Transmédia feat. Jeux vidéo

Par hepiq Blog créé le 07/09/13 Mis à jour le 30/11/15 à 11h30

L'intérêt de ce blog est de traiter de la transmédialité audiovisuelle, et plus particulièrement des projets liés aux jeux vidéo. Chargé de projet Transmedia (FR/EN/DE).

Ajouter aux favoris
Signaler
Société (Divers)

 

Le Jeu vidéo : Art ou Arnaque ?

 

 

 

J'en suis venu à m'intéresser à ce thème à cause de ce terme agaçant et incompréhensible : « Le Retrogaming ». Aujourd'hui, le Jeu vidéo atteint sa maturité et l'avis général considère le Jeu vidéo comme un « divertissement » plutôt destiné à des adolescents en fin de vie, voire de jeunes adultes : la plus grande partie de la production s'oriente vers ce public, Nintendo reste la seule firme à proposer de grosses productions arborant des univers « enfantins », et même elle, évolue. Il suffit de voir ce que va donner le prochain Zelda et la tentative d'avoir des jeux plus matures sur Wii U.

 

Les acteurs du Jeu vidéo, des créateurs à la presse, tentent de faire reconnaître leur média comme un Art, certains jeux sont qualifiés d'oeuvre majeure du Jeu vidéo, les créateurs s'appliquent à donner une dimension allant au-delà du simple divertissement, intégrant une réflexion, une vraie démarche de création artistique. On va même jusqu'à consacrer des musées au Jeu vidéo. Il est vrai que si l'on considère le Cinéma ou la Bande dessinée comme de l'Art, on peut également considérer le Jeu vidéo comme tel. Mais certains problèmes viennent contrarier cette vision.

 

Le terme Retrogaming est la plus grande insulte que l'on puisse faire au Jeu vidéo et paradoxalement il est employé par ceux qui souhaitent le plus intégrer ce média à l'Art.

 

Si le Jeu video est de l'Art, on ne peut définitivement pas employer le terme Retrogaming pour qualifier une ½uvre, puisqu'un Jeu vidéo considéré comme tel, doit bénéficier de l'atemporalité. Si je me rends au Louvre pour admirer la Cène, et que je me retourne pour croiser le regard de la Joconde, est-ce que je peux me questionner sur la modernité de ces ½uvres sous prétexte qu'elles datent du XVIe siècle ? Jamais on n'entendra dire : « je vais aller admirer de vieux tableaux ».

 

L'oeuvre existe telle quelle, reflète son époque, concentre un savoir faire et ce qu'elle inspire reste inchangé même quelques siècles plus tard.

 

Alors pourquoi est-on obligé d'employer le terme Retrogaming pour qualifier le fait de jouer à des jeux qu'on dit vieux et qu'en même temps on considère comme des ½uvres ?

 

Restons français et parlons de « Another World », personne ne doute de sa qualité d'oeuvre d'art, pourtant le jeu étant sorti sur des consoles n'étant plus d'actualité, la majorité le considère comme vieux et le fait d'y jouer c'est s'adonner aux joies du Retrogaming. Alors que même 25 ans après sa création, tout ce qui fait d'Another World ce qu'il est, reste inchangé. C'est une hérésie de dire qu'un jeu a vieilli et d'inventer des termes pour jouer à des jeux dits vieux, puisqu'il ne peuvent pas vieillir, ils sont le reflet d'une époque et leur essence ne change pas.

 

Il est tout aussi paradoxal de faire des « remakes HD » de ces jeux, même si ça part d'une bonne intention, reproposer des jeux cultes et majeurs aux goûts du jour, cette pratique tue le jeu originel et ce qui pouvait faire de lui une ½uvre d'art, puisqu'on tue tout le travail visuel et la démarche lors du moment de la création, sous prétexte que la technologie évolue et qu'on peut reproposer ces titres dans une version plus moderne. Mais ces jeux n'ont pas besoin d'avoir une apparence moderne, et deviennent stériles. Jamais on ne va refaire une ½uvre d'Art, elle existe telle quelle et doit être appréciée dans sa forme de création.

 

Le Jeu vidéo est un art, qui concentre d'autres arts, alors commençons à faire un effort pour le considérer à sa juste valeur et cessons de propager des termes comme Retrogaming ou de vouloir recréer des jeux dans des versions modernes, joueurs et créateurs sont les premiers responsables au frein de la reconnaissance général du Jeu vidéo en tant qu'Art par l'opinion générale.

 

 Pour découvrir les autres articles du blog : C'est par ici , notamment le précédent article : Le Online tue le Jeu vidéo ?

Ajouter à mes favoris Commenter (12)

Commentaires

NeuRoNeX
Signaler
NeuRoNeX
Bon faudra m'expliquer les dénominations d'art primitif et d'art cotemporain dans ce cas ;)
Akiru
Signaler
Akiru
Ba déjà dans les erreurs elles commencent en parlant de Nintendo. Les univers de Nintendo paraisse (et sont) plutôt enfantin mais témoine d'une grande maturité dans le gameplay ! Sachant qu'on parle de jeu est ce que ca en fait un jeu enfantin ou mature ?
elia-balade
Signaler
elia-balade
Réflexion et argumentation bancale de long en large.
Il y a une total confusion entre art , industrie , marketing ,et classification.

Normal en même temps : Tout s’entremêle.
cela étant: Il peut y avoir une dimension artistique presque partout , et pourtant on ne parle pas d’œuvre artistique à tout bout de champ.

Je fais du dessin ,de la photo : je réalise des œuvres d'art ? je suis un artiste? non ! j'ai simplement une activité créative et ou contemplative ....je ne fais pas de l'art, mais s'il peut y avoir une dimension artistique, une maitrise de tel outil tel medium, disons " artisanal".

le retrogaming : Rien de péjoratif factuellement, sauf ton interprétation.
diegowar
Signaler
diegowar
Je comprends pas du tout le problème avec "retrogaming", pour moi si y'a les tableaux contemporains et y'a les vieux tableaux. Tout comme tous les cinéphiles n'ont aucun problème avec qualifier un chef d'oeuvre des années 20 de "vieux film" même s'ils l'adorent.

Tout est une question de technique de création, et ces techniques évoluent au fil du temps, il est alors assez facile de reconnaître un vieux tableau, un vieux film, ou un vieux jeu vidéo.
redfive
Signaler
redfive
Mmm. Pour moi le retrogaming est plus un courant qui réfute que le plaisir du jeu implique forcement de passer par la technologie la plus moderne. Rien à voir avec une insulte donc. Le cinema, la photographie et la musique sont aussi des arts qui concentre d'autres arts. Et tous les jeux video ne sont pas des œuvres d'arts. Ils sont par contre tous des produits culturels et expriment des choses d'une qualité variable (je te renvoit à la définition de l'Art qui elle-même reste à valider puisqu'elle est subjective par nature).

Le terme "jeu-video" tout court me paraît beaucoup plus attaquable que celui de "retrogaming". Tu as raison sur un point : tout jeu video est voué à recevoir un jour cette qualification. Mais un remake, ne me choque pas plus qu'un demake.
cyrax1986
Signaler
cyrax1986
Juste concernant le titre, art et arnaque ne sont pas opposé, loin de la même.
ARM
Signaler
ARM
Étant actuellement en plein dans ce fameux "rétrogaming" avec la rédaction d'un mémoire sur le sujet, j'ai lu ton billet avec un a priori des plus négatifs. Ceci dit, même si je suis en désaccord avec ton propos dont la légitimité de la virulence m'échappe, tu soulèves des points plus qu'intéressants, notamment sur cette schizophrénie "œuvre/produit", et comprends en partie ton point de vue.


Néanmoins, je ne vois pas pourquoi un travail quel qu'il soit ne pourrait pas vieillir, et je suis en total désaccord avec d'autres arguments donnés dans les commentaires avec les analogies aux autres arts/médias/terme préféré.
S'il est représentant d'une époque, pourquoi n'aurait-on pas le droit de le cataloguer et/ou le situer dans une période donnée justement ?

On ne parle pas de "rétroviewing", OK, et pourtant il y a tout un microcosme de personnes gravitant autour de films datant de telle ou telle période; films étant sujets à rééditions, réécriture (Blade Runner et ses versions Director's Cut et Final Cut pour expliciter ce que j'entends par là), remakes (rarement pour le meilleur, malheureusement, mais quelques bons travaux ressortent), et imitations (The Artist avec le cinéma noir&blanc muet), sans compter les collections, les analyses, les études...
On ne parle pas de "rétrolistening", OK, et pourtant il y a tout un microcosme de personnes gravitant autour de musiques datant de telle ou telle période (et bis repetita sur les exemples précédents, qu'on parle de reprises, d'imitations de style, etc...).


Bref, ce n'est pas parce que dans le domaine vidéoludique, on concède un terme à une période, que ce n'est pas le cas chez les autres médias. De plus, qu'on parle de maturité ou mue du jeu vidéo, ce n'est même pas un domaine centenaire, et inévitablement, ce terme de "rétrogaming" (aux frontières étant assez sujettes à controverses et subjectives, faut l'avouer) est destiné à se fragmenter et se préciser au fil des années passant.
(je me base plus sur le commentaire de FlamingoFlash que sur ton article sur cette partie, mais je trouve qu'il rejoint et continue ton propos).



De plus, il y a comme un mélange assez arrangeant dans cette lapidation d'un simple mot.
Soit le jeu vidéo est un art, soit un divertissement, basta... A aucun moment, il n'est sujet de le considérer comme une culture, et à aucun moment, il n'est sujet de considérer que certains passionnés du jeu vidéo ne sont pas des militants dans l'âme.
A aucun moment non plus il n'est tenté de définir le rétrogaming... Si généralement on y englobe la pratique des jeux jusqu'aux années 90, certains la continue jusqu'au début des années 2000, tandis que d'autres s'arrêtent aux notions 2D/3D.
De plus, outre la pratique, le rétrogaming est aussi la collection de ces jeux et consoles passés et leur étude.
Il y a beau y avoir quelques désaccords sur cette définition, beaucoup de points communs se trouvent et s'accordent en son cœur.


C'est dommage d'avoir réduit ce terme à une simple expression "bobo", comme si tu l'avais entendu une fois de trop et qu'il fallait dorénavant la vilipender par pure lassitude.



En parallèle, Perchu met en exergue un bien joli terme, "Nostalgia gaming" (ni plus ni moins pertinent, mais charmant), ce qui me permet de rappeler un détail : art, culture ou consommation, il existe dans de très nombreux secteurs (cinéma, littératures, gastronomie, automobile, mode, musique, peu importe) une notion émergente depuis une dizaine d'années : la mercatique nostalgique.
Et cet attachement à la nostalgie (y compris de choses que l'on a pas connues/vécues) est de plus en plus présent chez les consommateurs.
Le jeu vidéo est aussi une industrie qui n'est pas autarcique, il n'est ni bien ni mal qu'elle porte attention à cet aspect de son histoire.



En bref, j'ai beau lire et relire ce billet, je ne comprends toujours pas cette virulence envers un simple terme qui, outre le malheur d'être anglophone, permet de définir en un mot ce qui prendrait des heures à expliquer. Ce dont ce terme a besoin, ça serait un consensus permettant de définir son spectre, c'est tout. Ce n'est pas une expression pompeuse, ce n'est pas une insulte, ce n'est pas un gargarisme, ce n'est pas un fantasme, c'est un terme définissant une période; point. Pourquoi devrait-il y avoir la moindre moralisation dans une tentative de définition/catégorisation factuelle ?



Au final, je pense que "la plus grande insulte que l'on puisse faire au jeu vidéo", c'est surtout vouloir le limiter dans un paradigme vaste, flou et indéfinissable...
FlamingoFlash
Signaler
FlamingoFlash
je suis d'accord avec toi sur le terme pompeux et prétentieux de "retrogaming". Quand j,écoute du Mozart, des Beatles, du Gainsbourg, je ne fais pas de "retrolistening" quand je regarde un film des années 80 ou d'avant , je ne fais pas de "retroviewing" non plus... Tout le monde trouvera l'usage de ces anglicismes inutile et prétentieux. En plus, selon certains, jouer à un jeu vieux de 5 ans est déjà considéré comme du rétrobordelmachin... Si l'humour peut tuer (cette semaine nous l'a malheureusement prouvé) le ridicule lui reste bien tranquille, peinard.
Sauvadj
Signaler
Sauvadj
Je suis pas vraiment d'accords avec toi , car quand on parle d'art de tableaux, sculptures ou autres, on en parle de différente manière (impressionniste, Postimpressionnisme,Néo-impressionnisme,Luminisme ...) donc en quelques sorte on qualifies les œuvres sortie par rapport à leurs époques, donc pourquoi ne pas faire pareil avec le jeu-vidéo en qualifiant les jeux dits "rétrogaming" comme des jeux ayant appartenu à une certaine époque ( en général l'air pré-32 bits ), tout comme on parles des jeux next gen pour la nouvelle vague et les olds gen pour la vague précédente.

Le terme retrogaming ,de mon point de vue, n'est en rien péjoratif et permet au contraire de situer une oeuvre dans une période plus ou moins précise sur une fresque .
MacClane
Signaler
MacClane
"Nintendo reste la seule firme à proposer de grosses productions arborant des univers « enfantins », et même elle, évolue. Il suffit de voir ce que va donner le prochain Zelda et la tentative d'avoir des jeux plus matures sur Wii U."
Qu'est-ce qu'a le prochain de Zelda de plus mature ?
Quelles autres jeux matures sur WiiU ?
Quentin B
Signaler
Quentin B
Tout d'abord, merci pour cet article qui a du te demander pas mal de travail. Mais je ne suis pas d'accord avec toi XD , je m'explique. Pour ma part, j'utilise le terme rétro pour parler d'une certaine époque lié au jeu vidéo. Je le vois plus comme un courant "artistique" que comme un adjectif servant à qualifier l'âge des productions vidéo-ludique. J'en parle comme je parlerai de cubisme, d'impressionnisme et j'en passe pour l'art picturale. Des courant artistiques pourtant "vieux" de plusieurs dizaines d'année mais toujours d'actualité. Et utiliser ces termes aujourd'hui n'est pas insultant, alors pourquoi utiliser Retrogaming le serait?

Quand à la question des remake, je ne suis pas d'accord avec toi non plus. Toujours en comparant avec les tableaux, qu'est ce que "les demoiselles d'Avignon" si ce n'est un remake satirique des œuvres esthétiques d'Ingres notamment? L'esthétisme fait parti de l’œuvre, et donc la modifier revient à proposer une nouvel œuvre, alors pourquoi s'en priver?

Quentin
hepiq
Signaler
hepiq
 
Le Jeu vidéo : Art ou Arnaque ?
 

 
 
J'en suis venu à m'intéresser à ce thème à cause de ce terme agaçant et incompréhensible : « Le Retrogaming ». Aujourd'hui, le Jeu vidéo atteint sa maturité et l'avis général considère le Jeu vidéo comme un « divertissement » plutôt destiné à des…
lire...

Archives