Édito


 

 

Archives

Le Blog de Herrera Marie-Christine

Par Herrera Marie-Christine Blog créé le 17/01/16 Mis à jour le 05/11/18 à 20h29

Auteur de Poésie, éditée aux Éditions Persée depuis septembre 2015.

Ajouter aux favoris

Signaler

Dans mon monde

Dans mon monde imaginaire, y règnent en grande paire,
plusieurs vagues de pierres, plusieurs parcelles de terre,
recouvertes d'un parterre de fleurs aux couleurs si belles
que mes yeux ne savent plus retrouver le chemin de toute la splendeur que commente mon c½ur.

Dans mon monde je m'envole comme une folle au milieu des élfétes
qui me permettent pour un instant de faire l'accompagnement jusqu'à 
m'épuiser puis me reposer sur le dos d'une jolie pensée.
Oui je vole, j'ai même des petites ailes si frêles et si délicieuses
que les gouttes de pluies arrosées en grande partie,
les font à nouveau briller après la toilette printanière de l'air.

Oui je prends le bain de soleil,
et j'écoute alors les oiseaux se manifester et m'expliquer leur journées.
Ici tout n'est que bonheur,
seules les joies de mon c½ur se laissent dériver jusqu'à arriver
aux portes du lit de la rivière qui se mettent à refléter
mon visage d'enfant hébété ?

Oui j'aperçois alors de beaux poissons un peu ronchons,
que je viens à peine de déranger par mes questions embarrassées,
et cette eau si pure qui ne demande qu'a être essayée,
plonger dans ce cas, me vient alors la première de mes idées pour cette matinée.

Et puis nager librement sans compter le temps, sans avoir peur du passant, en sortant de cette eau, j'aperçois alors un nid d'abeille joliment dessiné, et m'invitent à déjeuner, je goûte alors à ce miel si goûteux, au douceur de ce sucre qui me rassure, et qui fait tant plaisir à mon palais si gai.

Oui bien sur !
Il va de soi que cela n'existe pas puisque je suis-là ? !
Mais que de plaisir avez vous pris à le lire ?
Et ne vous êtes vous pas fait plaisir ?

Marie-Christine Herrera.

Ajouter à mes favoris Commenter (2)


Signaler

Le Clairon.

J’entends  le clairon de la nuit,

J’entends le son de l’ennui. 

Par mégarde j’ai pris en terre étrangère le chemin de la Guerre.

Par mégarde j’ai bu le vin de l’enfer, épuisée décimée,

J’ai semé la colère de mes frères. 

Adulés, effrontés, nous nous sommes trompés, égarés.

Menacée de mes armes j’ai défié avec hargne le vent du passé.

J’entends le clairon de la nuit,

J’entends l’arrêt de la vie.

 

Marie-Christine Herrera

Ajouter à mes favoris Commenter (0)

Signaler

Trés belle vidéo à voir... à regarder à lire sur la légende des guerrier de lumière, rien de mieux que cette vidéo pour accompagné ma Poésie "A mon être de Lumière".

Bises à tous,

Marie-Christine.

Ajouter à mes favoris Commenter (0)

Signaler


J'ai vu la lumière, j'ai vu mon être transformé par mes prières, je suis resté sur terre, j'ai vu et senti tout mon être qui resplendissait d'amour à travers mes larmes qui parcouraient mon visage, je me souviens de tout ton amour, de tout mon parcour.


J'ai vu la lumière, tout ton être de prière, qui me disait de ne pas avoir peur mais de parcourir le chemin emprunt de tant de difficultées, je trouverais la force de me relever.


J'ai vu la lumière un jour d'été je me suis rapproché de toi, tu m'avais appelé, tu m'as guidé, m'a envoyé ton ange d'amour celui qui vous guide et vous prend par la main pour te dire non pas par là...revient vers moi.


J'ai vu dans mes songes toute ta beauté toute ton humanité, nous nous sommes promené ce soir-là toi et moi main dans la main, les bougies parcouraient le chemin de lumière, tu m'as conforté dans mes doutes souvent quand je redoute.


Tu m'as pardonné, tu m'as toujours aimé, je t'ai souvent délaissé... Souvent bléssé par ma traversée du desert, celui de l'âme qui se perd.
Je t'ai demandé pardon un jour de raison, les remords et ma lucidité, mon presque étouffé de chagrin rien de bien malin.


Tu m'as accueilli à bras ouvert dans ta maison de prière, avec les anges de lumière,
Je t'ai toujours aimé, souvent oublié, parfois avec de mauvaises idées,
J'ai vu la lumière noyé dans la pénombre, j'ai vu ton coeur qui s'offrait à nous, tu voulais tant m'aider, afin de ne pas me noyer.
J'ai vu la lumière un jour de pluie, où j'ai tellement pleuré, je t'ai toujours aimé.

Marie-Christine Herrera.

Ajouter à mes favoris Commenter (0)

Signaler

Un peu de musique pour vous réveiller un peu histoire d'apporter un peu de profondeur, j'adore les loups l'animal maudit un peu comme nous les poétes... Cette vidéo ira trés bien avec le texte que je mettrais en ligne demain justement le titre "Je suis un loup".

Au plaisir de vous lire et je vous embrasse belle soirée à tous.

Marie-Christine Herrera.

Ajouter à mes favoris Commenter (4)

Signaler

Le mensonge du songe.

Le mensonge du songe, exploité sans bonté, oublié des derniers. La vérité n’est pas d’actualité elle est seulement déguisée dans le quotidien des apparentés.

Le mensonge va au comble de l’esprit qui s’enfuit vers autrui.

Il balaye, désarçonne, décarcasse les limaces qui tracent un dessin de l’instinct.

Le mensonge du songe donne sa réponse et plonge dans un monde sans lumière,

 parfois austère.

Il soulage le mépris et transforme le vilain en seigneur.

Le mensonge du songe vous envoie dans un monde sans valeur sans pudeur.

Le mensonge du songe, il faut l’abattre le faire se taire, car le mensonge est ennuyeux, il est visqueux.

Ouvre la porte sans lui donner d’opportunité sans lui donner jamais identité

Marie-Christine Herrera

 

 

Ajouter à mes favoris Commenter (0)

Signaler

Je vivais chez les morts

 

Je vivais chez les morts, je vivais sans remords

Je vivais au seuil de la porte de lumière, réveillée par l’ange de Prière.

Endormie sous ma vie, je voguais sans soucis sous le gui.

Empilée sous le tas de gravats, j’enterrais la misère avec moi.

Je priais en pardon à mon Ame, je priais en raison.

J’entendais les cris de passion, j’entendais les cris des démons.

La souffrance est amie, elle est coutume de la vie,

A douleur point de répit,  seule l’envie de briser,

Respirer le parfum du Maudit. 

 

Marie-Christine Herrera

Ajouter à mes favoris Commenter (2)

Signaler

Pourquoi ? cette musique ? Par ce que je suis une Celte Ibere... la région de ma mére la Cantabrie envahie par les celtes en espagne fait qu'une partie de moi est aussi cela ;-)

Mais c'est aussi mon monde l'imaginaire le fantastique, tout mon être intérieur.

Milles bises,

Marie-Christine.

Ajouter à mes favoris Commenter (4)