La petite bulle de Gourguech

Par Gourguech Blog créé le 29/09/12 Mis à jour le 15/12/13 à 22h31

Blog d'un Gamer optimiste qui écrit sur ce média qu'on appelle
Jeu-Vidéo et qui essaye toujours de trouver le bon coté d'un Jeu.

Ajouter aux favoris
     
Signaler
Dossiers



T
oute ma vie, je me souviendrais de ce Noël 1999, je descendis les marches de l'escalier qui menait au Salon et là au pied du Sapin, ce cher gros bonhomme rouge et joufflu m'avait apporter le Saint Graal à savoir une Game Boy Color jaune et Pokémon version rouge. A l'époque, je ne me rendais pas compte que c'était le début d'une longue passion qui allait me faire vibrer pendant tant d'années.
A mon grand plaisir, je constat que je n'étais pas le seul à arpenter les terres de Kanto, dans toutes les cours de récréations, on voyait pulluler des Game Boy et câbles Link dans tout les moindres recoins, avec organisation de petits règlements de comptes numériques, trocs de Pokémon ou tout simplement échange d'anecdotes contribuant à l'émergence de plusieurs légendes urbaines, toute plus farfelues les unes des autres.

Historique de développement :

Avant de parler des étapes de développement, il me semble judicieux de vous présenter le créateur de ces Pocket monsters. L'idée vient de Satoshi Tajiri, fin collectionneur d'insectes, qui voit son passe temps favoris menacé par la pollution qui gangrène l'archipel Nippone. Comme tout passionnés qui se respecte, ce dernier veut absolument partager sa passion, c'est de là que lui vient l'idée de proposer aux enfants un jeu leurs permettant de collectionner pleins de créatures virtuelles. Très vite, Tajiri fonde avec son comparse Ken Sugimori, Game Freak, ce qui permet à Tajiri, en 1990 de réaliser les premiers Croquis des Pocket Monsters, il dessine notamment Ectoplasma et Nidorino, qu'on retrouvera plus tard, dans la cinématique d'introduction du Soft. Pour ce qui est de la plateforme sur lequel Pocket Monsters va être développé, la Game Boy apparaît comme une évidence pour le créateur Nippon, notamment avec le Câble Link où il imagine des échanges de monstres entre les collectionneurs.

Maintenant que les bases sont solides, il reste à l'équipe de Tajiri, d'obtenir l'autorisation de Big N et à la grande surprise du créateur, Nintendo accepte le projet et place Tajiri sous la coupe de Miyamoto, le célèbre créateur des licences Zelda et Mario. L'apport de Miyamoto n'est pas négligeable, en effet, c'est à lui qu'on doit l'idée des « 2 versions » pour offrir au jeu, une facette plus commerciale. Finalement le 27 Février 1996, Pocket Monsters Version Verte et Pocket Monsters version Rouge arrive dans les mains des Gamers Nippons, la version Bleue arrivant bien plus tard, à savoir le 15 Octobre 1996.

                                                                         Jacquette japonnaises des trois Jeux

Démarrage discret mais un avenir au succès colossal

Dans l'archipel, les premiers mois de ventes pour les softs ne sont pas aux beaux fixes. Dans un objectif de remontés des ventes, Tajiri tease sur l'existence d'un Pokémon Secret, Mew, qu'il aurait ajouté après le Débogage du Jeu sans en informer Big N. L'annonce fait son petit effet, de sorte qu'un concours est organisé où les 20 gagnants se verront remettre la petite bestiole tant convoitée. Et de là explose le phénomène Pocket Monsters. Fort du bouche à oreille, notamment du à légende de Mew, les ventes explosent littéralement restant plus d'un an et demi en têtes des ventes au Japon avec 10,22 Millions de copies vendues. Fort de ce succès, Nintendo et Tajiri se sentent pousser des ailes et décident de commercialiser les titres hors de l'archipel. Pour des raisons de droits d'auteur, le Jeu sera renommé Pokémon pour l'occident, ainsi, Pokémon débarque en Amérique du Nord le 30 Novembre 1998 et le 10 Mai 1999 en Europe. Ce qui fait de Pokémon un véritable phénomène mondial.

                                                                   Graphismes 8-Bits simples mais tellement attachants

Produits Dérivés :

Le succès des jeux est tel, que très vite, la firme nippone va décidé de capitaliser sur cette nouvelle licence. C'est ainsi qu'on voit apparaître très vite, toute sorte de Produits dérivés notamment les célèbres cartes à collectionner, des goodies, des manges, des hebdomadaires notamment PokéFanBook (que je lisais). Mais la consécration reste l'adaptation du jeu en série animée nous proposant de suivre les aventures du tout jeune Sacha, habitant du Bourg Palette et caressant le désir de devenir un grand maître Pokémon. En raison du succès de la série, deux films verront le jour, à savoir Mewtwo contre Mew en 1998 au Japon et le Pouvoir est en toi en 1999. Encore aujourd'hui, la première saison de la série animée en fait fantasmer plus d'un, certains élabore même des théories comme celle ci où Sacha serait dans le Coma.

A la base simple caprice d'un collectionneur d'insectes, Pokémon devient le symbole de toute une Génération d'enfants avide de collectionner les 151 créatures. Le phénomène est tel, que dans les cours de récrés comme ailleurs, de nombreuses légendes (avérées ou pas) voient le jour. La plus célèbre sera celle teasé par Tajiri, en effet, bien qu'on sait que Mew existe, le secret de sa capture plane encore, de là, de nombreuses théories ont vu le jour plus ou moins pertinentes, jusqu'à ce que le glitch soit révélé en 2003. Il y avait aussi cette légende du Jardin de Léo, celle du Pokémon 731 trouvable uniquement dans un carré d'herbe précis, Bugville, ou encore Missingno. Personnellement, dans mon école, il y avait la rumeur de l'existence d'un possible « DopsMew » qui serait un Mewtwo en armure, trouvable dans le manoir Pokémon et oui j'y ai cru !

              Films passionnants, qui ne font qu'augmenter le nombre d'histoires légendaires gravitant autour de la l'univers

 Mon ressenti personnel

 Pour moi cette première fournée de Pokémon fut une révélation, en effet, c'est à partir de là que je suis entré de pleins pieds dans le monde du Jeux vidéo. Ce qui m'a fait apprécier le jeu est avant tout le système de combat, simple mais drôlement addictif, le background du jeu qui se trouve sans cesse alimenter par les diverses légendes urbaines, et surtout les musiques composé par Junichi Masuda avec seulement les quatre notes que proposait  la Game Boy. Encore aujourd'hui, qui ne repense pas à la musique du Bourg Palette, au thème de l'Océan, au thème de Jadielle, les musiques des routes, celle des Arènes ou le très célèbre thème du Professeur Chen. Par un Gameplay simple inspiré de Dragon Quest, Tajiri a su, par des graphismes 8 Bits simples et épurés, stimulé l'imaginaire de milliards d'enfants et aiguisés leurs désirs de petits collectionneurs faisant de Pokémon l'étendard de toute une génération devenant ainsi un classique de la Game boy 

      (Note : Pour les musiques, je l'ai ai glissé dans les hyperliens du paragraphe ci dessus)

Voir aussi

Jeux : 
Pokémon version Bleue, Pokémon Rouge, Pokémon Jaune
Plateformes : 
Game Boy
Sociétés : 
Nintendo, Game Freak
Ajouter à mes favoris Commenter (12)

Commentaires

Nimmegil
Signaler
Nimmegil
La première génération de Pokemon c'est toute une partie de ma vie, il a fallu quelque minute de jeu sur la game boy d'un copain (un simple surf avec lokhlass entre bourg palette et cramois'ile, t'imagine je m'en souviens ^^) pour connaitre mon cadeau de noel 1999 ^^
Ses heures passé a chercher a attraper tout les pokemon, ses échanges a faire pour tous les avoir, ce P***N de Tauros qui a été LE pokemon manquant la première fois ou j'ai eu les 150 (j'ignorais le bug de la berge de cramois'ile).
Puis Pokemon jaune, c'est con mais imaginer ma version rouge & bleu mais en couleur, avec des sprites encore plus fidèle a l'animé, la possibilité d'avoir les trois starters, m'a convaincu d'en faire mon cadeau d'anniversaire du 25 juin 2000. Ce qui est drôle c'est que c'est finalement un peu la même chose mais gamin je la voyais l’évolution ^^
J'ai eu Mew a l’époque grâce a l'action replay d'un copain mais quand j'ai appris l’existence du bug du croupier ça m'a vraiment fait bizarre parce que comme tu le dis tout le monde a son anecdote avec ce pokemon. La mienne c'est le jour ou ma partie de pokemon jaune avec Mew s'est effacé...et pas de bug du croupier ou d'action replay...j’étais effondré.

A l'été 2012 j'ai ressorti mes vieilles versions de la 1G. J'ai ré-obtenu les 151 Pokemon et remonté un équipe au niveau 100 comme a la grande époque. J'ai toujours cette partie (qui compte 155h) qui me sers pas mal en ce moment. J'ai acheté pokemon stadium 2 cet été.

Belle petit rétrospective de la première génération ^^
Gourguech
Signaler
Gourguech
Merci bien ! :)
Raphioul
Signaler
Raphioul
super,très agréable à lire.
Gourguech
Signaler
Gourguech
J'ai eu le même sentiment en rédigeant l'article ! De rien ! :)
guilman
Signaler
guilman
Putain, tout ces souvenirs qui ressurgissent... merci.
Gourguech
Signaler
Gourguech
Non mais Mew quoi, je pense que tout le monde a sa petite anecdote perso dans ses recherches pour trouver cette bestiole !
Merci beaucoup pour avoir pris le temps de le lire ! :)
Kahnettan
Signaler
Kahnettan
Je croyais que c'était Mew qui allait apparaitre dans ce fameux manoir, j'y ai passé un sacré nombre d'heures à tourner en rond ! :lol:

Très bon article en tout cas, j'attends la suite. :)
Gourguech
Signaler
Gourguech
Content que ça t'ai plu ! :D
Retromag
Signaler
Retromag
Canon cette lecture ! :D
Gourguech
Signaler
Gourguech
@Le-Hobbit-Ninja Waouh merci pour tes encouragements ! :)

@Dehell : haha tu n'es pas le seul je te rassure, moi la plus loufouque des légendes j'y croyais, j'ai fait un nombre incalculables de fois la ligue Pokémon pour avoir Mew, je pensais que Sulfura était au Monde Selenite, j'ai cherchais des togepi, l'Archipel Orange. Bref j'étais un fan un peu .. naïf !
Dehell
Signaler
Dehell
Il est vrai que derrière la franchise planait une certaine aura de mystères et de légendes, encore plus flagrante dans les films ! Et toutes ces légendes urbaines :D Je me rappelle avoir vu ami faire des allers-retours incessants entre deux murs au Parc Safari, et depuis quand je jouais à Argent, je passais mon temps à faire ces cents-pas entre deux murs dès que j'en avais la possibilité... malheureusement j'ai jamais débloqué un secret caché ! :P
Le-Hobbit-Ninja
Signaler
Le-Hobbit-Ninja
Super boulot et article intéressant, continue !

Édito

 Salut à tous, c'est Gourguech au clavier !

Alors tout d'abord qui suis je ? Je m'appelle Alexis, j'ai 20 ans et je suis actuellement étudiant, mais à part ceci, je suis un Gamer passionné depuis que j'ai touché ma première Game Boy c'est à dire à l’âge de 4 ans (Oui je suis précoce )

Sur ce Blog, je compte parler de l'actualité qui tourne autour du monde qui nous passionnes tous, je veux bien sur parler du monde du Jeux vidéo et plus largement du monde High tech, cinématographique etc.

Ainsi, ce blog comportera des tests sur des Jeux vidéos coups de cœur récents mais aussi des ''reviews'' sur des jeux un peu plus vieux mais qui ont marqué mon enfance de Gamer. Je ferais aussi quelque avis sur certains films que j'irais voir au Cinéma et ainsi vous faire partager mon ressenti. 

Je fais ce blog par pur divertissement et par espoir de transmettre ma passion et un peu de ma bonne humeur.

Si tu veux me connaître un peu plus tu peux me suivre sur mon Twitter :

Et tu peux m'ajouter sur le Playstation Network si tu le souhaite, ID PSN : gourguech ou sur Steam : Gourguech (quelle originalité !)

Configuration PC  
Processeur :  Intel Core i5 4670K (Haswell)
Carte mère : Asus Z87-K
Carte Graphique : MSI GeForce GTX 660 N660-2GD5/OC
RAM : Corsair 2x4Go DDR3
Ventirad : Cooler Master Hyper 212 Evo
Boitier :  Cooler Master Storm Scout 2 

Bonne lecture et à bientôt sur : La petite bulle de Gourguech

 

Archives

Favoris