La Casa De Gounta

Par Gounta Blog créé le 13/12/09 Mis à jour le 06/05/10 à 11h07

A la découverte Poulpix.

Ajouter aux favoris
        
Signaler
Contre-Expertise

Capcom n'a jamais vraiment eu peur de susciter la polémique. Même lorsque le papillon battait frénétiquement des ailes à l'autre bout du monde, l'éditeur restait fidèle à ses convictions. En proposant un opus "Super" à Street Fighter IV à peine un peu plus d'une année après le renouveau de la série, tout le monde était en droit de remettre en question l'existence de l'un des deux. Et seul ce volet est capable d'apporter la réponse. Justifié, il condamne son aîné. Anecdotique, il sanctionne une politique. A la lumière de cette évidence, le titre va devoir se battre bec et ongles pour imposer sa version.

 

 

La question primordiale dominante était de savoir si Super Street Fighter IV se démarquerait de la simple mise à jour prétexte pour tirer quelques marrons supplémentaires du feu. A la perspective d'un jeu dont le moteur graphique est identique, la réponse était loin d'être évidente. Pourtant, en partant sur des mêmes bases, cette mouture s'exposait forcément aux mêmes gages de qualité. Le contenu, encore une fois, allait faire toute la différence. D'ailleurs, tous ont été conquis par la bonne volonté avérée de Capcom qui a tenu à proposer un peu plus qu'une sorte de réajustement et de perfectionnement des défauts de Street Fighter IV.  Le plus évident est le casting qui s'aggrandit de dix personnages, dont deux réellement inédits à la série. Tous ont le mérite de varier la palette des personnalités et des styles de combat, certains plus accessibles que d'autres. Cette affluence, complètée avec l'ajout d'un deuxième Ultra, a une conséquence fondamentale sur l'appréciation du titre, puisque sa dimension tactique s'en trouve approfondie. Proposant de déterminer l'un des deux avant l'affrontement, cela façonnera votre façon d'aborder l'adversaire. Mais Capcom s'est aussi donné la peine d'inclure cinq niveaux décors (et au passage d'affiner la qualité graphique générale) et les fameux stages bonus, sans oublier d'apporter une certaine attention à ces détails qui avaient essuyé la critique précédemment comme, entre autres, l'ergonomie des menus, les cinématiques de présentation ou les lobbys du multijoueur (modes, sauvegarde de replay, spectateur). Il n'en fallait pas moins pour montrer à ceux qui doutaient que Super Street Fighter est loin d'être une excuse. Alimentant le renouvellement d'un côté, rééquilibrant les "privilèges" involontaires accordés à quelques personnages clés de l'autre, l'éditeur en profite pour revoir sa copie et fournir une référence de la baston encore plus aboutie. Le prix excusera certains points qui n'ont que très peu été retouchés, voire pas du tout (bugs, animations, défis similaires), ou les absences (mode Tournoi) qui seront comblées via DLC.

 

En fin de compte, il est tout aussi difficile de considérer Super Street Fighter IV comme un nouveau jeu à part entière que s'en tenir à le juger comme une simple mise à jour. Apportant son lot d'ajouts qui ont un impact direct sur le gameplay d'origine, il est impossible de le catégoriser dans les extensions de mauvaise foi. Et c'est ce qui a rassurer l'ensemble des testeurs qui ont apprécié les nouvelles dimensions intégrées. Cela dit, en s'appuyant sur des fondations identiques, ne s'attachant qu'à peaufiner et enrichir, il ne s'agit pas non plus d'un opus à part entière. Du coup, le préfixe lui colle à ravir et Capcom n'aurait pas pu trouver mieux pour qualifier cette version qui est bien un super Street Fighter IV.

Ajouter à mes favoris Commenter (0)

Commentaires

La Casa De Gounta

Édito

Un blog... Certes, certes. Mais pourquoi ? Sur un site comme Gameblog, les initiatives sur les thèmes fondamentaux que sont les jeux vidéo, le cinéma, la musique ou les mangas vont pleuvoir. Chacun voulant y aller de sa touche personnelle, parfois maladroite. Alors pourquoi ne montrerai-je pas aussi personnel et maladroit ? Et si la liberté des uns commence là où s'arrête celle des autres, c'est ici que prend effet ma juridiction. Il ne reste plus qu'à trouver une idée pour exploiter l'opportunité. Quoiqu'elle est dores et déjà toute trouvée. Voici donc une fenêtre ouverte sur le site que je développe. Je le crois original, détaché de toute concurrence dans sa manière d'approcher le sujet. Et, du coup, je me permets de penser qu'il a sa chance au milieu de tant de sobriété et de classicisme. Je vous présente donc Poulpix, un autre site sur les jeux vidéo (et pas sur la diffusion d'images et de vidéos holé-holé sur la reproduction des céphalopodes comme pourrait le laisser penser son nom). Bah oui, pas le choix, quoi.

Archives