Le Blog de David Hecq

Par Gunhed Blog créé le 23/02/14 Mis à jour le 10/12/16 à 01h38

Maire d'Anzin-Saint-Aubin (62), vice-président de la communauté urbaine d'Arras en charge des nouvelles technologies.
Mes passions jeux vidéo nouvelle génération, retrogaming, BD et politique... Bon ben les amis, on va essayer de concilier tout ça dans la joie et la bonne humeur...

Ajouter aux favoris
Signaler
(Jeu vidéo)

Bon les p'tits gars on va parler sérieusement.

Ouais, on est pas là pour se marrer car on va causer meurtre...

En l'occurence celui de Bill Robbins poignardé comme un chien au sortir d'un bar huppé de la ville. Un brave type bien comme il faut : bonne situation, belle femme, belle baraque et aucun travers connu. Apparemment il n'y a aucune raison de la buter et aucun suspect en vue.

Dans ce genre d'affaire foireuse, un seul homme peut dépatouiller ce bordel : JB Harold !

Si je vous dis qu'on va parler d'une série de jeux vendus à plus de 20 millions d'exemplaires dans le monde et que cette série est méconnue chez nous, vous me croyez ?

C'est pourtant le cas, JB Harold Murder Club est une série sortie à l'origine sur PC japonais, MSX, X68000, FM-Towns et autres (plus récemment il est sorti sur Nintendo DS et iOS). Mais la version qui nous intéresse, c'est la version PC Engine, sortie en 1990 pour promouvoir la fabuleuse puissance du CD-Rom !

C'est Hudson Soft qui s'est chargé de la conversion de ce hit de Riverhill Soft (sorti en 1988). Et on peut dire qu'ils ont mis le paquet : tous les dialogues sont entièrement doublés en Japonais... et en Anglais ! Phénomène assez rare à l'époque mais nul doute que Nec et Hudson Soft comptaient sur ce titre pour entrer en force sur le marché américain. Pas de bol pour eux : ce jeu a été entâché d'un petit scandale qui lui a plombé sa renommée. En effet dans le jeu, on évoque une affaire non élucidée : "rape at Downs Hills" (viol à Downs Hills). Vous imaginez la réaction des puritains américains : "Quoi on parle de viol dans un jeu pour enfants ! Mais c'est scandaleux". La presse spécialisée de l'époque sera assez critique avec ce titre et évitera soigneusement de le mettre en avant dans ses colonnes... Pourtant il n'y avait absolument rien de choquant, aucune image explicite, aucune scène de violence, juste du texte relatant un dossier non classé...

On a donc affaire à un classique digital comic (le but du jeu est de questionner des personnes, relever des indices, les analyser au labo et mener des interrogatoires) mais à la sauce américaine avec une enquête plutôt bien ficelée, avec son twist bien comme il faut et surtout avec une ambiance "so 80's".

L'introduction était un magical coup de force à l'époque avec des morceaux de saxophone et de piano qui ont marqué toute une génération de joueurs. Les concepteurs ont pompé allégrement les génériques TV des années 80 et le résultat est plutôt bien réussi.

Ce qui est rigolo avec cette intro, c'est qu'à l'époque Nintendo communiquait sur les fabuleuses capacités du Mode 7 de la Super Famicom... Du coup on a droit à des effets de mosaïques et de distorsion de sprites au passage, histoire de montrer que la PC Engine sait aussi en faire... Bon avec le recul on pouffe quand même car on est très loin du mode 7...

Ceci dit le jeu reste quand même très classe si on le resitue dans le contexte de l'époque où la concurrence se nomme Megadrive, Famicom et Master System (la SFC arrivera en novembre 90). Avec une musique qualité CD et des digitalisations vocales à foison, le jeu en imposait.

Aujourd'hui il a méchamment vieilli mais il conserve un charme désuet, "so 80's" quoi !

Ajouter à mes favoris Commenter (3)

Commentaires

Donald87
Signaler
Donald87
Ah ... Bon, ça se complique ...
Gunhed
Signaler
Gunhed
Only Japan je crois...
Donald87
Signaler
Donald87
Jamais entendu parler ... Si je le trouve sur DS, pourquoi pas ...

Édito

Pourquoi faire un blog ici ?

Déjà parce que Gameblog, comme son nom l'indique, nous permet de le faire et que c'est la moindre des politesses que de répondre favorablement à leur aimable invitation.

Ensuite parce que j'ai vécu dans ma vie de humble homme politique, débutée en 2008 comme maire, une certaine stigmatisation de la part de mes adversaires. Comme si être joueur était un handicap en politique (ado attardé, pas le sens des réalité, on vit dans notre monde, etc.), comme si j'allais gérer ma commune avec Sim City en tâche de fond ou comme si j'allais recruter le personnel communal en fonction de son Gamertag.

Avant de sévir ici, j'ai newsé quelques temps sur Team-aAa, à la belle époque où cette équipe de jeux en réseau régnait sans partage dans l'univers de Counter Strike (la version 1.5 s'il vous plait, pas la version Source qui touche pas ^^). Comme il y avait des brutes épaisses qui étaient incollables sur le jeu en réseau, on m'avait attribué une section délaissée (et peu appréciée par les frénétiques du frag) : celle des consoles (hahaha jouer à un FPS avec un pad, pffff quelle bande de noobs). Faisant fi des quolibets, j'ai écrit pas mal d'articles et du coup j'ai laissé une "empreinte numérique" sur la toile que n'ont pas manqué de remarquer mes adversaires politiques. Mon profil était particulièrement croustillant puisque j'avais mis comme "centre d'intérêt" : femmes à forte poitrine et comme "objectif" : devenir maître du monde.

Des clins d'oeil potaches qui me sont revenus comme un boomerang (mais avec des lames de cutter plantées sur les bords) pendant la campagne des municipales. "Regardez à quel point il est irresponsable ! Son ambition pour la commune, c'est quoi ? Acheter des consoles pour les personnes âgées et leur faire passer des tests de mémoire (note : les jeux de mémoire cartonnaient sur DS à l'époque), faire une de ces lans party dans notre salle des fêtes ?"

Vous me direz que ça ne m'a pas empêché d'être élu mais bon quelque part ça pose question.

Bref beaucoup de prénotions nous entourent.

Qu'on le veuille ou non les jeux vidéo sont souvent décriés dans notre société.
Isolement et violence sont des mots qui reviennent souvent dans les médias et qui ternissent l'image des joueurs.

Je souhaite donc que cela change. Ca va se faire tranquillement, par paliers successifs. Les jeunes joueurs que vous êtes arriveront un jour à l'âge adulte et exerceront des responsabilités dans la vie publique. A nous de montrer que l'on peut concilier une vie sociale respectable et une passion pour les loisirs numériques (les jeux vidéo, quoi).

Bien à vous.

Archives

Favoris