Eyrio

Par Eyrio_ Blog créé le 13/01/18 Mis à jour le 16/01/19 à 00h28

Un petit blog perso ou je parle avec plus ou moins de qualité de jeux vidéo un média qui me fascine !

Ajouter aux favoris
     
Signaler
(Jeu vidéo)

Testé pour PC, PS4 et One

Condition du test : Ces tableaux de la première guerre mondiale ont était parcourus sur PC avec une version acheté sur steam et plusieurs paquets de mouchoir en faisant les différentes fins. 

 Après une très belle surprise avec Soldat inconnu en 2014 Yoan Fanise a quitté ubisoft pour fonder son propre studio : Didigixart afin de faire son second jeu 11-11 Memories Retold. Toujours sur la thématique de la première guerre mondiale avec la thématique de proposer de nouvelles choses dans le média du jeux vidéo. Cette fois-ci, on est un peu plus en retrait par rapport au conflit initial et techniquement c’est une nouvelle méthode utilisé qui se rapproche énormément de l’impressionnisme.  

 

 

Loin du bullshit de la guerre 

toujours dans la thématique de la première guerre mondiale, 11-11 Memories Retold est un jeu qui nous montre le côté bullshit héroïque de la guerre qu’on voit dans pas mal de jeu qui évoque les grandes guerres historiques, on sera loin des armes, loin du côté de faire la guerre c’est cool, c’est fun. On va suivre Harry, un photographe canadien grand rêveur qui va rentrer dans le front en tant que photographe pour ainsi pouvoir impressionner la fille qu’il aime et lui montrer que c’est un héros. L’autre personnage c’est Kurt un ingénieur allemand qui va s’engager afin de retrouver son fils Max. Même si Harry s’est engagé pour le côté gloire de la guerre, c’est avant tout pour réussir à séduire la fille qu’il aime depuis toujours. On parle très peu de conflit en lui-même. Yoan Fanise a voulu raconter l’histoire de deux personnes, qui font la guerre pour des intérêts personnels et on suit ce qu’ils vont faire à travers ce conflit assez horrible, car ils vont croiser beaucoup de soldat, voire le côté très triste de la guerre, de gens qui en ont marre qui veulent revoir leurs familles et se poser eux-mêmes des questions, sur le fait de tuer d’autres personnes. Ce conflit est aussi partagé par le point de vue des animaux puisqu’on jouera lors de quelques séquences. C’est une partie intéressante avec des animaux qui arrivent à vivre malgré ce conflit, c’est un peu la partie calme et poétique du jeu.

Étant dans un jeu surtout orienté dans sa narration, le côté immersion est très accentuée sur l’immersion qui commence juste avant qu’il se lance dans la guerre. La première heure de jeu ne risque pas d’être aimé par beaucoup de gens, mais je l’ai trouvé très intéressante de voir les deux personnages jouables dans leurs vies quotidiennes, de montrer un peu à quoi ressemble la vie hors de la guerre et surtout leurs motivations.

Le jeu est entièrement en VO pour ressentir ce sentiment d’immersion et nous plonger faciliter dans les deux personnages et ce que vivent Harry et Kurt. Pour Harry c’est Elijah Wood (frodon dans la trilogie du seigneur des anneaux) qui s’occupe du doublage d’Harry alors que pour Kurt c’est Sebastian Koch ( Greg Dreyman dans la vie des autres ou Wolgang Vogel dans le pont des espions) Toujours dans ce principe de monter au maximum l’immersion chaque personnage parlerons dans leurs langues natale, c’est-à-dire Harry en anglais ainsi que tous les Canadiens, Kurt ainsi que les soldats allemands s’expriment en allemands et aussi les Français parleront en français, c’est une cohérence dans la narration on sent les doubleurs concernés par leurs rôles, on ressent facilement les émotions des deux personnages et leurs expériences de la guerre. Le seul reproche que je ferais c’est dans le doublage des personnages français qu’on voit rapidement dans le jeu, quand ils parlent anglais, on a ce vulgaire cliché de l’accent anglais. Fort heureusement, ce passage ne dure pas trop longtemps.

Sur le plan émotif c’est un jeu fort par sa narration on a un jeu qui est très fort dans ses émotions pendant sa durée de vie qui est de 4-5h. Le jeu arrive à nous toucher sur comment est la première guerre mondiale, à quel point ces êtres humains sont à bout mentalement, la peur présente chez certains PNJ qui même s’ils ont que cinq mots de dialogue arrive à évoquer ce qu’ils ressentent à l’instant T. Néanmoins, il y a quelques moments ou je trouve que l’émotion va un peu trop loin, j’avais des moments ou je trouvais qu’on était dans une surdose de mettre plein d’émotion aux gens ce qui fait perdre le beau propose du jeu, car même si c’est une histoire écrite, nous montre une autre vision de la guerre et que faire la guerre ce n’est pas la grande gloire. j’ai trouvé que la volonté du studio français c’était de dire que le conflit était dur pour tout le monde et changent les gens et ce message est efficace malgré ces moments ou on a cette surdose de l’émotion.

 La narration est très tournée sur les lettres ou nos deux personnages vont envoyer des lettres aux personnes les plus importantes. Pour Harry il envoie les lettres à la fille qu’il aime Julia. Pour Kurt ses lettres sont destinées à sa femme Katrin et sa fille Lucie. Cette narration est bien ficelée, il est très intéressant la façon dont ils montrent la peur de proche et pour nos deux héros c’est la façon dont ils racontent ce qu’ils vivent, surtout Kurt qui est à une histoire très touchante ou au début il est optimiste à retrouver son fils puis les sentiments de la guerre arrivent.

 

 

L’impressionnisme de la guerre 

11-11 Memories Retold a pris un parti artistique intéressant et assez original, pour cela, ils ont co développé le jeu avec le studio d’animation britannique Aardman Animations qui sont connu pour avoir bossé sur Walace et Gromit : Le mystère du Lapin-Garou (2005) Chichen Run (2000), Cro Man (2018) ou encore la série télévisé Shaun le mouton (entre 2007 et 2009) Cette première guerre est représenté par des tableaux, ces tableaux il faut s’habituer pour profiter pleinement de l’expérience. Ces tableaux sont des toiles impressionnistes. La prouesse étant que sachant qu’on bouge à travers les tableaux on pourrait penser qu’on aura pas mal de floue, comment les décours arriverait à nous suivre, comment on pourrait avoir quelque chose de suffisamment net. Le résultat est plutôt flagrant voir étonnant quand on voit les scènes de guerre ou il y a énormément de mouvement ou encore un passage à Paris qui est magnifique, on reconnaît parfaitement la capitale française, son charme. On a vraiment cette sensation d’être à tableau. En revanche, j’ai trouvé qu’ils n’ont pas bossé à fond sur les visages de personnages secondaires, ou ça ressemble vulgairement à un vomis de pixel.

Si vous êtes du genre à la recherche du 100%, et bien vous êtes servis avec la recherche d’objet qui nous donne des anecdotes sur la première guerre mondiale. Ce sont des documents officiels, des photos officielles sur la première guerre mondiale et je trouve que c’est bien d’avoir cette proposition de parcourir les tableaux à la recherche de ces objets, sachant qu’ils ne sont pas très faciles à trouver. Cela ajoute un challenge en jeu et cela rajoute pas mal de contenu puisqu’il y en a 57, si on récupère tous les objets on aura une vidéo, ce qui est une belle récompense quand on a trouvé tous les objets d’un acte.

 Je parlais de poésie avec le passage des animaux, l’OST composé par Olivier Deriviere qu’on a vu souvent cette année sur Vampyr et The Council. La musique est très présente dans l’opus avec le camp canadien qui loin du front essaye de motiver les troupes. Je parlais de poésie avec les passages ou on incarne le chat et le pigeon. La musique est parfaitement en raccord avec ce qu’on voit dans le jeu. Cette musique elle nous provoque énormément d’émotions, comme la tristesse. Les musiques sont orientées dans quelque chose de calme qu’on retrouve dans des phases comme l’indique la musique calme sont très agréables. À consommer sans modération.

 

Le walking simulator de la guerre 

11-11 Memories Retold est considéré à juste raison comme un walking simulator, je le considère comme un jeu anti-violence, c’est une façon de parler de la guerre sans mettre en avant les armes. Malgré tout il y a une petite proposition de gameplay, cette proposition de gameplay, Pour Harry sachant qu’il est photographe on aura surtout des missions ou on devra prendre des photos, rien de bien particulier d’un point de vue gameplay, c’est assez basique. Pour Kurt étant ingénieur, on va devoir tourner des boutons, ou sinon on sera au sous-sol pour écouter le camp canadien. Au début ça passe, mais cela devient assez vite fatiguant et cette proposition de gameplay manque de challenge et sachant que le rythme ne va pas forcément plaire ou même si le jeu dure 4-5 si on le fait d’une seule traite, risque de lasser pas mal de gens.

 Au niveau du rythme, c’est un jeu assez particulier, ou il se passe pas vraiment grand chose, on fait des actions annexe par rapport aux conflits, quand on fait le jeu il faut être conscient qu’on ne sera pas au coeur de l’action, ce n’est pas le but que 11-11 Memories retold s’est fixé néanmoins, la dernière heure du jeu est digne d’un climax d’un grand film ou pardonner l’expression, mais tout explose. Comme elle arrive on peut la trouver vraiment brutal, mais surprenante, car on s’attend pas à que le rythme s’élève et les gens qui n’ont pas trop aimé le rythme vont pouvoir se faire plaisir avec la dernière heure et les différentes fins, il y en a au total 4-5 fins et qui sont à l’image du jeu très touchante.

 

Yoan Fanise et son équipe ont mis énormément d’effort afin de faire un jeu qui égale soldat inconnu et c’est même un très bon jeu. Quand on pense à 11-11 Memories Retold on pense a un jeu avec une démarche totalement différente par au média, on pense à cette prouesse qu’ils ont réussi avec l’aide du studio d’animation britannique, Aardman Animations. On a du mal à se rendre compte qu’on navigue dans de très beaux tableaux. C’est un très bon jeu, qui mise beaucoup sur l’immersion. Il ne faut pas autant de bruit comme l’avais fait soldat inconnus, mais ont fait un très bon boulot pour faire un jeu très touchant.

7/10

 

Les + 

 

  • Une histoire très touchante 
  • Un jeu qui change de ce qui nous est proposé d’habitude 
  • Un doublage de très bonne qualité 
  • La prise de risque artistique, une totale réussite 
  • Les différentes fins 
  • Olivier Derivère en maestro 

 

Les – 

 

  • Un titre qui mise beaucoup trop sur l’émotion 
  • La proposition de gameplay qui manque de challenge 
  • des bugs dans le dernier tiers de l’histoire 

Voir aussi

Jeux : 
11-11 : Memories Retold
Plateformes : 
PC, Xbox One, PS4
Sociétés : 
Bandai Namco Entertainment, DigiXArt Entertainment
Ajouter à mes favoris Commenter (0)

Signaler
(Jeu vidéo)

Condition du test : Voyage réalisé grâce à un PC et une versionacheté  sur Steam

 

Gris était une petite sensation lors du salon allemand par sa belle direction artisitique qui a marqué énormément de gens lors de la gamescom. C’est même plus qu’une petite sensation puisque le studio Nomada dirigé par l’artiste espagnole Conrad Roset arrive à parler de son jeu malgré le fait que Smash Bros est aussi une énorme sensation dans ses ventes avec un budget plus haut pour la communication. Néanmoins, Gris arrivait à parler de lui et c’était l’un des jeux indépendants les plus attendus.

 Couleur/20 

Dès les premières secondes, Gris est sublime, Gris est magnifique, Gris nous éblouis,  et Gris est beau. Il y a tellement de mot pour décrire la beauté de gris qu’on pourrait en faire une partie de Scrabble. On a tendance à réserver la claque visuelle à des gros jeux avec de gros pixel et Gris permet de nous dire qu’une claque visuelle, ce sont des couleurs en harmonie sur un niveau, c’est une belle DA est celle de Gris est sublime. Cela résume bien le travail du directeur créatif Conrad Roset qui est aussi un artiste et quand on regarde son portfolio, il a retranscris son univers dans gris. Les couleurs qu’il utilise principalement du bleu, du rouge et du vert. Toutes ces couleurs assemblés rendent les niveaux magnifiques. Ce sont des tableaux dont on a envie d’accrocher à notre mur. Techniquement il y a de très belles choses dans ce jeu, comme la forme de certains objets, le fait de détruire quelques plateformes. C’est fin et on voit tout le travail de l’ensemble du studio pour ce jeu. Je retiendrais surtout le niveau ou des tempêtes de sable s’élève, le fait de voir la tempête de sable en rouge recouvrir tout le niveau offre un tableau magnifique et c’est pour cela que Gris est l’une des claques visuelles de l’année 2018.

 

Si vous imaginez que Gris est un jeu grisé, vous êtes loin du compte, c’est un jeu avec des couleurs et des couleurs imposantes. Chaque couleur a ses métaphores, sa thématique et son propre gameplay. Au cours de notre voyage on va acquérir de nouvelles compétences. Ces nouvelles compétences seront très utilisées dans les différents chapitres. Le gameplay est somme toutefois assez classique. J’ai vu énormément de comparaison avec Inside, mais Inside c’est un level design assez poussé, dans Gris tout est assez classique, sans que ce soit trop compliqué, le studio Nomada ont vraiment fait un jeu agréable. La force de Gris c’est qu’ils ont réussi avec ce gameplay très classique d’avoir un rythme plutôt élevé, on enchaîne les différents tableaux sans s’ennuyer.

La musique est très présente dans Gris, elle est composée par le groupe espagnol Berlinist qui a fourni un travail merveilleux dans l’OST qui ce mélange parfaitement bien avec les différents niveaux. On a plusieurs types de musiques pour illustrer ce que le studio Nomada veut transmettre. Le thème principal étant la tristesse, beaucoup de morceaux de la soundtrack illustre la tristesse, mais aussi les moments de solitudes de Gris, sans pour autant être des musiques tristes. La soundtrack de Gris est relativement calme et apaise notre esprit quand on l’écoute. Quand on joue à Gris, c’est une musique d’ambiance qui nous accompagne dans notre promenade en plus de raconter l’histoire, je pense au moment ou la musique montre creschendo et m’ont fait comprendre que Gris essaye de s’échapper. Il y a quelque moment ou la musique n’est pas présente, ces moments sont très agréables, comme tous les moments musicaux de Gris. La musique est un énorme point fort, elle permet à Gris d’être fort émotionnellement parlant

20181229210734_1.jpg

Un Voyage Coloré

 

Si vous attendez un jeu orienté avec une narration, Gris va fortement vous décevoir. La narration se fait à partir de la musique comme je l’ai dit précédemment qui est présente et importante pour comprendre ce que ressent Gris. Le gameplay a aussi une petite place dans la narration, mais c’est surtout à travers les tableaux que la narration est constituée. Sachant que ce sont des tableaux l’interprétation est totalement subjective vu qu’on ne perçoit pas tous l’art et le message d’un tableau de la même façon. Il est très compliqué de parler de l’histoire de Gris, on sait que notre personnage est remplie de tristesse, mais cette tristesse a différentes explications qui varient sur comment on perçoit les différents tableaux. Je ne peux que vous conseillez de prendre votre temps sur ce jeu, d’analyser les différents tableaux et d’essayer de mettre des mots les différents tableaux et les métaphores. C’est un jeu qui utilisent énormément de métaphore, parfois des métaphores intelligentes, parfois des métaphores qui sont un peu des raccourcis, mais cela dépend encore une fois de comment on perçoit les métaphores.

Ce n’est pas un jeu de plateforme qui use du die and retry, c’est une promenade, une promenade de 3h qui nous fait voyager dans ce que veut nous raconter Gris. On a quelques énigmes qui tourmente un peu notre esprit, on ne sait pas si on doit aller à gauche ou à droite, mais tout est mis en place pour qu’on ne soit pas bloqué et qu’on continue le jeu normalement.

 La mise en scène est très présente, en utilisant énormément de zoom et dézoom dans les différents passages du jeu. C’était assez risqué de le faire, mais ils l’utilisent avec une telle finesse qu’il rend le jeu de plus en plus beau, particulièrement sur le dézoom qui offre une très belle perspective et nous permet d’enchaîner .les screenshot comme Lucky Luke. Quand j’ai joué à Gris, j’avais l’impression de vivre un beau voyage. Si je devais utiliser un seul mot pour illustrer ce voyage, j’utiliserais le mot poésie. Une poésie douce qui nous transporte dans l’histoire. Cette poésie est très agréable à vivre, que j’ai une petit sentiment de tristesse quand la poésie s’est terminé mais d’avoir un jeu comme Gris qui même s’il dure deux-trois heures nous donnent un sentiment de dépaysement et c’est aussi très agréable.

 

 

 

 

Finalement, son seul défaut c’est d’être sortie à quelques jours du ras de marée Smash Bros, mais par sa beauté, son propos Gris est une réussite pour le premier jeu du studio espagnole Nomada fondé par l’artiste Conrad Roset. On ressent dès les premières minutes le côté artistique et ce ressentis le confirme avec les différents tableaux. Gris est un voyage court de 3h mais qui est marquant par de belles images qui sont véhiculées.

                                             9/10   

 

Les + 

  • Une direction artistique à couper le souffle
  • Malgré un gameplay classique on ne s’ennuie jamais
  • Un jeu très fort émotionnellement
  • Un voyage magnifique
  • Une poésie apaisante par son ambiance
  • Les tableaux en plus d’être magnifiques sont très détaillés

 

Les – 

  • Trop libre à l’interprétation si on s’attend à du narratif 

Voir aussi

Jeux : 
GRIS
Ajouter à mes favoris Commenter (0)

Signaler
(Jeu vidéo)

testé pour PC, PS4 et One

Depuis The Walking Dead saison 1, les jeux narratifs à choix multiples se sont multipliés sans jamais révolutionner le genre. C’est au tour de l’éditeur français Focus a accompagné du studio bordelais Big Bad Wolf de proposer leur formule de ce genre avec comme grande proposition d’avoir un mélange de narratif et RPG.

 

Le manoir des personnes influentes

 The Council est un jeu narratif à choix multiples, à certaines phases clefs du jeu on aura deux choix qui seront cruciales pour la suite de l’aventure. La mécanique de choix et conséquence prend tout son sens dans The Council. Les propositions de choix sont bien amenés et on est sur des gros dilemmes ou il faudra peser le pour et le contres. Je trouve cela dommage que la mécanique de faire un choix, il y a tel conséquences ne soit pas présent sur la totalité du jeu. Il y a des passages du jeu obligatoire et ça remet limite en cause nos choix, on peut se demander le pourcentage ou nos choix ont un réel impact et c’est dommage, car The Council fait partie des rares jeux ou cette mécanique est bien installé.

 L’ambiance est particulièrement réussie dans The Council. On est dans une ambiance médiéval fidèle à l’époque citée qui est le 18eme siècle en pleine révolution française. L’ambiance est réussie quand on regarde les décors du manoir de lord Mortimer qui colle bien à l’ambiance générale du jeu avec les meubles et surtout les tableaux de l’époque qui sont très présents dans le jeu.

 Il y a cette volonté de la part du studio bordelais Big Bad Wolf de rattacher des événements historiques au jeu. Pour cela, on a un petit casting quatre étoiles de personnages historiques comme Napoléon Bonaparte, George Washington ou encore Manuel Godoy. Bien sûr il y a des personnages fictifs, mais qui ont un passif avec des personnages historiques comme Elizabeth Adams la fille du vice président des États-Unis, Piaggi Giuseppe qui bosse pour le pape Pie VI ou Jacques Péru qui a la particularité d’avoir un lien avec une personne réel mais à un événement puisqu’il a participé à la capture du roi Louis XVI et a pris part à la création du tribunal révolutionnaire dans le jeu. Cela renforce ce côté crédible de l’univers. Les seuls personnages fictifs et sans appartenance avec quelque chose d’historique sont notre principale, notre mère Sarah De Richet ou encore les deux hôtes : Louis Mortimer ou Sir Gregory Holm.

 Les livres sont aussi présents dans la partie historique puisqu’on retrouve des auteurs connus avant la révolution française comme les liaisons dangereuses de Pierre Choderlos de Laclos en 1782, Discours de la méthode de René Descartes en 1637 ou Organon d’Aristote. Au total si vous voulez trouver tous les livres il y en a 32. Ces livres servent à quelque chose, quand on débute un chapitre on va nous demander de choisir des livres qui peuvent nous faire gagner des points de compétences, par exemple les liaisons dangereuses apporte un point de compétence en manipulation. Sachant que les livres c’est totalement secondaire, c’est une sorte de récompense pour ceux qui ont fait l’effort de fouiller le manoir.

Ce qu’on peut mettre en faveur de Big Bad Wolf, c’est le côté jeu enquête réussi. Tout ce qui est recherche d’indice, parler aux autres personnages est très passionnant à faire. Toute l’intrigue liée à cette enquête qu’on doit faire et passionnant à faire. On la doit à l’écriture maîtrisée des quatres épisodes, des personnages complexes parfois à comprendre. Les énigmes sont passionnantes à résoudre et nous donne même du fil à retordre, on peut cependant reprocher un mauvais équilibrage entre la narration et les énigmes. La narration est très présente dans The Council, parfois un peu trop ce qui rend des épisodes moins passionnant, car moins d’énigmes ou moins de phase d’enquête. Jamais Big Bad Wolf n’a pas réussi à trouver un équilibre.

Au niveau de la narration, Big Bad Wolf nous offres une prestation très solide pour un premier jeu en plus d’une phase enquête très intéressante. La narration permet à l’enquête d’être passionnante. Narration très intéressante avec les choix et les conséquences qui sont bien écrites et qui permet beaucoup de possibilité.

Enfin la narration est présente dans les dialogues dans The Council sont extrêmement importants dans The council, c’est la qui en dehors d’un dilemme de deux choix fera changer les événements et il faudra faire les bons choix de dialogues on va bien sûr revenir sur la mécanique des fenêtres de dialogue se débloque, selon nos compétences. Cela fait partie des particularités de the Council, car chaque personnages est vulnérables à certaines compétences, mais ils peuvent avoir une immunité face à une compétence ce qui risque d’être moins sympa pour le joueur surtout lors d’une confrontation face à notre personnage qui a des conséquences, selon ce qu’on répond et pendant la confrontation on devra faire énormément d’aller retour vers le menu des personnages pour voir sur quoi il est vulnérable et sur quoi il a une immunité. Ces phases de dialogues sont très bien écrites, chaque personnages a ses particularités, un comportement tous différents.

En revanche, l’épisode cinq est décevant d’un point de vue narratif. Il est beaucoup trop court, les événements s’enchaînent et la narration est moins intéressante par rapports aux anciens épisodes. On le remarque avec les fins qui ne sont pas trop convaincante, on peut être mitigé avec ce sentiment qu’il manque quelque chose. Dans the Council épisode cinq on sent qu’ils n’ont pas eu le temps de finaliser. Le passage vers le fantastique était certes encourageant dans le 3eme épisode dans le côté surprise, car il arrive à moment ou on s’y attends moins, mais très peu abordé à l’épisode quatre et trop vite expédié à l’épisode cinq. On a même un nouveau pouvoir dans l’épisode quatre qu’on utilise de temps en temps, il est très sympa à utiliser, mais il n’est pas vraiment intégré à fond et on ne peut que le regretter que se pouvoir devient très vite un gadget utile pour deux-trois utilisations.

A la recherche du framerate

Il y a plein d’argument pour dire que techniquement c’est un jeu Focus. Au début du jeu, Louis va saigner du nez, le saignement du jeu est très mal foutu, à l’image du chara-design des personnages, quand il va prendre un mouchoir pour enlever le saignement c’est comme s’il y avait un coup de baguette magique. The coucil est un jeu d’enquête, qui dit jeu d’enquête dit un jeu ou on va pas mal bouger et il n’est pas agréable de se déplacer avec Louis qui n’a pas un pas de course assez réaliste. Il y a des visages plutôt ratés, les 3/4 des animations faciales ne sont pas présentes, surtout pour Emily qui n’a pas du tout d’expression faciale ou je pense aussi au président Washington. Il y a quand même quelques personnages qui arrivent à avoir de bonnes expressions faciales comme notre personnage Louis de Richet ou Lord Mortimer qu’on voit plus tard dans l’aventure. Techniquement on est encore une fois dans un jeu édité par Focus qui manque de moyen.

The council n’est pas vraiment un jeu qui montre la fluidité d’un jeu vidéo, on est sur du 30 FPS. Ce n’est pas fluide quand on fait par exemple le tour du second étage du manoir ou il y a toutes les chambres. On a des ralentissements toutes les cinq secondes, on peut coupler ce problème de Framerate à une caméra trop proche de notre personnage et on perd toute fluidité et point de repère. Pour revenir sur la fluidité on est vraiment sur des endroits assez vide et quand un personnage est dans le salon, généralement il ne bouge pas.

Enfin le cadeau de Noël c’est la synchronisation labiale qui n’est pas à la fête. On peut se dire que c’est la faute au budget ou peut-être de temps, mais le soucis c’est qu’au premier épisode on n’a pas ce genre de problème hormis un Framerate qui capote un peu, mais rarement et l’expression faciale pas au niveau. Le problème c’est plus avance et plus les soucis s’empire. C’est la même chose pour le framerate ou on peut penser que c’est un problème qu’ils vont régler au fur et à mesure des épisodes, mais ce n’est pas du tout le cas. Ce n’est pas une amélioration, mais une grosse régression quand on arrive à l’épisode cinq. 

Bonjour je suis détective

Dans The Council on nous laisse choisir notre classe, on a le choix entre Diplomate, Occuliste ou Détective. C’est un choix important en début jeu qui permet d’avoir les compétences de notre classe au niveau un tandis que les autres compétences des deux autres classes sont au niveau zéro. Ces compétences nous servent énormément pour ce qui est des dialogues. On a des dialogues simples et des dialogues qui nous feront utiliser nos capacités si elle est suffisamment haute. Il faudra faire attention aux compétences qu’on va choisir et aussi si j’utilise un dialogue simple ou non, car quand j’utilise par exemple un dialogue qui requiert de la logique bah j’utilise des points d’efforts donc là aussi, il faudra être prudent dans ce qu’on va faire, même si par coups d’explorations on trouve facilement de quoi nous redonner des points d’efforts.

J’aurais aimé avoir un doublage FR pour une question d’immersion. Quand on a une discussion en anglais entre Louis de Richet et Napoleon Bonaparte, je trouve que cela n’a pas de sens et casse complètement l’immersion. Au niveau du doublage je trouve qu’il est complètement raté et trop cliché pour certains personnages comme Napoléon Bonaparte qui correspond au cliché du mec qui parle mal anglais, au niveau sonore c’est fatiguant. Le doublage de Louis de Richet est plutôt correcte, mais il y a des passages et beaucoup de passage ou le doublage n’est pas au niveau.

Au niveau de la durée de vie, Big Bad Wolf nous offres des épisodes plutôt longs. J’ai compté sur du 2-3h pour les épisodes allant du premier au quatrième épisodes, cette durée de vie s’augmente si on fait énormément d’exploration pour trouver tous les livres ou pour faire plus simple en faisant les différentes fins on en a pour une bonne quinzaine d’heure.

La musique composé par Olivier Derivière est d’excellente facture, cependant j’ai eu l’impression d’entendre toujours la même musique et cette musique peut taper sur le système. C’est dommage, de ne pas utiliser le plein potentiel du compositeur et d’offrir une plus grande variété.

 

 

 

 


The council a de bonnes idées, pour un premier jeu le studio français Big Bad Wolf se débrouille plutôt bien dans la narration et le jeu d’enquête. Cependant, on a l’habitude avec les jeux Focus c’est qu’ils souffrent d’un budget pas assez conséquent pour ce genre de jeu ce qui rend de très gros problème technique et en fait un moins bon jeu. On espère que Focus va doubler le paquet un jour, car cette année c’est ce qu’on leurs reproche principalement et pour Big Bad Wolf, on voit le potentiel et on espère un second jeu plus aboutis techniquement parlant, car le talent ils en ont.

              5/10

Les + : 

- Un très bon jeu d'enquête 

- Une narration très intéressante pendant quatre épisodes 

- Un casting historique quatre étoiles 

- Des choix et énormément de conséquences 

- Le côté RPG bien intégré au jeu 

 

Les -  : 

- Techniquement c'est un jeu édité par Focus 

- Une synchro labiale à la ramasse

- Un Framerate très aléatoire 

- Un mauvais équilibreage entre la narration et les énigmes 

- Un doublage raté 

- Le côté fantastique mal intégré à l'univers principal du jeu 

- Un sentiment de rush qui le rend extrêmement frustrant dans sa narration et ses difféérentes fins 

- Toujours la même musique 

 

 

 

 

Ajouter à mes favoris Commenter (0)

Signaler
Edito- Actu débrief (Jeu vidéo)

 

C’est ce qu’on voit sur GitHub avec le code « Xbox_paiwise_ID » découvert il y a quelques jours par des joueurs. Reste à savoir ce qui va être mis en place, sachant que ni Steam et Xbox n’ont pas communiqué à ce sujet.

Au premier coup d’oeil, je vois bien du crossplay entre joueur One et joueur Steam. J’ai du mal à voir la plateforme steam sur One.

 

Sans surprise la bataille RDR2 vs Black Ops 4 

 

Le choc des titans continue entre les deux blockbusters Américain : RDR2 et Call of Duty Black Ops 4 qui sont bien partis pour être sur le podium de l’année 2018 voir même les deux premières places, ah moins que Smash Bros soit un énorme phénomène ce qui est fort possible. C’est un bon mois pour Activision avec la trilogie Spyro qui prouve que les joueurs sont nostalgiques et cela risque d’être le cas lors de la sortie de Crash Team Racing. BF5 s’en tire pas mal malgré tout avec une troisième place, mais la grosse surprise c’est Fallout 76 qui arrive 4eme. Je pense que les gens ont voulu tester le jeu et lui donner une petite chance. Je pense qu’il risque de complètement disparaître au vu des différents bad buzz et cette baisse de prix qui montre que personne n’en veut.

Enfin je noterais la bonne surprise de Pokemon let’s Go Pikachu et Evoli qui pour un remake adapté pour les joueurs de Pokemon GO se place plutôt haut avec la 5eme et 6eme place. Je n’ai pas trop eu l’impression que la Switch s’est énormément vendu et que c’est un succès autour des gens qui ont une Switch et ce sera intéressant dans un premier temps s’il y aura un succès au long terme et de voir comment sera pokemon par rapports aux autres exclues fortes de la Switch.

Capture.PNG

Au niveau de l’année, sans surprise on retrouve RDR2 et Black Ops 4 et ce sera surement le podium de l’année qui sera complétée par Smash Bros Ultimate.

Capture.PNG

 

Une nouvelle classe pour Torchlight Frontiers 

 

Le mage du crépuscule c’est la dernière classe présentée dans Torchlight Frontiers. C’est une classe magique maniant le pouvoir de la lumière et des ténèbres.

 

Skater XL arrive en Early Access

 

Easy Day Studio a annoncé avec un trailer l’arrivée de Skater XL en Early Access sur Steam. Skater XL c’est un peu le retour des jeux de Skateboard puisque sa version mobile visiblement assez connu mondialement. 

 

London Detective Mysteria est sortie

 

Le light Novel London Detective Mysteria est sortie sur PS Vita le 18 décembre. La version PC sera annoncé plus tard.

London Dectective Mysteria c’est le premier light novel édité par XSEED Games. On est dans un jeu d’enquête qui se passe en Angleterre pendant l’ère Victorienne. Si cela vous intéresse une démo est sur le playstation store.

 

Funcom n’abandonne pas avec Conan

 

Funcom ne semble pas vouloir abandonner Conan puisqu’ils annoncent un nouveau jeu de la licence Conan le Barbare avec Conan Uncoquered qui est un jeu de stratégie développé par les développeurs de Command Conquer et Dune 2.

Il a l’air plutôt solide, dans ce qu’il propose et on a une première fenêtre de sortie au T2 2019. Funcom en a aussi profité pour annoncer qu’ils bossent sur un jeu solo Conan.

 

Pas un joyeux Noël pour Daybreak

 

C’est sur un tweet depuis supprimé que l’ancien directeur de Daybreak John Smedley a alerté le public d’une vague de licenciements. Daybreak a confirmé par la suite cette info en précisant dans son communiqué d’optimiser la structure pour rester compétitif. Ce n’est pas la première qu’une crise est au centre du studio puisque lors du lancement officiel de H1Z1 il y a eu une grosse vague de licenciement.

Quelque chose me dit que cela ne va pas très bien pour Daybreak qui au moment ou ils remontaient la pente et je pensais que le studio serait stable. Ils n’ont pas su profité du succès de H1Z1 qui est limite un Battle royale mort face à la concurrence de de PUBG et Fortnite

 

Des records à Gogo pour Smash Bros Ultimate

 

Vous avez sans doute entendu parlé de Smash Bros, un petit jeu indé qu’on n’entend pas du tout parler. C’est un énorme succès dans le monde. Au Japon il s’est vendu à 1,23 million d’exemplaire lors de son weekend de lancement. Pour faire une petite comparaison Smash bros 3DS et Wii U a fait 987 239 exemplaires et Brawl 816 198 unités

Dans les autres pays c’est aussi un carton gigantesque aux USA et en grande Bretagne, on parle aux Etats-Unis de l’exclu la plus vendue et je pense que c’est loin d’être fini. En Europe on estime qu’après les premiers jours de la sortie qu’il s’est écoulée à plus de cinq millions d’exemplaires.

 

Un joli succès pour Quantic Dream

 

Detroit Become Human est un joli succès pour Quantic Dream et Sony puisqu’il a atteint les deux millions d’unités depuis sa sortie le 25 mai.

Detroit Become Human commence à avoir un bon public, pas mal de fois nommé dans des catégories et ce succès montre aussi un aboutissement dans ce qu’essaie de faire Quantic Dream depuis trois jeux

 

Le cofondateur de Sledgehammer Games quitte activision 

 

C’est sur twitter que le confondateur de Sledgehammer Games a quitté Activision pour de nouveaux projets. Il était co directeur et producteur de Call of Duty : Modern Warfare 3,  Call of Duty : Advanced Warfare et Call of Duty : WWII.

C’est une annonce qui peut être surprenant puisque qu’il y a quelques mois il a quitté son studio pour occuper un nouveau rôle chez activision

 

Tropico 6 ouvre sa bêta

 

Si vous attendez sagement Tropico 6 sachez que si vous avez précommandé le jeu vous aurez accès à la bêta et incarner le fameux El Présidente

 

Metro Exodus est passé Gold 

 

Et il sortira une semaine plus tôt c’est-à-dire le 15 février 2019 sur Steam, PS4 et One

 

Pagan Online s’annonce 

 

Wargaming et Mad Head Games ont dévoilé la première bande annonce de Gameplay de Pagan Online un RPG avec un côté hackn’slash sur PC en 2019. Si vous êtes intéressé vous pouvez vous inscrire à des tests de pré-lancement sur le site

Je trouve qu’il est très dynamique, il y a un côté moba qui ajoute ce dynamisme donc on suivra les futurs annonces.

 

Enfin du nouveau pour Away : Journey to the Unexpected 

 

On n’avait pas eu de nouvel de Away depuis son annonce lors de l’E3 2017. C’est lors du Kinda Funny Showcase que le jeu refait surface avec une date de sortie qui est le 5 février sur PS4, le 7 sur Switch et le 8 sur Xbox One. On attend encore une date de sortie sur PC.

Away : Journey to the Unexpected est un FPS d’aventure développé par Aurelien Regard (The Next Penelope) et Jean-Matthieu Gennisson (Level Designer sur Rayman Legends, Monster Boy et Pix The Cat) on est sur un titre assez multicouleur qui se veut mignon. Niveau histoire on incarne tout simplement un jeune garçon qui n’a pas des compétences hors normes, juste normal.

Il y a un côté Roguelite dans le titre. C’est un monde ouvert qui a des parties pas tout de suite accessible et qu’on devra déverrouiller en finissant des quêtes.

Ce jeu est beaucoup trop mignon, j’ai hâte de le faire

Ajouter à mes favoris Commenter (0)

Signaler
Test (Jeu vidéo)

Testé pour PC 

 

The room three continue à faire son bonhomme de chemin après deux portages réussi sur PC. Deux après le portage du deux arrive le troisième opus considéré comme le plus abouti de cette trilogie, reste à savoir si Fireproof Games continue à bien porter cette licence sur PC .

 

 

L’artisan me lance un défi 

 

Cette fois-ci, on est bloqué pour une drôle de raison sur une mystérieuse île et on doit en sortir. Comparé aux autres opus l’histoire à un sens avec un début et une fin, même plusieurs avec au total quatre fins différentes des unes des autres. Au cours de notre aventure on est dans un hub central, il faudra réunir quatre clefs, ces clefs vont nous permettre d’accéder à une salle finale ou il faudra résoudre une dernière énigme pour finir le jeu. Chaque salle à ses propres énigmes, leurs propres thème visuelle ce qui nous permet d’avoir différents décors. The room Three a un rythme extrêmement intense au niveau des énigmes, on ne passe jamais cinq minutes sans avoir une énigme. La particularité de ce the Room Three c’est sur certains moments on devra faire des allers-retours et le jeu ne nous préviendra pas. Il faudra rester vigilant et surtout bien analyser les différents endroits, car on risque de revenir.

Il y a petit effort senti dans la narration, ce n’est pas comme les autres opus ou l’histoire servait de décors, elle est au centre du jeu même si elle est anecdotique. L’effort est senti au cours de l’aventure, on peut lire des lettres envoyées par l’artisan. Ces lettres ne sont pas vraiment intéressantes d’un point de vue narration, The Room n’est pas une série de jeu narratif. Ce qui est intéressant dans les lettres c’est que l’artisan nous met vraiment au défi, il y a ce sentiment qu’il joue avec nous et ça rend le jeu intriguant en lisant les différentes lettres. Cela ramène en plus des énigmes, un côté intriguant. 

Comparé aux anciens opus, ces énigmes sont décevantes. On retrouve énormément la mécanique de tourner ou descendre voir monter un levier. Je considère que les énigmes de the room three se ressemble beaucoup dans la conception de base même si dans les détails elles sont différentes, mais ça reste le même principe, il faut comprendre la logique des énigmes. Il y a quelques énigmes qui ont des subtilités différentes et quand on bloque on a un système d’aide, qui arrive, parfois ou nous donnes quelques indices, parfois on a le droit à cinq indices. Le soucis de ce système c’est qu’il ne faut pas trop attendre pour avoir un premier indice, ça permet d’éviter tout découragement de la part des joueurs moins exigeant. Le soucis de ce système c’est les aides qui deviennent une sorte de backseat. On a beaucoup trop d’infos et ça peut être dérangeant, car sur ce style de jeu on a un sentiment d’accomplissement quand on résout quelque chose de difficile tout seul. Avec toutes ses énigmes si on veut faire qu’une seule fin on en a entre 5-10h de jeu, selon notre niveau. Si on veut les différentes fins, on peut ajouter deux bonnes heures

20181130222033_1

 

 

Comme quoi il y a de bons portages de jeu smartphone sur PC 

 

The room a beau être des portages de jeux Smartphone qui font leurs bonhommes de route et continue de faire bonne impression que ce soit sur Smartphone ou sur les portages des deux premiers opus continue à tracer sa route et commence à avoir une bonne fanbase qui attendent les jeux. Je suis toujours impressionné par les graphismes du jeu et la qualité technique pour un jeu Smartphone. Ils bossent très bien les portages et ça nous permet d’avoir une très bonne expérience. ça change de nombreux portages ratés de jeux smartphone. Dans The Room three on a un jeu beaucoup plus profond dans les textures. J’aime beaucoup les différents décors du jeu. Techniquement ce portage est réussi même si à deux passages du jeu, j’ai noté une baisse de framerate, mais rien de dérangeant, ça reste assez court et ça ne perturbe rien.

Du côté musical, c’est un peu la douche froide, le jeu est bien, il a des qualités et on prend du plaisir à résoudre les énigmes, le problème étant que ça manque de musiques de fonds, d’une musique de motivation quand on résout une énigme et ça rend une ambiance très froide et vide. Fort heureusement, le sound effect est solide dans sa globalité, cela permet d’éviter un trop gros vide même s’il est présent par le manque de musique. Ce sound effect s’imprime bien avec l’ambiance du jeu. On entend un gros clocher, on entend un bruit quand on active un levier ou qu’on reste devant une horloge.

La licence the room continue à être très sympathique dans ce qu’elle propose, on apprécie qu’elle a tenté de proposer une histoire, une histoire plus centrale dans le jeu, mais reste beaucoup trop anecdotique. C’est un opus qui peut diviser par son côté accessible avec un système qui nous donne les réponses aux énigmes beaucoup trop facilement. Dans ce The room tout est une question de comprendre la logique des énigmes qui sont à peu près pareils. Une fois qu’on comprend la logique le jeu semble moins intéressant, mais si on veut toutes les fins, le jeu retrouve de l’intérêt.

Les +  Les –
– Plein d’énigmes

 

– Une volonté d’avoir une histoire au centre du jeu

– Les différentes fins

– Sound Effect solide

– Un jeu accessible à tout le monde

– pas de fausse note d’un point de vue technique

 

 

– Des énigmes trop répétitives

– Le système d’aide va trop loin

– Une histoire finalement anecdotique

– manque d’un thème musical

 

 

 

 

 

6/10

 

Ajouter à mes favoris Commenter (0)

Signaler
Edito- Actu débrief (Jeu vidéo)

PRIX :

 

Best action Game : Dead Cells

Je suis très content pour Dead Cells qui remporte le titre de meilleur jeux d’action devant de gros jeux commercial comme Black Ops 4, Destiny 2 ou Far Cry 5. Quelle belle aventure pour Motion Twin depuis l’early acces l’année dernière.

Best RPG : Monster Hunter World

Ce n’est pas une surprise pour Monster Hunter World, un énorme carton que ce soit sur console ou sur PC. Capcom a eu raison de faire un épisode sur l’accessibilité de la licence et a pu offrir de très bons moments de chasse.

Best Narrative : Red dead Redemption 2

On m’a souvent vanté la narration de ce RDR2 je pense que c’est assez logique, Detroit avait du potentiel, mais remplis de clichés et God a une narration beaucoup trop classique et ce n’est pas le point fort du jeu.

Best Performance : Roger Clark

C’était pas évident à choisir, tout le monde pouvait l’emporter. Je pensais que Bryan Dechart allait l’emporter avec sa prestation hors-norme sur Detroit Become Human, on s’attache à son personnage, ses expressions faciales sont vraiment impressionnante. Pareil pour Christopher Judge qui incarne Kratos et la façon dont il dit “boy” est mémorable. Mais d’après ce que j’ai pu entendre, c’est totalement mérité pour Roger Clark qui incarne Arthur Morgan dans Red Dead Redemption 2.

Best Score Music : Red Dead Redemption 2

Je suis déçu, Celeste avait une bande son magnifique, agréable à écouter. Après, j’ai souvent entendu dire que l’OST de RDR2 était pas mal du tout et des musiques bien choisies avec les différents environnement. 

Best Audio Design  : Red Dead Redemption 2

L’audio Design de RDR2 est pour moi le point fort du jeu, on peut parler pendant longtemps du Sound Design de RDR2 qui a surement la meilleure immersion si on oublie le côté immersion, mais je vais rester sur les bruits des pas de chevaux. Je pense que c’est pour cela qu’on adore prendre le cheval pour les trajets et c’est pour cela que c’est agréable de faire de longs trajets.

Best Art Direction : Return of the Obra Dinn

Je pensais que God Of War remportera le titre de meilleures DA, qui est une grosse claque, mais je suis content que le travail de Lucas Pop soit récompensé. Return of the Obra Dinn est un titre différent de l’industrie, de même pour sa direction artistique, je suis content que le travail et l’originalité soient récompensées.

Best VR/AR Games : Astro Bot

C’était mon favoris, ce jeu nous a montré que la VR pouvait faire autre chose que du FPS. Il a une ADN ce Astro Bot. C’est pour cela qui le mérite totalement. Moss aussi pouvait l’emporter ,mais le Game Design d’Astro Bot va beaucoup plus loin.

Best Debut Indie Game : The Messenger

Pour moi The Messenger est un peu surestimé et n’est pas aussi exceptionnel même s’il est très sympathique. J’aurais bien voulu que ce soit Yoku’s Island qui l’emporte pour son côté très fun.

Best Fighting Game : Dragon Ball FighterZ

C’est tout sauf une surprise, ce fût une excellente année pour les jeux de combats, mais Dragon Ball FighterZ a mis la barre plus haute et arrive à être en même temps plaisant pour les gens pas trop familier avec le versus et le gens qui recherche du compétitif. Bandai Namco a eu raison de confier le jeu à Ark System Works.

Best Family Game : Overcooked 2

Je dois avouer, selon moi,Overcooked 2 est plus un jeu pour créer des disputes que plutôt rassembler. Bon, preuve de plaisanterie, c’est largement mérité. Ils vont au bout du concept et surtout le principe de plus t’es nombreux, plus le jeu est difficile est une excellente idée pour rajouter plus de dispute et de fous rires.

Best Strategie Games : Into The Breach

Très content de la belle histoire des développeurs de FTL, avec cette fois-çi Into The Breach qui a d’excellents retours positifs.

Best Independant Games : Celeste

Sûrement la catégorie la plus incertaine, à part Messenger qui pour moi ne mérite pas d’être dans la liste, tous les jeux pouvaient l’emporter, même si je pense que le seul concurrent de Celeste était Dead Cells. Ce n’était pas évident à choisir, car ce sont deux jeux complètement différent, deux jeux qui sont des réussites commerciales. Ce qui a fait balancer du côté de Celeste c’est au niveau de la retombé médiatique je pense.

Best Sport Racing Games : Forza Horizon 4

Rien de plus à préciser, Playground confirme qu’ils ont fait le meilleur jeu de course pour les gens qui recherchent avant tout du fun. Depuis le premier Forza Horizon, ils sont toujours en pleine progression.

Best action adventure : God of War

Je pensais qu’au début ce serait plutôt un award pour Assassin’s Creed Odyssey ou Spider-Man, mais quand on y pense, c’est logique que cela revienne à God of War, il y a vraiment ce côté aventure très bien rythmé dans God of War et niveau action c’est du solide.

Game for Impact : Celeste

 

 

Best Multiplayer : Fortnite

Bien évidemment, Fortnite, c’est tellement un énorme succès, pas de faux pas dans son Game Design, c’est logique.

Best Game Direction : God of War

C’est totalement mérité, God of War est un jeu maîtrisé, du début à la fin, c’est compliqué de lui reprocher quelque chose, il est donc logique qu’il soit récompensé.  

Best On Going Game : Fortnite

Comme pour le meilleur jeu multijoueur, évidemment Fortnite. Epic Gère très bien ce qu’ils font. Le jeu est régulièrement mis à jour, jamais on peut se lasser, les modes de jeux temporaires apporte à chaque fois quelque chose de nouveau en plus de fun. Ce que fait Epic Games est un exemple d’une sorte de Game as Service sans que ce soit abusé pour le joueur.

Game of the Year : God of War

énormément de gens s’attendaient en tant que grand gagnant mais c’est finalement God of War qui chipe le graal à Red Dead Redemption. Selon moi c’était le grand favori de la récompense et je vais vous expliquer, selon mes arguments pourquoi RDR2 n’a pas remporté le GOTY. RDR2 souffre d’un gros soucis de rythme, les premiers chapitre ou l’histoire prend du temps à se développer. Second point, je pense que les bugs qui tournent sur internet autour du jeu à peut-être coûter le GOTY à RDR2. Le troisième point c’est le gameplay, RDR2 a d’énormément qualités et ce n’est pas pour rien qu’il a remporté pas mal de récompenses, mais il souffre de son Gameplay. Alors, je n’ai pas encore fait RDR2 donc ce sera de ce que j’ai vu, mais pour ce qui est du déplacement d’Arthur Morgan, ce n’est pas possible de faire un jeu long et que le perso que tu incarnes a un balai dans le cul, les gunfight j’ai l’impression de voir et revoir de la sauce rockstar et il serait temps qu’ils s’améliorent dans ce domaine. Enfin, il y a un côté simulation qui tue le plaisir dans Red Dead Redemption 2, trop d’éléments qui font pas jeux vidéo, qui casse le rythme et on ne joue pas à un jeu pour respecter les lois de la nature pour moi, c’est bien d’avoir du réalisme, mais faut que ce soit équilibré. God of War le mérite, car il maîtrise ce qu’il fait, Kratos est très plaisant à jouer. Je pense aussi qu’il y a eu cette envie de récompenser God Of War et le studio de Sony : Santa Monica pour tout le boulot qu’ils ont fourni et ça se ressent depuis la sortie du jeu qui fut difficile.

 

 

ANNONCES :

On commence avec Journey to the Savage planet le premier jeu de Typhoon Studios. On est plongé dans un mystérieux univers avec un mixte entre du coloré et une sorte de post apo. Il est édité par 505 Games et il sortira en 2019 sur PC, One et PS4

The Stanley Parable s’offre une version Deluxe avec de nouveaux choix, de nouvelles fonctionnalités et surtout de nouvelles fins.  Ce sera pour 2019 sur PC et sur console même si on ne sait pas quelle console.

Among Trees m’intrigue énormément par sa DA, je suis curieux de savoir à quoi on va jouer. Visiblement ce sera un jeu de survis, peut-être un côté Walking simulator. Le trailer était en Pré Alpha, mais l’Early Access sort en 2019 sur Steam. C’est le premier jeu du Studio FJRD

Marvel Ultimate Alliance est de retour, mais en exclusivité sur Switch. Je ne le trouve pas top techniquement, mais le côté Beat Them All est sympa, le casting est plutôt plaisant avec des noms bien connus. C’est développé par Team Ninja et c’est nintendo s’occupe de la commercialisation.

On a eu la confirmation d’un nouveau Far Cry qui ne sera pas canonique avec Far Cry : New Dawn. Visiblement l’annonce de Rage avant l’E3 dernier a fortement inspiré Ubisoft puisqu’on est dans un monde apo avec beaucoup de couleurs qui ne sont pas réputés pour être discret. Le jeu a l’air sympa, mais ça reste un jeu ubisoft, je pense qu’on est sur un développement assez court donc on aura le même soucis que le 5. Il est prévu pour le 15 février 2019.

Supergiant Games a présenté leurs prochains jeux, il s’agit de Hades disponible en Early Acces sur Epic Games. Comme pour Bastion et Transistor il y a une DA qu’on retrouve dans les jeux supergiant. On a affaire à un rogue Like très dynamique, il me tente pas mal du tout.

On attendait beaucoup du prochain jeu de Patrice Désilets, le voici avec Ancestors Humankind Odyssey, le premier jeu de son studio et édité par Private Division (Take Two). Il est prévu pour l’année fiscale 2019 sur PC, PS4 et Xbox One. Ancestors m’intrigue tout d’abord l’époque où il se déroule. On est loin de l’époque des australopithèque et on incarne des Hominidé tout en parcourant les beaux paysages d’Afrique. Je suis très curieux de comment va se dérouler l’aventure, ce que le jeu va nous proposer, je vais le suivre de très près.

Scavengers est un jeu multijoueur survis, je n’ai pas vu d’image du jeu, donc à voir. C’est développé par Midwinter Entertainment qui est un studio fondé par d’anciens devs d’Halo donc niveau Game Design ce sera solide.

Le chapitre 11 de Dead By Daylight : Darkness Amgon Us sort le 11 décembre sur PS4, One et PC avec une nouvelle carte, un nouveau survivant et un nouveau tueur plus difficile à trouver, car il ressemble à quelqu’un de normal. Je suis curieux de voir comment sera la difficulté, je pense que ça va apporter un plus

On a enfin l’officialisation d’un remake de Crash Team Racing qui se nomme Crash Team Racing Nitro-Fueled qui comme pour Crash Bandicoot N Sane Trilogy et Spyro Reignited Trilogy est une énorme refonte HD  et ça fait plutôt plaisir. J’ai hâte de pouvoir jouer au jeu en multi. Beenox s’occupe du développement et il sort le 21 Juin sur PS4, Switch et Xbox One, parfait pour les grandes vacances.

On attendait beaucoup de l’annonce d’obsidian, je ne suis pas déçu avec The Outer Worlds qui est un mélange entre du Fallout et surtout Fallout New Vegas dans les quelques images de Gameplay et du monde futuriste à la Bordelands. J’ai envie d’en savoir plus sur l’univers. Private Division l’édite, il sort dans l’année fiscale de 2019 et on le retrouvera sur PS4, Steam et Xbox One .

Déjà présent sur PC, on apprend que Dauntless l’action RPG développé par Phoenix Labs va élargir ses horizons avec une sortie tout d’abord sur le Store d’Epic en 2019, mais aussi sur PS4 et One à la même date. Il y a un côté cartoon qui me dérange dans ce jeu, les visages me font trop penser à du fortnite. Après, j’ai envie de voir ce que le jeu va proposer au niveau du bestiaire, je me dis qu’il peut ressembler à du Monster Hunter.

Je m’attendais pas à ce que Hello Games annonce un nouveau jeu après d’avoir fait renaître des cendres No Man Sky. Pour le prochain jeu il est considéré comme un Short Game donc je pense qu’il aura la même histoire de développement que No Man Sky. The Last Campfire a une DA qui tape dans l’oeil, je pense qu’on va vivre une belle aventure. Sortie prévu en 2019

les créateurs d’Ark ont annoncé leur nouveau jeu : Atlas. On est plongé dans un MMO Pirate. Il me sauce énormément ce jeu, je pense que d’un point de vue contenu il y aura pas mal de choses à faire et je trouve le PVP bien foutu. Il est développé par Grapheshot Games et il sort le 13 décembre sur PC.

Survived By développé par Human Head Studis et édité par Digital Extremes est un rogue like en pixel art. Le jeu a l’air d’avoir une histoire plutôt marrante, le trailer l’est en tout cas. Il est désormais en Early Acces sur Steam.

On a enfin une fenêtre de sortie pour Psychonauts 2 développé par Double Fine Production et cette fois-ci édité par Starbreeze Studios. Il est prévu pour 2019.

Rage 2 continue confirme son côté FPS défouloir de cette génération avec une date de sortie qui sera le 14 Mai 2019. J’ai très hâte de me défouler dans cet univers.

Enfin la dernière annonce des Games Awards c’est l’annonce du premier DLC de Smash. C’est une surprise, car c’est une nouvelle licence qui arrive dans Smash avec Joker de Persona 5. Je trouve que pour un premier DLC c’est un énorme morceau et je pense que son gameplay va apporter quelque chose de plus sur Smash.

 

Ajouter à mes favoris Commenter (0)

Signaler

Takeshi Armaki prend les rênes de Luminous 

 

La démission de Tabata a fait tellement de bruit qu’on a complètement oublié qui se prendra sa place. On apprend sans surprise que ce sera Takeshi Aramaki qui essaye d’achever FF XV avec le DLC Ardyn en mars et il était main programmeur pour FF XV. On verra ce qu’il fera sur le fameux projet secret pour la PS5.

De son côté l’ancien COO et Head of Studio de Luminous, Hajime Tabata ne perd pas de temps puisqu’il a fondé JP Games. On aura plus d’info en janvier 2019, mois de lancement de la boite.

 

Le grand retour de Valve 

 

Le grand retour de Valve est réussi avec Artifact le jeu de carte de l’univers de DOTA 2. Il devance PUBG et un autre nouveau venu dans le classement X4 : Foundations de Egsoft un jeu de simulation spatiale, on doit gérer un empire et explorer l’espace. Il était très attendu sur Steam. Enfin le DLC d’Euro Truck Simulator 2, Beyond the Batlic Sea est 6eme et montre qu’il arrive toujours à avoir un succès.

 

Firewatch arrive le 17 décembre sur Switch

 

Il a pris un peu de retard, mais les joueurs Switch auront Firewatch pour la fin d’année de quoi passer un bon Noël devant un jeu fort intéressant dans sa réflexion.

Dans Firerwatch, on incarne Henry qui est à un stade délicat de sa vie. Il décide de se reconvertir en garde forestier et c’est sur ses jolis paysages forestier que va se dérouler l’histoire.

 

Une compilation Assasin’s Creed pour la Switch? 

 

La rumeur vient de la boutique allemande Medla Makt qui a listé sur son site un jeu qui se nomme ACC sur Nintendo Switch. Sachant que l’éditeur c’est Ubisoft on peut supposer à une compilation à l’image de l’Ezio Collection sorti sur PS4 et One. On pourrait aussi avoir tous les premiers épisodes de la licence jusqu’à Black Flag. Si c’est le cas, il est probable que ce sera dispo sur les autres consoles, mais je pense que c’est probable et intelligent de la part d’Ubisoft. Assasin’s Creed Oddysey et Origins sont deux succès colossaux auprès des gens n’ayant pas fait les anciens. Avec cette compilation, ils pourront découvrir la licence et surtout le lore d’AC très riche.

 

 

Pas de Rocksteady pendant les Game Awards 

 

Le journaliste de Kotaku avait démenti cette rumeur sur un jeu Superman pour Rocksteady. On a eu la confirmation par Sefton Hill le cofondateur du studio que leur prochaine production ne sera pas Superman et il n’y aura pas d’annonce pour les Games Awards. Je trouve que c’est une communication intelligente de la part du studio, la rumeur prenait de plus en plus de place et pas mal de gens partaient du principe que c’était officiel, au moins lors de l’annonce, il n’y aura pas de déçus.

En revanche, Jason Schreier a révélé que le prochain jeu impliquerait « un groupe de super héros » ce qui permet de monter la rumeur de fin septembre sur un projet Justice League. 

 

Elite Dangerous Beyond arrive le 11 décembre

 

Considéré comme l’une des grosses extensions de l’année pour Elite Dangerous, le chapitre 4 Beyond arrive le 11 décembre sur PC/PS4 et One. 

Au programme de cette dernière extension deux nouveaux navires, un nouveau système de découverte pour l’exportation, des techniques explorations avancés ou encore pas mal d’options multijoueurs. Énormément de choses sont annoncés avec Beyond, de quoi faire revenir les joueurs qui étaient impatient d’avoir du contenu.

 

 

Sundered : édition surnaturelle arrive le 21 décembre sur Switch et Xbox one 

 

Thunder Lotus a annoncé que l’édition surnaturelle arriverait sur Switch et Xbox One le 21 décembre. On pourra plonger dans ce metroidvania dessiné à la main et on devra résister à d’anciennes puissances surnaturelle pas mal inspiré par les oeuvres Lovecraft.

Dans cette édition il y aura le mode mutijoueur local pouvant accueillir jusqu’à 4 joueur, de nouvelles zones et un combat contre un nouveau boss qui se nomme le Magnat du Gong. Pour les versions PC et PS4 elle arrivera sous forme de Mise à jour se nommant : Magnat du Gong

 

 

Carmageddon dans le camion poubelle de THQ Nordic 

 

Nouvelle acquisition pour THQ Nordic qui ont récupéré la propriété intellectuelle de Stainless Games : Carmageddon.

Carmageddon c’est un jeu de combat de véhicule sorti sur PC en 1997 qui a ensuite été porté sur d’autres consoles. On aura un énième remaster quand THQ acquiert une IP, mais à voir ce qui feront par la suite, c’est l’incompréhension total du futur de THQ avec toutes les acquisitions.

 

Trois nouveaux personnage pour Tekken 7 

 

C’était lors du Tekken World Tour 2018 Finals à Amsterdam que Bandai Namco dévoile trois nouveaux personnages, il s’agit de Craig Marduk, Armor King et Julia Chung. Pour Craig Marduk et Armor King ils sont jouables pour les détenteurs du Season Pass 2 ou les personnes qui ont acheté les packs DLC 6 et DLC7. Quant à Julia elle arrivera en même temps que Negan qui n’ont pas encore de date

Craig Marduk est australien et pratique le Vale Tudo. Après son combat contre Armor King, il s’est réveillé à l’hôpital avec d’étranges marques d’injection sur son corps. Cherchant des réponses il essaye de localiser Armor King. 

Armur King est un catcheur professionnel. Après son combat contre Craig Marduk, il reçoit une lettre de son adversaire Maruk qui demande une revanche. Marduk promet promet que s »il perd, il arrête de combattre, s’il gagne, le masque de Armor King serait enlevé de force. Il décide d’accepter le défi.

Julia Chang vient des USA et pratique le Xin Yi Liu He Quaan et Baji Quan. Julia était une combattante masquée, elle a arrêté pour se concentrer pour un projet loin des combats. Mais ayant besoin d’argent elle doit reprendre les combats et décide d’affronter Kazuya Mishima pour attirer du monde et financer son projet.

 

La super music collection de Pokemon let’s Go disponible

 

Vous aimez, Pokemon ? vous aimez les musiques Pokemon ? Pokemon Company International ont annoncé la Super Music Collection déjà disponible sur Itunes. On retrouvera 60 musiques, des sounds effect et 50 bonus remixés du jeu original : Pokemon Yello Special édition Pikachu

Ajouter à mes favoris Commenter (0)

Signaler
(Jeu vidéo)

Véritable petite perle du début, le jeu français Ghost of The Tale avance à vite allure pour une version console qui devrait arriver très bientôt 

C’est sur le site officielle de Ghost of The Tale que le créateur du jeu SeithCG, nous parle du portage sur console, plus précisément sur PS4 et One. Après une discussion avec leur distributeur au sujet de la One, il n’était pas très judicieux de la sortir dans ses périodes de fêtes et la mettre pour février 2019. Pourquoi février, car c’est la porte de sortie de la version PS4 et je pense que c’est plutôt judicieux pour le jeu d’avoir la sortie des deux versions consoles en simultané pour toucher un maximum de personnes. Je vous invite vivement à y jouer. 

Ajouter à mes favoris Commenter (0)

Signaler
(Jeu vidéo)

On parle souvent de Shenmue, que ce soit en bien ou en mal. On va parler en bien de Shenmue 3 et plutôt d’argent, puisque le kickstarter a rapporté 7 millions de dollars

2 millions, c’est la somme récolté après l’annonce du Kickstarter lors de l’annonce à la conférence Sony à l’E3 2015. Après l’annonce du kickstarter lors de la conférence E3 de Sony. Nous sommes le 27 Novembre et on a appris il y a quelques jours, que cette campagne a rapporté plus de 7 millions de dollars et un total de 81 087 Backers.

 

C’est un énorme somme, le soutient des fans étaient très présents et plus qu’à espérer que Shenmue 3 aura peut-être une fin de développement tranquille puisqu’il sortira le 27 août 2019.

Voir aussi

Jeux : 
Shenmue III
Ajouter à mes favoris Commenter (0)

Signaler
Jeux vidéo (Jeu vidéo)

Testé pour PC 

Dans les indés il y a des projets qui sont importants pourpas mal de développeurs et qui n’ont jamais abandonnémalgré les difficultés. C’est le cas de Light Fairytale un projet important pour le développeur français, Neko Works qui veut faire un hommage aux JRPG des années 90 sous forme de format épisodique. Depuis quelques jours, l’épisode 1est sorti en Early Acces.

Light Fairytale nous plonge dans un univers assez triste, sans qu’on nous explique la raison, les habitants habitent sous terre, loin du soleil et de la lumière. L’histoire débute avec un visuel magnifique montrant un beau ciel bleu et du gazon. Ce visuel c’est le rêve de Haru le personnage principal. L’histoire en elle-même est plutôt sympa à suivre, on essaye de comprendre pourquoi la vie est souterraine, pourquoi la tristesse est présente et surtout et qu’est devenu le reste du monde. Bien sûr ces questions ne sont pas abordées dans cet early acces, mais cela annonce du bon quand l’épisode 1 sera en entier. Les deux personnages sont touchants, arrive à nous faire beaucoup rire, mais deux personnalités complètement différentes. Haru est quelqu’un ayant un bon fond naïf et paresseux tandis que Kuroko est toujours prête à intervenir et c’est quelqu’un de plutôt actif

Il n’y a pas de nom de la ville où on est, mais le fait de ne pas avoir de map nous pousse à explorer l’environnement proposé qui est magnifique, surtout les arrières plans réussis et chaque zone propose un arrière-plan différent. Baka-Neko voulait faire un JRPG rendant hommage aux années 90 avec un rendu technique assez récent. C’est réussi par le rendu de l’éclairage. Il y a des zones ou la lumière est assez présente, ce qui n’est pas dérangeant et d’autres zones ou l’éclairage est moins présent, mais le côté nocturne donne un charme à la zone. Je reproche d’un point de vue technique un souci au niveau des animations de combats qui ne sont pas ratés, qui ne sont pas moches, c’est plutôt le correct le rendu, mais ça manque de tranchant.

Pour ce qui est de l’aventure c’est visiblement une aventure linéaire ce qui n’est pas trop dérangeant par l’histoire qui nous est proposé. Pendant l’early Acces je pouvais aller ou je voulais, même si à certain moment on ne peut pas aller dans certains endroits, mais la possibilité d’explorer était très présente. Pendant toute la durée de cet early acces, c’est-à-dire entre 2-3h, on est en mode Chibi ce qui permet d’accentuer les décors, les distances de parcours aussi. Le côté Chibi donne un côté gentil au jeu et c’est plutôt réussi visuellement et quand on y joue c’est très mignon.

Les combats c’est du tour par tour assez classique, dans ces combats on note deux mécaniques toujours classiques dans le genre. La première c’est qu’on a une barre qui augmente tour après tour, une fois qu’elle à fond on enclenche une attaque spéciale. Cette barre elle monte à fond beaucoup trop rapidement, il y a une sensation que c’est beaucoup trop facile. La seconde mécanique est assez classique, on l’appelle l’ORB qui permet de rajouter de nouvelles capacités. Ce qui est sympa avec ce système de combat c’est qu’ils sont très dynamiques et assez rapides. Je n’ai jamais passé plus de cinq minutes sur un combat. J’ai des reproches à faire pour les combats, j’ai eu cette impression d’être revenu sur les mauvais côtés des olds JRPG ou t’appuies juste sur A sans réfléchir. Fort heureusement il y avait très peu de combat qui sont par railleurs assez facile, on roule facilement sur nos adversaires.

 Le sound effect est à revoir, je le trouve beaucoup trop brutal. Pour vous donner un exemple, il y a des points de sauvegarde, au moins un point de sauvegarde par zone, quand on arrive dans ce point sauvegarde il y a un petit bruit qui s’actve et il est beaucoup trop brutal, ça ne correspond pas du tout à l’ambiance musicale qui est plutôt calme. Pour ce qui est des combats je trouve que le sound effect trop transparent. Heureusement que la musique du jeu composé par Terry Chandler nous fait voyager dans cet univers, on a l’impression d’être au Japon. Les musiques de ce jeu sont un repos et ça promet pour la version finale de l’épisode 1 ou j’espère avoir beaucoup plus de musique, car j’avais cette impression qu’on tournait autour de 3-4 thèmes.

 

 

Light Fairytale est certes assez classique dans son Game design, mais sur sa proposition il le fait bien. Il y a même un moment une petite partie infiltration. Cette phase est générique, mais au moins on change de style de gameplay et sur le coup ce n’est pas trop désagréable. Je pourrais résumer cet early acces, comme un voyage au pays des merveilles même si c’est un univers assez triste. On plonge dans cet univers grâce à la musique et visuellement il y a travail qui nous fait penser à des J-RPG des années 90 à la différence d’un côté technique très travaillée. Le rendez-vous est pris dans quelques mois pour avoir la version finale d’un jeu qui risque d’être très sympathique.

Ajouter à mes favoris Commenter (0)

Édito

Hello communauté Gameblog et bienvenue sur le blog ou on va parler de l'actu du jeux vidéo et de tests 

Déjà vous pouvez me retrouver sur mon blog : https://eyriolapassiongaming.wordpress.com/

Pour le jeux vidéo vous retrouverez deux catégories principales : 

- La catégorie qui est souvent la sur le blog c'est Actu Débrief-Édito. L'actu Débrief c'est pas un récapitulatif basique qu'on peut retrouver dans les gros sites de Jeux vidéo mais, plutôt une analyse des différents actu avec dans certaines éditions le sondage de l'édition et dans ce sondage je donne aussi mon avis. Pour ce qui est de l'édito c'est quand je réagis à un fait d'actualité, une question ou je parle d'une conférence.

- Il y aura aussi des tests, bon pas besoin d'expliquer    

 

En dehors de gameblog, je suis sur twitter : @Eyrio_ ou il y a le mail : [email protected]

Si vous voulez que je parle d'un sujet particulier n'hésitez pas :) 

Archives