the last blood girl

Par haziel5 Blog créé le 03/05/10 Mis à jour le 10/08/10 à 13h48

Ajouter aux favoris
Signaler

 

Le boucher de Russie

Mikhaïl Semenovitch alias Le boucher de Russie.

 Suite à un simple contrôle de Police pour un feu stop défectueux sur sa voiture, les policiers découvrirent dans le coffre les corps de deux jeunes femmes mortes ligotées et ensanglantées.

Semenovitch fut arrêté et transféré dans une prison fédérale au fin fond de la  Sibérie.

 Les policiers exhumèrent lors de la fouille de la maison familliale des Semenovitch, une vingtaine de corps dépourvus de chair enterrés dans le jardin.

L'identification des squelettes permit de savoir qu'il s'agissait des corps de vingt et une jeunes femmes, toutes n'étant pas encore majeures, disparues au cours des deux années passées.

Dans la cave, la police trouva, dans ce qui ressemblait à une macabre arrière boutique d'une boucherie slovaque, les restes d'une vingt deuxième victime, dont chacuns des membres avaient été soigneusement découpés et entreposés dans une baignoire remplie de sang au rebord, et dans laquelle reposait une scie rouillée maculée du même liquide rougeâtre que celui qui recouvrait le fond.

 "Le boucher de Russie" faisait désormais la une de tous les quotidiens nationaux.

 Au cours de ses dix ans d'emprisonnement Michaïl perdit son oeil droit lors d'une rixe organisée pendant un repas du soir. Une fourchette vint se planter au fond de son orbite alors qu'il était en train d'arracher les oreilles d'un des gardiens à la seule force de ses mains.

 Depuis peu relâché, faute de place suffisante dans cette prison qui commençait à atteindre un niveau de délabrement plus qu'avancé, Michaïl Semenovitch embarqua à bord du premier navire, en partance pour les Etats-Unis, en tant que cuisinier.

 Durant la traversée quelques membres d'équipages disparurent, probablement tombés en mer pendant les deux à trois orages auxquels du faire face le Raspoutine.

Seul Le boucher de Russie connaissait réellement le contenu de son fameux ragoût dont raffolaient les marins du Raspoutine.

 Froid et méticuleux, il avait paufiné ses meutres en prenant un certain plaisir à énucléer ses victimes et à les suspendre aux esses de la boucherie qu'il avait ouverte dans un patelin paumé au fin fond du trou du c u l des USA.

Jamais ses clients ne se doutèrent que son paté-de-tête comportait autre chose que du porc.

 Je suis Anton Martins - Biographe malgré moi du boucher de Russie.

Au moment où j'écris ces quelques lignes, j'entends les pas lourds de Semenovitch s'approchant inéluctablement de mon triste sort.

Cette arrière boutique infestée de mouches sera le dernier endroit sur lequel mes yeux se seront posés. 

 "Il est l'heure de passer à table Anton !"

 "C'est quoi cette feuille ? Hum... intéressant. Ca fera un parfait CV à envoyer au Padre."

 

     La lettre souillée arriva directement sur le bureau de Bubble Gun et rien qu'à la vue des petites tâches suspectes sur l'enveloppe, à peine l'avait-il décachetée qu'il en frémissait déjà d'impatience. Respirant les odeurs putrides et nauséabondes du document, le doux parfum qui s'en dégageait se propageait sur ses nasilles en expédiant un message d'extase tout droit dans la zone plaisir de son cerveau. Afin d'obtenir une sensation plus complète, du bout de la langue il gouta délicieusement l'empreinte laissée par cet Anton Martins qu'il bénissait déjà comme un prophète lui annonçant la bonne nouvelle. Cette mise en bouche lui était exquise, tout autant que le reste.

Mikhail lui apparaissait comme un homme sain d'esprit et extrêmement passionné. Un de ces êtres doué voire surdoué qui prenait beaucoup de plaisir à exercer la tâche pour laquelle le très haut l'avait envoyé ici bas. Ce génie de la découpe qui excellait dans le démembrement humain, il importait de le faire signer sans gaspiller un seul instant. Semenovitch apporterait un gage de qualité au trafic d'organe mené et dirigé par le padre. Encore fallait-il qu'il rejoigne l'équipe discrêtement sans éveiller les soupçons des services spéciaux qui à coup sûr le surveillaient de très près.

 

Natalia Zolotarev

Mais Bubble Gun s'était entouré à merveille ces derniers jours et justement Natalia, une recrue fraichement débarquée, s'éfforcerait à dissoudre les indices laissés par le boucher, histoire de brouiller les pistes du "federal bureau investigation". Rien ne devait les mener jusqu'au padre.

Ses gammes, cette jolie russe les avait faites dans les services du KGB. Son rôle se composait principalement du contrôle, de l'intimidation voire de l'élimination des dissidents politiques accusés de subversion idéologique. Aussi il importait d'intéresser au silence un certain nombre d'agents soviétiques ce qui se traduisait la plupart du temps par de mystérieuses disparitions dans les tréfonds du Caucase.

Les méthodes d'espionnage, de contre-espionnage et d'infiltration lui étaient évidemment familières. Et nul doute qu'après le démentèlement du KGB, Zolotarev s'en servait encore à ses propres fins. Lassée de la faucille et du marteau, de l'internationale, du parti communiste, du froid glacial et des chakpas, Natalia fut une des rares à reprendre sa liberté en bernant ceux qui lui avaient transmis toutes les ficelles du métier. Nouvelle identité, nouveau continent, la liberté d'action et le libéralisme lui apportaient de plus gros cachets mais aussi un peu trop d'ennemis. En incorporant l'équipe, elle espérait se mettre un tant soit peu à l'abri tout en gardant l'assurance d'un salaire élevé.

                                                "Quelqu'un est trop curieux? Je l'intéresserai au silence.

                                                   Quelqu'un en sait trop? Je lui apprendrai le silence.

                                                     Quelqu'un parle trop? Je le forcerai au silence."

 

Le chapelier

 

     De la TNT à l'hexolite, du tetrytol à l'octolite, du trolite aux C4, des poudres aux explosifs brisants, de la déflagration à la détonnation, le chapelier établissait ses choix dans l'arrière salle de son atelier en fonction de l'objectif à atteindre. Il suffisait qu'une petite étincelle se fraye un chemin jusque dans ses locaux pour que le quartier soit entièrement pulvérisé. Cet homme instable et complètement cinglé séduisait Bubble Gun. D'ailleurs la poudre ne lui servait pas qu'à confectionner des bombes, il s'en fourrait plein le nez et s'atomisait le cortex. On pouvait dire qu'il s'harmonisait avec virtuosité au job qu'il accomplissait.

A son actif, trois des plus retentissants attentats de ces dix dernières années faisaient de lui un des hommes les plus recherchés et traqués par les polices du monde entier. L'attaque du cargo ukrainien, l'atterrissage forcé du Air Home One et l'explosion de Barcelone portaient sa signature.

Pour l'anecdote, alors qu'il avalait l'asphalte afin de rejoindre les rangs de Big Jack, engagé sur une bretelle d'autoroute, il se rabattit rageusement devant un convoi exceptionnel lancé à pleine vitesse. Le chauffeur de ce dernier vociféra usant de tous les jurons de camioneurs avant de comprendre son erreur. En effet le chapelier dégoupilla avec les molaires une grenade qui trainait dans le vide poche et la balança à travers le toit ouvrant de son bolide. Elle ricocha à deux reprises sur le bitume avant de s'encastrer dans le pare-choc du poids lourd pour ensuite pulvériser la tronche du routier. Le camion, projeté en déséquilibre, finit sa course folle sur la parking d'une aire de repos à deux pas d'une octagénaire qui sortait son clébard (ou l'inverse). Cette petite vieille se figea bouche bée et resta tétanisée à la vue du pauvre carnivore qui fit un vol plané de cinquante mêtres.

                                                             "Il a pas apprécié mon dépassement...

                                                              J'ai pas apprécié son engueulade...

                                                                  Il a pas apprécié ma punition...

                                                             J'ai apprécié ce moment de détente..."

 

Aizen

 

     Quelque part sur le territoire japonais, l'illustre Hattori Hanzo prodiguait ses ultimes enseignements à son poulain. Dans un petit village bercé par le pacifique, le soleil s'apprêtait à se coucher et la cérémonie du thé pouvait débuter. Hattori ne cautionnait pas les choix de Aizen, mais il avait la conviction que son disciple évoluerait comme un homme d'honneur portant en lui de grandes valeurs d'intégrité et d'humilité. Sûrement cet élève courageux et sérieux avait une idée en tête, enfin il osait l'espèrer. Que pouvait-il donc projeter en devenant membre de cette organisation mafieuse de l'autre côté de l'océan? Certainement pas l'appât du gain. Malgré ses doutes Hanzo posa sa tasse après en avoir avalé le contenu, puis dans un silence qui le caractérisait, il s'orienta vers la pièce d'à côté. Il en ramena ce pour quoi la nuit avait été plutôt courte. Un katana flamboyant dont lui seul connaissait le secret. Un sabre d'une rare qualité. C'est l'esprit clair et chargé d'une sorte d'énergie universelle que Hattori forgea cette pièce d'orfévrerie qu'il confia sans mot à son protégé parachevant sa formation. Désormais Aizen savait tout de lui.

Cet exilé, arrivé très jeune au japon, disposait que de très peu d'informations sur son passé. Juste que c'était sa mère qui l'avait envoyé ici afin d'échapper à un ménage en perdition rythmé par un père en dérive. Le reste, il ne s'en souvenait pas.

Présenté à Bubble Gun comme tueur à gage à l'ancienne, son originalité et sa fine lame firent la différence.

 

Alex no name

 

     Bergame, Italie.

La situation s'envenimait pour Alex no name. Poursuivit par le fisc et les services de police locaux, ses petites affaires partaient à la déroute. Son unique moyen d'en réchapper résidait dans le fait de solliciter de l'aide à la famille. Les contacts de son père permettraient peut-être de trouver refuge loin du territoire italien et de sauver la face. Il comptait bien là-dessus. Dans la mafia, le code d'honneur lui offrait cette porte de sortie et son paternel en toucha deux mots au padre, qu'il connaissait depuis belle lurette.

Pour Bubble Gun, ce petit con et cet illégitime arrogant ne lui plaisait guère. A quoi pourrait donc servir son incapacité à résoudre son propre merdier ?!! Mais sa position était délicate et l'aval de Big Jack sur cette candidature l'enrageait silencieusement. Impossible de s'y opposer. La famille est la famille et encore plus dans ce genre d'organisation. Ce pistonné de dernière minute restait sur le sellette et au moindre faux pas, il laisserait le boucher le suspendre à ses esses. Qu'il se tienne à carreaux et qu'il ne la ramène pas trop, sous peine de finir maladroitement au fond d'un trou dans le désert, une hache plantée dans le dos.

                                               "Moi je ne discute pas avec les souilles m.......où il est le padre?

                                                      bon bon ok donne lui cette enveloppe, Chewing Truc

                                                                                      il me reconnaîtra ! "

 

Pendant ce temps à l'autre bout du monde au ladakh...

 

_Dali_: "Je te laisse repartir avec beaucoup de quiétude. les astres te sont favorables et de plus tu es prête et libérée. Une force à laquelle tu participes est sur le point d'entrer en action. Sois-en consciente et bonne chance !"

Dali prononça ces derniers mots d'encouragements dans le hall de la gare mais il n'était pas aussi convaincu du bien fondé de ses propos. Et laisser son élève évoluer dans la jungle urbaine, la mettrait en proie à une redoutable meute de loups ce qui ne le tranquillisait pas tant que ça.

 

     Sema ne se doutait pas de ce qui se tramait dans la cité. Son unique objectif pour les heures qui suivaient, était de rendre un dernier hommage à ses soeurs spirituelles. Mais il fallait également dénicher ce fameux "tête de brique", ami de Jungle Julia, qui détenait des informations précieuses sur les activités du padre (le rapport obtenu grâce à Pop corn en faisait mention).

 

     La gare était déserte et Sema connaissait maintenant les lois universelles. Un calme absolu se transforme tôt ou tard en tempête. Le Yin à son paroxisme devient inévitablement Yang. Mais qu'importe, elle le savait et son billet en poche elle s'installa au fond d'un wagon, laissant place au périple du retour. Un ultime au revoir aux montagnes sacrées du nord de l'inde, à Dali et à Gaîa, aux enseignements de son maître et son regard pouvait se fixer sur l'avenir.

 

     A son arrivée à la nuit tombée, elle prit rapidement possession du pied-à-terre légué par Dali. Juste le temps de poser ses valises puis direction le cimetière. Suite aux massacres et à sa fuite précipitée, elle n'avait pu assister aux enterrements des blood girls. Elle comptait bien rattrapper le temps perdu.

 

     Assise et postée face aux pierres tombales, la tristesse balayait ses certitudes. La mort ne représentait qu'un passage vers un au-delà et elle en était viscéralement persuadée. Une espèce de continuité à laquelle toutes les âmes de ce monde devraient faire face à un moment donné. Son initiation et le dharma lui avait transmis cette conviction. Cependant avec ces atroces disparitions, pas évident pour elle de préserver un tel raisonnement. Sema voulait pourtant rester digne, elle se l'était jurée mais voilà, cette réalité elle se la prenait en pleine gueule. Luttant contre ses doutes et ses questions inutiles, elle s'essuya les yeux résolue à aller de l'avant, adressant une  prière intérieure aux blood girls. Pink Lady, Lussi, one shot Gaby, Pop corn, Jungle Julia et Chupa Chups...ce qui comptait à présent était de donner un sens et une direction à leurs adieux, pour elle mais aussi pour la cité et encore plus pour ce Carlos Schiavone. Son karma n'allait pas tarder à s'abattre sur lui.

 

     ...Tête de brique...quel était cet homme?...Si ce n'est...si ce n'est un collègue, un ami de sa défunte partenaire Jungle Julia qui devait très certainement bosser avec. Si cette déduction s'avérait exacte, il s'agissait sûrement de ce videur protégeant l'espace dj de cette boite de nuit nichée au coeur des docks. Le seul moyen d'en avoir le coeur net était de s'y rendre.

 

     Un taxi l'emmena moyennant une petite somme rondelette. En effet la nuit les tarifs explosaient dans ces zones peu sécurisées et la prime de risque, les chauffeurs se faisaient une joie de la faire grimper exponentiellement, lorsque les heures tardives sonnaient. C'était le prix à payer depuis le règne du padre. Mais tout est impermanent, rien ne dure marmonna-t-elle.

 

     Une fois pénétrée dans les lieux, elle se remémorrait ces délicieux souvenirs d'afters endiablés en compagnie de ses partenaires. Seulement l'heure était aujourd'hui plus grave et elle espérait être sur la bonne piste. Un rapide coup d'oeil autour afin de sonder les environs et Sema se dirigea vers ce trentenaire tatoué aux allures de rustres. Si Tête de brique était cet homme, mon Dieu qu'il portait son pseudo avec justesse.

 

     Tête de brique, cet imposant videur, se faisait respecter avec poigne. A ce poste, c'était l'homme de la situation. Des bras saillants et musclés gros comme les cuisses de Sema, un crâne dégarni prêt à assener n'importe quel coup de boule aux petits merdeux alcoolisés et un sex appeal lui assurant des nuits chaudes et torrides. Suite à la douloureuse perte de Jungle Julia, sa dj favorite, et au changement de proprio' de la boite, il travaillait maintenant pour le compte de Big Jack. Il n'avait cependant pas digéré cet assassinat. Malgré tout il ne se sentait pas prêt à faire face seul à toute la clique mafieuse à laquelle il avait affaire de temps à autre. En plus de ça il lui fallait nourrir ses rejetons. Pour toutes ces raisons, Tête de brique se rongeait en silence dans l'attente d'apporter un coup de pouce à qui tenterait une action contre son nouveau patron et Sema incarnait cette personne. Il se félicitait de la rencontrer enfin.

 

_tête de brique_: "Te voilà Sema ! Moi qui craignait ne jamais te voir ! Surtout ne te retourne pas et faisons comme si de rien n'était. Les hommes de Carlos errent dans les allées. Nous disposons que de très peu de temps. Jungle Julia m'a beaucoup parlé de toi et j'ai des infos sur le trafic de coke à te transmettre. Fais toi petite et planque toi, je t'enverrai quelqu'un avec les documents."

_Sema_:" Mais ?!...."

_tête de brique_:" Dégagez ma ptite dame !! Vous voyez pas que cette cabine est exclusivement réservée aux employés ?!! Allez allez, profitez de la nuit et ne tentez plus d'y remettre les pieds !"

 

     Sema attendit dans un container recyclé en chiottes et patienta après l'individu que tête de brique devait lui envoyer...Pour quelques billets un ptit jeune nommé jerome accepta la mission et remit le document tant convoité. Ces quelques dollars lui permettraient de finir la soirée en beauté et peut-être qui sait, de ne pas rentrer bredouille. Sans véritable conscience du danger, il la trouva aisément et lui transmit une espèce de flyer annonçant un after qui promettait à coup sûr une nuit fiévreuse...

_jerôme_: "Bonsoir mystérieuse inconnue ! j'ignore qui tu es, mais tu sauves ma soirée ! Alors voilà le tract, tête de brique te signale qu'il te faut trouver le lieu !"

_Sema_:"Merci jeune homme ! Mais de quel endroit parles-tu?"

_jerôme_:"Oula !! J'en sais pas plus moi ! Juste que des services comme ça à 100 dollars, j'veux bien t'en rendre tous les jours moi !"

_Sema_:"Ok laisse tomber, j'me débrouillerai. Mais fais gaffe à toi quand même !"

_jerôme_:"No problemo, j'bois que d'la margarita, t'inquiète pas ! Et puis l'alcool ça m'connait !"

_Sema_:"Et la pègre?" pensa-t-elle

 

     Le flyer en main, Sema n'y décela rien d'évident au premier abord...Il fallait s'y attarder à tête reposée...et trouver l'endroit au plus vite...

 

  

Aide Sema à décrypter ce flyer !!! sur le forum de playstationhome (topic:" the last blood girl l'histoire intéractive") Clique dessus !!

 

                                                                                         ...to be continued...

                       

 Je voulais profondément remercier ceux qui ont très activement participés à cette session : bobby526, Nehta, tifil, helldamiano, xxel7...Je tenais à m'excuser aussi auprès de charlyafton, malko06 et Hares72000 qui ont joué le jeu à merveille mais j'ai été confrontée à des choix cornéliens...j'espère sincérement que vous comprendrez...

Un grand bravo à jerôme qui a localisé Sema lors de l'énigme du home! félicitations ! Et merci à tous ceux qui ont participés à cette énigme live ! Big up à helldamiano et à br_steph !

 

 

Ajouter à mes favoris Commenter (1)

Signaler

     ....précédemment dans the last blood girl...(dans la session four)

Afin de décrypter le message caché de Dali, il suffisait de souligner de bleu les blancs (à l'aide du curseur de votre souris) dans le monologue du chaman...Ainsi apparaissait une phrase mystérieuse  prouvant que Sema et vous étiez prêts pour le reste de l'aventure...

..."Bubble GUN"...

     Bubble GUN était le bras droit du padre depuis bien longtemps. Lorsque Big Jack croisa sa route pour la première fois, il lui avait semblé que ce curieux énergumène se révèlait être la copie conforme d'un arsène lupin des temps modernes mais en un peu plus perturbé.

Bubble GUN était en effet classe et très propre sur lui, au look soigné et distingué. Un de ces gangsters-gentlemen qui impose le respect. Cet homme au sang glacial s'avérait méticuleux, mesuré, précis et d'une force manipulatrice hors pair. Son plus grand chef d'oeuvre (d'après lui), il l'avait réalisé un soir en prison alors qu'il finissait de purger sa peine pour une sombre magouille. Après avoir inspecté le cerveau dans ses moindres recoins et les mémoires d'un de ses voisins de cellule, il lui assainit le coup fatal grâce à son verbe assassin en appuyant là où ça faisait mal. Ce dernier, selon les gardiens, se fracassa violemment le crâne à plusieurs reprises contre les murs afin de mettre un terme au supplice, recouvrant le sol de son sang. Il fut envoyé d'urgence à l'hosto' et plongea dans un profond coma. Depuis sa libération, Bubble GUN rendait de temps en temps visite au malheureux afin de parachever son oeuvre. Tel un artiste qui donne et redonne un dernier coup de pinceau, lui il continuait son travail de sape, persuadé que sa victime pouvait encore l'entendre. Tout ceci en remuant lentement la perfusion plantée dans le bras de l'ancien détenu.

Il reçut son surnom du padre. Après avoir explosé le lobe frontal en vidant son chargeur à bout portant sur un indic de la police, il cracha furieusement son chewing gum sur la tronche du macchabée...Bubble GUN était né...

_Bubble GUN_: "Salut à toi ! je suis le bras droit de Big Jack et je m'occupe de très près de ses équipes. Si tu es ici et que tu lis ce message, ce n'est pas un hasard. C'est que peut-être tu as le goût des femmes fatales, des somptueuses villas, du don pérignon, et que tu préfères que les liasses de billets soient dans ta poche. Si tu as la gachette facile et le coup de feu précis et si tu veux un destin palpitant, poste moi ta photo sur le forum, donne moi ta spécialité, décris toi avec talent et j'étudierai ton cas. Ne laisse pas passer ta chance et vient régner sur la ville aux côtés du padre, sinon planque toi avec brio car l'un des nôtres te trouvera tôt ou tard."

 

                                                                                  

                                                                                       ...to be continued... 

                               ...merci à cruz95 pour sa patience légendaire (dans le rôle de Bubble GUN)...

 

Ajouter à mes favoris Commenter (2)

Signaler

_Gaîa_: "Hum...La prophétie des andes...Le guerrier pacifique, ok...Les secrets de l'aura..."

     Gaîa en avait fini avec le classement de ses ouvrages...Enfin pour aujourd'hui seulement. Afin de remettre un peu d'ordre dans cette bibliothèque, le travail était de longue haleine. Mais cela ne la dérangeait pas car elle savait que cet exercice faisait parti intégrante de son stage avec Dali. En effet, le but était de rester concentrée sur ses faits et gestes, sur le présent, sur le "ici et maintenant". Le chaman lui avait expliqué qu'aujourd'hui, trop de monde fuyait l'instant présent en s'échappant dans leurs pensées, en se projetant dans l'avenir, ou encore en se remémorant le passé. D'après lui, et selon les plus grands prophètes de l'histoire de l'humanité, l'ignorance de notre vraie nature était la source de tous nos tourments. Et la raison de cette ignorance résidait dans la tendance invétérée de notre esprit à la distraction. Ramener l'esprit à sa vraie nature, le ramener à l'instant présent, était en quelques sortes une porte d'entrée pour le nirvana. Et cela se traduisait pour Gaîa par le rangement de cette bibliothèque. Faut dire que tout ceci arrangeait pas mal Dali, vu sa capacité à mettre le bordel dans sa boutique. Mais bon, son apprentie avait accepté les règles du jeu et elle en redemandait.

Gaîa s'apprêtait à sortir de la librairie quand justement son maître venait à sa rencontre.

_Dali_: " Salut gaîa ! Je vois que tes efforts ont métamorphosé mes étagères. Je suis fier de ton abnégation ! Continue sur cette lancée et toi aussi, bientôt tu seras prête...Mais à présent c'est au tour de Sema. Veux-tu aller me la chercher ? Je l'attendrai au temple..."

_Gaîa: "ok...Je pars à sa rencontre"

     Juste le temps d'avaler quelques beignets locaux et Gaîa arrivait aux appartements de Sema. Cet endroit plutôt délabré lui avait été prêté par son père spirituel de manière à ce qu'elle puisse décompresser de tous ces moments durs qu'elle avait subi. D'ailleurs lorsque Gaîa pénétra dans la pièce, elle s'apercut que Sema accusait le coup de la disparition de ses amies. Jusqu'à aujourd'hui, elle avait été poursuivie sans relâche par Big Jack, et sa fuite précipitée de Home city lui avait un peu fait oublier la perte de ses soeurs de coeur. Mais maintenant qu'elle se reposait un peu, le goût âmer de ces disparitions refaisait surface. Et Gaîa l'avait remarqué en un clin d'oeil.

_Gaîa_: " Bonjour Sema ! Contente de te revoir ! Malheureusement, encore une fois, le temps n'est toujours pas venu de discuter et encore moins de pleurer tes anciennes partenaires...J'en suis désolée, tu peux me croire..Mais Dali te demande tout de suite..."

_Sema_: "Salut Gaîa...Je suis sûre que l'on s'entendrait bien toutes les deux...Mais ok, puisque Dali me réclame, je pars le rejoindre...Merci pour tout !"

     Une fois arrivée au pied de cette bâtisse sacrée, Sema fut accueillie par le chaman qui l'attendait d'un air préoccupé et il paraissait comme impatient d'en découdre...

_Dali_: " Bienvenue jeune fille. Entre, installe toi et ouvre grand les oreilles. Le temps est enfin arrivé de percer les mystères de la réalité. Tu n'es pas sans savoir que ce que tes yeux voient est tronqué par ce que ton esprit croit voir. Aujourd'hui nous allons y remédier. Les bouddhistes appellent ce phénomène "Maya". C'est une espèce d'illusion qui conditionne et berne ton mental. Ainsi, la plupart des mortels de ce monde ont un voile devant les yeux qui les empêche d'appréhender les choses telles qu'elles sont réellement. Quand tu auras accompli cette initiation, tu seras capable de regarder le monde d'une tout autre manière et pour la suite de tes aventures, cette étape est primordiale."

_Dali_:" Les indiens emploient le terme de "prana", les grecs disent "pneuma", les chinois empruntent le mot "qi", ici nous parlons d'énergies. Ces énergies parcourent le corps de chacun d'entre nous. D'ailleurs les asiatiques et plus précisément les acupuncteurs visent à rétablir ces fluides en piquant le corps, à l'aide de très fines aiguilles, afin de parvenir à retrouver l'équilibre et de prévenir des maladies. Mais ces énergies sont aussi en dehors, elles sont en toutes choses. Ainsi un objet quelconque qui est apparemment statique, est en fait en perpétuel mouvement. Les occidentaux l'ont bien compris à travers leurs théories sur les atomes. Bref elles sont partout."

"Grâce à des exercices particuliers et à de longues méditations, tu serais capable de les absorber et de t'en nourrir directement. Car après tout, que t'apportent les fruits, les légumes, la viande, si ce n'est de l'énergie pour toute la journée ?! Et bien certaines personnes qui peuplent cette planète n'ont plus besoin de passer par la matière pour s'alimenter. Mais bon, là je m'éloigne. Ce que tu dois arriver à faire durant ces prochains jours, c'est de voir ces énergies de tes propres yeux et ce à l'aide de ton esprit. Pour cela tu devras rentrer en profonde méditation, élever ton état de conscience et augmenter les vibrations de ton corps. Et là, seulement là, tu accéderas à une autre réalité. Alors tu auras la faculté de percevoir les messages cachés, tu auras le pouvoir de lire entre les lignes de la vie. Ceci lorsque tu liras ces lignes, ce sera le signe qu'enfin tu es parvenue à cette autre réalité, le signe que tu es prête pour te sera utile pour la suite de tes aventures. Ton regard sera plus vif, plus lucide sur ce qui t'entoure. Tu percevras  cette quête. Dis moi alors "i'm ready Dali" et je serai sûr que tu es accomplie! Alors je serai fier de toi Sema...Bravo!!!!!  ll'esprit de tes adversaires en devinant leurs intentions. Bref, en un mot tu seras prête."

"Assieds toi confortablement dès à présent et débute sans plus tarder cette initiation. Je veillerai sur toi. Peu de gens accomplissent cette tâche en une vie. Toi, je te donne cinq jours !...Om mani padme hum !"

     Déjà trois jours étaient passés et Sema élevait son esprit peu à peu. Entrée dans une intense méditation, elle percevait un souffle qui parcourait son corps. Sereine, elle réussissait enfin à trouver du plaisir dans cet exercice. Mais il ne fallait pas s'y attacher, elle le savait, ce n'était pas une fin en soi. Quand soudain, elle comprit ce que Dali lui demandait. Ce fut comme une révélation. Elle ouvrit les yeux et ce fut un réel spectacle, une merveille. Elle percevait enfin ces fluides mais ce n'était pas tout ! Les couleurs se fondaient en notes de musique, les sons dégageaient un doux parfum, Sema se sentait en harmonie avec la nature, avec l'univers. Désormais elle prit conscience qu'elle avait réussi, qu'elle était prête pour la suite. Elle se leva et s'écria : " i'm ready Dali !!!"

 

                                                                                    ...to be continued...

 

Ajouter à mes favoris Commenter (1)

Signaler

     Bravo Sema, tu as décrypté le code d'accès et tu as réussi à mettre la main sur ce blog...Enfin encore faut-il espérer que ce soit toi ! Si toutefois il s'avérait que vous ne soyez pas Sema, je vous en prie, transmettez-lui ce dossier au plus vite !

                                                                                                                                       Pop Corn

                                                                                      ...Big Jack...

     Nom: Schiavone

     Prénom: Carlos

     Surnom: Big Jack, le padre

     Descendant d'une longue lignée de gangsters napolitains, Big Jack avait compris que l'argent mal acquis se centralisait autour de quelques individus. D'un côté ceux qui contrôlaient et qui décidaient, et de l'autre ceux qui gagnaient très rarement leur part du butin voire qui perdaient la vie. Lui, il avait tranché. D'autant plus que son charisme le destinait naturellement à mener les troupes.

     A la limite de la psychopathie, le padre était poursuivi par les services de police pour proxénétisme, racket organisé, détention d'armes à feu et de trafic de stupéfiants. On le soupçonnait également de détourner et de revendre des organes d'origine humaine.

     Sanguinaire et assoiffé de violence, en matière de finitions, il adorait mettre la main à la patte. A la fois pour impressionner ses hommes et apporter un exemple à ceux qui n'avaient pas fini de rembourser leurs dettes. Les rumeurs qui couraient, disaient de lui que sa grande spécialité était la décapitation à la fourchette ! Un assistant lui débalait la petite trousse à outils et le padre choisissait avec minutie la fourchette la plus adéquate. Ensuite, soigneusement, il commençait par les yeux de sa victime. Puis au fur et à mesure, il finissait par percer la jugulaire, vidant le corps encore chaud de son sang, puis tranchait la tête du malheureux. Il prenait plaisir à fixer droit dans les yeux celui à qui, il assainissait tranquillement ses coups.

     Borderline mais organisé, Big Jack étendait de jour en jour son réseau de collaborateurs et surtout variait ses activités. Propriétaire d'une salle de poker clandestin, d'un bordel, d'une usine de fabrique de drogues dures et d'une partie des docks, il augmentait peu à peu son emprise sur la ville. Sans compter qu'il mettait dans sa poche, et ce à coups de liasses, les p'tits politiciens véreux de homecity.

 

     Voilà Sema. Utilise ces informations avec parcimonie. Sème le trouble dans ses activités illicites, sème le trouble dans ses équipes, et son empire s'effondrera comme un château de cartes. Pour commencer, trouve "tête de brique", un de ses hommes,( je le connaissais et jungle julia aussi d'ailleurs), il le trahira et te rejoindra en te fournissant des données sur la fabrique de cocaîne...Voici un indice: " fuis les palmes et équipe toi pour la vague..."

                                                                                                                                       Bonne chance !!

Ajouter à mes favoris Commenter (0)

Signaler

                                                                                         

                                                                                         chère Sema, 

                                      Inutile de tourner autour du pot car le temps joue contre nous. Les astres et la prophétie ne présagent rien de bon dans la cité. Je te somme de quitter la ville au plus vite  et de rejoindre Gaîa à la bibliothèque au Ladakh! Elle te guidera à moi. Prends le train et empresse toi de fuir.

                J'espère que tu liras cette lettre. J'espère qu'il n'est pas trop tard. J'espère que tu vas bien.

                                                                                                                                          Dali, the black chaman

 

 Sema avait échappé de peu à cette tuerie et c'est cette lettre qui l'avait sauvée. Il était maintenant devenu urgent de tracer la route afin d'éviter les environs quelques temps. Big Jack, le padre, la recherchait très certainement, il fallait donc se faire oublier. Suivre les conseils de Dali et monter dans le train illico presto! Le voyage serait long et pénible pour retourner vers les montagnes réculées et difficiles d'accès du nord de l'Inde. Elle se devait  d'être discrête, patiente et empreinte de calme....go back to ladakh...

 

Les lieux n'avaient pas changé. Faut dire que sa dernière visite n'était pas si vieille.Une atmosphère baignée de sérénité et de tranquilité irradiait la place. Les gens s'affairaient avec une joie légère et communicative. L'effet était immédiat sur Sema. A peine avait-elle pénétré le village que la lucidité et la clarté envahissaient subitement son esprit. Mais bien qu'elle se sentait plus sécurisée et loin de homecity, les heures étaient précieuses. Il importait de trouver Gaîa, rejoindre Dali et préparer la suite de ses opérations.

...Gaîa, l'apprentie de Dali...

Gaîa était une adepte des médecines alternatives, d'ayurveda et de yoga. Déterminée à plonger au coeur de l'enseignement, elle avait préféré partir en Inde quelques mois, y trouver un maître et expérimenter les tréfonds de son être. Une sorte d'introspection visant à faire le ménage en elle. Elle eut une trés bonne intuition en venant ici, car Dali connaissait profondément toutes ces techniques méditatives et de guérison. Au fil de ses progrès, elle repoussait son départ et s'occupait de temps à autre de la bibliothèque.

Et c'est sur le perron qu'elle attendait la venue de Sema, comme avertie de son arrivée imminente. Et à son habitude, elle ne s'était pas trompée.

_Gaia_: " Bonjour Sema. Je me présente, je m'appelle Gaîa. Je suis la disciple provisoire de Dali et il me semble qu'il t'attend. Va vite! Nous discuterons plus tard. Il est au temple et n'est pas sorti depuis trois jours. Selon lui, pas une seconde à gaspiller !"

_Sema_: "Ok j'y cours. Merci de ton accueil et à plus tard j'espère ! dit-elle en s'échappant."

En gravissant les marches du sanctuaire, elle sentait la présence de son mentor, de cet homme qui avait su prendre soin d'elle. Et effectivement il était là, assis, en profonde méditation.

...Dali, the black chaman...

Certains prétendent que ce chaman aurait plus de 120 ans. Propriétaire d'une petite bibliothèque composée d'ouvrages sacrés, il connait les prophéties des anciens. On dit de lui qu'il se joue de l'espace-temps ce qui le doterait d'une clairvoyance aiguisée. The black chaman recueillit Sema lorsqu'elle eut 13 ans alors qu'il arpentait les ruelles de homecity, et l'avait prise sous son aile. Ses conseils affûtés et sa grande sagesse permettait à sa jeune protégée d'agir avec recul,  assurance et conviction.

_Dali_: "Enfin te voilà jeune fille ! Installe toi et écoute moi attentivement ! Les évênements, et tu le sais, prennent une bien mauvaise tournure à homecity. Et les saintes écritures s'avèrent exactes. Ton karma arrive à matûrité et il importe d'agir sans plus tarder. Depuis la disparition des blood girls, Big Jack continue l'offensive sur la cité et s'apprête à contrôler l'ensemble des quartiers. d'une main de fer. Ce qu'il se passe dans cette ville sera à l'image de ce qu'il se passera dans le monde. Les pourris, les corrompus s'empareront du pouvoir et tu es celle qui doit mettre fin à ce carnage. Avant son décès, Pop corn m'avait confié un pli scellé pour toi. Certainement des données sauvegardées sur les activités mafieuses du "padre". Je te la confie. Etudie la avec minutie."

                                                                                       Sema,

si cette lettre te parvient, c'est que je ne suis plus des vôtres. Alors il te revient d'utiliser ces informations. J'ai collecté, sur notre espace web, une quantité de données sur les affaires frauduleuses de Big jack. Je ne peux, par mesure de sécurité, te révèler le code d'accès. En résolvant cette énigme, tu accéderas au mot de passe et donc à son contenu.

                                             """"                   "il faut que tu le sois !

                                                               Hyène-Thé-Air-Epée-Idée_Eux"              """" 

Je suis persuadée que tu y arriveras d'une façon ou d'une autre....

                                                                                                                                       Adieu.....        Pop corn.

 

Sema observait cette serie de mots avec circonspection. Elle ne voyait aucun lien sémantique entre eux. Une phrase peut-être, oui mais dans quel ordre ? Pensive, elle étudiait ce message dans tous les sens mais ne découvrait aucune évidence. Les heures défilaient à vive allure et la solution ne lui apparaissait toujours pas. Une décision s'imposait, faire appel à une aide extérieure. C'est alors qu'elle posta cette énigme sur le web, en espérant que quelqu'un puisse l'aider à progresser et, à acceder aux données. Tout ceci dans le but de planifier sa contre-attaque sur la pègre. Désormais son sort était entre les mains d'inconnus et Sema priait pour qu'un esprit plus lumineux que les autres, agisse avec rapidité.

 

                                                                                      ...to be continued...

  

  

Ajouter à mes favoris Commenter (0)

Signaler

 

The "blood girls" était une organisation composée de sept jeunes femmes influentes de homecity, plus spécialisées les unes que les autres. Peu à peu, elles s'étaient forgées une réputation de choc et contrôlaient quelques points stratégiques de la cité.

Mais un groupuscule mafieux, lassé de se faire doubler par ces petites trouble-fêtes, ne pouvait accepter de perdre de l'argent indéfiniment. C'est alors que "Big Jack", le padre en personne, mit en place une ultime opération visant à toutes les éradiquer afin de reprendre un pouvoir total sur la ville. Il regroupa un nombre important d'hommes de main et, opérant au petit matin, ce fut un vrai massacre orchestré et synchronisé. La plupart des blood girls furent surprises et donc sauvagement assassinées. Sauf une....

La première d'entre elles se prénommait ..."PINK LADY":...

 Pink Lady, une ancienne pin-up italienne, reçut son surnom lors d'une séance photo, le jour où elle tua son photographe aux mains un tant soit peu balladeuses en lui éclatant son verre de cocktail sur la tête. Fuyant son passé trouble et ses histoires mouvementées avec les hommes, elle s'éxila pour plus de calme à homecity. Mais squattant les soirées mondaines, elle fut rapidement repérée et devint l'égérie d'une célèbre marque de voiture. Intuitive et dotée d'un flair redoutable, elle savait précisément s'y prendre avec les hommes pour leurs soutirer un maximum de blé. Cependant ses fréquentations laissaient souvent à désirer. Organisatrice de combats clandestins, elle prenait les paris ainsi qu'une énorme commission. La pègre voyait ça d'un très mauvais oeil.

 

La deuxième blood girl était ..."CHUPA CHUPS"....

 Ex star du porno chic et reconvertie en escort girl, Chupa Chups mettait ses atouts à disposition pour combler les pulsions sexuelles de ces riches hommes mariés en quête d'exotisme. Un moyen pour elle d'assurer son train de vie quelque peu luxueux. C'est elle qui prit Sema sous son aile lorsqu'elle débarqua dans la cité. Son talent certain pour la rhétorique ou plutôt son expérience du kama sutra lui permettait d'obtenir de précieuses informations auprès d'hommes très haut placés.

 

..."JUNGLE JULIA"... la troisième.

Seule femme dj de homecity, ces soirées étaient devenues cultes et réputées grâce à des morceaux efficaces rythmés par des samples de ses propres orgasmes. Pendant ses rares soirées de repos, c'est elle qui assurait le show des combats clandestins organisés par Pink Lady. Amie récente de sema, elles étaient devenues inséparables et trainaient ensembles pour des afters sanglants dans les quartiers chauds.

 

..."LUSSI".... the number 4.

Graffeuse émérite de la sombre banlieue, Lussi redonnait vie et couleur aux quartiers pauvres de homecity non sans talent. Marchant dans les ruelles étroites à la nuit tombée, elle recherchait le spot inaccessible. Elle connaissait les bas-fonds comme sa poche et guidait la troupe afin de varier les planques. Passionnée de sport automobile, son coup de volant sauva les filles plus d'une fois lors de courses poursuites endiablées. Légère et débrouillarde, ce p'tit brin de femme était appréciée de toutes grâce à son contact facile et à son verbe acéré.

 

n° 5 ...."POP CORN".....

Les "1" et les "0" n'avaient aucun secret pour elle. Programmatrice et prodige de l'informatique, cette jeune hackeuse se plaisait à trouver les failles des plus grands systèmes et s'introduisait dans les réseaux des entreprises au nez et à la barbe de ses dirigeants. Elle faisait de n'importe quelle machine son amie, narguant la sécurité d'un pop corn comme signature. Ses prouesses se révèlaient indispensables pour l'équipe notamment en matière d'alarme. Espiègle et pétillante, elle avait toujours une vanne pour l'atmosphère.

 

..."ONE SHOT GABY".... était la sixième d'entre elles.

Experte en Ju jitsu, One Shot Gaby bottait le cul des machos qui avaient le malheur de s'aventurer sur le ring de sa salle d'entrainement. C'était un vrai garçon manqué au corps de déesse. Aussi douée avec ses pieds qu'avec ses mains, elle s'était jadis engagée dans une milice où elle s'exerça aux armes à feu. D'ailleurs, un soir où elle fut prise à partie dans un réglement de compte foireux, elle explosa la boite cranienne de deux p'tits trafiquants d'une seule bastos.

 

La dernière..."SEMA THE LAST BLOOD GIRL"...

Sema était arrivée de fraiche date dans l'équipe. Violée pendant plus de sept ans par son père dès que sa puta madre quittait le domicile, elle luttait et ne se laissait pas faire mais en vain. Elle fugua à l'âge de treize ans et fut recueillie miraculeusement par un vieux sage de passage, après avoir errée dans les bas quartiers comme un animal apeuré. Prise en charge par ce vieil homme, elle passa les sept années suivantes loin de sa ville natale, reclue dans les montagnes sacrées du Ladakh. Initiée et élevée par cet homme mystérieux, elle retourna à homecity afin d'accomplir sa vengeance et de supprimer son paternel qui ne méritait que ce qu'il avait semé en elle. Ce fut sans compter sur les lois de l'alcool. En effet son vieux périt comme un clodo, étouffé par son vomis lors d'une de ses habituelles beuveries. A la fois soulagée et déçue de n'avoir pu se faire justice soi-même, Sema voue une haine particulière à ces hommes lâches et aux mains lourdes. Elle effacerait ses cauchemars qui hantaient son esprit en intégrant cette fine équipe. Mais voilà son destin et Big Jack en avait décidé autrement...Désormais elle était devenue the last blood girl....

 

Je tiens à remercier particulièrement mes deux premiers figurants tram02 et mirabeau79 pour leur patience, ainsi que VengeanceFR sans qui, soyons honnêtes, je n'aurais pas eu cette idée...

Ajouter à mes favoris Commenter (1)

Édito

grâce aux internautes et en particulier à Helldamiano, Sema a découvert le code d'accès aux données de Big Jack...La réponse était "INTREPIDE"...En effet "Hyène" donnait "i" "n", "Thé" donnait "t" et ainsi de suite pour former le mot "INTREPIDE"...

Archives