Premium
Médecine Totale

Médecine Totale

Par Lushlife_ Blog créé le 09/12/09 Mis à jour le 30/10/12 à 08h56

Un blog d'étudiant en médecine. C'est surfait...

Ajouter aux favoris
Signaler
Les stages...





Le 24 janvier 2011 :


Début de ma semaine au bloc ! A l'heure, en plus.

Aujourd'hui, c'est aux patients privés du chef de service d'aller au bloc.
Il a six opérations à faire : des carotides et des thyroïdectomies. Bon, à moins qu'il soit doué du don d'ubiquité, je sens que les CCA vont encore faire le sale boulot...
Je décide de suivre Frédéric et Philippe pour une thyroïdectomie. Je ne m'habille pas : le professeur refuse que les externes assistent de trop près aux actes effectués sur ses clients, de peur qu'on transmette des germes quelconques. La confiance règne !
L'intervention se déroule normalement...

A la fin de celle-ci, je pars discuter avec un camarade qui traînait par là. Le temps de revenir, et je vois la patiente de tout à l'heure faire le chemin inverse : un hématome s'est formé sur la cicatrice, ce qui laisse présumer qu'une artériole a mal été fermée. Dans ces cas-là, le risque est moins l'hémorragie que l'étouffement...
Frédéric a pourtant été méticuleux, je peux le certifier. Mais bon, personne n'est infaillible. Le temps d'évacuer le sang coagulé (qui m'a rappelé le boudin noir de mon oncle de Guadeloupe. Passionnant, non ?), de ligaturer le vaisseau traître et d'installer un drain de Redon, celle-ci est déjà repartie vers la salle de réveil.

Et je peux partir à 11h30. J'ai du mal à dissimuler mes larmes de joie.


Le 25 janvier 2011 :


Aujourd'hui, toujours avec Philippe : endartériectomie avec pose de patch sur un trépied fémoral. Qui est l'opérateur ? « SFR ? », répondis-je. Philippe me regarde avec un air consterné...

Plus sérieusement, c'est Amélie. Hm, allez, essayons de ne pas se focaliser sur ce qui me crispe le plus chez elle. Et finalement, les choses se sont passées normalement. Pas « bien », parce qu'elle est toujours aussi insupportable, mais peu importe.

Sinon, j'ai pu voir d'un peu plus près la mignonne interne brésilienne de passage dans le service. Bon, vu que je n'ai rien à faire cette semaine, pourquoi ne pas s'imposer le défi de briser la glace avant la fin de la semaine ? Ça me ferait un bon entraînement, tiens.


Le 26 janvier 2011 :


Bon, pour le moment, c'est un échec total. Elle n'ouvre la bouche que pour parler aux chefs. Ahlàlà, toutes les mêmes ! Ah, euh, oui, ma matinée.

Ce matin, pas la peine de me mettre en tenue : Romain et Philippe étaient sur le coup, avec le Pr. EA et un praticien hospitalier du cru pour une endoprothèse de l'aorte abdominale. Maintenant que je l'ai vue, je peux vous en expliquer le déroulement !
Mais d'abord, pourquoi opérer un anévrysme de l'aorte ? Tout simplement parce que sa seule évolution possible est l'agrandissement et la rupture, fatale dans l'écrasante majorité des cas. Ce n'est donc pas une urgence en tant que tel, mais dès que son diamètre est supérieur à 50 millimètres, il faut agir.


Pour commencer, le schéma de la situation initiale, pour bien situer la zone.



L'opération commence en faisant une ouverture au niveau du pli de l'aine. On peut aussi passer en percutané, mais cette solution ne convainc pas mes ainés.



Ensuite, on glisse un guide vers l'amont, qui va nous servir à déployer la prothèse.



Après être certain de ne pas avoir planté le guide dans l'anévrysme, on peut glisser le long de la tige métallique la prothèse, qu'on déploiera une fois bien placée. Il ne faut surtout pas qu'elle couvre les artères rénales, car les boucher entrainerait des conséquenses cataclysmiques en post-op...



Ca y est, tout est bien mis ? On retire le guide, on vérifie au contrôle angiographique qu'on a court-circuité l'anévrysme sans fuite, puis on peut refermer !



Ta-daa !

9h-11h. Purée, c'était long !
Après ça, pris dans la rédaction des comptes rendus, Philippe nous libère. Bonne journée !


Le 27 janvier 2011 :


Aujourd'hui, pas d'opérations de vasculaire. Nous tenons compagnie une demi-heure à Philippe, qui doit assister la chirurgienne thoracique de service. Nicolas Z. me récite son cours d'hématologie pour tenter de me démoraliser, peine perdue ! Quoique...

Après ça, fin de semaine.


Ajouter à mes favoris Commenter (7)

Commentaires

Miniyannou
Signaler
Miniyannou
Bin j'ai suivit à chaque fois et je me suis sentie paumé quand il fallait aller de la cafet aux archives.

Ah et sinon, un gars du labo, un Anapath, nous a emmené dans les archives de leurs blocs de paraffine pour qu'on en prenne quelques uns... et une partie était dans les chambres mortuaires... C'était moyen drôle ^^
Lushlife_
Signaler
Lushlife_

Mon bon Lush ! J'ai passé quelques aprèm à Mondor ces derniers temps pour aller farfouilelr dans les dossiers des patients de mes travaux ! Je me perd à chaque fois dans l'hôpital...


C'est pas si compliqué pourtant ! Si tu veux un guide, fais-moi signe ! :)
Miniyannou
Signaler
Miniyannou
Mon bon Lush ! J'ai passé quelques aprèm à Mondor ces derniers temps pour aller farfouilelr dans les dossiers des patients de mes travaux ! Je me perd à chaque fois dans l'hôpital...
Lushlife_
Signaler
Lushlife_
De rien, c'est un plaisir. :)
Snake_in_a_box
Signaler
Snake_in_a_box
Merci!
Lushlife_
Signaler
Lushlife_
Nop, l'anévrysme reste tel quel ! Mais, vu que le sang ne circule plus sur les parois lésées (partie hachurée sur le dessin final), le risque est circonscrit !
Snake_in_a_box
Signaler
Snake_in_a_box
Professeur, j'ai une question:
Après la pose de l'endoprothèse, l'anévrisme se résorbe autour? La paroi fragilisée ne risque plus rompre?

Édito

La tribune libre et décomplexée d’un étudiant en médecine, apprenti-médecin, fumiste professionnel, pour parler de moi, mon boulot (et passion), et de tout ce qui concerne les deux précédemment cités. Original, non ? Non ?

Archives

Favoris