Leamundis

Leamundis

Par Haseo Blog créé le 28/12/09 Mis à jour le 04/10/14 à 12h19

Ajouter aux favoris
Signaler

Tout le monde ici a certainement eu vent de la triple affaire de photos et vidéos (très) personnelles dérobées à diverses stars sur leurs comptes iCloud, et diffusées sur le Web, en particulier via 4Chan. Les journaux télévisés se sont largement fait l'écho de cette affaire, accentuant certainement au passage le nombre de personnes partant à la recherche de ces documents sur le net, mais c'est un autre débat.

Le fait est que si Apple est globalement reconnu comme étant au moins en partie responsable (un bug d'iCloud aurait facilité l'utilisation de bruteforce pour craquer les mots de passe), et si la principale défaillance ayant permis cette fuite serait la faiblesse des mots de passe des comptes iCloud, il est aujourd'hui relativement suprenant de voir Google assigné en justice dans cette affaire.

En effet Google ferait l'objet d'une plainte déposée à son encontre, accusant le moteur de recherche de ne pas avoir supprimé les images et d'avoir facilité leur diffusion (en ne filtrant pas les requêtes par exemple).

Et c'est là qu'il y a clairement problème. Certes, on pourrait repprocher à Google de ne pas filtrer les requêtes du type "Jenifer Lawrence nude fapening", mais dans la mesure où Google est un moteur de recherche, pas un gestionnaire de contenu, il n'est finalement qu'un accès à des données qui sont présentes et accessibles de toute façon. Il y a un débat possible sur l'éthique de Google : le moteur de recherche doit-il filtrer à priori des contenus ? Je ne pense pas que ce soit son rôle. Les plateformes telles que Google, Facebook ou Twitter passent déjà suffisament de temps pour décider à notre place de ce qui est bien pour nous  ou pas, que je suis personnellement totalement opposé à ce filtrage, qui reste fortement dépendant d'une subjectivité, qui ouvre la porte à un contrôle de l'information, une manipulation même, et qui est totalement contraire aux principes fondateurs d'internet.

Mais ce n'est finalement là que le moindre problème soulevé par cette affaire. En effet, qu'entendent exactement les plaignants lorsqu'ils reprochent à Google de ne pas avoir "systématiquement effacé les clichés volés" ? La réponse est simple, ces personnes sous-entendent que Google est reponsable des données trouvées sur Internet, et qu'il a le droit, et ici même le devoir, de modifier ce contenu à sa guise. Les personnes à l'origine de cette plainte créent un amalgame très dangereux entre Google et Internet. Si cet amalgame fait sourir bon nombre d'entre nous lorsqu'il s'agit de voir des gens peu instruits du numérique parler " d'installer internet" sur leur poste ou confondre "chercher sur internet" et "chercher sur Google" (même si celui-ci fait de moins en moins rire), il présente là un problème majeur.

En effet, si une cour de justice considère cette plainte recevable, voire pire encore si cette plainte aboutit en l'état à une condamnation de Google, cela signifie que la justice reconnait à Google le droit de disposer du contenu d'Internet. Google devient implicitement pour la justice propriétaire de l'ensemble des données auquel il donne accès, c'est à dire l'ensemble des données accessibles sur Internet.

Il est absolument impensable de tenir Google responsable de la présence de ces données personnelles sur Internet, et encore moins responsable de leur non-suppression. Après que l'Europe ait autorisé les particuliers à façonner leur image numérique à volonté avec un droit à l'oubli ridicule, l'aboutissement de cette plainte créera un précédent grâce auquel Google pourra à loisir décider du sort d'un contenu numérique sans le moindre contrôle.

Dans un contexte où Google dispose déjà d'un pouvoir considérable et inconsidéré sur notre vie numérique, où il étend à une vitesse impressionante ce pouvoir dans chaque aspect de notre vie quotidienne (déplacements, santé, travail...), il est primordial que cette plainte ne puisse aboutir sans quoi Google deviendra par la voie de la justice (une justice qui mondialement s'est déjà montré très peu compétente dans ce domaine) une entité toute-puissante sur Internet.

Il est bien sûr naturel et éthiquement indispensable que les victimes des ces fuites de données personnelles cherchent et punissent les coupables, mais la validation des propos tenus dans cette plainte par la justice donnerait à Google un droit légalement légitime de regard et de modification de l'ensemble de nos données.

Le rêve pour cette entreprise, le cauchemar pour la liberté de chacun d'entre nous.

 

MAJ

Le rapport fait de la plainte par Les Numériques m'a induit en erreur et j'ai mal compris la portée de la plainte, qui vise uniquement les services herbergés par Google. Dans ces conditions, Google doit bien sûr être condamné. Cependant je ne souhaite pas modifier cet article, car l'omniprésence de Google reste inquiétante et j'espère amener les lecteurs à réfléchir sur les problèmes que cela peut poser.

Ajouter à mes favoris Commenter (0)

Signaler

... sur la neutralité du net, l'indépendance des rédacteurs... Ceux qui croient encore que la majorité de l'information qu'ils trouvent n'est pas déjà calibrée, et prémâchée pour diriger leur pensée... UnDropDansLaMare donne un petit aperçu des magouilles interstellaires d'Internet.

Maintenant prenez deux secondes pour mettre ça en relation avec la vidéo d'e-penser que je partageais ici, et vous commencerez à vous faire une idée de ce vers quoi on se dirige si les internautes ne prennent pas la peine de réfléchir à leur utilisation d'Internet et des médias en général.

Ajouter à mes favoris Commenter (0)

Signaler

Parce que rapport, il y a. Partant d'un sujet aussi banal (à priori) que "pourquoi bailler est contagieux", l'e-penseur nous donne quelques clés pour apprendre à nous méfier de la manipulation des masses, et à prendre du recul sur ce que les industries veulent nous faire penser.

Bon vsionnage, et partagez ^^ (mais pas forcément sur Facebook/Twitter....)

https://www.youtube.com/watch?v=01DbzuIrn6k

Ajouter à mes favoris Commenter (0)

Signaler

Le magazine Mozilla vient de se faire le relai d'un article qui, à défaut de présenter une idée nouvelle, vient donner une petit piqûre de rappel sur ce qui se joue en ce moment dans le monde numérique.

http://mozillazine-fr.org/choisissez-firefox-sinon-plus-tard-vous-naurez-plus-le-choix/

Je vois d'ici les regards moqueurs, les accusations de paranos / théorie de complot ridicule, et autres "de toute façon t'es qu'un méchant qui aime rien" (pour rester mesuré contrairement à ceux qui se croient juges), mais on en est VRAIMENT là.

Aujourd'hui l'emprise de Google est de plus en plus vaste, et les utilisateurs ne se rendent même pas compte de la façon dont ils sont en train de se faire enfermés. D'ailleurs Google est comme par hasard le seul site de recherche accessible dans le fameux projet "Internet pour tous" de Facebook. Projet qui, comme son nom ne l'indique pas, a pour seul et unique but d'accoutumer une population aujourd'hui privée d'Internet aux seuls sites et services sélectionnés par Facebook (voir ce post de NextInpact, vous avez dit Corée du Nord ?)

Bref, ce genre de chose est évidemment à prendre très au sérieux, et il n'y a que nous "consommateurs" qui pouvons y changer quoi que ce soit. Pas que ce ne soit pas le rôle des représentants de s'opposer à cette prise de pouvoir, mais les gouvernements sont tellements en retard sur leur compréhension du numérique que leurs actions sont pathétiques, voire vont dans le sens de Google.

Donc il n'y a qu'une chose à faire : variez ! Changez de moteur de recherche, de navigateur, laissez-vous tenter par des smartphones/tablettes utilisant autre chose. Ne laissez pas votre paresse vous enfermer dans un éco-système au propriétaire unique, parce que c'est vous qui devenez alors leur propriété.

Utilisez Firefox, Opera, Maxton, Midori au lieu de Chrome. Essayez un smartphone sous FirefoxOS, Cyanogen, iOS ou même Windows. Le but aujourd'hui n'est pas de rejeter le propriétaire en bloc (ça sera pour plus tard :p), mais de varier nos écosystèmes, pour limiter le pouvoir de chacun des "grands" acteurs de ce secteur.

C'est toujours aussi incroyable de voir autant de gens se battre chaque jour pour leur liberté, pour leur environnement, pour leur libre pensée, et oublier tous ces principes dès qu'ils sont devant un écran. Pourtant les problématiques sont les mêmes, et soyez assurés que laisser Google prendre le pas sur l'ensemble de votre vie numérique sera l'assurance de voir cette entreprise prendre le pas sur chaque autre aspect de votre quotidien.

Ajouter à mes favoris Commenter (0)


Signaler

Je suis un assez grand fan de Korben. Même si je ne rejoins pas toujours ses opinions, il a toujours l'art et la manière de s'exprimer, et de taper là où ça fait mal.

Le monsieur vient aujourd'hui de se fendre d'un article plein de bon sens sur le problème Amazon, que je vous conseille grandement de lire : http://korben.info/comment-se-debarasser-14-annees-mauvaises-habitudes-amazon.html

Maintenant si comme lui et moi vous pensez qu'Amazon a pris une place bien trop importante dans le quotidien de beaucoup de gens, et que les emplois que la société a pu créer en France ne vaudront jamais tout le mal qu'elle a pu engendrer, gardez en mémoire que cette emprise est dérisoire par rapport à celle que peuvent avoir Facebook et Google (en particulier mais pas seulement) sur notre vie numérique.

A vous de voir si vous souhaitez que vos enfants ne puissent plus lever le petit doigt sans demander la permission à Google, Facebook, Apple, Amazon ou Microsoft.

Ajouter à mes favoris Commenter (12)

Signaler

Facebook le fait déjà depuis quelques semaines, il semblait donc évident que Google lui emboite le pas, et nous déboite l'anus par la même occasion.

En effet, Google vient d'annoncer la possibilité d'activier l'option d' "écoute permanente" sur Android, afin de pouvoir poser des questions à n'importe quel moment à l'aide d'un simple "Ok Google" vocal.

Bien sûr, le communiqué ne dit pas ce que Google fera des données perçues tout le reste du temps. Sur ce coup là Facebook a quand même été moins sournois, annonçant ouvertement qu'il s'agissait de vendre encore plus de vos données.

Le pire dans l'histoire, c'est que Google utilise toujours la même communication hypocrite et insidieuse du "c'est pour vous offrir un meilleur service". Un peu comme quand Facebook annonçait l'authentification "anonyme" pour "préserver la vie privée de ses utilisateurs".

Ce soir une question me taraude : qu'attendez-vous ? Qu'attend la masse d'utilisateurs pour comprendre qu'elle se fait enfler par tous les bouts ? Que la manière dont elle est exploitée dans le monde numérique est innaceptable ? Que les mêmes pratiques dans le monde "physique" ont causé des révolutions, des renversements ? Que le service rendu par ces sociétés ne vaut en aucun cas tout ce qu'elle nous vole ?

Ajouter à mes favoris Commenter (14)

Signaler

Eh oui, on savait déjà que le système français n’était « profitable » que pour les glandeurs à très long terme, les arnaqueurs en série ou les bons gros bourges, en voilà donc une preuve de plus.

En effet, cette magnifique invention qu’est le « congé paternité », un pas de plus vers l’égalité des sexes, l’implication du père dans la vie de famille, et le soulagement de la mère dans les difficiles premières semaines avec un nouveau-né, etc etc, n’a rien d’universel.

Car il faut le savoir, le congé paternité n’est accessible que si « vous avez cotisé durant les 6 derniers mois à hauteur d’un seuil minimum »: manière élégante, et compréhensible, de dire que pour que l’état vous paye deux semaines (ou presque, on pourra revenir aussi sur ce point qui te fait généreusement sauter plus d’un quart du congé auquel tu pensais avoir droit) de « congé », il faut avoir soi-même participé au financement du bouzin. Oui, c’est compréhensible, et on pourrait penser que c’est bien normal et que c’est la base d’un système social… ou pas.

Parce que si on lit bien, en fait ça veut aussi dire qu’il faut que tu aies perçu un salaire minimum pendant 6 mois. Or le principe d’un système social, c’est la solidarité, or là on t’explique que si tu gagnes pas assez bien ta vie (pourtant tu as participé au financement, à la hauteur de ton salaire), tu es exclu… ou pas !

Parce que oui, si tu es au chômage depuis un bon moment, et que donc tu vis déjà sur le travail des autres, là tu as droit à ton indemnité… en certifiant bien sûr sur l’honneur que tu n’as pas repris le travail, histoire de bien boucler l’ironie de l’ensemble.

En gros, si tu fais de ton mieux pour bosser et que tu te retrouves à enchaîner les petits boulots, les intérims ou les demi-postes, ou bien que tu as retrouvé un emploi depuis « pas assez longtemps », le congé paternité tu l’as bien profond. Mais si tu glandes ou que tu gagnes déjà bien ta vie, là c’est bon. Magnifique…

Dans le prochain épisode, on pourra reparler de l’emploi du terme « congé » pour une période consacrée à l’accueil d’un nouveau-né (qu’on parle du père ou de la mère), ou bien de cette magnifique façon de penser bien française qui veut qu’une personne qui s’attèle à élever ses enfants soit considérée moins active et moins utile que quelqu’un qui est entretenu par la communauté à faire semblant de lire des petites annonces.

Sur ce, je retourne m’occuper de mon compost : cette merde-là au moins elle sert à quelque chose.

Ajouter à mes favoris Commenter (7)

Signaler

Eh oui, non content d’avoir mis à la mode l’esclavagisme électronique en vendant les informations que vous passez des heures à lui fournir, Facebook va bientôt passer un nouveau cap en allant directement puiser dans votre historique de navigation (il faut croire que la moisson de cookies ne suffisent plus… doit-on y voir une contre-attaque face à la prise de conscience collective de la puissance de ces petits fichiers ? L’instruction des utilisateurs aurait-elle pu affaiblir la mécanique de vol de données systématique de Facebook ?…)

Le pire, c’est qu’ils arrivent à nous dire que c’est pour satisfaire les utilisateurs qui demandent « une publicité mieux ciblée ». Incroyable ! C’est vrai que tous les matins, je râle devant ma page Facebook parce qu’il me propose des chaussures vertes alors que j’étais resté plus longtemps sur la page des bleues… Et je suis d’ailleurs impatient que Facebook sache en détail quels sites j’ai visité, à quelle heure et pendant combien de temps, sans aucune limite, et sans me laisser le moindre choix. Ba oui, sinon comment pourrait-il m’accueillir en me demandant si ma dernière visite sur WikiLeaks ou YouPorn s’est bien passée ?

Vous aviez peur que votre chéri(e)/parent/collègue/patron ne tombe sur une page compromettante en visualisant votre historique ? Ne craignez plus rien, il leur suffira bientôt de souscrire à un service Facebook pour y accéder sans avoir à s’approcher de votre machine. N’est-ce pas magnifique ?

Bon, en attendant que vous ouvriez les yeux et que votre rectum cicatrise, je vais continuer à tester diverses alternatives, et je vous tiens au courant.

Bises à votre proctologue, je suis sûr qu’il se fera un plaisir de transmettre mes amitiés aux avocats et actionnaires de Facebook.

Source : http://www.lesnumeriques.com/facebook-attaque-donnees-historique-navigation-n34727.html

Ajouter à mes favoris Commenter (5)

Archives