Signaler

Breaking News : J'me casse au Canada !

Fini le pays du chocolat et des banques (la Suisse pour les 3 du fond collés au radiateur), à moi la poutine et le sirop d'érable !

Départ prévu le 20 Juin, visa d'une année en poche.

Mais avant de parler d'un hypothétique travail et d'une vie bien rangée, va falloir penser à profiter un peu des paysages que seules les contrées Canadiennes et Américaines peuvent nous offir. Au jour d'aujourd'hui, voila le plan :

Travels            
  From To Departure Arrival Compagny Misc.
  Montreal Winnipeg 01.07.13 21h00 03.07.13 07h35 Greyhound Bus
  Winnipeg Calgary 05.07.13 23h30 06.07.13 18h35 Greyhound Bus
  Calgary Vancouver 09.07.13 18h45 10.07.13 08h15 Greyhound Bus
  Vancouver Los Angeles 14.07.13 19h55 14.07.13 22h50 AirCanada  
  Los Angeles Miami 20.07.13 14h50 20.07.13 22h45 Alaska Airlines  
  Miami New-York 25.07.13 07h00 25.07.13 10h10 Delta Airlines  
  New-York Toronto 28.07.13 19h30 29.07.13 05h50 Greyhound Bus
  Toronto Montreal 31.07.13 21h15 01.08.13 04h45 Greyhound Bus

Et pourtant je m'étais promis d'arrêter le bus après avoir passé 16h le cul vissé à mon siège de Sao Paulo à Iguaçu.

Bref, après ce mois de "folies", je sens qu'il faudra rapidement trouver un job. Si le RH d'Ubisoft Montréal passe par-là...

 

Ajouter à mes favoris Commenter (4)

Signaler

Next (next)-Gen : La fin de l'occasion ?

 

Si lors de la présentation de la nouvelle Playstation, astucieusement nommée Playstation4 (ou ps4 pour les intimes) la semaine dernière, Sony aura su en épater plus d'un et aura surtout pris de court Microsoft dans la course à la « Next²-gen », il est une question qui reste (plus ou moins) toujours en suspens, après tout un tas de rumeurs à prendre avec des pincettes : quid de l'occasion ?

A peine le rideau retombé sur la scène, cette question étant resté sans réponse, les représentants Sony-iens ont été pris d'assaut par moult journalistes ayant tous la même question aux lèvres : what about occasion ?

Depuis, on nous a dit que l'on ferait au mieux, en sachant que c'est une question importante pour tous.

Concurrent direct à Sony, Microsoft lui n'a encore rien dévoilé sur ses intentions en matière de next-gen, mais l'on saurait de source à peu près sûr qu'une technologie de Watermark serait envisagée pour lier console et jeux, ce qui tuerait le marché du jeu d'occasion.

 

Dangereux aussi bien sur le plan technique...

Ce système de Watermark ne pourrait fonctionner qu'en l'associant à une connexion à Internet obligatoire, et c'est à mon avis là le problème.

Si, et comme beaucoup, je passe beaucoup de temps sur la toile grâce à tout un tas d'appareils tous plus geeks les uns que les autres, mes consoles de jeu n'en font pas partie. Point de jeu en ligne chez moi, j'ai déjà à peine le temps de finir les campagnes solo.

En parlant de campagnes, on a beau clamer haut et fort qu'en France, on est au "top of the pop" niveau débit, y'a encore pas mal de coin un peu perdu en France ou ce n'est pas le cas, le débit étant loin d'être constant, tout comme la stabilité de la connexion.

Sans oublier ceux qui, à l'air du tout numérique mais aussi du « tout économie », privilégient un accès Internet uniquement en 3G via smartphone/tablette, bien suffisant pour « poker » ou retweeter l'annonce du gagnant de la Nouvelle Star, « tête de suspens » en prime. Pas sûr que la prochaine MicroBox mange de la 3G.

Bref, si le Watermark en lui-même peut paraitre une option tout à fait envisageable sur le plan technique,  la contrainte « internet obligatoire » en fait un pari encore plus risqué qu'il ne l'est déjà. 

 

... que tactique !

Car ne pas permettre la lecture d'un jeu d'occasion pourrait en rebuter plus d'un lors du passage en caisse.

Si la combo développeurs/éditeurs n'y voient que des transactions sur lesquelles ils ne touchent pas un copeck, les joueurs eux y voient tout un modèle économique des plus sophistiqués à en faire rougir les têtes pensantes d'Ikea. J'vous explique :

  • -          J'achète un jeu 70euros
  • -          Je le finis/je le trouve pourri
  • -          Plutôt que de le laisser prendre la poussière, j'essaie de trouver un p'tit gars qui veut y jouer
  • -          Il me l'achète
  • -          Il est content/je récupère de l'argent
  • -         Argent que je réinvestie dans un jeu, peut-être neuf, que je n'aurais peut-être pas acheté (ou 6 mois plus tard en occasion) si je n'avais pas vendu la bouze d'avant.

 

Le double effet casse-couille (kiss-cool ?)

Si une console ne permet plus ce genre de transactions, 2 effets impactant négativement les ventes risquent de se produire :

  • 1)      Le problème de la propriété. Le principe est simple : j'achète un objet, j'en deviens propriétaire et peut donc en faire ce que je veux, y compris le vendre. On peut le faire avec un DVD, un Blu-Ray, une voiture, une maison, ... Aller à l'encontre de ce principe en freinera plus d'un quand il faudra décider laquelle des nouvelles consoles prendra place à côté de l'écran plat. Mais à bien y réfléchir, l'impossibilité de lire un jeu sur plusieurs console n'interdit en rien la revente de ce dit jeu. Sauf que le deuxième acheteur ne pourra pas en faire grand-chose, à part l'accrocher à son arbre fruitier pour éloigner les corbeaux.
  • 2)      Le modèle économique de l'occasion m'est indispensable pour constituer un budget jeux-vidéo. Si je ne peux pas revendre mes jeux d'occasion, aucune chance que je puisse en acheter des neufs, ou alors 2 par an.

Si les galettes estampillées Microsoft se retrouvent cantonner à prendre la poussière une fois usées jusqu'à la moelle, la firme de Redmond prend un sacré risque. A moins que...

 

Y'a comme une odeur de "fumée" (Steam...)

Et si ce système de Watermark n'était dédié qu'aux jeux dématérialisés ?

A l'heure du tout connecté, et alors que Valve plancherait sur une SteamBox, Microsoft ne pourrait-il pas leur emboiter le pas et proposer un catalogue de jeux dans le « Cloud » ? Des jeux classiques sur medium type blu-ray seraient toujours disponibles en boutique accompagnés de tout le packaging. Ces jeux-là garderaient l'actuel schéma économique, permettant ainsi la revente.

Mais rester le cul vissé au canapé et naviguer dans un store virtuel deviendrait aussi possible, pour le plus grand plaisir des partisans du pouvoir de la flemme. Le dématérialisé lui devient bel et bien lié à la machine, comme d'autres services le font déjà.

 

1 pas en avant, 2 pas en arrière

En ayant dégainé en premier, Sony se paie le luxe de pouvoir attendre la réponse de Microsoft, et de s'adapter à leur politique sur le sujet de l'occasion.

Si Microsoft officialise le "no-occasion", Sony peut soit :

  • - se la jouer mouton, en clamant haut et fort que l'avenir du jeu vidéo se joue maintenant, qu'on est en plein tournant, qu'il faut donc soutenir à 100% les développeurs et éditeurs, et que bloquer les jeux d'occasion permet de leur assurer un revenu maximal, qui sera bien sûr réinvesti dans des super-productions (développées aux Bahamas).
  • - tirer à bout portant sur Microsoft avec un Bazooka, à coups de slogans du type "nous, on pense aux gamers, et bien sûr qu'on est pour que tu rachètes un jeu à ton voisin, on kiffe les transactions sur lesquelles on gagne pas de pognon."

Mais à mon avis, ils vont prendre la proposition secrète numéro 3 :

« Bien sûr que tu peux y jouer à ton jeu d'occaz', mais tu passes par la case $$ d'abord ». Et là Sony nous prouve qu'ils ont pensé à tout, même au rectifrice pour que le gravier pique un peu moins et sente bon :

  • - tu veux jouer d'occasion ? Pas de soucis, mais tu nous verses les fonds de tiroir pour "réactiver" la galette
  • - t'es un vrai gamer, un de ceux qui bouffent des pizzas et campent devant le Micromania pour acheter CoD avant tout le monde ? Pour toi on a inventé l'abonnement "TrueGamer", qui en plus de te proposer des super trailers en HD et des thèmes trop kikoolol pour ton interface, te permet de jouer à « tous les jeux d'occaz »*, pour la modique somme de 99.99€/an.

*offre soumise à conditions, dans la limite de 20 jeux d'occasion par an.

Alors, la fin de l'occasion ?

J'vais envoyer un DM à Elizabeth Teissier pour connaître la vérité...

Quant au larron...

Ajouter à mes favoris Commenter (2)

  
Signaler
Test

 

WiiU déballée dimanche soir, et de suite, on voit l'utilité du GamePad : on peut suivre l'avancée de la mise à jour tout en regardant Bernard de la Villardière ! Rien que pour ça, merci Nintendo !

Au niveau des détails qui font tout de suite grincer des dents : La connexion du bouzin à Internet sans-fil. Mod 36-15 mylife, j'ai un bac+3 en gestion de réseau informatique, et ça fait 5 ans que je bosse dans le domaine. Ben j'y ai passé 20 minutes... Apparemment le client DHCP est foireux, obligé d'y foutre une IP à la main. Selon différent forum, c'est un problème assez répandu. Rien d'alarmant au demeurant, sauf quand la mise à jour proposée en ligne est limite «vitale », d'une pour accéder au Miiverse et autres joyeusetés, et de 2 parce qu'elle améliore grandement la réactivité de la console au niveau des menus. 

Bon une fois connectée à l'interweb mondial, la mise à jour prend une bonne demie-heure. Ensuite à nous les joies du FaceBook made in 'tendo : le Miiverse. Plein de gens trop cools qui laissent des messages sur leur jeux du moment. Y'a des balises "spoil" apparemment bien exploitées, et parait que Big N censure pas mal de truc. Bref j'ai fait un dessin pourri et j'me suis cassé, c'que j'veux moi c'est dessouder du zombie à coup de batte de Baseball !

On ouvre le boitier bleu, on fait la galette, et... mise à jour :O On retrouve un peu le syndrome PS3, j'espère que le phénomène "mise à jour à chaque jeu" n'est pas contagieux...

J'annonce la couleur tout de suite : ZombiU n'est pas un FPS. Que les fans de Call of et autre Medal of Honor passent leur chemin, ici on ne dézingue pas à tout va. Mais ça veut pas dire non plus qu'on va se la jouer Ezio ou Sam Fisher à se planquer dans chaque recoin. En fait, on va jouer... un humain ! Un vrai de vrai, un de ceux qui flippe quand il voit un zombie arriver sur lui, qui ne sait pas tenir un flingue, et qui pousse des cris d'effroi quand il décapite un bouffeur de cerveau à coup de batte. Oubliez les Sims, ZombiU est LA simulation d'humain (sans avoir besoin de faire la vaisselle, on se nourrit de barre énergétique c'est plus pratique).

Londres est en feu, déserté, infesté de Zombie. On ère dans la rue, à la recherche de tout ce qui pourrait nous être utile. Au détour d'une rue, une caméra de surveillance s'active. Rapidement rejoint par une bande de zombies affamés, une voix nous guide jusqu'à un repère. Il est le survivant, et nous propose son aide. Son 1er cadeau : une tablette, un peu comme celle que l'on tient réellement dans ses mains, affalé sur son canapé les pieds sur la table basse.

Alors ce Gamepad, une fois en mains ça donne quoi ? C'est léger, ergonomique, et l'écran est plutôt de bonne qualité. Perso j'ai de petites mains, alors je le trouve un poil trop grand, mais c'est très subjectif. Le Gameplay asymétrique, dans la peau d'un survivant dans un Londres apocalyptique, ça marche bien. L'inventaire et la carte sont gérés sur l'écran du Gamepad. Et autant vous dire qu'on s'en sert très souvent. On ramasse tout ce qui peut parait utile, on essaie de gérer au mieux le peu de place disponible dans son sac. La carte est très bien faite, et se complète au fur et à mesure. D'une part en scannant vous-même les environs pour y marquer les portes (ainsi que leur accessibilité), conteneurs, casiers, messages et autres infectés qui se baladent comme si de rien n'était. D'autre part, pour accéder à de nouvelles zones, il faudra au préalable trouver des boitiers commandant les caméras de sécurités, pour les connecter à votre tablette, afin que votre nouvel ami puisse se les approprier et vous guider vers de nouvelles contrées pleines d'infestés.

Car oui, des zombies, vous allez en croiser, et pas que 2. Si la fuite est souvent de mise, les environnements vastes mais souvent très cloisonnés dans lesquels vous vous retrouver ne vous laisse souvent qu'une solution : l'affrontement. Face à un seul zombie, on peut s'en sortir assez aisément, les 1ers infestés ne nécessitant pas plus de quelques coups de batte de cricket avant de re-rendre l'âme. Mais face à une horde de bouffeurs de cerveau, ça se corse. Et vous allez plus d'une fois devoir vous mesurer à toute une ribambelle d'ennemis...jusqu'à (souvent) mourir....

... pour mieux revenir, dans la peau d'un autre survivant. On pourra alors partir à la recherche de notre ancienne « carcasse » pour y récupérer tous les objets précieusement accumulés.

Après quelques heures de jeu, mon avis est plutôt positif. L'ambiance est excellente, et le gameplay asymétrique nous oblige à tout le temps rester sur nos gardes (même s'il existe bien sûr bel et bien un vrai bouton « pause » qui vous permettra d'aller aux toilettes ou d'ouvrir au facteur).

Voir aussi

Jeux : 
ZombiU
Plateformes : 
Wii U
Ajouter à mes favoris Commenter (0)

Signaler
La vie, la vraie, sans pixel ni Hit Combo

Amazon.fr propose une promo sur les pack Premium (comprenant une console noire, une Sensor Bar ainsi qu'un espace de stockage de 32Go interne). Il est donc possible de pré-commander :

- le Pack Premium NintendoLand à 324€ (au lieu de 349)

- le Pack Premium ZombiU à 364€ (au lieu de 389)(comprend également un pad Pro noir)

Le pack classique (console blanche, pas de sensor bar, 8go de stockage interne) est quant à lui disponible pour la modique somme de 274€ (au lieu de 299).

Livraison le jour de la sortie garantie gratuite (en souscrivant à Amazon Premium, gratuit le 1er mois).

Voir aussi

Plateformes : 
Wii U
Ajouter à mes favoris Commenter (0)


Signaler
La vie, la vraie, sans pixel ni Hit Combo

La politique, c'est d'habitude pas mon truc. Je n'arrive pas à comprendre cette guéguèrre que se livre chaque partie pour prouver que c'est lui le meilleur du monde, au lieu de tous se réunir autour d'une table et de travailler main dans la main. (oui je vis dans un monde de Bisounours parfois).

Mais à quelques mois de la prochaine élection présidentielle, on en entend parler toutes les 4 aurores boréales, la preuve ce matin encore, avec un article concernant le "projet économique" proposé par l'UMP, publié sur lemonde.fr ici

Petit BestOf : 

"Financer [le pays] par les richesses que nous créons et non plus par les dettes que nous contractons"

Ils se sont mis à combien pour trouver cette idée aussi géniale que le contrôle de la caméra dans Mario 64 ??

"un FBI de la lutte contre les fraudes fiscales et sociales"

Les fraudes (générées à 90% par les entreprises) sont donc plus importantes que les menaces terroristes, ou la criminalité en générale (genre viol, agression, meurtres...) (hein ? quoi ? au oui c'est vrai que de juger/enfermer des coupables de meurtre, ça ne rapporte pas d'argent, alors que de condamner des méchants fraudeurs et/ou des "pirates" de l'internet mondial web 2.0 qui font du streaming, c'est Jackpot !) Allez expliquer ça au parents d'Agnès... (non mais pour les criminels on fait des lois, c'est mieux !)

"le cumul de revenus sociaux issus notamment des droits connexes et tarifs mis en place par les collectivités locales ne dépasse pas 75% du smic"

Bah oui, au lieu d'augmenter le niveau du smic, on va baisser le niveau des aides sociales, comme ça on fait d'une pierre 2 coups : on réduit le niveau des dettes sociales, et on renfloue les caisses à coup d'amende à 38€ pour les glaneurs de poubelles derrière les hypermarchés (qui balancent des kilotonnes de denrées alimentaires au lieu d'en faire don. Tiens, si on taxait chaque kilos de bouffe gaspillés ? Non ? Ah oui c'est vrai, on ne touche pas aux entreprises de peur qu'elles quittent le pays, au temps pour moi...)

Heureusement que la rédaction de ce "projet économique" a été suivie de près par Nicolas Sarkozy, sinon il pourrait être remplie d'idées à la con. A moins que... :)

Ajouter à mes favoris Commenter (2)

Signaler
La vie, la vraie, sans pixel ni Hit Combo

Attention SCOOP : j'habite en Suisse !

J'y ai posé mes valises il y a bientôt 4 ans, et pourtant j'aurais tendance à préférer me délecter d'un bon breuvage alsacien (genre jus de raisin fermenté) que de me goinfrer de chocolat. Je ne collectionne pas les montres (et j'aurais donc raté ma vie à 50 ans puisque mon poignet gauche sera vierge de toute Rolex), et mon portefeuille n'est pas populé de plusieurs cartes de couleurs variées, voir transparente. Simplement, après des mois de recherches acharnées agrémentées de l'envoi d'une bonne centaine de CV, toujours sans réponse à ce jour, au sein de l'hexagone tricolore, un seul mail du côté des helvètes m'aura suffi à décrocher un job. J'ai donc franchi la frontière voisine, et à ce jour, tout aillait plutôt bien.

Profitant d'une période professionnelle plutôt calme (oui parce que chômage ça fait tout de suite péjoratif, d'ailleurs je n'y suis toujours pas inscrit, j'suis quoi alors, en vacances ?), l'idée de faire quelques news du type vidéo ludique me traversa l'esprit.

Armé de mon PC portable, dont le clavier rétro-éclairé me permet de travailler dans l'obscurité naissante d'une fin de journée qui fut pourtant bien ensoleillé, et accompagné de Frank Sinatra qui s'époumone au sujet d'un jour apparemment bien brumeux sur Londres,  me voilà partie pour suivre un réflexe ancré presque aussi profondément dans nos subconscients qu'il en est presque devenu instinctif : www.google.fr : rechercher « video games news » .

1er résultat : IGN.com. La renommée de ce site n'étant plus à faire, c'est d'un clic-droit habile que je décide de l'ouvrir dans un nouvel onglet. Enfin, c'est ce que je croyais, naïvement...

« Die Top 10 der gruseligsten Videospiel-Gegner »

...voilà le 1er titre d'article auquel je me retrouve confronté. Bon OK, la Game Convention de Leipzig fut un temps le plus gros salon de jeux vidéo européen, et l'économie européenne se prosterne devant les chiffres Germaniques, mais quand même, de là à ce qu'IGN se mette à la mode des saucisses et de la bière, il y a un fossé que même un Nathan Drake sous amphèt' ne pourrait franchir indemne.

C'est d'un coup d'oeil dans la barre d'adresse que je me rends compte du problème, car celle-ci indique de.ign.com (.de étant le suffixe utilisé par les noms de domaines allemands, signifiant « DEutschland », ou littéralement « pays allemand »). Pourtant, j'ai bien cliqué sur ign.com comme lien donné par le moteur de recherche préféré des français ! Bon, je retente l'expérience en tapant moi-même l'adresse désirée : www.ign.com

...click... (je fais super bien le bruit de la touche « Entrée » (ou « retour chariot » comme on me l'apprenait en cours de comm', mais qui a inventé ce terme ??) hein ?)

« Überhaupt nicht angry: Rovio sieht Angry-Birds-Kopien in China gelassen »

Bon ben c'est toujours du charabia qui m'aura valu certaines des plus mauvaises notes de mon parcours scolaire. Essayons de ruser : Si de.ign.com me renvoi sur le pendant germanique, quelle pourrait-être l'adresse me permettant d'accéder au contenu anglais ?

Uk.ign.com bien sûr (toutes ces heures à me torturer les méninges en compagnie d'un pirate au prénom improbable n'auront donc pas été veines) !

Ah, enfin, à moi les joies des dernières infos vidéo ludiques ! Dans un élan de folie et d'insouciance, j'essaie us.ign.com, sait-on jamais... ah ben si, on sait que ça ne marche pas ! Bon allé, tous ces efforts ne resteront pas vains, je me lance dans la section news ! 2-3 coups de molette plus tard, le constat et sans appel : rien de plus croustillant que des Chocapics qui auraient flottés dans le lait plus de 10 minutes. Retour à la home page... et au contenu allemand ?!?

Bon les gars, c'est bien gentil d'avoir pensé à faire du contenu localisé pour les allemands (et les français alors ??), mais de là à l'imposer à n'importe qui...

Bref, je hais la localisation sur l'internet mondial !

Ajouter à mes favoris Commenter (0)

Signaler

Oyé ! Oyé ! 

Je vais vous révéler un secret presque inavouable (mais vous promettez de le garder pour vous hein ?) : j'aime écrire ! Et pour le peu que j'ai osé faire lire, ça a plutôt plu (et pas qu'à la famille/amis/chiens et chats tout ça...)

Mais voila mon dilemne : niveau imagination, je suis aussi bien loti que la musculature de Screech Powers est impressionnante (comprenne qui pourra, ça c'est d'la référence !).

Alors je vous propose un p'tit truc, on verra bien si ça marche (ou pas...). Vous me donnez un thème, ainsi qu'un style (humour, critique, roman à l'eau de rose, ...), et une fois le soleil levé (et avant l'arrivé de l'ami Ricoré), j'épeluche minitieusement toutes les propositions pour trouver celle qui m'apportera enfin l'inspiration (ou aura le plus de résultat sur Google) / tire au sort un thème + un style, pour au final vous pondre un truc avant la fin de la journée (promis j'essaierais de faire plus de 4 mots).

Allez-y lâchez-vous (mais toujours dans le respect, la joie et l'alégresse tout ça...)

Merci ! :)

Ramon

Ajouter à mes favoris Commenter (3)

Signaler
La vie, la vraie, sans pixel ni Hit Combo

Hello bande de gens !

Le titre est assez énonciateur, devant malheureuseusement annuler ma venue à Paris pour la PGW, je cède mes 3 places gratos !

Seule contrainte : si vous assistez à une conférence de Nagoshi, le harceler de questions sur la sortie de Shenmue 3 !! (et faire un bisou à Florent au passage) plus d'infos sur les conférences ici

Voilou, si intéressé, me contacter par MP.

En vous r'merkiant ;)

Ramon

Ajouter à mes favoris Commenter (3)

Signaler

Kids, I'm gonna tell you an incredible story, the story of How I became an IT technician... and did not meet your mother...

Oui parce que  c'est pas en passant sa journée sous la lumière éblouissante et « migrainante » de 3 écrans qu'on va avoir le teint hâlé permettant de rencontrer l'éventuelle future-mère de nos enfants.

Au fil des ans, j'ai dû me résoudre à un constat bien triste, mais malheureusement vrai : l'informatique, c'est pas très vendeur auprès de la gente féminine. Un conseil, si vous voulez emballer à tour de bras, orienté-vous vers le cinéma, la musique, le sport, ou à la rigueur le café (depuis Georges C., ça a dû en créer des vocations). Et pourtant, nous sommes une race presque civilisée (du moins tout autant qu'un supporteur de foot), capable de parler de bien d'autres choses que de DNS, adresse ip, boot, disque dur, carte-graphique, et autre accès internet.

L'informaticien : après le chien, le renouveau du meilleur-ami de l'homme ?

Avoir des connaissances en informatique est devenu presque indispensable dans la vie de tous les jours, que ce soit d'un point de vu professionnel,  pour trouver des informations pratiques, ou pour tout simplement mettre en marche ce « foutu machin sur le bureau qui fait que de planter ». Mais il faut bien constater, et cela sans aucune vantardise ni prétention que, et comme pour tout corps de métiers, il faut suivre un minimum de cours et de formation pour rentrer dans la catégorie des bons informaticiens (parce que le mauvais informaticien, y'a un truc qui marche pas, il réinstalle ; alors que le bon informaticien, y'a un truc qui marche pas, ... ben il réinstalle, mais c'est un bon informaticien...).

Pour ceux qui ne voient en une souris qu'un rongeur amateur de fromage, ou en un bus qu'un moyen de transport en commun,  la société de l'homme moderne et assisté à créer l'informaticien.  Tout comme votre chien, il vous sera totalement impossible de le comprendre lorsque ses discours se perdront dans les méandres du jargon technique qui lui est si cher, ou les bus ont des fréquences, les souris des boutons, les disques sont apparemment tous excités puisque tous durs, et où il est possible de faire vivre des processeurs avec un et même plusieurs coeurs.

Il sait aussi, tel votre compagnon quadrupède, vous guider lorsque perdu dans les tréfonds de différents lecteurs logiques et physiques, vous ne savez plus retrouver le chemin menant à vos photos de vacances.

Propre (si on omet les tâches de sauce tomate sur la cravate), préférant rester enfermé des heures devant son écran aux sorties à travers champ, et ne nécessitant pas un budget important sur la nourriture (car grand amateur de plat réchauffé, boite de conserve et autres pizzas),  il ne faudra par contre pas compter sur lui pour monter quelque garde que ce soit. Si l'informaticien dort en général peu, l'abus de la position assise (voir allongée) combiné au manque total d'exercice physique ne lui permettent pas d'acquérir une carrure capable de mettre en fuite un hypothétique cambrioleur.  Tout au mieux sera-t-il capable de lancer un message d'alerte à travers les réseaux sociaux.

 

Ajouter à mes favoris Commenter (0)

Monde de merde !

Par Elparagouayo Blog créé le 03/10/11 Mis à jour le 07/03/13 à 14h50

L'endroit idéal pour manger des Chips, tu m'entends, des CHIPS !!

Ajouter aux favoris

Édito

A 23 ans j'ai gagné le concours du meilleur cuisinier asiatique en leur préparant un méchoui !

Archives

Favoris