Retrogaming Marmotte

Retrogaming Marmotte

Par Evilmarmotte Blog créé le 03/04/14 Mis à jour le 25/01/20 à 15h50

Un blog retrogaming garanti 100% sans DLC!

Ajouter aux favoris
Signaler
Playstation (Jeu vidéo)

Pourquoi c'est polémique?
À sa sortie en 1997, Grand Theft Auto est lapidé par la presse spécialisée. Jugé moche, immoral et décousu, le premier simulateur de gangster est trop en avance sur son temps. On y trouve pourtant, bien avant le carton du 3ème épisode, la plupart des ingrédients qui feront le succès de la franchise.

Pas dirigiste pour un sou, GTA nous lâche dans une ville gigantesque avec un seul objectif : gagner 1 million de dollars, par n'importe quel moyen! Les cabines téléphoniques permettent de décrocher des contrats douteux (livrer de la drogue, refroidir un rival…), mais on peut tout aussi bien devenir taxi ou ambulancier pour gagner sa croûte honnêtement. C'est plus laborieux, mais faisable.

Je sais pas pour vous, mais j’adore ces jeux qui refusent de prendre les gens par la main, et font confiance à l'intelligence de celui qui tient la manette. GTA est dur, parfois injuste, mais propose une multitude de chemins de traverse pour parvenir à ses fins. C’est cette liberté d’action qui a séduit le public (1 million d’exemplaires vendus, pas mal compte tenu du bad buzz dans les médias).

On l’oublie souvent, mais derrière sa réalisation bien cheap, il s'agit d’un des premiers “open world”  sur console de salon. Le jeu gère d’énormes villes, ainsi qu’une quantité considérable de piétons et de véhicules aux comportements réalistes. En effet, à l'inverse du joueur, tout ce petit monde applique le code de la route! Ça paraît couler de source, mais c’était rarissime dans les jeux de l’époque.

Tous les niveaux suivent la même logique de course au score. On pourrait s’ennuyer, mais GTA a la bonne idée de proposer 3 terrains de jeu différents : Liberty City, San Andreas et Vice City. Ça vous rappelle quelque chose? Les villes emblématiques de la franchise sont presque toutes de la partie. Le boîtier du jeu contient même 3 grandes cartes en format papier pour qu’on puisse s’y orienter. La grande classe!

Notez qu’ici, tout est plus galère que dans les épisodes suivants. Il n’y a pas de mini map à l’écran, pas de sauvegarde à la volée, on ne dispose que de quelques vies, les policiers ont un foutu 6ème sens… Non, décidément, LE CRIME NE PAIE PAS!

Potentiel de rejouabilité : 3/10
Tout n'est donc pas à jeter dans Grand Theft Auto. Avec sa bande-son éclectique, son humour corrosif et son gameplay hybride, il a posé les bases d’une des plus grandes séries de l’histoire du jeu vidéo. Ce qui est vrai, en revanche, c'est que ce premier épisode manque de moyens par rapport à ses ambitions démesurées. Beaucoup de concessions sont faites pour afficher ce vaste chaos urbain. Le frame-rate est trèèèèès bas sur PSone, et les graphismes sont assez ignobles quel que soit le support. Il faut donc être un grand fan de la série pour y rejouer en 2019, d’autant que les zooms intempestifs qui rythment la conduite filent toujours un sacré mal de mer.

Voir aussi

Groupes : 
Grand Theft Auto
Ajouter à mes favoris Commenter (2)

Commentaires

Evilmarmotte
Signaler
Evilmarmotte
La comparaison avec le 3 est cruelle 😁

C'est vrai qu'il y avait des points communs avec Driver. La liberté d'action en moins. J'y ai peu joué à l'époque parce que j'étais vraiment mauvais.
Antoine Bardet
Signaler
Antoine Bardet
En grand amateur de la saga depuis le troisième épisode, j'ai essayé plusieurs fois d'y jouer. Et je dis bien "essayé" ! ^-^
La prouesse du monde ouvert est bien là, mais c'est tellement désagréable niveau gameplay que ça gâche tout. Mais comme tu le dis, au vu des ambitions initiales, les concessions techniques étaient inévitables. Cette vue de haut typiquement ! Alors c'est sûr ça économise des ressources, mais ça ne permet vraiment pas de se sentir imprégner dans ces grandes villes et ça rend la conduite impossible.

L'univers est à peine développé et c'est assez vulgaire. Y a un bouton pour roter et péter quoi ! Bon c'est rigolo mais ça vole pas haut quand même ^-^'
DMA Design voulait s'éloigner de son image bon enfant acquise avec les Lemmings, mais ils y sont allaient un peu fort et gratuitement je trouve.

À la même époque on avait Driver, qui était beaucoup plus réussi côté gameplay. Plus dirigiste et moins varié c'est vrai, mais tellement plus agréable manette en main.

Concernant le bad buzz et les différentes polémiques, est-ce que ce ne sont pas elles justement qui ont permis à Grand Theft Auto de se vendre autant ? Des recherches que j'avais faites (qui dates un peu alors ma mémoire me fait peut-être défaut), tout ça avait été bien orchestré par DMA Design. Ça avait fait du bruit et de la visibilité pour le jeu, qu'il n'aurait peut-être pas eu sans ça...

Édito

Bonjour et bienvenue!


Retrogaming Marmotte, c’est l'amour du gros pixel! Le plaisir d’exhumer les antiquités vidéoludiques d'une époque garantie 100% sans DLC, quand le pokédex s'arrêtait à 150 et que les seins de Lara Croft étaient encore d'authentiques triangles. L’âge d’or du jeu vidéo!


Vous pouvez également suivre ce blog à l'adresse suivante :
www.retrogamingmarmotte.fr

Archives

Favoris