Le Blog de David Hecq

Par Gunhed Blog créé le 23/02/14 Mis à jour le 01/12/16 à 22h58

Maire d'Anzin-Saint-Aubin (62), vice-président de la communauté urbaine d'Arras en charge des nouvelles technologies.
Mes passions jeux vidéo nouvelle génération, retrogaming, BD et politique... Bon ben les amis, on va essayer de concilier tout ça dans la joie et la bonne humeur...

Ajouter aux favoris
     
Signaler
(Jeu vidéo)

Mesdames, Messieurs,

Les faits sont graves. Nous parlons ici d'un scandale international qui n'a jamais trouvé l'écho qu'il méritait... Pas même dans le Canard Enchaîné. Alors certes, les initiés de la Sega Master System connaissent l'histoire mais le grand public ignore l'histoire du FM Gate...

Pendant toute ma jeunesse je me suis extasié devant ma Sega Master System en me disant qu'elle en avait dans le ventre et que si elle atomisait la NES, elle avait un peu plus de mal à rivaliser avec les ordinateurs de l'époque (Atari ST et Amiga 500).

Pourtant une donnée aura pu changer le cours de l'histoire et rendre la 8/16 Bits de Sega (oui, oui la Sega Master System était bien une console 8/16 Bits, bien avant la PC Engine) encore plus séduisante : l'adjonction de la puce FM YM2413 de Yamaha sur la carte-mère !

Rappel des faits : au Japon la Sega Mark III, sortie le 25 octobre 1985, voit arriver un accessoire permettant d'améliorer le son des jeux : le FM Sound Unit en 1987. Cette puce, utilisée également pour le MSX (Konami avait d'ailleurs sorti quelques perles avec), permet d'avoir neuf voix supplémentaires (en mono et n'autorisant pas le mixage des voix mais bon 16 instruments étaient encodés en hardware).

Ainsi les jeux compatibles avec le FM Sound  Unit offrent au joueur une ambiance musicale et sonore inédite à l'époque. Avec le processeur sonore de base (appelé PSG : Programmable Sound Generator)de Texas Instruments, un SN76489 à 4 voix, la Sega Mark III ridiculise déjà la Famicom mais avec le FM Sound Unit, ça devient une tuerie !

Néanmoins, Nintendo a pris suffisament d'avance au Japon pour ne pas s'inquiéter des évolutions hardware de son concurrent. La Famicom règne en maître au Japon et Sega ne risque pas de lui prendre beaucoup de part de marché. Super Mario Bros, Dragon Quest et Zelda sont passés par là...

Mais ce n'est pas grave car Sega vise les marchés américain et européen. Sega relooke pour l'occasion sa Sega Mark III en Sega Master System et la lance en 1986 aux States et en 1987 en France... Dans la foulée le design de la Sega Mark III disparait également au Japon pour adopter celui du reste du monde et intégre la puce FM de Yamaha.

Sauf que contre toute attente, les versions SMS européenne et américaine en sont dépourvues ! Sega veut aligner son prix sur celui de la NES qui a enregistré une légère baisse. De plus en Europe et aux USA, les joueurs aiment bien avoir un jeu livré avec leur console (contrairement au Japon). Mais pour Sega, pas question de livrer une cartouche, ils vont intégrer un jeu en hardware (ROM), histoire d'économiser sur la production d'une cartouche et d'une boîte... Et pour que ce jeu en ROM n'augmente pas la facture, Sega décide de supprimer purement et simplement la puce FM qu'ils doivent acheter à Yamaha... Bon et puis ils doivent se dire "c'est pas pour une quarantaine de jeux FM qu'ils vont nous gonfler, et puis le PSG est correct, non ?"

C'est un véritable scandale car nous sommes privés de pistes sons diaboliquement efficaces !

Il suffit de comparer nos versions de Shinobi, Out Run, Altered Beast, R-Type, Y's, Double Dragon, Miracle Warriors, After Burner, Golvelius, Phantasy Star, Wonderboy 2 et 3 pour se rendre compte à côté de quoi nous sommes passés... C'était du miel pour les oreilles ! Rien que R-Type, Phantasy Star et Y's devraient vous convaincre.

Pfff dire que la SMS aurait pu taquiner l'Amiga 500 les doigts dans le nez !

Mais ce véritable FM Gate ne s'arrête pas là : dans le cahier des charges du développement des titres à l'international, Sega avait demandé à ses équipes de concevoir des pistes FM. Je me suis toujours demandé à quoi servait la trappe en dessous de ma SMS. Sans doute avaient-ils prévu un module FM en option à nous vendre mais ils ont finalement abandonné l'idée.

Cerise sur le gâteau, lors de la sortie de la Megadrive, il avait été envisagé de mettre la fameuse puce FM dans le Power Adaptor (un adaptateur de jeux Sega Master System pour Megadrive), histoire de lui trouver un attrait supplémentaire mais les financiers de la bande n'ont pas voulu remplir les poches de Yamaha qui bossait également pour Nintendo !

C'est ainsi que paradoxalement des jeux compatibles FM sont sortis dans le reste du monde mais pas au Japon... pour des consoles qui étaient incapables de lire cette piste FM ! Galaxy Force, Rastan, Cloud Master, Rampage, California Games, Wonderboy 3 pour n'en citer que quelques uns... Les Japonais ont pû les découvrir par la suite (comme par exemple dans des compilations Saturn) mais il faut avouer que bien avant le 32X, le Mega-CD ou encore l'abandon du DVD pour sa Dreamcast, Sega avait bien du mal avec la bonne stratégie à adopter...

Je vous propose de revivre cette épopée à travers une vidéo assez longue, reprenant un comparatif PSG vs FM des classiques de la Sega Master System. Celles et ceux qui ne connaissaient pas l'histoire du FM Gate et qui jouaient à l'époque sur cette fameuse bécane lâcheront sans doute un soupir nostalgique...

Ajouter à mes favoris Commenter (4)

Commentaires

Gunhed
Signaler
Gunhed
Merci à vous ;)
Donald87
Signaler
Donald87
Idem, je verrai ta vidéo plus t(ard ... On peut m'appeler d'un moment à l'autre pour rejoindre la table familiale ;)
J'ai vu le début, good job :)
Necos
Signaler
Necos
Sega vaincra :)
Même sans FM
adrameleck
Signaler
adrameleck
Je met ça de côté pour lire un peu plus tard mais bel effort d'article , 1 point positif dans la communauté :)

Édito

Pourquoi faire un blog ici ?

Déjà parce que Gameblog, comme son nom l'indique, nous permet de le faire et que c'est la moindre des politesses que de répondre favorablement à leur aimable invitation.

Ensuite parce que j'ai vécu dans ma vie de humble homme politique, débutée en 2008 comme maire, une certaine stigmatisation de la part de mes adversaires. Comme si être joueur était un handicap en politique (ado attardé, pas le sens des réalité, on vit dans notre monde, etc.), comme si j'allais gérer ma commune avec Sim City en tâche de fond ou comme si j'allais recruter le personnel communal en fonction de son Gamertag.

Avant de sévir ici, j'ai newsé quelques temps sur Team-aAa, à la belle époque où cette équipe de jeux en réseau régnait sans partage dans l'univers de Counter Strike (la version 1.5 s'il vous plait, pas la version Source qui touche pas ^^). Comme il y avait des brutes épaisses qui étaient incollables sur le jeu en réseau, on m'avait attribué une section délaissée (et peu appréciée par les frénétiques du frag) : celle des consoles (hahaha jouer à un FPS avec un pad, pffff quelle bande de noobs). Faisant fi des quolibets, j'ai écrit pas mal d'articles et du coup j'ai laissé une "empreinte numérique" sur la toile que n'ont pas manqué de remarquer mes adversaires politiques. Mon profil était particulièrement croustillant puisque j'avais mis comme "centre d'intérêt" : femmes à forte poitrine et comme "objectif" : devenir maître du monde.

Des clins d'oeil potaches qui me sont revenus comme un boomerang (mais avec des lames de cutter plantées sur les bords) pendant la campagne des municipales. "Regardez à quel point il est irresponsable ! Son ambition pour la commune, c'est quoi ? Acheter des consoles pour les personnes âgées et leur faire passer des tests de mémoire (note : les jeux de mémoire cartonnaient sur DS à l'époque), faire une de ces lans party dans notre salle des fêtes ?"

Vous me direz que ça ne m'a pas empêché d'être élu mais bon quelque part ça pose question.

Bref beaucoup de prénotions nous entourent.

Qu'on le veuille ou non les jeux vidéo sont souvent décriés dans notre société.
Isolement et violence sont des mots qui reviennent souvent dans les médias et qui ternissent l'image des joueurs.

Je souhaite donc que cela change. Ca va se faire tranquillement, par paliers successifs. Les jeunes joueurs que vous êtes arriveront un jour à l'âge adulte et exerceront des responsabilités dans la vie publique. A nous de montrer que l'on peut concilier une vie sociale respectable et une passion pour les loisirs numériques (les jeux vidéo, quoi).

Bien à vous.

Archives

Favoris