TangBlog
Signaler
Musique (Musique)


Jack et ses barbus pêcheurs d'eau douce et trouble sont originaires de Besançon, une ville dotée d'une scène énervée ayant accouché de talents non négligeables dans le prisme d'un label DIY local plutôt efficace : Impure Muzik (Sofy Major, Membrane, Brume Retina, Aside From A Day et j'en passe). Le quintet bisontin injustement méconnu dans le monde débarque en 2011 avec un second vrai disque sous le bras - un EP, un album et un split (avec Hombre Malo) plus loin - bien décidé à foutre une sévère branlée sonique à ses contemporains.

Déjà, une production d'une densité époustouflante signée Serge Moratel (Overmars, Year Of No Light, Zatokrev, Headcharger, etc.), ensuite une classification légèrement prise de tête, tant les inspirations abondent et copulent inopinément. On pourra détecter un peu de stoner gras, augmenté d'une intensité post-hardcore, violé par des plans noisy, adouci par une voix régulièrement claire et fragile typée post-punk évoquant Appollonia, ou bien garage, agrémenté de quelques subtilités post rock, le tout imprégné d'un feeling rock n' roll majestueux. Scenario place les choses et son stoner hybride classieux lié à la fragilité des mélodies exécutées, débordant sur une lourdeur post-hardcorisée typique. Un schéma qui se répétera plus ou moins sur Roam Until The End, le furieusement groovy et clavierisé Beginner ou bien le frénétique 42 Minutes Later, Jack et les barbus veillant toujours à nuancer leur propos sonore tout en conservant une assise rock lourde sur la plupart des titres.

Ainsi, aucune lassitude n'est à signaler, la spontanéité des compositions fait qu'on ne s'emmerde jamais, tout coule de source. On prendra le temps d'errer entre les fantômes, portés par un certain psychédélisme, des guitares aériennes, dispersées, évasives et puissantes. Et ce n'est pas le sympathique sample du Immigrant Song  de Led Zep' sur Invisible Song (tiens donc) qui viendra cracher dans la soupe de poisson, au contraire, elle est brillamment accompagnée, la six-cordes grasse et rampante entamant l'affaire, vite soutenue par la basse tout aussi proche du sol... Haut les mains, vieil homme, tu es cerné, cette batterie te forgera un second trou du cul, aidée dans sa tâche par des guitares "heavy as fuck"... Bref, Places To Hide clôt ce patchwork musical sur une fine montée en puissance, envoyant tout valdinguer au sommet pour s'éteindre naturellement dans le bruit et la rouille.

Voilà un groupe et un disque qui méritent une attention certaine, par cette finesse de jeu, cette fluidité constante, cette profondeur de son étonnante, ce cassage de nuques sournois mais agréable, ou encore cette émotion indécise, parfois planante, entre fragilité et détermination. Du grand Art.


Tracklist :

  1. Scenario
  2. Roam Until The End
  3. Closed
  4. Beginner
  5. DF Code
  6. Between The Ghosts
  7. Invisible Song
  8. 42 minutes Later
  9. Hands Up, Old Man
  10. Places To Hide

 

Places To Hide s'écoute et s'achète par là.

Ajouter à mes favoris Commenter (0)

Commentaires

TangBlog

Par herEgen Blog créé le 21/05/11 Mis à jour le 23/07/14 à 12h04

Zone autogérée, prioritairement musicale.

Tang Cé (Tang @Metalorgie)

Ajouter aux favoris

Édito

Zone à priorité musicale autogérée.

Archives

Favoris