Le Blog de Fumble

Par Fumble Blog créé le 19/08/10 Mis à jour le 17/12/14 à 09h38

L'antre du Troll, le puits de l'ignorance, l'abîme du je m'en foutisme, l'antichambre de la procrastination, le labyrinthe du sarcasme, le caveau de l'anti-héros, le bar de l'ennui, au début elle est froide, mais après, ça va...

Ajouter aux favoris
Signaler
C'est qui Fumble ?

Le 1er avril prochain, je pars au Japon pour deux mois. D'habitude c'est un mois, mais là c'est deux. Je vais chez ma belle famille à Okazaki (près de Nagoya), et seulement deux semaines seront consacrées aux vacances, sur l'île de Kyushu (on fait la tournée des volcans !). Pour le reste du temps, mon souci principal est je n'aurai pas de connexion. Mes beaux parents n'ont pas le net, et c'est compliqué de faire l'installation. Durant mes trois visites précédentes, j'ai parasité un WiFi non sécurisé, mais je ne suis pas certain de le retrouver cette fois-ci ! Donc pendant 2 mois, vous n'allez a priori pas me voir beaucoup. Sauf si je trouve une solution miracle (et vraiment pas trop cher... Je sais qu'il y a des clés WiFi mobiles, mais... enfin, on verra).

S'il m'arrive quoi que ce soit de notable là bas, je vous le raconterai, bien évidemment. En attendant, je peux toujours vous narrer des histoires passées du Japon. J'ai bien une ou deux anecdotes.

La première se déroule au mont Misen, bien connu des touristes nippophiles. Il s'agit d'une montagne sur une île près d'Hiroshima, au pied de laquelle on trouve un temple célèbre et la fameuse porte sur la mer.

Inutile de rentrer dans les détails : nous sommes en 2007, et on se promène là avec ma femme et ma fille qui a un an à peu près. Bien entendu, la visite du sommet est au programme, après le déjeuner. Il existe plusieurs moyens d'y arriver, dont un téléphérique en deux parties, qui débarque les gens sur le second sommet, à partir duquel il y a bien une demi-heure de marche pour aller au top du top. Jolie vue et singes à demi sauvages en perspectives (enfin, aussi sauvages que peuvent l'être des animaux au Japon.)

Mais pas question de prendre le téléphérique, oh non. L'un des chemins le plus connus est fermé pour travaux. On se décide pour celui à l'extrémité gauche (quand on regarde le plan), qui est un peu long, mais qui monte doucement. C'est parti !

Sauf qu'on se plante de chemin. On prend celui quasi au milieu. C'est un trajet court, au creux de la montagne et qui monte directement.

Rapidement, on sait qu'on est en train de faire une connerie : ça grimpe dans la forêt, et on en a pour 1800 mètres... mais bon. Allez, on y croit. On a la flemme de faire demi-tour, et quand la pente se transforme en escaliers, il est trop tard. Ma femme porte ma fille dans un sac en bandoulière. Je porte la poussette, avec un parapluie, et diverses affaires dessus. Ce n'est pas facile ! On croise des ricains qui n'ont pas vu de singes... Bon.

Volée de marche, pause. Volée de marche, pause. Petit à petit, on monte. On fatigue, mais on progresse. Tout semble bien se passer. Mais une légère envie de grosse commission se fait sentir. Pas cool. Je me vois mal partir dans la forêt pour faire caca sur la montagne sacrée, surtout que le terrain n'est pas praticable. Et même ce n'est pas mon style. On continue, je tiendrais bien jusqu'en haut.

Imaginez donc l'ascension, fesse serrée, le bide qui lance, fringue trempée de sueur, souffle coupé toutes les trois marches, qui sont devenues que quelques vestiges d'anciens escaliers totalement irréguliers (c'était joli, remarquez.) Je sens bien le regard de ceux qui descendent en se demandant « mais c'est qui ces tarés ? »

Exténués, nous atteignons la fin du chemin... qui débouche sur la portion de piste qui relie les deux sommets. Ce n'est pas finiiiiii ! On reprend de plus belle. À ce niveau-là, la fatigue est transcendée. Les excréments ont compris que non, ils ne sortiraient pas tout de suite. Le corps puise dans des réserves totalement inconnues (j'étais moins gras en 2007) pour fournir de l'énergie au désespoir. Et on monte ! On croise même des singes. Cool ça.

Tout en haut du mont Misen, on trouve une sorte de petit bâtiment un poil délabré, avec une plateforme panoramique moche. Et des toilettes... à la japonaise. Je n'ai rien contre, mais je ne peux physiquement pas m'en servir : la position demandée n'est pas autorisée par mes muscles et mes tendons. À part tomber à la renverse dans la cuvette, je ne peux rien faire. Pas grave, à ce moment-là je suis zen. J'admire le paysage, je fais un petit tour vidéo à la con, bien gâché par l'apparition de deux pouffes gloussantes. Et puis c'est reparti dans l'autre sens.

On se dépêche un peu pour ne pas rater le dernier téléphérique (c'eut été drôle !) et finalement je trouve des toilettes publiques correctes tout en bas. La délivrance. Alors forcément, je me dis souvent qu'on a été très idiot, voire inconscient (on avait un bébé et même pas une bouteille d'eau), mais finalement ça c'est bien terminé et je peux gueuler sur tous les toits « j'ai fait le mont Misen à pied ! »

Voilà pour la belle histoire d'onc' Fumble. La prochaine fois je vous raconterai ma séance de prière au temple.

En bonus : un panorama du haut du mont Misen, avec les deux pouffes qui gloussent.

Ajouter à mes favoris Commenter (27)

Commentaires

hujyo
Signaler
hujyo
Fumble je me suis pissé dessus en lisant ton anecdote .. J ai moi aussi fait l ascenscion du mont misen a pieds avec ma femme. Ma femme a ralé tout le long mais elle a crié victoire tout en haut. Et on a vaincu le mont mîsen a pieds.
Merci pour ton article il m a rappelé de bon souvenirs. Et il m a fait pleurer de rire
Fumble
Signaler
Fumble
apatros> licence poétique
apatros
Signaler
apatros
"pouffes qui gloussent"

On sent le beauf franchouillard en vacance...
Billou
Signaler
Billou
"Y a de quoi faire un strip de Kendy sur cette histoire..."

Ca parle de caca donc évidemment oui.
Billou
Signaler
Billou
"Je me vois mal partir dans la forêt pour faire caca sur la montagne sacrée"

EPIC QUOTE.

"J'étais presque à poil. On a pas vu de singe, un daim a mangé la carte de mon pote"

EPIC QUOTE BIS.

Le Japon, la terre des milles danger.
bsm78
Signaler
bsm78
Y a de quoi faire un strip de Kendy sur cette histoire...
androspoulos
Signaler
androspoulos
Je l'ai fait avec un pote en 2009, le lendemain d'une très très grosse pluie et le jour d'une éclipse! On s'est dit "bordel on est pas des lopettes!" et on a choisi la montée la plus hard! A caise de la pluie les marches reseemblaient plus a des torrents. Ascension difficile. Bon ok pas d'envie pressante ni poussette ni bébé... Mais pas d'eau, on est monté à fond pensant rater la marrée basse au retour (on voulait absolument marcher sous le tori). Bref on arrive en haut en ayant perdu chacun 2 litres d'eau. Mon tshirt acheté dans un 100¥ shop, qui faisait rire les japonaises (on voyait mes tétons à travers) s'est tout simplement décomposé!! J'étais presque à poil. On a pas vu de singe, un daim a mangé la carte de mon pote et on a rien vu pq la vue était bouchée par des gros nuages. Mais on a fait le mont misen!
Ominae
Signaler
Ominae
Bonne vacances et pense à ramener un singe ce coup-ci.
Quiyaro
Signaler
Quiyaro
Ouaip, nous aussi on a difficilement vécu cette montée sur Miyajima en pleine tempête avec des escaliers qui ne méritent même pas ce nom.
Mais bon, j'avais pas encore d'enfants à l'époque.
kiruakun
Signaler
kiruakun
Haha j'ai fait exactement la même connerie que toi et la même année de surcroît! Sauf qu'on est pas allé au bout... On en voyait pas la fin et il se faisait tard. Pas vu de singes par contre :(
Lain
Signaler
Lain
Tu vas nous manquer coquin.. et j'encourage vivement tes intestins à être plus compréhensifs^^
RetroBob
Signaler
RetroBob
En même temps, rien ne t'empêchait de poser ta crotte et ainsi de la sacrer et de l'exhiber fièrement toute désechée sur l'étagère du salon comme souvenir et objet de culte!
Mano
Signaler
Mano
lol fumble : ta eu une occasion unique de chier dans les bois et il fallait qu'ils soient sacrés ;)

bon séjour !
Babouille
Signaler
Babouille
Jolie anecdote. J'ai vraiment envie d'y retourner maintenant. Mon premier voyage en 2009 m'a laisser une trace indélébile. J'ai vécu de très bons moments sur la rivère Kamogawa à Kyoto.
RetroPlayerMan
Signaler
RetroPlayerMan
Article excellent et bien poilant... petit veinard pour voir d'aussi belles chose (et de moins belle aussi comme par exemple les chiottes que tu cites).
Lunarius
Signaler
Lunarius
Moi je trouve que y'a du mieux ces dernières années, enfin c'est mon avis
En tout cas ca rappelle des souvenirs :')
Fumble
Signaler
Fumble
Ironbobbi > T'es fou ? Personne parle anglais au Japon.
miouteam
Signaler
miouteam
vous faite chier a aller au japon, moi aussi veux y aller :'(
Ironbobbi
Signaler
Ironbobbi
Bonne vances :)
J'espere qu'ils parlent angalis tes beaux parents :D
BoobaSkaya
Signaler
BoobaSkaya
J'ai la désagréable sensation que tout le monde va au japon, et pas moi.
<jaloux>
LJacq
Signaler
LJacq
"avec les deux pouffes qui gloussent" ?
forufly
Signaler
forufly
Excellent article!
Fumble
Signaler
Fumble
Ah non. Pas encore eu le temps d'apprendre :/ (en 10 ans de vie commune) Je vais ptet faire des progres, si j'ai rien à foutre pendant un mois :)
Yao
Signaler
Yao
Énorme !!
Du Dr Slump cette histoire ! MWUAHAHA !
Et du coup t'es bilingue ?? ^^
Fumble
Signaler
Fumble
Eheh :) si tu passes du côté de Nagoya... Mais j'en doute, ya rien là bas :)

Édito

Ex pigiste de Gameblog de 2010 à 2014 ! J'en ai écrit des conneries ! (et dites aussi)

Archives

Favoris