L'antre d'Etrigane

L'antre d'Etrigane

Par Etrigane Blog créé le 16/08/10 Mis à jour le 08/09/10 à 08h12

Ajouter aux favoris
Signaler
Critique des jeux

Prise de risque.
    Capcom n'a pas hésité à bousculer les conventions de sa série des Breath of fire en proposant un jeu tellement différent qu'on peine à le mettre dans une filiation quelconque. Il y a bien un point commun : la transformation en dragon, mais même là, le jeu est concçu d'une manière peu orthodoxe. Mais n'allons pas trop vite et prenons les choses dans le bon ordre.
    Dragon Quarter, c'est d'abord une ambiance, une ambiance tout à fait particulière, extrêmement sombre. On y découvre une humanité enfouie sous le sol pour des raisons pas bien connues. Dans cet univers, il n'y a ni grâce ni lumière, ni fleurs ni couleurs. L'avenir ne ressemble qu'à un long couloir qui débouche sur le néant. C'est dans ce contexte bien sordide que les héros de l'histoire vont se lancer dans une quête singulière par sa simplicité même : monter, monter et voir la lumière. La parabole quasi-religieuse s'impose d'elle-même et porte le jeu vers un quelque chose de plus essentiel que les trois-quarts des scénarios de rpg dans lesquels il faut pourtant sauver le monde !
    Pire, le personnage principal va découvrir qu'il jouit d'un pouvoir tout à fait spécial : il peut se transformer en dragon. Mais cette transformation fait monter un taux exprimé en pourcentage, qui est constamment affiché, comme une menace qui ne nous quitte pas : si le taux atteint 100%, le personnage meurt et c'est le game over.
    Cela signifie que les développeurs dotent le joueur d'un pouvoir énorme...dont il ne peut pas se servir ! J'adore. J'A-DORE. il faut savoir que rien dans le jeu, absolument rien, ne peut faire chuter ce taux. Ce qui est extraordinaire, c'est que même les gros boss bien durs ne pourront vous résister bien longtemps si vous vous transformez, car la puissance de Ryu est alors monstrueuse. Mais le taux monte, monte, monte, et le joueur flippe.
   Le gameplay est particulier, il s'agit là d'un tour par tour qui est matiné de tactical car on déplace ses personnages qui peuvent agir dans un cercle en fonction de la portée de leurs armes. Le tout est efficace, assez rapide pour du tour par tour, et globalement très réussi.
   La musique du jeu est tout simplement magnifique, une des plus belles bande-son jamais réalisée pour un rpg. C'est malheureux de se dire que peu de joueurs se sont essayés à ce jeu méconnu et boudé.
    Les graphismes sont réalisés en cell-shading, et ce sera ma foi la première fois que j'aurais vu un cell-shading éloigné autant qu'on peut l'être de toute naïveté.
    Ce breath of fire ne ressemble à aucun autre jeu, voilà une chose qui est bien certaine, et je m'aperçois en écrivant ce test qu'il fait partie de mes expériences de rpg les plus marquantes.


Un jeu pas ordinaire pour une licence pourtant très connue. Ca arrive de temps en temps à Capcom de pendre de tels risque, et ça fait du bien..


Le système de combat au tour par tour repose sur la gestion de PA (points d'action) qu'il faut dépenser le mieux possible, ce qui amène un côté assez stratégique aux affrontements.


Un casting de personnages tout à fait particulier, avec une chara-design assez inhabituel. Le jeu était entièrement réalisé en cell-shading, ce qui faisait fureur à l'époque, mais voir un tel parti-pris graphique dans un jeu aussi sombre est simplement réjouissant.


Les transformations de Ryu sont hallucinantes. Et le plus fort, c'est que cela arrivera rarement, si vous ne voulez pas voir s'afficher un game over implacable sur votre écran. Du coup, chaque utilisation de votre pouvoir vous met en émoi !


Le jeu est sombre, dans ses graphismes autant que dans ses propos. Notez en haut à droite le pourcentage écrit en rouge, qui indique en permanence au joueur l'utilisation de son pouvoir de dragon. Ce chiffre ne vous lâche jamais, c'est comme épée de Damoclès, un rappel constant que votre grand pouvoir est aussi votre plus grande faiblesse.

Ajouter à mes favoris Commenter (0)

Commentaires

Édito

Un vieux briscard du jeu vidéo se décide à déballer les placards pour proposer les tests de quelques 400 jeux. A cela s'ajouteront des billets d'humeur, des commentaires sur l'actualité du jeu vidéo. Bienvenus =)

Archives

Favoris