Le Blog de Gunhed

Par Gunhed Blog créé le 23/02/14 Mis à jour le 21/08/17 à 04h11

Maire d'Anzin-Saint-Aubin (62), vice-président de la communauté urbaine d'Arras en charge du numérique.
Mes passions jeux vidéo, retrogaming, BD et autres inepties... Bon ben les petits amis, on va essayer de concilier tout ça dans la joie et la bonne humeur...

Ajouter aux favoris
     
Signaler
Retrogaming (Jeu vidéo)

Daaaaaytooooonaaaa, Daaaaaytooooona, let's go away... Ouais je sais... Rien qu'à l'évocation de cette chanson super entêtante, je vous énerve car elle va rester scotchée trois semaines dans vos tympans et il faudra au moins trois écoutes du "petit bonhomme en mousse" de Patrick Sébastien pour vous l'enlever de la tête... Mais bon quitte à choisir autant rester sur Daaaaaytooooona...

Je ne sais pas pourquoi mais j'ai parfois une irrépressible envie de retourner sur ce titre mythique de la Team AM2 supervisée par Yu Suzuki... Bon sang qu'est-ce qu'elle était terrible cette équipe de SEGA ! Haaa nostalgie quand tu nous tiens...

Mais bon aujourd'hui ce n'est pas Yu Suzuki qui est à l'honneur mais Toshihiro Nagoshi, le chef du projet Daytona... Et ce projet il l'a porté de A à Z ! Avec au final un résultat époustouflant et un titre devenu mythique. D'ailleurs son équipe a multiplié les clins d'oeil dans le jeu pour le remercier (par exemple le fameux n°41 de la Hornet était le numéro porte-bonheur de Nagoshi... A l'époque dans une course avec 40 véhicules au départ, ça faisait bizarre d'avoir un n°41 et plusieurs joueurs avaient fait la remarque à Sega).

Alors certes sa conversion sur Saturn (et son clipping outrancier) n'a pas aidé SEGA dans son duel face à Sony et à son redoutable Ridge Racer "made in Namco" mais que d'heures passées sur ce jeu de course purement arcade au gameplay excellent.

Alors je vous propose tout simplement de retourner à Daytona, en Floride pour un petit speedtest sur le plus célèbre speedway des jeux vidéo...

Ajouter à mes favoris Commenter (0)

Signaler
Retroreading (Jeu vidéo)

Trois magazines dédiés au retrogaming sont sortis cet été ! Le premier Video Gamer Retro #1, le second JV Culture Jeu Vidéo Hors Série #5 Génération Nintendo 64 et enfin le 10ème numéro de Retro Gamer Collection ! Et après on nous dira qu'il y a une crise de la presse spécialisée !

Et encore je ne parle pas des Cahiers de la PlayHistoire Spécial Zelda sorti en juin et dont nous avions parlé ici.

Halalala on nous parle de crise ma p'tite dame, de la fin du papier,  brûlé par un web toujours plus réactif et pourtant on se retrouve avec une pléiade de magazines tous les mois : Jeux Vidéo Magazine, JV, The Game, Video Gamer... Et derrière des numéros spéciaux qui titillent notre fibre de vieux nostalgiques, un tantinet mélancoliques qui proclament en réajustant leur dentier que c'était mieux avant ma p'tite dame !

Alors bien sûr on ne va pas s'en plaindre, c'est même carrément génial que des maisons d'édition prennent le temps (et l'argent) d'investir le monde fabuleux du retrogaming et de satisfaire ainsi les anciens combattants des guerres des consoles d'antan.

Video Gamer Retro #1 est d'emblée le titre le plus accessible des trois magazines passés au crible. Il se focalise avec un indubitable opportunisme sur la Super Nintendo Mini qui sortira le 29 septembre prochain. Tous les titres sont chroniqués et notés ! Cerise sur le gâteau ils évoquent même les titres qu'on aurait bien aimé avoir. Les jeunes kékés de 12 ans qui se lancent dans l'émulation sauront quoi télécharger... Mais bon généralement ils se targuent d'avoir le Full Set sur leur Raspberry et ne jouent qu'à 0,01 % des jeux, alors je ne suis pas certain qu'ils achètent ce magazine :)
En tout cas c'est un très bon magazine pour se lancer dans le monde merveilleux des consoles qui peinent à démarrer, des jeux vieux de 25 ans qui coûtent un rein et des sorties vidéos baveuses.

JV HS#5 Génération Nintendo 64, comme son nom l'indique, est un hors série uniquement dédié à la PC Engine. Vous y apprendrez plein de choses sur les HuCards, les Super CD-Rom et pourquoi Ghouls'n Ghosts Super Grafx est supérieur à la version Mega Drive...
Allez je redeviens sérieux ! Vous saurez tout sur la console maudite de Nintendo : le Virtual Boy !
Rhaaa mais nan je déconne, on parle bien sûr de la console 64 Bit de Nintendo équipée d'un support cartouche pour éviter les temps de chargement (mais qui charge quand même un tout petit peu). Vous découvrirez avec quelle subtilité Nintendo a généralisé le FOW (Fog of War) et pourquoi il faut réhabiliter cette machine qui fut une incroyable machine de transition dans notre façon de jouer.

Personnellement ce que je lis en premier dans les mags de JV, ce sont les "souvenirs" des rédacteurs ! De veritables barquettes de madeleines d'Alain Prost (ou Proust, je sais plus) qui vont vous faire couler des rivières de larmes. Surtout si vous avez plus de 30 ans ! Alors vous n'allez pas pleurer pour les jeux... Non, non vous allez pleurer car vous serez nostalgiques de cette époque bénie où vous aviez encore tous vos cheveux, 10/10 à chaque oeil et une vigueur sexuelle digne d'un poney de compétition.

Quant à Retro Gamer Collection #10, c'est le plus pointu des trois ! Au départ je pensais qu'ils allaient exploser en plein vol... 12,90 ¤, trimestriel, Future Publishing donc des articles anglais traduits pour la plupart ! Bref pas spécialement abordable et accessible. Mais j'ai revu mon jugement au fil des numéros. Future Publishing c'est quand même le détenteur du titre phare de la presse vidéoludique : Edge ! Et nul doute qu'ils piochent dans leur incroyable base de données pour exhumer de tels trésors rédactionnels ou visuels. Qui plus est, il y a souvent des interviews vues nulle part ailleurs et ça c'est plutôt cool !
Seul bémol, on sent quand même l'origine anglo-saxonne avec beaucoup de focus Spectrum, Commodore 64 alors qu'en France on était plutôt Amstrad CPC 464/6128 ou Thomson MO5 édition Michel Platini :)  

 

 

Ajouter à mes favoris Commenter (1)

  
Signaler
Retrogaming (Jeu vidéo)

En 1990 sortait Golden Axe sur PC Engine CD-Rom ! Après la très belle version Mega Drive, tout le monde s'attendait à une sublime version PC Engine, CD-Rom oblige... Il n'en fut rien et ce titre fut l'une des pires daubes de ce support en devenir...

 Nous sommes en 1989, SEGA au meilleur de sa forme, sort en arcade sur son pimpant System 16, un beat them up qui deviendra mythique : Golden Axe !

L'histoire tient sur un post-it : Death Adder a récupéré la Golden Axe, une hache forgée par les dieux ! Ces derniers l'avait créée autrefois pour se défaire de leurs ennemis jurés : les titans ! Manque de bol Death Adder est un titan et il a la haine d'avoir vu ses potos se faire hacher menu. Du coup il fout le boxon sur terre et enquiquinne les humains, ces sales chouchous des dieux qui font rien qu'à les vénérer ! Mais Death Adder va trop loin, beaucoup trop loin ! En effet celui qu'on surnomme "tête de mort" ou "Skelettor" selon les contrées, a enlevé le roi de Yura et surtout sa mega bombe de fille ! Tous les mâles du royaume sont outrés et crient vengeance !

Alors comme d'habitude, plutôt que de lever une armée, de fabriquer des armures, de construire des catapultes et autres balistes, on n'envoie que trois héros pour affronter les redoutables forces du mal...

Ax Battler, un guerrier qui rien qu'au nom, tu as compris qu'il aime bien la bagarre.
Tyris Flare, une belle bombe en bikini qui te donne envie de laisser la princesse à sauver là où elle est.
Gillius Thunderhead : un nain sorti des mines du Seigneur des Anneaux pour l'occasion.

Chacun d'entre eux dispose d'un pouvoir magique qui tue sa race ! Mais bon on retiendra surtout que la plus puissante c'est l'amazone qui peut carrément invoquer un dragon ! Hé ouais du Game of Thrones avant l'heure !

Le succès en arcade est total, les jeunes mettent leurs pièces de 5 Francs dans les bornes dès qu'ils en voient une et retournent en masse voir leur grand-mère dès que le stock est épuisé. Certains piquent même la monnaie dans le sac de leur mère ! Un scandale qui sera étouffé par SEGA...

Bref tout ça pour dire que Golden Axe en arcade, ça poutre !

Et comme par hasard : SEGA lance la même année sa nouvelle console : la Mega Drive ! Une 16 Bit destinée à exploser la Famicom de Nintendo !

Golden Axe est donc converti sur Master System et Mega Drive la même année. L'équipe AM1 qui a développé le jeu en arcade file le disque dur à la team AM7 chargée de le convertir sur console. Résultat : le jeu est sublime sur Sega Master System. AHL lui colle un 16/20 ! Quant à la version Mega Drive, c'est l'arcade à la maison ! AHL lui met un 17/20 dans Tilt, JM'Destroy un 91% dans Joystick !

Seulement voilà, il y a un vieil accord entre SEGA et NEC/Hudson Soft (les inventeurs de la PC Engine) sur le portage des licences de jeux d'arcade de SEGA. Le but à l'époque c'était d'aider NEC/Hudson Soft a promouvoir leur bécane et au passage à prendre des parts de marché à leur ennemi commun : Nintendo !

Plusieurs éditeurs récupèrent des licences : NEC Avenue (filiale jeux vidéo de NEC), Asmik, Telenet, etc. et les titres SEGA arrivent sur PC Engine : Space Harrier, Shinobi, After Burner 2, Power Drift, Out Run, Altered Beast, etc.

Mais là où SEGA s'est fait rouler dans les sushis. C'est qu'il n'avait pas capté que "PC Engine", c'était une "gamme de machine" et pas une seule et unique console. Qui plus est la PC Engine est un véritable carton au Japon et elle prend vraiment des parts de marché à la Famicom ! A un point que cela risque même de compromettre l'arrivée de la nouvelle console de SEGA, la Mega Drive. Alors quand SEGA voit que certains titres sont également convertis sur l'accessoire de la PC Engine, le CD-Rom, il commence à se dire "euh finalement le deal va nous desservir, imagine qu'ils arrivent à faire mieux que notre Mega Drive, on aura l'air malin !

- Ouais chef, et en plus ils sortent une nouvelle bécane, la Super Grafx, destinée à contrer la Mega Drive et ils veulent sortir dessus Galaxy Force 2...
- Gloups ! Euh le contrat était valable combien de temps ?
- Trois ans... 
- 1988, 1989, 1990 bon on va serrer les fesses jusque là mais vous dites à Nadine du service juridique de pas le renouveler."

En effet avec l'arrivée de la Mega Drive, SEGA va arrêter de filer ses licences à tout le monde, surtout que certains éditeurs peu scrupuleux, avec la bienveillance de Nintendo, sortaient certains titres sur la Famicom, comme Shinobi (publié par Tengen) par exemple.

Mais Golden Axe, c'est impossible de revenir dessus et le voir sortir au format CD inquiète SEGA...

Fort heureusement pour SEGA, Telenet Japan (un éditeur et développeur réputé, surtout grâce à la série Valis) qui doit assurer la conversion PC Engine confie le job à sa filiale RENO (Renovation Games), spécialisée dans ce type de portage. Et ces derniers annoncent la couleur :

- Ouais on va en mettre plein la vue avec des cinématiques de folie ! Ouais en plus on va faire un dessin animé pour chacun des personnages...
- Franz, Franz, j'peux faire le dessin animé de la fille ? Dis je peux le faire ?
- On verra Fabricio, on verra...

Et le résultat final est une véritable déception... Ok il y a des dessins animés, ok il y a une bande son CD mais bon sang ils ont mis tout l'argent là-dedans et rien dans les graphismes du jeu et dans le gameplay... Le jeu est un véritable massacre et ne fait nullement honneur au support qui l'héberge : le CD-Rom de la PC Engine...

Je vous propose de revenir sur cette tragique histoire...

Ajouter à mes favoris Commenter (2)

Signaler
Retrogaming (Jeu vidéo)

Lionheart de Thalion Software est un jeu Amiga sorti en 1992. Il fut considéré en son temps comme le plus beau jeu d'action Amiga...

Alors oui je sais ma vignette de blog n'a absolument rien à voir avec le jeu... Mais quand j'ai vu ce montage kitchissime à souhait, je n'ai pas pu résister... Tout y est : la belle à sauver, le décor "Fantasy" et le beau lion symbolisant Valdyn le héros de ce jeu légendaire !

Lionheart a nécessité 16 mois de développement, ce qui pour l'époque était plutôt inhabituel car les jeux devaient être bouclés en moyenne en un an grand maximum. Les conversions je n'en parle même pas, ça devait être bouclé en quelques mois. Mais là ils ont mis 16 mois et ont pondu une petite merveille de l'Amiga ! C'est d'autant plus méritoire quand on sait qu'ils n'étaient que cinq pour concevoir le jeu : Erik Simon, Henk Nieborg, Erwin Kloibhofer, Michael Bittner, Matthias Steinwachs.

Ouais ça sonne Allemand et c'est le cad : Thalion Software, c'était une boîte allemande qui a produit quelques pépités comme Ambermoon, Amberstar, Wings of Death ou encore le jeu de moto No Second Prize (un peu le Vroom de l'époque mais pour les motos).

Mais revenons à Lionheart, le jeu qui poussa l'Amiga dans ses derniers retranchements... A tel point que si vous voulait montrer à un ami que l'Amiga pouvait faire aussi bien qu'un jeu Mega Drive ou super Nintendo, c'est le titre qu'il faut lui montrer...

L'histoire (source officielle) : Dans un royaume lointain, une pierre précieuse sacrée, le Lionheart, vient d'être dérobée par l'empire rival de Narka. La disparition de la pierre, qui doit être présentée au peuple dans trois jours à la grande fête, menace la position du souverain. Le Grand prêtre a consulté les Dieux : c'est la destinée de Valdyn, un resquilleur qu'on surnomme Lionheart pour son courage et sa témérité, de récupérer le symbole sacré. Arrêté sans ménagement par la garde, Valdyn se voit informé des évènements par le roi en personne. «  Excusez-moi mon Seigneur, (...) mais il n'y a aucune récompense qui pourrait me persuader d'aller m'aventurer sur l'empire de Norka. » Agacé, le roi le menace de lui faire goûter sa salle de torture et devant le mutisme de Valdyn, se décide à lui révéler la terrible vérité. Sa fiancée Ilene priait dans l'antichambre du Temple quand une flèche perdue des forces de Narka l'a touchée. La pointe empoisonnée l'a littéralement pétrifiée. Valdyn lève les bras au ciel. Il n'a plus le choix, il doit partir : si un antidote existe, c'est là-bas qu'il devrait le trouver. Après que le grand prête l'eut doté de forces magiques pour accroître sa résistance, Valdyn harnache un petit dragon apprêté par le roi et s'envole vers les contrées sauvages merveilleuses.

Je vous invite donc à découvrir ce titre mythique sorti il y a 25 ans...

Voir aussi

Plateformes : 
Amiga
Ajouter à mes favoris Commenter (0)

Signaler
Retrogaming (Humour)

C'est une première dans les annales de la justice européenne : un journaliste de jeux vidéo s'expose à une action collective pour une note attribuée à un jeu vidéo...il y a 27 ans !

L'homme a pourtant une bonne bouille mais les faits reprochés sont graves : sa note et ses commentaires ont fait basculer un duel commercial d'ampleur mondiale.

En effet fin des années 80 - début des années 90, deux géants de l'industrie des loisirs vidéoludiques, NEC et SEGA pour ne pas les nommer, s'affrontaient dans une lutte sans merci. Face à ces mastodontes, le pouvoir de la presse avait une influence indéniable sur les achats des jeunes joueurs. Ces derniers  vouaient un véritable culte à ces stars de la presse spécialisée et chaque note, chaque avis sonnait comme une implacable sentence qui faisait trembler le petit monde des jeux vidéo.

Les faits remontent à septembre 1990, JM'Destroy célèbre journaliste de jeux vidéo, va basculer dans une terrifiante histoire en écrivant un comparatif sur Ghouls'n Ghosts opposant la version Mega Drive à la version PC Engine Super Grafx...

27 ans après, la CAPE intente une action collective en justice pour réparer le préjudice subi. Le collectif s'appuie sur l'expertise de Gunhed TV, réputée impartiale dans ce genre d'affaires...

 

Si vous avez aimé ce genre d'inepties, alors je vous conseille :

>> Les jeux vidéo seraient néfastes pour la santé

>> Un PC de 1992 à décrasser et à tester (parodie Kirby-54)

>> Commandez le fabuleux Virtual Boy sur le 36 15 Gunhed TV

>> Le surprenant destin du premier Pro-Gamer Français : Vincent Salengeon

Voir aussi

Plateformes : 
Arcade, Megadrive, PC Engine, Supergraphx
Ajouter à mes favoris Commenter (3)

Signaler
Retrogaming (Jeu vidéo)

En cette journée internationale du chat (oui je sais c'est complètement débile comme journée), on ne pouvait s'abstenir de revenir sur deux jeux de chats qui ont marqué l'Amiga : Bad Cat et ThunderCats ! Ce dernier étant plutôt connu chez nous sous le nom CosmoCats !

1987... Il y a 30 ans ! A cette époque il n'y avait pas de journée internationale du chat mais on avait des superbes jeux de chats : ThunderCats et Bad Cat.

ThunderCats est un jeu développé par le développeur anglais Elite inspiré par le dessin animé du même nom. Diffusé en France dans l'émission Récré A2, il a connu un indéniable succès à son époque, au point de se voir adapté en jeux vidéo sur Commodore 64, Amstrad CPC, Atari ST, ZX Spectrum et Amiga !

Quant à Bad Cat, c'est un titre de Rainbow Arts (dont on a chroniqué récemment le fabuleux Great Giana Sisters il y a peu).

Je vous invite à redécouvrir ces jeux de chats d'il y a 30 ans...

 

Voir aussi

Plateformes : 
Amiga
Ajouter à mes favoris Commenter (4)

  
Signaler
Retrogaming (Jeu vidéo)

The Great Giana Sisters c'est tout simplement un clone de Super Mario Bros. Mais attention c'est pas un clone tout pourri de Mario ! Nan, nan c'est du travail d'orfèvre, du bel ouvrage d'artisans allemands qui savent soigner leur contrefaçon et pas du romhack chinois de seconde zone.

 Développé par Time Warp pour le compte de Rainbow Arts, ce titre a été interdit à la vente par Nintendo.

Nintendo ne voulait pas de soeurs aux frères Mario & Luigi ! Et c'est triste car The Great Giana Sisters est un jeu génial qui, même s'il s'inspire de Super Mario, vaut franchement le détour, surtout sur Amiga avec un thème de Chris Hülsbeck (grand compositeur de musique de jeux vidéo) et un développement de Mandred Trenz (Turrican si ça vous dit quelque chose...)

Quand le jeu sort, l'éditeur allemand Rainbow Arts joue la carte de la provocation avec des publicités qui tâclent le plombier : Brothers are history (les frères c'est de l'histoire ancienne), "poussez-vous les frères..." pour ne citer que quelques expressions bien senties qui n'ont pas manquer d'énerver l'éditeur nippon ! Qui plus est nous sommes en 1988 et la NES se vend par milliers grâce à un titre porte-étendard : Super Mario Bros.

Il est donc inconcevable que Nintendo laisse un éditeur allemand se faire de l'oseille sur le dos du plombier. Qui plus est en proposant un titre qui vise à ringardiser le plombier... Car loin du clone bête et méchant, Giana Sisters met en scène des "bad girls", des p'tites punkettes qui évoluent dans un monde sans doute créé à partir de substances illicites...

Rien que la légendaire pochette du jeu en dit long... Une jeune blondinette, les tétons qui pointent, toute bondissante dans un monde psychadélique où les champignons font visiblement plus d'effet que dans celui de Mario. Hmmm trop irrévérencieux aux yeux de Nintendo qui, aidé d'une cohorte d'avocats, fait interdire la vente du jeu à peu près partout... Sauf en Allemagne !


Résultat un jeu devenu culte qui fait la joie de ses propriétaires... et des spéculateurs ! Car oui le jeu, qu'il soit en version Commodore 64 ou en version Amiga, Atari ST et autres est très recherché.

Son prix oscille entre 500 et 1500 ¤... Alors oui je sais c'est abusé mais que voulez-vous ma petite dame, c'est pas tous les jours que l'on se voit interdit à la vente par Nintendo en personne.

Le truc rigolo dans l'histoire c'est que The Great Giana Sisters est sorti des années plus tard sur Nintendo DS... Dans une version entièrement remaniée et approuvée par Nintendo himself !

Je vous propose de revenir sur cette histoire dans ma petite vidéo...

PS : les images sont issues du site abandonware-magazines.org

Voir aussi

Plateformes : 
Amiga
Sociétés : 
Commodore
Ajouter à mes favoris Commenter (6)

  
Signaler
Retrogaming (Humour)

Un PC de 1992 à décrasser et à tester ! Vidéo parodique sur l'Amiga 1200 inspirée par un Youtubeur...

AVERTISSEMENT

La vidéo qui va suivre est une parodie d'une vidéo réalisée par le dénommé (censuré)-54 dont le pseudo est vraisemblablement inspiré par un personnage de Nintendo...

Rose et rond...

L'idée de faire cette parodie m'est venue en parcourant la page Facebook d'un groupe de fous furieux amoureux de l'Amiga : Amiga Pour Toujours. En effet le YouTubeur en question a réalisé une vidéo sur l'Amiga 500 et il le compare à un PC de 1987. Forcément ça a fait grincer quelques dents :)

La vidéo qui va suivre n'a d'autre prétention que de vous décrocher un sourire et de taquiner amicalement le susnommé (censuré)-54... Il n'y a aucune once de méchanceté à son égard car mis à part cette vidéo sur l'Amiga, je ne le connaissais pas.

Néanmoins pour que votre confort de visionnage soit complet, je vous invite à regarder au préalable la vidéo parodiée, intitulée sobrement : "Un PC de 1987 à décrasser et à tester"

Bien à vous.

Voir aussi

Plateformes : 
Amiga
Sociétés : 
Commodore
Ajouter à mes favoris Commenter (2)

  
Signaler
Retrogaming (Jeu vidéo)

1941: Counter Attack est un shoot 'em up à scrolling vertical développé et édité par Capcom, sorti en février 1990 sur système d'arcade CP System. Conçu par Kihaji Okamoto, il s'agit de la suite de 1943: The Battle of Midway. Le jeu a été commercialisé sur Super GrafX le 23 août 1991 au Japon. 

Je vous invite à travers ce speedtest à (re)découvrir l'un des titres forts de la Super Grafx : 1941 !

Tiré de la borne d'arcade éponyme, ce titre d'Hudson Soft rend hommage à la machine sur laquelle il a été développé : sprites à foison, fluidité exemplaire, couleurs chatoyantes, jouabilité excellente... Bref si vous aimez les shoot them up, c'est le titre qu'il vous faut...

 

Voir aussi

Plateformes : 
PC Engine, Supergraphx
Sociétés : 
Hudson Soft, NEC
Ajouter à mes favoris Commenter (0)

  
Signaler
Retrogaming (Jeu vidéo)

La Super Grafx : la console maudite de la gamme PC Engine !

Découvrez cette fabuleuse machine disparue trop tôt, compatible avec les jeux PC Engine mais qui n'a eu que cinq jeux exclusifs : Battle Ace, Granzort, Ghouls'n Ghosts, 1941 et Aldynes... Et en cadeau bonus : Darius Plus (et le hors commerce alpha), le jeu hybride PC Engine et Super Grafx.

En décembre 1989, Hudson Soft et NEC décident de contrer l'arrivée de la Mega Drive de SEGA avec une nouvelle machine de la gamme PC Engine : la Super Grafx ! En fait il s'agit d'une PC Engine boostée aux hormones : 4 fois plus de RAM, on passe de 8 à 32 Ko et surtout deux processeurs graphiques affichant 128 Ko au total ! C'est le nVidia SLI avant l'heure ma p'tite Dame ! 
Bon le hic, c'est que ça s'arrête là ! En effet le processeur, même avec plus de RAM, reste le même que la PC Engine : un HuC6280A (8 Bit), autrement dit un processeur issu de la technologie MOS 6202, datant de 1978 ! Celui qui équipait les Apple 2... Bon ok il est customisé par Hudson Soft, sa fréquence est de 7, 19 Mhz et les coprocesseurs de la PC Engine de base donnent du fil à retordre à SEGA et NINTENDO mais ça reste un peu léger, surtout quand NINTENDO annonce sa Super Famicom...

Finalement même si sur le papier le match Super Grafx Vs Super Famicom avait fière allure (surtout avec l'arrivée du Super CD-Rom PC Engine qui nous faisait rêver à des jeux CD exploitant les capacités de la SGX), le match n'a pas eu lieu... La bonne vieille PC Engine (et sa petite soeur la Core Grafx) a connu une seconde jeunesse avec son lecteur de CD-Rom et a réussi à tenir tête au géant Nintendo. Quant à la MegaDrive de SEGA, elle fut séchement battue par la PC Engine... Mais qu'au Japon car dans le reste du monde, c'est le duel Mega Drive vs Super Nintendo qui retenait toute notre attention.

Je vous propose de revenir sur l'histoire un peu triste de la Super Grafx, la console maudite (avec la PC-FX) du tandem Hudson Soft-NEC...

Voir aussi

Plateformes : 
PC Engine, Supergraphx
Sociétés : 
Hudson Soft, NEC
Ajouter à mes favoris Commenter (7)

Édito

Pourquoi faire un blog ici ?

Déjà parce que Gameblog, comme son nom l'indique, nous permet de le faire et que c'est la moindre des politesses que de répondre favorablement à leur aimable invitation.

Ensuite parce qu'à 43 ans, la passion des jeux vidéo m'anime toujours autant, avec une petite préférence pour les jeux d'antan. Pas parce que c'était mieux avant, nan, nan juste parce que je suis susceptible et que ça me fait mal d'être poutré par des gamins de 12 ans quand je joue en réseau sur les jeux actuels :)

Bien à vous.

Gunhed

PS : Mode frime activée avec le macaron qui va bien :)

Et ma chaîne : Gunhed TV

Archives

Favoris