Gaming & Business

Gaming & Business

Par Siddharta Chidoshi Blog créé le 26/04/11 Mis à jour le 03/03/16 à 09h32

Industrie du Jeu Vidéo

Ajouter aux favoris
Signaler
Editeurs

Tout en étant convaincu que les ventes de Call of Duty, mis sous pression par une licence Battlefield conquérante, avaient atteint un pic (Black Ops 2 devrait confirmer cette tendance), il apparait aujourd'hui que le marché des FPS "miliaires" dans son ensemble semble promis au déclin. Le filon a livré ses plus grosses pépites, et tend aujourd'hui à se mettre au diapason d'une génération qui attend patiemment sa relève. Le nouveau Medal of Honor est d'ailleurs symptomatique de cette saturation du genre.

 

Warfighter, le shooter "militaire" de trop?

 

Très mal accueilli par la presse, comme son aîné il y a deux ans, il ne devrait pas accomplir de miracles dans les boutiques, et opposer une bien faible résistance à Black Ops 2. Ce dernier constitue une tentative intéressante de Treyarch de s'écarter des conflits contemporains, comme le premier opus, mais les joueurs Xbox 360, plus gros public de COD, pourraient aussi avoir la tête à Halo 4, dont on attend un retour (éventuellement) triomphant sur le plan critique. D'autres amateurs de FPS pourraient être tentés de patienter jusqu'à la sortie de Far Cry 3, même si le multi du FPS exotique d'Ubi ne sera, comme le second, pas vraiment un argument plaidant en sa faveur.

Il sera intéressant d'observer quelles vont être les intentions d'Activision et Infinity Ward l'an prochain. Sont-ils d'ores et déjà en train d'anticiper la perte d'intérêt du public pour les shooters militaires "modernes", ou comptent-ils malgré tout poursuivre l'arc Modern Warfare, persuadés que leur public les suivra contre vents et marées? De même, EA et DICE vont-ils jouer la sécurité en façonnant un Battlefield 4 dans la continuité du 3? Le basculement de génération, attendu pour 2013 du côté de la Xbox, permettra peut-être à de nouveaux genres d'émerger, tout en perturbant les plans des deux géants américains, et leurs franchises saisonnières réglées comme du papier à musique. Souhaitable? Avouons-le, ça commence un peu à sentir le renfermé.

 

 

Ajouter à mes favoris Commenter (0)

Commentaires

Édito

Business et jeu ne s'opposent pas. Un éditeur, quel qu'il soit, joue sa survie sur la réussite de ses jeux. Les bénéfices qu'il génère, ce sont les jeux qu'il produira demain. De multiples mécanismes et décisions favorisent le succès ou l'échec d'un jeu (qualité, timing de sortie, marketing, choix de la plateforme, du genre...), et c'est précisément ce dont il sera question dans ce blog. Je reviendrai sur l'actu du secteur, le quotidien stratégique et financier des éditeurs/constructeurs, mais aussi sur certains coups de coeur qui rythment ma vie de joueur. Bonne lecture à tous!

Archives