La petite bulle de Gourguech

Par Gourguech Blog créé le 29/09/12 Mis à jour le 15/12/13 à 22h31

Blog d'un Gamer optimiste qui écrit sur ce média qu'on appelle
Jeu-Vidéo et qui essaye toujours de trouver le bon coté d'un Jeu.

Ajouter aux favoris

Catégorie : Chronique : Gourguech fait son Vide Grenier

     
Signaler
Chronique : Gourguech fait son Vide Grenier

 

« Ocarina of Time », ces mots, tout Gamer digne de ce nom, ce doit, à la lecture ou à l'entente de ces mots, sentir en lui une sorte de frisson provoqué par l'envoûtement et la magie que le jeu procure, le tout, porté par une musique qui a laissé son empreinte dans le paysage musicale vidéo ludique et qui est encore écoutées par les amoureux des compositions de Koji Kondo. Compositions qui sont encore cités en exemple par certains et reprise par des amateurs comme le très envoûtant et aérien « Song of Storm » ou le très chaleureux « Saria's Song ».

 Pourquoi ce jeu m'as tant marqué ?

 Comme beaucoup de Gamers, ce jeu, est parmi mon TOP 5 des plus belles expériences vidéos ludiques que j'ai vécu jusque ici. Encore aujourd'hui, ce jeu est pour moi un étalon de mesure pour la qualité d'un jeu, certains me diront peut être que c'est obsolète de mesurer la qualité d'un jeu récent par rapport à un jeu de 1998 mais je tiens à rappeler qu'à l'époque, Ocarina of Time est l'un des rares jeux à avoir réussi sa transition 2D/3D et qu'il a été cité dans le Livre Guinness des Records comme étant le jeu vidéo le plus vendu dans un cour laps de temps. De plus, il se trouve qu'encore aujourd'hui, il reste l'un des rares jeux à avoir fait l'unanimité et a su encensés les critiques de son époque.

Autre point fort, il se trouve que j'ai refait le jeu récemment et à ma grande surprise, je trouve que les graphismes n'ont pas vieilli, notamment grâce à des graphismes simple et fouillée, des personnages atypiques, le tout rythmée par une musique encore une fois sublime qui sait s'adapter à chaque situation de Gameplay.

 Et que dire de « l'open World » ? Qui n'as jamais enfourché Epona pour galoper au rythme de la musique dans les plaines d'Hyrule pour se laissé bercer par l'atmosphère du Jeu ? Ah je vous voient sourire, vous les fans d'Ocarina of Time car vous savez de quoi je parle, ce sentiment quand vous lancez le jeu et que vous entendez les premiers galops d'Epona accompagnés de l'Opening qui résonne encore dans mon esprit aujourd'hui.

 Qu'en est il du Jeu aujourd'hui ?

 Avec Super Mario 64, Banjo et Kazoiie ou encore OO7 Goldeneye, The Legend of Zelda : Ocarina Of Time fait partie de ses licences qui ont portés la Nintendo 64 et qui ont su durer dans le temps et qui sont encore cités en exemple, 15 ans après leurs sorties. Fort de sa popularité, le jeu s'est refait une beauté pour sortir sur 3DS, le 17 Juin 2011 en France, que je n'ai malheureusement pas eu la chance de faire faute de moyens pour m'acheter la 3DS.Au sujet d'une refonte sur 3DS, certains attendent la remise au goût du jour de l'autre Zelda de la Nintendo 64, à savoir Majora's Mask, voilà ce que répond Eiji Aonuma quelques temps après la sortie d'OOT sur 3DS :

"Cela fait maintenant 13 ans qu'Ocarina of Time est sorti. Le principal aspect ayant pu rendre ce remake possible fut la vague d'émotions ressortant des joueurs souhaitant voir ce jeu réapparaître. Nous avions dit que nous pourrions le faire en 3D, et nous l'avons fait. Je pense que si une telle décharge d'émotions et de clameur se faisait de nouveau entendre du coté des fans pour un remake de Majora's Mask, alors ce ne serait pas totalement impossible."

 

 

                                                                         

                                            Je n'ai pas encore surpassé Ocarina Of Time, je ne peux m'arreter                                                                                                         Eiji Aonuma, Producteur des Zelda 

 

 

 

 

Voir aussi

Groupes : 
Zelda
Jeux : 
The Legend of Zelda : Ocarina of Time
Plateformes : 
Nintendo 64
Ajouter à mes favoris Commenter (6)

  
Signaler
Chronique : Gourguech fait son Vide Grenier

Salut à tous amis Gamers, c'est Gourguech au clavier.

Aujourd'hui je laisse de coté le trépident Assassin's Creed III pour vous proposer une nouvelle édition de ma chronique sur le très hilarant Crash Bash.

Crash Bash est un jeu sorti sur la Playstation (Eh oui je ne parlerai pas d'un jeu Nintendo aujourd'hui... C'est l'ami Marintendo qui va pas être content) sorti en cette douce année 2000. C'est un jeu dit Party-Game, à l'instar de Mario Party, la référence en matière de Party Game. Ce titre fut développé par Eurocom a qui on doit beaucoup d'adaptation d'oeuvre cinématographique en Jeu Vidéo comme James Bond ou en encore certains Harry Potter. Ce studio travaille souvent en coopération avec l'éditeur Universal Studios. Comme c'est le cas pour Crash Bash.

 Comme tout Party Game qui se respecte, Crash Bash nous proposent une multitude de petits jeux qui est bien évidement plus appréciables à plusieurs sur la même console car chaque épreuve se fait disputer quatre joueurs pour la victoire.

L'histoire du jeu permet encore plus d'apprécier ces différentes épreuves. En effet, deux sortes de divinités Aku Aku et Uka Uka entrent en conflit pour savoir lequel est le plus fort, c'est dans ce but qu'un grand Tournoi est organisé, ces deux divinités constituent chacun leurs équipes pour représenté fièrement leurs couleurs. Aku Aku recrute Crash Bandicoot ainsi que sa soeur Coco Bandicoot, tandis que Uka Uka, lui, réunit le maléfique Cortex et toutes sa bande de joyeux Lurons tous prêts à en découdre avec l'équipe adverse. C'est donc dans cette ambiance de rivalité masculine que le tournoi commence !

Ce tournoi se voit doté de plusieurs minis jeux comme le très fun Polar Push, le très défoulant Crate Crush ou l'explosif Tank Wars. Pour le reste, je vous laisse, si le coeur vous en dit, le découvrir par vous même.

Pour ceux qui se sentent l'âme d'un Trophy Hunters (chasseurs de trophées), le titre nous proposent par le biais du mode aventure de petites reliques a gagné comme des émeraudes ou des sortes de clés.

 A cette époque, on sentait bien que Sony voulait faire de Crash Bandicoot la référence de sa console puisque que Crash Bash ne sera pas le seul jeu de la bête orange, puisqu'il va y avoir un célèbre jeu de Kart se déroulant dans son univers ou encore un jeu d'aventure/plate-forme. Mais, aujourd'hui Crash Bandicoot semble ne plus erre le lieu de prédilection de la PS3 et semble même être une espèce portée disparue se faisant remplacée par les SacBoy de Little Big Planet ou par Nathan Drake d'Uncharted

Pour l'avoir refait ces derniers temps pour les besoins de la chronique, je peux vous assurer que les Mini-Jeux que nous proposent ce titre n'ont pas pris une ride, c'est donc sans rougir que je vous conseille de (re)découvrir Crash Bash par le biais d'émulateur.

                                                                                 

 

                                                                                             

Voir aussi

Jeux : 
Crash Bash
Plateformes : 
PlayStation
Ajouter à mes favoris Commenter (2)

  
Signaler
Chronique : Gourguech fait son Vide Grenier

Salut à tous amis Gamers, c'est Gourguech au Clavier !

 

Aujourd'hui, on se retrouve pour ce deuxième épisode de ma chronique consacrée sur les Jeux Vidéos qui ont marqués mon enfance. Cette fois ci, nous nous retrouvons sur un jeu phare de ma génération, ce jeu qui a susciter tant d'engouement lors de sa sortie. Je veux bien sur parler de Pokémon Version Rouge. Ainsi, Je vais essayer de vous faire remémorer ce jeu qui malgré nous, nous a marqué dans notre enfance de Gamers.

 

La Jaquette du Jeu ! Épique n'est ce pas ?

 

Pokémon est un jeu sorti sur la « Game Boy » qui s'est décliné en deux éditions (La version Jaune n'étant pas sortie en même temps) à savoir la Version Bleue et la Version Rouge, qui nous concernent aujourd'hui. Ce jeu de rôle Japonais fut développé par Game Freak, (développeur également de Mario et Yoshi sorti en 1991) sous la direction de Satoshi Tajiri et édités par Nintendo. Ce bijou arriva en Europe pendant la douce année 1999.

 

Dés le début de l'aventure, le jeu nous confrontent à un choix des plus cornéliens, à savoir le choix de votre petit monstre qui vous accompagnera le long de votre aventure pour vous aidé dans des objectifs divers et variés. Un fois ce choix fait, Le monde fictif de Kanto vous ouvrent ses portes et dés lors la conquête des huit badges d'arènes et la capture des 151 petits monstres présents dans le jeu devient très vite une obsession. Une fois les précieux badges obtenus, la Ligue Pokémon nous tends les bras pour réaliser notre ultime objectif, à savoir devenir Maire Pokémon. Mais la Ligue Pokémon n'est pas une chose facile, et c'est en vous armant d'items tels que des rappels et des Hyper potion que vous réussirez sans embûches. C'est grâce à ce scénario qu'à l'époque, Pokémon est un véritable phénomène de mode et c'est ainsi que la Licence Pokémon deviendra la deuxième plus grosse franchisse du Jeux Vidéos.

 

 

Quel choix .. La carte de la région de Kanto

Du point de vue du Gameplay, Pokémon comme tout bon Jeux de rôle adopte une vue de dessus ou aérienne à la troisième personne, le Joueur lui contrôle le Protagoniste avec une possibilité d'interagir avec des Pokémon domestiques, ramassés des objets et discuter avec divers PNJ. Les Pokémons sauvage eux, apparaissent aléatoirement dans certains lieux tels que les Grottes ou les Hautes Herbes.

Les séances de combat si bien contres des Pokémon Sauvages ou contre d'autres dresseurs passent à une phase de tour par tour, le but étant de réduire les Pv des Pokémons adverses par le biais d'attaque plus puissantes les unes des autres. A la fin du combat, les Pokémon aquierent de l'expérience,expérience qui leurs permet de monter des niveaux, apprendre de nouvelles attaques et évolués. De plus, en outre l'expérience, le dresseur vaincus donne une petite somme au dresseur victorieux qui s'avère souvent être vous.

 

Pour finir, Pokémon est encore aujourd'hui, au même titre que Mario ou The Legend Of Zelda une des licences phares de la Firme Nipponne. Par ailleurs l'éditeur vient vient tout juste de sortir un nouvel opus sur Nintendo DS le 23 Juin 2012 au Japon et le 12 Octobre 2012 : Pokémon Version Noire 2 et Pokémon Version Blanche 2 où on se retrouve bien loin des provinces de Kanto.

La licence se porte aussi très bien dans d'autres domaines tels que les cartes à jouer ou de la série animée du même nom mettant en scène le personnage de Sacha qui caresse le rêve de devenir le plus grand maître Pokémon !  

 

Sacha, dresseur du Bourg Palette

 

                                                                                      

Voir aussi

Jeux : 
Pokémon Rouge
Plateformes : 
Game Boy Color
Ajouter à mes favoris Commenter (5)

  
Signaler
Chronique : Gourguech fait son Vide Grenier

 

Salut à tous, c'est Gourguech au clavier !


Aujourd'hui, pour mon tout premier article publié sur mon blog, j'ai décidé de faire le premier ''épisode '' de ma série où je vous parle d'un jeu qui a marqué mon enfance.

Qui dit premier article, dis jeu d'exception ! Je vais donc vous faire (re)découvrir Banjo et Kazooie.







Banjo et Kazooie est pour moi un des jeux phares de notre cher Nintendo 64. C'est un jeu de plate forme (dans la lignée de Super Mario 64 ) sorti en 1998, développé par le studio Rareware (à qui on doit notamment le très connu Donkey Kong Country et GoldenEye 007 qui reste l'un des plus grands succès de la console et du studio ) et édité par Nintendo.

Dans ce titre, on dirige un jolie couple composé d'un Ours qui joue du Banjo (d'où son prénom) et d'un piaf qui se niche dans le Sac à dos du petit ourson . Telle un vieux couple de personne âgés, ces deux animaux radicalement opposés se livre à des petites insultes assez drôle à lire et qui donne une touche d'humour au jeu.

Comme tout jeu de plates-formes qui se respecte, l'Histoire commence par l'enlèvement de la soeur de Banjo (Tooty) qui se fait kidnapper à cause de sa beauté par une hideuse sorcière digne des plus grands contes de fées d'Andersen qui répond au doux nom de Gruntilda. Ainsi notre cher Héros poilu décide de parcourir le monde à la recherche de « Pièce de Puzzle » pour ainsi accéder à d'autres mondes.

Au fil de l'aventure Banjo pourra compter sur une Taupe prénommé Bottles notamment pour lui apprendre de nouveau coups reposant sur la coopération entre L'ours et l'oiseau. En outre cette coopération le Gameplay s'appuie aussi aussi sur les transformations en diverses bestioles grâce au Sorcier Mumbo.

Malgré le classicisme du scénario, ce jeu reste beau et intéressant notamment grâce à des graphismes beaux pour l'époque et qui selon moi n'ont pas énormément vieillis mais aussi grâce à une bande son qui colle trés bien à l'univers et qui nous transporte rapidement dans l'ambiance générale du jeu et d'ailleurs la musique d'introduction du jeu nous donne rapidement l'eau à la bouche. La durée de vie du titre est très satisfaisante car il faut tout d'abord récupérer les pièces de Puzzle mais il y a aussi pleins d'autres mystères à découvrir.

Ce jeu à marqué mon enfance car il se déroule dans un monde fantastique et féerique. Pour moi c'est un titre qui doit être fait par tout passionnés qui se respecte et qui n'a rien à envié au célèbre plombier moustachu qui, à cette époque sauter de cadre en cadre dans le château de sa bien aimée.

Petit Fan art du couple

                                                                      

 

Voir aussi

Jeux : 
Banjo-Kazooie
Plateformes : 
Nintendo 64
Ajouter à mes favoris Commenter (3)

Édito

 Salut à tous, c'est Gourguech au clavier !

Alors tout d'abord qui suis je ? Je m'appelle Alexis, j'ai 20 ans et je suis actuellement étudiant, mais à part ceci, je suis un Gamer passionné depuis que j'ai touché ma première Game Boy c'est à dire à l’âge de 4 ans (Oui je suis précoce )

Sur ce Blog, je compte parler de l'actualité qui tourne autour du monde qui nous passionnes tous, je veux bien sur parler du monde du Jeux vidéo et plus largement du monde High tech, cinématographique etc.

Ainsi, ce blog comportera des tests sur des Jeux vidéos coups de cœur récents mais aussi des ''reviews'' sur des jeux un peu plus vieux mais qui ont marqué mon enfance de Gamer. Je ferais aussi quelque avis sur certains films que j'irais voir au Cinéma et ainsi vous faire partager mon ressenti. 

Je fais ce blog par pur divertissement et par espoir de transmettre ma passion et un peu de ma bonne humeur.

Si tu veux me connaître un peu plus tu peux me suivre sur mon Twitter :

Et tu peux m'ajouter sur le Playstation Network si tu le souhaite, ID PSN : gourguech ou sur Steam : Gourguech (quelle originalité !)

Configuration PC  
Processeur :  Intel Core i5 4670K (Haswell)
Carte mère : Asus Z87-K
Carte Graphique : MSI GeForce GTX 660 N660-2GD5/OC
RAM : Corsair 2x4Go DDR3
Ventirad : Cooler Master Hyper 212 Evo
Boitier :  Cooler Master Storm Scout 2 

Bonne lecture et à bientôt sur : La petite bulle de Gourguech

 

Archives

Favoris