Epic Warriors

Catégorie : Critiques

Signaler
Critiques

Donkey Kong : Country Returns

Voilà, notre critique de Donkey Kong Country Returns arrive avec un immense retard, mais je ne pouvais pas laisser passer l'occasion de vous parler de cette petite perle de la Wii. Tout d'abord je dois avouer que le titre Donkey Kong fait partie de mes souvenirs d'enfance. En effet Donkey Kong Country a été mon premier jeu Super Nintendo et je me souviens d'avoir été complétment envouté par le titre. Petite anecdote, même mes parents ont joué au jeu avec moi à l'époque... Penser à tout cela me donne un coup de vieux énorme quand même ! Bon, on oublie un peu les souvenirs et on se lance dans cette critique... Tiens une banane...

Je vois déjà certaines personnes crier au scandale en disant que Nintendo se lance encore une fois dans la politique des remakes. C'est vrai que cela arrive souvent, mais Dokey Kong Country Returns est la preuve qu'on peut faire un remake original... Formule contradictoire ? Peut-être, mais il suffit d'observer le travail derrière cette perle. On conserve toutes les bonnes idées de l'original, on garde le charme et l'ambiance et on ajoute des nombreuses nouveautés ! En effet ce n'est pas seulement une question de graphismes. D'ailleurs même sans être une console HD la Wii affiche des graphismes en 2D magifiques avec des effets de profondeur superbes ! La mise en scène est également très inspirée et le ton comique eveille des nombreux souvenirs chez les nostalgiques.

On remarque aussi que même s'il s'agit d'un remake l'architecture des niveaux est complètement différente, même si pour l'essentiel nous retrouvons les mêmes zones. Bien entendu certaines choses ont disparu, les niveaux bonus sont différents, les phases aquatiques n'existent plus et on chévauche des animaux moins souvent... Poourtant le jeu regorge de nouvelles idées. D'ailleurs il s'inspire indubitablement de New Super Mario Bros, non seulement par son orientation coopération, mais aussi par la possibilité d'acheter des objets ou de découvrir des nombreux lieux cachés. En fait le jeu exigera quand même un bon paquet d'heures si vous voulez avoir tous les objets et découvrir tous les bonus du jeu.

On en profite pour signaler que le jeu ne s'adresse pas à tout le monde. Bien sûr certaines astuces peuvent faciliter la vie de ceux qui manquent de temps, mais les gamers seront aux anges. La difficulté peut s'avérer frustrante ( ah comme j'ai eu envie de balancer ma Wiimote... ) Mais le sentiment de victoire est encore plus grand quand on arrive à faire une séquence de ouf ! En plus le gameplay collabore avec cela car il est d'une précision incroyable. Les sauts sont calculés de façon quasie mathématique ! L'expérience de jeu est vraiment énorme que ce soit tout seul ou avec un pote.

Cette fois c'est sûr, Nintendo a réussi le tour de force de transformer un remake en véritable perle du jeu vidéo. Le jeu n'est peut-être pas parfait, mais l'aventure est vraiment passionnante. Les musiques, les personnages, les décors, le gameplay, il s'agit sans aucun doute d'une combinaison gagnante pour la Wii. N'hésitez surtout pas à acheter le jeu !!

 

  

 

Ajouter à mes favoris Commenter (0)

Signaler
Critiques

Majin and the Forsaken Kingdom

Après tous les jeux explosifs de l'année il faut prendre le temps de faire une petite pause. Peut-être un jeu sympathique dans un univers féerique ? Namco Bandai entre en scène pour satisfaire notre besoin d'évasion. Majin and the Forsaken Kingdom est un jeu d'action/aventure assez classique dans sa forme, mais qui possède aussi ambiance particulière spécialement envoûtante. Disponible depuis le 25 novembre 2010, on vous propose une rapide analyse de cette aventure magique. C'est le moment de sauver le monde des ténèbres.

Tout commence quand un voleur sans nom envahit les ruines d'un ancien château à la recherche d'un trésor... Il y a juste un problème, cet endroit cache une menace dangereuse. En effet les ténèbres se répandent dans tout le royaume et la vie disparaît petit à petit dans ce monde d'obscurité. Pourtant selon la légende un guerrier légendaire pourra combattre le mal... Comme par hasard notre voleur tombe sur ce guerrier et le libère ! Il s'agit du Majin, une sorte de monstre mythique avec un pouvoir immense. Le seul problème c'est qu'il a perdu toute sa puissance et vous devez l'aider à la retrouver... L'aventure commence !

Le scénario n'est pas transcendantal, mais je le trouve assez sympathique. Bien entendu sauver le monde du mal et blabla n'est pas nouveau, mais l'histoire prend une forme plutôt attirante. Des cinématiques en forme de dessin, des dialogues un peu niais, mais supportables et une progression agréable. Le jeu va surtout insister sur la coopération et l'amitié entre Majin et Tepeu, notre petit voleur qui est capable de parler avec les animaux ( toujours utile pour obtenir des conseils ) Graphiquement le jeu tient la route, mais les textures sont parfois grossières et l'aliasing est un peu trop présent. Pourtant l'univers ne manque pas de charme avec des décors variés et une ambiance magique, parfois même un peu puérile il faut bien l'avouer ( il faut garder notre âme d'enfant ). Le bestiaire est un peu faible mais cela reste correct. Les musiques sont agréables à l'oreille et l'aventure est intense.

En ce qui concerne le gameplay, nous avons une sorte de Zelda-like avec des nombreuses influences. En effet nous devons avancer dans un monde ouvert et explorer plusieurs endroits pour avancer. Les énigmes sont nombreuses et parfois il va falloir chauffer les neurones. Les combats sont également nombreux et vous permettent d'acquérir des points d'expérience pour gagner des nouveaux coups ou d'autres pouvoirs. La particularité du gameplay vient du fait que le héros dépend entièrement du Majin. En fait nous pouvons lui donner des ordres à tout moment. Attaquer un ennemi, ouvrir une porte, utiliser un pouvoir ou même faire des attaques combinées. Ce système est plutôt intuitif est assez plaisant. Nous pouvons combattre aussi sans le Majin, mais là il vaut mieux utiliser l'infiltration et les attaques furtives car le héros est plutôt faible sans son gros monstre gentil. Le gameplay est très varié en tout cas.

Le Majin gagnera aussi des nombreux pouvoirs au fil de l'aventure et vous devez apprendre à maitriser tout cela pour avancer. Au début le jeu n'est pas très difficile, mais il faudra faire un peu plus attention vers la fin, car les boss exigent une stratégie bien précise et les ennemis sont plus nombreux et surnois. L'aventure s'étend sur une bonne quinzaine d'heures. Que dire de plus alors ? Une bonne petite expérience, plutôt riche et assez envoûtante. On vous conseille vivement le jeu.

 

  

 

Ajouter à mes favoris Commenter (1)

Signaler
Critiques

Sonic Colours

En cette période de fin d'année, j'ai décidé de m'intéresser à un jeu qui à su titiller ma curiosité : Sonic Colours. En effet, profitant qu'un membre de la famille qui l'a reçu pour Noël, je me suis empressé d'aller squatter chez lui pour m'y essayer et le finir. J'en attendais finalement pas grand chose de ce jeu et vous savez pourquoi ? Je pense que je suis blasé. Les jeux Sonic deviennent de plus en plus nazes au point que jouer à un jeu Sonic nul c'est devenu limite naturel. C'est pas comme si on demandait simplement à Sega de nous pondre un nouveau Sonic The Hedgehog 2 en HD mais c'est tout comme. A la place, on se tape "Sonic Twilight je me transforme en loup-garou" et "Sonic 4 Episode 1 paye pour la suite mon grand". Alors bon, j'ai pris la Wiimote en main avec une grande appréhension et vous savez quoi ? Et bah c'est toujours mieux d'être déçu en avance... oh oui.

Bon, on commence par les points positifs. Graphiquement, Sonic Colours est beau pour de la Wii et il aura surtout le mérite d'être bien fluide malgré certains passages où notre hérisson survolté taillera la route. A côté de cela et faisant l'intérêt de tout le jeu, les Wisps, des aliens aussi ridicules que leur nom, font leur apparition dans cette aventure. Ces Wisps, l'équivalent des animaux qu'il faut sauver dans la plupart des Sonic, ont comme capacité de vous donner des pouvoirs. Cela change donc légèrement, voire radicalement le gameplay, ce qui nous permet donc de varier les plaisirs. Enfin, c'est un grand mot "plaisir" mais bon. Le bon côté des choses, c'est qu'il en existe pas mal (8 ou 9...) ainsi il y a quand même une variété assez conséquente. En effet, si Sonic court vite, il pourra aussi creuser vite, rouler sur les murs vite ou encore rebondir vite. Ceci nous ouvrant les niveaux sous plusieurs perspectives bien sympa. On conclut sur le scénario qui n'est pas forcément un bon point mais ni un mauvais donc je le place ici. Pour la énième fois, Eggman a concocté un plan pour conquérir le monde. Pour commencer, il a construit un parc d'attraction pour passer pour un gentil et a, dans l'ombre, capturé un bon nombre de Wisps desquels il veut tirer de l'énergie. De là, Sonic arrive et sauve tout le monde. Je crois que j'ai tout dit...

Tournons-nous ensuite vers les points négatifs. Là, y a de la matière. On commence par un doublage anglais simplement, juste, réellement, ignoble au possible. Sonic Colours est fait pour les mômes et je comprends pas comment un gamin peut rester là à les écouter parler. C'est juste horrible. C'était trop demander des doublages français ? M'enfin... A côté ça, le jeu propose un gameplay... non pas mauvais, mais étrange. J'aimerais que Sega comprenne que Sonic n'est pas un jeu de plate-forme où que les développeurs se mettent à bien coder car sauter de plate-forme en plate-forme est juste insupportable. Si cela casse déjà le rythme, l'imprécision du gameplay n'aide pas. En effet, Sonic a toujours été un jeu assez nerveux. Mais là, c'est poussé au paroxysme. Impossible de faire 2 pas de côté sans prendre 5mn à incliner la touche tout doucement. M'enfin... Ceci est légèrement rattrapé par les phases avec Wisps qui changent un peu la donne. Autre point qui remonte un peu ça, le gameplay varie des phases en 2D avec celles en 3D. Dur de dire lesquelles des deux sont les meilleures, mais c'est sympa de varier. La reconnaissance de la Wiimote sert en très grande partie à l'activation des Wisps via une branlette de l'engin blanc. Pour conclure ce thème, parlons vite fait de la durée de vie. Maximum 5h et encore. Alors oui, la rejouabilité est très bonne. Pourquoi ? Les premiers niveaux peuvent être refaits avec des Wisps qu'on a libéré dans les derniers passages du jeu nous permettant ainsi de découvrir les niveaux dans leur totalité, etc etc... mais bon, en 5h on a vu tous les niveaux une fois quoi...

Alors pour conclure ? A ce stade, vous vous dites sûrement "oh mon dieu, mais il a démonté le jeu là ?" et je vais vous répondre "mais non". Relativisons : Sonic Colours n'est pas un mauvais jeu. C'est juste un nouveau, mauvais, Sonic. Les idées sont là. Le système de pouvoir avec les Wisps est simple, varié et nouveau. Mais bon sang, on demande juste de revenir à un bon Sonic en 2D et basta. Au lieu de ça, on retrouve un jeu qui, tout de même nous rapproche de l'univers 2D (grâce à bons nombre de phases) mais qui ne corrige toujours pas le problème des Sonic récents : des phases de plate-forme imprécises qui cassent le rythme. Et aussi, par pitié, mettez des doublages en français ou mettez en simplement pas. Alors bon, on conclut sur ça : Sonic Colours n'est pas un mauvais jeu, mais pas un bon jeu pour autant. Réfléchissez deux minutes, à tête reposée, avant de vous l'acheter, voici mon seul conseil.

 

  

 

Voir aussi

Jeux : 
Sonic Colours (Wii)
Ajouter à mes favoris Commenter (7)

Signaler
Critiques

 Golden Sun : Obscure Aurore

Voilà, c'est le moment d'annoncer notre verdict sur Golden Sun : Obscure Aurore ! D'ailleurs j'en profite pour dire que je suis un grand fan de la série donc pardonnez moi si je manque d'objectivité dans certains passages ! Il a fallu tout de même attendre 7 ans avant de retrouver la saga et j'ai savouré chaque moment de cette épopée, même si elle n'est pas vraiment parfaite. Des grandes émotions, un univers assez riche et des nombreuses découvertes, nous avons tout pour concevoir un grand jeu ? La réponse dans les prochaines lignes.

Alors tout commence dans un petit village où nous retrouvons quelques gamins agités. Rapidement on découvre qu'il s'agit de la progéniture des guerriers des premières aventures sur GBA. On signale quand même qu'on peut se lancer dans le jeu sans connaître les premiers opus... Faire les trois jeux est juste un bonus parce qu'on profite de toutes les références. De toute façon vous avez un résumé assez sympathique au début. Bon, on continue à avancer... L'histoire n'est pas vraiment palpitante dans un premier temps. La nouvelle génération de héros doit partir dans une région lointaine pour récupérer une plume de Rokh et ainsi réparer une machine volante. Le scénario ne vole pas très haut c'est le moins qu'on puisse dire... Pourtant cette prémisse de départ s'enrichit rapidement avec des nouvelles intrigues et d'autres personnages qui rejoignent votre groupe. Les dialogues sont un peu niais, mais cela reste agréable... Les multiples réponses possibles ne changent rien ! Vous devez sauver le monde un point c'est tout ! Manichéen ? Mais voyons...

En ce qui concerne votre progression c'est assez simple mais étonnamment jouissif. On visite les villes, on achète des équipements, on discute avec les gens pour obtenir des renseignements... C'est classique ! Dans la carte du monde et dans les donjons nous avons les fameuses rencontres aléatoires. J'avoue que d'habitude je hais ce genre de combat, mais dans Golden Sun cela se passe plutôt bien. Ce n'est pas trop fréquent et les combats s'enchainent vite. En plus on monte de niveau assez facilement. Mais attention ce n'est pas tout! Nous avons aussi des nombreuses énigmes dans le jeu. Utiliser la psynérgie nous permet donc d'allumer le feu, briser des roches et d'autres trucs magiques. Je peux vous dire que parfois il faut vraiment se creuser la tête, mais en général c'est intuitif. On en profite pour dire que malheureusement le jeu est un peu trop facile. Ce n'est pas un défaut en soi mais il manque de challenge !

Encore pour le gameplay il faut dire aussi que les djinns apportent un aspect stratégique assez intéressant. En effet en explorant le monde vous allez découvrir des nombreuses créatures liés aux éléments. Elles vont ainsi vous permettre de faire des attaques plus puissantes ou de réduire la puissance des adversaires ! En plus nous avons aussi les fameuses invocations : Plusieurs djinns du même élément forment une créature mythologique et si vous trouvez des stèles mystérieuses vous pouvez combiner les éléments pour faire des invocations ultimes. C'est un peu une chasse aux pokémon !

Pour conclure, petit mot sur la réalisation. C'est tout simplement bluffant ! Les graphismes ne sont pas parfaits mais la Nintendo DS fait un beau travail et nous propose quelque chose de très proche de Dragon Quest IX . Les musiques sont aussi plaisantes et la durée de vie est correcte. 30 heures pour finir l'histoire n'est pas énorme, mais le jeu nous propose une bonne rejouabilité. Il manque également des nouveautés, mais on reste optimiste pour une éventuelle suite sur la 3DS ! En tout cas il s'agit d'un grand jeu à acheter sans aucune hésitation !

 

  

 

Ajouter à mes favoris Commenter (0)

Signaler
Critiques

Epic Mickey

Voilà c'est la conclusion de notre semaine consacrée à l'univers Disney ! Comme promis on vous présente la critique du nouveau Epic Mickey ! La souris la plus célèbre du monde était un peu discrète ces dernières années malgré ses nombreuses apparitions dans la série Kingdom Hearts, mais cette fois elle revient pour s'imposer et jouer dans la cour des grands ! En effet l'intrépide Mickey revient dans un jeu d'action/plate-forme assez original et plutôt charmant ! Jeu de l'année pour la Wii ? La réponse dans les prochaines lignes.

Alors comment cette épopée commence ? Mickey vit sa vie tranquille sans aucun problème, mais un jour son miroir crée un passage vers un autre monde ( mon miroir fait ça aussi le petit malin ) et les choses vont devenir plus intenses. Dans une ambiance très Fantasia Mickey provoque un petit accident avec de la peinture et du diluant... Bien sûr, il s'enfuit comme un Rat ! Pas sympa de foutre la merde et de partir en courant Mickey ! Enfin bref, le passé le rattrape et une méchante créature d'encre noire revient le chercher pour voler son coeur ( On appelle Sora ! ) Finalement notre héros arrive quand même à éviter le pire et il découvre le monde de la désolation. Un univers assez mélancolique où nous retrouvons tous les personnages oubliés du monde Dinsey !

Maintenant votre aventure peut enfin commencer ! Au début il s'agit surtout d'explorer ce monde et de parler avec tout le monde. Les nostalgiques seront aux anges car on retrouve finalement une ambiance assez ( ou trop ) rétro. En effet pour traverser les nombreuses zones du jeu on doit utiliser une sorte de portail magique. Ce portail est en fait une séquence en 2D où nous retrouvons un ancien dessin animé Disney ! C'est très court mais assez intéressant. En plus vous pouvez ramasser une bobine en chemin et débloquer deux courts métrages à regarder sur votre console. Si on veut rester dans les bonus le jeu nous propose aussi des nombreux défis pour obtenir des artworks ou d'autres objets de collection ! Epic Mickey est surtout un jeu pour les fans !

Graphiquement le jeu tient largement la route, les décors sont plutôt variés, les design des personnages est agréable et la progression est toujours plaisante même si parfois on est obligé de tourner un peu un rond pour chercher un objet. Mine de rien le jeu devient assez redondant au bout d'un moment. On utilise toujours la peinture et le diluant pour débloquer des parties cachées du décor ou vaincre les monstres. Il faut admettre que même si cela est original on ne va jamais plus loin, nous avons juste quelques croquis qui viennent enrichir ce gameplay. Un arsenal de couleurs plus vaste aurait pu être intéressant... Chaque couleur avec un effet différent...

On remarquera aussi que les musiques collent parfaitement avec l'univers et que les boss sont plutôt intéressants à affronter. Retrouver Pat Hibulaire avec plusieurs déguisements est toujours marrant. La durée de vie est également un point fort du jeu, car il faut à peu près 12 heures pour finir l'aventure principale et nous avons 4 fins différentes... On peut décider d'être plutôt méchant ou gentil en quelque sorte. Le gameplay ( les sauts surtout ) manque parfois de précision et la caméra est capricieuse, mais finalement le jeu arrive à surmonter tous ces petits défauts avec une certaine classe.

Pour terminer nous pouvons dire que le jeu vaut vraiment la peine. Cela serait bête d'avoir une Wii et de passer à côté d'un jeu aussi plaisant. Pourtant impossible de fermer les yeux face à certains points noirs. Un beau hommage à Disney en tout cas. On se demande seulement si une version HD n'aurait pas été plus judicieuse pour profiter pleinement du potentiel du titre.

 

  

 

Voir aussi

Jeux : 
Disney Epic Mickey (Wii)
Ajouter à mes favoris Commenter (0)

Signaler
Critiques

Muramasa : The Demon Blade


Jouer ou vivre une expérience unique dans un univers plein d'estampes japonaises ? Certains jeux de notre génération nous proposent des beaux graphismes, mais les jeux capables de rivaliser avec des oeuvres d'art sont plutôt rares... La recherche du réalisme nous empêche parfois d'admirer certains titres d'une grande beauté. C'était déjà le cas d'Okami à l'époque de la PS2 et aujourd'hui avec l'excellent Muramasa : The Demon Blade, petit beat'em all sur Wii qui dépasse sans aucune difficulté les codes d'un jeu de ce genre. On vous propose donc une petite critique pour ce coup de coeur !

Tout d'abord le plus frappant dans le jeu : Les graphismes ! En général, soyons honnêtes la Wii n'est pas capable de faire grand chose, mais certains développeurs maitrisent la 2D avec un talent tout simplement hors du commun. On avance dans le jeu avec une simple progression en tableaux... Chaque tableau nous offre une certaine zone d'exploration et des ennemis à combattre. Cela peut paraître simpliste, mais les décors sont tellement beaux qu'on a du mal à avancer sans s'attarder sur les dessins. Le jeu des caméras nous permet aussi de traverser la 2D en profondeur. Entrer dans une maison ou traverser un pont pour aller derrière par exemple. Les couleurs, l'effet des ombres, la variété des décors et les musiques... Le jeu offre un véritable spectacle aux sens ! Il y a des moments où nous avons l'impression de voir vraiment des cerisiers en fleur dans ce Japon féodal.

D'ailleurs cela nous permet de faire la transition avec le scénario. Nous avons deux protagonistes et deux histoires différentes qui se recoupent à certains moments du jeu. Vous pouvez incarner Kisuke, un jeune assassin amnésique ou la belle Momohime, une princesse avec quelques problèmes de double personnalité ( en fait elle est possédée par un esprit vengeur ) Nous sommes dans une tradition typiquement japonaise et le scénario respecte très bien cette ambiance nippone. Comme dans Okami on reprend toute la mythologie du pays du soleil levant et on nous offre une aventure pleine de yokai et d'autres esprits démoniaques. Le design des boss et même le dessin de chaque personnage secondaire facilite l'immersion.

En ce qui concerne le gameplay nous avons tous les mouvements classiques qu'on retrouve dans les beat'em all. Des attaques rapides, des attaques aériennes, des attaques puissantes. La particularité du jeu vient de la quête des sabres. En effet nous avons 108 sabres différents dans le jeu, chacun avec sa propre capacité spéciale et ses propres pouvoirs. Pour obtenir ces sabres il suffit de tuer des monstres et de ramasser leurs âmes. Simple ? Pas vraiment, car les pouvoirs des sabres sont plutôt instables et vous devez avoir un certain niveau pour contrôler les épées les plus puissants. L'aspect RPG du jeu est assez sympathique. Dans un combat vous pouvez porter plusieurs sabres en même temps et changer à tout moment pour déclencher une attaque éclair. Parer les attaques des ennemis est aussi possible mais si votre sabre se brise il faudra attendre un moment pour le réparer. Nerveux, jouissif, pas toujours facile, le jeu nous enchante dans tous les domaines.

Que dire de plus ? Muramasa s'impose comme un jeu incontournable de la Wii et comme une véritable perle du beat'em all en 2D. En plus nous pouvons compter sur une durée de vie assez importante si on s'accroche pour faire les deux scénarios et obtenir tous les sabres. Agréable pour les yeux et vraiment plaisant à jouer, il s'agit sans aucun doute d'un jeu à ne pas rater ! En plus il n'est pas très cher en ce moment ! Alors foncez ! Il faut ajouter aussi que ( mode pervers ) Momohime est trop sexy !

 

  

 

Ajouter à mes favoris Commenter (0)

Signaler
Critiques

Prince Of Persia Trilogy

La lumière argentée de la lune donnait un air oppressant à toutes ces dunes. Un mystère se cachait dans les profondeurs de ce désert... Seul, dans cet univers chaotique où tout n'étais que sable et ténèbres, un prince maudit par les dieux marchait, le poids du monde sur ses épaules. Il était encore minuit et le temps semblait figé dans cette heure lugubre. Voilà, aujourd'hui je fais le poète romantique pour vous parler de Prince of Persia Trilogy. Les trois jeux de cette compilation ne sont que des remakes mais on va revenir rapidement sur la série pour vous donner envie de vous lancer dans cette quête du temps perdu.

Tout d'abord il faut savoir que la série commence à dater un peu. En effet l'épisode Les sables du temps est tombé entre nos mains fébriles en 2003 ! L'intérêt de cette compilation sur PS3 peut paraître limité étant donné qu'on trouve facilement les trois épisodes sur PS2, mais c'est toujours sympathique d'avoir nos jeux préférés en blu-ray pour décorer une petite étagère. On remarque aussi qu'il y a eu quelques améliorations graphiques et sonores sans parler de l'ajout de la 3D ( ceci dit cela ne sert à rien ). Alors pour 40 euros vous pouvez avoir toute la trilogie du temps. Pourquoi dépenser notre argent avec un simple remake où les améliorations ( malgré toute la bonne volonté de Ubisoft hein ) sont plutôt discrètes ? Oui, parce que soyons réalistes, le jeu n'est pas moche mais la technologie de 2003 a des limites. Alors messieurs et mesdames je vous propose quelques arguments.

Tout d'abord nous sommes très loin du Prince of Persia de 2008 sur PS3. Soyons clairs, ce POP n'était pas un mauvais jeu en soi, mais la facilité du titre, le système de combat et l'épilogue payant ont porté un sacré coup à sa réputation. C'était une aventure intéressante avec des graphismes somptueux, mais difficile de s'imposer comme un gros hit dans ces conditions. D'un autre côté nous avons POP les sables oubliés qui est sorti en mai 2010 pour accompagner la sortie du film ( le jeu n'est pas une adaptation du film ) Cet épisode essaie de se rapprocher de la trilogie originale mais son système de combat un peu mou et ses graphismes plutôt moyens ont du mal à convaincre tout le monde. Encore une fois un bon jeu, mais pas vraiment un souvenir inoubliable dans la mémoire des joueurs. Dans ce contexte Ubisoft sort POP trilogy au mois de novembre avec la trilogie originale.

Quelques heures de jeu dans les Sables du temps sont suffisantes pour nous faire retrouver toute la magie de la série. Des pièges mortels, des sauts périlleux, des vagues d'ennemis et un système de combat plein d'acrobaties ! On retrouve vraiment notre prince et il est plutôt en forme ! Le gameplay peut paraître légèrement rigide pour nous aujourd'hui ( difficile de passer après un Bayonetta ) mais la prise en main est étonnamment efficace. L'histoire tient la route, même si le troisième épisode n'est pas vraiment le meilleur. En plus cette petite compilation nous permet de découvrir chaque détail de la trilogie car on enchaine bien les trois jeux. D'ailleurs pour 40 euros vous avez une durée de vie assez conséquente.

Achat obligatoire ou luxe inutile ? Si vous avez les trois jeux sur PS2 difficile de vous conseiller le jeu. Pourtant si ce n'est pas le cas il s'agit sûrement d'une bonne affaire. Découvrir ( vous sortez de votre trou de temps en temps ? ) ou redécouvrir cette véritable saga des jeux vidéo reste une expérience à vivre ! Ne ratez pas cette occasion !

 

  

Ajouter à mes favoris Commenter (0)

Signaler
Critiques

Vanquish

Rapide, survolté, électrique et incroyablement dévastateur ! Les adjectifs nous manquent pour décrire la petite révolution apportée par Vanquish ! En effet les TPS ne manquent pas dans le marché. Vous savez, les jeux à la troisième personne où on avance avec un flingue et on bute tout le monde... Il faut avouer que Vanquish ne fait pas dans la subtilité, mais il nous propose une expérience tellement jouissive qu'il est difficile de lui reprocher d'en faire trop ! Des explosions, une mise en scène digne des films de hollywood et aucun temps mort ! Vous êtes prêts ? Quand on parle de Vanquish il faut toujours s'accrocher !

Dans un univers futuriste et moderne, nous retrouvons une société parfaite ( j'attends encore les voitures capables de voler moi ). Mais cette paix très american way of life est troublée par les méchants russes qui encore une fois essaient de dominer le monde. Il faut croire qu'ils ont une sorte de complexe dans ce domaine. Ainsi les russes vont attaquer les Etats Unis et menacer toute l'humanité. Bon, l'histoire n'est pas très intéressante, mais l'univers a un certain charme. En plus il nous offre l'occasion d'incarner Sam Gideon, un scientifique de la DARPA ( une agence de sur doués quoi ) qui possède une armure capable de transformer un homme en demi dieu... Oui mes amis rien que ça !

L'histoire est plutôt un prétexte pour avancer dans ce monde plein de robots russes. D'ailleurs on remarquera que le bestiaire est plutôt sympathique et assez varié. En plus chaque ennemi exige une stratégie particulière pour être vaincu plus facilement donc cela va stimuler notre cerveau et c'est jamais trop ! Il faut signaler aussi que la difficulté du jeu est plutôt conséquente. Bien entendu cela n'est absolument pas un défaut et le jeu nous incite à recommencer le niveau plusieurs fois afin d'obtenir un meilleur score. Les boss sont gigantesques et nous offrent des combats titanesques où les phases de QTE sont tout simplement incroyables !

Niveau gameplay nous avons des mécanismes plutôt simples. On avance et on tire la plupart du temps, sauf dans certaines occasions où nous avons d'autres contraintes supplémentaires. Par exemple il y a un moment où les caméras de surveillance ne doivent pas vous détecter. On en profite pour dire que les situations ne se renouvellent pas beaucoup mais cela n'est pas vraiment très grave. Sinon, vous avez aussi un système classique de couverture et surtout la possibilité d'attaquer à une vitesse hallucinante. Tout le gameplay va reposer sur votre façon de gérer cette vitesse et sur votre capacité à utiliser le ralentissement du temps. ( Technique très proche d'un certain Bayonetta de Shinji Mikami ). En tout cas le gameplay a une intensité non négligeable ! Chaque combat est l'occasion d'exploser des robots... avec une grande classe.

Dernier point à aborder : la réalisation. Il suffit de voir quelques vidéos du titre pour se convaincre que le jeu fait presque un sans faute dans ce domaine. Des musiques discrètes, mais jouissives. Des graphismes d'une finesse vraiment frappante et une physique de jeu à toute épreuve. Les explosions nous offrent un véritable spectacle à la rétine et nous n'en demandons pas plus. Seul point qui fâche ? La durée de vie. En effet en 6 heures vous pouvez faire tout le jeu. Pas de mode multi pour compenser cela à part quelques défis stratégiques. Erreur rédhibitoire ? Pas vraiment car on revient facilement sur le jeu pour revivre l'aventure tellement les émotions sont intenses. Allez, on vous conseille de courir ( très vite hein ) pour vous procurer le jeu afin de vivre cette histoire survoltée !

 

  

 

Ajouter à mes favoris Commenter (0)

Signaler
Critiques

Castle Crashers


Sorti il y a de ça presque deux ans, Castle Crashers a enfin décidé de rejoindre la plate-forme du Playstation Store. On l'aura attendu, on l'aura voulu et le voilà enfin ! Disponible en téléchargement pour 14€, Castle Crashers est un petit jeu multijoueur bourré d'humour. Vous hésitez encore ? Lisez ce qui suit pour vous décider à sortir ou ranger votre carte bancaire.

Ironiquement, c'est bizarre de faire une critique d'un jeu sorti il y a belle lurette... Vous excuserez donc, les joueurs sur Xbox, que je dise des choses que vous savez depuis longtemps. Alors Castle Crashers c'est quoi ? C'est un bon vieux BTA tout simple. On va de gauche à droite et on matraque tous les ennemis qui apparaissent. En effet, Castle Crashers est une vraie petite perle et ce grâce au style inimitable de The Behemoth. Ce dernier est un petit studio de développement à qui l'on doit déjà Alien Hominid par exemple ainsi que bon nombre de jeux flash disponibles sur Newgrounds. On retrouve donc un style à mi chemin entre le dessin-animé et le comic et un humour omniprésent.

L'aventure commence lorsque un méchant petit bonhomme vient kidnapper les princesse du royaume. Armé de votre épée, glaive, masse ou dieu sait quoi, vous partez donc à l'aventure pour récupérer vos belles donzelles car vous êtes un bon chevalier. Et là, c'est le drame ! Après, quelques niveaux, vous vous faites poutrer par un immense poisson chat ou une armée de soldats au sabre-laser (vous noterez donc que c'est varié hein). Mais pourquoi ? De un, Castle Crashers propose un système d'xp, de level et de stats. Ainsi, chaque level obtenu vous permet de disposer vos statistiques à votre guise selon la Force, Magie, Agilité et Défense. Mais quoi ? Cela ne suffit pas ? Je mange encore sévère ? Mais pourquoi ? Les courageux chevaliers solitaires retourneront gagner des levels et les autres auront compris que Castle Crashers est une aventure à vivre à plusieurs ! Et oui, jusqu'à 3 chevaliers peuvent vous rejoindre pour combattre les armées maléfiques. Qu'on soit clair, finir le jeu seul est possible. Mais tout le fun réside dans le fait de le faire à plusieurs.

Dans le cas d'une partie à plusieurs, que se soit en ligne ou pas, chaque joueur choisit un personnage. Chaque personnage a un skin et un pouvoir magique différent (certains personnages qu'on débloque ont les mêmes pouvoirs que les premiers quand même). Une fois le choix fait, c'est parti. Avec vos amis, vous gagnerez donc de l'expérience et des niveaux et déciderez alors de qui se spécialisera en magie ou en force brute, etc... ou sinon, chacun fait ce qu'il veut et ça va aussi. Castle Crashers sauvegarde vos statistiques pour tous vos personnages utilisés, histoire de ne pas devoir tout recommencer à chaque fois (sauf si vous décidez de effacer cette progression.

Une fois l'aventure clôturée, chaque personnage arrivé à la fin en débloque un nouveau. Vous comprendrez donc que finir à 4 débloque 4 personnages et tout seul... et bah un seul. Sachant qu'il y a une vingtaine de personnages, la durée est assez bonne surtout que la rejouabilité du titre l'est aussi. Vous pouvez recommencer l'aventure avec des nouveaux personnages, histoire de changer un peu, ou la refaire en mode dément avec votre champion. Mais là, je souhaite bon courage à vos nerfs.

Alors pour conclure que dire ? Castle Crashers est un très bon jeu. Simple comme tout, la prise en main est quasi immédiate. L'aventure se finit en une grosse après-midi mais la rejouabilité est très bonne. La seule chose à bien garder en tête, est que l'achat de ce titre ne doit être fait que si vous avez des amis qui se le procureront aussi pour jouer en ligne ou dans l'optique de faire des soirées avec vos potes. En solo, le titre perd toute sa saveur. A méditer, moi j'y retourne... YATAAA !

 

  

 

Ajouter à mes favoris Commenter (4)

Signaler
Critiques

Call Of Duty : Black OPS


Comme chaque année, le mois de novembre voit sortir son Call Of Duty. Cette année n'y échappe pas et c'est la mouture nommée Black OPS qui a fait son arrivée. Comme toujours, l'évènement a crée un véritable raz-de-marée et pour la peine... le jeu s'est vendu à environ 7 millions d'exemplaires lors de la première journée. Toutefois, si Call Of Duty réunit des millions de joueurs, il en divise aussi pas mal. Alors avant de choisir votre camp, jetez un petit coup à cette critique. Qui sait, peut-être vous fera-t-elle changer d'avis ?

Commençons par le scénario. J'en vois déjà qui rigolent qu'on retrouve le mot scénario et Call Of Duty dans la même phrase et pourtant, Black OPS en propose un... bien au-dessus de ceux de Modern Warfare ! Vous prenez principalement place dans la peau d'Alex Mason. Un ancien soldat ayant participé à la crise des missiles de Cuba ainsi qu'aux fronts vietnamiens. Vous l'aurez donc remarqué, Treyarch s'est enfin décidé à quitter la Seconde guerre mondiale et c'est une réelle bouffée d'air frais pour nous car on commençait doucement à en avoir marre... L'originalité du scénario réside dans le fait que toutes les missions (exception pour les 2-3 dernières) sont en fait des flash-back. En effet, vous, Mason, êtes attaché à une chaise et questionné par un homme dont vous ignorez l'identité. Cherchant à connaître la vérité, cet homme va donc vous harceler de questions et c'est là que les flash-back arrivent. Très bien mené, le scénario, même s'il est pas transcendant, est franchement bien. Complexe jusqu'aux révélations finales, ce solo mérite d'être fait.

Toutefois, Call Of Duty reste Call Of Duty et le solo se finit donc en environ 5-6h. Bien entendu, et c'est tout le style de la franchise, l'aventure est très hollywoodienne et bourrée de scriptes. Si on déplore quelques bugs à ce niveau, le tout reste très plaisant. C'est donc toujours explosif, malgré le rôle important de la discrétion dans certains passages, ceci dit le jeu reste assez linéaire. Bien évidemment, Call Of Duty reste Call Of Duty (et oui... encore !) et à côté du solo, c'est un énorme mode multijoueur que l'on retrouve ! Et cette fois, Treyarch n'est pas resté dans l'ombre et a sorti le grand jeu. En effet, on notera l'arrivée de quelques nouveautés. Pour commencer, le mode multi dispose maintenant de CoD Points. Ces points, semblables à une monnaie, servent à acheter tout et n'importe quoi. En effet, le jeu dispose d'un système de personnalisation encore plus poussé ( une autre nouveauté) et vous pourrez donc encore plus équiper votre soldat, pour autant que vous ayez assez de points. Les points n'ont rien à voir avec l'expérience. Toutefois, les CoD Points ne servent pas qu'à cela. En effet, le jeu propose 4 nouveaux modes de jeu regroupés sous la catégorie des «Match à pari». Dans ces 4 modes, vous pourrez miser, selon la section que vous choisirez, 10, 1'000 ou 10'000 Points.

Si tout cela fait déjà pas mal de nouveautés, Treyarch a aussi corrigé quelques problèmes qui nuisaient au multi de Modern Warfare 2. Premièrement, les gros Killstreak (bonus obtenu après une série) ont été revus à la baisse. Les deux meilleurs étant les chiens et le mitrailleur hélico (à 11 morts quand même...), les parties paraissent moins «bourrines». Autre correction, les morts infligées par nos Killstreak ne sont pas comptabilisées dans notre série. Tuer quelqu'un avec votre hélicoptère ne vous rapprochera pas de votre prochain bonus. C'est avec sueur, courage et moule que vous obtiendrez vos chiens, pas autrement (bon ok, y a encore le colis stratégique...). Bref, un petit lot de changements qui rend finalement les parties un peu plus calmes. Certains regretteront d'autres moins.

Pour conclure sur le multi, les développeurs ont aussi pensé qu'on avait des amis ! Et oui, il est désormais possible de jouer en ligne et ce en écran splitté. Bien entendu, cela n'est possible qu'à deux maximum, mais c'est fort appréciable. Niveau coopération, on déplore que le solo n'en ait pas, mais on jubile devant le retour du mode Zombies qui est jouable jusqu'à 4 en ligne.

Au final, Treyarch a montré qu'il n'était pas caché par l'ombre du défunt Infinity Ward. Call Of Duty : Black OPS ne surpasse peut-être pas ces aînés mais les égale sans aucun doute. Il n'arrivera pas à détrôner Call Of Duty 4, mais il reste l'un des meilleurs de la série.

 

  

 

Ajouter à mes favoris Commenter (0)

Epic Warriors

Par Epic-Warriors Blog créé le 07/11/10 Mis à jour le 07/04/11 à 18h36

We Are Epic, We Are Warriors... We Are Epic Warriors !

Ajouter aux favoris

Édito

Petit blog parlant de tout et de rien et ce, toujours dans la bonne humeur ! Merci de votre passage.

Archives

Favoris