essayé de vous retransmettre ma passion du mieux que je peux, par le biais d'articles souvent mal écrits, mais parfois drôles. Bonne lecture !

Archives

Catégories

Favoris