Le Blog de David Hecq

Par Gunhed Blog créé le 23/02/14 Mis à jour le 04/12/16 à 20h29

Maire d'Anzin-Saint-Aubin (62), vice-président de la communauté urbaine d'Arras en charge des nouvelles technologies.
Mes passions jeux vidéo nouvelle génération, retrogaming, BD et politique... Bon ben les amis, on va essayer de concilier tout ça dans la joie et la bonne humeur...

Ajouter aux favoris
Signaler
(BD-Manga-Comics)

N'avez-vous jamais désiré vivre dans un monde sans école, sans boulot, sans hiérarchie, sans règles à respecter et où votre seul objectif dans la vie est de vous nourrir, piller des supermarchés, visiter des endroits sans entraves, tuer des dégénérés (et accessoirement) les cons qui vous entourent ?

Ben moi des fois, j'avoue que ça me tente un petit peu... Mais comme je suis quelqu'un de civilisé, je vis ça par procuration à travers des séries ou des jeux vidéo...

Et tiens puisqu'on parle de ça, y'a un jeu vidéo qui traite de cette thématique et m'a bien plu en 2013, c'est The Last of Us. Un petit titre sympathique du studio Naughty Dog que je vous recommande ^^.

En plus ce qui est cool c'est que ce ne sont pas des zombies qu'on dégomme mais des humains dégénérés. Enfin bref... J'avais bien aimé.

A l'époque, le directeur créatif du jeu, Neil Druckmann, avait co-écrit un scénario de comics où l'histoire se focalise sur deux personnages : Ellie et Riley et se déroule un an avant les événement du jeu. Une bonne mise en bouche avant d'entamer le jeu quoi.

Quatres épisodes étaient sortis, tous dessinés par Faith Erin Hicks, mais n'avaient jamais fait l'objet d'une sortie dans la langue de Molière (la nôtre quoi).

Alors quelle ne fut pas surprise quand j'appris il y a quelques semaines qu'une édition française du comic US était sortie aux éditions Omaké Books...

Ni une, ni deux, je fonce l'acquérir (avec une batte de baseball cloutée, j'ai eu un prix) et je vous livre mon humble avis dans cette chronique vidéo...

Ajouter à mes favoris Commenter (0)

Commentaires

Édito

Pourquoi faire un blog ici ?

Déjà parce que Gameblog, comme son nom l'indique, nous permet de le faire et que c'est la moindre des politesses que de répondre favorablement à leur aimable invitation.

Ensuite parce que j'ai vécu dans ma vie de humble homme politique, débutée en 2008 comme maire, une certaine stigmatisation de la part de mes adversaires. Comme si être joueur était un handicap en politique (ado attardé, pas le sens des réalité, on vit dans notre monde, etc.), comme si j'allais gérer ma commune avec Sim City en tâche de fond ou comme si j'allais recruter le personnel communal en fonction de son Gamertag.

Avant de sévir ici, j'ai newsé quelques temps sur Team-aAa, à la belle époque où cette équipe de jeux en réseau régnait sans partage dans l'univers de Counter Strike (la version 1.5 s'il vous plait, pas la version Source qui touche pas ^^). Comme il y avait des brutes épaisses qui étaient incollables sur le jeu en réseau, on m'avait attribué une section délaissée (et peu appréciée par les frénétiques du frag) : celle des consoles (hahaha jouer à un FPS avec un pad, pffff quelle bande de noobs). Faisant fi des quolibets, j'ai écrit pas mal d'articles et du coup j'ai laissé une "empreinte numérique" sur la toile que n'ont pas manqué de remarquer mes adversaires politiques. Mon profil était particulièrement croustillant puisque j'avais mis comme "centre d'intérêt" : femmes à forte poitrine et comme "objectif" : devenir maître du monde.

Des clins d'oeil potaches qui me sont revenus comme un boomerang (mais avec des lames de cutter plantées sur les bords) pendant la campagne des municipales. "Regardez à quel point il est irresponsable ! Son ambition pour la commune, c'est quoi ? Acheter des consoles pour les personnes âgées et leur faire passer des tests de mémoire (note : les jeux de mémoire cartonnaient sur DS à l'époque), faire une de ces lans party dans notre salle des fêtes ?"

Vous me direz que ça ne m'a pas empêché d'être élu mais bon quelque part ça pose question.

Bref beaucoup de prénotions nous entourent.

Qu'on le veuille ou non les jeux vidéo sont souvent décriés dans notre société.
Isolement et violence sont des mots qui reviennent souvent dans les médias et qui ternissent l'image des joueurs.

Je souhaite donc que cela change. Ca va se faire tranquillement, par paliers successifs. Les jeunes joueurs que vous êtes arriveront un jour à l'âge adulte et exerceront des responsabilités dans la vie publique. A nous de montrer que l'on peut concilier une vie sociale respectable et une passion pour les loisirs numériques (les jeux vidéo, quoi).

Bien à vous.

Archives

Favoris