Le Blog de Hiji

Le Blog de Hiji

Par Blog créé le 28/12/09 Mis à jour le 07/01/14 à 11h54

Un blog sans prétention, traitant des comics et parfois même de jeu-vidéo.

Ajouter aux favoris
Signaler

J'ai pu constater un phénomène assez étrange dans notre communauté : certains blogs ont pour sujet les femmes. Rousses, babes et autres pin-up ont la côte. Gameblog, un repère d'hommes de goût ? Assurément. Ainsi, en guise de cadeau pour mes fidèles lecteurs je poste cette image :

 

 

La maison n'est en rien responsable des saignements du nez trop trop importants pouvant entraîner une hémoragie. Have fun (and Kleenex).

Ajouter à mes favoris Commenter (16)

Signaler

 

Si sa continue ainsi, je vais tenir une chronique intitulée "le coup de gueule de la semaine", sérieusement j'y songe. Qu'est-ce-que me met en colère ce coup- ci ? Vous allez comprendre...

«Super ! Aujourd'hui j'ai acheté un paquet de capotes ! La vidéo du déballage dans mon blog »

Oui je sais, c'est nul, je râle encore pour un rien, mais là sa me gonfle quand même. Alors si vous ne supportez pas les critiques envers Gameblog, je vous déconseille cette lecture.

Alors, envers quoi je m'énerve ? Et bien tout simplement envers cette mode stupide des « vidéos déballage de jeux ». Il ne se passe pas une semaine sans que l'on en voit une. Pour moi, c'est aussi chiant (excusez du terme) que cet usage intempestif du terme geek (je ne vise pas Salomé en particulier, mais une tendance générale). Et surtout, je ne vois pas l'intérêt que ces vidéos ont. A la limite pour un pack collector je veux bien, mais une console...

C'est un peu comme si je regardé quelqu'un déballer ses cadeaux de Noel : chiant et inutile. Aaaahh oui c'est super, oooh la belle boiboite, ooooh la belle version collector qui coute un bras et que je n'aurais jamais. Pour moi ces vidéos ne devraient pas exister, sa enlève une partie du plaisir de l'achat. C'est vrai quoi, quand j'ouvre un boitier de jeu, j'aime découvrir quelle étiquette sera collée au CD. Je prends plaisir à la contempler, à admirer la couverture de la notice, mention spéciale pour ceux de Rising Star Games (aaahh Muramasa). Déjà que les softs actuels ne m'impressionnent plus, alors si en plus on m'enléve cette surprise...

Mais ne nous trompons pas : j'adore Gameblog, j'adore leur manière d'écrire des dossiers et des tests, mais certaines fois je me pose des questions. Un peu comme "pourquoi je mange des olives aux anchois en tapant cet article ?".

 

 

Ajouter à mes favoris Commenter (16)

Signaler

 

Après plusieurs commentaires inquiètants, postés sur mon article précédent, j'ai décidé de capturer un joueur de Magic pour lui poser quelques questions. Et là le couperet est tombé : je me suis bel et bien trompé. Après je ne sais pas combien de parties à jouer selon une règle fausse, j'ai enfin vu la vérité.

Alors il semblerait que dans un tour, on ne peut poser qu'un seul terrain, mais autant de créatures que l'on veut si on peut en payer le coût de mana. Un grand merci à mes lecteurs avertis, sans qui je serai encore dans l'ignorance.

Ajouter à mes favoris Commenter (1)

Signaler

 

 

 

Si vous faites partie de mes fidèles (et peu nombreux lecteurs), vous n'êtes pas sans ignorer que j'avais commencé une petite série d'articles sur le jeu de cartes à jouer Magic. Après m'être quelque peut égaré dans divers coups de gueule et blagues foireuses, je suis en mesure de vous présenter aujourd'hui un nouveau post dédié à ce fabuleux jeu de cartes. Je présume qu'arrivé ce stade, vous possédez quelques cartes, et que l'envie d'envoyer vos dragons dans la tête d'un adversaire vous démange plus que tout.

Hey toi là ! C'est l'heure du dudududuel ! :

La première chose à savoir est que pour jouer, votre deck doit contenir un minimum de 60 cartes, 62 étant la moyenne généralement observée. Après avoir mélanger vos cartes, vous devez en tirer 7 afin de constituer votre main de départ. Si jamais cette dernière ne vous convient pas, vous pouvez déclarer un mulligan, c'est-à-dire que vous en retirez mais 6 cette fois.

Tour 1 :

Le regard remplit d'appréhension, vous priez le ciel pour avoir une bonne main. Et Ô joie ! Vous avez justement un terrain (on va dire vert) et une créature avec un coup d'invocation de 1. Vous vous empressez de poser votre beau terrain, de l'engager (le tourner à 90 degrés vers la droite) et de lancer votre petit monstre, et là je vais vous apprendre 2 règles fondamentales du jeu :

- on ne peut poser qu'un terrain et une créature par tour, il faut engagé un terrain pour invoquer une créature mais plus quand elle attaque,

- la créature posée ne peut attaquer ce même tour, il faut attendre le suivant, c'est le mal d'invocation.

Vous voila donc avec un terrain, et une bestiole avec les valeurs 1/1 on va dire.

 

Votre adversaire, par un malheureux hasard, se retrouve lui aussi dans votre situation et ne peut pas attaquer non plus.

 

Tour 2 :

Vous n'êtes pas venu pour regarder votre adversaire dans le blanc des yeux, sauf si c'est une belle brune au regard de braise, mais je m'éloigne un peu du sujet là. Je disais donc, c'est le moment d'attaquer. Vous annoncer que votre créature va attaquer, vous l'engager (mais pas les terrains) et votre adversaire désigne sa créature qui va défendre. Nous en sommes donc à :

- votre 1/1 attaque

- votre adversaire défend avec une 1/1

Comme votre créature inflige 1 de dégâts et que votre adversaire n'a que 1 d'endurance, cela devrait suffire à l'exploser SAUF QUE quand une créature défend, elle inflige également des dégâts. Et comme elle a la même force et vous la même endurance...les deux explosent. C'est logique puisque vous vous infligez mutuellement 1 de dégâts avec chacun un d'endurance. A ce stade, vous voilà donc tout deux sans défense.

Mais il est tout à fait possible que votre adversaire décide de ne pas bloquer, et dans ce cas il se prend directement 1 de dégâts et ses PV baissent à 19. Notons que, si une créature est engagée, elle ne peut pas défendre ce même tour.

 

Bien sûr, j'ai choisis là un exemple simpliste pour ce premier exemple de partie, mais il n'est pas rare qu'elles commencent de la sorte. Dans mon prochain article, je passerai à la vitesse supérieure en intégrant les cartes éphémères et enchantement.

 

Bonne journée

 

 

Ajouter à mes favoris Commenter (6)

Signaler

 

 

Attention ami lecteur, tu t'apprêtes à lire un avis qui n'engage que moi, si tu as tendance à saigner des yeux pour un rien je te déconseille fortement la lecture de ce billet.

Je suis sûr qu'il vous ai déjà arrivé de trouver un mode dérangeante, au point d'avoir envie de pulvériser la moindre personne qui s'en réclame. Vous savez, un peu comme les Tokyo Pucelles, qui étaient en transe à la moindre vue d'un poster de Bill ou d'une crinière de lion. Mais mon post ne s'intéresse pas à eux, non mes victimes sont ailleurs et peut-être même parmis vous, ce sont les pseudos geek.


Vous savez, ce sont ces personnes qui depuis quelques temps revendiquent haut et fort leur appartenance à cette catégorie de la population, alors qu'il y a peu c'était limite si elles ne leur jetté pas des pierres. Pourquoi font-elles ça ? Parce que c'est in, parce que sa fait pseudo underground-branché. Alors mettons les choses au point : non ce n'est pas parce que vous êtes nés en même temps que Mario que vous êtes un geek, non ce n'est pas parce que vous jouez une heure par jour depuis vos 8 ans que vous l'êtes, et encore moins si vous connaissez quelques abréviations en anglais. Alors Jean-Kévin tu es gentil, mais ton Ipad tu le ranges. Mais mine de rien, son on continue comme ça, on approchera le point de non retour : la kikoo-attitude.

" Tu es as vu mon agenda Ben : je suis un Geek olilolol XDDDDDD"

J'espère vraiment, mais alors VRAIMENT qu'on en arrivera pas là. Alors désolé, je sais que c'est mon deuxième coup de gueule de la journée, mais je n'en pouvais vraiment plus de voir le terme "geek" utilisé à toutes les sauces et sans raison.

 

Bonne soirée.

 

Ajouter à mes favoris Commenter (6)

Signaler

Je suis désolé d'avance, mais cet article tiendra plus du "36 15 ma life" que d'un dossier ayant pour sujet mes passions numériques. De plus, comme je suis seul chez moi, je devais bien me plaindre quelque part. Manque de chance pour vous, sa sera sur mon blog.

Je suis quelqu'un de calme, posé, sérieux, etc...J'estime donc que, quand je postule pour un emploi ou autre, je suis en droit d'attendre une réponse. Il se trouve que je suis passionné de journalisme, aussi bien locale avec les 75 ans de Mamie Germaine que spécialisée, j'ai ça dans le sang que voulez-vous. N'ayant pas les moyens de faire un école à 3000 € l'année, que seuls 40% des journalistes ont fait, et ne disposant pas de relations dans le milieu, je dois faire selon mes moyens.

J'ai alors pensé aux piges. Pour débuter dans le métier il n'y a rien de mieux paraît-il. Ouais, enfin surtout comme esclaves y'a pas mieux, mais bon. Je démarche donc toutes les rédactions du coin, affrontant la terrible secrétaire, envoyant des mails, téléphonant mais...rien. Aucune réponse.

Et ça voyez-vous, sa me met en rogne ! Bref, tout ça pour dire que je devais écrire ça quelque part, et qu'un jour je réussirai à être journaliste. Mine de rien sa soulage de l'écrire, et je peux repartir faire mon commercial l'esprit tranquille.

 

Ajouter à mes favoris Commenter (0)

Signaler

A moins d'un mois des fêtes de fin d'année, il serait de penser à ma wishlist. Et je ne sais pas pourquoi, mais j'ai une envie de Mario, peut-être pour ses 25 ans. Quand le fanboyisme rencontre la société de consommation ! Alors, cher Père Noel je voudrai :

Mario Galaxy 2 : j'ai adoré le premier, je ne l'ai certes pas finis à 100% avec 115 étoiles au compteur mais qu'importe. Si il surclasse le premier, avec des niveaux plus grands et tordus je prends. C'est dans la difficulté qu'on s'améliore.

Super Paper Mario : j'avais particulièrement apprécié l'humour du volet Game Cube, et une vision plus RPG du plombier moustachu n'est pas pour me déplaire. Découvrir des personnages récurrents de la série sous un nouveau jour, tel Bowser, vaut le détour également.

New Super Mario Bros Wii : Four Swords ayant été une expérience géniale, malgré les prises de bec avec mon frère/ma soeur, je veux tenter à la sauce Mario. Et surtout, pas besoin de 3 GBA avec 3 câbles.

Mario All Stars Wii : culte, tout simplement et en plus y'a des goodies. Sans parler de Super Mario Bros 3.

Mario et Luigi au centre de Bowser : pour les mêmes raisons que Paper Mario, mais en version portable. En plus, le jeu exploite pas mal des capacités offertes par la DS.

Golden Sun 3 : je l'attends depuis plus de 6 ans, tu l'crois ça (AHL 1367) ? Si il est aussi soigné que les opus GBA, sa promet. Oui je sais, une entorse à ma "wishlist Mario".

 

 

Sans compter que ma copine m'a acheté une Snes avec Mario World, et vous comprendrez aisément que je n'achéterai plus de jeux avat un moment ! Et vous, vous voulez quoi ?

 

Ajouter à mes favoris Commenter (2)

Signaler

 

Désolé pour cette blague pourrie, mais l'idée m'est venue à force de voir la babe de la semaine, la pin-up du jour et autres rousses. Sans rancune les gars, c'est juste de l'humour.

Ajouter à mes favoris Commenter (1)

Signaler

Je ne sais pas pourquoi, mais aujourd'hui j'ai envie de vous raconter ma première rencontre avec la Super Nintendo. Peut-être parce que je viens d'en voir une en loose à 25 euros, et que beaucoup de souvenirs me sont revenus en tête.

 

C'était il y a maintenant de ça 13 ans, nous étions alors en 1997 et j'avais tout juste 10 ans. Je sais, sa fait beaucoup de chiffres mais j'ai une mémoire des chiffres justement, je n'y peux rien. J'avais alors à la maison une seule et unique console, la Megadrive 2. C'était certes peu, on fesait mieux à l'époque mais j'adorais passé mes après-midi sur Sonic ou Street Of Rage. Mais un jour, je devais chercher mon frère qui jouait chez un voisin qui habitait derrière chez moi. Un jardin traversé et une porte, et hop le tour est joué.

C'est alors que nous avons parlé de jeux, il avait une Snes et moi une Megadrive. Le pire était à craindre, et alors que du sang aurait dû couvrir sa pelouse, il me proposa de rentrer dans son salon. Et pendant que j'étais en train de prendre un pad entre les mains, c'est à ce moment là que je vis l'écran titre d'un certain Mario All Stars. Pour moi qui n'avait jamais touché un Mario, sa allait être un choc. Et quel choc ! Car le premier Mario qu'il lança était Mario Bros 3.La claque, graphique tout d'abord puis ensuite au niveau de la maniabilité. Apprendre à voler en raton-laveur est sûrement encore maintenant un de mes meilleurs souvenirs.

Certes ce n'était pas rapide comme Sonic, mais je me souviens qu'à l'époque je recherchais des jeux disposant de scénario. Imaginais ma joie devant les ridicules petites lignes de texte qui précédait un "bâteau volant". Par la suite nous avons sympathisé, nous avons passer nos après-midi ensemble, à finir la cartouche, puis Mario World, puis le Super Gameboy avec Link's Awakening puis Pokémon puis la 64 et la Play 1, etc...Par tous les temps, en été dans mon garage, en hiver dans nos chambres.

Je n'ai hélas plus aucun contact avec mon ami, mais j'en garderai des souvenirs irremplaçables, comme ces après-midi sur Duke Nukem 64 en compagnie de mon frère et ma soeur à se tuer sur écran partagé. Je ne vous parle même pas de Bomberman 64 et autre Mario Kart / Goldeneye...J'espère juste que vous aussi vous avez connus de pareils moments.

 

Maintenant excusez moi, mais je dois jouer...

 

Ajouter à mes favoris Commenter (1)

Signaler

 

Si vous me lisez toujours, cela signifie que Magic vous intéresse vraiment, et que vous êtes prêts à en découdre. Seulement, jouer à ce jeu nécessite une petite leçon sur comment lire une carte.

Comme vous l'avez deviné, chaque carte a son propre nom. Celle-ci se nomme "Aristocrate vampire" et comme son nom l'indique il s'agit d'une carte noire. Juste à droite du titre vous avez deux symboles, un crâne et un chiffre : ils représentent le nombre de terrains nécessaires pour placer la carte en jeu. Il faut donc un terrain noir (le crâne) et...deux autres, peut importe leur couleur. En gros, vous pouvez très bien mettre un terrain noir et deux verts, un noir-un vert-un rouge, etc...

Ensuite, et l'un des aspect les plus agréable à mes yeux : l'illustration. Évidemment, les goûts et les couleurs sa ne se discute pas, mais sachez que plusieurs artistes sont aux pinceaux et chaque édition dispose de sa propore patte graphique. Juste en dessous, vous avez le genre de la carte. Sachez qu'en plus vous avez les terrains, les artefacts, les rituels, les éphémères, les enchantements.

Attaquons-nous maintenant au vif du sujet : le texte, c'est grâce à lui que vous saurez comment jouer la carte. On apprend ici qu'en sacrifiant une créature, vous boosterez les stats du vampire, devenant ainsi une 4/4. Et pour finir, le texte en italique. Toutes les cartes n'en ont pas, mais ce petit plus permet de poser un peu mieux l'univers de Magic. Un plus pour l'immersion donc.

Et enfin, l'information la plus importante : les chiffres (pour une créature). Ce sont eux qui déterminent la force de la créature. Le premier détermine la puissance d'attaque du vampire, et le deuxième son endurance, c'est-à-dire le nombre de dégâts qu'il doit subir pour être détruit. Concrétement, le vampire infligera deux points de dégâts, mais sera détruit si il en subit plus de deux. Je vous expliquerai comment se déroule ces actions dans mon prochain article, don't worry.

Ajouter à mes favoris Commenter (0)

Édito

Bonjour à tous et à toutes !

Inutile de tourner autour du pot : nous sommes ici pour parler de Comics. Marvel, DC Comics ou autres, tous m'intéressent ! Je vais essayé de vous retransmettre ma passion du mieux que je peux, par le biais d'articles souvent mal écrits, mais parfois drôles. Bonne lecture !

Archives

Catégories

Favoris