TangBlog
Signaler
Musique (Musique)

Oxbow est à part, Oxbow vient d'ailleurs... Bon, Eugène et ses musiciens désaxés sont de San Francisco, mais bien que ce bled ait souvent fait preuve d'originalité ou d'exubérance culturellement, peu importe le fief d'origine. Depuis ses débuts, le quartet développe et peaufine minutieusement son labeur, de telle manière qu'il parvient à toucher viscéralement l'auditeur attentif, usant d'une approche littéraire, dramatique. De ce fait, la démarche créative présentée ici n'a pas d'équivalent.

The Narcotic Story raconte l'expérience trouble et injectée de sang d'un certain Frank, visiblement en totale perdition, entre le poids de la société, le sexe, la violence, la drogue, et tous ces éléments qui reviennent régulièrement dans toute forme d'expression artistique... Les plusieurs niveaux d'écoute de cet album se calquent sur les différents degrés de réalité vécus par Frank. La voix qu'on entend, c'est la sienne, mettant à nu toutes ses personnalités, triturant ses cordes vocales dans toutes les directions, le plus souvent vers le spleen, l'obscurité, voire la folie autodestructrice. Frank est malade, les notes de piano incertaines et la guitare régulièrement dépressive sont là pour soutenir ce propos et le rappeler constamment aux oreilles distraites. Mr. Johnson était très clair, c'est du sérieux. Frank va souffrir. Une souffrance nécessaire pour se libérer d'une paranoïa rampante. On l'enferme dans une sombre pièce, petite et insonorisée, souillée par les déjections des précédents locataires, de sorte qu'il n'adresse la parole qu'à lui-même, qu'il trouve le moyen désespéré de s'extirper du gouffre psychologique dans lequel il s'est volontairement noyé.

Il faudra probablement tenter de franchir une étape symbolique. Soutenu par un martèlement clinique constant mais aérien (Down A Stair Backward), Frank se met à léviter et pense à elle (She's A Find), toujours dans la douleur malgré un sentiment d'apaisement passager. Puis il se renferme, éructe et vomit le dégoût de sa personne sur fond de blues cradingue (Frankly Frank). Éreinté, usé, vidé, Frank subit profondément la torture permanente qu'il s'inflige, mais réagit soudainement de manière physique, gagné par la tentation de faire se percuter sa boîte crânienne avec les murs qui l'entourent, encouragé par un bruit insidieux et persistant. Mais il se reprendra plusieurs fois, esquivant et repoussant ainsi l'issue fatale, calmé par de subtiles mélodies faussement lumineuses (A Winner Every Time). Frank entrevoit le jour un instant et affiche un succinct rictus de joie béate sur son visage creusé. Comme un ultime orgasme avant de rendre une âme qui ne demandait qu'à se libérer d'un corps meurtri et gangréné, désormais cadavérique.

The Narcotic Story est certainement le disque qui a récolté le plus de succès parmi la collection d'objets pondue par l'entité Oxbow, mais il reste surtout une oeuvre majeure, unique, signée sur un label dont on regrettera définitivement la récente disparition, Hydra Head.


Tracklist :

  1. Mr. Johnson
  2. The Geometry Of Business
  3. Time, Gentlemen, Time
  4. Down A Stair Backward
  5. She's A Find
  6. Frankly Frank
  7. A Winner Every Time
  8. Frank's Frolic
  9. It's The Giving, Not The Taking

 

En écoute introspective sur deezer.

Ajouter à mes favoris Commenter (0)

Commentaires

TangBlog

Par herEgen Blog créé le 21/05/11 Mis à jour le 23/07/14 à 12h04

Zone autogérée, prioritairement musicale.

Tang Cé (Tang @Metalorgie)

Ajouter aux favoris

Édito

Zone à priorité musicale autogérée.

Archives

Favoris