Elysium fields

Elysium fields

Par Elys Blog créé le 20/11/10 Mis à jour le 25/02/11 à 17h04

Deux volumes de jeux de caisses, une portion de FPS, un zeste de RPG et une louchée de jeux originaux, faire revenir et servez chaud ^^

Ajouter aux favoris
  
Signaler
test

 

jaquette jap

jaquette jap, le ton est donné

Initialement...

Quand vient le sujet des mangas sur les voitures, Initial D est souvent la première oeuvre mentionnée, il faut dire que ce manga de Shuichi Shigeno publié depuis 1995 (et encore de nos jours !) a su se créer une renommée en braquant le projo sur le Touge, ces courses se déroulant sur les sinueuses routes de montagne japonaises. Retraçant l'histoire de Takumi Fujiwara, lycéen livreur de Tofu en montagne, devenu Street racer de montagne, ce manga brille surtout par ses courses passionnantes et très détaillés.

Vu le sujet abordé, la conversion en anime était attendue, et c'est en 1999 qu'est diffusée la première saison (stage) de l'anime, connue pour ses courses réalisées en images de synthèse qui font sourire de nos jours. Cette première saison, malgré sa faible qualité graphique n'en reste pas moins une franche réussite et se verra suivie de trois autres saisons d'anime de formats divers (film, format épisodique...) ainsi qu'un film tout daubé.

Mais ce qui nous intéresse ici est la conversion de la série en jeux vidéo, une étape souhaitée par n'importe quel fan du manga et de l'anime et franchie par Sega, qui exploite la licence en jeux. Et ces jeux composent la série des Initial D arcade stage, sortis uniquement Japon sur borne d'arcade NAOMI 2 et Lindberg depuis 2001, la série en est actuellement à sa cinquième occurrence et le sixième volet arrivera peut-être en 2011. Ces jeux ont donné des versions console, sur PS2 (special stage, portage de arcade stage 2), sur PSP (street stage, portage de arcade stage 3) et enfin sur PS3 avec extreme stage (portage de arcade stage 4), sorti le 3 juillet 2008 au Japon et uniquement au Japon, qui nous intéresse ici, et qui fera l'objet de ce premier article.

Contact !

Alors à quoi ressemble donc ce fameux D initial ? tout d'abord c'est très....japonais, version import oblige, on navigue à vue en essayant chaque option pour voir ce que ça fait, cependant la traduction du manuel en anglais est trouvable sur le net (absence de zonage aidant, une communauté autour du jeu s'est formée aux USA, merci à eux pour les traductions !). Donc nous pouvons créer plusieurs profils, chaque profil représentant un pilote dont on peut customiser l'apparence (c'est pas Mass effect, mais c'est sympa et bien dans le style du manga) et donner un nom (le clavier virtuel est en japonais (hiragana)). Mais surtout chaque pilote aura un garage limité à trois voitures.

Niveau progression le mode histoire nous met face à la liste des routes classées par difficulté, chaque route a un certain nombre de coureurs à battre avec chacun une certaine difficulté. Certains coureurs apparaissent sur différentes routes, et la difficulté n'est pas la même ; par exemple Takumi au Lac d'Akina au volant de la voiture d'Itsuki est super facile à battre, alors que sur sa route favorite avec sa propre voiture, c'est ultra-dur (je l'ai pas encore fait). Pas grand chose d'autre à dire sur la progression sinon le fait que les courses sont entrecoupées de cutscenes animées super-sympa dans le style de l'anime avec des bulles façon manga où les dialogues s'affichent, mais surtout avec les voix des seiyū de l'anime !

Au japon on sait faire des adaptations !

je pane rien a ce qu'il dit, mais les voix sont celles de l'anime !

 

Et ces cutscenes m'aiguillent sur THE point fort du jeu (il n'est pas le seul !) à savoir : la fidélité à l'univers de la série, tout y est : routes du manga, voitures du manga, équipes du manga, musiques de l'anime (oui une pure sélection d'Eurobeat venue tout droit de la saison 4 de l'anime), seiyū de l'anime....certains dialogues in-game semblent venir tout droit de l'anime, comme quand Takumi laisse échapper « hai hai » (« il est rapide ! ») si vous lui mettez 10 secondes dans la vue ! Cette fidélité satisfait au plus haut point le fan d'Initial D et pose le jeu en prolongement naturel de l'anime et du manga, on peut même faire certaines manoeuvres de l'anime comme prendre la gouttière dans les virages, le pied ! Le signe « Initial D » sur la jaquette n'est pas là pour faire joli, le jeu le mérite !

Contenu: qualité plus que quantité

Initial D c'est une histoire de voitures, et là non plus, il n'y a pas erreur sur la marchandise : 22 voitures sous licence, toutes les voitures ayant couru dans les trois saisons de l'anime y figurent plus deux voitures de la quatrième saison et une poignée de modèles plus anecdotiques seraient dispo en DLC sur le PSN JP (pas vérifié). Les voitures peuvent être peintes dans les limites de la palette de couleurs officielles, et chaque voiture a un comportement régit par son architecture (tractions, propulsions, 4x4...) mais les comportements varient au sein d'une même catégorie, et il y a des différence nettes entre toutes les voitures en terme de tenue de route ou de performances pures.

 

je veux la même chez moi !

 

Niveau customisation, outre la peinture, le garage permet de personnaliser la plaque d'immatriculation et l'extérieur de la voiture avec des pièces existant dans le commerce (japonais), on retrouve ainsi des grands noms de la préparation au soleil levant comme Jun, ChargeSpeed ou C-West. La personnalisation extérieure est purement esthétique et n'a pas d'incidence sur le comportement de la voiture, contrairement aux modifications mécaniques

Celles-ci portent sur 5 pôles : moteur/transmission, échappement, trains roulants, châssis et électronique, chacun de ces pôles ayant sept niveaux d'amélioration (évidement, plus on améliore, plus ça coûte un bras). Ces modifications sont à apporter avec parcimonie, car si elles sont indispensables contre les adversaires de haut niveau, elles changent également le comportement du véhicule, et si vous engloutissez tout votre pognon dans le moteur d'un coup votre caisse aura la maniabilité d'un savon de Marseille sur du carrelage trempé. Il est impératif de toujours faire des séances de tests après les modifs pour bien maitriser son véhicule

.

5,7 km de torture, et on en redemande !

5,7 km de torture, et on en redemande !

 

Autre point du contenu, les routes. Là encore c'est pas de la petite bière, et si ne sont présents que six cols (tirés du manga/anime: Akina, Akagi, Myogi, Irohazaka...) certains sont ultra-chauds à maitriser, d'autant plus que tous les terrains ne se valent pas, et par exemple l'une des routes a un revêtement exécrable, obligeant à la connaître pour la maitriser. Outre les virages et le revêtement, connaître les techniques utilisables est également primordial, comme le saut à Irohazaka ou la gouttière à Akina. Les routes en elles-mêmes sont assez tortueuses, surtout les dernières, les virages sont serrés et très différents les uns des autres. Chaque route peut être faite en descente ou en montée, par beau temps ou par temps de pluie, de nuit ou de jour, la pluie venant (encore !) modifier le comportement des voitures. En somme peu de de tracés, mais des tracés commacks, qui vous donneront du fil à retordre (surtout les derniers). Dernier point, jeu d'arcade oblige, on a un système de checkpoint très old school avec un temps alloué pour atteindre le suivant, le timer est assez large si on ne perd pas son temps à admirer le paysage mais 'faut quand même avoiner.

Un jeu d'arcade...a tous les niveaux !

Parlons à présent du gameplay qu'on peut résumer un un mot : étrange. C'est à cent lieues de tout ce que j'ai connu auparavant, les seuls jeux à s'en rapprocher de loin sont Outrun ou Ridge racer, comprenez par là que les dérapages sont au coeur du jeu. Mais le contrôle de la voiture n'a aucun équivalent, et une vidéo l'illustre mieux qu'un long discours (la vidéo n'est pas de moi) :

 

pro gamer dans ses oeuvres, ça envoie !

 

Comme vous pouvez le voir, c'est tout sauf réaliste, une simple sollicitation du stick et la voiture drifte immédiatement et redresse aussi soudainement qu'elle est partie en sucette. Ce gameplay doit être délicieux au volant malheureusement je n'en ai pas à dispo. Néanmoins le plaisir à la manette est bien présent et la marge de progression est énorme. Car si le gameplay est très arcade il est surtout très pointu, et claquer un temps comme celui de la vidéo se traduit par des heures d'entrainement pour connaître la route dans ses moindres détails et le comportement de sa tire sur le bout des doigts. Savoir quand freiner, quand déraper et comment ne s'apprend qu'en jouant et en essayant. Malgré tout au bout de plusieurs sessions, le feeling très particulier du jeu arrive doucement mais sûrement ce qui encourage d'y revenir régulièrement pour progresser petit à petit, et fait le sel du jeu, même si j'aurais préféré une physique plus intuitive. Et en parlant de la physique, celle-ci a clairement été conçue pour des duels sans coups de pute : la gestion des collisions empêche de bloquer un adversaire plus rapide, car celui-ci gardera sa vitesse quoi qu'il arrive (a moins de lui fermer tout le temps la porte mais c'est peine perdue), de la même façon inutile d'espérer faire partir celui de devant un toupie, les collisions n'ayant aucune incidence sur le comportement des voitures.

l'ambiance "duel underground" fait tout le charme du jeu :)

 

Le plumage ne vaut pas le ramage

 

la technique n'est pas a la fête, mais c'est pas comme si c'etait primordial

 

Finissons sur le point où le bât blesse : la technique. IDES est très à la bourre sur ce point, si la modélisation des voitures est correcte, les décors eux sont indignes d'un jeu de 2008, entre les modèles 2D de spectateurs de voitures et d'arbres tous droits sortis de Colin McRae 2 et les murs avec une texture (feuilles) pour faire « forêt » qu'on voit parfois, c'est vraiment pas la joie, cependant à la vitesse à laquelle on va le tout est très regardable (c'est pas les Hunaudières de GT5 où même à 350 les caches-misère végétaux nous sautent à la figure) et le nombre d'éléments rendent les décors crédibles en mouvement. On sent le jeu conçu pour l'arcade où on a autre chose à faire qu'admirer quand le chrono tourne et que les parties coutent du flouze. Niveau sonore ça va du risible (collisions) au génial (musiques !) en passant par le bon (moteur) et le passable (crissements de pneus). Derniers points qui fâchent : les nombreux et longs temps de chargement, ainsi qu'un détail d'ergonomie étrange : O pour valider et X pour annuler, c'est chiant !

En somme...

Que peut-on conclure de ce Initial D ? C'est déjà un très bon produit Initial D qui ravira les adeptes mais aussi un jeu de course assez exigeant et déroutant mais très gratifiant qui devrait également satisfaire les fans de jeux de course. Et si vous etes comme moi fan d'Initial D et de jeux de courses c'est un excellent jeu atypique et à essayer ;)

+ Voitures variées et customisables

+ Musiques de l'anime

+ Conduite exigente mais gratifiante

+ Tracés retords

+ Cut-scenes sympa avec les seiyū de l'anime

 

- Graphismes à la ramasse

- Physique peu intuitive

- Temps de chargement

 

Verdict : un régal !

 

 

 

 

Voir aussi

Plateformes : 
PlayStation 3
Sociétés : 
Sega, Sega Rosso
Ajouter à mes favoris Commenter (2)

Commentaires

Death recon 666
Signaler
Death recon 666
Il y a un jeu Initial D!! J'adorais l'anime (qui passais auparavant sur nt1..), mais il s'est arrêté subitement, depuis je ne m'y suis plus intéressé... Il a l'air bien pourtant le jeu! ^^'
SeeDreeks
Signaler
SeeDreeks
Tiens un jeu que j'ai acheter en 2008 lors de mon voyage au Japon mais je n'y ai pas passé beaucoup de temps. En fait je n'ai jamais été assez dessus pour comprendre toutes les subtilités du gameplay. Mais merci pour cette article.

Édito

Bonjour a tous !

ceci est mon blog, plutot axé sur les tests, et un peu des news et previews. Les jeux présentés suivront mes gouts personnels; un bonne partie ser adédiée aux jeux de courses, le reste se partagera avec un patchwork de RPG, FPS, jeux indés, etc, tout les jeux qui m'intéressent en somme, meme si j'ai une préférence marquée pour les FPS originaux comme Mirror's edge, Borderlands ou Portal (qui en fait sont d'autres genres adaptés en vue FPS, ça j'adore)

bon surf ;)

Archives

Catégories

Favoris