TangBlog
Signaler
Musique (Musique)

Ça y est, il est là, l'increvable tigre de Gaza est de retour après deux longs formats monstrueux, deux pavés de violence magistrale et viscérale. No Absolutes In Human Suffering parle de lui-même, un nouvel aperçu du chaos dans ce qu'il a de plus maladif et brutal, crachant toujours plus de bile tenace sur les immondes travers de l'Homme.

On aura beau dire ou gesticuler d'agacement en voyant régulièrement son nom à la production d'un disque de hardcore, Kurt Ballou fait parfois des merveilles, dès lors qu'il a bien saisi l'essence d'un groupe. C'est le cas avec Gaza et son troisième objet. Un son équilibré, massif, d'une profondeur hallucinante, où les guitares semblent vivantes, vigoureuses, insaisissables. Aussi merveilleusement grasses et plombées que subtiles et fragiles. La musique du quartet s'est encore étoffée et complexifiée en incluant des structures alambiqués assez proches du jazz par endroits, un peu à la manière de The Dillinger Escape Plan (This We Celebrate, Winter In Her Blood). C'était déjà partiellement le cas autrefois mais cette composante devient relativement flagrante ici. Jon Parkin a aussi gagné en intensité, malgré le fait que sa voix soit un poil plus en retrait qu'auparavant. Cette voix écartelée, broyée, prête à faire péter les points de sutures de plaies béantes, luttant pour s'extirper d'une jungle sonore et venimeuse qui l'engloutit progressivement, lentement.

En parlant de lenteur, No Absolutes In Human Suffering laisse davantage de place aux ambiances doom/sludge, elles-mêmes plus denses et organiques, faisant apparaître d'insoupçonnées subtilités mélodiques après moult écoutes (Not With All The Hope In The World, When They Beg). Un délice pour les ouailles qui ne manquera pas de rappeler le spleen de Converge période Jane Doe/You Fail Me, sans compter la présence d'un Botch malade tapi dans l'ombre (The Crown, Skull Trophy). En fait, chaque musicien remet une couche de précision et de feeling. La basse ronfle bruyamment en permanence, corroborée par une batterie sournoise, aérienne et salement brutale, Casey Hansen faisant probablement partie des frappeurs les plus intéressants du circuit hardcore. Il suffit de le voir en mouvement pour comprendre.

Gaza nous livre une nouvelle démonstration de sauvagerie, encore plus maîtrisée, domptée, déconstruite, augmentée d'un son ébouriffant et suintant le rejet définitif et légitime d'un système globalisé et uniformisé qui n'a plus lieu d'être. Non, il n'y a pas d'absolu dans la souffrance humaine, Gaza en est la preuve ultime et l'incarnation auditive désabusée.



Tracklist :

  1. Mostly Hair And Bones Now
  2. This We Celebrate
  3. The Truth Weighs Nothing
  4. Not With All The Hope In The World
  5. The Vipers
  6. No Absolutes In Human Suffering
  7. The Crown
  8. When They Beg
  9. Winter In Her Blood
  10. Skull Trophy
  11. Routine And Then Death

 

La souffrance s'écoute sur deezer.

 

Et une captation live de "This We Celebrate" en prime :

Ajouter à mes favoris Commenter (0)

Commentaires

TangBlog

Par herEgen Blog créé le 21/05/11 Mis à jour le 23/07/14 à 12h04

Zone autogérée, prioritairement musicale.

Tang Cé (Tang @Metalorgie)

Ajouter aux favoris

Édito

Zone à priorité musicale autogérée.

Archives

Favoris