Premium
[Press Space to continue]

[Press Space to continue]

Par hairaz Blog créé le 07/12/10 Mis à jour le 31/07/12 à 18h21

Dev' blog d'un petit jeu pour le concours Innov'game : Space (à la gloire de la barre espace, et du jeu vidéo par la même occasion).

Ajouter aux favoris

Catégorie : Jeux flash intelligents

Signaler
Jeux flash intelligents

J'aime Nitrome. J'en entends déjà certains râler : oui, Nitrome, c'est la caricature du jeu indé. Graphismes façon Pixel-Art, bande-son chiptune, gameplay absolument inintéressant, soi-disant système de scoring ... Mais j'aime Nitrome et je vous emmerde. (Mais je vous aime quand même)

Nitrome, c'est un petit studio de développement de jeux Flash publiés sur leur site et en parallèle sur le célèbre Miniclip. Et si j'aime Nitrome, c'est parce qu'ils ont ce pouvoir absolument idiot de me fasciner et de me scotcher pendant une bonne demi-heure parfois devant mon écran.

L'exemple qui m'aura sans doute le plus marqué, c'est Skywire. Un jeu totalement idiot ; vous devez faire accélérer ou ralentir un monorail pour lui permettre d'éviter des obstacles. Seulement, avec ses graphismes tout mignons et rigolos, et surtout son gameplay plus technique qu'on ne le penserait, et surtout le fun qui se dégage du jeu dès qu'on part dans une descente, le jeu est addictif dès la première seconde. Nitrome refait exactement le même tour de force, avec Skywire, que Miyamoto a fait avec Mario. Dans une mesure légèrement moindre évidemment.

Par' ici pour Skywire, et le site de Nitrome c'est par ici (avec l'excellent Silly Sausage, qui a failli retarder cet article)

Ajouter à mes favoris Commenter (4)

Signaler
Jeux flash intelligents

Bon, sans vouloir vous refaire le coup du Girp, on continue cette semaine avec un autre jeu d'Edmund McMillen, que vous connaissez sans doute pour Super Meat Boy et dont j'avais parlé pour Don't Look back, et le voilà de retour avec un de mes coups de coeur de la semaine : Time Fcuk.

 

Vous allez me dire : What the fcuk ? En effet, dans ce jeu flash (oui, on revient au Flash pur et dur), vous incarnez un petit personnage qui va rencontrer son "lui du futur", revenu en arrière de 20 minutes dans le temps pour lui demander d'entrer dans une boîte. C'est alors qu'il se retrouve coincé dans une succession de niveaux franchement bien foutus, où les plate-formes sont à chaque fois réparties sur deux couches, et vous pourrez-vous même passer de l'une à l'autre, ce qui sera source de casse-têtes franchement bien foutu.

Et puis Time Fcuk, c'est aussi une ambiance. Bien évidemment, niveau graphique et sonore, c'est toujours aussi maîtrisé, quoiqu'un peu fatiguant pour les yeux à la longue. Mais c'est surtout une écriture : au fur et à mesure des réflexions de votre alter ego du futur, qui semble devenir de plus en plus étranges, et de l'apparition d'une légère ... excroissance sur votre tête, le jeu devient de plus en plus déroutant, voire totalement absurde, et c'est justement ce qui fait la force du jeu : entre son ambiance assez prenante au premier degré (même si l'on sent encore l'immense influence de Portal) et son humour au trente-sixième degré, j'ai grave kiffé ma mère (oui, c'est bon, j'ai plus de batteries ni de temps pour terminer le post donc je finis comme je peux ...)

ICI !

Ajouter à mes favoris Commenter (4)

Signaler
Jeux flash intelligents

Cette semaine, je voulais parler un petit peu du collectif Molleindustria, créateurs italiens de "Serious games", puisqu'il touchent fortement à l'actualité. Autant ils se sont fait connaître pour le mauvais goût de certains de leurs jeux (je vous laisse découvrir Operation Pedopriest ... Personnellement, ils vont trop loin mais ça ne me gêne pas, à vous de voir ...). Cependant, on oublie certaines pépites et j'en aurais beaucoup à citer, mais je me concentrerais aujourd'hui sur les deux jeux sous-titrés "A playable theory" parce que j'adore le concept : The Free Culture Game et Leaky World.



Le principe de ces deux jeux est très simple : vous faire jouer des théories. D'où le nom, d'ailleurs (ce que je suis intelligent aujourd'hui ...). En effet, chacun à sa façon, ils imagent de façon assez simple et pourtant, au final, assez proche de la réalité, l'expansion des liens entre les différents pays du monde et le principe de la culture libre. Bon, c'est toujours des prises de position très franches mais c'est un autre débat (que vous pouvez continuer en commentaires). Je m'arrête là parce que l'une des autres qualités de ces jeux, c'est qu'ils sont assez expressifs et amusants : amusez-vous bien !

The Free Culture Game et Leaky World.

Ajouter à mes favoris Commenter (0)

Signaler
Jeux flash intelligents

Cette semaine, on se focalise sur le concours Innov'game, auquel j'aurais dû participer, et j'en ai pas été loin d'aller au bout (c'était abandonner ou bâcler totalement le LD), mais sans rancune aucune, on commence la présentation des 10 jeux finalement retenus par les 3 participant à la catégorie Software. Rappelez-vous, nous sommes en plein round 3, où les jeux sont notés sur le nombre de clics !

 

> 8-Bit Robot Music Party

 

Développé par deux jeunots (je récidive !) qui ont déjà leur propre site sur les jeux amateurs, le bien nommé JeuxAmateurs, et dont vous pouvez retrouver l'interview ici, ce jeu de coopération mêlant jeu musical façon Guitar Hero et plate-forme plus traditionnelle, même s'il y a encore quelques gros manques (pas de game over quand la musique finit, gameplay un peu rigide, level design pas super-travaillé), le jeu vaut franchement le détour, déjà parce qu'il est tout de même plutôt délirant à deux, et puis ne serait-ce que pour la B.O. chiptune composée par Spintronic et qui est franchement excellente.

A télécharger ici (et vous pouvez parfaitement y jouer seul, ça sera juste un peu dur pour le scoring)

 

> Mathix 

 

Bon, vous avez vu que Mathix était un peu mon coup de coeur, et ce parce que l'on sent vraiment tout au long du jeu plein d'idées originales et de passion mises en oeuvre dans le jeu, même si le jeu souffre de très gros problèmes au niveau du gameplay ... et d'une absence totale de tutoriel. Un conseil : appuyez sur Espace pour tirer (je l'ai découvert en vous préparant l'interview ...)

Par ici !

 

> Colorium 

Enfin, on termine par ce qui est sans aucun doute le jeu le plus abouti techniquement présenté au concours cette année : beau, fluide et très peu buggé. Développé grâce à Adobe Air, Colorium est un jeu de stratégie en ligne assez minimaliste, mais offrant beaucoup de possibilités différentes. Bon, j'avoue que j'y ai peu joué et que je suis de toute façon mauvais pour juger de la profondeur du gameplay, mais sachez que le jeu est assez peuplé malgré sa petite échelle, notamment par les dev's, et ça, c'est vraiment sympa.

Le site du jeu (faites bien attention, il faut d'abord télécharger le jeu puis installer le patch par-dessus !)

Ajouter à mes favoris Commenter (0)

Signaler
Jeux flash intelligents

Du boulot, il y en a !

C'est hier que se terminait l'édition annuelle du Ludum Dare, game jam de 48 heures qui a eu cette année pour thème "C'est dangereux d'y aller seul ! Prends ça !". La réunion de dev's aura ainsi produit pas moins de 352 jeux (que vous pouvez tous retrouver sur cette page). Bon, forcément, je ne vais pas pouvoir tout tester, donc cet article sera le petit journal de mes pérégrinations au hasard de la longue liste de jeux qui s'offrent à vous sur cette page. Et je vous préviens, je ne suis pas de bon conseil.

(MàJ 1 : Leaving The Vault. MàJ 2 : Against The Wall)

La coop'

Forcément, le thème de cette année se prêtait pas mal aux jeux de coopération mettant en scène deux personnages, se jouant à un ou deux. Parmi ceux-là, j'ai joué à :

- Alone (Natpat) : mettant en scène une tortue et un pingouin que vous pouvez incarner tour à tour, ils devront se passer un petit outil qui servira de fusil pour le premier et de jetpack pour le second. J'ai bien aimé le pouvoir assez puissant que confère à chaque fois l'objet contrebalancé par le fait qu'un seul des deux peut l'utiliser et le level design franchement pas bâclé, mais on s'emmêle souvent entre les trois touches utilisées. Enfin, surtout moi.

- B.Y.O.B. (Connor MacKenzy) : deux joueurs (mais pouvez très bien y jouer seul), deux carrés colorés, chacun en contrôle un. 3 niveaux ultra-courts, pas bien compliqués, et bien ardu à installer (télécharger XNA, extraire un par un les niveaux avec un mot de passe donné à la fin du précédent), allez-y mais il faut avoir du courage. Mais j'ai bien aimé le deuxième niveau.

L'objet qui tue

Quand on a pris le thème au mot près (ce qui n'est pas forcément une mauvaise chose), ça donne ça :

- Against The Wall (mpc174) : Vertigineux s'abstenir, j'ai franchement bien accroché au concept du jeu, même si ça s'avère très vite répétitif et qu'il y a un groooos bug qui transforme la fin du jeu en un véritable casse-tête.

Les absurdes

(Je vous préviens, ici c'est que du coup de coeur)

- Super Shotgun Deathrace (qrunchmonkey) : Des zombies, un homme, un monde apocalyptique où certaines mesures assez extrêmes ont été prises, un fusil à pompe et des caisses. On peut pas vraiment dire qu'il respecte le thème ... mais je vous laisse découvrir ça.

- Dangerous II : Une aventure textuelle bien old-school, le premier jeu à avoir été fini, il ne vous bouffera pas trop de temps, je vous assure. Enfin, si vous avez l'esprit bien carré.

Les autres

(Sans commentaire, mais je vous aurai prévenus)

- Leaving The Vault (John Colburn) : Le principal intérêt du jeu, c'est ses bruitages. D'ailleurs sûrement le seul.

- A robot's Adventure (PaperCutDoom) : il m'a ému par sa simplicité. Par contre, le bureau des plaintes c'est en MP avec jambon1erprix (il ne comprendra pas ce qui lui arrive, mais n'hésitez jamais à embêter jambon)

Ajouter à mes favoris Commenter (0)

Signaler
Jeux flash intelligents

Cette semaine, la rubrique des Jeux Flash Intelligents s'élargit aux jeux gratuits en général ! Alors, pourquoi ne pas renommer la catégorie ? Simplement parce que quand on dit "Jeux gratuits", ça donne une impression de compromis, un petit jeu pas génial pour passer le temps. Or, si j'ai décidé de ne plus me limiter au jeux flash, c'est pour vous présenter un coup de coeur, un vrai, pour lequel j'ai même pris du retard pour la publication de l'article : Knytt.


 

Tout d'abord, Knytt, c'est l'un des premiers jeux de Nicklas Nyrgen, alias Niffla, qui a publié il y a peu NightSky, jeu qui m'a bien tapé dans l'oeil, avec son ambiance calme, son gameplay simple mais subtil et ses machines incroyables.

On retrouvait déjà dans Knytt les deux  thèmes fétiches du développeur : voyage et découverte. Alors, me direz-vous, l'histoire est minimaliste : un jeune ... garçon (?) monte sur une colline et se fait enlever par une soucoupe volante. Celle-ci heurte un astéroïde, et notre jeune ... garçon se retrouve seul sur une planète inconnue. Bien léger, me direz-vous, mais qu'il vous est aisé de vaincre, lorsqu'on oppose rien à vos armes ! (Ouh, référence littéraire inutile)

Mais Knytt possède une ambiance. Les petits pas timides du héros, le fond sonore omniprésent, les quelques notes de musique qui surgissent de temps à autres, les décors aux tons parfois très classiques pour un jeu en 2D, parfois plus doux, les actions sans intérêt des personnages, la petitesse de notre héros qui renforce cette impression de découverte et d'aventure démesurée, la liberté totale d'exploration que nous laisse le jeu : sans aucune histoire réélle, c'est le jeu en lui même qui, dans Knytt, devient une Invitation au voyage (décidément, ce soir, les références qui n'ont rien à voir ... désolé, je suis fatigué)

D'autre part, dans Knytt, le level design se fait dicret. Même s'il contient quelques petites trouvailles au niveau des énigmes, il ne prend jamais le pas sur l'impression de liberté (contrairement à un VVVVVV où l'on se retrouve dans de vrais niveaux séparés). Le monde est d'un seul tenant, ce qui ne peut que venir l'écarquillement de ces grands yeux émerveillés.

Bref, Knytt, sous ses abords de petit jeu sympathique et sans prétention, est une discrète invitation au voyage et à la découverte. Ce qu'a confirmé (et joliment !) NightSky. A découvrir ici.

 

Mais ... qu'entends-je ? Une édition 8.5 demain pour me faire pardonner du retard ? Hmm ... Surtout qu'il  y a encore quelques petites choses à dire sur Knytt ...

Ajouter à mes favoris Commenter (0)

Signaler
Jeux flash intelligents

Cette semaine, on refait dans le sérieux. Enfin, plus ou moins, puisque je vais m'attarder sur un développeur dont j'aime beaucoup les jeux : jmtb02, le créateur du désormais plutôt célèbre éléphant bleu, ce à travers quatre de ses créations. Et apparement, je ne suis pas son seul amateur.

Elephant !

On retrouve même l'éléphant dans VVVVVV. Sachant que Cavanagh vient lui aussi de la scène flash ...

 

> This is the only level

This is the only Level

On commence donc par le célèbre éléphant, qui, comme souvent, n'a pas beaucoup d'espace pour jouer. D'ailleurs, cette fois-ci, il n'a qu'un seul niveau. Et c'est là toute l'intelligence du jeu : à chaque fois, nouvelles règles, nouvelle énigme, sans changer d'un poil le niveau, et ça va parfois très loin.

Pas forcément très amusant, la curiosité peut tout de même parfois pousser assez loin (je le sais ...). Par ici si vous n'avez pas peur, ou ici pour le second épisode du jeu (sans grande nouveauté).

> Exit Path

Exit Path

Oh ! Un clone de Portal ! Oui, une bonne poignée de jeux flash se sont inspires du jeu culte de Valve pour établir leur petite ambiance (je pense notamment à Shift).

Mais là, pour le coup, comme avec Shift (dont les petits gars de chez Zallag vous ont déjà longuement parlé sur ce site), on a affaire à quelque chose de vraiment original. Cette fois, c'est à un jeu de plate-forme boosté, très ardu, doté d'un multi bien sympathique et profitant d'une réalisation soignée que l'on a affaire. Peut-être pas assez original en théorie pour figurer ici, mais un jeu flash réalisé avec un tel soin était à signaler (surtout au vu du temps que j'ai pu passer sur cette page)

> Obey! The Game

Obey! The Game

Encore un mini-jeu inutile ? Cette fois-ci, c'est même d'une succession de mini-jeu inutiles qui s'agit, puisque, dans Obey ! The Game, vous devez réaliser une action très simple en moins de trois secondes ... ou pas.

En effet, un petit « Disobey ! » peut apparaître au début du mini-jeu ... et là tout s'inverse. Inutile de vous dire que ca se corse très vite avec le temps qui diminue tout aussi drastiquement ...

Seulement, je trouve personnellement l'idée particulièrement intelligente. J'avais passé un peu de temps sur le jeu dans ma jeunesse (c'est-à-dire il y a 6 mois), mais j'y ai repensé un peu plus tard, pendant que je m'essayais un peu au level design : Après tout, le véritable but du game design n'est-il pas de prendre les choses à l'envers ?

Et c'est sur cette phrase profonde(ment inutile) que je vous laisse le petit lien vers le jeu : ici !

 

Au final, cet article m'aura laissé beaucoup de frustrations. Entre ses jeux épileptiques, plus calmes, de réflexion, ou pas, voire sa réactualisation parfaitement réussie, je dois dire, j'aurais bien eu envie de dépasser la limite des trois jeux ... mais je préfère me limiter à ça pour que vous preniez vous-même le temps de découvrir chacun d'entre eux.

Ajouter à mes favoris Commenter (1)

Signaler
Jeux flash intelligents

On continue notre petit tour de la scène flash indé avec cette semaine un rapide aperçu de GIRP ... qui m'a pourtant pris pas mal de temps à rédiger.

GIRP

Si il y a un aavntage à siuvre Trery Cvaanagh sru Tiwtter, ce'st qeu ça premet de siuvre sse cuops de ceour. Et là, on puet drie qeu ce'n ftu un : le cérateur de VVVVVV (oiu, puor le cuop, ce'st mions farppant) et dnot je vuos pralais il y a duex smeaines puor sno Dno't Look Bcak, a rteweeté duex tewets pralant du jue (sci), dnot un de Ntoch en presonne (cérateur de Mniecraft), le qaulifiant de « Mielleur jue jmaais céré ».

Bno, snas puls de pércisions (puor dse riasons éivdentes), je vuos liasse dcéouvrir clea :

ICI ! (et aggirppez-vuos bein) (oiu, ça y ets, vuos aevz cmopris)

(J'ai honte)

 

Ajouter à mes favoris Commenter (3)

Signaler
Jeux flash intelligents

Cette semaine, fermez portes, rideaux et fenêtres, on va rapidement parler de Closure, jeu déjà récompensé l'année dernière à l'Independant Games Festival, et qui m'avait plutôt marqué.

Closure

Closure, c'est un jeu qui a deux qualités très simples : une idée originale et bien exploitée, et une ambiance à couper au couteau.

Pour l'idée, c'est plutôt simple. Votre petit personnage peut transporter quelques points lumineux qu'il trouve au fur et à mesure des niveaux. Seulement, ces petites lumières n'en éclaireront que de petites parties, et le reste sera ... vide. Une plate-forme non éclairée n'existera pas. On n'imagine pas forcément tout de suite le nombre de possibilités que ce concept peut offrir, mais je peux vous jurer que c'est la première (très) bonne raison d'essayer le jeu.

Forcément, je vous l'ai dit, une grande partie du jeu se déroulera dans une obscurité, qui deviendra rapidement oppressante. C'est la seconde qualité du jeu : avec ses graphismes relativement peu travaillées (le jeu garde tout de même une certaine patte) et sa bande-son, dont la boucle durera à peu près deux secondes pendant une bonne partie du jeu, Closure réussit à créer son ambiance écrasante.

Et c'est pour ça qu'il était évident que ce jeu flash de la semaine aie remporté l'Excellence in Audio l'année dernière à l'IGF. Même moi je l'avais deviné, c'est dire.

Ici !

Ajouter à mes favoris Commenter (0)

Signaler
Jeux flash intelligents

La scène Flash indépendante, c'est le bien. Mais en fait, c'est quoi ? On continue cette semaine avec une création de Terry Cavanagh, qui s'est récemment joliment illustré avec le très rétro VVVVVV : Don't Look Back.


Ne regarde pas derrière ...


La mythologie grecque, ça vous dit quelques chose ? Pour tout vous dire, rien qu'en écrivant cette phrase, je vous ai déjà probablement spoilé sur Don't Look Back ; je me retiendrais donc de vous dire de quel mythe s'inspire ce jeu ... tout en me rendant compte que vous le devinerez sûrement au titre.

Bref, si l'on ne comprend pas tout de suite ce qui se passe exactement dans Don't Look Back, les différentes références à l'univers dans lequel prennent place les épopées des différents héros antiques, que votre oeil de connaisseur ne tardera pas à reconnaître, viennent à elles seules nous rappeler cette histoire que vous avez, j'en suis certain, déjà entendu ... une jolie réussite pour cette petite expérience.

Encore une fois, le jeu n'est pas forcément facile, mais restez bien jusqu'à la fin, elle n'est pas si loin et, comme d'habitude, vaut le coup. Par ici.

P-S : La ludographie de Terry Cavanagh me donne envie de parler un peu de jeux ... en C (à télécharger donc). Ca ne vous gêne pas ?

Et n'oubliez pas tous les moyens d'aider le Japon, qui peuvent vous faire gagner un mois d'abonnement Premium !

Ajouter à mes favoris Commenter (3)

Édito

Bon ! Il est temps de lancer ce blog.

Space, c'est l'histoire d'un mec. Un mec que vous contrôlez à la barre espace.

Ce blog, c'est l'histoire d'un jeu. Un jeu avec un concept tellement bizarre qu'il faut bien que je m'explique un peu.

Et je suis sur Twitter : @hairazTweet

Archives

Favoris