Premium
[Press Space to continue]

[Press Space to continue]

Par hairaz Blog créé le 07/12/10 Mis à jour le 31/07/12 à 18h21

Dev' blog d'un petit jeu pour le concours Innov'game : Space (à la gloire de la barre espace, et du jeu vidéo par la même occasion).

Ajouter aux favoris
Signaler
Jeux flash intelligents

Comme vous avez pu le voir, je commence ici une nouvelle catégorie. On nous dit en effet souvent que la "scène Flash" est aujourd'hui très active, mais c'est toujours assez vague. Je vous présenterai donc ici quelques jeux Flash qui ont particulièrement attiré mon attention, en commencant tout d'abord par du lourd, du très lourd : Tower of Heaven.

Tower of Heaven

L'écran d'accueil. Bon, ce n'est pas encore passionnant.

J'ai pas mal réfléchi et hésité sur la forme de cette article. Tower of Heaven est un jeu qui se prêterait en effet à une analyse poussée, mais ça ne vous intéresserait sûrement pas, donc je me contenterais d'une courte présentation.

Dans le jeu, vous incarnerez un jeune humain qui a décidé de gravir la fameuse Tour du Paradis. Forcément, ça ne plaîra pas à tout le monde, surtout pas à ce cher Dieu. Il vous mettra donc plusieurs batons dans les roues, et notamment grâce à un livre de lois, qui vous imposera des règles ... totalement absurdes (ne pas toucher les bords des blocs, ne pas marcher vers la gauche, etc.)

Mais ce qui est vraiment remarquable dans ce jeu, c'est qu'en plus de la critique implicite de la difficulté parfois totalement artificielle dans certains jeux vidéo (oh, le boss final il y a un million de HP !), il résume et condense tout Nausicaa, version manga, en une vingtaine de minutes.

Les messages de l'oeuvre illustrée de Miyazaku, malheureusement pas assez connue (mais je vous engage à le lire, il se trouve partout et c'est totalement autre chose que le film) sont effectivement  en grande partie retranscrites ici : la révolte contre Dieu et son désir de mener l'humanité par des lois absurdes, l'inhumanité totale de cette divinité, son omniprésence que l'on ne découvre qu'à la fin) (pour me comprendre, faites attention à un détail récurrent dans chaque niveau), on retrouve ici l'athéisme heureux prôné par l'un (si ce n'est le) grands maîtres du manga. Et pour faire passer ses messages, Tower of Heaven nous fait, à travers les lois de Dieu, devenir nous-même un Dieu.

Tout cela accompagé par une B.O. au poil, absolument parfaite, aux accents épiques qui se mettent à résonner de plus en plus fortement pour finir en apothéose au dernier niveau, au moment où l'on lit "toutes les règles annulées" ...

Tower of Heaven est également un Die & Retry assez ardu, mais s'accrocher jusqu'au final, qui met franchement une larme de joie à l'oeil, vaut vraiment la peine.

Sans plus attendre (et après une présentation déjà bien longue), le lien par ici (ou sur l'image tout en haut).

Ajouter à mes favoris Commenter (2)

Commentaires

hairaz
Signaler
hairaz
Oui, mais l'élément que Nausicaa tue à la fin (ça fait un peu de temps que je l'ai lu) est en train de leur expliquer les origines de la vie, et Nausicaa s'excuse d'avoir pêché après son meurtre. J'ai de plus l'impression qu'il y a pas mal de références au christianisme à la fin (on sait avec Mononoke par exemple que Miyazaki est plus proche de l'esprit du shintoïsme). Donc je pense que c'est aussi une critique du Dieu artificiel qui est là pour imposer un destin à l'humanité.

L'esprit du shintoïsme ... Esprit ... shintoïsme ... Non, c'est nul ?

Enfin ça me donne envie de faire un article dessus ^^.
Celimbrimbor
Signaler
Celimbrimbor
On n'a pas dû lire le même Nausicäa, parce que si je me souviens bien, moins que la divinité, c'était le fait que l'homme joue à dieu qui était critiqué, et qu'il valait mieux laisser maman nature se débrouiller.

Édito

Bon ! Il est temps de lancer ce blog.

Space, c'est l'histoire d'un mec. Un mec que vous contrôlez à la barre espace.

Ce blog, c'est l'histoire d'un jeu. Un jeu avec un concept tellement bizarre qu'il faut bien que je m'explique un peu.

Et je suis sur Twitter : @hairazTweet

Archives

Favoris