Le Blog de Gunhed

Par Gunhed Blog créé le 23/02/14 Mis à jour le 11/11/19 à 20h35

Mes passions : jeux vidéo, retrogaming, BD et autres inepties... Bon ben les petits amis, on va essayer de concilier tout ça dans la joie et la bonne humeur...

Ajouter aux favoris

Catégorie : Retrogaming

  
Signaler
Retrogaming (Jeu vidéo)

La Super Nintendo fête ses 25 ans d'existence avec une Bible destinée aux adeptes et autres inconditionnels de la console... Car oui, la Super Nintendo, c'était une vraie religion !

Le 21 novembre 1990, le Japon s'apprêtait à accueillir l'une des consoles de jeu les plus emblématiques de tous les temps : la célèbre Super Famicom (Super Nintendo chez nous... et avec deux ans de retard !) 

25 ans plus tard, les Editions Pix'n Love ont rendu hommage à la Reine des 16 bits à travers un coffret anniversaire limité et numéroté que j'ai le plaisir de vous présenter en vidéo.

Voir aussi

Plateformes : 
Super NES
Sociétés : 
Nintendo
Ajouter à mes favoris Commenter (8)

Signaler
Retrogaming (Jeu vidéo)

Le concept de ces petites émissions est simple : "je partage avec vous les 5 premières minutes de jeu" en live et sans filet, histoire de pas spoiler la suite du jeu au cas où vous aimeriez le (re)découvrir dans tout sa splendeur...

C'est donc parti pour une sélection personnelle de jeux PC Engine qui me tiennent à coeur. Il s'agit donc de bons titres à mes yeux (et pas forcément les plus connus).

On commence avec Coryoon Child of Dragon, sorti sur NEC PC Engine, au format HuCard en 1991.

 

Ajouter à mes favoris Commenter (0)

     
Signaler
Retrogaming (Jeu vidéo)

Qui n'a jamais rêvé de rouler au volant d'une Ferrari accompagné d'une jolie blonde, de piloter un vaisseau spatial dans les tréfonds de la galaxie, de courir en caleçon en dessous de vautours affamés, de jeter des haches sur de gros escargots, les pieds rivés sur sa planche de skateboard, d'affronter dans un redoutable combat à mains nues un terrifiant adversaire sans perdre sa casquette vissée sur le crâne ?

Tout cela est possible en possédant une borne d'arcade à domicile ! (parce que les jeux sur émulateurs joués sur un ordinateur, c'est mal ! Ouais enfin bon je me comprends)

J'ai eu l'occasion d'en tester deux en provenance de Neo Legend, la première : l'Arcade Classic et la seconde l'Arcade Vizion (dérivée du modèle Viewlix de Taito), je vous fais donc part de mes humbles impressions...

Ajouter à mes favoris Commenter (0)

  
Signaler
Retrogaming (Jeu vidéo)

Haaa les contrées fantastiques d'Ys ! Qui n'a jamais rêvé de les parcourir et de discuter avec ses PNJ alcooliques vautrés sur le sol ?

Je vous propose de (re)découvrir YS 4 - The Dawn of Ys - un jeu mythique de la PC Engine - à travers cette version entièrement traduite en ANGLAIS ! Merci d'ailleurs à ces passionnés pour leur remarquable travail car il y a 23 ans, je ne pipeais pas un mot de japonais et cette version est l'occasion pour moi de revivre une fantastique aventure dont l'histoire m'avait quelque peu échappé à l'époque.

Inclus : un incroyable tour de magie !!!

Voir aussi

Jeux : 
Ys IV : The Dawn of Ys (PC Engine)
Plateformes : 
PC Engine
Ajouter à mes favoris Commenter (0)

Signaler
Retrogaming (Jeu vidéo)

La nostalgie est un sentiment étrange, on aime s'en imprégner, on se laisse envahir par des flots de souvenirs qui distillent une sensation de bien-être... Mais si on ne fait pas attention, on risque de sombrer dans une lente mélancolie et comme un vieux con, on martelle : "Ouais les jeux vidéo, c'était mieux avant !"

Ca m'est arrivé, je dois l'avouer...

Toutefois un titre n'altère pas ce jugement péremptoire : le Shoot Them Up du siècle, j'ai nommé "Gunhed". Disponible uniquement sur Nec PC Engine, au format HuCard.

Bon ok cet avis n'engage que moi et depuis cette époque, il faut avouer que des tonnes de shoot sont sortis et ont détrôné mon favori ... mais bon sang comment ne pas rendre hommage à ce chef d'oeuvre de la Playhistoire...

C'est désormais chose faite avec ce vibrant hommage rendu en vidéo par votre humble serviteur...

Voir aussi

Plateformes : 
PC Engine
Ajouter à mes favoris Commenter (0)

Signaler
Retrogaming (Jeu vidéo)

A l'occasion de l'Inno'Show 2016 qui se déroulait les 19 et 20 septembre à Disneyland Paris, nous avons interviewé Nicolas Berthou, Directeur Général d'Innelec.

Comment se porte Innelec dans un marché de plus en plus dématérialisé ?

Le marché des jeux vidéo a baissé de 6% et de 17% sur les consoles cette année. Paradoxalement la distribution dématérialisée n'impacte pas notre activité et la renforce même. En effet les éditeurs investissent massivement dans le digital et de ce fait se délestent de plus en plus de leurs forces commerciales et logistiques. Le stockage a également un coût non négligeable, les éditeurs se désengagent de la distribution en direct vers les enseignes et privilégient un interlocuteur unique. Et qui mieux qu'Innelec peut leur offrir une solution adaptée à tous les canaux de distribution.

Est-ce une bonne nouvelle pour les revendeurs spécialisés ?

Oui, c'est l'un de nos principaux axes : reprendre le business de la distribution physique et jouer un rôle de régulateur de marché. De plus nous offrons aux revendeurs des univers à forte valeur ajouté avec toute une gamme de nouveaux produits. Accessoires, Gaming, mobilité, e-sport, produits à licence, réalité virtuelle. Nous sommes sur de nombreux axes de développement pour les revendeurs. A eux de capter ces opportunités.

Vous avez des exemples concrets ?

Le marché du PC Gaming est en hausse de 20% cette année, les clients sont prêts à dépenser plus pour des produits de qualité. Nous distribuons des produits pointus (Roccat, Easars, etc.) pour répondre à leurs attentes : casques, claviers, souris. Parallèlement avec Konix nous développons également des produits Gaming pour le grand public. Avec les casques Konix de la gamme Drakkar, c'est "the good value for money", le bon prix pour un produit fiable et de qualité. Par exemple nous commercialisons un casque 7.1 avec vibrations à 49 ¤ destiné à offrir une expérience sans précédent à un public qui souhaite s'initier au monde du PC Gaming sans se ruiner. Notre partenariat avec des stars de l'e-sport comme Elky ou notre présence à la Gamecon permettent de renforcer l'image de Konix auprès des gamers. Dans un autre domaine, on peut évoquer l'arrivée du casque de réalité virtuel Sony VR mais aussi les produits Somic. Pour ces derniers les démonstrations faites au cours de cet Inno'Show sont vraiment concluantes et les premiers retours très enthousiastes. Nous avons besoin des revendeurs pour faire des démonstrations en boutique, expliquer leur fonctionnement auprès des clients potentiels. Ces produits non dématérialisables ne peuvent se vendre qu'avec le soutien des revendeurs spécialisés.

Comme pour les produits à licence ?

Tout à fait. Prenez Pokemon Go, un jeu 100% digital qui à la base ne doit pas générer de ventes physiques. Et pourtant les ventes de batteries portables ont explosé tout l'été. Les powerbank sous licence ont rencontré un fort succès et nous avons répondu à cette forte demande. C'est à nous de saisir l'opportunité de ventes additionnelles autour d'un produit digital et de les proposer aux revendeurs. Les produits dérivés permettent aux clients de prolonger l'expérience du jeu, de se plonger dans un univers dédié. Nous développons une très large gamme de produits sous licence : Star Wars, Lego, Minecraft, Marvel, Nintendo, etc. Nous avons aussi des exclusivités comme Monopoly World of Warcraft.

L'évolution des consoles PS4 et Xbox façon upgrade PC marque la fin d'un cycle voire la fin des générations de consoles. Est-ce que cela a un impact sur la stratégie d'Innelec ?

Le changement ne doit pas être perçu comme un risque mais comme une opportunité. Dans un monde en perpétuelle évolution et hyper connecté, nous devons nous différencier et trouver de nouveaux débouchés. L'évolution des hardwares consoles nous plonge vers une convergence des univers. Consoles, PC, tablettes, smartphones, à l'avenir tout sera interconnecté et une expérience pourra être prolongée sur un support différent. Innelec, à travers ses différents axes de développement, permet aux revendeurs de s'adapter au changement. Ne faire que de la vente de jeux vidéo est aujourd'hui obsolète, il faut cultiver les univers qui lui sont proches.

Quid du réseau jeuxvidéo&Co ?

Il se développe à l'international et plus particulièrement en Afrique. Quatre magasins se sont ouverts en Tunisie. La Côte d'Ivoire et l'Algérie sont aussi des marchés à développer. Le réseau français se stabilise mais il faut regarder au delà de nos frontières nationales pour chercher des marges de croissance.

Comme pour Konix en Europe ?

Effectivement, Konix devient un leader européen de l'accessoire. Notre présence au plus grand salon européen des jeux vidéo, la GamesCon n'est pas anodine. Appuyée par la présence d'Elky une star de l'e-sport,  d’une jeune équipe Myth’s Legend et des animations dédiées autour de la gamme Drakkar, nous renforçons progressivement l'image de Konix auprès du public.

Pourquoi êtes-vous présent également dans le domaine de la cigarette électronique ? C'est un domaine où l'on ne vous attendait pas ?

Vous avez raison, personne ne nous attendait dans ce secteur et même en interne, la question a suscité bien des débats. Pourtant il ne faut pas s'interdire certain marché. L'essentiel est qu'il soit bien distinct des loisirs numériques. Le c½ur de notre métier c'est la distribution. Notre marque Pure Diamond se développe en marge de notre activité principale. Les clients ne sont pas les mêmes mais notre expérience dans la distribution permet d'installer Pure Diamond comme un acteur important et durable du secteur de la vape. Ensuite si l'un de nos clients traditionnels veut se pencher sur la question, il peut bénéficier de nos services.

Pour revoir la présentation vidéo de l'Inno'Show 2016 : cliquez ici

Présentation de la NES Mini Classic :

Paroles de revendeurs :

Ajouter à mes favoris Commenter (0)

Signaler
Retrogaming (Jeu vidéo)

Séquence nostalgie : en avril 1994, j'ouvrais mon commerce de jeux vidéo à Arras. Vingt ans plus tard, une bande de jeunes et talentueux podcasteurs m'invitent dans leur émission pour témoigner sur la difficulté d'être revendeur de jeux vidéo en 2014.
Ils n'ont pas eu de mal à me retrouver, la plupart étaient clients de ma boutique en 1994... Ils avaient juste 12-15 ans et des yeux comme des billes devant les pixels des tubes cathodiques.

A l'époque, aux yeux des gamins qui venaient squatter sa boutique, le revendeur c'était quelqu'un ma p'tite dame, une sorte de Maître Sega mais local. Non seulement il avait un métier super cool - "Hé, tu te rends compte, il gagne sa vie dans le monde merveilleux des jeux vidéo, il peut jouer à toutes les consoles, tous les jeux et en plus il a un salaire de millionnaire" - mais en plus il avait le statut d'expert, c'était celui qui savait te dire avec une précision chirurgicale quand sortait le prochain Zelda, c'était le type qui te parlait de consoles dont on avait jamais entendu parler... Il faut dire qu'à l'époque, c'était encore l'âge d'or des jeux vidéo, les consoles tombaient par dizaine : Megadrive, Super Nintendo et Game Boy tenaient encore le haut du pavé mais derrière, c'était un véritable carnaval : Amstrad GX4000, Bandai Pippin, Atari Jaguar, Commodore CD 32, Panasonic 3DO, Nec PC Engine (et sa ribambelle : Super Grafx, PC Engine Duo, GT, LT), SNK Neo Geo, sans oublier les mémés qui résistaient encore (Sega Master System et NES), les expérimentations comme le Sega 32X ou le Nintendo Virtual Boy et enfin l'arrivée d'une nouvelle génération de consoles avec la Sony PlayStation et la Sega Saturn. Hé ouais, on s'ennuyait pas et le revendeur - outre le fait de faire du business - avait vraiment un rôle à jouer auprès des gamers.

Aujourd'hui, avec la profusion d'informations, l'avalanche de pixels et le déferlement de vidéos que l'on peut trouver sur le web (et même à la télévision avec Nolife et Game One), il faut vraiment être un gamer triple buse ou être le maître absolu de l'indécision pour se rendre en magasin et demander "M'sieur, il est bien GTA 5, j'hésite encore ?" - Inutile de préciser qu'entre 1994 et 2013, le métier n'est plus le même et qu'il faut avoir un moral d'acier pour être revendeur de jeux vidéo de nos jours.

Le 15 novembre dernier, j'ai eu le plaisir de participer à l'émission n°68 de Gamerside, un podcast de gamers pour les gamers tel qu'ils le définissent eux-mêmes. Le thème abordé ne pouvait que me plaire : les revendeurs de jeux vidéo. Avec l'autre invité, Thierry Bolet de Game Cash Arras, nous avons évoqué les difficultés liées à ce métier et constaté que les problématiques que je rencontrais dans les années 90 sont malheureusement  toujours d'actualité, empirées par d'autres comme la dématérialisation des supports, la concurrence des e-marchands ou encore la volonté de la part des éditeurs/constructeurs de tuer le marché de l'occasion.

Fort heureusement, même si le sujet peut vous sembler pessimiste, ce podcast respire la bonne humeur et les blagues potaches. Téléchargez donc ce podcast d'anthologie, directement sur iTunes ou sur leur sympathique site web : Podcast de Gamerside

Ajouter à mes favoris Commenter (3)

Édito

Pourquoi faire un blog ici ?

Déjà parce que Gameblog, comme son nom l'indique, nous permet de le faire et que c'est la moindre des politesses que de répondre favorablement à leur aimable invitation.

Ensuite parce qu'à 43 ans, la passion des jeux vidéo m'anime toujours autant, avec une petite préférence pour les jeux d'antan. Pas parce que c'était mieux avant, nan, nan juste parce que je suis susceptible et que ça me fait mal d'être poutré par des gamins de 12 ans quand je joue en réseau sur les jeux actuels :)

Bien à vous.

Gunhed

PS : Mode frime activée avec le macaron qui va bien :)

Et ma chaîne : Gunhed TV

Archives

Favoris