Le Blog de Fumble

Par Fumble Blog créé le 19/08/10 Mis à jour le 02/02/18 à 14h17

L'antre du Troll, le puits de l'ignorance, l'abîme du je m'en foutisme, l'antichambre de la procrastination, le labyrinthe du sarcasme, le caveau de l'anti-héros, le bar de l'ennui, au début elle est froide, mais après, ça va...

Ajouter aux favoris
Signaler
Retrosnob (Jeu vidéo)

De temps en temps, une histoire de jeu rétro piochée dans ma mémoire de gamer presque quarantenaire. Pas de grande leçon, pas d'historique détaillés. Juste des petits souvenirs marquants, du « j'ai connu ça », des moments... retrosnobs.

Aujourd'hui: Elite 

Mon dieu Elite ! Combien d'heures ai-je passées sur Elite ? Combien d'heures ai-je passées à faire du commerce, buter des ennemis, upgrader mon équipement, à refaire des personnages...

Combien d'heures ai-je passées à faire tout ça entre deux ou trois systèmes du début de jeu ? Tu parles d'un explorateur... Je crois qu'une fois, je me suis lancé, et je suis parti loin, très loin dans la galaxie (et je ne suis jamais revenu).

Pourquoi voyager lorsque la fortune est sur le pas de la porte ? Mon vaisseau avait des Military Lasers devant, derrière, sur les côtés. Lorsque je quittais le voyage rapide à cause d'un ennemi, il ne dépassait pas le stade du pixel habituellement. Une fois dans mon viseur zzzrrrakkkkk boom.

Mais le truc dont je me souviens le mieux pour Elite, c'était lorsque l'on entrait dans une station, car celles-ci tournoyaient sur elles-mêmes. Avec la musique de Zarathrusta, comme dans 2001 (elle était dans le jeu ou dans ma tête ? Je ne me souviens plus), il fallait se placer face à l'entrée rectangulaire de la station, puis avancer en tournant afin de bien se synchroniser.

Avec l'habitude, on faisait ça avec les moteurs à fond, bien entendu ! Ce qui était finalement moins dangereux que d'y aller prudemment, puisque plus vous mettiez de temps, plus le risque était grand qu'un vaisseau sorte de la base pour vous percuter bêtement. Il explosait et vous étiez alors tenu responsable par la police qui débarquait sans attendre pour vous oblitérer.

Et dans l'espace, personne ne vous entend contester les faits énergétiquement...  

Voir aussi

Jeux : 
Elite (Commodore64)
Ajouter à mes favoris Commenter (14)

Signaler
Retrosnob (Jeu vidéo)

De temps en temps, une histoire de jeu rétro piochée dans ma mémoire de gamer presque quarantenaire. Pas de grande leçon, pas d'historique détaillés. Juste des petits souvenirs marquants, du « j'ai connu ça », des moments... retrosnobs.

Aujourd'hui : Choplifter !


1982. Choplifter a été l'un de mes premiers jeux sur Commodore 64, avec Lode Runner. Pas mon premier jeu vidéo tout court, bien sûr, mais là il s'agissait d'un ordinateur. L'ordinateur familial. Le début de la fin.

Dans Choplifter sur C64, il fallait faire décoller en hélicoptère de la base qui était à droite du terrain de jeu, voler vers la gauche où se trouvaient des baraquements, détruire ces bâtiments, d'où sortaient des prisonniers, récupérer tous les prisonniers (je ne sais plus trop combien il y en avait en tout. 50 ?), et les ramener à la base. Bien entendu, l'hélicoptère n'avait que quelques places, d'où des aller-retour avec une difficulté qui augmentait. Au sol, on trouvait des tanks, et dans les airs des avions de chasse.

Je devais donc avoir dans les 10 ans quand on l'a eu à la maison. Première grosse rigolade avec les frangins quand on se rend compte qu'on peut écraser les prisonniers sans faire exprès ! Et puis on finit par découvrir les bons plans, genre voler au raz du sol en arrière tout en tirant en permanence : tous les jets ennemis se font pulvériser au passage.

Mais un des bugs les plus drôles se déclenchait parfois quand on atterrissait de face avec un certain angle. L'hélicoptère se posait mal et « rebondissait sur place ». Les prisonniern eux, ne semblaient pas intrigués par ce comportement étrange et s'approchaient en toute confiance... pour se faire tous écrabouiller un par un avec un petit blip suggestif.

Forcément, le but du jeu est devenu de tous les écraser comme ça.

Voir aussi

Jeux : 
Choplifter HD, Choplifter
Ajouter à mes favoris Commenter (4)

Signaler
C'est qui Fumble ?

En ce moment, je fourre le nez dans le montage vidéo. Voilà un premier essai sur Guild Wars 2 (qui offre du matériel facile à exploiter :) ) J'avais pas l'intention de caler trop caler la musique sur les images au début, mais je ne me suis laissé emporté (début, fin, mais je n'ai pas poussé le vice jusqu'à refaire tout le montage au milieu pour mieux coller). 

J'ai eu pas mal de souci de parasites vidéo sur mes transitions, si quelqu'un à une idée de la raison. D'ailleurs si vous avez des conseils de pro...

Bref, voilà, enjoy. Et merci à Jeremy Soule de faire des musiques qui déchirent.

Voir aussi

Jeux : 
Guild Wars 2 (PC)
Ajouter à mes favoris Commenter (0)

Signaler
Food for Troll

La Gamescom c'est beaucoup de travail, et il faut de vrais pro pour la couvrir. Découvrez les meilleurs journalistes de Gameblog en train de découvrir, analyser et tester les technologies les plus avancées et les gameplay les plus complexes du moment.

Ajouter à mes favoris Commenter (20)

Signaler
Food for Troll

Ah tiens, ça faisait longtemps que je n'avais pas posté une connerie ici. Voici une vidéo de présentation du Kuratas, pour tous les fans de Mecha qui trainent ici. Attention de ne pas sourire trop tout de même, c'est dangereux...

Ajouter à mes favoris Commenter (1)

Signaler
Food for Troll

Rien à raconter sur le Japon cette semaine, même si j'aimerais bien vous parler de bouffe, de terrain de jeux pour enfant, d'architecture encore un peu, de télé, etc. 

La belle famille s'est pointé pour fêter les 70 ans de mon beau père, on est allé faire un tour au bord la mer, dans un ryokan. Pas le plus beau du coin, et le bain était nul, mais le repas était invraisemblable. Si on aime le poisson et les crustacés, ce qui n'est pas mon cas. Snif.

Bref, un petit post tout de même pour cette petite perle de Franponais qui dépasse tout ce que j'ai pu voir jusqu'à présent. Je vous laisse savourer les textes (il y en a un peu sur le côté) et le nom qui va très bien avec. Désolé qu'on en en lise pas plus : pris de la voiture au feu rouge...

Ajouter à mes favoris Commenter (4)

Signaler
C'est qui Fumble ?

Pas grand-chose à raconter cette semaine, vu que le temps pourri comme en France nous empêche de beaucoup sortir. Et puis bon, on n'a rien de bien spécifique à faire en ce moment de toute façon. On est quand même allé dans le chouette parc Higashiyama du côté de Nagoya, très sympa avec des enfants (piscine, patinoire, grande roue, pleine de jeux et d'espace). C'est surtout là que l'on trouve une petite merveille : la reproduction de la maison de Satsuki et Mei, de Totoro.

Alors certes, c'est une visite de 30mn avec trop de monde (il devrait restreindre un peu plus le nombre de gens par session) et les alentours ne sont bien évidemment pas identiques, mais difficile de ne pas tomber sous le charme. Le seau percé, les glands dans l'escalier... quelques détails suffisent à susciter l'émotion.

Bizarrement, je ne voyais pas du tout l'arrangement comme ça. Je pensais que la cuisine et la salle de bain étaient dans le prolongement alors qu'elles sont à l'arrière (et c'est pourtant évident quand on compare dans le film de Miyazaki). C'est aussi plus petit que je ne l'imaginais (le bain est tout petit par exemple), mais ça, c'est normal.

Une très chouette visite en-tout-cas, dont voici quelques photos.

 

Ajouter à mes favoris Commenter (18)

Signaler
C'est qui Fumble ?

Je crois sincèrement que l'expression Chaos Urbain a été inventée pour décrire les villes japonaises. Et encore, on ne fait que s'approcher de l'indescriptible.

Au Japon, il y a deux sortes de paysage : la montagne couverte de forêt, et la ville. Dans les grandes villes, on peut voir des immeubles, mais le reste du terrain plat disponible est occupé par des maisons individuelles assez petites, avec un étage. On trouve aussi des bâtiments trappus de 3 étages, avec des appartements. Et ici ou là un building type HLM. Mais surtout des maisons, donc. Parfois, celles-ci sont légèrement plus espacées et on trouve quelques champs entre elles : c'est ce qu'on appelle au Japon « la campagne ». Sinon une ville comme Okazaki ressemble à une banlieue, mélangée à une zone commerciale, mélangée à une zone industrielle.

Comme il n'y a pas vraiment de politique d'urbanisation, les gens construisent ce qu'ils peuvent comme ils peuvent, où ils peuvent. Difficile à décrire : prenez les termes traditionnel, moderne, ancien, neuf, pratique, design, joli, moche et mélangez-les à tous les degrés possibles, vous aurez le large spectre de constructions que l'on peut admirer dans le paysage japonais. Une nouvelle maison peut donner dans le style traditionnel par exemple, juste à côté d'une architecture design vieillissante, puis un bâtiment informe sans saveur, puis une petite baraque sans prétention, puis un taudis qui semble quasi abandonné, etc. À noter que si on a les moyens, le Japon offre des possibilités de design vraiment chouettes et intéressantes.

A vendre 300.000 euros, à Okazaki, s'il y a des intéressés.

Il est très rare d'observer un jardin, évidemment, ou alors un petit coin de verdure très japonais. Les propriétaires d'un mètre carré de terre qui ne soit pas des m'as-tu-vu préfèrent faire pousser des oignons et des choux. Parfois des fleurs, mais on en voit plus dans les multitudes de pots qui décorent les abords de certaines demeures. Sinon, l'espace le plus prisé reste plutôt la place de parking.

Je vais encore faire des cauchemars ce soir

Quel que soit le type de maison, les fenêtres sont assez nombreuses, sur toutes les façades, parce qu'on ne sait jamais trop quand le voisin va construire un mur à 10 cm de là. Je ne suis pas sur, mais je crois que les achats se font sur plan, sans tenir compte de ce qui se trouve à côté. Si une des ouvertures donne directement sur le balcon du voisin (et je dis directement. Ca se voit souvent dans les animes et ce n'est en aucune sorte une exagération), et ben... Tant pis. De toute façon, les fenêtres ne servent pas à grand-chose au Japon, on s'intéresse peut à ce qui se passe dehors quand on est chez soi. D'ailleurs, il fait nuit à 18h, y'a rien à voir.

Quant aux fils électriques...

P.-S. Ce billet ne se base sur aucune étude sociale/économique, ni sur aucun document sérieux, ce sont avant tout des impressions personnelles traitées de manière légère. Je précise, au cas où hein...

Ajouter à mes favoris Commenter (5)

Signaler
C'est qui Fumble ?

J'ai eu très froid.

Pour un pays qui s'est coupé du monde pendant tant d'années, je trouve assez ironique le peu de progrès fait en matière d'isolation dans les maisons du Japon.

Les vieilles baraques comme celle de mes beaux-parents, j'entends. Je ne sais pas trop comment sont équipées les maisons modernes que l'on voit pousser un peu partout, où les quelques immeubles qui peuplent une ville de banlieue comme Okazaki.

Là où j'habite, donc, l'isolation est... inexistante. Et comme il a fait froid cette première semaine d'avril et que je n'étais pas très équipé pour me réchauffer, je n'ai pas quitté mon pull durant tout ce temps, même pour dormir. Surtout pas pour dormir.

Faut dire qu'on n'est pas chauffé non plus. La seule pièce bénéficiant d'un chauffage à pétrole est la pièce principale où vit toute la famille, sous le Kotatsu (la table chauffante sous laquelle on se réfugie). L'un plus l'autre permettent de survivre. Dans notre chambre par contre, il faut bien deux couvertures et une énorme couette pour passer la nuit (épaisse, la couette, mais trop courte, ce qui fait que j'ai soit froid au pied, soit au bras, au choix.)

La cuisine : oui, le toit est en plastique ondulé. J'ose pas imaginer l'hiver. Quoique... une epaisse couche de neige sera la meilleur isolation que cette baraque ne verra jamais.

Le Kotatsu, c'est super agréable, et je comprends mon beau père qui ne le quitte jamais tant qu'il est à la maison (sinon il travaille, à 70ans, ou il traine au Pachinko). Il a sa place. Il mange, regarde la télé, lit son journal, toujours sous le Kotatsu. Il s'allonge et il dort là, quand le besoin s'en fait ressentir. Ma belle mère et ma belle soeur qui vit encore chez ses parents dorment aussi sous le Kotatsu.

Et moi, je ne vais pas tarder à m'endormir... C'est l'effet Kotatsu.

L'entrainement cérébral du professeur Kotatsu...

Il fait beaucoup moins froid maintenant. Le temps est variable...

La semaine prochaine : j'ai trop chaud.

Sinon, vous pouvez suivre mes aventures sur twitter, via @magicalypse.

Ajouter à mes favoris Commenter (6)

Signaler
Food for Troll

 

Magnifique poisson d'avril de Google. Surtout quand on voit qu'on peut effectivement activer Google Quest dans Google Maps. J'en ai pleuré au génie tiens. 

Ajouter à mes favoris Commenter (8)

Édito

Ex pigiste de Gameblog de 2010 à 2014 ! J'en ai écrit des conneries ! (et dites aussi)

Archives

Favoris