Le Blog de Gunhed

Par Gunhed Blog créé le 23/02/14 Mis à jour le 11/11/19 à 20h35

Mes passions : jeux vidéo, retrogaming, BD et autres inepties... Bon ben les petits amis, on va essayer de concilier tout ça dans la joie et la bonne humeur...

Ajouter aux favoris

Catégorie : Retrogaming

Signaler
Retrogaming (Jeu vidéo)

100 jeux auxquels il faut avoir joué avant de mourir dans d'affreuses conditions n'est pas le bon titre ! En effet le bon titre de cette revue de presse du magazine JV Culture Jeu Vidéo s'intitule : 100 jeux vidéo auxquels il faut avoir joué avant de mourir parce que si vous ne le faites pas tout le monde va se moquer de vous quand vous serez de l'autre côté même si l'on ne sait pas vraiment s'il y a quelque chose de l'autre côté...

Sorti au prix de 6,90 ¤ au printemps dernier, ce Hors-Série de JV Culture Jeu Vidéo a le mérite de prendre position. En effet le parti pris éditorial est celui de sélectionner 100 jeux au sens de la narration indiscutable.

Point de classiques comme Street Fighters, Sonic, Tetris, Space Invaders, etc. (alors ok ça passe pour des jeux jeux comme Catherine par contre c'est un peu abusé de mettre trois Zelda !). Ici ne sont retenus les jeux qui ont une véritable histoire, un peu comme dans un film, avec un début et une fin.

C'est donc assez déroutant car on a envie d'hurler en voyant certaines sélections ou l'absence de classiques sortis sur des consoles d'anthologie (Nan mais pas mettre Ys sur PC Engine quoi !) mais au moins ils l'assument...

Ajouter à mes favoris Commenter (2)

  
Signaler
Retrogaming (Jeu vidéo)

The Legend of The Mystical Ninja, connu au Japon sous le nom de Ganbare Goemon : Yukihime Kyuushutsu Emaki est un jeu d'action de Konami sorti en 1991 sur Super Famicom.

Ganbare Goemon qui signifie "Tiens Bon, Goemon" ou "Bonne Chance, Goemon", est une série de jeux vidéo développée et éditée par Konami. Débutée en arcade et sur MSX, cette série a compté de nombreux portages et suites sur Famicom, Super Famicom, Game Boy, PlayStation, Nintendo 64, etc. On se focalise aujourd'hui sur la version Super Nintendo à travers un Speed Test !

Pour celles et ceux qui ne connaissent pas Goemon, il faut savoir que ce sont en grande majorité des jeux de plate-forme plus ou moins mâtinés d'aventure avec parfois des éléments de RPG qui se déroulent dans un Japon médiéval folklorique. Le jeune Goemon, ninja de profession, tire son nom du légendaire voleur Ishikawa Goemon, le "Robin des Bois" japonais. Il vit donc de périlleuses et trépidantes aventures toujours teintées d'humour. Son arme de prédilection est un kiseru, une sorte de pipe typiquement japonaise.

Les concepteurs jouent beaucoup sur les anachronismes et les situations décalées, genre : prendre une agence de voyage pour aller au stage suivant. Ils parsèment également leurs Goemon de petits gags et de mini-jeux pour booster l'intérêt d'un jeu qui n'en manque jamais.

Très peu connu en France, ce titre de Konami est un best-seller au Japon. Avec les arrivées de la Super NES aux Etats-Unis et de la Super Nintendo en Europe, Konami et Nintendo ont tenté de le faire découvrir aux joueurs américains et européens. Si ce ne fut pas un échec commercial, ce ne fut pas non plus un carton. Le jeu s'est correctement vendu mais il a dérouté plus d'un joueur par son atmosphère si particulière.

Résultat des courses : nous avons loupé beaucoup d'épisodes dont certains sont véritablement exceptionnels. C'est dommage mais ce n'est pas grave puisque je vous propose de découvrir le premier opus sorti en Europe, sur Super Nintendo... 

Ajouter à mes favoris Commenter (5)

Signaler
Retrogaming (Jeu vidéo)

L'ASMR - Autonomous Sensory Meridian Response - que l'on pourrait traduire par réponse automatique des méridiens sensoriels est une méthode basée sur le déclenchement de sensations agréables procurées par un stimulus visuel, auditif, olfactif ou cognitif...

Vous avez passé l'été à jouer comme des fous... Votre toute nouvelle Switch n'en peut plus, les boutons de votre New Nintendo 3DS XL sont déjà effacés et les touches de votre clavier gaming ne remontent même plus. Bref vous avez abusé, vous avez les traits tirés, vos yeux sont injectés de sang et quand vous vous promenez en ville votre rétine affiche un viseur en rémanence et vous avez l'impression qu'il y a des snipers un peu partout.

Il faut vous relaxer et vous reposer ! Reprendre des forces, recharger votre karma en énergie positive.

Et quoi de mieux que l'ASMR, cette formidable méthode de relaxation, pour être en pleine forme !

Qui plus est, l'ASMR envahit YouTube , les chaînes dédiées pullulent et de nombreux YouTubeurs Gamers se sont lancés dans le "tapping, scratching, unboxing, etc." de jeux vidéo. Le tout dans un silence de cathédrale !

Car c'est bien là la cléf du succès, une vidéo ASMR doit être à peine audible ! Les chuchotements, une voix douce et assurée, un cadre apaisant sont de rigueur pour que la sensation de bien-être se répande en vous...

Alors comme c'est bientôt la rentrée, il faut que tous les gamers soient bien reposés et détendus pour affronter la nouvelle année scolaire. Et encore plus les GameBloggueurs qui sont des joueurs beaucoup plus exigeants que les autres et qui, de ce fait, sont dans un état proche de l'épuisement.

Je vous propose donc une séance d'ASMR Rétro Gaming qui vous procurera une incroyable sensation de zénitude absolue... Au programme : tapping de jeu 3DS, deballing de jeux d'import et caresses de stick... 

Ajouter à mes favoris Commenter (3)

  
Signaler
Retrogaming (Jeu vidéo)

Entendons-nous bien : l’idée n’est pas de refaire le match, celui-ci est déjà fait : la Super Nintendo Mini sortira avec 21 jeux le 29 septembre prochain.

 Même si je ne doute pas un seul instant que l’audience et l’influence de Gunhed TV puissent changer le cours de l’histoire des jeux vidéo, grand-mère Nintendo est têtue : 21 jeux et pas un de plus ! Et encore estimez-vous heureux d’avoir Star Fox 2 en exclusivité ! Bande d’insatisfaits chroniques !

Alors diantre, pourquoi faire une vidéo sur les jeux qui lui manquent ?

Et pourquoi neuf et pas dix ?

Voyez-vous j’aime bien quand les choses sont bien ordonnées. La Nintendo NES Classic Mini est sortie avec 30 jeux. Et 30 jeux pour une console Retrogaming c’est le minimum syndical, cela permet d’offrir un panel représentatif de ce qu’était la console en question lors de sa période de gloire.

+1" comme une bénédiction que l’on doit saluer en courbant l’échine ? Qui plus est l'absence de neuf jeux est justifiée par Nintendo par la présence d'une seconde manette ! Votre altesse est trop bonne !

Hmmm plus sérieusement dans la mesure où le stock des "incontournables 100% Made in Nintendo" est épuisé (et en rajouter ça se verrait un peu trop), le constructeur complète sa playlist avec des jeux d'éditeurs tiers... Final Fantasy, Street Fighter 2, etc. Et chaque jeu a une certaine valeur en terme de royalties à reverser à l'éditeur. De ce fait proposer une console avec une seconde manette, c'est beaucoup plus rentable que d'offrir 30 jeux (+1) avec derrière davantage de royalties à reverser.

Business is business ! Quand on constate que Nintendo se prive de distribuer sa console dans la Province de Québec au motif que ces sacripans imposent la présence de la langue française dans les logiciels, on imagine bien qu'il n'y a pas de petits profits. Ha si seulement la France était aussi rigoureuse que le Québec dans la défense de la langue française, nul doute que Nintendo aurait francisé les jeux. En plus c'était pas compliqué, de nombreux passionnés ont francisé des RPG et mettent les ROMS à disposition de la communauté gracieusement... Espérons que la Super Nintendo Mini sera aussi facilement modifiable que la NES Mini.

Non si Nintendo voulait une certaine cohérence éditoriale, il fallait offrir 30 titres comme pour la NES Classic Mini car mes amis si on ne dit rien, à ce rythme là, on aura une Nintendo 64 Mini Classic avec 10 jeux ! Et une Game Cube Classic Mini avec un seul jeu et un second jamais sorti en bonus +1 ! Mais attention par souci d'économie, il sera livré sous forme de code de téléchargement, faut pas déconner non plus !

Bref il m’apparaissait important de compléter virtuellement cette liste avec neuf titres. Alors bien sûr certaines personnes ne seront pas d’accord avec ma sélection et crieront à l’hérésie.

Quoi il n’y a pas Chronotrigger dans sa sélection ?!

Quoi il n’a pas mis Super Bomberman ni Breath of Fire ni International Super Star Soccer ?

Bah non c’est un choix personnel donc forcément objectif. A la rigueur votre jeu à vous mettez le à la place de Kirby Dream Course, y’a déjà un Kirby dans le lot, si on en vire un, ça se verra pas.

Et puis pour moi ce type de console doit respecter une règle essentielle : l’équilibre entre les madeleines de Proust et les belles découvertes.

Dans les madeleines de Proust, on trouve tous les titres qui déclenchent en nous la réminiscence d’un plaisir ancien : nos premiers pas dans Super Mario World, le grondement de l’orage dans Zelda, l’ivresse de la vitesse dans F-Zero et les belles découvertes doivent faire écho à des titres qu’on avait vu passer à l’époque mais auxquels on avait pas forcément joués, comme Earthbound ou Super Mario RPG.

Partant de ce principe, je vous propose donc ma petite sélection des neuf jeux qui manquent pour que la grande symétrie des consoles Nintendo soit respectée. 

A lire également sur le même sujet :

Nintendo NES Classic Mini versus FAMICOM Mini versus NES Clone

Présentation des 21 jeux de la Super Nintendo Classic Mini

Ajouter à mes favoris Commenter (16)

Signaler
Retrogaming (Jeu vidéo)

C'est vrai ! Sur Super Grafx tout le monde cite Ghouls'n Ghosts comme étant la référence ultime de cette machine. Pourtant Mado Oh Granzort (appelé aussi Mado King Granzort) n'a pas à démériter ! Second jeu de la console Super Grafx, console qui ne comptera au final que cinq titres exclusifs, Granzort est un titre terriblement efficace qui ne doit pas rester dans l'ombre de Sir Arthur...

A la base il faut savoir que Granzort est tiré d'un dessin animé japonais de la Sunrise, cousin lointain de Wataru (Adrien sauveur du monde). Sorti en 1989, il a vécu le temps d'une saison et de deux OAV. La série n'a jamais été traduite en France et jamais diffusée à ma connaissance.

Elle met en scène un jeune garçon, adepte du skateboard, nommé Daichi. Le pitch est sympa : en 2050 un violent tremblement de terre a modifié l'atmosphère de la lune et sa gravité... La lune devient de ce fait plus fréquentable et se transforme en lieu de vacances. Le jeune Daichi s'y rend, tout heureux d'essayer son tout nouveau skateboard...

Une fois sur place un concours de circonstances l'emporte dans un tourbillon d'aventures. Fort heureusement il pourra compter sur son nouveau pote : le méga Mecha Granzort !

Alors autant vous le dire d'entrée de jeu : Mado-oh Granzort est quant à lui un jeu de plates-formes édité par Hudson Soft qui n'a finalement pas beaucoup de rapport avec le dessin animé puisque le jeune Daichi et ses amis n'apparaissent pas dans le jeu. C'est Granzort qui occupe l'espace avec ses deux copains robots.

Et tout le gameplay du jeu repose sur ce trio de robots interchangeables à n'importe quel moment. Granzort, le mecha rouge dispose d'une épée et comme arme secondaire d'une secousse sismique. Le robot vert, c'est l'archer de la bande et son aptitude spéciale c'est de pouvoir voler pendant un temps limité. Enfin le mecha bleu est armé d'une lance et peut activer un bouclier.

Ainsi certains passages, certains boss seront plus faciles avec tel ou tel robot. D'autant plus qu'en éliminant des lapins mécaniques (!!!) vous trouverez des power-up qui boosteront les capacités de votre mecha.

Par contre c'est du jeu d'action pur et dur à la sauce old school : pas de barre de vie, on vous touche, vous mourrez ! Heureusement il existe des armures qui vous offrent une protection additionnelle ou une invincibilité temporaire...

L'ensemble du jeu est servi par une réalisation exceptionnelle (pour un jeu vieux de 27 ans), graphismes très beaux, musiques sympas et animation d'une fluidité qui ne souffre d'aucun ralentissement.

Je vous propose de revenir sur ce titre trop longtemps resté dans l'ombre de Ghouls'n Ghosts

Voir aussi

Plateformes : 
PC Engine
Ajouter à mes favoris Commenter (2)

     
Signaler
Retrogaming (Jeu vidéo)

Bon il y a quelques semaines j'ai ouvertement parodié un YouTubeur dont le pseudo commence par Kirby et se termine par 54... Résultat des courses : en grossissant outrancièrement le trait, caractéristique à toute parodie qui se respecte, on m'a vraiment pris pour un abruti ! Bref l'arroseur arrosé et certains Amigaistes me conchient car j'insulte leur machine fétiche ! Soucieux de rétablir toutes les vérités, y compris quand elle me concerne, je vous présente mon petit Amiga adoré.

Hé ouais ça m'apprendra à me moquer, il faut dire que le sujet était tentant : un type prend un Amiga 500 pour un vulgaire PC de 1987, l'astique car il l'a récupéré dans une brocante et au moment de le démarrer, il se rend compte qu'il n'a aucun jeu pour le faire fonctionner. C'est ballot !

Alors du coup j'ai fait ma petite parodie et tel Charlot marchant sur le rateau qu'il venait de poser pour faire une farce, je me suis pris en pleine face la vindicte des fans du gars parodié et quelques messages de teigneux qui n'avaient pas compris que c'était du second degré :)

Le point positif dans tout ça c'est que je me suis fendu d'une nouvelle vidéo sur l'Amiga 1200 et que j'y présente la bête sous toutes ses coutures.

Mais pour être honnête avec vous, il faut préciser que mon Amiga 1200 est trafiqué, une peu comme une Peugeot 103 SP à qui on mettrait un carbu de 14 et un pot Ninja à échappement quasiment libre. En effet, équipé d'usine d'un Motorola 68020 en version EC et cadencé à 14 Mhz (un modèle économique quoi) et de 2 Mo de RAM, j'ai rajouté une carte accélératrice 68030 cadencée à 50 Mhz (Mhz hein, pas Ghz), 16 Mo de RAM en plus et son disque dur est une Compact Flash de 4 Go (du SSD avant l'heure^^) bourrée à craquer de démos et de jeux.

Grace à toute cette puissance, je vous jouerai de la musique, je vous ferai un joli dessin, je ferai tourner Super Mario Land sur Game Boy, et deux jeux MSX dont King's Valley 2 et sa fabuleuse puce SCC !

Et ouais Only Amiga makes it possible !

Voir aussi

Jeux : 
Agony (Amiga), Alien Breed (Amiga)
Plateformes : 
Amiga, Amiga CD32
Sociétés : 
Commodore
Ajouter à mes favoris Commenter (2)

     
Signaler
Retrogaming (Jeu vidéo)

Daaaaaytooooonaaaa, Daaaaaytooooona, let's go away... Ouais je sais... Rien qu'à l'évocation de cette chanson super entêtante, je vous énerve car elle va rester scotchée trois semaines dans vos tympans et il faudra au moins trois écoutes du "petit bonhomme en mousse" de Patrick Sébastien pour vous l'enlever de la tête... Mais bon quitte à choisir autant rester sur Daaaaaytooooona...

Je ne sais pas pourquoi mais j'ai parfois une irrépressible envie de retourner sur ce titre mythique de la Team AM2 supervisée par Yu Suzuki... Bon sang qu'est-ce qu'elle était terrible cette équipe de SEGA ! Haaa nostalgie quand tu nous tiens...

Mais bon aujourd'hui ce n'est pas Yu Suzuki qui est à l'honneur mais Toshihiro Nagoshi, le chef du projet Daytona... Et ce projet il l'a porté de A à Z ! Avec au final un résultat époustouflant et un titre devenu mythique. D'ailleurs son équipe a multiplié les clins d'oeil dans le jeu pour le remercier (par exemple le fameux n°41 de la Hornet était le numéro porte-bonheur de Nagoshi... A l'époque dans une course avec 40 véhicules au départ, ça faisait bizarre d'avoir un n°41 et plusieurs joueurs avaient fait la remarque à Sega).

Alors certes sa conversion sur Saturn (et son clipping outrancier) n'a pas aidé SEGA dans son duel face à Sony et à son redoutable Ridge Racer "made in Namco" mais que d'heures passées sur ce jeu de course purement arcade au gameplay excellent.

Alors je vous propose tout simplement de retourner à Daytona, en Floride pour un petit speedtest sur le plus célèbre speedway des jeux vidéo...

Ajouter à mes favoris Commenter (2)

  
Signaler
Retrogaming (Jeu vidéo)

En 1990 sortait Golden Axe sur PC Engine CD-Rom ! Après la très belle version Mega Drive, tout le monde s'attendait à une sublime version PC Engine, CD-Rom oblige... Il n'en fut rien et ce titre fut l'une des pires daubes de ce support en devenir...

 Nous sommes en 1989, SEGA au meilleur de sa forme, sort en arcade sur son pimpant System 16, un beat them up qui deviendra mythique : Golden Axe !

L'histoire tient sur un post-it : Death Adder a récupéré la Golden Axe, une hache forgée par les dieux ! Ces derniers l'avait créée autrefois pour se défaire de leurs ennemis jurés : les titans ! Manque de bol Death Adder est un titan et il a la haine d'avoir vu ses potos se faire hacher menu. Du coup il fout le boxon sur terre et enquiquinne les humains, ces sales chouchous des dieux qui font rien qu'à les vénérer ! Mais Death Adder va trop loin, beaucoup trop loin ! En effet celui qu'on surnomme "tête de mort" ou "Skelettor" selon les contrées, a enlevé le roi de Yura et surtout sa mega bombe de fille ! Tous les mâles du royaume sont outrés et crient vengeance !

Alors comme d'habitude, plutôt que de lever une armée, de fabriquer des armures, de construire des catapultes et autres balistes, on n'envoie que trois héros pour affronter les redoutables forces du mal...

Ax Battler, un guerrier qui rien qu'au nom, tu as compris qu'il aime bien la bagarre.
Tyris Flare, une belle bombe en bikini qui te donne envie de laisser la princesse à sauver là où elle est.
Gillius Thunderhead : un nain sorti des mines du Seigneur des Anneaux pour l'occasion.

Chacun d'entre eux dispose d'un pouvoir magique qui tue sa race ! Mais bon on retiendra surtout que la plus puissante c'est l'amazone qui peut carrément invoquer un dragon ! Hé ouais du Game of Thrones avant l'heure !

Le succès en arcade est total, les jeunes mettent leurs pièces de 5 Francs dans les bornes dès qu'ils en voient une et retournent en masse voir leur grand-mère dès que le stock est épuisé. Certains piquent même la monnaie dans le sac de leur mère ! Un scandale qui sera étouffé par SEGA...

Bref tout ça pour dire que Golden Axe en arcade, ça poutre !

Et comme par hasard : SEGA lance la même année sa nouvelle console : la Mega Drive ! Une 16 Bit destinée à exploser la Famicom de Nintendo !

Golden Axe est donc converti sur Master System et Mega Drive la même année. L'équipe AM1 qui a développé le jeu en arcade file le disque dur à la team AM7 chargée de le convertir sur console. Résultat : le jeu est sublime sur Sega Master System. AHL lui colle un 16/20 ! Quant à la version Mega Drive, c'est l'arcade à la maison ! AHL lui met un 17/20 dans Tilt, JM'Destroy un 91% dans Joystick !

Seulement voilà, il y a un vieil accord entre SEGA et NEC/Hudson Soft (les inventeurs de la PC Engine) sur le portage des licences de jeux d'arcade de SEGA. Le but à l'époque c'était d'aider NEC/Hudson Soft a promouvoir leur bécane et au passage à prendre des parts de marché à leur ennemi commun : Nintendo !

Plusieurs éditeurs récupèrent des licences : NEC Avenue (filiale jeux vidéo de NEC), Asmik, Telenet, etc. et les titres SEGA arrivent sur PC Engine : Space Harrier, Shinobi, After Burner 2, Power Drift, Out Run, Altered Beast, etc.

Mais là où SEGA s'est fait rouler dans les sushis. C'est qu'il n'avait pas capté que "PC Engine", c'était une "gamme de machine" et pas une seule et unique console. Qui plus est la PC Engine est un véritable carton au Japon et elle prend vraiment des parts de marché à la Famicom ! A un point que cela risque même de compromettre l'arrivée de la nouvelle console de SEGA, la Mega Drive. Alors quand SEGA voit que certains titres sont également convertis sur l'accessoire de la PC Engine, le CD-Rom, il commence à se dire "euh finalement le deal va nous desservir, imagine qu'ils arrivent à faire mieux que notre Mega Drive, on aura l'air malin !

- Ouais chef, et en plus ils sortent une nouvelle bécane, la Super Grafx, destinée à contrer la Mega Drive et ils veulent sortir dessus Galaxy Force 2...
- Gloups ! Euh le contrat était valable combien de temps ?
- Trois ans... 
- 1988, 1989, 1990 bon on va serrer les fesses jusque là mais vous dites à Nadine du service juridique de pas le renouveler."

En effet avec l'arrivée de la Mega Drive, SEGA va arrêter de filer ses licences à tout le monde, surtout que certains éditeurs peu scrupuleux, avec la bienveillance de Nintendo, sortaient certains titres sur la Famicom, comme Shinobi (publié par Tengen) par exemple.

Mais Golden Axe, c'est impossible de revenir dessus et le voir sortir au format CD inquiète SEGA...

Fort heureusement pour SEGA, Telenet Japan (un éditeur et développeur réputé, surtout grâce à la série Valis) qui doit assurer la conversion PC Engine confie le job à sa filiale RENO (Renovation Games), spécialisée dans ce type de portage. Et ces derniers annoncent la couleur :

- Ouais on va en mettre plein la vue avec des cinématiques de folie ! Ouais en plus on va faire un dessin animé pour chacun des personnages...
- Franz, Franz, j'peux faire le dessin animé de la fille ? Dis je peux le faire ?
- On verra Fabricio, on verra...

Et le résultat final est une véritable déception... Ok il y a des dessins animés, ok il y a une bande son CD mais bon sang ils ont mis tout l'argent là-dedans et rien dans les graphismes du jeu et dans le gameplay... Le jeu est un véritable massacre et ne fait nullement honneur au support qui l'héberge : le CD-Rom de la PC Engine...

Je vous propose de revenir sur cette tragique histoire...

Ajouter à mes favoris Commenter (2)

Signaler
Retrogaming (Jeu vidéo)

Lionheart de Thalion Software est un jeu Amiga sorti en 1992. Il fut considéré en son temps comme le plus beau jeu d'action Amiga...

Alors oui je sais ma vignette de blog n'a absolument rien à voir avec le jeu... Mais quand j'ai vu ce montage kitchissime à souhait, je n'ai pas pu résister... Tout y est : la belle à sauver, le décor "Fantasy" et le beau lion symbolisant Valdyn le héros de ce jeu légendaire !

Lionheart a nécessité 16 mois de développement, ce qui pour l'époque était plutôt inhabituel car les jeux devaient être bouclés en moyenne en un an grand maximum. Les conversions je n'en parle même pas, ça devait être bouclé en quelques mois. Mais là ils ont mis 16 mois et ont pondu une petite merveille de l'Amiga ! C'est d'autant plus méritoire quand on sait qu'ils n'étaient que cinq pour concevoir le jeu : Erik Simon, Henk Nieborg, Erwin Kloibhofer, Michael Bittner, Matthias Steinwachs.

Ouais ça sonne Allemand et c'est le cad : Thalion Software, c'était une boîte allemande qui a produit quelques pépités comme Ambermoon, Amberstar, Wings of Death ou encore le jeu de moto No Second Prize (un peu le Vroom de l'époque mais pour les motos).

Mais revenons à Lionheart, le jeu qui poussa l'Amiga dans ses derniers retranchements... A tel point que si vous voulait montrer à un ami que l'Amiga pouvait faire aussi bien qu'un jeu Mega Drive ou super Nintendo, c'est le titre qu'il faut lui montrer...

L'histoire (source officielle) : Dans un royaume lointain, une pierre précieuse sacrée, le Lionheart, vient d'être dérobée par l'empire rival de Narka. La disparition de la pierre, qui doit être présentée au peuple dans trois jours à la grande fête, menace la position du souverain. Le Grand prêtre a consulté les Dieux : c'est la destinée de Valdyn, un resquilleur qu'on surnomme Lionheart pour son courage et sa témérité, de récupérer le symbole sacré. Arrêté sans ménagement par la garde, Valdyn se voit informé des évènements par le roi en personne. «  Excusez-moi mon Seigneur, (...) mais il n'y a aucune récompense qui pourrait me persuader d'aller m'aventurer sur l'empire de Norka. » Agacé, le roi le menace de lui faire goûter sa salle de torture et devant le mutisme de Valdyn, se décide à lui révéler la terrible vérité. Sa fiancée Ilene priait dans l'antichambre du Temple quand une flèche perdue des forces de Narka l'a touchée. La pointe empoisonnée l'a littéralement pétrifiée. Valdyn lève les bras au ciel. Il n'a plus le choix, il doit partir : si un antidote existe, c'est là-bas qu'il devrait le trouver. Après que le grand prête l'eut doté de forces magiques pour accroître sa résistance, Valdyn harnache un petit dragon apprêté par le roi et s'envole vers les contrées sauvages merveilleuses.

Je vous invite donc à découvrir ce titre mythique sorti il y a 25 ans...

Voir aussi

Plateformes : 
Amiga
Ajouter à mes favoris Commenter (0)

Signaler
Retrogaming (Humour)

C'est une première dans les annales de la justice européenne : un journaliste de jeux vidéo s'expose à une action collective pour une note attribuée à un jeu vidéo...il y a 27 ans !

L'homme a pourtant une bonne bouille mais les faits reprochés sont graves : sa note et ses commentaires ont fait basculer un duel commercial d'ampleur mondiale.

En effet fin des années 80 - début des années 90, deux géants de l'industrie des loisirs vidéoludiques, NEC et SEGA pour ne pas les nommer, s'affrontaient dans une lutte sans merci. Face à ces mastodontes, le pouvoir de la presse avait une influence indéniable sur les achats des jeunes joueurs. Ces derniers  vouaient un véritable culte à ces stars de la presse spécialisée et chaque note, chaque avis sonnait comme une implacable sentence qui faisait trembler le petit monde des jeux vidéo.

Les faits remontent à septembre 1990, JM'Destroy célèbre journaliste de jeux vidéo, va basculer dans une terrifiante histoire en écrivant un comparatif sur Ghouls'n Ghosts opposant la version Mega Drive à la version PC Engine Super Grafx...

27 ans après, la CAPE intente une action collective en justice pour réparer le préjudice subi. Le collectif s'appuie sur l'expertise de Gunhed TV, réputée impartiale dans ce genre d'affaires...

 

Si vous avez aimé ce genre d'inepties, alors je vous conseille :

>> Les jeux vidéo seraient néfastes pour la santé

>> Un PC de 1992 à décrasser et à tester (parodie Kirby-54)

>> Commandez le fabuleux Virtual Boy sur le 36 15 Gunhed TV

>> Le surprenant destin du premier Pro-Gamer Français : Vincent Salengeon

Voir aussi

Plateformes : 
Arcade, Mega Drive, PC Engine, Supergraphx
Ajouter à mes favoris Commenter (3)

Édito

Pourquoi faire un blog ici ?

Déjà parce que Gameblog, comme son nom l'indique, nous permet de le faire et que c'est la moindre des politesses que de répondre favorablement à leur aimable invitation.

Ensuite parce qu'à 43 ans, la passion des jeux vidéo m'anime toujours autant, avec une petite préférence pour les jeux d'antan. Pas parce que c'était mieux avant, nan, nan juste parce que je suis susceptible et que ça me fait mal d'être poutré par des gamins de 12 ans quand je joue en réseau sur les jeux actuels :)

Bien à vous.

Gunhed

PS : Mode frime activée avec le macaron qui va bien :)

Et ma chaîne : Gunhed TV

Archives

Favoris