Deux secondes! J'exp
     
Signaler
Analyses/rétrospectives/comparaisons

 

La guerre, ça fait des morts. La guerre, c'est triste. La guerre, c'est pour les grands. Faut-il être mature pour justifier de jouer à un jeu de guerre? Pourquoi le petit bonhomme qui dort à côté n'y a pas le droit? Mes développeurs préféré, Intelligent System, y ont pensé et créèrent la série Advance Wars, où l'ambiance de la guerre est « cartoonisé » dans un style mangas. Et qui dit mangas dit souvent héros de douze ans qui part sauver le monde. Allez, pourquoi pas. Voilà un petit speech de base que l'on peut retenir pour décrire cette série. Il n'a pas pour vocation de dé-crédibiliser la guerre mais de s'en servir pour s'amuser. Rien de plus.

En fait, la vraie série a commencé bien avant avec « Famicom Wars » ou « GameBoy Wars » bien avant, mais ceux-ci ne franchiront guère la frontière japonaise. Plus tard, la série Advance Wars naquis et fort de ce succès, Nintendo ne s'en arrêta pas là. Le dernier en date est sur Nintendo DS du nom « Advance Wars Dark Conflict », celui qui clôtura peut-être la série pour de bon?

 

Comment tout a commencé...

C'est en 2001 que naquis ce jeu de stratégie au tour par tour aux USA. Le 10 septembre 2001 pour être précis. Comme tout le monde le pense, il s'agit de la veille du fameux 11 septembre 2001 qui bouleversera la vie de beaucoup d'américains. Bien entendue, ceci n'est que pur coïncidence. Le titre étant déjà présent dans les rayons, il était difficile de le retirer intégralement même pour une raison politique. Ils ont cependant réussi à annuler la sortie Japonaise et Européenne qui furent initialement prévus quelques semaines/mois plus tard, au risque de créer plus de tensions qu'autre chose.

En effet, quelque soit l'épisode, le jeu reprend volontairement des idées sur les armées des différents pays pour les tourner au ridicule. Qui n'a jamais fait le rapprochement entre Yellow Comet et l'armée japonaise? Green Earth et l'armée américaine?

Rien que le sabre de Kanbeï...

Tout comme Kendy l'a souligné dans l'un de ses pitchs, le jeu dénonce également la robotisation de chacun des soldats. Des hommes qui ne sont que des pions sur un grand échiquier dans le but d'amuser les plus grands stratèges. En effet, il y a un peu de ça dans l'idée. Le joueur incarne souvent des généraux très jeunes, parfois pas plus âgé de 18 ans, au commande d'une armée qui lui obéiront au doigt et à l'oeil, même si le chef est un parfait débutant. Le speech est que le joueur s'en fiche royalement de la mort d'un de ses gars. Il peut très bien laisser un fantassin mourir, le sauver n'aurait aucun intérêt et cela utiliserait des dépenses de fonds inutiles. En cela, on peut dire que Advance Wars remplit bien son rôle. Après avoir enseigné au joueur les bases de la guerre, celui-ci n'hésite pas à tenter des actions dé-mesurer voir de produire des unités à l'usure dans l'objectif de noyer l'adversaire de coups. Par exemple, l'une des stratégies, « overflood », fonctionnent avec le général Sami d'Orange Star, spécialisée dans les infanteries. Avec elle, vous devez ruer d'unités à pieds le sol ennemi, au point que celui-ci ne parvienne plus à produire suffisamment pour contrer l'invasion. Vous imaginez cela appliqué à la réalité? Votre général qui vous demande de courir sous les feux ennemis où une mort quasi-certaine vous attend?

Enfin, je vous parle déjà de tout cela sans avoir parlé des mécaniques de ce jeu de stratégie au tour par tour! Donc, vous contrôlez un général au choix parmi les héros misent à disposition, chacun ayant quelques caractéristiques distinctes. Sur le terrain, chacun des deux généraux possède un Q.G qu'il se doit de protéger comme on le ferait pour le roi dans les échecs. Autour de celui-ci, des usines et villes peuvent être utilisé à vos fins militaires. Chaque propriété rapporte 1000 de fonds par tour, argent consommé pour produire une armée. Quant à vos usines (qui peuvent être un port ou un aéroport), ils créent ainsi des unités suite à votre demande qui vous permetteront ou non de capturer le Q.G ennemi ou l'anéantissement total des troupes adverse. Selon l'épisode, une bonne flopée d'unités différents sont possible : les fantassins à pied notamment utilisé pour le capture des propriétés, les chars, les D.C.A, les transports de troupes, ... etc etc.

 

Advance Wars premier du nom

Parlons maintenant de Advance Wars en lui-même. Vous débutez l'aventure sous l'armée d'Orange Star en guerre contre l'armée Blue Moon, le pays voisin. Sous les ordres de votre supérieur, Nell, vous incarnez ainsi Andy, Max ou Sami afin de repousser l'ennemi hors de vos frontières. Et là encore, le jeu fait fort pour séduire son public.

Andy (ci-contre) est le plus jeune général débutant. Avec son design très mangas, rappelant un peu un style Monkey D. Luffy du mangas One Piece, le personnage devient alors très charismatiques grâce à son idéalisme et sa volonté d'aider ses amis. Tandis que Olaf de Blue Moon, se fait passer pour un méchant pathétique qui ne fait qu'échouer face à des novices. Mais comme tout bon scénarii de mangas, il y a toujours un véritable ennemi commun derrière tout cela. 

Maintenant qu'on a cerné l'histoire, il faut que je vous parle du gameplay. On a affaire ici à un jeu de stratégie au tour par tour. Pas de temps réel comme on peut en trouver sur PC, tout a était penser pour simplifier au mieux l'apprentissage de Advance Wars. Le but étant de proposer un jeu simple mais efficace... Enfin, pas si simple que ça.

Tout ceux qui ont jouer à ce premier opus vous le diront : le jeu est difficile. Il ne suffit pas de caser quelques chars en première ligne. Bien que ce soit spécifiquement pour tout public, il vous faudra du temps et de la patience pour arriver au bout de l'aventure. Autant le début du jeu est du gâteau. Autant la fin se révèle extrêmement pénible par l'over power de l'adversaire. Vous serez toujours en infériorité numérique et de fond, où seul votre sens de la stratégie vous sauvera. Il sera alors très fréquent de recommencer une partie à zéro après y être rester une bonne heure. Non sérieusement, on a plein de généraux de disponible et je me retrouve seul contre deux (généraux) une fois sur le terrain! Mais comment dois-je procéder avec trois piteux infanteries déjà déployés?! Et ceux, sans compter la présence d'une campagne expert à débloquer derrière. Impossible de dire que ce jeu est facile. Loin de là. C'est même le plus difficile de la série.

Malgré tout, Advance Wars restera incontestablement une référence aux jeux de stratégie au tour par tour jamais crée. Aux yeux de beaucoup de stratèges aguerries, les suites ne seront pas aussi bon que celui-là.

 

Advance Wars 2 Black Hole Rising, la guerre continue.

Arrivé en 2003 (un an après la sortie Européenne du premier), le second opus reprend les bases de Advance Wars en y incluant quelques nouveautés.

L'armée de Black Hole, vaincu sur le territoire de Cosmo Land a déjà récupéré toutes ses forces pour envahir Macro Land. Les nations alliés (Encore une référence!) sont alors déployés sur ces terres afin de repousser l'adversaire. Il y a évidemment de nouveaux généraux aussi bien des deux côtés. Graphiquement, c'est la même chose. C'est pareil au niveau du gameplay d'ailleurs.

Enfin presque, le gameplay a pourtant été amélioré. Autrefois, l'unité la plus puissante était le tank m, des chars qui sont plus gros que les autres. Malgré leur présence, la victoire est loin d'être acquis. On a maintenant les néotanks, présentés comme des chars plus que redoutable. Tout en gardant une grande mobilité, ils ont en plus une forte puissance de feu ainsi qu'un bon blindage. Inutile de vous dire qu'on avait déjà là des engins plus que dangereux. Cette fois, ce n'est pas un overflood de bazooka qui allait vous sauver d'une armée de néotank. Il faudra trouver mieux (même si ça reste abordable... Mais risqué).

Le néotank dans toute sa splendeur de puissance.

Encore une nouveauté : les super pouvoirs. Je ne vous ai pas parlé, mais dans le premier, chaque général possède des caractéristiques qui rend ses hommes plus ou moins spécialisés dans un domaine. Par exemple, Max aura des unités direct plus puissante au détriment de la puissance indirect. Quant à son pouvoir, qui peut s'activer après avoir détruit suffisamment d'hostiles, il peut ainsi temporairement augmenter davantage la puissance de ses tires directs. Maintenant, dans black hole rising, chaque général a un super pouvoir supplémentaire. Celui-ci est souvent le même que le pouvoir simple mais plus destructeur. Pour l'activer, il faudra être plus patient que d'habitude. De mon expérience de jeu, je peux déjà vous dire que les retournements de situations peuvent très vite arriver. Autant dans le premier, les pouvoirs ne changeaient pas énormément l'issue d'une bataille, autant dans Advance Wars 2, on peut vite être légèrement en difficulté alors que l'on avait l'avantage deux minutes plus tôt. On peut avouer que c'est toujours mieux d'avoir de nouveaux personnages, cependant on ne pourra pas dire que cet ajout équilibrera les batailles, en aucun cas.

Et un super pouvoir, un!

Bref, vous l'aurez compris : il ne s'agit là que d'une version 1.5 du premier advance wars. Le jeu est rendu plus facile, plus fun et plus riche. Cela ne gâche pas la difficulté qui reste toutefois raisonnable. Toujours un peu dur, mais raisonnable.

 

Advance Wars Dual Strike sur DS

Deux ans plus tard arriva la suite tant attendue sur la Nintendo DS. Il est marrant de voir toutes les critiques positifs obtenu par ce titre via la richesse de gameplay. L'utilisation d'un double écran devrait promettre que de bonnes choses, mais quand est-il réellement?

L'écran du haut donne quelques informations.

Parlons du speech scénaristique : vous suivez Jake et Rachel d'Orange Star sous les feux ennemi de... Black Hole! Encore une fois! Celui-ci a encore était vaincue mais en est très vite relevé pour lancer l'assaut sur Omega Land. On y apprend enfin plus sur cette armée noire, en particulier sur le pourquoi du comment. Jake est un nouveau venue dans les Q.G, et sous les ordre de Rachel, petite soeur de Nell, ils se retrouvent seul face à l'invasion ennemi. Il faudra tenir bon jusqu'à l'arrivé des nations alliés qui arriveront, encore une fois, en masse pour vous sortir du pétrin. Toujours plus d'unités, toujours plus de nouveaux personnages, Dual Strike s'annonça comme très prometteur.

Hélas, encore une fois, on a trop d'ajouts over power. Les néotanks étaient pour vous invincible? Attendez de voir le nouveau char de combat : le mégatank! Un char encore plus gros et plus puissant. Un seul de cette merveille militaire suffit pour renverser une armée de tank et tank m. N'est-ce point là insensée? Toujours plus fort : vous avez accès à des batailles en deux contre deux. Inutile de ramener une autre DS, vous pouvez ainsi contrôler deux généraux à la suite dans une même bataille. Si vous réussissez à cumuler les deux super pouvoirs respectifs, vous pourrez donc effectuer le pouvoir relais. Un power up encore plus insensé que jamais! Je prend volontairement un ton plus fort, parce que ce pouvoir, bien que jouissif quand c'est nous qui l'activons, n'a pas sa place dans un jeu de stratégie au tour par tour. En effet, l'activation de ceci permet d'enchainer, en un seul tour, les deux super pouvoirs à la chaîne, permettant à vos unités de jouer deux fois en un tour. De plus, comme si cela ne suffisait pas, si vous utilisez deux généraux qui s'entendent très bien, leurs pouvoirs ne seront que décupler, donnant ainsi des proportions monstrueuses. En un instant, une bataille peut complètement se retourner dans un sens comme dans l'autre. On a malheureusement cette vague impression que cette capacité est donné au petit bonheur la chance. Exit la stratégie digne des plus grands stratèges. Même un gamin peut vous pourrir la face en deux minutes à l'aide de ce pouvoir relais alors qu'il y a deux minutes, vous étiez sur le point de gagner. Heureusement, Dieu merci, il n'y a pas de mode online en wifi pour cette version. Je n'aurai pas imaginer la catastrophe nucléaire des batailles qui ne dépendent que du pouvoir relais. Sans déconner, comment opérer face à une armée de mégatank en pouvoir relais?! C'est im-po-ssi-ble! Même un tir de bombardier n'arriverait même pas à enlever 3 PV à un mégatank! Sérieusement, les développeurs avaient-ils toutes leurs têtes en y incluant ce pouvoir?!

Évidemment, l'IA est devenue encore plus idiote que jamais pour vous faciliter la tâche. Bien qu'aux premiers abords, la victoire peut sembler difficile, vous allez très vite vous rendre compte que ce n'était qu'une question de point de vue. Foncer devient alors la meilleure des stratégies à entreprendre. Affligeant.

Pour parler du double-écran, celui-ci reste limité. Il arrivera dans l'aventure que vous soyez sur deux fronts simultanées. Par exemple, une mission consiste à détruire une base volante afin de permettre aux unités au sol de reprendre possession de la base. A ce moment là, vous contrôlerez un général après l'autre. En fait, cela ne change rien à l'expérience sauf que cela vous oblige à penser à deux choses en même temps. Rien de plus. Bien sûr, vous pouvez laisser l'IA s'occuper du second front si cela vous gène. Une fois le front secondaire de remporté, le général victorieux vient serrer vos rangs pour un deux contre un sur le front principal. Inutile de vous dire que la victoire ne devient que plus facile, beaucoup plus facile. Et même si vous perdez au front secondaire, vous serrez un contre deux mais la défaite peut être évité... L'IA est si douteuse dans cette opus que l'on se poserai des questions.

Voilà un combat sur deux fronts.

Niveau ergonomie, deux maniabilités s'offre à vous : le contrôle classique à la croix et aux boutons, ou celui au stylet. Je vous le dis tout de suite : après avoir essayé les deux, le premier est cent fois mieux. Les cases qui peuvent interagir sont beaucoup trop petite et on perd en vitesse d'exécution. Déjà que les cartes sont généralement plus grande, s'il faut passer deux fois plus de temps pour demander à une unités d'avancer et d'attaquer, ce sera sans moi. Après, j'ignore si cela pourrait être maniable sur nintendo DS XL, peut-être. Mais à cette époque, il n'y avait que la première version de la DS...

J'ai finis le scénario sans encombre, jamais eut peur sauf peut-être un court instant à la mission finale. Difficulté? Si vous êtes un adepte de la série : aucune. Après pour les nouveaux, je ne saurai trop vous dire. Le seul point positif de ce jeu sera de retrouver l'univers rigolo d'Andy et de toutes sa troupe. Et dire que ce jeu a été très bien noté par quasi-toutes les presses spécialisés, j'en reste scotché.

 

Advance Wars Dark Conflict (aux USA : Advance Wars day of ruin)

Arrivés en 2008 aux USA et en Europe (et encore en attente au Japon, s'il vous plaît!), celui-ci est l'épisode le plus noir de la série. Exit l'ambiance mangas bien heureux, exit l'over power du pouvoir relais, cet opus reprend tout à zéro. Cette fois-ci, les héros sont beaucoup plus mature et conscient d'être en guerre. Car la guerre, dans Dark Conflict, c'est triste.

Le scénario s'annonce très sombre dès le lancement du jeu : 90% de l'humanité a été anéantie par une pluie de météorite qui ont engendré une série de catastrophes naturels. Le ciel est depuis couvert de fumée masquant la lumière du soleil, et ce, pour plusieurs années. Les rescapés cherchent par tout les moyens de survivre. Des clans d'anciens militaires sont nées uniquement dans le but de profiter de ce désastre pour affirmer leur autorité sur des survivants déjà bien démoralisés. Cependant, le lieutenant O'Brian créa l'armée indépendante Néo-Laurientian qui garda son honneur et sa volonté de vivre unis. Les ordres sont clair : on n'abandonne personne. On sent véritablement l'ambiance mature du titre. Les protagonistes sont plus réalistes et se serrent les coudes, les simple soldats prennent vraiment la parole durant l'histoire : ils ne se contentent plus que de faire un bête rapport. Certains paniquent, certains se meurent, ... etc etc. On pourrait dire que l'histoire un peu cliché mais cette ambiance post-apocalyptique se ressent vraiment au fil du jeu. Sans vous spoiler, j'ai même réussi à être attristé. Il y a par exemple un de ces moments forts où on nous demande de fuir pendant que notre supérieur retient l'ennemi. J'avoue qu'à ce moment du jeu, j'ai, tout comme le héros, refusé d'abandonner un personnage aussi important. J'étais tellement plongé dans l'histoire que j'en ai presque verser une larme, moi qui ne suis pourtant pas de ce genre là.

Graphiquement, c'est plus mature, et plus beau.

Que ce soit au niveau du scénario ou du gameplay, j'adore ce jeu! On a réellement une évolution, une histoire qui se développe enfin, et non une bête suite de version 1.5 qui s'enchainent. Le gameplay au stylet reste un très bon compromit contrairement au précédent opus. La carte pouvant être zoomé, même une panzer DS peut facilement être jouable avec ce jeu. Un régal vidéoludique, très certainement.

Pour parler des unités à votre disposition, ceux-ci ont un peu changé. Il reprend plus ou moins celui qu'on avait dans le premier advance wars en ré-équilibrant le tout. Il y a toujours des mégatanks mais ceux-ci sont beaucoup moins powerful et plus coûteux qu'auparavant. Bref, le jeu a été pensé pour équilibrer les combats.

Un manuel pour débutant est disponible quand vous voulez.

Enfin, il y a toujours le pouvoir des généraux mais ceux-ci sont beaucoup moins dangereux dans l'ensemble. Par exemple, Ed, le personnage principal, donne un petit bonus de puissance aux unités directs. Mais attention, cela ne prend effet que lorsque le général est sur le front lui aussi. Autrement dit, vous pouvez déployer un général à bord de l'unité de votre choix, et vos alliés les plus proches bénéficieront d'un petit coup de pouce. Pour Ed, son champs d'action s'étend à 2 cases de lui-même. A noter que l'unité transportant le générale sera plus solide et plus puissant que la moyenne. En effet, il y a un système d'expérience propre à chaque unité. Toutes les unités démarrent au niveau 1 et, à chaque ennemis entièrement détruite, celui-ci gagne un niveau. Chaque niveau rapporte légèrement plus de force et de défense, ce qui est finalement logique. Dans la guerre, une unité présente depuis un long moment sur le front aura forcément plus d'expérience que le nouveau venue. En cas de fusion de deux unités affaiblie, le niveau restera identique a celui qui est le plus élevé des deux. Quant au niveau « Général », c'est le plus haut qu'une unité peut obtenir, et on ne l'obtient qu'en transportant notre général. Si celui-ci est vaincue, le général repart dans son QG avant de pouvoir accompagné une autre unité. Enfin, si vous abattez suffisamment d'adversaire avec votre unité général, vous pouvez utiliser le pouvoir de rupture. Celui-ci permet d'appliquer le pouvoir d'état major (si vous voulez, la zone d'influence du général) à toutes les troupes sur le terrain et donne un petit bonus. Le pouvoir de Ed consiste à améliorer le déplacement des unités de deux cases. Bref, rien de bien dangereux qui pourrait renverser complètement une situation.

Pour les réfractaires de ce nouveau tournant, ils me diront qu'il existe quand même deux généraux qui sont... en effet « abusé ». A vrai dire, les seuls du jeu, cependant le tout reste justifier par le scénario. D'autant plus que le plus fort des deux est interdit en bataille Wifi, ouf.

Niveau difficulté, elle est enfin revue à la hausse. J'ai du recommencer plusieurs parties pour faute d'inattention, probablement causé par la facilité que me procurait Dual Strike. Pour dire vrai, à l'heure d'aujourd'hui, je ne suis toujours pas parvenue à terminer l'ultime mission de la campagne solo. J'ai beau le refaire encore et encore, il faut avouer que celui-ci ne pardonne aucune erreur. Même les missions précédentes m'ont aussi causés des difficultés, j'ai bien cru ne jamais y arriver par moments. Ceci dit, je ne parviens pas à dire si cet opus est plus ou moins dur que le premier advance wars. Les deux jeux sont sensiblement si différent qu'il est dur de les comparer. On ne raisonne plus de la même manière, tout a changé pour le bien de la série.

Ed, un atout majeur pour les combats.

Comme vous pouvez le voir sur les screenshots, graphiquement, c'est très différent. Un peu plus mat, plus sombre et plus réaliste. Pour ma part, j'ai beaucoup aimé ce style graphique mature. Même si ce jeu n'a pas fait toute l'unanimité, il reste pour moi le meilleur épisode de la série. Le plus aboutie, le plus réfléchit. Il est meilleur sur tout les points. Malheureusement, les journalistes l'ont trop critiqué par rapport à Dual Strike, due au changement de cap radical. Pourquoi réclamé une version 1.5? Vous voulez encore revoir Andy et un pouvoir encore plus « cheated » apparaître sur votre console juste pour le plaisir? Quelle plaisir? Vous voulez que les développeurs restent à faire des bête suites sans innover?

Semi-conclusion

Qui sont les premiers à réclamer des nouvelles licences? Qui ne cessent de râler à chaque fois qu'ils voient une suite qui ressemble au précédent? Et qui achètent ces fameuses suites tant critiqués?

Avant de râler à tout va, il serait peut-être temps de se remettre en question. Peut-être serait-il temps de grandir un peu et d'accepter la nouveauté, le changement de cap pour le bien d'une série. J'ai pris beaucoup plus de plaisir à Dark Conflict que je ne le prendrai jamais sur Dual Strike. Pourquoi tant bouder ce bijou sur DS? Je... Je ne comprendrais jamais la logique de certaines personnes. Une logique qui obligera les développeurs de répondre à la demande des joueurs, et de ne jamais innover. Ne jamais bouleverser. Parce que, à mes yeux, les développeurs de Advance Wars Dark Conflict ont des couilles, eux! Sans vouloir être grossier.

Je ne veux pas que Dark Conflict clôt la série comme cela, je le prendrais trop mal. Je ne veux plus revoir Andy et sa troupe de rigolo à nouveau sur le champ de bataille pour une énième suite.

 

En conclusion...

Si je devais résumer tout cela, je dirais que cette saga est le saint graal pour les amateurs de stratégie sans pour autant être très complexe. Advance Wars a innové en reprenant le côté fun de la guerre, là où on oublie le massacre qu'il cause pour ne garder que la dimension tactique. En soi, en tant que gamer, on s'en fiche un peu de tout connaître des guerres d'antan. Certes, on en est conscient, mais pour l'expérience vidéoludique, cela ne change rien à l'équation.

Cependant, la montée en puissance de la série a causé trop d'inatention sur le côté hardcore, on se retrouve avec des épisodes de plus en plus facile. Pour moi, l'arrivé de Advance Wars Dark Conflict n'est pas une mauvaise chose, au contraire, il permet de se remettre en question. Comment ai-je pu m'amuser avec des unités cent fois plus puissant que ceux de l'adversaire? En effet, avec Dark Conflict, le côté fun est mise à la trappe mais on garde cette dimension mangas propre à Advance Wars, et surtout pour un gameplay plus équilibré pour le plaisir de jeu.

Malheureusement, ceci fut une prise de risque. Un risque qui n'a pas fait toute l'unaminité. Reconnue comme étant un bon jeu, certes. Mais dans l'ensemble moins apprécié que Dual Strike, qui est un épisode qui m'a bien déçu.

En espérant vous avoir fait connaître cette série ou même remémorer de bons souvenirs.

Sur ce... A une prochaine fois, sur le champ de bataille.

Hakayami

Ajouter à mes favoris Commenter (0)

Commentaires

Deux secondes! J'exp

Par Hakayami Blog créé le 08/03/10 Mis à jour le 28/09/12 à 18h47

Des avis, des aperçus, des analyses et bien d'autres petites choses agréable sur un seul thème : le jeu vidéo.
Mon blog est un espèce de carnet de bord personnel sur tout ce qui est jeu vidéo. Mon petit espace personnel.

Ajouter aux favoris

Édito

 

Bien le bonjour, voyageur!
Soit bienvenue sur ce blog sans prétention. Je suis Hakayami, un joueur plutôt orienté fana Nintendo mais avec quelques regards très intéressés sur ce qui se passe à côté. De peur de passer pour un inculte, je parle idéalement que de ce que je connais (ou avec quelques recherches dans le pire des cas). Ceci expliquant pourquoi je ne parle pas autant de grandes série comme MGS ou même les FF en général. Non, pas taper. J'ai fais des efforts depuis, hein! Enfin, un petit peu. 

Surtout, n'oubliez pas qu'il s'agit d'un blog sans prétention. Je ni la science infuse ni une connaissance parfaite de la grammaire française ou du sujet que traite l'un de mes articles. Si quelque chose ne vous convient pas sur ce blog, que ce soit une faute d'orthographe ou une remarque sur l'un de mes billets, n'hésitez pas à m'en faire part. Je reste ouvert à toutes suggestions/remarques.

Hakayami. 

Sinon, j'ai récemment crée un compte twitter. Il n'y aura rien d'extraordinaire mais si vous voulez me suivre sur twitter, je vous remercie d'avance :

@Hakayami 

- Septembre 2012 -
Bonjour à toi, jeune courageux qui lit l'édito.

Le blog s'est pris un peu de vacances au mois d'Août puisque je n'ai rien posté du tout. Je pense sincèrement que pour le mois de septembre, il n'y aura pas grand chose. Encore un petit stand by... mais je me reprendrai... enfin, je pense.

Archives

Favoris